Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Raffaele Ruggiero, Baldassarre Castiglione diplomatico.
La missione del cortegiano

Firenze, Olschki, 2017
Perle Abbrugiati
p. 296-298
Référence(s) :

Raffaele Ruggiero, Baldassarre Castiglione diplomatico. La missione del cortegiano, Firenze, Olschki, 2017, XVI-154 pages.

Texte intégral

1Raffaele Ruggiero publie chez Olschki un livre d’une grande intelligence, qui dit plus que son titre ne le prétend. Le titre annonce l’étude du Castiglione diplomate, et ce sont bien les lettres d’ambassades qui forment le corpus principal du livre. Ruggiero complète en cela l’édition chez Einaudi en 2016 des Lettere famigliari e diplomatiche de Castiglione (a cura di Guido La Rocca, Angelo Stella e Umberto Morando) : les analyses de ces lettres sont opportunément insérées dans la description d’un contexte, l’évolution historique des rapports de force internationaux au cours de la première moitié du XVIe siècle, que Raffaele Ruggiero relate de façon claire et alerte. Mais le coup de maître est le sous-titre, la missione del cortegiano, qu’il faut comprendre à double-sens. Il s’agit d’une part des missions diplomatiques du courtisan Baldassarre Castiglione ; mais d’autre part, on voit en filigrane qu’est posée la question de la mission du livre célèbre de Baldassarre. En effet, mettant en perspective le livre de l’auteur avec son activité politique, Ruggiero propose de lire Il Cortegiano selon une double perspective : la nostalgie d’un monde perdu, où régnaient les valeurs chevaleresques ; mais aussi le questionnement sur ce que doit devenir le courtisan au seuil d’une autre époque, sur le rôle qu’il peut tenir dans un moment historique indiscutablement perdant. Il Cortegiano aurait donc lui-même une mission plus complexe qu’on a bien voulu le dire. Ruggiero s’inscrit en cela dans une critique rénovée du livre de Castiglione, qu’il éclaire lui-même d’une approche personnelle, liée à sa première formation de juriste. Il invite entre autres à déceler ce qui reste de la culture juridique dans le discours intellectuel et le conseil aux princes, et d’une façon générale définit le Cortegiano comme le reflet d’une crise plus que comme un modèle normatif.

2Une introduction pleine de modestie montre que le moi n’est pas toujours haïssable. Raffaele Ruggiero prétend être arrivé à cette recherche presque par hasard, et sur l’incitation de chercheurs français : il cite Emanuele Cutinella-Rendina et Jean-Louis Fournel, auxquels il dédie son ouvrage, et la bibliographie montre que d’autres chercheurs français appartiennent au paysage intellectuel de l’auteur : Romain Descendre, Jean-Claude Zancarini, Juan Carlos D’Amico, et notre regretté collègue José Guidi, spécialiste reconnu du Cortegiano. Avec ce livre, Raffaele Ruggiero ne crée pas seulement un trait d’union entre recherche italienne et recherche française : il boucle une boucle, puisqu’au moment où il prenait un poste à l’université d’Aix-Marseille, il écrivait un livre sur le sujet de prédilection d’un spécialiste de la Renaissance ayant laissé son empreinte à Aix-en-Provence. Raffaele se montre ainsi le digne relais d’une tradition aixoise et réalise une parfaite insertion dans son nouveau monde professionnel. Bien sûr, il est aussi et avant tout l’héritier d’une critique italienne (Amedeo Quondam, Piero Floriani, Adriano Prosperi, Uberto Motta) qui s’est renouvelée sur le sujet du Cortegiano. Autrefois conçu comme un galateo du parfait gentilhomme, ce livre est désormais compris comme un creuset du doute par une critique qui met davantage en dialectique les différents personnages du dialogue. Ruggiero en montre parfaitement les raisons, et fait briller « l’occhio smagato » de Castiglione.

3Mais le propos sur le Cortegiano n’est que l’aboutissement du volume : annoncé par l’introduction, il fait l’objet du dernier chapitre. Auparavant, est reconstruite l’expérience diplomatique de Baldassarre Castiglione, en six chapitres. Le premier est consacré à l’entrée au service du duc d’Urbin, Guidubaldo da Montefeltro, aux missions de niveau local entre potentats italiens, et se termine par les premières missions d’envergure européenne de Castiglione : auprès du roi d’Angleterre Henri VII à Londres, puis auprès du roi de France Louis XII à Milan, Castiglione s’affirme comme « oratore ». Le deuxième chapitre montre son action à Rome pendant le pontificat de Jules II, après la mort de Guidubaldo, au service de son successeur Francesco Maria Della Rovere, neveu du duc défunt mais aussi du nouveau pape. Dans un contexte de conflictualité entre Jules II et la France, Castiglione mène une mission secrète à Blois, mais l’affaiblissement de la situation française en Italie le met un peu au second plan. Le troisième chapitre décrit le rôle de Castiglione pendant le pontificat de Léon X. Maintenant ambassadeur résident auprès de la Curie, il va bientôt passer au service de la papauté, ce qui correspond à une analyse lucide du déclin des seigneuries italiennes, et au pari que seule la papauté peut faire que l’Italie reste un interlocuteur des grandes puissances européennes. Castiglione est représentatif du nouveau profil de l’ambassadeur en Europe, non plus une figure de juriste, mais le représentant d’une aristocratie intellectuelle qui possède bien les instruments du discours, et entre autres de l’écriture.

4Tandis que Léon X se réconcilie avec la France après Marignan et que François Ier monte sur le trône, le torchon brûle entre le duc d’Urbin et le pape, et Castiglione se rapproche des Gonzague de Mantoue, ville où il va réécrire le Cortegiano. Le quatrième chapitre voit la consécration de notre auteur diplomate avant la catastrophe générale. Les Gonzague le nomment eux aussi ambassadeur résident à Rome, et Castiglione va parvenir à faire obtenir au marquis de Mantoue le poste de capitaine général de l’armée pontificale. Après l’arrivée au pontificat d’Adrien d’Utrecht, précepteur et vice-roi de Charles Quint, Castiglione opte pour une politique philo-impériale. Le chapitre V le voit alors devenir nonce apostolique en Espagne auprès de Charles Quint, après que Clement VII est à son tour devenu pape. Il suivra donc depuis l’Espagne l’affaire du rapt de François Ier et de ses enfants tenus en otage. Le rapprochement de Clément VII avec la France va mettre Castiglione en difficulté. Le pape fait par son intermédiaire demander à Charles Quint de participer à la ligue de Cognac. Mais on sait comment finit cette tension : le sac de Rome détruit tout espoir diplomatique entre Espagne et papauté, et le pape reprochera à Castiglione de l’avoir mal conseillé. Un chapitre autonome est consacré à la polémique entre Castiglione et Alfonso de Valdès (auteur du Dialogo de las cosas acaecidas en Roma) et montre que l’enjeu de cette polémique est, au niveau historique, la compréhension des causes du sac de Rome, et, au niveau individuel, celle de la responsabilité de Castiglione dans le malentendu concernant les intentions du roi d’Espagne. On s’achemine donc peu à peu vers cette idée d’incertitude, de perplexité devant l’évolution des temps. Le dernier chapitre peut alors développer une perception du Cortegiano comme une résultante aussi bien de l’action diplomatique (et de la culture, de la réflexion et de la rhétorique nécessaires à cette fonction) que de la recherche d’une lueur sur la qualità dei tempi.

5Un Castiglione un peu machiavélien ressort de cette enquête (on sait le rôle de Raffaele Ruggiero dans l’édition de textes machiavéliens) – mais un peu seulement, car Castiglione reste le diplomate autorisé par sa naissance à aller là où Machiavel ne peut être, et impropre à penser jusqu’au bout la mutation que Machiavel a perçue en entier. On sent dans cet apparentement, qui met sous le signe d’une même histoire le grand aristocrate et le secrétaire florentin, la marque de l’hybridisme culturel qui a façonné Raffaele Ruggiero, entre droit et philologie qui l’ont structuré en Italie et exégèse politique qui l’a modelé dans le dialogue avec l’École normale supérieure de Lyon. Mais c’est avec une grande netteté que notre collègue définit sa propre identité critique bien trempée – contrairement à ce que suggérait son humilité dans l’introduction – et donne une image nuancée de l’auteur du Cortegiano côté cour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Raffaele Ruggiero, Baldassarre Castiglione diplomatico.
La missione del cortegiano
 », Italies, 22 | 2018, 296-298.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Raffaele Ruggiero, Baldassarre Castiglione diplomatico.
La missione del cortegiano
 », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6577

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals