Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Tommaso di Carpegna Falconieri, L’homme qui se prenait pour le roi de France, traduit de l’italien par Colette Collomp

Tallandier, collection « Lectures méditerranéennes », Paris, 2018
Yannick Gouchan
p. 294-296
Référence(s) :

Tommaso di Carpegna Falconieri, L’homme qui se prenait pour le roi de France, traduit de l’italien par Colette Collomp, Tallandier, collection « Lectures méditerranéennes », Paris, 2018, 286 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage de Tommaso di Carpegna Falconieri (professeur d’histoire médiévale à l’université d’Urbino) a été publié en italien dès 2005, L’uomo che si credeva re di Francia, chez l’éditeur Gius. Laterza & Figli, et Colette Collomp (professeur d’Études italiennes médiévales à Aix Marseille Université), en propose une traduction d’un grand intérêt pour tout chercheur en histoire du XIVe siècle et pour tout lecteur et amateur de biographie.

2Il s’agit d’un remarquable travail d’adaptation dont a fait preuve la traductrice française qui n’a pas seulement transposé une langue fluide et précise, mais a aussi su transmettre au lecteur, averti ou non, un “plaisir biographique” mêlé d’attention savante et de plaisante empathie pour cet homme à la fois manipulé et calculateur qui a fini par croire à son propre mensonge. Giannino est en effet le personnage d’une biographie rigoureusement documentée, héros malgré lui d’une imposture nourrie d’ambitions politiques qui donnent lieu à des voyages, des ambassades, des conflits et un emprisonnement. C’est une histoire authentique et extraordinaire qui compose un ouvrage où cohabitent harmonieusement l’enquête rigoureuse et le récit d’aventures picaresques, autrement dit une suite fabuleuse des “rois maudits” devenue l’objet d’une docte investigation sous la plume d’un historien italien renommé.

3Ce n’est pas seulement un ouvrage érudit (avec près de 45 pages de notes et de sources, des généalogies, une riche bibliographie – d’ailleurs mise à jour à l’occasion de l’édition française – et un index très complet des noms et des lieux), mais aussi le récit haletant d’un marchand-roi imposteur convaincu, parti de la Toscane pour se rendre à Rome, puis en Hongrie, puis dans la Provence des Papes (Avignon, Pont-Saint-Esprit), avant d’être emprisonné à Aix-en-Provence, puis à Marseille, enfin au royaume de Naples où l’on perd sa trace, en 1362.

4Comme l’indique avec malice l’historien Patrick Boucheron, spécialiste de Sienne au Moyen Âge et auteur de la préface de l’ouvrage, « on laissera au lecteur le plaisir de démêler le vrai du faux » dans la multitude de péripéties qui jalonnent le parcours de Giannino di Guccio, alias le roi Jean Ier de France, à partir du moment où il est convaincu par Cola di Rienzo de pouvoir prétendre au trône, en septembre 1354. En effet, le Tribun romain convainc le marchand siennois qu’il est le descendant direct des rois de France, après qu’un échange de nouveau-nés s’est produit à la cour des Capétiens. On raconte à Giannino qu’il a été échangé avec l’enfant de Marie, dame de la suite de la reine Clémence, et d’un marchand siennois, Guccio di Mino. Ce n’est donc pas l’histoire d’un personnage simplement mythomane mais la biographie d’un homme à qui l’on a fait croire qu’il pouvait revendiquer un titre royal et qui, au bout du compte, finit par se convaincre lui-même de cette possibilité, à force de falsifications. Le contexte de la Guerre de Cent ans fut propice aux revendications en tout genre pour réclamer le trône de France, alors que le seul fils de Louis X le Hutin, Jean Ier le Posthume, était mort à l’âge de quatre jours (apparemment empoisonné par Mahaut d’Artois, en 1316) et que son oncle, Philippe V le Long, avait pris le pouvoir, tandis que l’ambition française d’Édouard III d’Angleterre, héritier légitime, se renforçait.

5La biographie de Giannino reconstituée par Tommaso di Carpegna Falconieri (à partir d’une découverte effectuée lors de ses précédentes recherches sur Cola di Rienzo) se fonde sur un texte, dont l’authenticité fait encore débat, intitulé Istoria del re Giannino di Francia, source principale sous forme de mémoires du personnage siennois. Ce texte, ainsi que le récit d’une existence exceptionnelle qu’il véhicule, furent repris à partir du XIXe siècle, en France (voir la Dissertation historique sur Jean Ier, roi de France et de Navarre, suivi d’une charte par laquelle Nicolas de Rienzi reconnaît Giannino, fils supposé de Guccius, comme roi de France…, 1844, cf. p. 254 de l’ouvrage) et en Italie (l’édition du manuscrit de l’Istoria remonte à 1893), jusqu’à la saga admirable du romancier Maurice Druon, Les Rois maudits (à partir de 1955), dont on peut considérer qu’elle constitue l’épisode antérieur à l’histoire de Giannino.

6Même si l’épisode de cet imposteur “de bonne foi” qui se prenait pour Jean Ier reste un événement extrêmement mineur dans l’histoire de France, le récit de vie issue de son Istoria et transformée par Tommaso di Carpegna Falconieri révèle toute la force de la fiction biographique, jusqu’au dénouement du dernier chapitre (le chapitre VI) qui reprend l’histoire en tentant de démonter, avec une savante habileté, ses rouages falsificateurs, notamment le complot tramé par l’entourage du roi de Navarre. Après 150 pages d’une course effrénée, ce vaste chapitre tente de prendre en examen les mécanismes à l’origine de l’histoire, de la légende et de la littérature.

7S’il existe bien un “plaisir du texte”, cet ouvrage confirme qu’il existe par conséquent un “plaisir de la biographie”, entretenu à chaque page par l’accord naturel entre le récit d’une vie d’aventures extraordinaires et la conviction de leur authenticité, si bien que la réalité de Giannino semble dépasser toutes les fictions imaginables sur ce Moyen Âge irrévérencieux (cf. la préface, p. 9) où s’entrecroisent plusieurs héritages littéraires, parmi lesquels domine le courant de la novellistica toscane, issue de Boccace. Le récit haletant que propose Tommaso di Carpegna Falconieri relève le défi d’une grande exigence historique tout en réservant son lot de péripéties, de retournements de situation et d’aventures improbables (on pense au merveilleux roman Baudolino d’Umberto Eco), à savoir un mariage heureux entre l’intrigue médiévale la plus palpitante (on pense aux origines du personnage d’Aragorn, chez Tolkien, mais surtout à George R. R. Martin qui s’inspira en partie de l’histoire de Giannino pour sa célèbre saga Game of Thrones) et la recherche historique savante la plus pointue, car la consultation des notes montre à quel point la reconstitution de l’existence du personnage et du contexte de son imposture se fonde sur des sources multiples. On ne peut qu’approuver le fait que cet homme suscite chez le lecteur contemporain « fascination et mélancolie » (p. 18).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Tommaso di Carpegna Falconieri, L’homme qui se prenait pour le roi de France, traduit de l’italien par Colette Collomp  », Italies, 22 | 2018, 294-296.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Tommaso di Carpegna Falconieri, L’homme qui se prenait pour le roi de France, traduit de l’italien par Colette Collomp  », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6562

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals