Navigation – Plan du site
La littérature et le spectacle pour l'enfance

L’enfance à la campagne : entre mythe littéraire et enjeu politique

Giusi La Grotteria
p. 135-148

Résumés

Dans le roman destiné aux enfants Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, publié en 1926 chez l’éditeur Bemporad, l’écrivaine sicilienne Maria Messina (1887-1944) met en scène une enfance paysanne dans la Toscane des années 1920. Le mythe de la campagne et l’éducation à la vie rurale qui sont les axes de ce roman répondent aux exigences politiques du ruralismo fasciste. Or, ce thème du retour à la terre fait écho au modèle littéraire de l’auteure, que Giuseppe Antonio Borgese considérait comme « una scolara di Verga », d’où l’intérêt de comprendre la transposition et la parfaite inscription de cette inspiration dans le contexte politique et social de l’époque.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maria Messina, Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, Firenze, Bemporad, 1926.
  • 2 En septembre 1924 Maria Messina annonce à son éditeur le titre du roman et elle se réjouit de la pu (...)

1L’écrivaine sicilienne Maria Messina (1887-1944) raconte dans son dernier roman destiné à l’enfance Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe1, l’univers paysan de la Toscane des années 1920, à travers l’histoire d’une enfant et de son parcours de formation. L’œuvre a été achevée en septembre 1924 mais elle ne sera publiée par l’éditeur florentin Enrico Bemporad qu’au printemps 19262.

  • 3 « Poggi » est le nom générique pour parler des collines.

2La protagoniste est Crezina, une petite fille d’environ dix ans qui décide d’abandonner un symbole de sa condition d’origine, ses « bons sabots » de paysanne – auxquels fait référence le titre du roman – pour « les mauvaises chaussures » de l’écolière et de partir vivre en ville. Son parcours se déroule donc entre la campagne « dei poggi3 » – dont elle ne précise pas le nom –, qui donne à l’auteure l’opportunité d’exalter une société archétypique réglée sur le cycle solaire des jours et des saisons, et la « ville », tout aussi anonyme, où Crezina poursuit, sans aucun succès, ses études.

3Un sentiment de nostalgie envers sa terre natale envahit rapidement l’esprit « simple » de la protagoniste, jusqu’à provoquer chez elle un mal-être physique. À ce malaise s’ajoute la déception, à la fin de l’année scolaire, de l’énième redoublement. Crezina comprend alors que le milieu urbain et la « vie intellectuelle » ne correspondent pas à sa nature et décide de revenir dans ses collines et de rechausser ses « bons sabots ». Le roman se termine avec l’acceptation en toute sérénité de la dure mais honnête vie campagnarde, dont le narrateur célèbre les vertus.

4Le message éducatif dont les cibles sont l’enfant protagoniste, l’enfant lecteur et le lecteur adulte, se fonde sur les attributs propres de la réalité rurale qui ont fait de la campagne un véritable mythe socio-culturel, ainsi qu’un topos littéraire : la stabilité, l’effort au travail, le sacrifice et l’attachement à la terre et à la communauté.

  • 4 Giuseppe Antonio Borgese, Una scolara di Verga, dans La vita e il libro, Torino, Fratelli Bocca Edi (...)
  • 5 La Sicile des pauvres paysans est protagoniste dans les premiers recueils de nouvelles : Pettini fi (...)
  • 6 À partir du recueil de nouvelles Le briciole del destino, Milano, Treves, 1918.
  • 7 I poggi.

5L’histoire de Crezina est pour Maria Messina l’occasion de célébrer, avec une certaine nostalgie littéraire, la société préindustrielle à laquelle elle avait fait référence de nombreuses fois dans ses premiers récits. En effet, après son entrée sur la scène littéraire du XXe siècle en tant que « scolara di Verga4», dans le sillage du récit vériste de la nature sicilienne et de la représentation de sa terre propre à la poétique du « vrai », l’auteure s’était éloignée de cet imaginaire pour se focaliser sur une représentation de la femme bourgeoise dans l’étouffante réalité contemporaine5. Ce changement de perspective a marqué sa production littéraire de 19186 à 1928, date de publication du dernier roman L’amore negato. Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe traduit chez l’auteure un retour au modèle, celui de Giovanni Verga. Les échos de la matière verghiana sont repérables tout particulièrement dans son intérêt pour les pauvres paysans siciliens. Dans Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, on assiste bien à un changement de cap de son parcours littéraire qui se traduit par le retour à un imaginaire apparemment anachronique et qui finalement renvoie à une coïncidence entre le mythe de l’enfance et celui de la campagne. Cette parenthèse littéraire peut s’expliquer par les vicissitudes personnelles de l’auteure qui connaît à nouveau une expérience d’isolement géographique et culturel qu’elle avait déjà vécue pendant sa jeunesse dans la province de Messina. Maria Messina élabore ce roman lors de son séjour dans la campagne de Toscane, et notamment à Tavernuzze, une petite localité de la province florentine. Dans le roman les allusions au paysage toscan sont multiples. Les collines du Chianti entourant Tavernuzze semblent évoquer celles de son récit7 et rappellent le village de Staggiano situé dans la province d’Arezzo où vivait auparavant la famille de Crezina. L’auteure transpose ainsi dans la campagne toscane des années 1920 la société préindustrielle qu’elle a pu connaître pendant sa formation littéraire et anthropologique dans la province sicilienne.

6Le narrateur plonge le lecteur dans cette réalité rurale dès l’incipit du roman :

  • 8 Maria Messina, Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, op. cit., p. 1-3.

I campi giallo-rossicci erano ancora coperti da un velo di gelo e già sulla viottola che al principio serpeggiava davanti alla casa e all’orto dei Chiacchera, era passata la solita gente.
La Giacomella della Cicognaia, la mutola, era già andata da un pezzo, verso il piano […] : certo era stata mandata fuori sull’alba dalla cognata che non le voleva punto bene.
[…] Michele che saliva dallo Scopetone per recarsi a lavorare a giornata in qualche campo. Dietro a lui se ne era venuta, zoppicando, la vecchia Adelaide di casa Picchiotto […].
Tutta gente che andava dietro il suo interesse e la sua fatica.
Non c’era altra strada che quella, e le donne dei Chiacchera si divertivano a curiosare, tra una faccenda e l’altra, guardando chi se ne andava per i fatti suoi.
In fine passò la Crezina di Fortunato […] sbocconcellando un grosso pezzo di pane che avrebbe dovuto servirle più tardi da colazione. […] Salutò con una testata […] come avrebbe fatto una capra pronta a dare una cornata e tirò dritto8.

  • 9 Giovanni Verga, I Malavoglia, Milano, Garzanti, 1980, p. 3 : « la forma è così inerente al soggetto (...)
  • 10 Maria Messina, op. cit., p. 65 : « ma egli si chiamava Fortunato Allegri per una beffa della sorte, (...)
  • 11 Ibidem, p. 3.
  • 12 Giovanni Verga, Nedda, dans Tutte le novelle, Milano, Mondadori I Meridiani, 1987, p. 15 : « elle s (...)

7Cet extrait montre d’emblée le souci de l’écrivaine d’élaborer une forme qui soit la plus adéquate possible à l’argument9. On observe tout particulièrement l’utilisation de surnoms et de comparaisons au monde animal qui caractérisent le langage du narrateur lorsqu’il décide de se mettre au niveau de ses personnages. Ainsi la présence du coro des femmes de « Chiacchera », dont le nom de famille – « Qui bavarde » – renvoie au principe de « nomina sunt consequentia rerum » qui règle le rapport des personnages à la réalité, un rapport de correspondance, d’identité, comme dans le cas présent, ou de discordance. Pour illustrer ce dernier cas, l’on peut citer l’exemple du pauvre et malheureux père de Crezina, appelé ironiquement « Fortunato », « chanceux », alors qu’il ne l’est pas du tout10. L’appréhension et la compréhension de la réalité par les personnages se fait aussi à travers des proverbes. Nombreux sont les exemples d’éléments formels qui reflètent les horizons de la culture populaire et qui rappellent l’écriture soucieuse du « vrai » de Giovanni Verga. Maria Messina fait parfois de véritables calques verghiani, en comparant par exemple la protagoniste à une « chèvre »11, comme le personnage de Nedda chez Verga12. Le narrateur rapproche enfin dans un rapport de ressemblance l’enfant de la bête, symbole de la condition de l’homme dans l’univers fictif du maître verista :

  • 13 Maria Messina, op. cit., p. 35.

La Crezina […] in fondo non si dava pensiero di niente e di nessuno.
Si regolava un po’ come il ciuccio che trotterella se il padrone lo punge, e resta a pascolare se è lasciato tranquillo13.

  • 14 Giovanni Verga, Storia dell’asino di San Giuseppe, dans Tutte le novelle, op. cit., p. 286-298.

8Cependant la comparaison avec l’âne revêt dans le roman de Maria Messina une signification différente de celle de la Storia dell’asino di San Giuseppe14 de Giovanni Verga. Il ne s’agit pas en effet de montrer comment les lois de la nature concernent l’homme autant que la bête, ni de susciter, par conséquent, la compassion du lecteur pour les personnages. Crezina est comme un âne parce qu’elle manque d’intelligence, ce qui l’empêche d’abandonner ses rêves et d’accepter sa condition de paysanne.

  • 15 Id., Fantasticheria, dans Tutte le novelle, op. cit., p. 136 : « Un dramma […] di cui parmi tutto i (...)
  • 16 Maria Messina, op. cit., p. 111 : « la soddisfazione di diventare la buona compagna di fatica della (...)

9Dans Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe on insiste sur l’écart entre les aspirations de l’enfant et le déroulement narratif effectif, à savoir ses échecs, illustrant ainsi la vanité de ces aspirations. Les chaussures que Crezina souhaite porter représentent « la place privilégiée » qu’elle pense occuper au sein de sa famille et de la communauté paysanne : celle d’une enfant qui va à l’école et ne doit pas connaître le travail des champs. Elles symbolisent aussi le détachement du milieu d’origine du personnage et le désir d’améliorer sa condition de paysanne pauvre et ignorante. Le narrateur condamne ces aspirations comme étant des formes de vanités humaines. Toutefois, tandis que dans les romans de Giovanni Verga le monde, tel un « poisson vorace », dévore les créatures qui ont décidé d’abandonner « le rocher où la fortune les a fait naître15 », Crezina, elle, ne connaît pas les conséquences de son geste. Elle est épargnée afin de prendre conscience « de la satisfaction de devenir l’honnête camarade de travail de la sœur16 ».

  • 17 Giovanni Verga, op. cit., p. 135 : « questa rassegnazione coraggiosa ad una vita di stenti ».
  • 18 Le 11 juin 1925, Benito Mussolini « assume le commandement effectif et direct » de la bataille du b (...)
  • 19 Maria Messina, op. cit., p. 113 : « Proprio vero che a ogni fiore sta bene il suo colore ».
  • 20 Giovanni Verga, I Malavoglia, op. cit., p. 185-184 : « Ad ogni uccello, il suo nido è bello », c’es (...)

10La phrase rappelle la conception verghiana concernant « l’acceptation de la vie pleine de privations17 » qui fait la grandeur de ses personnages. Verga encourageait un immobilisme social par la valorisation d’une réalité rurale, fondée sur le travail et sur les valeurs familiales. L’attachement à la terre et la soumission de l’homme à son travail constituent aussi les axes du discours idéologique contemporain de Maria Messina qui fait de la vision d’une vie consacrée à la terre un des piliers du projet de rééquilibrage social. Face à la crise politique et économique de l’Italie d’après-guerre, ainsi qu’à l’insatisfaction et à l’instabilité de sa société, le fascisme répond par le contrôle de la mobilité sociale. L’ordre, la hiérarchisation et l’immobilisme qui caractérisent, dans l’imaginaire collectif, le monde paysan, deviennent dans la promesse fasciste l’antidote aux déséquilibres de la vie moderne. La campagne est, à cette époque, élevée au rang de modèle de vie : comme un ensemble de simples satisfactions capables de garantir la stabilité de la population ; et comme modèle de lieu de vie, elle constitue un espace de travail et de production nécessaires aux besoins de la nation18. C’est sur cette base solide qu’on pourra construire l’état totalitaire. Sous le spectre de ce cadre politique, l’apprentissage de Crezina peut se lire comme l’exemple même de toute tentative, vaine, d’évolution sociale. Quand le narrateur affirme en conclusion de l’histoire : « à chaque fleur, sa couleur19 », il transpose le déterminisme de la vision verghiana20 dans un message éducatif parfaitement conforme au fascisme.

  • 21 « Il romanzo (trattando un ambiente poco osservato o forse male reso artisticamente) non avrebbe nu (...)

11Cependant, aucun élément extratextuel ne témoigne de l’implication intellectuelle de Maria Messina dans le programme culturel et social du régime. L’auteure reste en effet pendant ses dernières années d’écriture à l’écart de la scène littéraire et politique italienne. Dans la correspondance avec l’éditeur Bemporad ne sont abordées que les questions pratiques liées à la publication du roman et les soucis financiers de l’écrivaine. Elle lui confie cependant sa volonté de ne pas trop retarder la publication de ce roman, en affirmant que ce projet d’écriture offre au marché éditorial la représentation d’un « milieu peu observé ou peut-être mal rendu artistiquement21 ». La campagne, et toute la signification littéraire, mythique, symbolique mais aussi idéologique que ce lieu incarne, font, selon l’auteure, la modernité et le mérite de son récit. En effet, Maria Messina contribue au renouvellement des réflexions sur la ruralité des années 1920 dans le panorama de la littérature pour la jeunesse.

  • 22 Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini ». Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeuness (...)
  • 23 Maria Messina, Cenerella, Firenze, Bemporad, 1918 (roman publié en feuilleton dans Il Corriere dei (...)

12Si nous regardons la production littéraire pour les enfants de cette période, nous remarquons combien sont nombreuses les histoires sur la Grande Guerre, dont on rappelle « non pas l’horreur mais la grandeur, au moyen d’une rhétorique mystique qui, en exaltant les souffrances, les sacrifices et les massacres, sanctifie sa mémoire et sa sacralité22 ». Maria Messina contribue aussi à cette littérature et à la formation des jeunes Italiens à l’amour pour leur patrie, avec les romans Cenerella et Il giardino dei Grìgoli publiés respectivement en  1919 et  192123. Ce thème, encore très exploité dans les années 1920 par les écrivains, constitue en outre le point fort de l’ars memorandi fasciste, en lien avec l’histoire du Risorgimento. Dans Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, l’orgueil italien ne s’exprime pas à travers le récit du passé glorieux de l’Italie en guerre, mais à travers l’identification de la gens italienne à l’archétype populiste du travailleur paysan. Cependant la guerre et la terre renvoient bien aux mêmes stéréotypes : discipline et sacrifice de l’individu pour la collectivité.

  • 24 Il ne faut pas oublier que le public des jeunes s’oriente, comme l’analyse Giacobbe Olindo en 1925, (...)
  • 25 Massimo Bontempelli, La scacchiera davanti allo specchio, Firenze, Bemporad, 1922.
  • 26 Mariella Colin, op. cit., p. 45.
  • 27 Maria Messina publie pour les enfants et la jeunesse en volume, entre  1912 et  1926, trois romans, (...)
  • 28 Pino Boreo, Carmine De Luca, Letteratura per l’infanzia, Roma-Bari, Laterza, 2009, p. 88-93.
  • 29 Ibidem.
  • 30 Cf. Giuseppe Ernesto Nuccio, Il richiamo dei fratelli, Milano, Mondadori, 1934.
  • 31 Nous adoptons ici la distinction partagée par les historiens et les critiques entre les deux moment (...)
  • 32 « I Quaderni fascisti : collezione di propaganda nazionale per i giovani e per il popolo », dans AA (...)
  • 33 Mariella Colin, op. cit. p. 353.

13Face à cette production d’éducation patriotique une « zone franche » continue d’exister24 : le réalisme magique italien, dont le chef-d’œuvre est le roman La scacchiera davanti allo specchio de Massimo Bontempelli25 publié en 1922, ainsi qu’un ensemble de comptines, de contes symbolistes et crepuscolari inspirés du fanciullino de Pascoli26. L’œuvre pour l’enfance de Maria Messina27 s’inscrit davantage dans la tradition de la ligne réaliste du roman sérieux, et notamment de celle qui caractérise les histoires d’enfants « vrais » des écrivains tels quel Luigi Bertelli, dit Vamba, Giuseppe Ernesto Nuccio et Giuseppe Fanciulli. Dans ce courant « réaliste pour l’enfance », le cas de l’auteur de Sicilia buona et de Picciotti e garibaldini, Giuseppe Ernesto Nuccio, montre comment le Verismo de Luigi Capuana et de Giovanni Verga est adapté aux exigences éducatives du début du XXe  siècle et tout particulièrement la transition du vérisme vers le « réalisme fasciste28 ». Le monde enfantin des « vaincus » exalte chez Nuccio « la valeur de contre-mythe, par opposition au mythe de la pureté originaire29 » du peuple. Cette mythification se retrouve dans Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe qui brosse les portraits de gens « dei poggi » en exaltant, selon une posture populiste la beauté de leur misère. L’apprentissage artistique des deux auteurs est influencé par un espace et un temps précis : la Sicile du XIXe  siècle. Cependant, à partir des années 1930 Ernesto Nuccio plonge cet imaginaire dans le contexte contemporain fasciste, imprégnant ses histoires de la présence et de la célébration des personnages et des institutions de la dictature, notamment celle du dux30. Cette conversion manifeste au conformisme du régime est absente de l’œuvre de Maria Messina, et nous pouvons supposer que cela dépend, entre autres, du fait qu’elle se situe dans la première phase du fascisme, quand la politique de Mussolini n’intervient pas encore de manière incisive dans la littérature d’enfance et de jeunesse. En effet, même si 1926, l’année de publication du roman, marque un tournant dans cette production face à l’affirmation du régime31, dont nous rappelons à titre exemplaire la publication par l’éditeur Bemporad des Quaderni fascisti32, la mise au pas et l’asservissement de la littérature d’enfance et de jeunesse ne commencent réellement que dans les années 1930 et touchent en premier lieu les livres scolaires et les livres de lecture. C’est à partir de cette date qu’on parle d’« alignement » de la production pour la jeunesse sur les exigences totalitaires et de son « appauvrissement33 ».

  • 34 Grazia Deledda, Il libro delle terze classi elementari, Roma, La Libreria dello Stato, 1930.
  • 35 Mariella Colin, op. cit. p. 194.

14Néanmoins la politique culturelle fasciste destinée aux enfants s’exerce avant tout à l’école et à travers elle, l’institution étant plus à même de pénétrer toutes les classes sociales que la production éditoriale ou journalistique. Tout particulièrement en 1929 où Mussolini impose le « livre unique d’État », qui marque l’adéquation du récit au programme dictatorial et sa soumission à la gloire du régime : la doctrine et l’action fasciste deviennent en effet protagonistes de ces histoires. Parmi les thèmes d’inspiration patriotique que les écrivains vont choisir, celui de la terre nourricière est aussi présent. C’est le cas du livre pour les classes de troisième élémentaire de Grazia Deledda34, qui consacre « une part importante de son univers narratif à la politique rurale des années 1920, par le choix d’un ancrage régional35 ». Le roman de Maria Messina précède donc, en quelque sorte, la systématisation des récits d’enfance à la gloire du monde rural italien.

  • 36 Monica Galfrè, Una riforma alla prova. La scuola media di Gentile e il fascismo, Milano, Franco Ang (...)
  • 37 Maria Messina, Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, op. cit., p. 7 : « si trovavano i conta (...)
  • 38 Ibidem, p. 32 : « un posticino privilegiato dove girellare qua e là e grogiolarsi nell’ozio ».

15Le livre d’État est le résultat d’une nouvelle organisation du système scolaire initiée par le fascisme dès les années 1920 lorsque Giovanni Gentile et Lombardo Radice lancent la réforme, d’inspiration idéaliste, de 192336, considérée à tort par Benito Mussolini comme la « plus fasciste des réformes ». Cette réforme rend l’école primaire obligatoire jusqu’à la cinquième année et l’on crée également la scuola complementare, un cycle de trois ans à la suite de l’école primaire dédié à l’initiation au travail, et ayant comme but la professionnalisation des classes populaires. Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe participe au débat qui accompagne ces changements. L’auteure montre, selon les règles du « vrai » verghiano, le ressenti des gens « dei poggi » sur le sujet : leur jugement sur l’école, sa réglementation et son rôle éducatif. Dans le roman, les fils de paysans « envoyés à l’école obligatoire » sont décrits comme une « marmaille » constituée de pauvres enfants ignorants incapables même de faire attention au chemin qui les conduit à l’école37. Parmi eux l’amie de la protagoniste, Beniamina, se distingue des autres : c’est le seul personnage du roman doué pour l’école, elle suit la scuola complementare et rêve de partir à Florence pour continuer ses études. De plus, le narrateur laisse la parole au personnage collectif des femmes du village (coro) qui considère l’école comme « un lieu privilégié où l’on peut vadrouiller et se délecter dans l’oisiveté38 ». Cette phrase témoigne d’une opinion largement partagée dans les communautés rurales de l’époque où l’obligation scolaire était vue essentiellement comme une soustraction de forces vives normalement réservées au travail.

  • 39 Ibidem, p. 49.

16L’institution de l’école est représentée par la jeune maîtresse de Crezina, qui incarne le seul personnage instruit du roman, probable projection de l’auteure. Ce personnage, qui, compte tenu de son appartenance sociale, n’a pas été confrontée à l’expérience du dur labeur des champs, permet à l’auteure de donner une image idéalisée et mythifiée de la vie rurale. Invitée à passer une journée dans la famille de Crezina, elle découvre la campagne « vaste, silencieuse, sereine » et rêve, parmi les champs rouges qui brillent comme le « cuivre », de capturer « un rayon de lumière » qui éclaire ce paysage bucolique. Elle souhaite s’approprier aussi, « par curiosité », « la misère » de la famille grâce « au petit appareil miséreux » qu’elle porte sur elle. L’appareil photo est un clin d’œil au principe verista du document humain, et la photographe choisit significativement comme sujet privilégié le père Fortunato, personnage qui incarne la société préindustrielle et ses valeurs. Fortunato rappelle, par son rôle de patriarche, son appartenance à la vieille génération et, par son histoire d’honnête travailleur, le Padron N’toni de I Malavoglia, au point de devenir, comme le personnage de Verga, la conscience morale du monde archaïque, mais aussi le premier des vaincus. Étant parti en ville pour affaires, il est victime d’un malentendu qui fait de lui aux yeux de toute la communauté un voleur. Jugé innocent par la justice, il ne retrouve pourtant pas la sérénité face aux gens « dei poggi » : la honte d’avoir été accusé de vol consume ses forces. Le roman confie alors à la nouvelle génération la charge de reconstituer au sein de la famille le mythe de la vie paysanne tranquille. C’est sur la protagoniste que la maîtresse porte en effet un regard privilégié : « La venne incontro la Crezina, rossa commossa ridente. […] Le pareva di vederla per la prima volta. Le pareva un’altra, lassù. La sua solida forza di contadinella non era goffa, come in città39».

17La description de la vigueur paysanne que Crezina incarne est l’occasion de célébrer le sain milieu rural en opposition à la modernité urbaine. La campagne, en tant que mode de vie et habitat idéal, doit beaucoup au culte fasciste de la terre :

  • 40 Ibidem, p. 57-58.

Ma credete davvero che solo gli stupidi debbano fare i contadini? Chi ha la testa buona, come dite voi, deve lasciare la terra? La terra che è la nostra vita? La terra che è la nostra ricchezza? Male! Ma non sapete che, se potessi, mi metterei io a vangare, a zappare, a strappare erbe, per ringiovanirmi, per ricrearmi nella luce e nella pace?40

  • 41 Pino Boero, Carmine de Luca, op. cit., p. 183.

18Ce reproche de la maîtresse à la belle-mère de Crezina, qui insiste pour faire suivre à la petite fille ses études, espérant ainsi améliorer la condition sociale de toute la famille, contient le message éducatif conservateur adressé aux destinataires du roman : non seulement l’enfant, protagoniste et lecteur, mais également l’adulte. À cette belle-mère, qui représente dans le monde adulte, tout comme Crezina dans celui des enfants, le petit poisson verghiano « plus égoïste que les autres », qui « cherche à se détacher des siens » pour chercher sa fortune, le narrateur oppose la mère décédée de Crezina. Cette femme au foyer incarne la terre nourricière lorsque, dans ses souvenirs, elle est battue comme « la terre » par l’adversité afin d’offrir aux autres « l’énergie » et « le pain ». Il s’agit de l’exemple de « massaia rurale italiana41 » qui sera célébré quelques années plus tard dans le livre d’État pour les classes de cinquième, et dont les rôles et devoirs traditionnellement tournés vers la famille se trouvent transposés dans la Patrie fasciste.

  • 42 Annarosa rappelle la Nunziata lorsqu’elle « allumait la lumière, et se mit vite vite à mettre la ta (...)
  • 43 Id., Fantasticheria, op. cit., p. 135 : « Per altro il tenace attacamento di quella gente allo scog (...)

19Dans Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe le rôle de la femme au foyer dédiée à la famille et à la terre, passe de la mère à la fille Annarosa, la sœur consciencieuse de la protagoniste. Cette chioccia (« poule ») verghiana42 incarne toutes les valeurs qui, librement inspirées par la poétique du « vrai », prennent à nouveau de l’importance dans les urgences et besoins du présent. Ce personnage, véritable contre-exemple de Crezina et donc seule héroïne du roman, dont la nature laborieuse et généreuse s’oppose à celle fainéante et égoïste de sa sœur, personnifie la religion de la famille, l’idéal de l’ostrica (de l’huître sur son rocher43), le sens inné du sacrifice, la force et la résistance qui ont fait à la fois la fortune des « pauvres gens » de Giovanni Verga et celle du « grand peuple rural » envisagé par le fascisme.

20Cependant le roman de Maria Messina n’était pas destiné aux paysans italiens : il serait irréaliste de penser le contraire. La mise en scène d’une enfance paysanne, le développement du mythe littéraire de la campagne et l’exaltation de l’éducation à la vie rurale, ne sont que le fruit d’une vision distante et idéalisée de ce que l’écrivaine pouvait imaginer depuis sa province toscane et qui s’adressait au public de la bourgeoisie citadine italienne. En conclusion, l’auteure traduit la vision populiste que cette classe avait, à l’époque, de la communauté rurale.

  • 44 Maria Messina, op. cit., p. 62 : « la terra è dura e ingrata quando il contadino è solo, a tu per t (...)

21Le roman par exemple ne cache pas la pénibilité de la vie des champs. « La terre est dure et ingrate avec le paysan, quand il est tout seul, face à son effort, dans le champ grand et silencieux44 », affirme le narrateur. Mais en même temps cette vie peut se révéler moins dure lorsque les paysans décident de réunir leurs forces et de travailler la terre dans la discipline et la bonne entente. C’est le cas du domaine « dei Ruta », véritable modèle de vie familiale et de travail qui s’oppose à sa voisine “indisciplinée”, la famille de Crezina :

  • 45 Ibidem.

A quattro salti dopo il siepone, si vedeva la casa dei Ruta, grande, ben piantata nel pendio di un poggio, a guardia di un magnifico podere adorno di olivi nella salita e di viti nel piano, così scoperto che il primo sole dell’alba era suo e suo ogni alito di vento.
Un podere benedetto dal Signore! Al tempo dei lavori chi passava si fermava per il piacere di guardare il vecchio Ruta e i suoi cinque figli messi a distanza, disciplinati e d’accordo: sei zappe che si levavano nello stesso momento alla stessa altezza45.

  • 46 Ibidem., p. 120.

22L’appel à l’ordre et à la fraternité évoque le passé récent de l’Italie en guerre ; lorsque la population rurale, obligée d’abandonner les campagnes, avait offert son courage et son sens prétendument inné de l’obéissance à une cause étrangère à la plupart de soldat-paysans. Avec la fin de la guerre et le retour depuis les champs de bataille, la classe politique s’était préoccupée de la transformation de ces paysans en combattants, touchés par les souffrances vécues pendant les combats et affectés par la rancœur sociale. Ces circonstances peuvent expliquer l’attention du régime fasciste dans les années 1920 envers la classe subalterne et l’effort de Mussolini pour lui offrir une identité, dont la discipline et l’accord peuvent bien en représenter les caractéristiques fondamentales. Dans la conclusion du roman la sœur de Crezina, Annarosa, reconstitue le système organique et solidaire dans un nouveau domaine sur le modèle « dei Ruta », « come nelle favole a lieto fine46 ».

  • 47 Ibidem.
  • 48 « Il titolo mi pare risponda bene alla luminosa serenità del romanzo ». Lettre de Maria Messina à B (...)

23Aux préoccupations et aux solutions de la classe politique envers le « problème » des paysans il faut ajouter celles de la bourgeoisie italienne, qui représente aussi le lecteur implicite du roman de Maria Messina. À travers le personnage de la maîtresse d’école, l’auteure exprime à l’égard de la communauté rurale un sentiment de pitié humaine ne cédant pourtant jamais à l’affection, tout en gardant une certaine distance émotionnelle face à l’univers paysan. Le narrateur se montre attentif à la misère de ses personnages mais il ne renonce guère à son point de vue bourgeois et à une perspective éducative donc la cible est l’enfant, ainsi que l’adulte. Cet écart entre l’auteure et ses personnages permet de mythifier la réalité de ces derniers et de convaincre le lecteur de la stérilité de leurs espoirs, pauvreté dont les « mauvaises chaussures » de Crezina sont le meilleur exemple. Si l’homme prend conscience de la beauté et de l’harmonie que lui offre la vie à la campagne, il n’aura guère de raisons d’espérer de meilleures conditions : c’est le message de sublimation des espoirs humains du roman, mais aussi d’une vision immobiliste de la société et d’une division classiste imperméable aux grandes secousses de la société de masse. Pour cette raison le narrateur affirme en conclusion du roman : « Tutti vissero tranquilli e contenti come nelle favole belle : svolgendo ciascuno il suo filo grigio e il suo filo d’oro47 ». L’acceptation d’une existence humble et honnête en contact avec la nature constitue la seule source possible de satisfaction pour les personnages, et pour le lecteur la solution radieuse de l’accord idyllique entre l’homme et la terre. C’est à travers ces considérations que nous pouvons comprendre la « lumineuse sérénité48 » qui, selon Maria Messina, offre au roman son titre : l’immobilisme ab aeterno de l’univers paysan qui fait de celui-ci un modèle d’ordre et d’équilibre pour le présent.

  • 49 Discours de Benito Mussolini du 2 août 1924 à l’occasion de l’inauguration du Conseil national du P (...)
  • 50 Discours de Benito Mussolini du 10 octobre 1926 à l’occasion du deuxième concours national de la ba (...)
  • 51 Discours de Benito Mussolini du 11 octobre 1925 à l’occasion d’un colloque d’agriculteurs, op. cit. (...)

24La vision antimoderniste et conservatrice du roman fait en effet partie d’un climat culturel et social conditionné par un pouvoir politique à la recherche de la stabilité et fier de la force originaire du peuple italien. Les paysans apparaissent en effet dans la propagande fasciste comme la partie la plus saine de la société : Mussolini dira à propos de ce « meraviglioso popolo agreste, rurale49 » qu’il travaille dur, dans l’obéissance et dans le silence50 ; il soulignera même publiquement sa contribution décisive à la puissance du pays : « il Governo considera i contadini in guerra o in pace quali forze fondamentali per le fortune della patria51 ». Dans cette phrase nous retrouvons le binôme terre-guerre qui identifie le paysan dans l’homme capable de porter la charrue ainsi que l’épée. L’idéologie ruralista trouve son écho dans une partie de la culture littéraire contemporaine engagée à défendre à cette époque le caractère rural et paysan de l’Italie, ainsi que son provincialisme.

  • 52 Il ne faut pas oublier les positions antimodernistes de « i selvatici » Giovanni Papini et Domenico (...)

25La société préindustrielle glorifiée dans le roman de Maria Messina renvoie en effet aux illusions « strapaesane »de la revue Il Selvaggio de Mino Maccari52, éditée officiellement à partir de 1924, en Toscane, comme soutien de l’Italie anti-cosmopolite de la province et anti-européiste.

26Comme nous l’avons vu, aucun élément extratextuel ne peut pour le moment nous renseigner sur les rapports entre Maria Messina et les intellectuels et écrivains contemporains, ni même sur le lien de l’auteure au régime fasciste. Il reste encore à déceler si la version strapaesana de la société et de la culture italienne de cette période a pu influencer un retour, dans l’imaginaire de l’écrivaine, de la société préindustrielle ou si, comme nous préférons l’affirmer pour l’instant, le provincialisme qui caractérise son dernier roman pour l’enfance provient de l’isolement qui affecte sa vie privée.

  • 53 Giuseppe Giovanazzi, Gusti letterari dei ragazzi, acte du « Convegno Nazionale per la letteratura i (...)

27Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe anticipe la politique culturelle du fascisme destinée en particulier aux enfants. L’ensemble des valeurs et des significations que ce roman transmet constitueront en effet, dans la deuxième phase du régime, les principes des livres de lecture pour « l’enfant nouveau » de l’Italie fasciste : « gioia serena, sostanziale nutrimento, fonte di fede religiosa e patriottica, di bontà e di forza, di ardimento e di tenacia, di spirito di sacrificio e di disciplina53 ».

  • 54 Mario Isnenghi, L’educazione dell’italiano. Il fascismo e l’organizzazione della cultura, Bologna, (...)

28Par son adaptation de la poétique du « vrai » de Giovanni Verga à un récit pour les enfants et par sa transposition de la Sicile des pauvres paysans du XIXe  siècle à la province toscane des années 1920, le travail de Maria Messina peut constituer, à bien des égards, une contribution au « projet national-populaire54 » du fascisme. Il nous faut encore déterminer si sa participation à l’idéologie politique du ruralismo a été volontaire ou non.

Haut de page

Notes

1 Maria Messina, Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, Firenze, Bemporad, 1926.

2 En septembre 1924 Maria Messina annonce à son éditeur le titre du roman et elle se réjouit de la publication en mai 1926. Cf. Lara Gioachin Raffaelli, « Una storia approfondita : Le lettere di Maria Messina ad Alessio di Giovanni e ad Enrico Bemporad 1910-1940 », dans Italica, Journal of the American Association of Teachers of Italian, vol. 86, 2009, p. 339-391.

3 « Poggi » est le nom générique pour parler des collines.

4 Giuseppe Antonio Borgese, Una scolara di Verga, dans La vita e il libro, Torino, Fratelli Bocca Editori, 1913, vol. 3, p. 152-173.

5 La Sicile des pauvres paysans est protagoniste dans les premiers recueils de nouvelles : Pettini fini (1909) et Piccoli gorghi (1910). L’importance de l’héritage verghiano est ainsi confirmée par la correspondance entre les deux écrivains (1909-1919). Cf. Giovanni Garra Agosta, Un idillio letterario inedito verghiano, Catania, Greco, 1979.

6 À partir du recueil de nouvelles Le briciole del destino, Milano, Treves, 1918.

7 I poggi.

8 Maria Messina, Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, op. cit., p. 1-3.

9 Giovanni Verga, I Malavoglia, Milano, Garzanti, 1980, p. 3 : « la forma è così inerente al soggetto, quanto ogni parte del soggetto è necessaria alla spiegazione dell’argomento generale ».

10 Maria Messina, op. cit., p. 65 : « ma egli si chiamava Fortunato Allegri per una beffa della sorte, diceva l’Enrichetta ».

11 Ibidem, p. 3.

12 Giovanni Verga, Nedda, dans Tutte le novelle, Milano, Mondadori I Meridiani, 1987, p. 15 : « elle si fermava tutta tremante, come una capretta sbrancata ».

13 Maria Messina, op. cit., p. 35.

14 Giovanni Verga, Storia dell’asino di San Giuseppe, dans Tutte le novelle, op. cit., p. 286-298.

15 Id., Fantasticheria, dans Tutte le novelle, op. cit., p. 136 : « Un dramma […] di cui parmi tutto il nodo debba consistere in ciò: – che allorquando uno di quei piccoli, o più deboli, o più incauto, o più egoista degli altri, volle staccarsi dal gruppo per vaghezza dell’ignoto, o per brama di meglio, o per curiosità di conoscere il mondo, il mondo da pesce vorace com’è, se lo ingoiò, e i suoi più prossimi con lui ».

16 Maria Messina, op. cit., p. 111 : « la soddisfazione di diventare la buona compagna di fatica della sorella ».

17 Giovanni Verga, op. cit., p. 135 : « questa rassegnazione coraggiosa ad una vita di stenti ».

18 Le 11 juin 1925, Benito Mussolini « assume le commandement effectif et direct » de la bataille du blé, affirmant ainsi le rôle central de l’agriculture dans l’économie du pays. Cf. Francesco Todaro, définition du mot grano dans Enciclopedia italiana, Appendice I, XVII, Roma, 1938, p. 726, www.treccani.it.

19 Maria Messina, op. cit., p. 113 : « Proprio vero che a ogni fiore sta bene il suo colore ».

20 Giovanni Verga, I Malavoglia, op. cit., p. 185-184 : « Ad ogni uccello, il suo nido è bello », c’est ce qu’affirme Padron N’toni lorsque son neveu souhaite changer sa condition de povero diavolo et celle de sa famille.

21 « Il romanzo (trattando un ambiente poco osservato o forse male reso artisticamente) non avrebbe nulla da guadagnare con un ritardo ». Lettre de Maria Messina à Enrico Bemporad, Florence, 12 julliet 1924. Cf. Lara Gioachin Raffaelli, « Una storia approfondita », op. cit.

22 Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini ». Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le Fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses Universitaires, 2010, p. 37. Parmi les romans de guerre rappelons Piccolo Alpino de Salavator Gotta, publié en 1926, devenu un classique de la littérature pour la jeunesse et « véritable bréviaire d’éducation patriotique ».

23 Maria Messina, Cenerella, Firenze, Bemporad, 1918 (roman publié en feuilleton dans Il Corriere dei piccoli, 4 novembre-16 décembre 1917) ; Il giardino dei Grìgoli, Milano, Treves, 1922 (roman publié en feuilleton dans Il Corriere dei piccoli, 25 mai-27 juillet 1919).

24 Il ne faut pas oublier que le public des jeunes s’oriente, comme l’analyse Giacobbe Olindo en 1925, vers deux grands types de livres : les livres qui émeuvent le cœur et ceux qui amusent. Cuore et Pinocchio restent les deux grands classiques. Cf. Giacobbe Olindo, Letteratura infantile, Torino, Paravia, 1925.

25 Massimo Bontempelli, La scacchiera davanti allo specchio, Firenze, Bemporad, 1922.

26 Mariella Colin, op. cit., p. 45.

27 Maria Messina publie pour les enfants et la jeunesse en volume, entre  1912 et  1926, trois romans, trois recueils de nouvelles, deux recueils de contes ; elle travaille aussi pour le Corriere dei piccoli de 1913 à 1927.

28 Pino Boreo, Carmine De Luca, Letteratura per l’infanzia, Roma-Bari, Laterza, 2009, p. 88-93.

29 Ibidem.

30 Cf. Giuseppe Ernesto Nuccio, Il richiamo dei fratelli, Milano, Mondadori, 1934.

31 Nous adoptons ici la distinction partagée par les historiens et les critiques entre les deux moments du régime : avant et après 1926, date du passage à la dictature assumée.

32 « I Quaderni fascisti : collezione di propaganda nazionale per i giovani e per il popolo », dans AA. VV, Paggi e Bemporad Editori per la scuola. Libri da leggere, scrivere e far di conto, Firenze, Giunti, 2007, p. 52.

33 Mariella Colin, op. cit. p. 353.

34 Grazia Deledda, Il libro delle terze classi elementari, Roma, La Libreria dello Stato, 1930.

35 Mariella Colin, op. cit. p. 194.

36 Monica Galfrè, Una riforma alla prova. La scuola media di Gentile e il fascismo, Milano, Franco Angeli, 2000.

37 Maria Messina, Storia di buoni zoccoli e di cattive scarpe, op. cit., p. 7 : « si trovavano i contadinelli dei poggi mandati alla scuola obbligatoria. Chi andava alla seconda, chi alla terza; e Tonino della Piana, il più grande della razzamuglia, ripeteva la prima da tre anni ».

38 Ibidem, p. 32 : « un posticino privilegiato dove girellare qua e là e grogiolarsi nell’ozio ».

39 Ibidem, p. 49.

40 Ibidem, p. 57-58.

41 Pino Boero, Carmine de Luca, op. cit., p. 183.

42 Annarosa rappelle la Nunziata lorsqu’elle « allumait la lumière, et se mit vite vite à mettre la table pour le dîner, cependant que ses frères allaient derrière elle, qui paraît une poule avec ses poussins », Giovanni Verga, I Malavoglia, op. cit., p. 30.

43 Id., Fantasticheria, op. cit., p. 135 : « Per altro il tenace attacamento di quella gente allo scoglio sul quale la fortuna li ha lasciati cadere mentre seminava principi di qua e duchesse di là, questa rassegnazione coraggiosa ad una vita di stenti, questa religione della famiglia, che si riverbera sul mestiere, sulla casa, e sui sassi che la circondano, mi sembrano – forse pel quarto d’ora – cose serissime e rispettabilissime. Parmi che le irrequietudini del pensiero vagabondo s’addormenterebbero dolcemente nella pace serena di quei sentimenti miti, semplici, che si succedono calmi e inalterati di generazione in generazione. ».

44 Maria Messina, op. cit., p. 62 : « la terra è dura e ingrata quando il contadino è solo, a tu per tu col suo sforzo, nel campo grande e silenzioso ».

45 Ibidem.

46 Ibidem., p. 120.

47 Ibidem.

48 « Il titolo mi pare risponda bene alla luminosa serenità del romanzo ». Lettre de Maria Messina à Bemporad, Florence, 12 julliet 1924. Cf. Lara Gioachin Raffaelli, « Una storia approfondita », op. cit.

49 Discours de Benito Mussolini du 2 août 1924 à l’occasion de l’inauguration du Conseil national du Parti National Fasciste, Benito Mussolini, Opera Omnia, Firenze, La Fenice, 1951-1963, vol. XXI, p. 37-38.

50 Discours de Benito Mussolini du 10 octobre 1926 à l’occasion du deuxième concours national de la bataille du blé, op. cit., vol. XXII, p. 235.

51 Discours de Benito Mussolini du 11 octobre 1925 à l’occasion d’un colloque d’agriculteurs, op. cit., vol. XXI, p. 408.

52 Il ne faut pas oublier les positions antimodernistes de « i selvatici » Giovanni Papini et Domenico Giuliotti, ainsi que celles de Curzio Malaparte.

53 Giuseppe Giovanazzi, Gusti letterari dei ragazzi, acte du « Convegno Nazionale per la letteratura infantile e giovanile », Bologne, 9-10 novembre 1938. Cf. Pino Boerio, Carmine de Luca, Letteratura per l’infanzia, op. cit., p. 172.

54 Mario Isnenghi, L’educazione dell’italiano. Il fascismo e l’organizzazione della cultura, Bologna, Cappelli, 1979, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giusi La Grotteria, « L’enfance à la campagne : entre mythe littéraire et enjeu politique », Italies, 22 | 2018, 135-148.

Référence électronique

Giusi La Grotteria, « L’enfance à la campagne : entre mythe littéraire et enjeu politique », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6217 ; DOI : 10.4000/italies.6217

Haut de page

Auteur

Giusi La Grotteria

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals