Navigation – Plan du site
La littérature et le spectacle pour l'enfance

Le Viaggio per l’Italia di Giannettino de Carlo Collodi : étude d’une œuvre pour l’enfance dans l’Italie de la fin du XIXe siècle

Manon Spennato
p. 89-110

Résumés

Cet article propose d’étudier le thème de la construction de l’identité et du sentiment national italiens post-unitaires à travers une œuvre pour l’enfance désormais mal connue des jeunes lecteurs et de la critique. Il s’agit du Viaggio per l’Italia di Giannettino de Collodi, un livre de lecture pour enfants, appartenant à la série des Giannettini, dans lesquels on retrouve les aventures de l’espiègle Giannettino, cousin germain de Pinocchio. Le Viaggio per l’Italia di Giannettino s’inscrit parfaitement dans le contexte social, politique et idéologique de la fin du XIXe siècle, où la formation de l’Italien prévaut largement sur les besoins et les attentes du jeune public italien. Ainsi, à travers cet instrument pédagogique original, qui met en scène le voyage d’un maître (le Dottor Boccadoro) et de son élève (Giannettino) à travers les principales villes italiennes, Collodi offre aux petits Italiens la possibilité d’accéder à la connaissance de leur patrie tout en leur inculquant des valeurs morales, civiques et patriotiques fondamentales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, vol. I (ripro (...)

Il concetto del Collodi è quello di far conoscere ai giovinetti
l’Italia nei suoi monumenti, nelle sue glorie antiche
o recenti, nelle industrie, nei commercj,
e in tutto ciò che può dare ad essi
la cognizione della nostra patria, e con la cognizione
il sentimento e l’amore della medesima.
Giuseppe Rigutini1

  • 2 Cf. deux ouvrages fondamentaux sur le sujet, par Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enf (...)
  • 3 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, Firenze, Paggi, 1883.
  • 4 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino (Italia Settentrionale, Italia Centrale, Ital (...)
  • 5 L’ouvrage n’a, à notre connaissance, jamais été traduit en français. Il s’agit là d’une traduction (...)

1En Italie, le XIXe siècle coïncida à la fois avec le processus d’unification nationale du pays et l’affirmation politique et sociale de la bourgeoisie. Ainsi, de nombreux intellectuels et écrivains de l’époque s’engagèrent-ils à diffuser, d’une part, l’idée de nation, et, de l’autre, les valeurs civiques et morales de la bourgeoisie au pouvoir, notamment par le biais de l’école et de la production pour l’enfance. En effet, au lendemain de l’Unité, et ce jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’enfant italien est soumis au processus de l’incivilimento (c’est-à-dire l’acquisition des valeurs civiques et morales), en devenant la cible d’une mission pédagogique capable de modeler une société future répondant aux idéaux patriotiques2. L’écrivain et journaliste toscan Carlo Collodi, généralement connu pour son chef-d’œuvre Le avventure di Pinocchio3, précédé par l’écriture de Giannettino, s’engagea dans cette voie, en publiant dans les années 1880 son Viaggio per l’Italia di Giannettino4 (Le voyage de Giannettino à travers l’Italie5), dans lequel un enfant imaginaire, Giannettino, entreprend, aux côtés de son mentor, le Dottor Boccadoro (monsieur Bouche d’Or, le détenteur de toutes les normes), un authentique tour pédagogique de l’Italie, où la description des différents lieux rencontrés par les protagonistes sert à la fois à consolider les valeurs de la bourgeoisie au pouvoir et à susciter chez les petits Italiens un esprit patriotique et un sentiment commun d’appartenance et d’amour envers la nouvelle nation italienne.

  • 6 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit.
  • 7 Edmondo De Amicis, Cuore, Milano, Treves, 1886.

2Le viaggio per l’Italia di Giannettino n’est ni un roman, ni un livre de géographie, mais bien un livre de lecture à la fois privée et didactique pour enfants se présentant sous forme d’un guide à la fois touristique et moral de l’Italie, sur le modèle des guides du voyageur moderne élaborés par l’allemand Karl Baedeker dans la seconde moitié du XIXe siècle, et divisé en trois volumes (respectivement L’Italia settentrionale, L’Italia centrale, L’Italia meridionale), publiés entre 1880 et 1886 dans la Biblioteca scolastica des frères Paggi. En outre, le Viaggio appartient à la série des Giannettini, des livres de pédagogie pour enfants, publiés au lendemain des premières lois italiennes sur l’instruction, qui représentent un tournant positif dans l’histoire des livres pour enfants de l’époque, car ils proposent une approche inédite de l’apprentissage de notions et de valeurs tout en renonçant à l’aspect purement notionnel et encyclopédique des autres livres pour enfants de l’époque qui, quant à eux, accordent assez peu d’importance aux goûts et aux capacités intellectuelles des enfants, au moins jusqu’à l’arrivée de Pinocchio6 et de Cuore7.

  • 8 Nous avons choisi d’utiliser, pour notre étude et nos citations, pour des raisons pratiques, et par (...)

3Le Viaggio per l’Italia di Giannettino est de nos jours un livre assez méconnu des lecteurs, tout comme le reste de la production collodienne pour l’enfance, obscurcie par le succès planétaire de Pinocchio, et pourtant porteuse de questions cruciales pour comprendre l’idée de nation et d’éducation au lendemain de l’unité italienne. Pour cette raison, il nous a semblé intéressant d’étudier dans cette œuvre8 la diffusion du discours national et des valeurs bourgeoises de l’époque à travers cet instrument didactico-ludique qui met en scène un voyage entre un maître et son élève dans l’Italie de la fin du XIXe siècle.

  • 9 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, Mil (...)

4Dans un premier temps, il s’agira de dresser un rapide portrait de Giannettino à partir de données rassemblées par la critique et de la lecture préalable du livre Giannettino9 (à ne pas confondre avec le Viaggio per l’Italia di Giannettino), afin de mieux préparer les deux parties suivantes, centrées sur l’analyse proprement dite du Viaggio, mais aussi afin de mieux distinguer son personnage du célèbre Pinocchio dont il est en quelque sorte un antécédent, sans lui ressembler complètement. Dans un second temps, nous évoquerons les origines et les diverses étapes de ce parcours pédagogique dans l’espace italien afin de mettre en évidence les intentions de l’auteur lorsqu’il écrivit cette œuvre. Nous nous pencherons alors sur la recherche des sources possibles, la description de l’itinéraire du Nord au Sud, les moyens de transports utilisés, les espaces privilégiés, et cette partie se conclura par l’évocation rapide de la part iconographique de l’œuvre. Enfin, la dernière partie offrira une analyse des modalités narratives et des choix thématiques de l’auteur présents dans l’ouvrage, dans le but d’évaluer la portée morale et éducative de cette œuvre destinée aux petits Italiens, appelés à incarner le patriotisme et donc à connaître et à aimer leur patrie.

De Giannettino à Pinocchio

  • 10 Carlo Collodi, I racconti delle fate, Firenze, Paggi, 1875.
  • 11 Carlo Collodi, Giannettino. Libro per ragazzi, Firenze, Paggi, 1877. Cet ouvrage valut à Collodi le (...)
  • 12 Patrick Cabanel, Le tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (XIXe-(...)
  • 13 Carlo Collodi, Minuzzolo. Secondo libro di lettura, Firenze, Paggi, 1878.
  • 14 Carlo Collodi, La grammatica di Giannettino per le scuole elementari, Firenze, Paggi, 1883.
  • 15 Carlo Collodi, L’abbaco di Giannettino per le scuole elementari, Firenze, Paggi, 1884.
  • 16 Carlo Collodi, La geografia di Giannettino. Adottata nelle scuole comunali di Firenze, Firenze, Pag (...)
  • 17 Carlo Collodi, La lanterna magica di Giannettino. Libro per i giovanetti, Firenze, Paggi, 1890.
  • 18 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino (Italia Settentrionale, Italia Centrale, Ital (...)

5Deux ans après la publication de I racconti delle fate10, et au lendemain des premières lois italiennes sur l’instruction, les Florentins Felice et Alessandro Paggi demandent à Collodi de reprendre et de moderniser le classique scolaire de Parravicini, le Giannetto11, pour en tirer un livre, puis toute une série qui donnera naissance aux fameux Giannettini. Ainsi, le 6 septembre 1877, à quelques jours de la rentrée des classes, le Giannettino. Libro per ragazzi, composé d’une trentaine de chapitres, est tiré à 4 000 exemplaires, et doit être réimprimé dans la foulée, en raison de son succès12. L’année d’après, Collodi publie un second ouvrage mettant en scène un compagnon et voisin de Giannettino, Minuzzolo13, un jeune garçon âgé de neuf ans, qui n’est autre qu’une reprise du Giannettino. Par la suite, pris d’une réelle affection pour le personnage de Giannettino, Collodi se mettra à écrire pour lui une grammaire14, un boulier15, une géographie16, un livre illustré sous forme de lanterne magique17, et le fera finalement voyager à travers l’Italie aux côtés de son mentor-pédagogue, le Dottor Boccadoro, dans le Viaggio per l’Italia di Giannettino18.

  • 19 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, op. (...)

6Qui est donc ce jeune Giannettino, héros de la saga des Giannettini? Giannettino, petit garçon rouquin âgé de dix à douze ans, est certes un enfant gai et éveillé, mais aussi turbulent et capricieux. Fils unique et trop gâté par ses parents, il est devenu, au sein du foyer, un véritable petit tyran et possède toutes les caractéristiques du “coquin” de service et de l’enfant transgressif qui n’écoute rien et ne se plie aucunement à la discipline. Il a dessiné et gribouillé sur ses cahiers et ses livres d’école et fait même savoir à sa mère, la signora Sofia, que s’il avait inventé le calendrier, il aurait fait des semaines à quatre dimanches et trois jeudis19. D’ailleurs, il est à tel point allergique au système scolaire qu’il n’hésite pas à mettre sur le même plan le fait d’aller à l’école et celui de se rendre chez le dentiste pour se faire arracher une dent :

  • 20 Ibidem.

La voglia di studiare non la conosceva neppure di vista. I suoi libri e i suoi quaderni erano tutti fioriti di scarabocchi e rabescati dalla prima all’ultima pagina. […] Quando la mattina andava a scuola, vi andava con lo stesso piacere e con lo stesso viso allegro col quale sarebbe andato a farsi levare un dente davanti20.

  • 21 L’image du perroquet qui répète sans cesse les paroles des autres peut être interprétée ici comme u (...)
  • 22 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, op. (...)
  • 23 Ibidem, p. 42.

7De plus, sous prétexte de relire ses leçons, il passe la majeure partie de son temps enfermé dans sa chambre à apprendre l’italien à deux perroquets21 et à fabriquer avec grande minutie des théâtres de marionnettes. Personne ne le supporte, à commencer par les invités de ses parents, qui finissent par déserter un à un la maison familiale, exaspérés par l’attitude toujours plus déplacée du jeune garçon. Même son vieux chat Buricchio, « che in questo mondo non aveva mai dato noia a nessuno, nemmeno ai topi22 », dès qu’il l’entend rentrer de l’école, file aussitôt se coucher pour ne pas avoir à l’affronter. Seul le Dottor Boccadoro, ami de la famille, surnommé ainsi à cause de sa « bella virtù di parlar chiaro e di dire a tutti la verità, anche a passare qualche volta per un troppo lesto di lingua23 », résiste aux multiples tours de Giannettino. C’est lui qui va avoir pour rôle d’éduquer et d’instruire, non sans peine, ce chenapan, en lui apprenant les bonnes manières et en le rendant obéissant, honnête, et, chose encore plus surprenante, fidèle à l’école. Ainsi, à force de se surpasser, Giannettino devient un garçon “comme il faut” et réussit ses examens de troisième année. Pour le récompenser, le Dottor Boccadoro décide d’emmener son petit protégé faire un tour des principales villes italiennes. Le livre Giannettino prend fin tout simplement à la gare de Florence, en partance pour ce voyage de fin d’année, prix d’excellence qui va donner lieu à un véritable tour pédagogique de l’Italie ayant pour but de permettre au jeune garçon et, par la même occasion, aux milliers de petits Italiens, d’accéder à la connaissance de leur patrie et d’apprendre des notions et des valeurs de manière ludique. Ce bref résumé du changement de comportement du garçonnet permet donc de mieux saisir les raisons du voyage à travers l’Italie et son intention édifiante pour les jeunes lecteurs, invités, eux aussi, à connaître leurs leçons sur le bout des doigts pour mériter une récompense.

  • 24 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, Introduzione di Stefano Bertezzag (...)
  • 25 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, op. (...)
  • 26 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit., p. 96.
  • 27 Nous renvoyons à l’édition suivante : Giannettino, Roma, Artieri, 1969, p. 289.
  • 28 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit., p. 170.

8L’étude du livre Giannettino d’une part, et des Avventure di Pinocchio24de l’autre, nous a également permis d’établir un rapport analogique fort entre deux personnages collodiens assez proches : Giannettino et Pinocchio. Même si Giannettino se différencie du pantin par son origine sociale (Giannettino appartient à un milieu bourgeois et aisé, tandis que Pinocchio évolue dans un milieu populaire constitué d’ouvriers, d’artisans, etc.), présente des caractéristiques (et notamment des défauts considérés par Collodi comme inhérents à la condition anthropologique de l’enfance) très proches de la marionnette. En effet, tout comme cette dernière, Giannettino ne veut aucunement entendre parler d’école et, lorsqu’on lui répète qu’il vaudrait mieux qu’il se mette sérieusement au travail, il répond avec la phrase typique des enfants paresseux : « Studierò! Non c’è furia! Comincerò domani25 ». On croirait entendre Pinocchio qui, contraint par la fée bleue de se rendre à l’école après une énième frasque, répond la chose suivante : « Dicevo – mugolò il burattino a mezzavoce – che ormai per andare a scuola mi pare un po’ tardi26 ». De plus, le pantin est fasciné par le pays des jouets, où les semaines se composent de six jeudis et d’un dimanche, tandis que Giannettino, nous l’avons vu, rêve de semaines de quatre jeudis et de trois dimanches. Mais heureusement, tous ces défauts sont destinés à être corrigés par le mûrissement de l’enfant. Ainsi, à la fin de l’année scolaire, Giannettino est véritablement transformé, si bien que la conclusion de l’ouvrage anticipe celle des Avventure : « Com’eri sguaiato ragazzo mio, e quanto fiato c’è voluto per far di te un giovinetto per bene27! », tandis que Pinocchio se réjouit d’être enfin devenu un ragazzino per bene : « Com’ero buffo, quand’ero un burattino! E come ora son contento di esser diventato un ragazzino per bene28!… ». Enfin, Giannettino connaît aussi des mésaventures qui préfigurent celles de la marionnette à venir. En voici un exemple. Tout comme Pinocchio, Giannettino, persuadé qu’il ne pourra jamais rien lui arriver de mal, refuse de croire à l’existence des « cattivi compagni », les mauvais camarades. Il se fera alors conduire dans une auberge par de mauvais camarades qui ressemblent fortement au Chat et au Renard et, après s’être fait escroquer, finira injustement en prison :

  • 29 Carlo Collodi, Giannettino, op. cit., p. 314-315.

Ma dove sono questi cattivi compagni? […] È tanto che ne sento parlare! Ma io per ora non li ho veduti, né conosciuti mai. Ci saranno questi cattivi compagni, non dico di no…; saranno anche pericolosi; ma sai per chi? Per i pupillini e per i ragazzi che sono stati sempre attaccati alla gonnella della mamma; ma per gli uomini furbi e per le persone svelte come me […] ci vuol altro che cattivi compagni29!

  • 30 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit., p. 47.

9Une scène similaire apparaît au chapitre XIV des Avventure lorsque Pinocchio décide, encore une fois, de n’en faire qu’à sa tête et de ne pas tenir compte de la mise en garde du Grillo Parlante contre les assassins. Pour cette raison, Pinocchio finira tristement pendu par ces derniers à une branche de la Grande Quercia avant d’être sauvé par l’intermédiaire de sa bonne fée30. Giannettino et Pinocchio sont bien des frères (comme le Giamburrasca de Vamba), frères également du petit Collodi, ancien enfant rebelle et dissipé, et par là même sans doute de tout enfant de dix ou douze ans contraint de choisir entre la liberté du désir et la discipline de l’école.

Genèse et analyse descriptive du Viaggio di Giannettino

Les sources du Viaggio

  • 31 Elsa Damien, « Turismo, amor patrio e fantasia nel Viaggio di Giannettino di Carlo Collodi », Chron (...)
  • 32 Carlo Collodi, Un romanzo in vapore: da Firenze a Livorno. Guida storico-umoristica, Firenze, tipog (...)

10Le livre présente l’originalité de s’inspirer de la forme du guide touristique moderne, qui constitue à l’époque un important phénomène éditorial international31. Collodi s’était déjà confronté à ce type d’écriture quelques années auparavant lorsqu’il publia son Romanzo in vapore : da Firenze a Livorno. Guida storico-umoristica32, un roman de poche écrit à l’occasion de l’inauguration de la ligne ferroviaire Leopolda qui reliait Florence à Livourne par Pise et Empoli. Un romanzo in vapore est conçu comme une véritable parodie des livres de voyages sentimentaux et se présente comme un guide des villes et villages situés le long de la voie ferrée, indiquant successivement théâtres, cafés, usines, commerces et monuments, et placé au sein d’un décor postiche de récit ou de nouvelle. Le Viaggio di Giannettino utilise le même type de procédé spatial et narratif, en l’étendant cette fois-ci à l’ensemble du pays. En outre, dans son Romanzo, Collodi insiste également sur le monde intérieur et nouveau du compartiment de train qui établit, pendant une durée limitée, un contact étroit et éphémère entre les différents passagers qui s’y trouvent. Le voyage en train fascinera l’auteur toute sa vie, à tel point qu’il en fera l’une des thématiques principales de ses livres pour l’enfance. En effet, le Viaggio di Giannettino se fait, pour la plupart de son trajet, en train. C’est ainsi que Giannettino et le Dottor Boccadoro rencontrent toute une série de personnages différents les uns des autres qui donnent parfois lieu à des récits assez amusants et anecdotiques qui rompent avec la monotonie didactique du voyage.

  • 33 Elsa Damien, « Turismo, amor patrio e fantasia nel Viaggio di Giannettino di Carlo Collodi », op. c (...)

11La deuxième source à laquelle Collodi s’est inspiré pour son Viaggio est celle proposée par les célèbres guides du voyageur moderne consacrés à l’Italie du Nord, du Centre et du Sud, élaborés par l’écrivain et libraire allemand Karl Baedeker, dans la seconde moitié du XIXe siècle. En effet, dans l’une de ses correspondances, Collodi déclare ouvertement avoir pillé les guides Baedeker pour écrire son Viaggio33.

  • 34 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants : devoir et patrie, Paris, Belin, 1877.

12Enfin, le troisième et dernier ouvrage de voyage auquel Collodi se serait référé est Le tour de la France par deux enfants : devoir et patrie34, manuel scolaire et best-seller français écrit par G. Bruno en 1877. Dès sa sortie, le livre connut immédiatement un grand succès et une large diffusion dans le pays car il fut considéré comme une initiative patriotique suite à l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine par l’Allemagne en 1870. Cette troisième source reste cependant partiellement exploitable dans le sens où certains critiques n’hésitent pas à parler du Viaggio comme d’une véritable réécriture de l’œuvre de G. Bruno, tandis que d’autres n’ont au contraire jamais fait le rapprochement entre les deux œuvres. Une recherche plus approfondie dans les archives, dans la correspondance de Collodi et dans la politique éditoriale française et italienne des années 1880 pourrait nous permettre de mieux comprendre le rapport entre le Viaggio di Giannettino et le manuel scolaire de G. Bruno, même si nous proposons, ici, l’hypothèse selon laquelle les deux ouvrages ont été élaborés et publiés indépendamment de l’idée d’un modèle copié ou d’une réécriture transnationale, dans un contexte similaire de transmission des valeurs nationales, unitaires pour les petits Italiens, patriotiques pour les petits Français. En effet, dans le cas de G. Bruno, il s’agit pour les deux frères orphelins de “reconquérir” leur patrie, après la guerre franco-allemande de 1870, tandis que dans le Viaggio, Giannettino part à la découverte d’une nouvelle nation qu’il ne connaît pas encore.

Itinéraire d’un parcours pédagogique du Nord au Sud

13Le Viaggio di Giannettino s’insère parfaitement dans la tradition des livres pédagogiques apparue au cours du XVIIe siècle et basée sur la figure de l’éducateur qui voyage en compagnie de ses élèves et qui leur transmet, au travers des lieux visités, toute une série de notions et d’enseignements moraux. En effet, le jeune Giannettino, après être enfin devenu « un giovinetto per bene », parcourt, pendant plusieurs vacances estivales, les plus grandes villes italiennes du Nord jusqu’au Sud, en compagnie de son guide et mentor, le Dottor Boccadoro. C’est ainsi que toutes les caractéristiques des villes et régions visitées, les monuments, les musées, les églises, les théâtres, les fêtes, la gastronomie, les personnages illustres ou encore les faits historiques majeurs sont communiqués soit par le Dottor Boccadoro en personne, soit à travers les communications que Giannettino entretient régulièrement avec son meilleur ami Minuzzolo et ses trois frères, Ernesto, Gigetto et Adolfo, restés à Florence (présence physique du garçonnet ou lettres envoyées à ses amis à partir du deuxième volume). Le Viaggio di Giannettino est un livre tout entier destiné à donner aux enfants italiens une idée “moyenne”, donc générale, de ce qu’est l’Italie, leur nouvelle et glorieuse patrie, dont ils ne connaissent par conséquent absolument rien.

14Passons maintenant à la description de ce parcours pédagogique dans l’espace italien afin de mettre en évidence les intentions principales de l’auteur lorsqu’il écrivit cet ouvrage. Précisons que l’auteur entend faire connaître aux jeunes Italiens l’histoire de leur pays par la géographie, nous avons en effet affaire dans le Viaggio à une véritable spatialisation de l’histoire. Le Florentin Collodi décide de faire commencer le parcours depuis sa ville, avant de rejoindre Turin (pour une durée de douze jours) par Pistoia, Bologne, Ravenne, Ferrare, Parme, puis de poursuivre via Milan (dix jours), Varese, Venise, le Frioul, Gênes, la Spezia (quinze jours) avant de revenir au point de départ. Le premier voyage dure donc en tout et pour tout une quarantaine de jours (sans compter Florence). Le désir de Collodi de faire débuter son Viaggio par le lieu d’origine des protagonistes correspond au principe selon lequel il vaut mieux connaître son propre environnement avant d’étendre ses propres connaissances, surtout pour ne pas faire mauvaise impression aux yeux des habitants des diverses régions parcourues. Il s’agit là d’un des grands principes éducatifs et moraux énoncés par le Dottor Boccadoro à Giannettino tout au long du Viaggio :

  • 35 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)

Ricordati, Giannettino, che quando una persona si mette in viaggio per andare a conoscere e visitare i paesi degli altri, è prudenza che pria conosca bene il proprio paese o almeno le principali cose del suo paese; perchè, se no, c’è il caso che possa trovarsi a fare qualche figura non troppo bella35.

15Boccadoro tente ici de faire comprendre à son élève et, par la même occasion, aux milliers de petits lecteurs italiens, que le voyage représente seulement un aboutissement dans le processus d’apprentissage de la nation. En effet, à l’époque, la connaissance des lieux s’acquiert tout d’abord par l’école et les livres d’histoire et de géographie avant de se concrétiser par un voyage physique. Ainsi, sans ce premier élément, le voyage se révèle peu formateur et constructif pour le voyageur ignorant.

  • 36 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, Bergamo, Lea (...)
  • 37 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, Bergamo, Le (...)

16Le second volume du Viaggio, plus court quant au nombre de pages, est surtout un guide de la ville de Rome, que les voyageurs atteignent après avoir traversé Pise, Lucques et Livourne, et qu’ils quittent ensuite au profit de Sienne, Cortone, Pérouse et Assise, avant d’atteindre les Marches36. Enfin, le troisième et dernier volume se concentre en grande partie sur la ville de Naples et ses provinces. Il inclut également le voyage de Giannettino en Sicile et en Sardaigne, au sujet de laquelle le Dottor Boccadoro avoue cependant ne donner que quelques informations de base37.

17Pour ce qui est du transport, le Viaggio di Giannettino s’effectue, essentiellement, en train. L’éducateur Boccadoro décide en effet de privilégier les lignes ferroviaires, ce qui réduit à un plus faible nombre les lieux de visite et désavantage les confins montagneux et le monde rural profond, au profit d’une Italie des gares et des villes. Ainsi, Collodi semble volontairement négliger l’Italie profonde et rurale en donnant surtout à voir aux enfants une Italie qui se veut “moderne”, tout en préservant une image du passé monumental et patrimonial, une Italie conforme aux aspirations d’un État jeune qui entend clairement se placer au rang des autres nations dites “avancées” comme pouvaient l’être à l’époque la France, l’Allemagne et l’Angleterre.

  • 38 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)
  • 39 Ibidem, p. 49.
  • 40 Ibidem, p. 118.
  • 41 Ibidem, p. 175.
  • 42 Ibidem, p. 246.
  • 43 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. (...)

18Pour le reste, l’Italie de Giannettino est une “Italie campanile”, un pays des villes, avec leur cathédrale, leurs grandes artères commerciales et symboliques, leurs métiers et leurs fêtes. Les rues principales de chaque ville sont longuement décrites tout comme les monuments qui les composent, car ils sont considérés comme essentiels à la construction de l’identité et du sentiment national italiens. L’industrialisation italienne, quant à elle, est agréablement saluée à propos des villes de Florence38, de Prato surnommée la « Manchester de la Toscane39 », de Turin40, de Milan surnommée « la capitale de la mode41 », de Schio, où le sénateur Alessandro Rossi a fondé une importante usine de délainage en 189842, ou encore de Signa, célèbre pour ses chapeaux de paille43. L’auteur semble alors idéaliser un peu le tableau, sans doute par patriotisme, en diminuant le fait que la population italienne reste, à l’époque, largement rurale (environ 70 % de la population au lendemain de l’Unité), pauvre, soumise aux propriétaires terriens et à une gestion archaïque des terres, et en omettant le fait que l’Italie, à la fin des années 1880, connaît justement une grave crise économique. D’ailleurs, ce contexte de crise incita de nombreux Italiens (notamment les populations méridionales) à émigrer vers la France et surtout de l’autre côté de l’Atlantique, à la recherche d’une vie meilleure. Au Sud, en revanche, Collodi souligne, la plupart du temps, les activités maritimes et la présence florissante d’agrumes et de liqueurs excellentes comme quelques signes de la fierté économique du Mezzogiorno.

19De manière générale, Collodi offre dans le Viaggio une vision assez septentrionale du Midi italien, conditionnée par le vif sentiment d’une supériorité culturelle et le vague sentiment d’un exotisme méridional. Ce regard sur la géographie, que l’on pourrait qualifier de “septentrionalement centré” (on nous pardonnera ce néologisme, mais le titre du livre indique superiore pour l’Italie du Nord), implique donc inévitablement une présentation à la fois caricaturale, stéréotypée, voire erronée, du Midi italien et de ses habitants, et ce sur tous les plans : la géographie, l’architecture, les us et coutumes de chaque région, l’anthropologie, les mentalités et même la langue. On a donc bien dans le Viaggio l’affirmation d’un modèle social et culturel septentrional comme modèle idéal.

Les illustrations présentes dans le Viaggio

20Les trois volumes du Viaggio sont en outre parsemés çà et là de gravures en noir et blanc, souvent accompagnées de légendes, afin que le lecteur puisse reconnaître plus facilement les monuments ou les lieux représentés. Parmi les illustrateurs des différentes éditions du Viaggio, nous rencontrons les noms italiens d’Enrico Mazzanti, Sidonio Centenari, Angelo Ardinghi, et ceux des Français Henri-Théophile Hildibrand, Alexandre Hurel et Félix-Jean Gauchard. Les trois volumes comptabilisent en tout soixante-huit illustrations (trente-quatre pour l’Italie du Nord, quinze pour l’Italie centrale et dix-neuf pour l’Italie du Sud, un détail qui, au passage, confirme le regard septentrional de l’auteur, évoqué précédemment), ce qui est relativement peu par rapport au corpus total de l’œuvre qui, rappelons-le, s’élève à neuf cent trente-neuf pages pour l’intégralité des trois volumes. Les soixante-huit illustrations reflètent une image plutôt traditionnelle et sentimentale de l’Italie dans ses beautés urbaines, ses monuments antiques, médiévaux, parfois modernes, avec l’idée de réunir les petits lecteurs italiens dans la connaissance des lieux les plus connus. La présence humaine, pour sa part, est assez rare, même devant les monuments italiens les plus célèbres. En effet, on observe seulement de temps en temps les protagonistes, des touristes bourgeois richement vêtus, des gens qui vont et viennent, qui travaillent ou qui se détendent à la terrasse d’un café, des enfants qui jouent, des pêcheurs sur leurs barques (notamment dans la partie méridionale la plus reculée du pays) ou encore des silhouettes imprécises. On peut donc de ce fait affirmer que l’espace et le patrimoine historique urbains tendent à prédominer sur l’espace rural, les paysages naturels et la vie des hommes en général, considérés comme des éléments secondaires dans le processus de transmission des valeurs que l’auteur entend clairement véhiculer dans son œuvre. En outre, le monde ouvrier, la réalité paysanne, le travail et la misère semblent être volontairement absents du livre, ce qui tend à confirmer que le Viaggio serait avant tout un parcours destiné à des enfants de classes aisées. Sans doute devons-nous alors chercher le caractère purement touristique et didactique du Viaggio dans sa forme elle-même, car il ne s’agit pas ici d’une fiction romanesque, avec une happy end qui viendrait conclure les épreuves d’une formation à la vie (comme ce sera le cas dans Le avventure di Pinocchio), mais bien d’un voyage éducatif à vocation purement pédagogique et patriotique, effectué par l’intermédiaire d’un maître, le Dottor Boccadoro, ayant pour principal but d’inscrire dans l’esprit des jeunes Italiens l’idée d’une nation forte et unie par la connaissance de ses lieux, de ses habitants, de son histoire et de son patrimoine architectural et artistique.

Les modalités narratives du livre

  • 44 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)
  • 45 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. (...)

21Le Viaggio per l’Italia di Giannettino est construit sur plusieurs niveaux narratifs qui impliquent une instance narratrice différente en fonction du locuteur et du destinataire. La première instance narratrice se situe à un niveau extradiégétique, elle est représentée par Collodi lui-même, narrateur extradiégétique d’un récit au passé dont il ne fait absolument pas l’objet. Il intervient cependant quelquefois dans le texte en apostrophant directement les petits lecteurs italiens, par exemple : « Non istarò a dirvi, ragazzi, le grandi feste che fecero Minuzzolo e i suoi tre fratelli all’amico Giannettino la prima volta che lo rividero, dopo tornato dal viaggio44 ». En outre, l’auteur choisit ici d’orienter son récit selon une perspective omnisciente ou « focalisation zéro », pour reprendre les termes de Genette. Cette focalisation convient bien, en effet, à la visée essentiellement didactique de l’ouvrage, destiné à apprendre, à éduquer. À un autre niveau, Giannettino se fait narrateur et personnage principal d’un récit second (celui de son propre voyage en Italie) parfaitement enchâssé dans un récit premier (celui introduit par Collodi). En ce sens, Giannettino est homodiégétique et autodiégétique car il est à la fois personnage et héros de l’histoire qu’il raconte à ses amis. De plus, pour raconter son triple voyage en Italie, Giannettino recourt à la fois aux temps du passé (le passé simple et l’imparfait) et au présent de l’indicatif en effectuant un va-et-vient constant entre le moment de la narration et l’époque de la fiction. En ce sens, il opte pour une narration intercalée car, tout en racontant après-coup à ses camarades ce qu’il a vu et vécu lors de ses différents voyages, il insère ses impressions du moment sur ces mêmes événements, que ce soit en personne ou dans les lettres qu’il envoie régulièrement à ses amis restés à Florence. Toujours au niveau métadiégétique, se trouvent tous les autres personnages figurants dans le Viaggio comme le Dottor Boccadoro, Minuzzolo et ses trois frères (amis et principaux interlocuteurs de Giannettino qui représentent aussi indirectement les petits lecteurs italiens car, comme eux, ils sont en position de récepteurs par rapport aux dires de Giannettino) ainsi que tous les autres personnages secondaires et de passage (notamment dans le train) figurant dans l’ouvrage. Tous ces personnages s’expriment à tour de rôle et à plusieurs reprises dans le Viaggio, essentiellement dans les parties dialoguées au discours direct. Collodi choisit en effet d’utiliser pour l’ensemble de ses personnages la technique de la variatio (la focalisation interne variable, selon Genette) en déplaçant sans cesse le point de vue d’un personnage à l’autre dans le simple but de maintenir l’attention du petit lecteur. Le choix d’une telle structure narrative permet ainsi à l’auteur d’expérimenter plusieurs registres narratifs (notamment le registre de l’oralité avec des expressions telles que « che » ou « o », souvent placées en début de phrase) et stylistiques, et de créer par la même occasion un croisement continu des voix narratives, facilité par la structure dialogique qui domine l’ensemble de l’œuvre. L’auteur joue en effet sur plusieurs positions d’énonciation en introduisant des dispositifs narratifs qui rompent avec le côté purement didactique de l’œuvre et qui apportent aux lecteurs une lecture à la fois légère et agréable, parfois même amusante, comme lorsque Minuzzolo renverse une charrette remplie de tonneaux en conduisant maladroitement un carrosse, alors qu’il doit se rendre aux Bains de Lucques accompagné de son père, de Giannettino et du Dottor Boccadoro45. Grâce à cette structure dialogique, donc, le Viaggio représente une méthode à la fois originale et moderne dans l’apprentissage de l’histoire et de la géographie italienne, suscitant la plupart du temps le rire et l’attention des petits lecteurs qui ne veulent aucunement perdre le fil du récit.

La construction d’une identité et d’une conscience nationales

  • 46 Laura Fournier, « La fabrique de l’identité nationale en Italie dans Cuore de De Amicis », Chroniqu (...)
  • 47 La langue représente également un élément essentiel dans la construction identitaire italienne car (...)

22Lorsque Collodi commence à publier son Viaggio, l’unification territoriale et politique du pays représente un fait historique récent. Pour cette raison, les gouvernants de l’époque se hâtent de « construire l’image même de l’Italie à travers une série de révélations systématiques qui rendent bien visible l’identité du pays46 », par le biais de l’école et de la production pour l’enfance. Le Viaggio per l’Italia di Giannettino s’insère parfaitement dans ce contexte politico-idéologique post-unitaire car il vise avant tout à faire connaître aux jeunes Italiens les diverses villes et régions qui composent ce royaume de récente formation en mettant l’accent sur ses beautés artistiques, architecturales et touristiques, et en exaltant par la même occasion les moments historiques forts qui en avaient rendu possible la constitution, le tout dans une langue italienne uniforme et comprise de tous47. Giuseppe Rigutini, dans la préface de l’œuvre, ne cache pas l’intention idéologique de l’auteur de décrire l’Italie dans le but de susciter chez les petits Italiens un sentiment commun d’appartenance et d’amour envers cette dernière. En effet, après l’Unité, les Italiens ne doivent plus se considérer comme des habitants de telle ou telle région, mais comme des individus appartenant à une nation unitaire. En ce sens, Collodi fait de son entreprise le programme même de la “fabrication” des Italiens :

  • 48 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., pré (...)

Il concetto del Collodi è quello di far conoscere ai giovinetti l’Italia nei suoi monumenti, nelle sue glorie antiche o recenti, nelle industrie, nei commercj, e in tutto ciò che può dare ad essi la cognizione della nostra patria, e con la cognizione il sentimento e l’amore della medesima, avvezzandoli per tal modo a considerarsi non come o toscani, o piemontesi, o lombardi, o veneti, o romani, o napoletani, o siciliani, ma come italiani, a metter fin di principio il sentimento nazionale nel luogo del provinciale o municipale, e a fare amare di eguale amore qualunque parte della Italia, perchè ciascuna ha pregi e meriti particolari per essere amata48.

  • 49 Ibidem, p. 22.
  • 50 Ibidem, p. 186.
  • 51 Ibidem, p. 185.

23La construction d’une identité et d’une conscience nationale italiennes passe tout d’abord, dans le Viaggio, par l’évocation et la glorification des monuments et des œuvres d’art italiens dont les beautés et les qualités sont reconnues dans le monde entier et sans cesse louées par les protagonistes au cours de leurs escapades. Ainsi, à Florence, Giannettino ne manque pas de souligner la renommée artistique de la Galerie des Offices, qui abrite entre ses murs l’un des musées d’art les plus célèbres au monde49. De même pour la Cathédrale de Milan qui représente la huitième merveille du monde aux yeux des Milanais50 et la Galerie Victor-Emmanuel décrite par Giannettino comme « la più bella e più monumentale, fra quante ve ne sono in Europa51 ». Au Sud, en revanche, l’auteur s’attache surtout à décrire les beautés naturelles de la baie de Naples et des deux îles méditerranéennes, laissant ainsi peu de place à la description des différents monuments et œuvres d’art présents dans le Midi italien. L’exaltation du patrimoine artistique et monumental passe aussi par la mention de nombreux artistes, peintres, sculpteurs et architectes italiens de différentes époques, comme Michel-Ange, Léonard et Raphaël, Donatello, Giotto, le Bernin, Giorgio Vasari, Andrea Palladio ou encore Bramante. L’auteur évoque également certains noms d’écrivains, de poètes, penseurs et philosophes dont les œuvres furent parfois traduites en plusieurs langues et étudiées dans de nombreux pays comme les « Trois Couronnes », le Tasse, Guarini et Alfieri, Cesare Beccaria, Leopardi ou encore Manzoni.

  • 52 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. (...)
  • 53 Ibidem, p. 65.
  • 54 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)
  • 55 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. (...)
  • 56 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p (...)

24La construction de l’identité italienne post-unitaire passe également ici par l’évocation d’un passé plus ou moins lointain empreint d’actions héroïques. En effet, au lendemain de l’Unité, l’Italie représente une nation jeune qui a besoin de se tourner vers son passé afin de créer son propre mythe des origines et d’avoir une crédibilité non seulement aux yeux des habitants qui la composent, mais aussi aux yeux des pays qui l’entourent. Ainsi Collodi ne manque-t-il pas de faire allusion à des événements perçus comme structurants dans la construction de l’identité collective italienne, comme par exemple les prouesses guerrières de ses ancêtres romains lors de la bataille de Sentinum en l’an 296 av. J.-C. contre les Samnites, les Gaulois, les Ombriens et les Étrusques52, ou lors de la bataille de Télamon en l’an 225 av. J.-C. contre les Gaulois53. Collodi se réfère en outre à des événements antérieurs de plusieurs siècles à l’unification italienne, considérés comme des signes avant-coureurs de l’Unité et de la libération de l’étranger. Ici l’auteur suit une tendance consistant à utiliser l’histoire passée à des fins de justification et de légitimation de l’unité italienne récemment acquise. En effet, il fait de nombreuses allusions aux luttes entre les Guelfes et les Gibelins qui divisèrent à plusieurs reprises la Péninsule au Moyen Âge, notamment à propos des villes de Florence, de Milan (avec une référence à la bataille de Legnano du 29 mai 117654), de Sienne (avec une référence à la très célèbre bataille de Montaperti du 4  septembre 126055), ou encore de Pise. L’auteur consacre également, dans la troisième partie du Viaggio, un chapitre entier aux Vêpres siciliennes du 31  mars  128256. Mais la période la plus représentée dans le livre reste, largement, l’histoire récente, à savoir l’histoire des luttes pour l’Unité.

  • 57 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)
  • 58 Ibidem, p. 172-173.
  • 59 Ibidem.
  • 60 Ibidem, p. 212.
  • 61 Ibidem, p. 275.
  • 62 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p (...)
  • 63 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)
  • 64 Ibidem.
  • 65 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. (...)
  • 66 Ibidem.

25En effet, le Viaggio per l’Italia di Giannettino offre aussi et surtout aux petits lecteurs italiens un véritable précis d’histoire du Risorgimento et une certaine forme de révision scolaire pour le jeune Giannettino qui reconnaît bien des noms de lieux, de batailles et de personnages lus auparavant dans ses livres d’histoire. L’évocation des différentes batailles risorgimentales donne lieu aux pages les plus solennelles du livre, à travers l’emploi d’une rhétorique belligérante, grandiloquente, sentimentale et parfois même douloureuse. C’est ainsi que le registre de la guerre et du combat fait son apparition à travers des expressions telles que « combattere valorosamente57 », « levarsi in arme58 », « insurrezione italiana59 », « fiero combattimento60 », « resistenza eroica61 » ou encore « battaglia memorabile62 ». Durant le Risorgimento, la guerre et la glorification du combat, de la violence et de la mort étaient considérées comme des manifestations de courage, de discipline et de martyre et allaient de pair avec une exhortation à s’assumer comme Italien et à agir en homme et citoyen responsable. Les thèmes de la mort et du sang versé en l’honneur de la patrie sont également exploités dans le Viaggio dans le but de renforcer le patriotisme et l’esprit de sacrifice des jeunes Italiens envers leur propre pays. En effet, on trouve des expressions comme « battaglia funesta63 », « sanguinosa battaglia64» ou encore « morti65» et « feriti66». Ainsi le « nous florentin », fréquemment utilisé et loué par Giannettino au cours du Viaggio, devient un « nous collectif » et purement italien.

  • 67 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p (...)
  • 68 Ibidem, p. 221.
  • 69 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)
  • 70 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p (...)
  • 71 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)
  • 72 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p (...)
  • 73 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. (...)

26Collodi rend également hommage dans son livre à plusieurs acteurs importants du Risorgimento comme la maison de Savoie, dont les actions militaires et les mérites politiques sont loués tout au long du Viaggio par les deux protagonistes, notamment à travers deux personnages phares de la maison royale : Charles-Albert et Victor-Emmanuel II. Giuseppe Garibaldi, quant à lui, fait l’objet de nombreuses allusions positives dans le Viaggio, notamment dans le troisième volume, où le Signor Lao, ami du Dottor Boccadoro et ancien membre de l’expédition sicilienne de 1860, décrit Garibaldi comme un personnage héroïque, généreux, audacieux et bravant sans cesse les obstacles67. Ses entreprises militaires aux côtés de ses soldats volontaires, les « garibaldini », sont également évoquées avec emphase par le Signor Lao et le Dottor Boccadoro qui n’hésitent pas à employer des expressions comme « maravigliosa rapidità68 », « brillantissimo fatto d’arme69 » ou encore « scontro terribile e fiero70 », car leurs victoires au cours de la campagne de 1859 contre l’Autriche, et surtout en Sicile et dans le Sud de l’Italie en 1860, jouèrent un rôle déterminant dans les changements politiques à court et long termes qui conduisirent naturellement à l’unification de l’Italie dans les années 1860. D’autres patriotes italiens de plusieurs époques sont également célébrés dans le Viaggio comme Ciro Menotti71, Carlo Pisacane72 ou encore Enrico Cairoli73. En outre, certaines villes parcourues par les protagonistes présentent des monuments érigés au lendemain de l’Unité en hommage à des personnalités phares du Risorgimento. C’est le cas par exemple de la ville de Turin.

  • 74 Ibidem, p. 147.
  • 75 Ibidem, p. 148.
  • 76 Ibidem.

27La construction d’un sentiment commun d’appartenance à la nouvelle nation italienne passe enfin par la dénomination des rues et des portes de villes en hommage à des événements perçus comme fondateurs et indispensables à la mémoire collective. À Turin, par exemple, la via dello Statuto74 rend hommage à la constitution proclamée par le roi Charles-Albert en 1848, tandis que la via Solferino et la via San Martino75rappellent aux Italiens deux moments historiques forts de la deuxième guerre d’indépendance, tout comme la via Montebello et la via Magenta76 en hommage aux batailles de mai et juin  1859. Tous ces noms de lieux et ces monuments érigés au lendemain de l’Unité en hommage aux personnages phares du Risorgimento et aux milliers de patriotes morts pour l’indépendance de leur patrie permettent de créer un contact affectif et quotidien avec les Italiens et par la même occasion d’alimenter le sentiment patriotique.

La valeur morale et édifiante du Viaggio

28Le voyage est également appréhendé dans le livre comme métaphore et modèle idéal d’une approche purement inédite de la connaissance et donc de l’épanouissement personnel et intellectuel de l’individu. Il permet au voyageur de gagner en maturité, de se découvrir soi-même et de mieux connaître le monde qui l’entoure, comme l’affirme avec modestie le jeune Giannettino dans la lettre qu’il rédige à son ami Minuzzolo, lors de son premier voyage en Italie :

  • 77 Ibidem, p. 9-10.

Caro Minuzzolo,
ti ricorderai che il signor dottor Boccadoro era solito dire « s’impara più in un viaggio che in cento libri ». Questa verità finora non l’avevo capita mai, ma oggi, dopo il viaggetto che ho fatto, la capisco benissimo. […] Se parlassi di un altro invece che di me, avrei quasi il coraggio di dirti che sono partito da casa che ero un ragazzo, e dopo quaranta giorni di strottolìo per le città dell’Alta Italia, sono ritornato a casa non già un uomo fatto (sarebbe troppo pretendere), ma per lo meno un omino avviato bene77.

  • 78 Ibidem, p. 10.
  • 79 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. (...)
  • 80 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p.  (...)

29Le Viaggio se donne également pour objectif de transmettre aux jeunes Italiens tout un ensemble de valeurs morales et civiques considérées comme indispensables à la formation de l’Italien. Ainsi, Giannettino affirme d’entrée de jeu à ses camarades que « la modestia è la prima virtù che debbono avere i ragazzi della nostra età78 ». De même, tenir ses engagements envers les autres représente une qualité humaine non négligeable selon Boccadoro, car elle permet de distinguer l’homme honnête et bon de celui qui ne l’est pas : « il dottor Boccadoro dice sempre che mantenere la parola è uno dei grandi segni che valgono a far distinguere i galantuomini da quelli che non sono79 ». La notion de fraternité, quant à elle, est omniprésente dans le Viaggio, non seulement à travers l’évocation des différentes batailles risorgimentales, mais aussi à travers l’emploi d’exemples considérés comme étant plus proches de l’univers et de la sensibilité des enfants, comme lorsque Minuzzolo avoue à ses frères et à Giannettino partager tous les jours son repas avec un camarade de classe dont la mère ne possède pas assez d’argent pour pouvoir le nourrir convenablement80.

  • 81 Ibidem, p. 81-84.
  • 82 Ibidem, p. 107-110.

30Enfin, l’apprentissage des valeurs morales passe aussi, ici, à travers l’illustration de comportements humains jugés incompatibles avec la formation civique et morale de l’homme italien. Par exemple, le comportement irrespectueux du jeune Beppino envers les autres passagers du train, en direction de Ravenne, permet à Collodi de démontrer à ses petits lecteurs la valeur du respect envers les autres81. De même, la scène avec le vieil homme qui cache son chien Zambrino sous ses vêtements et qui se fait démasquer par les contrôleurs de train prouve aux enfants que le mensonge représente un très vilain défaut et qu’à force de transgresser sans cesse les règles, on finit tôt ou tard par récolter le fruit de ses mauvaises actions : « Ecco quel che segue – disse il dottor Boccadoro – a trasgredire alle leggi e ai regolamenti. Molte volte la ci si cava pulita; ma viene poi la volta che si paga per tutte82 ». Le Viaggio permet donc aux jeunes Italiens non seulement d’accéder à la connaissance historique et géographique de leur pays, mais aussi de s’épanouir sur le plan moral et personnel, notamment à travers l’apprentissage de notions et de valeurs estimées conformes aux exigences éducatives du gouvernement italien de l’époque.

  • 83 Selma Lagerlöf, Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, Paris, Perrin, 1912.
  • 84 Juan Llhac Carreras, A través de España, Girona, Dalmáu-Carles, 1913. Inédit en français.
  • 85 Manuel Siurot, La Emoción de España, Madrid, Imp. Voluntad, 1923.
  • 86 P. Martinez, Madre España, Madrid, Imp. Hijos de Benigno Ayor, 1924.
  • 87 Federico Torres, Viajes por España, Barcelona, Editorial Miguel A Salvatella, 1940.

31L’étude du Viaggio per l’Italia di Giannettino nous a permis de mettre en évidence la portée de cette œuvre particulièrement riche qui, à la fin du XIXe siècle, a contribué, parmi tant d’autres, à forger un sentiment national par le biais de la littérature pour l’enfance. À la même époque que Collodi, d’autres auteurs ont tenté de transmettre aux enfants la connaissance et les valeurs nationales de leur propre pays, à travers le récit de voyage d’un ou de plusieurs enfants. Nous ne revenons pas sur le cas français de G. Bruno et de son Tour de la France par deux enfants, évoqué précédemment, publié seulement trois ans avant le Viaggio. La Suède s’engagea également dans cette voie lorsqu’en 1902, l’Association générale des instituteurs demande à l’écrivaine suédoise Selma Lagerlöf d’écrire un livre de géographie à destination des enfants de l’école publique. Pour ce faire, l’auteure parcourt la Suède pour l’observer et y recueillir les anecdotes locales qu’elle incorpore dans son récit, Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède83 qui, comme l’indique le titre, raconte le voyage du jeune Nils sur le dos de l’oie Akka. Le roman, qui compte en tout cinquante-cinq chapitres, est l’occasion pour Nils et les petits Suédois d’apprendre, par des leçons de choses, à connaître et à honorer leur pays. L’Espagne a cherché, elle aussi, dès le début du XIXe siècle, comme les autres pays européens, à se doter de livres de lecture capables d’accompagner son lent mouvement d’alphabétisation et de donner une idée de la nation à ses enfants. Ainsi, en 1913, apparaît A través de España84 du catalan Juan Llhac Carreras. Au terme d’une excellente année scolaire, à l’été 1906, deux enfants se voient offrir par leur père, et en sa compagnie, un voyage à la fois instructif et récréatif à travers l’Espagne, que les enfants connaissent seulement par la géographie et l’histoire apprises à l’école. En outre, le petit ouvrage ne cesse de plaider en faveur de l’unité de l’Espagne et de sa modernisation, tout comme il en est question dans le Viaggio per l’Italia. D’autres tours de l’Espagne furent publiés dans les années 1920 comme La Emoción de España85 de Manuel Siurot (1923), Madre España86 du Père Martinez (1924), qui met en scène le voyage des jeunes garçons, Santiago et Antonio, à travers l’Espagne, ou encore l’ouvrage de Federico Torres, intitulé Viajes por España87 (1927).

  • 88 Angelo Petrosino, Il viaggio in Italia di Valentina, Milano, edizioni Piemme, 2002.
  • 89 Angelo Petrosino, Il viaggio in Europa di Valentina, Milano, edizioni Piemme, 2003.

32Pour conclure et en revenir à la péninsule italienne, de nos jours, les auteurs de livres de voyages pour la jeunesse semblent élargir encore davantage leur champ d’horizon. C’est le cas par exemple d’Angelo Petrosino qui, après avoir fait voyager sa Valentina à travers l’Italie en 200288, la fait voyager, pendant les vacances d’été, et aux côtés de son fiancé, à travers les capitales de seize pays d’Europe. Le Viaggio in Europa di Valentina89, publié en 2003, correspond ainsi à un nouvel enjeu contemporain, “supranational”, celui de « faire les Européens ».

Haut de page

Notes

1 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, vol. I (riproduzione anastatica della prima edizione, Firenze, Paggi, 1880), Bergamo, Leading edizioni, 2006, il s’agit de la préface du livre.

2 Cf. deux ouvrages fondamentaux sur le sujet, par Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au fascisme, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005 et La littérature d’enfance et de jeunesse en Italie au XIXe siècle, Caen, Presses universitaires de Caen, 2011.

3 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, Firenze, Paggi, 1883.

4 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino (Italia Settentrionale, Italia Centrale, Italia meridionale), Firenze, Paggi, 1880, 1883, 1886.

5 L’ouvrage n’a, à notre connaissance, jamais été traduit en français. Il s’agit là d’une traduction de notre main.

6 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit.

7 Edmondo De Amicis, Cuore, Milano, Treves, 1886.

8 Nous avons choisi d’utiliser, pour notre étude et nos citations, pour des raisons pratiques, et parce que les éditions originales du Viaggio per l’Italia di Giannettino des années 1880 se révèlent difficiles d’accès, l’édition Leading de 2006, qui reprend « anastatiquement » les éditions Paggi de 1880, 1883 et 1886. Elle reproduit en effet à l’identique les textes, les sommaires et les gravures des éditions originales du Viaggio par un procédé ne nécessitant pas de recomposition. Cf. Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino, Parte Prima. L’Italia superiore (1880), Parte Seconda. L’Italia centrale (1883), Parte terza. L’Italia meridionale (1886), Bergamo, Leading edizioni, 2006, 939 p.

9 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, Milano, Greco & Greco, 1991.

10 Carlo Collodi, I racconti delle fate, Firenze, Paggi, 1875.

11 Carlo Collodi, Giannettino. Libro per ragazzi, Firenze, Paggi, 1877. Cet ouvrage valut à Collodi le titre de Chevalier de la Couronne d’Italie.

12 Patrick Cabanel, Le tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 2007.

13 Carlo Collodi, Minuzzolo. Secondo libro di lettura, Firenze, Paggi, 1878.

14 Carlo Collodi, La grammatica di Giannettino per le scuole elementari, Firenze, Paggi, 1883.

15 Carlo Collodi, L’abbaco di Giannettino per le scuole elementari, Firenze, Paggi, 1884.

16 Carlo Collodi, La geografia di Giannettino. Adottata nelle scuole comunali di Firenze, Firenze, Paggi, 1886.

17 Carlo Collodi, La lanterna magica di Giannettino. Libro per i giovanetti, Firenze, Paggi, 1890.

18 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino (Italia Settentrionale, Italia Centrale, Italia meridionale), op. cit.

19 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, op. cit., p. 40.

20 Ibidem.

21 L’image du perroquet qui répète sans cesse les paroles des autres peut être interprétée ici comme une volonté de l’auteur de tourner en dérision le système scolaire italien de la fin du XIXe siècle (en effet, Collodi s’était montré hostile aux premières lois italiennes sur l’instruction, notamment envers la loi Coppino de 1877). Il en va de même avec le personnage du singe Pizzicorino (le singe reproduisant mécaniquement les gestes des hommes) qui apparaît dans le premier volume du Viaggio per l’Italia di Giannettino.

22 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, op. cit., p. 40.

23 Ibidem, p. 42.

24 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, Introduzione di Stefano Bertezzaghi, Prefazione di Giovanni Jervis, con un saggio di Italo Calvino, Torino, Einaudi, 2014.

25 Carlo Collodi, Giannettino, a cura di Vittorio Ornisego, con una premessa di Giuseppe Rigutini, op. cit., p. 120.

26 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit., p. 96.

27 Nous renvoyons à l’édition suivante : Giannettino, Roma, Artieri, 1969, p. 289.

28 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit., p. 170.

29 Carlo Collodi, Giannettino, op. cit., p. 314-315.

30 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, op. cit., p. 47.

31 Elsa Damien, « Turismo, amor patrio e fantasia nel Viaggio di Giannettino di Carlo Collodi », Chroniques italiennes, série web 18 (4/2010), Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3, p. 4.

32 Carlo Collodi, Un romanzo in vapore: da Firenze a Livorno. Guida storico-umoristica, Firenze, tipografia Mariani, 1856.

33 Elsa Damien, « Turismo, amor patrio e fantasia nel Viaggio di Giannettino di Carlo Collodi », op. cit., p. 4.

34 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants : devoir et patrie, Paris, Belin, 1877.

35 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 11-12.

36 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, Bergamo, Leading edizioni, 2006.

37 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, Bergamo, Leading edizioni, 2006.

38 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 44.

39 Ibidem, p. 49.

40 Ibidem, p. 118.

41 Ibidem, p. 175.

42 Ibidem, p. 246.

43 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. 9.

44 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 1-2.

45 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. 41-44.

46 Laura Fournier, « La fabrique de l’identité nationale en Italie dans Cuore de De Amicis », Chroniques italiennes, no 58/59, Paris, Sorbonne-Nouvelle, 1999, p. 64.

47 La langue représente également un élément essentiel dans la construction identitaire italienne car sa pratique permet aux personnes de différentes régions et de différentes couches sociales de communiquer entre elles. Le Viaggio per l’Italia di Giannettino a bien été écrit dans la langue nationale (l’italien de Florence) pour permettre à un plus grand nombre d’enfants italiens d’accéder plus facilement à l’instruction et à la connaissance de leur patrie.

48 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., préface.

49 Ibidem, p. 22.

50 Ibidem, p. 186.

51 Ibidem, p. 185.

52 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. 299.

53 Ibidem, p. 65.

54 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 172.

55 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. 257.

56 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p. 193-196.

57 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 162.

58 Ibidem, p. 172-173.

59 Ibidem.

60 Ibidem, p. 212.

61 Ibidem, p. 275.

62 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p. 11.

63 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 162.

64 Ibidem.

65 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. 246.

66 Ibidem.

67 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p. 218-219.

68 Ibidem, p. 221.

69 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 212.

70 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p. 223.

71 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 96.

72 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia meridionale, Parte Terza, op. cit., p. 115.

73 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. 247.

74 Ibidem, p. 147.

75 Ibidem, p. 148.

76 Ibidem.

77 Ibidem, p. 9-10.

78 Ibidem, p. 10.

79 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia centrale, Parte Seconda, op. cit., p. 53.

80 Carlo Collodi, Il viaggio per l’Italia di Giannettino. Italia superiore, Parte Prima, op. cit., p. 67-68.

81 Ibidem, p. 81-84.

82 Ibidem, p. 107-110.

83 Selma Lagerlöf, Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, Paris, Perrin, 1912.

84 Juan Llhac Carreras, A través de España, Girona, Dalmáu-Carles, 1913. Inédit en français.

85 Manuel Siurot, La Emoción de España, Madrid, Imp. Voluntad, 1923.

86 P. Martinez, Madre España, Madrid, Imp. Hijos de Benigno Ayor, 1924.

87 Federico Torres, Viajes por España, Barcelona, Editorial Miguel A Salvatella, 1940.

88 Angelo Petrosino, Il viaggio in Italia di Valentina, Milano, edizioni Piemme, 2002.

89 Angelo Petrosino, Il viaggio in Europa di Valentina, Milano, edizioni Piemme, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manon Spennato, « Le Viaggio per l’Italia di Giannettino de Carlo Collodi : étude d’une œuvre pour l’enfance dans l’Italie de la fin du XIXe siècle », Italies, 22 | 2018, 89-110.

Référence électronique

Manon Spennato, « Le Viaggio per l’Italia di Giannettino de Carlo Collodi : étude d’une œuvre pour l’enfance dans l’Italie de la fin du XIXe siècle », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6188 ; DOI : 10.4000/italies.6188

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals