Navigation – Plan du site
L'éducation de l'enfant et le monde adulte

L’éducation de l’enfant et la Renaissance italienne.
Une éducation au service de la Cité ?

Théa Picquet
p. 35-51

Résumés

« Philippus autem Melanchton scripsit, juventutem recte formare plus esse quam expugnare Troiam » (Jan Amos Comenii). De Giovanni di Pagolo Morelli, dans les Ricordi, à Leon Battista Alberti, dans les Libri della Famiglia, jusqu’à Tommaso Campanella et la Città del Sole, nombreux sont les écrivains qui se sont intéressés à l’éducation de la jeunesse, comme le point d’orgue de la formation du citoyen. L’objectif de notre étude est d’analyser les propositions de ces penseurs pour en déterminer les visées, personnelles ou collectives.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Éduquer les jeunes, écrivit Melanchton, est plus important que prendre Troie », Jan Amos Comenii, (...)

Philippus autem Melanchton scripsit, juventutem recte formare plus esse quam expugnare Troiam1.

  • 2 Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi, a cura di Vittore Branca, Firenze, Le Monnier, 1969.
  • 3 Leon Battista Alberti, I Libri della Famiglia, a cura di Ruggiero Romano e Alberto Tenenti, Torino, (...)
  • 4 Tommaso Campanella, La Città del Sole, a cura di Luigi Firpo, Nuova edizione a cura di Germana Erns (...)

1De Giovanni di Pagolo Morelli, dans les Ricordi2, à Leon Battista Alberti, dans les Libri della Famiglia3, jusqu’à Tommaso Campanella et la Città del Sole4, nombreux sont les écrivains qui se sont intéressés à l’éducation de la jeunesse, comme le point d’orgue de la formation du citoyen. Le premier représente le typique marchand florentin impliqué dans la vie civique, de la fin du XIVe et du début du XVe siècle ; le deuxième, l’humaniste accompli de la première moitié du Quattrocento, alors que le troisième incarne l’utopie dans une période de grands bouleversements, le début du XVIIe en Italie. L’objectif de notre étude est d’analyser les propositions de ces penseurs pour en déterminer les différentes visées, personnelles ou collectives. Pour cela, après avoir défini les termes, présenté les auteurs et le corpus sur lequel s’appuie notre étude, nous nous intéresserons au programme des enseignements, au matériel et aux méthodes préconisés, ainsi qu’à la qualité des maîtres.

  • 5 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, tome 1, p. 1189.

2Pour ce qui est des définitions, en particulier selon le dictionnaire d’Alain Rey5, le substantif « éducation » est emprunté au latin educatio « action d’élever (des animaux, des plantes) » et « éducation, instruction, formation de l’esprit », de educatum, supin de educare. Le mot désigne comme en latin la mise en œuvre des moyens propres à former et à développer un être humain. D’où l’emploi dans des syntagmes comme éducation nationale (XVIIIe siècle), ministère de l’Éducation, anciennement de l’Éducation nationale, qui a remplacé Instruction publique. On trouve aussi éducation professionnelle, éducation surveillée (1819), éducation permanente (1958). L’expression éducation physique au sens moderne est récente, mais le syntagme existait déjà en 1794 avec Madame de Staël, qui évoquait l’éducation physique et morale. Par métonymie (1679), éducation signifie « connaissance et pratique des usages de la société », comme dans avoir de l’éducation, être sans éducation. Par analogie, le mot désigne l’art d’élever des animaux, en particulier les vers à soie (1763). Au XIXe siècle, il s’emploie au sens de « initiation, apprentissage » (1869, Flaubert L’Éducation sentimentale). À la même époque, éducation se dit du développement donné à une faculté, par exemple éducation de la mémoire.

  • 6 Ibidem, p. 764.

3En ce qui concerne le substantif « Cité », Alain Rey6 rappelle que le terme ciutat (v. 980), ciptet (v. 1050), puis cité (1080), est issu du latin civitas, que ce mot a eu un sens abstrait de « condition du citoyen », « droit de cité ». Puis, par métonymie, il s’est appliqué à l’ensemble des citoyens et ensuite au siège du gouvernement. Il a ainsi désigné la ville en tant que corps politique, l’État, traduisant le grec polis (d’où police, politique). Il est devenu ensuite le nom donné à la ville en général, se substituant à urbs (qui a donné urbain) et à oppidum, en passant dans les langues romanes ; civitas est dérivé de civis « membre libre d’une cité à laquelle il appartient par son origine ou par adoption ».

  • 7 Christian Bec, L’umanesimo civile. Alberti, Salutati, Bruni, Bracciolini e altri trattatisti del ‘4 (...)
  • 8 Théa Picquet, Florence berceau de la Renaissance, Aix-en-Provence, PUP, 2015, p. 102.
  • 9 Constance Mercadante, « La Città del Sole » di Tommaso Campanella… non solo un’utopia, mémoire dact (...)
  • 10 Tommaso Campanella, La Cité du Soleil, op. cit., p. VII.
  • 11 Cf. Théa Picquet, « L’Homme et la Cité. Tommaso Campanella (1568-1639) […] », op. cit., p. 43-67.
  • 12 Tommaso Campanella, Egloga in nativitatem Delphini, in Tutte le opere di Tommaso Campanella, a cura (...)
  • 13 Pour une biographie plus complète, voir Tommaso Campanella, Le Poesie, a cura di Francesco Giancott (...)
  • 14 Id., Metafisica, a cura di Giovanni di Napoli, Bologna, Zanichelli, 1968 et Id, Metafisica, édition (...)
  • 15 Id., De Ceremonialibus Jesu Christo observatis. Theologicorum liber XX, a cura di M. Muccillo, trad (...)
  • 16 Id., Aforismi politici, a cura di Luigi Firpo, Torino, Giappichelli, 1941.
  • 17 Id., Atheismus triumphatus, Paris, Tusanum Dubray, 1636. L’ateismo trionfato, ovvero Riconoscimento (...)
  • 18 Id., Monarchie d’Espagne, traduction de Serge Waldbaum et Nathalie Fabry, Paris, PUF, 1977. Pour un (...)

4Les auteurs que nous considérons vécurent entre les années 1371 et 1639 et présentent des profils bien spécifiques. Giovanni di Pagolo Morelli (Florence 1371-Florence 1444) est issu d’une riche famille guelfe et inscrit à la corporation de la laine. Il occupe le poste de Prieur en 1427 et celui de Gonfalonier de justice en 1441. Leon Battista Alberti (Gênes 1404-Rome 1472), est d’une grande famille florentine d’origine féodale. Vers 1200, les Alberti quittent le contado pour Florence, où ils exercent les fonctions de juges et de notaires avant de devenir marchands, industriels et banquiers7. Vers 1350, ils atteignent l’apogée socio-économique, sont les promoteurs d’une politique culturelle de prestige. Attachés à la « démocratie », ils s’allient à la moyenne bourgeoisie contre les oligarques et le parti guelfe. En 1382, avec la victoire des Optimates, ils sont bannis de la ville, mais continuent leurs activités économiques ; ainsi, Lorenzo, le père de Leon Battista, vit à Gênes et à Venise, où il dirige le siège de la compagnie de 1412 à 1421. Humaniste accompli8, Leon Battista reçoit une éducation classique à Padoue et à Bologne. Il jouit notamment des leçons du célèbre pédagogue Gasparino Barzizza. Il opte pour la Curie et se met au service des papes Eugène IV et Nicolas V. Au cours de ses séjours florentins, il rentre en contact avec les artistes de la cour Médicis et se lie d’amitié avec Brunelleschi. Il entame alors une carrière d’artiste et participe, entre autres, à l’édification de la façade de Santa Maria Novella. C’est aussi un homme de Lettres. Sur le plan artistique, citons le De pictura (1434), le De statua (1435), le De re aedificatoria (1444-1452), écrits en latin. Il compose également des Rimes, d’inspiration pétrarquiste, en langue vulgaire. Cependant son œuvre majeure est le traité I Libri della Famiglia. La vie de Tommaso Campanella (Stilo en Calabre 1568-Paris 1639) est bien moins heureuse ; elle se caractérise par de profonds bouleversements9. Giovan Domenico Campanella naît le 5 septembre 1568 dans une humble famille de Stilo. L’enfant grandit dans une région exploitée par la politique économique du régime espagnol, dans un climat où règnent violence et injustice sociale. D’une intelligence « vive » et « fulgurante10 », il fréquente l’école en cachette. À l’âge de treize ans, conquis par les prédications d’un moine de l’ordre de saint Dominique, il revêt la bure sous le nom de Tommaso. Il lui est permis alors d’étudier la théologie, les sciences et la philosophie dans différents couvents de Calabre. Il s’intéresse aussi aux livres de médecine, d’astronomie et de magie. À vingt ans, il est envoyé à Cosenza où il découvre le De rerum natura de Telesio, dont la philosophie naturaliste le séduit. Ce sera le début de ses mésaventures, caractérisées par une très longue incarcération11, avant son séjour en France, sous la protection de Louis XIII et de Richelieu, où une pension lui est octroyée. Il y est accueilli par des érudits tels que Gassendi ou Mersenne et s’emploie à faire publier ses œuvres. Enfin, après avoir chanté dans ses vers l’arrivée du dauphin12, le futur Louis XIV, il s’éteint à Paris, le 21 mai 1639, dans le couvent dominicain de la Rue Saint Honoré, entouré par ses frères13. C’est en prison qu’il compose la plupart de ses œuvres, notamment les dix-huit livres de la Métaphysique14, les trente de la Théologie15, les Aphorismes politiques16, l’Atheismus Triumphatus17, la Monarchie d’Espagne18, ou encore ses poésies.

  • 19 Théa Picquet, Florence berceau de la Renaissance, op. cit., p. 97.
  • 20 Cf. Alberto Tenenti, « Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi », in Annales. Économies, Sociétés, Civi (...)

5Le corpus que nous analysons comporte en premier lieu les Ricordi (1393-1421) de Giovanni di Pagolo Morelli. Rédigés en grande partie entre 1371 et  1411 (le décès de son fils Antoniotto fait l’objet d’une mention en 1421), les Ricordi (Mémoires) sont un exemple significatif des Livres de famille19. L’ouvrage se développe en trois parties : la première parcourt l’histoire de la famille Morelli, la seconde définit les critères d’une bonne éducation morale et civique, la troisième rapporte les événements survenus à Florence et donne des informations sur la vie quotidienne. Les destinataires sont les membres de la famille Morelli20.

  • 21 Théa Picquet, op. cit., p. 102.

6Quant aux Libri della Famiglia (1433-1437), en quatre livres, l’œuvre majeure d’Alberti21, elle met en scène les membres de sa famille et, grâce à sa forme dialogique, constitue un témoignage vivant de la vie quotidienne de la classe bourgeoise de son époque. Ils ont été composés en deux phases : à Rome en 1433-1434, pour les trois premiers livres ; dans les années 1436-1437 pour le quatrième livre, en un lieu incertain. L’action du dialogue se situe à Padoue au moment de la fin de vie du père, Lorenzo, mort le 28 mai 1421, autour duquel se réunissent ses fils Battista et Carlo, ainsi que les autres membres de la famille. Il s’agit d’une sorte de testament spirituel. Les protagonistes sont Lionardo, Giannozzo et Adovardo Alberti. Le premier représente la culture humaniste ; le second est le pater familias, fort de son expérience et de sa sagesse, il est le personnage principal du Livre  III ; le troisième sert d’intermédiaire entre les valeurs de la culture et l’expérience. Le personnage principal du quatrième livre, Piero degli Alberti, témoigne de l’évolution courtisane de la société. Les thèmes des quatre livres sont bien diversifiés. Le premier développe celui de l’éducation, à la lumière de la pédagogie humaniste. Le deuxième se concentre sur le mariage et sur les activités adaptées aux jeunes. Le troisième, intitulé Economicus, traite de l’administration du patrimoine de la famille, la masserizia. Le Livre  IV enfin illustre le motif de l’amitié, non seulement dans les relations entre individus, mais aussi comme lien avec la société civile.

  • 22 Tommaso Campanella, La Città del Sole, op. cit., p. IL.
  • 23 Ibidem, note 4.
  • 24 Ibidem, p. 1.
  • 25 Giovanni Botero, Relazioni universali, Venezia, Agostino Angelieri, 1659, p. 200.
  • 26 Tommaso Campanella, op. cit., p. 2.

7L’œuvre de Campanella qui nous intéresse, La Cité du Soleil (1602), a pour titre original La Città del Sole. Dialogo di Repubblica nel quale si dimonstra l’idea di riforma della Repubblica cristiana conforme alla promessa da Dio fatta alle Sante Caterina e Brigida. Elle est écrite en italien au cours de l’année 1602, alors que l’auteur est détenu au Castel Nuovo de Naples. En 1611, le texte est augmenté de quelques adjonctions. Sur les encouragements de Tobias Adami, Tommaso traduit en latin une partie de ses œuvres pour les diffuser en Allemagne. Ainsi, la Civitas Solis idea reipublicae philosophica est imprimée pour la première fois en 1623 à Francfort avec l’ensemble de la Philosophia realis. Une autre édition de cette dernière paraît à Paris en 1637, sous le contrôle de Campanella cette fois. En Italie, le texte original est oublié. En 1836, Giovan Battista Passerini, transpose la Civitas Solis dans sa langue d’origine et la publie à Lugano. Suivent de nombreuses rééditions infidèles et plusieurs traductions, en France, Angleterre, Allemagne et même en Russie. Ce n’est qu’en 1904 qu’Edmondo Solmi édite le texte italien, à Modène. Luigi Firpo ajoute qu’il faut attendre 1941 pour que Norberto Bobbio en propose « une transcription sérieuse22 ». La structure est celle d’un dialogue entre un grand maître des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, plus connu comme Ordre de Malte, représentant du Vieux Monde, et un amiral Génois, capitaine de Christophe Colomb, qui vient de faire le tour de la terre et symbolise le Nouveau Monde. Celui-ci propose le récit des merveilles qu’il a pu admirer alors que le rôle de son interlocuteur se limite à poser des questions. L’ouvrage s’articule en sept moments : la description de la ville, le gouvernement, la génération et la communauté des biens, la guerre, l’hygiène, la politique et la religion. Le décor est planté dès le début du dialogue. La cité idéale porte un nom significatif : la Cité du Soleil. Les critiques ont beaucoup commenté ce choix de l’astre, source de lumière et de chaleur23. La situation géographique est bien précisée. Dès le début du dialogue, le Génois raconte son arrivée à Taprobane24. Cette île, déjà décrite par Ptolémée, était identifiée au XVIe siècle avec Ceylan. Giovanni Botero y fait d’ailleurs allusion dans ses Relazioni universali25. Et, comme ce dernier, Campanella commet une erreur de géographie en situant l’île non pas au Nord, mais « exactement sous l’équateur26 ».

8Quoi qu’il en soit, chez les trois auteurs, l’éducation de l’enfant occupe une place prépondérante, même si leurs conceptions présentent des similitudes et des différences.

  • 27 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 272.
  • 28 Ibidem.
  • 29 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre I, p. 86.
  • 30 Tommaso Campanella, op. cit., p. 8-10.
  • 31 « François Rabelais, Le rêve de la connaissance universelle », L’éducation idéale, Les textes fonda (...)
  • 32 Tommaso Campanella, op.cit., p. 15.
  • 33 Id., Le Poesie, a cura di Fracesco Giancotti, Milano, Bompiani, 2013, Proemio, p. 9.
  • 34 Ibidem, A’ poeti, p. 11.
  • 35 Ibidem, Agl’Italiani, p. 127-128.

9Morelli comme Alberti souhaitent qu’il apprenne à lire, à écrire de façon correcte et à compter. Ils conseillent ainsi l’étude de la « grammatica », c’est-à-dire du latin, et de l’« abaco », l’arithmétique comptable. Leon Battista Alberti ajoute la géométrie au programme d’études. Cependant, la base est la culture classique : Virgile, Boèce, Sénèque sont cités par Morelli qui conseille en outre Tite-live pour l’éloquence et Aristote pour la philosophie27. À côté de cette éducation humaniste, il recommande aussi la lecture des Pères de l’Église et des modernes comme Dante28. Alberti reprend la référence à Tite-Live pour l’art oratoire, mais ajoute Priscien, Servius, Cicéron, Salluste, Xénophon et Démosthène ; pour la poésie, il fait l’éloge de l’élégance des vers d’Homère, de Virgile et « d’autres excellents poètes » sans plus de précision. Il recommande ardemment d’éviter les « mauvais » auteurs car, dit-il, l’enfant est comme un vase : si tu y verses une mauvaise liqueur au départ, il en conserve la saveur29. Chez Campanella, au contraire, l’accent est mis sur une connaissance encyclopédique30, une connaissance universelle, comme chez Rabelais31, qui va des sciences naturelles à la médecine, à la magie et à l’astrologie, en passant par l’étude des grands inventeurs et des civilisations. Il est le seul à envisager aussi l’apprentissage des langues étrangères32. Par contre, il enjoint ses amis à fuir « le seconde scuole », celles qui se fondent sur les livres des hommes et non sur l’école de Dieu à travers la nature33 ; il honnit les écrivains et les poètes, qui chantent les faux héros, les ardeurs infâmes et les mensonges34 ; il regrette notamment que les Italiens glorifient les mensonges des Grecs35.

  • 36 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 264.

10Le seul à évoquer les voyages et les séjours à l’étranger est Morelli, qui conseille au jeune homme de partir à la découverte du monde, des villes, des autres façons de gouverner et des conditions de vie différentes. Ce dernier acquerra alors plus d’expérience et une plus grande ouverture d’esprit36.

  • 37 Ibidem, p. 271.
  • 38 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 58-59.
  • 39 Ibidem, p. 88-89.
  • 40 Tommaso Campanella, La Città del Sole, op. cit., p. 24.
  • 41 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 88-89.
  • 42 Tommaso Campanella, op. cit., p. 26-27.
  • 43 Ibidem, p. 29.
  • 44 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 87.

11Cependant, tous les trois s’intéressent aux loisirs des enfants. Morelli cite la musique37 à côté de l’escrime, là où les deux autres insistent davantage sur l’éducation physique. Alberti recommande au garçon d’exercer son corps et son esprit38, un esprit sain dans un corps sain en somme. D’où l’utilité de l’exercice physique qui conserve la vie, apporte chaleur et vigueur naturelle, élimine les « matières superflues et mauvaises », fortifie les vertus et les nerfs. C’est un remède naturel qui permet de vivre joyeux et en bonne santé. Il préconise la balle, la pratique du tir à l’arc, de l’équitation, de l’escrime, de la natation et prend pour modèle les Anciens ; par exemple, Domitien, qui faisait passer les flèches entre les doigts d’un enfant, Caius César très habile à la balle, Pompée qui, à soixante-deux ans, maniait l’épée et la lance avec dextérité, monté sur un cheval à vive allure39. Campanella ajoute le lancer du disque et du javelot, le tir à l’arquebuse et la lutte40. Pour Alberti, comme pour Campanella, ces pratiques préparent les jeunes à la vie civique et plus précisément aux exercices militaires, utiles à la défense de la patrie, comme l’explique Virgile avec les jeux de Troie dans l’Énéide41. Dans la Cité du Soleil, l’entraînement militaire est très poussé dès l’âge de douze ans42 ; les enfants participent d’ailleurs aussi à la guerre43. L’important pour Alberti c’est que les loisirs, reconnus nécessaires, soient « virils », honnêtes et dépourvus de vices. Sont à éviter les jeux où l’on reste assis, comme les échecs, qui ne sont pas dignes d’un homme « viril », mais conviennent davantage aux vieillards et aux malades de la goutte44. Qu’on les laisse aux paresseux et aux femmes, s’exclame ce misogyne.

  • 45 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 273.
  • 46 Ibidem, p. 202.
  • 47 Christian Bec, L’umanesimo civile, Torino, Paravia, 1975, p. 28-29.
  • 48 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1995, p. 203.

12Pour ce qui est de l’éducation religieuse, Morelli conseille la lecture de la Bible et des Saintes Écritures, qui conduit à la connaissance des grandes opérations divines, à la consolation de l’âme, au mépris du monde45. Il dit encore qu’il faut être « ami de Dieu » car c’est lui qui, tout puissant, attribue et enlève les biens dans ce monde et dans l’autre46. Il en va tout autrement chez Alberti. Dans l’éducation, la religion est utilisée comme un frein contre les excès de la passion. L’au-delà est redimensionné, interprété comme un accessoire plutôt que comme le but ultime de la vie terrestre. Leon Battista Alberti ne prône pas les exercices spirituels ; il conseille de rechercher la gloire et non le salut, ne parle jamais de la Vierge ni des saints ni du dogme catholique47. Par contre, Campanella propose un vaste programme messianique. Il se fait le héraut d’une religion naturelle qui annonce le déisme du siècle suivant. Les hymnes religieux sont présents comme la glorification du créateur, mais la morale chrétienne est transgressée par les idées sur l’eugénisme et l’indifférence au péché de chair. Toutefois, représentants d’une race supérieure, les Solariens respectent la justice et la tolérance. Il s’agit plutôt d’une réforme morale et civile de la société48.

  • 49 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 270-271.
  • 50 Ibidem, p. 258-259.
  • 51 Ibidem, p. 260.
  • 52 Ibidem, p. 201-202.
  • 53 Ibidem.
  • 54 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 57.
  • 55 Christian Bec, L’umanesimo civile, op. cit., p. 24.
  • 56 Ibidem, p. 23-24.
  • 57 Ibidem, p. 25-26.
  • 58 Ibidem, p. 12.
  • 59 Ibidem, p. 24.
  • 60 Ibidem.
  • 61 Ibidem, p. 23.

13L’éducation morale et sociale est d’ailleurs défendue par les trois auteurs. Morelli s’intéresse au choix des relations : il exhorte les enfants à fréquenter leurs pairs, qui font les mêmes études et sont « persone da bene », vertueux et bien élevés. Il décrit également le comportement à avoir : être hardi et courageux, parler, plaisanter, se disputer mais sans méchanceté49. Il faut se garder des mauvaises mœurs, éviter les vices comme la peur, la timidité, la lâcheté, l’avarice, qui entachent la bonne réputation50, se montrer courtois en toutes circonstances pour être considéré comme un homme et non une bête51. Il recommande encore de tirer des enseignements de ses échecs en se méfiant de ce qui a causé du tort et de suivre ce qui conduit au succès52. C’est une invitation à avoir confiance dans l’avenir : « sempre non vanno le cose a un modo, ma di continovo si mutano », écrit-il53. Pour Alberti, l’enfant doit être habitué à fréquenter la société dans le respect d’autrui, éviter la solitude54. Il prône la mediocritas, la voie moyenne qui est la juste voie, élément d’équilibre tourné vers la richesse et la gloire. Les qualités de base des bonnes mœurs sont : la modestie, la mansuétude, l’affabilité, l’humanité55. Par ailleurs, il justifie une morale économique, dans la mesure où le bénéfice commercial constitue une rétribution du travail du marchand, démontre l’utilité sociale de l’industrie, défend les opérateurs économiques affirmant que leurs activités sont louables et honnêtes. Il fait l’éloge de la richesse qui seule garantit la liberté individuelle, conforte la puissance de la famille et sa réputation, assure le salut de la ville56. Dans la Cité du Soleil, tout est fait pour juguler les vices. La propriété, source d’égoïsme, est abolie. Il n’y a ni pauvreté ni richesse : la première engendre l’avilissement, la ruse, le vol, la tromperie, le mensonge, le faux témoignage, le non-respect des lois ; la seconde est source d’insolence, d’orgueil, de traîtrise, d’apathie, de science illusoire. L’être humain est donc exempt de ces défauts57. La famille n’existe pas non plus. L’amour de la progéniture représenterait un encouragement à la cupidité et au particularisme. Les enfants, les femmes comme les hommes appartiennent à la communauté. Donc, pas de viols, pas d’incestes, pas d’adultères et, s’il y en a malgré tout, le coupable encourt le châtiment prévu58. L’orgueil est puni comme un délit, mais pratiquement impossible puisqu’aucune activité n’est humiliante et que tous exercent les mêmes tâches à un moment de leur vie59. L’envie n’existe pas chez les Solariens car ils ne s’intéressent pas aux biens matériels ; tous ont déjà ce qu’il leur faut60. La jalousie non plus, ni le dépit : chacun obtient exactement ce que son inclination lui fait désirer et les relations sexuelles sont considérées sous l’angle du bien collectif ; il n’y a pas de laideur : grâce à l’exercice, les femmes acquièrent un teint coloré, un corps solide et élancé ; c’est dans la vigueur, la vivacité et la grandeur que réside la beauté61. L’enfant comme l’homme sont donc exempts de passions.

  • 62 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 272.
  • 63 Christian Bec, Machiavel, Œuvres, Paris, Laffont, 1996, p. 1239.
  • 64 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre I p. 87.
  • 65 Ibidem, Livre III, p. 199-201.
  • 66 Tommaso Campanella, op. cit., p. 7.
  • 67 Id., Modo di filosofare, Le Poesie, op. cit., p. 26.

14Cette éducation est favorisée par des moyens appropriés et par des méthodes bien pensées. Morelli et Alberti s’appuient tous les deux sur une culture livresque, celle des classiques en priorité. Le premier propose un dialogue avec les Anciens62, bien avant Machiavel qui l’évoque dans la célèbre lettre du 10 décembre 1513 à Francesco Vettori63 : le soir venu, dans son cabinet, il revêt ses habits de cour pour s’entretenir avec les hommes de l’Antiquité. Giovanni di Pagolo dit au lecteur qu’il aura à sa disposition tous les grands hommes, en particulier Virgile le temps qu’il voudra, qu’il ne lui dira jamais non, répondra à toutes les questions, le conseillera et tout cela gratuitement. Mais Leon Battista pose des limites, il estime que l’enfant ne doit pas être continuellement prisonnier des livres64 et, par la bouche de Giannozzo, qui affirme « io non so lettere […] io mi sono ingegnato conoscere le cose più colla pruova mia che col dire altrui », il reconnaît la valeur de l’expérience65. En revanche, dans toute la Cité du Soleil, il n’y a qu’un seul livre, qui contient toutes les sciences et que Sapience, l’un des trois ministres du Métaphysicien avec Pouvoir et Amour, fait lire au peuple66. Les autres livres sont « copiati dal vivo con più errori ». Il faut donc retourner à l’original, la Nature67. C’est le monde qui est le livre de Dieu, c’est en lui que l’on doit lire l’art divin et apprendre à vivre en privé et en public. Plutôt que les livres, Campanella propose des fresques historiées. Sapience a fait peindre toutes les sciences sur les façades intérieures et extérieures des murailles et des balcons. Ainsi, à l’intérieur du premier cercle sont dessinées toutes les figures mathématiques avec leurs proportions, à l’extérieur sont peintes la carte du monde, les planches de toutes les provinces avec leurs us et coutumes et leurs lois ; à l’intérieur du deuxième cercle se trouvent toutes les pierres, précieuses ou non, les minéraux avec deux vers d’explication pour chacun ; à l’extérieur, toutes les sortes de lacs, de mers et de cours d’eau, de vins, d’huiles et d’autres liqueurs, accompagnés de leurs vertus, origines et qualités. À l’intérieur du troisième cercle sont représentées toutes les sortes d’herbes et d’arbres du monde, leurs vertus, leur analogie avec les étoiles, les métaux et les membres du corps humain, leur usage en médecine ; à l’extérieur figurent tous les poissons, leurs caractères, leur mode de vie, leur usage, les analogies avec le monde terrestre et céleste. Le quatrième cercle figure, à l’intérieur, les oiseaux avec leurs caractères, leur taille, leurs mœurs, à l’extérieur les reptiles : serpents, dragons, vermine, insectes variés avec des informations sur leurs venins et sur leurs propriétés. L’intérieur et l’extérieur du cinquième cercle sont dédiés aux très nombreux mammifères terrestres. Le sixième cercle enfin montre, à l’intérieur, tous les métiers, leurs inventeurs respectifs et les différentes techniques, l’extérieur est réservé aux concepteurs des lois, des sciences et des armes.

  • 68 Théa Picquet, Alberti e la Rinascenza francese, in Alberti e la cultura del Quattrocento a cura di (...)
  • 69 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 267-268.
  • 70 Ibidem, p. 268.
  • 71 Ibidem, p. 268-269.
  • 72 Ibidem, p. 205.
  • 73 Ibidem, p. 221-222.

15Se pose maintenant la question des maîtres. Chez Morelli et chez Alberti, tout comme chez Montaigne68, c’est le père de famille qui a la responsabilité de l’éducation des fils. Son rôle est bien spécifié par le premier. Il doit interdire les vices, enseigner la vertu, donner de bons conseils relatifs au hasard et à l’adversité, transmettre les solutions pour contrer cette dernière. Tout ceci en faisant appel à la raison et à l’exemple69. Il apprend à son fils à s’exprimer devant les citoyens et au sein des magistratures, lui confie des ambassades70. Il a aussi un rôle de mémoire et racontera les événements survenus autrefois dans la ville, rappellera les conseils prodigués par les grands hommes, les remèdes « utiles et bons », mais aussi les mauvais qui ont engendré des dommages et causé la honte, les choses du passé qu’il a vues, entendues ou lues dans les livres, celles qui lui sont arrivées, personnellement, à leur patrimoine, dans les affaires de la Commune ou du commerce, les vengeances comme les services rendus. Bref, le fils qui vit avec son père n’en retire que des avantages71. Mais qu’advient-il lorsque le père a disparu, comme ce fut le cas pour le chroniqueur ? Le fils reste « senza capo e senza guida72 ». Il convient alors de le confier à sa mère, à une personne fiable ou encore à la Commune et cette dernière solution est considérée la meilleure73.

  • 74 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  III, p. 256.
  • 75 Ibidem, Livre  I, p. 71-72.
  • 76 Ibidem, p. 63-64.
  • 77 Ibidem, p. 66-67.
  • 78 Ibidem, p. 86.

16Pour Leon Battista aussi, le rôle du père est essentiel : il doit prendre soin de son fils, le guider sur le chemin de la vertu, le conduire à la gloire74. Il doit être un exemple75, s’occuper de son fils en priorité et celui qui préfère les affaires est lourdement dénoncé76. En son absence, le maître est à choisir avec soin77 car il enseignera non seulement les Lettres mais aussi les bonnes mœurs78. Quoi qu’il en soit, personne ne fera mieux qu’un père.

  • 79 Tommaso Campanella, op. cit., p. 7.
  • 80 Ibidem, p. 12.

17Il en va tout autrement chez Campanella. En effet, dans la Cité du Soleil, les enfants n’appartiennent pas aux parents mais à la collectivité, qui prend en charge l’éducation. Sapience est responsable de toutes les sciences, des docteurs, des magistrats gouvernant les arts libéraux et mécaniques ; il dirige autant d’officiers qu’il y a de disciplines : l’astrologue, le cosmographe, le logicien, le rhéteur, le grammairien, le médecin, le physicien, le politique, le moraliste79. De même, les Solariens ont un officier pour chacune des vertus dont ils prennent le nom : Générosité, Magnanimité, Chasteté, Courage, Justice, Zèle, Vérité, Bienfaisance, Gratitude, Pitié etc.80.

  • 81 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 271 et Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 84.
  • 82 Ibidem et Tommaso Campanella, op. cit., p. 24.
  • 83 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 146-147.
  • 84 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 82.
  • 85 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 271.
  • 86 Tommaso Campanella, op. cit., p. 12-13.
  • 87 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 40.
  • 88 Eugenio Garin, L’educazione in Europa 1400/1600, Bari, Laterza, 1966, p. 138.
  • 89 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 52.
  • 90 Tommaso Campanella, op. cit., p. 33.
  • 91 Ibidem, p. 33.
  • 92 Ibidem, p. 32-33.

18Les méthodes pédagogiques sont presque absentes chez Alberti, suggérées chez Morelli et bien détaillées chez Campanella. Toutefois, les deux premiers insistent sur la volonté nécessaire à l’étude81 et tous les trois sur le plaisir de la connaissance82. Morelli s’élève contre les punitions corporelles que lui-même a subies dans son enfance83, Alberti conseille de punir « avec modestie », de ne pas avilir l’enfant car cela l’endurcirait dans le dédain et la haine84. Morelli exhorte l’enfant à étudier en continu, exception faite des temps réservés aux loisirs85. Campanella propose quant à lui un véritable programme86. Les enfants étudient toutes les disciplines peintes sur les murs. De trois à sept ans, ils apprennent les Langues et les Lettres. Ils se déplacent en quatre groupes guidés par quatre vieillards, qui les font jouer et courir, nu-tête et pieds nus, visiter les ateliers, et découvrent leurs inclinations. À sept ans, les élèves suivent les leçons d’histoire naturelle, toujours par groupes, tandis que les autres s’adonnent aux exercices physiques ou au service de la communauté. À dix ans, ils commencent l’étude des Mathématiques, de la Médecine et des différentes sciences, toujours dans un climat de débats et d’émulation. Ceux qui se distinguent dans une science ou dans un métier deviennent officiers, car chaque discipline a son chef. Les enfants s’initient aussi aux travaux des champs et au pâturage et celui qui apprend le plus de métiers et les exerce le mieux jouit d’une grande considération. Alberti tient compte des talents qui se dessinent dès la petite enfance, tels des bourgeons au printemps87. Comme l’écrit Eugenio Garin, l’éducateur doit identifier les aptitudes, découvrir les capacités, aider l’élève, ne pas imposer ni réprimer, défendre avec amour le plant qui grandit88. Leon Battista Alberti préconise de le laisser choisir un métier selon ses capacités et non selon les désirs de son père, de ne pas lui faire perdre son temps89. Campanella considère l’horoscope qui révèle les inclinations innées90. Il met l’accent sur le mérite : celui qui en sait le plus est considéré le plus noble91. Tout le monde s’adonne aux mêmes activités, spéculatives ou militaires, mais celui qui émerge est digne de reconnaissance, monte dans la hiérarchie92, dont il peut atteindre les plus hauts degrés, et devenir le Métaphysicien qui, assisté par un triumvirat, reflet laïque de la Trinité, composé de trois hauts dignitaires, Pon, Sin et Mor, c’est-à-dire respectivement Puissance, Sapience et Amour, n’est que le meilleur de tous les Solariens.

  • 93 Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi, op. cit., p. 213.
  • 94 Ibidem, p. 38.
  • 95 Ibidem, p. 179-181.
  • 96 Ibidem, p. 215.
  • 97 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  III p. 271.
  • 98 Ibidem, p. 270-271.
  • 99 Ibidem, p. 276-278.
  • 100 Ibidem, p. 267-268. Il s’agit des livres de comptes et des documents officiels.

19Les préoccupations de Morelli et d’Alberti se tournent, on l’a souligné, vers l’éducation des fils mais celle des filles est plutôt délaissée. Cependant, même s’il considère la naissance d’une fille comme un malheur93, le premier rappelle une série de femmes sereines et prudentes, dont sa sœur Mea, sur lesquelles se fondent la fortune et la force de la famille et une économie domestique intelligente et humaine94. En effet, la beauté de Giovanna Bartolomea, première enfant de Pagolo Morelli, répond à ces vertus : elle sait tout faire de ses mains, a une façon de parler délicate et plaisante, des gestes honnêtes et tempérés, de la franchise et de l’assurance. Elle lit et écrit aussi bien qu’un homme, sait chanter et danser, servir à table aussi bien qu’un « garzone », est experte en « masserizia di casa » (en économie domestique), évite le gaspillage sans être avare. Le tout dans la liesse. Elle satisfait son entourage, calme les colères, soigne la mélancolie des uns et des autres. Bref, elle est aimée de tous pour sa sagesse et son instruction95. Ce sont d’ailleurs les qualités requises pour une bonne épouse : instruite, intelligente, capable de tenir une maison96. Alberti, quant à lui, confie l’éducation des filles à la mère de famille, qui doit leur apprendre à filer, à coudre, à être obéissante et honnête97. Ensuite, le mari prendra le relais et donnera à la jeune épouse les règles à suivre : ne pas désirer d’autres hommes, bien prendre soin de sa famille, veiller à ce qu’il n’y ait pas de dépenses excessives98. Il le fera sans colère, avec douceur, sans jamais se soumettre à elle99. Mais il lui interdira l’accès de son bureau et ne lui montrera pas les « libri e scritture » car les femmes sont dépourvues de prudence et ne savent pas se taire100.

  • 101 Platon, Les Lois, VII, 804c-805e, traduction Émile Chambry révisée, dans L’éducation idéale, op. ci (...)
  • 102 Tommaso Campanella, op. cit., p. 27.
  • 103 Ibidem, p. 15-16.

20Cependant, toute misogynie est absente chez Tommaso qui, comme Platon101, prévoit la même éducation pour les garçons et les filles, formation militaire comprise, pour que les femmes puissent être aux côtés des hommes en temps de guerre ou dans l’éventualité du siège de la ville102. Hommes et femmes s’adonnent aux mêmes « disciplines libérales et manuelles », même si les activités qui exigent de gros efforts physiques ou de grands déplacements sont assumées par les hommes, et que les travaux sédentaires, comme tisser, coudre, couper barbe et cheveux, s’occuper de la pharmacie, sont dévolus aux femmes ; elles ont en outre le droit de peindre si elles en sont capables et de jouer de la musique car, comme les enfants, elles « y sont plus plaisantes103 ». Elles préparent la nourriture, alors que le service est assuré par les jeunes hommes et les jeunes filles de moins de vingt ans.

  • 104 Christian Bec, L’humanisme civique, op. cit., p. 43.
  • 105 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 272.
  • 106 Ibidem, préface de Vittore Branca, p. 52.
  • 107 Ibidem, p. 265.
  • 108 Ibidem, p. 271-272.
  • 109 Ibidem.
  • 110 Ibidem, p. 273.

21En somme, les trois auteurs accordent, à leur façon, la plus grande attention à l’éducation. Mais quels objectifs poursuivent-ils ? Chez Morelli, l’éducation vise tout d’abord à former le marchand idéal104 ; ensuite, la pratique des Anciens le libère de la mélancolie, des soucis, lui procure plaisir et consolation105, mais inculque aussi des règles de vie, stimule l’action106. L’éducation fait l’homme « isperto e ’ntendente al mondo », lui apporte l’expérience et la connaissance du monde107. Sans doute pas durant l’enfance, mais à l’âge adulte, lorsque l’esprit commence à goûter « la raison des choses », la douceur de la science, l’étude procure un plaisir immense : « tanto piacere, tanto diletto108 ». En outre, les résultats sur la vie sociale sont garantis : plus que la richesse, les enfants, le statut, elle lui apporte la supériorité, une « preminenza grande e onorevole109 ». Par la vertu et l’intelligence, il atteindra les plus hauts degrés de la société, sera réputé « homme et non animal110 ».

  • 111 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I p. 29.
  • 112 Ibidem, p. 77.
  • 113 Ibidem, p. 52.
  • 114 Christian Bec, op. cit., p. 26-28.
  • 115 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I p. 51.
  • 116 Ibidem, p. 85.
  • 117 Christian Bec, op. cit., p. 34-35.
  • 118 Ibidem, p. 26.

22Pour Alberti, le but premier est le bonheur individuel, dans le sens où l’apprentissage de la vertu peut rendre « beato e felice111 », puis l’honneur112 et le bien113 de la famille. Le succès de « la Gente » dépend non seulement du nombre ou de l’autorité de ses membres, mais aussi de leur réputation. La gloire est la récompense des actions réalisées au bénéfice de la famille et de la patrie114. D’ailleurs, le citoyen honnête et vertueux est plus utile à cette dernière que la richesse ou la puissance115. Les Lettres constituent en outre « l’ornement de la république116 » et Christian Bec rappelle à juste titre que l’éducation humaniste est une préparation à la vie civique117. Jeunes et vieux doivent avoir le même but, le bien de tous les citoyens et notre auteur développe l’idée que la béatitude terrestre ainsi que la grâce divine s’obtiennent à travers le service public118.

  • 119 Christian Bec, op. cit., p. 34-35 et introduction de Luigi Firpo, p. XXXIV.
  • 120 Ibidem, p. 25-27.

23Dans la Cité du Soleil enfin, tout est fait pour le bien-être du citoyen. L’idéal caressé est le bonheur terrestre dans une république active et pacifique où règne une entente fraternelle et se poursuit un travail en commun pour l’épanouissement de chacun119. L’être humain ne peut rien désirer d’autre. Son bonheur est planifié par la Cité. Tous les citoyens sans exception sont au service de la collectivité. Il n’y a aucune discrimination : on distribue à tous les charges, les métiers, les efforts. Rien ne justifie l’oisiveté : le faible vieillard prodiguera ses conseils, le boiteux se servira de ses yeux pour monter la garde, l’aveugle cardera la laine et retirera le duvet des oiseaux pour fabriquer des matelas, celui qui est privé de ses mains sera utilisé ailleurs120.

24En conclusion, Morelli, Alberti et Campanella apportent un soin particulier à l’éducation. Tous les trois entendent préparer l’enfant à la vie en société. Toutefois, si le premier vise principalement la réussite individuelle, le deuxième vise le succès de la famille mais aussi celui de la Cité, le troisième n’envisage le bonheur qu’au sein de la collectivité et au service de la Cité.

  • 121 Érasme, Declamatio de pueris satim ac liberaliter Instituendis, étude critique, traduction et comme (...)

25En outre, tout comme Érasme, les deux premiers prônent le retour aux textes anciens et pensent que l’enfant a besoin d’un cadre ferme mais rassurant dans une situation familiale propice à un bon apprentissage. Campanella, quant à lui, se rapproche de l’humaniste européen en souhaitant que les élèves deviennent les meilleurs citoyens possible. Cela dit, l’essentiel est la recherche du bonheur, et nous donnons le mot de la fin justement à Érasme qui, dans sa Declamatio de pueris satim ac liberaliter Instituendis, déclare que le principe de la félicité humaine réside essentiellement en trois choses : la nature, l’éducation et l’exercice121.

  • 122 Jean-Claude Margolin, Anthologie des humanistes européens de la Renaissance, Paris, Gallimard, 2007 (...)
  • 123 Érasme, De pueris instituendis, traduction française de Jean-Louis Margolin, in Érasme, Paris, Laff (...)

26C’est encore Érasme, rappelle Jean-Claude Margolin122, qui, après les Pères de l’Église d’Orient et d’Occident, Giannozzo Manetti, Pic de la Mirandole, Bovelles, Budé, et combien d’autres, proclame l’éminente dignité de l’homme et son irréductible spécificité, en une formule célèbre de son traité pédagogique sur l’éducation libérale des enfants, véritable règle d’or de tout l’humanisme militant : « Les hommes ne naissent pas hommes, ils le deviennent123 ».

Haut de page

Notes

1 « Éduquer les jeunes, écrivit Melanchton, est plus important que prendre Troie », Jan Amos Comenii, Magna didactica, Leipzig, Hultgren, 1894, p. 13.

2 Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi, a cura di Vittore Branca, Firenze, Le Monnier, 1969.

3 Leon Battista Alberti, I Libri della Famiglia, a cura di Ruggiero Romano e Alberto Tenenti, Torino, Einaudi, 1969. Signalons la traduction : De la famille, par Maxime Castro, préface de Michel Paoli, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

4 Tommaso Campanella, La Città del Sole, a cura di Luigi Firpo, Nuova edizione a cura di Germana Ernst e Laura Salvetti Firpo, Roma-Bari, Laterza, 2011. L’édition française utilisée est La Cité du Soleil, Introduction, édition et notes par Luigi Firpo, traduction française par Arnaud Tripet, Genève, Droz, 2000. Voir aussi : La Cité heureuse, l’utopie italienne de la Renaissance à l’Âge baroque, sous la direction d’Adelin Fiorato, Paris, Quai Voltaire, 1992.

5 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, tome 1, p. 1189.

6 Ibidem, p. 764.

7 Christian Bec, L’umanesimo civile. Alberti, Salutati, Bruni, Bracciolini e altri trattatisti del ‘400, Torino, Paravia, 1978, p. 20-31.

8 Théa Picquet, Florence berceau de la Renaissance, Aix-en-Provence, PUP, 2015, p. 102.

9 Constance Mercadante, « La Città del Sole » di Tommaso Campanella… non solo un’utopia, mémoire dactyl., 2004, Université de Provence. Puis Constance Mercadante, Tommaso Campanella, de la « Monarchie d’Espagne » à la « Monarchie de France », la quête de l’Unité Universelle, mémoire dactyl., 2005, Université de Provence. Voir aussi : Théa Picquet, « L’Homme et la Cité. Tommaso Campanella (1568-1639), La Cité du Soleil, 1602 », in Béatrice Charlet et Stefan Gencarau (dir.), Bestialité, humanité et divinité dans la Romanité : concepts et représentations, Studii de stiinta si cultura, Arad, Roumanie, 2014, p. 43- 67.

10 Tommaso Campanella, La Cité du Soleil, op. cit., p. VII.

11 Cf. Théa Picquet, « L’Homme et la Cité. Tommaso Campanella (1568-1639) […] », op. cit., p. 43-67.

12 Tommaso Campanella, Egloga in nativitatem Delphini, in Tutte le opere di Tommaso Campanella, a cura di Luigi Firpo, Milano, Mondadori, 1954, p. 287-301.

13 Pour une biographie plus complète, voir Tommaso Campanella, Le Poesie, a cura di Francesco Giancotti, Milano, Bompiani, 2013, p. XLVII-XCIII.

14 Id., Metafisica, a cura di Giovanni di Napoli, Bologna, Zanichelli, 1968 et Id, Metafisica, édition originale, D. Langlois, 1638, reprint a cura di Luigi Firpo, Torino, Bottega d’Erasmo, 1961.

15 Id., De Ceremonialibus Jesu Christo observatis. Theologicorum liber XX, a cura di M. Muccillo, trad. de R. Amerio, Roma, Cedam, 1993.

16 Id., Aforismi politici, a cura di Luigi Firpo, Torino, Giappichelli, 1941.

17 Id., Atheismus triumphatus, Paris, Tusanum Dubray, 1636. L’ateismo trionfato, ovvero Riconoscimento filosofico della religione universale contra l’anticristianesimo machiavellesco, par Germana Ernst, Pisa, Scuola Normale superiore, 2004.

18 Id., Monarchie d’Espagne, traduction de Serge Waldbaum et Nathalie Fabry, Paris, PUF, 1977. Pour une bibliographie complète, voir : La Città del Sole, op. cit., p. XLIII-XLVII.

19 Théa Picquet, Florence berceau de la Renaissance, op. cit., p. 97.

20 Cf. Alberto Tenenti, « Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisation, 15e année, n. 2, 1960, p. 397-400.

21 Théa Picquet, op. cit., p. 102.

22 Tommaso Campanella, La Città del Sole, op. cit., p. IL.

23 Ibidem, note 4.

24 Ibidem, p. 1.

25 Giovanni Botero, Relazioni universali, Venezia, Agostino Angelieri, 1659, p. 200.

26 Tommaso Campanella, op. cit., p. 2.

27 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 272.

28 Ibidem.

29 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre I, p. 86.

30 Tommaso Campanella, op. cit., p. 8-10.

31 « François Rabelais, Le rêve de la connaissance universelle », L’éducation idéale, Les textes fondamentaux, Le Point, Octobre-Novembre 2016, p. 34-35.

32 Tommaso Campanella, op.cit., p. 15.

33 Id., Le Poesie, a cura di Fracesco Giancotti, Milano, Bompiani, 2013, Proemio, p. 9.

34 Ibidem, A’ poeti, p. 11.

35 Ibidem, Agl’Italiani, p. 127-128.

36 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 264.

37 Ibidem, p. 271.

38 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 58-59.

39 Ibidem, p. 88-89.

40 Tommaso Campanella, La Città del Sole, op. cit., p. 24.

41 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 88-89.

42 Tommaso Campanella, op. cit., p. 26-27.

43 Ibidem, p. 29.

44 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 87.

45 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 273.

46 Ibidem, p. 202.

47 Christian Bec, L’umanesimo civile, Torino, Paravia, 1975, p. 28-29.

48 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1995, p. 203.

49 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 270-271.

50 Ibidem, p. 258-259.

51 Ibidem, p. 260.

52 Ibidem, p. 201-202.

53 Ibidem.

54 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 57.

55 Christian Bec, L’umanesimo civile, op. cit., p. 24.

56 Ibidem, p. 23-24.

57 Ibidem, p. 25-26.

58 Ibidem, p. 12.

59 Ibidem, p. 24.

60 Ibidem.

61 Ibidem, p. 23.

62 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 272.

63 Christian Bec, Machiavel, Œuvres, Paris, Laffont, 1996, p. 1239.

64 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre I p. 87.

65 Ibidem, Livre III, p. 199-201.

66 Tommaso Campanella, op. cit., p. 7.

67 Id., Modo di filosofare, Le Poesie, op. cit., p. 26.

68 Théa Picquet, Alberti e la Rinascenza francese, in Alberti e la cultura del Quattrocento a cura di Roberto Cardini e Mariangela Regoliosi, Firenze, Edizioni Polistampa, 2007, tomo II, p. 849-850.

69 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 267-268.

70 Ibidem, p. 268.

71 Ibidem, p. 268-269.

72 Ibidem, p. 205.

73 Ibidem, p. 221-222.

74 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  III, p. 256.

75 Ibidem, Livre  I, p. 71-72.

76 Ibidem, p. 63-64.

77 Ibidem, p. 66-67.

78 Ibidem, p. 86.

79 Tommaso Campanella, op. cit., p. 7.

80 Ibidem, p. 12.

81 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 271 et Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 84.

82 Ibidem et Tommaso Campanella, op. cit., p. 24.

83 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 146-147.

84 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 82.

85 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 271.

86 Tommaso Campanella, op. cit., p. 12-13.

87 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 40.

88 Eugenio Garin, L’educazione in Europa 1400/1600, Bari, Laterza, 1966, p. 138.

89 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I, p. 52.

90 Tommaso Campanella, op. cit., p. 33.

91 Ibidem, p. 33.

92 Ibidem, p. 32-33.

93 Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi, op. cit., p. 213.

94 Ibidem, p. 38.

95 Ibidem, p. 179-181.

96 Ibidem, p. 215.

97 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  III p. 271.

98 Ibidem, p. 270-271.

99 Ibidem, p. 276-278.

100 Ibidem, p. 267-268. Il s’agit des livres de comptes et des documents officiels.

101 Platon, Les Lois, VII, 804c-805e, traduction Émile Chambry révisée, dans L’éducation idéale, op. cit., p. 13.

102 Tommaso Campanella, op. cit., p. 27.

103 Ibidem, p. 15-16.

104 Christian Bec, L’humanisme civique, op. cit., p. 43.

105 Giovanni di Pagolo Morelli, op. cit., p. 272.

106 Ibidem, préface de Vittore Branca, p. 52.

107 Ibidem, p. 265.

108 Ibidem, p. 271-272.

109 Ibidem.

110 Ibidem, p. 273.

111 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I p. 29.

112 Ibidem, p. 77.

113 Ibidem, p. 52.

114 Christian Bec, op. cit., p. 26-28.

115 Leon Battista Alberti, op. cit., Livre  I p. 51.

116 Ibidem, p. 85.

117 Christian Bec, op. cit., p. 34-35.

118 Ibidem, p. 26.

119 Christian Bec, op. cit., p. 34-35 et introduction de Luigi Firpo, p. XXXIV.

120 Ibidem, p. 25-27.

121 Érasme, Declamatio de pueris satim ac liberaliter Instituendis, étude critique, traduction et commentaire par Jean-Claude Margolin, Genève, Droz, 1966, dans L’éducation idéale, op. cit., p. 31.

122 Jean-Claude Margolin, Anthologie des humanistes européens de la Renaissance, Paris, Gallimard, 2007, p. 22.

123 Érasme, De pueris instituendis, traduction française de Jean-Louis Margolin, in Érasme, Paris, Laffont, collection Bouquins, 1992, p. 487.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « L’éducation de l’enfant et la Renaissance italienne.
Une éducation au service de la Cité ?
 », Italies, 22 | 2018, 35-51.

Référence électronique

Théa Picquet, « L’éducation de l’enfant et la Renaissance italienne.
Une éducation au service de la Cité ?
 », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6073 ; DOI : 10.4000/italies.6073

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER/TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals