Navigation – Plan du site
Souvenirs d'enfances italiennes

Une enfance « d’entre-deux » : souvenirs d’un fils d’immigrés italiens pendant et après la Première Guerre mondiale

Pierre-Louis Buzzi
p. 269-284

Résumés

Osvaldo Bolloni naît en Italie en 1909 et arrive en France dans les bras de ses parents en 1912. La Première Guerre mondiale déclenchée, la famille retourne en Italie où Osvaldo passe son enfance. Il revient en France avec sa famille dans les années vingt et s’y installe définitivement en étant musicien dans l’armée française. Sur la demande de membres de sa famille, il écrit dans les années 1970 les souvenirs de son passé, de son enfance marquée par l’émigration, la Grande Guerre, la famille, le travail et les diverses occupations traditionnelles de l’enfance en Italie.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, France

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Milza, Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1995, p. 32.

L’émigration est une gigantesque noria, un manège toujours en marche qui brasse des millions d’êtres humains et ne laisse à chaque tour, sur la terre d’accueil, qu’un petit nombre d’élus. Ceux-là nous les connaissons un peu mieux car ils ont posé leur sac et fait souche. Ils peuplent les registres d’état-civil, les listes d’embauche, les dossiers de demande de naturalisation. La paroisse où ils se sont mariés, l’école où ils ont envoyé leurs enfants gardent la trace d’une histoire familiale dont la mémoire des fils et des petits-fils conserve quelques lambeaux 1.

1En quelques mots, l’historien Pierre Milza en dit beaucoup sur l’émigration italienne. Rappelant le caractère massif de celle-ci, il énumère des sources écrites abondamment étudiées pour connaître le parcours des migrants et évoque des lieux de mémoire de cette expérience migratoire. Des hommes, des sources, des mémoires.

2Forte de plus de 400 000 membres à la veille du premier conflit mondial, la colonie italienne est la première colonie étrangère en France. Avec ses cadres et ses maçons, ses immigrés modèles et ses délinquants, ses hommes et ses femmes, ses vieillards et ses enfants, elle constitue une société à part entière au sein d’une société française dont le regard envers elle est pluriel, allant de la sincère sympathie et confiance jusqu’au rejet violent. Comme l’indique Pierre Milza, les migrants du début du siècle dernier laissent derrière eux peu de traces écrites propres et personnelles ; les sources qui permettent d’étudier la vie et le sort des immigrés italiens en France sont essentiellement des sources extérieures à la colonie italienne. De ce fait, l’expérience migratoire et la vie de l’Italien sont presque toujours perçues au travers du regard de ses contemporains : prêtres, journalistes, commissaires, (sous-)préfets, consuls, employeurs, etc.

  • 2 Var Matin, samedi 27 juin 2015, « En Bref. Appel à témoignages », p. 20.

3La source étudiée ici est inédite. Dans le cadre de nos recherches sur les immigrés italiens en France pendant la Première Guerre mondiale, nous utilisons plusieurs médias (presse régionale et forums) au cours du printemps-été 2015, afin de trouver des descendants d’immigrés capables de raconter l’histoire de leurs aïeuls pendant la guerre. Suite à l’édition d’un de ces appels dans le journal Var Matin en juin  20152, M. Noël Bolloni, résidant en France, nous contacte par mail afin de nous faire savoir qu’il a en sa possession le cahier des souvenirs de son oncle, Osvaldo Bolloni, né en Italie au début du siècle dernier et qui a passé son enfance entre la France et l’Italie. M. Bolloni nous prête alors une photocopie de ce cahier. Qu’il en soit ici chaleureusement remercié.

4Le cahier d’Osvaldo Bolloni apporte un éclairage original et inédit sur l’immigration. En effet, il permet d’observer le phénomène de l’intérieur puisqu’il s’agit des souvenirs d’un fils d’immigrés italiens, né en Italie près du lac Trasimène en 1909 et arrivé en France une première fois avec ses parents en 1912, puis une seconde fois après la Première Guerre mondiale. En outre, il constitue l’un des rares témoignages écrits et disponibles d’un fils d’immigrés ayant vécu la Première Guerre mondiale.

  • 3 C’est la raison pour laquelle toutes les citations tirées de ce cahier, inédit, sont en français, y (...)

5Le texte, écrit à la première personne du singulier, est intitulé Ricordi del mio passato (Souvenirs de mon passé). Car bien que rédigé intégralement à la main et en français, l’auteur a estimé judicieux d’intituler ses souvenirs dans la langue de Dante, dans le cahier traitant de l’enfance en Italie3. Par ailleurs, il convient de préciser que ces souvenirs sont écrits bien après les faits, c’est donc non sans une certaine prudence qu’il faut lire ce témoignage, aussi inédit soit-il. Nous nous limiterons, dans le présent article, à étudier la période de l’enfance de l’auteur qui est également le protagoniste du récit et le témoin discret de l’émigration de sa famille. Au travers de ce texte, c’est donc l’histoire d’un enfant et de sa famille qui est observée, c’est une source inédite qui permet d’envisager l’étude de l’émigration italienne sous une approche différente, c’est aussi une mémoire particulière de l’expérience migratoire puisque le cahier a été écrit bien après les faits.

Les souvenirs d’un homme entre Italie et France

6Osvaldo Bolloni, l’auteur du cahier présentement étudié, fils d’Annibal Bolloni et Marie Dellamassa, naît le 7  février 1909 à Magione en Italie et décède le 10  juin 1988 à Auch dans le Gers. Il arrive pour la première fois en France en 1912, à Toulon, dans les bras de ses parents. La famille est alors composée de quatre garçons et d’une fille : Antonio, Aurelio, Angelo, Osvaldo et Iolanda. Il est naturalisé français alors qu’il a cinq ans sur la demande de ses parents. Ils quittent la France en 1914 lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale puis reviennent de nouveau dans le sud de la France après le conflit.

  • 4 Extrait non daté de La Dépêche du Midi (juin 1988) envoyé par M. Noël Bolloni.

7Passionné de musique, il obtient le premier prix du Conservatoire de Toulon dans l’entre-deux-guerres et entre dans la musique militaire au 5e régiment d’infanterie d’Amiens. Devenu chef de musique au 9e régiment de tirailleurs algériens à Miliana, il effectue ensuite un stage de musique à la caserne de Courbevoie et est admis dès 1937 à la société des auteurs-compositeurs de musique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint son régiment en Algérie et est démobilisé en 1943. Engagé dans la gendarmerie de Brive comme adjudant, chef de fanfare en mars 1945, il démissionne pour rejoindre l’armée en Alsace puis prend la direction de la fanfare du 63e régiment d’artillerie marocaine en Allemagne où il participe à l’occupation de l’Allemagne. Après la guerre, il devient chef de musique à Gourdon dans le Lot et professeur de musique dans les écoles et collèges de la ville. Il retourne une ultime fois dans l’armée au 9e régiment d’artillerie de Béziers en tant que chef de musique avant de revenir dans le civil comme chef de musique à Condom puis à Lézat-sur-Lèze et enfin à Moissac. Il s’éteint à l’âge de 79 ans, « entouré par de nombreux amis » comme le souligne la rubrique nécrologique d’alors4.

  • 5 Agnès Thiercé, « “De l’école au ménage” : le temps de l’adolescence féminine dans les milieux popul (...)
  • 6 Christelle Hamel, Laure Moguérou, Emmanuelle Santelli, « L’entrée dans la vie adulte des filles et (...)

8L’une des difficultés majeures rencontrées dans ce travail est la délimitation de l’enfance d’Osvaldo Bolloni. Celui-ci ne parle que très rarement des dates, des années et des âges et il est d’autant plus difficile de borner l’enfance que les limites de cette période de la vie sont fort peu précises et varient selon des critères socio-économiques. Dans les classes populaires du début du XXe siècle, par exemple, notamment au sein des familles immigrées, l’individu passe rapidement de l’enfance à la vie active. Agnès Thierce souligne cette confusion en affirmant qu’à l’aube du XXe siècle, l’adolescence ne concerne que les enfants de la bourgeoisie5. Ainsi, « le passage à l’âge adulte est loin d’être une étape univoque et homogène parmi les groupes sociaux6 ». Et le présent récit rend bien compte d’une enfance à cheval sur les modes de passage de l’enfance à l’âge adulte, en France et en Italie. Nous arrêtons donc notre étude au milieu des années de l’Entre-Deux-Guerres, alors qu’Osvaldo, ou Oswald, forme francisée du prénom, entre dans la vie active en gagnant sa vie grâce à la musique.

Une source pour le chercheur

  • 7 Manon Pignot, Allons enfants de la Patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012, p. 19-20.
  • 8 Philippe Artières et al., « Témoignage et récit historique », Sociétés & Représentations, no 13, 20 (...)
  • 9 Mariella Colin, « “Dire l’émigration” : les immigrés italiens entre l’Italie et la Basse-Normandie  (...)

9L’étude de l’enfance en guerre pose plusieurs problèmes d’ordre méthodologique. Le cahier étudié ici ne correspond pas aux traditionnelles formes d’écritures de l’enfance (journaux intimes, correspondances des enfants à leurs parents, dessins). Le document étudié ici ne date en effet pas de l’enfance de l’intéressé mais a été écrit bien des années après les événements. Se dégage alors une interrogation légitime pour l’historien, celle de la (grande) distance avec l’événement. Manon Pignot déplore qu’une certaine frilosité existe toujours à l’égard du témoignage a posteriori : « la critique de la vieillesse des témoins est sans doute la plus surprenante – ne serait-ce que parce qu’elle ne tient aucun compte du processus d’hypermnésie de l’enfance constaté depuis longtemps par la gérontologie7 ». C’est en effet l’un des aspects qui marque le plus la lecture des souvenirs présentés ici : l’auteur se remémore aisément des détails de son enfance et de sa petite-enfance. Le cahier de souvenirs présenté ici n’est donc pas la transcription écrite d’une interview avec l’interrogé. Il ne s’agit pas d’une enquête orale, mais bien d’un cahier écrit à la main par l’intéressé lui-même pour « nous faire connaître [sa] vie en Italie et [sa] première installation en France » comme nous l’a confié M. Noël Bolloni. Osvaldo Bolloni, l’auteur de ces souvenirs, a donc pris le temps et le soin d’écrire avec une belle calligraphie, et bien après les événements, son histoire et celle de sa famille dans un cahier intitulé, en italien, Ricordi del mio passato (Souvenirs de mon passé). Pierre Laborie rappelle que « l’historien doit s’intéresser en priorité à la façon dont le témoignage est né, à ses modalités de production8 ». En ce qui concerne notre objet d’étude, il fait partie d’une série de cahiers écrits à partir de 1967 dans lesquels Oswal Bolloni, sur la demande de sa fille et de ses petits-enfants, écrivait ses souvenirs. D’une certaine manière, sa fille et ses petits-enfants se sont faits, pour reprendre les termes de Mariella Colin, « les dépositaires d’une histoire familiale marquée par cet événement “inaugural” qu’a été l’émigration9 ».

Une mémoire entre Italie et France

  • 10 Marie Rodet et Christoph Reinprecht, « Éditorial : Mémoires et migrations en Afrique de l’Ouest et (...)
  • 11 Ibidem, p. 8.
  • 12 Irène Dos Santos, Les “brumes de la mémoire”. Expérience migratoire et quête identitaire de descend (...)

10Observant une « inflation mémorielle10 » avec la multiplication des récits et témoignages notamment au sein des milieux issus de l’immigration, une inflation qu’ils estiment encouragée par le développement de l’histoire sociale, de l’histoire orale et de la micro-histoire qui s’intéressent à l’histoire des « invisibles11 », Marie Rodet et Christoph Reinprecht rendent compte de l’actuelle facilité de diffusion des histoires de familles. En ce qui concerne l’immigration portugaise, Irène Dos Santos s’interroge sur les raisons de la multiplication des écrits par des descendants de cette migration : cette évolution s’insère-t-elle dans la tendance identitaire venue de l’“ego-histoire” ? Ou dans celle du “devoir de mémoire” des jeunes issus de l’immigration, de quête mémorielles d’une génération qui désire réinscrire son histoire12 ?

  • 13 Maria Boselli Rivoltella, Pour vous mes Enfants. Per voi figli e figlie. Une vie d’émigrée italienn (...)
  • 14 Voir par exemple Isabelle Felici (textes recueillis par), Jean-Charles Vegliante (préface de), Raci (...)
  • 15 Isabelle Felici, Jean-Charles Vegliante (textes recueillis par), Enfants d’Italiens, quelle(s) lang (...)
  • 16 Clémentine Vidal-Naquet évoque par exemple la découverte fortuite au milieu d’objets anciens abando (...)
  • 17 Rémy Cazals (dir.), 500 témoins de la Grande Guerre, Moyenmoutier, Edhisto-Ed. Midi-Pyrénées, 2013, (...)

11Chez les immigrés italiens, ce type d’écrit autobiographique reste plutôt rare. Des exemples existent mais ils sont peu nombreux. Ainsi, en 2009, Auguste Rivoltella tient par exemple la promesse faite à sa mère Maria Boselli Rivoltella : faire publier le récit de sa vie d’immigrée italienne qu’elle avait écrit dans un cahier13. Une intervention extérieure est en effet souvent nécessaire pour que l’immigré transmette ses souvenirs14. Le souhait d’un membre de la famille de connaître l’histoire de ses aïeuls, ou bien une enquête menée par un chercheur, conduisent souvent l’immigré à témoigner. Ainsi, toujours en 2009, Isabelle Felici publie-t-elle, avec Jean-Charles Vegliante, un recueil d’une trentaine de témoignages d’enfants d’Italiens15. La nature du document présenté dans cette contribution est donc relativement rare puisqu’il ne s’agit pas d’un récit réécrit par un descendant d’après les discussions personnelles et souvenirs de son aïeul, ni de la transcription d’une enquête orale. Il s’agit en revanche d’un cahier (encore inédit) de souvenirs écrits par un enfant d’immigrés, lui-même immigré puisqu’il est né en Italie. Combien d’écrits semblables existent ou ont existé et finissent parfois dans l’oubli16 ? Dans le cas présent, la rencontre d’un désir familial de connaître l’histoire de la famille, et le souhait d’un chercheur de disposer de sources pour une étude historique, permet de sortir de l’oubli une histoire familiale particulière qui illustre la grande histoire de l’immigration italienne. Dans ses souvenirs, Osvaldo Bolloni est pleinement un témoin car il est « un contemporain de l’événement, qu’il a vu et vécu comme acteur, à quelque place que ce soit, et qui a laissé une trace17 ».

12Il semble plus opportun d’étudier non de manière chronologique son enfance mais d’en faire ressortir des thématiques afin de souligner non seulement ce qui marque son enfance de jeune italien et de jeune émigré, mais également d’étudier l’enfance en Italie et l’émigration italienne en France au travers du regard d’un enfant, ou plus précisément des souvenirs d’enfance d’un adulte. L’enfance d’Osvaldo Bolloni se voit ainsi marquée par l’expérience migratoire. La famille occupe également et tout légitimement une place très importante dans sa vie et ses souvenirs d’enfance. Enfin, Osvaldo Bolloni est aussi un enfant de son temps, de sa génération. À ce titre, les souvenirs d’enfance sont scandés par l’aide qu’il apporte à sa maman, l’école et l’école buissonnière, les jeux et les activités en plein air et bien sûr, comme un très grand nombre de jeunes Italiens, par le travail.

Une enfance italienne marquée par la migration et le travail

13Les plus lointains souvenirs d’Osvaldo remontent à l’année 1912 ; il a alors trois ans et demi et ses parents décident de quitter leur « humble demeure » située sur les bords du lac Trasimène, pour la France. Les premiers souvenirs d’Osvaldo sont donc étroitement associés à l’expérience migratoire :

Nous voilà donc à la veille de notre départ pour la France. Des voisins, venus pour nous saluer et sans doute pour dire à mes parents leur regret de nous voir partir si loin, prirent place sur les quelques chaises de notre modeste habitation ainsi que sur un long banc en bois utilisé ce soir-là, pour la circonstance. Mes yeux d’enfants ne quittaient pas ma maman, qui, souvent, son mouchoir à la main, allait sécher les larmes qui coulaient sur ses joues.

  • 18 Cindy Doneda, Les Italiens dans le Var de 1850 à nos jours : démographie, impacts économiques et pa (...)

14La littérature testimoniale présente souvent le départ des immigrés du pays d’origine comme un « déracinement douloureux18 » aussi bien pour ceux qui partent que pour ceux qui restent. Outre le départ, c’est l’éloignement qui questionne et afflige. Osvaldo Bolloni écrit bien qu’ils s’apprêtent à partir « si loin ». Les regrets des voisins et le mouchoir de la mère en sont les signes discrets mais bien présents dans les souvenirs du narrateur. Il est par ailleurs frappant de constater la précision des faits racontés dans ces lignes, ne serait-ce qu’avec la diversité des détails qui y sont donnés. L’écriture est aussi assez lyrique et sentimentale. Ainsi Osvaldo se souvient-il de la manière suivante de son premier voyage :

Pendant le voyage, dans le train qui nous emportait vers la France, je ne quittais pas le merveilleux paysage des yeux, et dans mon souvenir je revois clairement ce qui me fascinait le plus. C’était de voir les arbres tourner sur eux-mêmes ; effet produit naturellement par la vitesse du train. Nous voilà à Toulon.

  • 19 Ibidem, p. 38.
  • 20 Ibidem, p. 50.

15De Toulon, la famille part habiter chez Madame Langarel à Lagoubran, propriétaire de plusieurs maisons « et aussi d’un beau perroquet qui savait appeler sa maîtresse par son nom quand quelqu’un la demandait » se souvient l’auteur. Environ 42 000 Italiens résident alors dans le département du Var19. Il s’agit d’une colonie italienne essentiellement composée d’hommes, jeunes, et venus pour la plupart du nord de la Péninsule : « les Piémontais représentent les trois quarts de la population italienne, suivis par les Toscans et les Ligures. L’importance de cette colonie s’explique par l’ancienneté des relations économiques et humaines entre les territoires, par la proximité géographique, les similitudes culturelles, et le regroupement communautaire20 ». Toutefois, la présence de la famille en France est de courte durée et relativement peu de choses de cette période sont restées en mémoire. Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale en août 1914, la famille décide de rentrer en Italie :

Fortement découragés mais non désespérés, mes parents refirent les ballots comportant le linge et les habits indispensables et nous voilà rendus, le jour J et à l’heure H devant le bureau de Mr  le Consul où avec bien d’autres ressortissants [nous] attendions le signal pour nous rendre au port maritime où, un superbe bateau italien allait nous ramener, la mort dans l’âme, dans ce pays que nous avions quitté deux ans plus tôt. Le souvenir le plus net qui m’est resté de ce voyage en mer est celui d’avoir vu le chapeau d’un Italien, enlevé de la tête de celui-ci par un coup de vent et que beaucoup, comme moi, rirent de bon cœur. Lui seul ne riait pas. Ses yeux fixés sur son chapeau français acheté la veille à Toulon, le regardait danser et s’éloigner au gré des vagues pour disparaître à jamais de sa vue.

16Comme pour le voyage Italie-France de 1912, le récit que fait Osvaldo du trajet France-Italie marque le lecteur par sa précision et ses détails. Osvaldo n’a pourtant que cinq ans. Le débarquement se fait à Gênes puis un train les conduit jusqu’à Magione où des parents cousins, oncles, tantes et un grand-père maternel, Angelo, les attendent pour les loger chez eux à la ferme « en attendant de trouver une habitation libre et du travail dans les environs ». Au cours même de la guerre, la famille change de localité. Osvaldo relate ainsi la « maladie » de sa maman (en fait une fausse-couche), l’arrivée du docteur sur un mulet et la décision de la famille de quitter la région « pour aller vivre dans la province voisine, la Toscane, où il y avait la possibilité pour mon père d’avoir un travail pas trop éloigné de la maison ». Ils s’installent donc à quelques kilomètres de Fornaci di Barga où se trouve un important arsenal de pyrotechnie et où son père trouve facilement de l’embauche. Pour Osvaldo Bolloni, ses années en Italie colorent son enfance ; d’après ses souvenirs, son enfance est clairement une enfance italienne. N’a-t-il pas intitulé son cahier de souvenirs en italien Ricordi del mio passato en dépit de sa nationalité française acquise à l’âge de cinq ans ? Comme de nombreux immigrés, l’auteur développe une sorte de double identité, à cheval sur la France et l’Italie. Au lendemain du conflit, la famille reprend la route de l’émigration, ou plutôt des routes, car la famille se sépare : le grand frère Angelo part en Écosse (« Notre propriétaire ayant dans ce pays, un restaurant, l’emmena avec lui comme marmiton ; c’était en 1919 ») alors que le reste de la famille retourne en France pour un faisceau de facteurs comme il le souligne lui-même :

Comme la Guerre était finie, les arsenaux n’ayant plus à fabriquer des armes, mon père et mes deux grands frères furent licenciés, en même temps que beaucoup d’autres ouvriers. L’avènement du Duce, Mussolini, et après de longs jours de chômage, finirent par décider mes parents à repartir pour la France. Ayant obtenu une promesse d’emploi par un boulanger de Toulon dont mon père était client avant la Guerre de 1914, et à qui nous avions écrit pour obtenir une autorisation de venir en France, en qualité de main-d’œuvre étrangère, nous refîmes les bagages en vue de ce nouveau départ.

17Ainsi, si l’auteur de ces lignes évoque l’avènement du fascisme en Italie, l’émigration de la famille vers la France est surtout liée à la situation économique du pays et à l’assurance d’avoir un emploi en France dans une région déjà connue grâce à un premier séjour avant 1914. Le souvenir de cette nouvelle migration est surtout marqué par celui de l’attente en gare de Vintimille : « Là nous dûmes rester trois jours en attendant qu’un document indispensable portant le sceau du Roi Victor-Emmanuel III nous parvienne de Rome ».

  • 21 39 627 Transalpins sont recensés dans le département en 1921, ils sont 47 207 à être recensés cinq (...)

18Si la famille trouve rapidement un logement chez la même propriétaire qu’avant-guerre, permettant de souligner leur bon accueil et le souvenir qu’ils ont laissé avant-guerre chez une partie de la population française, il en va autrement pour le travail. L’auteur avoue lui-même la ruse faite aux autorités italiennes pour sortir de la Péninsule : « Quant au travail, point, car la promesse faite par le boulanger était sans fondement, devant seulement servir à nous faciliter l’entrée en territoire français ». Ce bref passage est particulièrement révélateur et atteste de l’existence de réseaux et de complicités entre Français et migrants italiens. Les premiers permettent en effet, par une promesse d’embauche qu’ils savent fictive, l’entrée sur le territoire national de ressortissants étrangers. Les raisons qui poussent ce boulanger de Toulon à agir de la sorte ne sont pas expliquées ; sans doute des amitiés se forgent-elles entre Français et Italiens bien avant 191421.

19Si l’expérience du voyage marque profondément le jeune Osvaldo, le travail de ses proches, motivation première dans le choix migratoire de la famille, est également très présent dans les souvenirs d’enfance d’Osvaldo. Ainsi, se souvient-il du travail de son père et de ses frères lorsqu’ils habitent près de Toulon : son père trouve à s’employer chez un patron tandis que ses frères Antoine et Aurelio œuvrent pour le compte d’une grande entreprise privée qui assure le transport de pierres vers l’arsenal de Toulon :

  • 22 Les « Louis d’or » évoqués dans les souvenirs sont sans doute une métaphore employée pour évoquer l (...)

Je me souviens que chaque samedi, mon père et mes deux frères, en rentrant de leur travail étaient fiers et heureux de vider de leurs poches les quelques Louis d’or22 honnêtement gagnés par leur labeur et les confiaient à notre mère, chargée de gérer le budget de la maison. Quant à Angelo, Iolanda et moi, nous n’avions encore aucun autre souci que d’aller à l’école ; primaire pour Angelo et maternelle pour nous deux. Cette école était située juste en face d’où nous habitions. Nous n’avions que la rue à traverser.

20Lorsqu’ils sont de retour en Italie, près du lac Trasimène, pendant la guerre de 1914-1918, le père et les deux grands frères sont chargés de creuser de profonds fossés à travers de vastes terres afin de recueillir les eaux de pluie et les conduire dans le lac :

Ce travail, pelle et pioche en main de l’aube au crépuscule, leur était payé une lire et quelques centimes par jour et pour tous les trois. Une vraie misère. Aussi, mon père ayant appris que, aux environs de Rome l’on recherchait de la main-d’œuvre pour nettoyer et reconstruire la région tout récemment dévastée par un violent tremblement de terre partit là-bas où le travail était moins fatiguant et davantage payé.

21Ainsi, tel un refrain, le voyage et la recherche de travail scandent les souvenirs d’enfance d’Osvaldo Bolloni. Ces souvenirs laissent également paraître la mobilisation de celle-ci au cours du premier conflit mondial.

Enfance et vie familiale lors de la Grande Guerre

  • 23 Michel Bruneau, Diasporas et espaces transnationaux. Paris, Anthropos, 2004, p. 49.

22Nul doute que la famille est le premier cadre de vie de l’enfant. Dans le contexte migratoire, Michel Bruneau en parle même comme du « micro-territoire de la diaspora23 », Osvaldo grandit dans une famille unie mais frappée par quelques malheurs au cours de son enfance, telle la mort par maladie d’une petite-sœur, enterrée au cimetière de Lagoubran. Mais un événement d’une ampleur mondiale vient frapper en plein cœur la famille immigrée :

Jusqu’à la déclaration de la Première Guerre mondiale, tout semblait bien aller pour nous et le bonheur s’était installé dans notre maison. Hélas ! Un jour mon père fut convoqué par le Consulat italien à Toulon. Cet organisme étant chargé de rapatrier tous les ressortissants italiens non naturalisés, cela étant le cas de mes parents, nous dûmes faire retour dans notre pays.

  • 24 Jay Winter, « La famille », in Jay Winter (dir.) La Première Guerre mondiale, vol. 3, Annette Becke (...)
  • 25 Ibidem, p. 66.

23La guerre est source de mobilités et de migrations. Comme 150 000 Italiens de France, la famille d’Osvaldo décide de rentrer en Italie dès le mois d’août 1914 et de s’installer près du Lac Trasimène à San Feliciano. La Grande Guerra impacte considérablement les familles, notamment par ce que Jay Winter nomme « les forces centrifuges de la guerre, celles qui déchirent les familles24 ». Dans la famille Bolloni, ces mouvements correspondent en premier lieu à la mobilisation des grands frères dans l’armée italienne, puis aux mobilités entre le domicile et le travail des parents employés dans une usine. Dans le premier cas, l’auteur se souvient bien de l’absence de ses deux grands frères mobilisés, une absence qui le conduit à travailler plus souvent à la maison pour aider sa mère mais aussi à multipler les bêtises. Heureusement pour la famille, aucun des fils ne meurt au cours du conflit. Dans le second cas, Osvaldo Bolloni note bien le travail de son père à l’arsenal de pyrotechnie de Fornaci di Barga, parfois rejoint par sa mère car, comme il l’écrit lui-même, l’usine manque de bras : « les hommes valides étant à la Guerre […]. Ma maman avait la charge de manœuvrer une machine automatique qui confectionnait des pièces pour cartouches de fusils militaires ». Arrive l’armistice et « les forces centripètes25 » : celles du retour du front des deux frères qui sont démobilisés en même temps. « Voici donc toute la famille de nouveau réunie. Mes deux grands frères, bien qu’ayant été combattants et fait le feu contre les Autrichiens maintes fois en 1re ligne, ils revinrent sains et saufs. Seul Antoine fut blessé deux fois, mais sans gravité, heureusement ». Toutefois, l’auteur remarque que si la guerre ne les a pas tués, elle les a « endurcis », lui devenant la « victime de leur discipline ».

24À de nombreuses reprises, les figures fraternelles rythment le récit autobiographique. Osvaldo Bolloni se souvient ainsi par exemple de son frère Angelo qui travaille à six kilomètres de la maison pour la construction d’un barrage et qui grâce à sa paie peut se procurer une guitare. Il apprend à en jouer auprès d’un musicien qui habite à moins d’un kilomètre de chez eux. « Le voilà donc parti pour apprendre la musique, solfège et guitare deux fois par semaine, avec moi pour compagnon de route ». Cet achat d’une guitare s’avère crucial non tant pour son frère que pour lui : puisque c’est au cours de ces leçons que lui, le futur musicien, prend

goût à cet art, […] avec les années d’un travail acharné, mais passionnant, j’en fis mon métier préféré. Quant à mon frère […] il faisait des progrès appréciables à en juger le succès qu’il en retirait auprès des filles, et comme l’Italie est le pays du Bel Canto, Angelo, tous les soir [sic], s’en allait, sa guitare en bandoulière, chanter des sérénades […] sous les fenêtres des filles des environs.

25Au cours des années de l’Après-Guerre, la famille s’agrandit. De retour en France, Osvaldo, ses parents, son grand frère Aurelio et sa jeune femme Irma sont rejoints par Antoine, un autre frère, et son épouse Maria alors enceinte. Mais cette famille se trouve dans une situation qui n’est pas des plus brillantes : « Aucun de nous ne travaillait et ne savait un mot de français » rappelle-t-il. L’absence de maîtrise de la langue française conduit même à des situations inattendues pour la famille. Alors qu’il est envoyé par sa famille trouver du travail pour son père, c’est lui qui, « n’ayant pas su [se] faire comprendre » est embauché par un contre-maître d’une usine de démolition. C’est toutefois un soulagement pour lui, avoue-t-il dans son récit autobiographique, car : « je n’avais pas envie de retourner à l’école, à douze ans ». Au fil des jours, le père puis Antoine sont également embauchés dans la même usine. « Quant à mon frère Aurelio, il partit avec sa femme, à Nice, encouragé par un cousin de celle-ci à aller le rejoindre en lui assurant du travail et un logement ». Son père et son frère Antoine décident de quitter l’usine, où le père gagne huit francs par jour, pour travailler à l’arsenal de Toulon où il en gagne dix-sept. La famille se trouve de nouveau séparée mais toujours assurée de trouver un emploi, en Écosse grâce à leur ancien propriétaire, à Toulon et à Nice grâce à un cousin d’une épouse. « Restant seul et n’apprenant rien dans cette Entreprise, je me fis inscrire comme apprenti mécanicien aux Chantiers Navals de La Seyne/Mer ». Mais suite à une chute de quatre mètres, il doit arrêter ce travail et en cherche un nouveau. Il travaille alors chez un mécanicien, puis chez un électricien avec lequel il se prend d’amitié, puis chez un pâtissier, un restaurateur, un coiffeur. Bref, il fait preuve d’une très grande mobilité professionnelle. Il veut aussi travailler le bois mais en voyant des cercueils au fond de la fabrique, il a « la chair de poule, et bien entendu, je ne me présentai pas le jour suivant ».

26C’est alors que deux hommes de la Seyne-sur-Mer viennent chercher Osvaldo pour jouer du violon, instrument dont il joue depuis l’Après-Guerre, dans l’orchestre de l’Établissement. Il gagne alors soixante francs par semaine grâce aux concerts donnés chaque vendredi soir, samedi soir et dimanche soir. Sa vie bascule. Il a alors seize ans et décide de se perfectionner dans son art en étudiant huit heures par jour pendant un an. « Parallèlement aux rapides progrès que je réalisais dans ce domaine, je faisais partie du Grand Orchestre Classique du Conservatoire de Toulon en qualité d’artiste. Nous faisions un concert tous les quinze jours et une répétition par semaine. Je gagnais peu mais j’apprenais beaucoup ». Il devient ainsi ensuite sollicité par un chef d’orchestre avec qui il travaille en tant que violoniste durant trois années. Il entre ainsi dans la vie active, quittant une enfance qu’il avait déjà bien bien entamée le départ depuis plusieurs années en multipliant les petits travaux. Il est le premier de sa famille à ne pas gagner sa vie par la sueur de son front mais par le jeu de ses mains sur un instrument de musique. Il a alors vingt ans, âge de la conscription qui marque l’entrée dans la vie adulte ; son enfance et son adolescence ont duré moins longtemps que vingt années.

Le temps des bêtises

27Les souvenirs qu’Osvaldo a de son enfance sont nombreux, précis, et souvent détaillés. En outre, Osvlado ne manque pas de présenter le cadre spatial et le lieu dans lequel ces moments de son enfance ont eu lieu. L’enfant a en effet ses lieux de prédilection qui forment une sorte de paysage. Outre le travail précédemment évoqué, les souvenirs d’enfance de l’auteur tournent autour de quatre lieux forts : l’école, l’église, la maison familiale et la nature.

  • 26 Dario Ragazzini, « Scolarisation de l’enfant, temps de vie et temps de travail dans l’Italie du XIX(...)

28À l’école « nous avions une jeune et gentille maîtresse ». Mais cela ne l’empêche pas de faire plus d’une fois l’école buissonnière : « Je me suis souvent hélas ! et à mon désavantage, laissé prendre au charme de cette nature et manqué parfois mes heures d’école ». Ainsi, il raconte l’épisode où à l’automne, une « inspiration diabolique » le pousse à vider le sac de châtaignes d’une vieille dame et à se cacher pour voir sa réaction. Puis, toujours « poussé par le diable » il s’apprête à recommencer quand il sent sur son épaule une main ferme, celle de sa maman qui le ramène à l’école. Il a alors neuf ans. Osvaldo est vraiment un enfant de son temps, illustrant l’absence d’assiduité scolaire des enfants des milieux populaires mise en évidence par bien des contemporains depuis plusieurs décennies déjà26.

29La foi occupe aussi une certaine place dans les souvenirs de son enfance. La sainte messe est un moment très important pour la famille et pour lui :

Toute la famille était sur pied le dimanche matin pour se rendre à l’église. Dans cette église, mon frère Angelo y avait les fonctions d’enfant de chœur et la charge de sonner les cloches. Pour cela il avait besoin de mon concours car il y avait trois cordes à tirer donc il m’en cédait une pour que j’actionne la plus petite des trois. Quelle joie pour moi, de mettre en branle cette cloche aux jolies vibrations, s’harmonisant merveilleusement avec les sons des deux autres. Mais, ce qui me plaisait le plus, c’était le plaisir de me sentir soulevé de terre à chaque tintement de celle-ci. C’était pour mon jeune âge (6 ans) un agréable diverstissement, et ne serait-ce que pour cet innocent plaisir, que je n’aurais pas manqué la messe du Dimanche.

30D’autres occupations, prenant place dans la maison familiale ou dans la nature avoisinante, sont aussi relatées dans ses souvenirs. Osvaldo souligne par exemple la diversité des petits travaux à la maison, il se souvient notamment qu’il allait « chercher du bois sec à la forêt voisine ou remplir des sceaux d’eau fraîche à l’intarissable source située à quatre ou cinq cents mètres de notre maison ». Il se souvient aussi des pêcheurs sur les lacs et les îles, « la Polvese » où il voit pour la première fois « de magnifiques paons ». Sa joie de voir une multitude d’espèces animales est accentuée par la joie de rentrer chez lui avec « un panier de poissons, pris dans les filets tendus pendant le voyage de retour ». Mais l’auteur évoque surtout à plusieurs reprises les bêtises qu’il fait enfant et en particuler celle qu’il fait pendant la guerre dans la maison de la famille : « Je ne sais qui avait pu m’inspirer de mettre sur le mur blanc de la façade de notre maison une enseigne faite de ma main au charbon de bois portant l’inscription Trattoria del Frascone ce qui voulait dire : Café, suivi du nom du quartier. Inutile de dire combien d’ennuis je m’étais créés en faisant cela ». En effet, la maison familiale « étant située sur le bord de la route qui conduisait aux carrières de marbre de Carrare, nous avions donc l’occasion de voir passer journellement des chargements de blocs de marbre traînés par de superbes chevaux ». Voyant l’enseigne, bon nombre de conducteurs de ces chargements décident de s’arrêter et d’entrer « sans se gêner dans la maison en prenant place près de la table ». S’ensuit un dialogue aux accents comiques dans la maison du jeune Oswalsdo. L’homme dit à sa maman :

Quelle chaleur aujourd’hui, cela donne soif. Mais, mon brave homme, j’ai là de la bonne eau bien fraîche lui répondait ma mère s’apprêtant à le servir. Grand étonnement de l’homme qui regarde ma mère en souriant et, il lui dit qu’il préférerait un bon verre de vin à la place. Qu’à cela ne tienne dit ma mère et elle prit une bouteille déjà entamée, la mit sur la table, un verre à côté priant l’homme de se servir, ce qu’il s’empressa de faire. Une fois rafraîchi et prêt à s’en aller il sortit de sa poche une monnaie en faisant le geste de vouloir payer la consommation. Ma mère refusa bien entendu, et elle en fit de même avec d’autres, car mon enseigne attirait de plus en plus de clients. Ma mère, intriguée par la venue de tous ces hommes dans sa maison, et tous venant pour boire, demanda des explications à l’un deux qui lui montra l’enseigne. Bien que ma mère, ne sachant pas lire, comprit vite la signification de ces inscriptions noir sur blanc et qui pouvait en être l’auteur. La suite on la devine aisément, ma mère avait la main leste.

Conclusion

  • 27 Raphaël Georges, Jean-Noël Grandhomme, Ségolène Plyer, « Soldats d’entre-deux ». Les Identités nati (...)
  • 28 Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le-Seuil, (...)

31Au fil de ces pages, le cahier des souvenirs d’Osvaldo Bolloni dresse la toile de fond d’une enfance italienne à cheval entre deux nations, la France et l’Italie, une enfance « d’entre-deux » pour reprendre l’expression de Jean-Noël Grandhomme27. Cette enfance italienne, puis française dans une certaine mesure, touche le lecteur par l’insouciance relative du jeune homme et la nostalgie lyrique avec laquelle l’auteur énumère ses souvenirs. Ces derniers s’inscrivent dans la grande histoire de l’immigration italienne : on y retrouve le récit du départ et celui du retour, la nécessaire recherche d’un travail, les difficultés d’intégration, la dislocation de la famille en divers points d’Europe, les réseaux d’aide en France. Ils s’inscrivent également dans une époque tourmentée. La Grande Guerre, puis le fascisme, couvrent de leur ombre l’enfance d’Osvaldo, ne serait-ce que par les mobilités et migrations que ces événements suscitent dans sa famille. Ainsi, nous pouvons conclure en reprenant les mots bien connus de Jacques Revel : « Ces vies minuscules participent elles aussi, à leur place, de la “grande” histoire dont elles livrent une version différente, discrète, complexe28 ».

Haut de page

Notes

1 Pierre Milza, Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1995, p. 32.

2 Var Matin, samedi 27 juin 2015, « En Bref. Appel à témoignages », p. 20.

3 C’est la raison pour laquelle toutes les citations tirées de ce cahier, inédit, sont en français, y compris les erreurs de langue et les maladresses d’expression.

4 Extrait non daté de La Dépêche du Midi (juin 1988) envoyé par M. Noël Bolloni.

5 Agnès Thiercé, « “De l’école au ménage” : le temps de l’adolescence féminine dans les milieux populaires (IIIe République) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 1996, mis en ligne le 1er janvier 2005 : http://clio.revues.org/433

6 Christelle Hamel, Laure Moguérou, Emmanuelle Santelli, « L’entrée dans la vie adulte des filles et fils d’immigrés », Politiques sociales et familiales, no 105, 2011, p. 47-58, p. 47.

7 Manon Pignot, Allons enfants de la Patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012, p. 19-20.

8 Philippe Artières et al., « Témoignage et récit historique », Sociétés & Représentations, no 13, 2002/1, p. 199-206, p. 204.

9 Mariella Colin, « “Dire l’émigration” : les immigrés italiens entre l’Italie et la Basse-Normandie », in Cahier des Annales de Normandie no 29, Les Italiens en Normandie, de l’étranger à l’immigré, actes du colloque de Cerisy-la-Salle (8-11 octobre 1998), sous la direction de Mariella Colin et François Neveux, 2000, p. 227-243, p. 228

10 Marie Rodet et Christoph Reinprecht, « Éditorial : Mémoires et migrations en Afrique de l’Ouest et en France », Revue Européenne des Migrations Internationales, no 29, 2013/1, p. 7-22, p. 9.

11 Ibidem, p. 8.

12 Irène Dos Santos, Les “brumes de la mémoire”. Expérience migratoire et quête identitaire de descendants de Portugais de France, Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie sous la direction de Françoise Zonabend, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2010, p. 119.

13 Maria Boselli Rivoltella, Pour vous mes Enfants. Per voi figli e figlie. Une vie d’émigrée italienne, Toulouse, Editalie, 2009.

14 Voir par exemple Isabelle Felici (textes recueillis par), Jean-Charles Vegliante (préface de), Racines Italiennes, Toulon, Université du Sud Toulon-Var, Laboratoire Babel, 2006. Olivier Guatelli accompagne également la publication de sa thèse sur l’immigration italienne dans l’arrondissement de Saint-Dié par des témoignages d’immigrés ou d’enfants d’immigrés qui racontent leurs souvenirs et leur enfance : Un siècle d’immigration italienne dans les Vosges de 1870 à nos jours, Nancy, Ed. Place Stanislas, 2008.

15 Isabelle Felici, Jean-Charles Vegliante (textes recueillis par), Enfants d’Italiens, quelle(s) langue(s) parlez-vous ?, Toulon, Éditions GEHESS, 2009.

16 Clémentine Vidal-Naquet évoque par exemple la découverte fortuite au milieu d’objets anciens abandonnés dans la rue d’une correspondance d’un couple dans la Grande Guerre, sauvée in extremis d’un oubli définitif : « Un couple à l’épreuve de la guerre : Georges et Lily Roze », in Évelyne Rotureau, Combats de femmes 1914-1918. Les Françaises, pilier de l’effort de guerre, Paris, Autrement, 2004, réed. 2014, p. 181-194.

17 Rémy Cazals (dir.), 500 témoins de la Grande Guerre, Moyenmoutier, Edhisto-Ed. Midi-Pyrénées, 2013, p. 9.

18 Cindy Doneda, Les Italiens dans le Var de 1850 à nos jours : démographie, impacts économiques et parcours migratoires, thèse de doctorat sous la direction d’Isabelle Felici, Université de Toulon, 2014, p. 230.

19 Ibidem, p. 38.

20 Ibidem, p. 50.

21 39 627 Transalpins sont recensés dans le département en 1921, ils sont 47 207 à être recensés cinq ans plus tard.

22 Les « Louis d’or » évoqués dans les souvenirs sont sans doute une métaphore employée pour évoquer le salaire car il est improbable que ces immigrés soient payés en Louis d’or dans les chantiers navals de la France du début du XXe siècle.

23 Michel Bruneau, Diasporas et espaces transnationaux. Paris, Anthropos, 2004, p. 49.

24 Jay Winter, « La famille », in Jay Winter (dir.) La Première Guerre mondiale, vol. 3, Annette Becker (coord.), Sociétés Paris, Fayard, 2014, p. 65-90, p. 65.

25 Ibidem, p. 66.

26 Dario Ragazzini, « Scolarisation de l’enfant, temps de vie et temps de travail dans l’Italie du XIXe siècle », in Jean-Pierre Bardet, Jean-Noël Luc, Isabelle Robin-Romero, Catherine Rollet (dir.), Lorsque l’enfant grandit, entre dépendance et autonomie, Paris, PUPS, 2003, p. 573-583, p. 577.

27 Raphaël Georges, Jean-Noël Grandhomme, Ségolène Plyer, « Soldats d’entre-deux ». Les Identités nationales dans les témoignages des soldats des Empires centraux (Allemagne et Autriche-Hongrie), Journées d’études organisées par les Musées de la Ville de Strasbourg, l’Université de Strasbourg et l’E.A 3400, Strasbourg, du 19 au 21 novembre 2014.

28 Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le-Seuil, 1996, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Buzzi, « Une enfance « d’entre-deux » : souvenirs d’un fils d’immigrés italiens pendant et après la Première Guerre mondiale », Italies, 22 | 2018, 269-284.

Référence électronique

Pierre-Louis Buzzi, « Une enfance « d’entre-deux » : souvenirs d’un fils d’immigrés italiens pendant et après la Première Guerre mondiale », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6492 ; DOI : 10.4000/italies.6492

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals