Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Marc Rivière, L’expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini

Aix Marseille Université, PUP, collection « Textuelles », série « Écritures du voyage », 2018
Cécile Terreaux-Scotto
p. 298-301
Référence(s) :

Jean-Marc Rivière, L’expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini, Aix Marseille Université, PUP, collection « Textuelles », série « Écritures du voyage », 2018, 264 pages.

Texte intégral

1Depuis les années 1990, les ouvrages sur la diplomatie et les diplomates, tout particulièrement dans l’Italie de la Renaissance, se sont multipliés. Parmi eux l’ouvrage riche et novateur qu’Isabella Lazzarini a publié en 2015, Communication and Conflict. Italian Diplomacy in the Early Renaissance, 1350-1520, mérite d’être mentionné. La correspondance diplomatique est quant à elle bien documentée et a fait l’objet de plusieurs publications récentes. Citons, en ce qui concerne les diplomates florentins, le travail de Denis Fachard et Emanuele Cutinelli-Rendina qui, en 2015, ont rassemblé les lettres que Luca d’Antonio degli Albizzi et Francesco Soderini ont échangées avec leur gouvernement alors qu’ils étaient auprès du roi de France Louis XII en 1501-1502. Pierre Jodogne a fait treize volumes, entre 1986 et 2007, des lettres, familiales et politiques, rédigées et reçues par Francesco Guicciardini. Quant à la monumentale correspondance diplomatique de Machiavel, elle figure dans plusieurs éditions (Sergio Bertelli en 1964, Corrado Vivanti en 1999, Fredi Chiappelli entre 1971 et 1985, enfin, autour de Jean-Jacques Marchand, la publication de sept volumes entre 2002 et 2011).

2Par ailleurs, Monica Azzolini et Isabella Lazzarini ont dirigé tout récemment, en 2017, une anthologie de textes qui concernent la diplomatie italienne entre 1350 et 1520 (Italian Renaissance Diplomacy. A Sourcebook) et qui vont de la description de la mission d’ambassade aux lettres concernant les loisirs que les ambassadeurs partageaient avec leurs hôtes. C’est qu’à l’étude traditionnelle des rouages du fonctionnement diplomatique s’est ajoutée une approche culturelle, qui fait envisager la diplomatie « comme expérience de l’Autre », pour paraphraser le titre d’un ouvrage de Christian Windler sur les consuls français au Maghreb paru en 2002 chez Droz.

3Jean-Marc Rivière s’inscrit dans cette perspective, qui reprend cette formulation à son compte pour intituler son bel ouvrage : L’expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini. L’originalité de ce volume consiste à rassembler, sous forme de traduction solidement annotée et commentée, les textes que les trois diplomates ont rédigés à l’occasion des missions qu’ils ont accomplies dans leur jeunesse au nom de la République florentine en France, en Allemagne et en Espagne.

4Ces textes sont de nature fort différente. Si, à l’exception des aphorismes du De natura gallorum, tous tiennent du récit de voyage, seuls le Journal de mon voyage en Espagne de Guicciardini et le Voyage en Allemagne de Francesco Vettori le sont à part entière. L’analyse que Jean-Marc Rivière fait du mélange entre fiction littéraire et réalité historique chez Vettori est d’ailleurs conduite avec finesse. Dans les autres textes (Portrait des choses de France, Rapport sur les choses de l’Allemagne et sur l’Empereur, Discours sur les choses de l’Allemagne, Portrait des choses d’Allemagne de Machiavel et Relation d’Espagne de Guicciardini), les annotations concernant les coutumes d’un pays étranger se mêlent aux comptes rendus des missions d’ambassade. En annexe Rivière fait figurer une Notule pour qui se rend en ambassade en France, attribuée par la critique à Machiavel, mais sans certitude.

5Jean-Marc Rivière a le mérite de proposer soit une traduction inédite – pour Guicciardini – soit une traduction nouvelle – pour Machiavel et Vettori. Ces textes n’ont certes pas la dimension conceptuelle des « écrits politiques » (pour reprendre le titre donné par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini à la traduction du Discorso de Logrogno et du Dialogo del reggimento di Firenze) de Guicciardini et Machiavel. Ce qui au passage peut expliquer, en dehors d’éventuelles contraintes éditoriales, l’absence d’un glossaire qui aurait été pauvre. Rivière n’en adopte pas moins un principe de traduction brièvement mais clairement énoncé, qu’il suit sans faillir. Faisant le choix assumé et revendiqué de la plus grande fidélité possible au texte, il conserve latinismes, répétitions et anacoluthes, quitte à bousculer le confort du lecteur.

6Le résultat est parfaitement convaincant, comme le montre, à titre d’exemple, le début du Rapport sur les choses d’Allemagne que Machiavel rédige le 15 juin 1508. « Lo ‘mperadore fece di giugno passato la dieta a Costanza di tutti e’ principi della Magna per far provisione alla sua passata in Italia alla corona. Fecela, e per suo motu proprio, e per esserne ancora sollecitato da l’uomo del pontefice, che gli prometteva grandi aiuti per parte del papa. », écrit le Secrétaire dans l’édition sur laquelle s’appuie Rivière (Denis Fachard, Jean-Jacques Marchand et Giorgio Masi, Salerno Editrice, 2001). En raison même de sa fluidité, la traduction de Christian Bec gommait ce qui fait la spécificité de la prose machiavélienn : « L’Empereur a réuni en juin dernier à Constance la diète de tous les princes d’Allemagne, afin de préparer son passage en Italie pour y être couronné. Il l’a réunie pour une part de sa propre volonté, et pour une part sur les instances du seigneur Costantino, ambassadeur du souverain pontife, qui lui promettait de l’aide, soit par commission de son maître, soit de sa propre initiative ». Il est vrai que le texte original sur lequel s’appuie Bec était déjà lissé : « L’imperatore fece di giugno passato la dieta a Costanza di tutti i principi della Magna per far provvisione alla sua passata in Italia alla corona. Fecela parte per sua natural volontà, parte sendone sollecitato dal signor Costantino, oratore del Pontefice, il quale li prometteva aiuti, o per commissione del Papa, o per moto suo ». De façon emblématique, Christian Bec, pour les Classiques Garnier en 1987, annote « o per moto suo » par la mention suivant : « Latinism : motu proprio ». Jean-Marc Rivière intègre quant à lui ce latinisme « motu », qui souligne l’efficacité de l’action du souverain puisque son élan, son « mouvement de l’âme », selon la définition du Gaffiot, est aussitôt suivi d’effet. Tous les choix de Rivière, parce qu’ils offrent une traduction plus littérale que celle de Bec, apparaissent plus audacieux : « L’Empereur tint à Constance, en juin dernier, la Diète de tous les princes d’Allemagne, afin de provisionner son passage en Italie en vue de son couronnement. Il la tint, de son propre motu et aussi parce qu’il avait été sollicité à cette fin par l’homme du Pontife, qui lui promettait un grand soutien de la part du Pontife » (p. 161). Il n’hésite pas à conserver le passé simple, restituant de la sorte la vivacité du récit, à employer le verbe littéraire « provisionner », qui conserve l’étymon latin « provisio », à garder le substantif « corona » plutôt que de le transformer en verbe et à respecter la répétition du mot « Pontefice/Papa ».

7Si ces critères rendent la lecture française du texte machiavélien plus exigeante, elle n’en est aussi que plus efficace. Car il s’agit pour Jean-Marc Rivière non seulement de permettre une comparaison linguistique entre Machiavel, Guicciardini et Vettori, mais aussi d’évaluer la transformation de leur prose au fil du temps et au gré de leur activité professionnelle.

8Pris séparément, ces textes de Machiavel, Guicciardini et Vettori ont un intérêt relatif. Les deux premiers sont du reste rangés dans les volumes des œuvres complètes des auteurs sous l’étiquette « écrits mineurs ». Quant au Voyage en Allemagne de Vettori, il est peu connu en dehors d’un cercle restreint de spécialistes avertis. Mais c’est leur traduction en un seul volume qui fait leur valeur, parce qu’elle permet de comprendre la genèse de la formation politique et linguistique de ces Florentins qui prendront une part active à la vie et à la pensée politique de leur cité.

9La rigueur et l’élégance des traductions ne sont en effet pas les moindres qualités du travail de Jean-Marc Rivière. Son volume se distingue aussi par son introduction générale et la présentation enlevée qui précède chaque texte, où les références pertinentes au contexte historique comme les échos choisis aux grands textes de Machiavel et Guicciardini apportent un éclairage stimulant à la traduction.

10Jean-Marc Rivière explique en effet très bien comment les jeunes gens encore inexpérimentés que sont Machiavel, Guicciardini et Vettori comprennent que, dans le contexte de bouleversement majeur introduit par les guerres d’Italie, il faut ajouter aux outils collectifs de compréhension du monde extérieur qu’ils ont à leur disposition (l’expérience communicable des aïeux principalement), leur propre expérience de l’espace européen qui s’ouvre à eux. « Faire “l’expérience de l’autre” », écrit Rivière, « c’est donc se placer au point de jonction entre une mémoire du passé cristallisée, un présent dépourvu d’accroches logiques aisément préhensibles et un avenir difficile à lire. C’est, de surcroît, inventer l’outillage mental nécessaire à la compréhension de cet environnement nouveau » (p. 12).

11Parmi cet outillage, le regard tient une place essentielle et constitue le fil directeur de l’analyse des textes par Jean-Marc Rivière, qui ce faisant approfondit les pistes séduisantes d’un champ d’études encore relativement inexploré, à savoir l’« intégration des catégories des arts figuratifs dans le champ diplomatique » (p. 18). C’est encore une qualité de cet ouvrage que d’offrir des perspectives nouvelles aux recherches sur la diplomatie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Terreaux-Scotto, « Jean-Marc Rivière, L’expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini », Italies, 22 | 2018, 298-301.

Référence électronique

Cécile Terreaux-Scotto, « Jean-Marc Rivière, L’expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6586

Haut de page

Auteur

Cécile Terreaux-Scotto

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals