Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paola Cosentino, Ritratti machiavelliani. La lezione del presente fra Legazioni e Principe

Roma, Lithos, 2016
Alessia Loiacono
p. 301-305
Référence(s) :

Paola Cosentino, Ritratti machiavelliani. La lezione del presente fra Legazioni e Principe, Roma, Lithos, 2016, 168 pages.

Texte intégral

1Dans l’officine rédactionnelle installée entre les murs de son Albergaccio, l’expérience politique de quinze ans de Nicolas Machiavel s’impose avec vigueur. Comme on le sait, l’auteur du Prince présente dans son texte d’une part la « longue expérience des choses modernes » et de l’autre la « continuelle lecture des antiques » (Le Prince, Dédicace, 3) comme les moyens qui lui ont octroyé une « connaissance des actions des hommes grands » (ibidem), c’est-à-dire des personnages politiques contemporains, autant que des anciens. Or, cette connaissance fait l’objet d’un don au clan des Médicis représenté par Julien d’abord, puis par Laurent le jeune, et sert idéalement d’instrument pour faire face à la catastrophe de l’Italie au tournant du XVe siècle. À cette fin, Machiavel montre dans son Prince les qualités exigées d’un homme d’État, tout en développant une réflexion anthropologique sur les vices et les virtù des hommes, et parallèlement une critique de leur réticence au changement, symptôme de l’incapacité à s’accorder avec l’époque. Le célèbre opuscule sur les principats, provenant d’un remaniement de textes et de notations précédentes, se tient enfin sur un solide édifice théorique et décèle en même temps une forte finalité pratique.

2C’est sur ces aspects que se penche Paola Cosentino dans son récent volume Ritratti machiavelliani, un travail qui s’insère dans un sillon très fécond tracé entre autres par Cutinelli-Réndina (2007), Paolo Carta (2008), Andrea Guidi (2009), et Luigi Zanzi (2013). À tous ces spécialistes on doit l’ouverture d’une brèche nouvelle au sein des études sur le secrétaire, grâce notamment à une méthode qui vise à gloser le contenu des ouvrages majeurs de l’auteur par le biais des écrits politiques rédigés durant son service à la Chancellerie de Florence. On est, autrement dit, amené à considérer dans quelle mesure les Legazioni, le Ritratto di Cose di Francia, le Modo che tenne il duca Valentino…, et ainsi de suite, non seulement anticipent, mais en vérité préparent la rédaction des textes les plus célèbres de Machiavel, et notamment du Prince. Paola Cosentino vient donc rejoindre ce courant exégétique, et explore la continuité et les fractures de la pensée du secrétaire – sans négliger des observations ponctuelles sur les variations de son style et de son langage – tout en suivant l’évolution de sa prose à partir des premiers écrits de gouvernement, et à travers les textes politiques mineurs, jusqu’au petit opuscule sur les principats.

3Dans son analyse critique, Cosentino adopte une perspective originale en ligne avec la méthode de Machiavel, et qui est suggérée dès le premier abord par son titre. Elle va choisir la voie des ritratti, voire des représentations « des hommes grands » que Machiavel élabore pour étayer son discours, et notamment de quatre hommes contemporains du secrétaire : le duc du Valentinois, le roi Louis XII, l’empereur Maximilien Ier, et le pape Jules II. Il est question, en d’autre termes, de cerner à la fois la méthodologie et le but qui sous-tendent le Prince, un texte à mi-chemin entre les specula principis et les dialogues de la Renaissance. On rentre au cœur d’une tradition humaniste précise, dite pédagogie politique, une science orientée vers l’étiologie des événements du présent à l’aide de l’histoire et de ses modèles. Cette science engendre une tradition littéraire qui se base sur la constatation de la réalité contemporaine et cherche à construire des certitudes destinées à son public.

4Force est de constater que si l’historiographie florentine des XVe et XVIe siècles sert de socle pour le travail de Machiavel, la seule chronique des événements du passé se révèle pour lui insuffisant afin d’interpréter ce qui advient en 1512, et parvenir à l’objectif d’une rédemption de l’Italie en guerre. Il faut en revanche se servir de l’histoire visant à un but immédiat et actuel : orienter l’action des hommes politiques du présent. Pour ce faire, Machiavel va donc développer un système de règles touchant l’action du prince savio, tout en se basant sur des exemples concrets. Il énonce un ensemble de normes suivies à chaque fois d’une comparaison entre deux catégories de modèles, et il se tourne ici vers Plutarque, plaçant d’un côté les portraits des hommes du passé, présentés comme modèles à imiter, et de l’autre les portraits des personnages de son temps. Le présent dont Machiavel a pu faire l’expérience au premier rang, vient donc constituer davantage un pilier dans son édifice méthodologique. Néanmoins, alors que l’histoire propose des exemples quasi irrépréhensibles, les cas tirés du présent et du passé proche permettent le « riconoscimento, necessario al discorso, di una possibile falla, di un errore comunque probabile » (p. 152). En effet, les portraits des personnages contemporains servent souvent à démontrer la maladresse des princes, et à prouver la nécessité tantôt de l’imitation des anciens, tantôt d’une disponibilité au changement, sujet au centre des Ghiribizzi scritti a Perugia al Soderino et du chapitre XXV du Prince.

5Par ailleurs, les mêmes portraits se prêtent à des interprétations variées et les caractères des personnages sont classés comme vices ou comme virtù. Cosentino observe notamment : « I numerosi personaggi che compaiono nel Principe… sono figure di cui Niccolò si serve per rileggere le vicende del tempo, ogni volta raccontandole da un punto di vista diverso, a seconda delle conclusioni cui il Nostro vuole pervenire. Muta, nel gioco delle prospettive adottate, la funzione che viene affidata loro » (p. 78). Machiavel élabore en somme des portraits d’hommes politiques qu’il soumet à un « utilizzo retorico » (p. 150), c’est-à-dire qu’il s’en sert toujours pour corroborer les normes prononcées au fur et à mesure dans son texte.

6Voilà donc que César Borgia montre des visages différents selon la conjoncture historique et le cadre textuel que Machiavel lui donne. Un premier portrait du personnage se montre dans les missives de Machiavel à Florence en 1502 et puis en automne 1503, un autre dans le Decennale primo, puis encore dans le Modo che tenne il duca Valentino…, dans la correspondance avec Francesco Vettori, et dans le Prince évidemment. Ces portraits se tournent l’un vers l’autre, avec des éléments qui reviennent et se développent, d’autres qui sont renversés et d’autres déplacés en arrière-plan. On passe notamment de l’écriture rapide et pragmatique des légations, aux détails presque romanesques du Modo, à la mesure du Prince. Suite à un flottement entre admiration et condamnation, dans l’opuscule, le duc est enfin célébré comme modèle de référence pour les destinataires Julien et Laurent ; un prince à la fois audacieux et prudent, caméléon et clairvoyant, coupable d’une seule et unique erreur, une erreur pourtant décisive qui en cause la ruine.

7Apparemment absent dans le Prince, l’empereur Maximilien est l’un des acteurs pourtant principaux de la scène politique européenne au début du XVIe siècle. On entrevoit le souverain d’une manière biaisée dans les chapitres  XIII et XVI, redevables des commentaires dispensés dans le Rapporto… (1508), puis Ritratto di cose della Magna (1509-1512). Ce dernier texte est accompagné du Discorso fatto al magistrato dei Dieci sopra le cose di Pisa (1499), les missives relatives aux deux premières légations en France, du Discorso sopra le cose della Magna e sopra l’Imperatore (1509), et du Decennale decondo (1514 ?), où s’affiche le portrait en germe d’un prince vulnérable et énigmatique, ondoyant et financièrement très instable. En revanche, les Allemands retiennent l’attention de Machiavel, qui s’arrête dans le Prince sur la frugalité et le zèle de ce peuple. Nonobstant le manque évident de qualités exemplaires chez ce personnage, Maximilien Ier trouve une place dans l’univers de Machiavel. Alors que César Borgia est la seule référence concevable parmi les princes contemporains, l’empereur symbolise l’antiphrase du prince prudent, ses conquêtes sporadiques n’étant dues qu’à la faiblesse des Italiens.

8Le roi Louis XII est le protagoniste du chapitre III du Prince. Comme pour Maximilien Ier, Machiavel n’épargne guère le souverain français. Le roi est lésineur, imprévoyant et passif, substantiellement attiré dans les péripéties italiennes par les Vénitiens. Le secrétaire pointe du doigt les erreurs commises par le roi dans sa politique étrangère, et fait de lui un emblème de l’échec politique, dans le cadre d’un chapitre axé sur les difficultés concernant les principats nouveaux. Le même traitement âpre s’applique au peuple français, notamment dans le De natura Gallorum (1503), qui est redevable autant des stéréotypes classiques que des observations directes de Machiavel, à partir de l’arrivée de Charles VIII en Italie et spécialement durant le conflit florentin contre Pise. De ce jugement globalement assez négatif seul un élément ressort. Machiavel met en effet en valeur la structure solide de l’état français, résultat de la soumission des barons aux pouvoir du monarque, et observe attentivement cette caractéristique à travers le Ritracto di cose di Francia (1510-1511), un texte qui relève de l’habilité embryonnaire de Machiavel à considérer les phénomènes autour se basant sur son expérience directe, et qui anticipe le contenu du chapitre  IV du Prince. L’opuscule sur les principats nous livre finalement un paradoxe sur la dichotomie entre le chapitre III, qui condamne Louis XII, et le chapitre  IV, qui traite de la cohésion de la monarchie française.

9Jules II, lui aussi, est très présent dans l’écriture de Machiavel. C’est à partir de la légation à Pérouse de 1506 que son portrait se perfectionne au fil du temps et des pages pour faire définitivement surface dans les chapitres VII, XI et  XXV du Prince. Jules II est avant tout un prince impétueux, au contraire d’autres – on doit penser par exemple au gonfalonier Pierre Soderini – qui montrent plutôt une tendance à la temporisation. L’observation de ce personnage engendre chez Machiavel la célèbre réflexion autour des limites de la nature humaine et de l’imprévisibilité de la fortune, au centre des Ghiribizzi scritti in Perugia al Soderino, des Discours III, 9 et du chapitre  XXV du Prince. La hardiesse du pape semble enfin représenter un compromis dans l’aporie entre évolution de la fortune et tempérament des hommes. Néanmoins, Machiavel révèle parfois une pensée qui s’approche de la mentalité politique florentine, nettement attentiste, et insiste sur le tempérament sanguin et violent du pape, qu’il définit comme « indiavolato ». On n’oublie pas d’ailleurs que Jules II est aussi reconnu comme le responsable de la présence de milices étrangères sur le sol italien, une erreur pour Machiavel. Et pourtant le secrétaire s’arrête enfin sur une position intermédiaire, jugeant le parti de l’homme impétueux comme le plus efficace dans l’effort princier de soumettre la fortune.

10Les quatre portraits pris en examen se perfectionnent progressivement à travers l’expérience diplomatique et les expérimentations littéraires de Machiavel. En effet, grâce au travail de Cosentino on considère en détails, à l’aide de vérifications ponctuelles dans les textes, le lien entre l’activité administrative du Florentin et son travail littéraire. C’est en premier lieu dans les légations que l’auteur se met à étudier le caractère des hommes politiques, ses contemporains, afin de renseigner la Seigneurie et pouvoir en guider l’action. De cette manière, il commence à esquisser des portraits représentatifs des figures et des enjeux de son temps, et qui serviront de base pour la rédaction du Prince. Cependant, on est obligé de constater un changement dans la perspective de l’auteur, qui à partir des légations et à travers les écrits politiques mineurs jusqu’au Prince, se débarrasse progressivement des habits de secrétaire pour endosser ceux de l’écrivain. Visant à déchiffrer la réalité européenne de son temps, au crépuscule de sa carrière il récupère les produits de son expérience dans la Chancellerie et commence à organiser un système de normes et de portraits basé sur les notes prises au fil de quinze années. Un net écart sépare pourtant ces différents genres de textes. Si dans les légations une richesse de détails caractérise les descriptions que Machiavel élabore pour guider l’action de la Seigneurie, le Prince prévoit un processus de sélection, de changement d’angle et d’inversion de perspective qui mène finalement l’auteur à se détacher de la chronique fidèle des faits, pour viser un discours prophétique et exhortatif, fonctionnel à la solution de la crise florentine et italienne.

11À travers ces Ritratti machiavelliani on est encore amené à réfléchir sur quelques stratagèmes rhétoriques de Machiavel. Par exemple à sa façon typique d’argumenter : partir d’un épisode spécifique pour en tirer une règle générale souvent présentée d’une manière sobre, avec une syntaxe qui privilège la coordination. Voyons encore le dialogue avec l’ambassadeur Amedeo de Viry, tiré en cause dans les missives depuis l’Allemagne pour permettre à Machiavel de livrer, à travers des porte-paroles d’autorité, son propre jugement des difficiles équilibres diplomatiques courants ; et encore un deuxième échange, probablement imaginé, avec un habitant anonyme de la cour française, devenu le Discursus de pace inter imperatorem et regem (1501). Il s’agit d’une série d’éléments significatifs, qui démontrent d’une part la genèse de la prose de Machiavel et qui dévoilent de l’autre les prodromes du système argumentatif exploité dans le Prince.

12Structuré en cinq chapitres, chacun consacré à l’un des princes dont Machiavel dresse le portrait (César Borgia, Louis XII, Maximilien Ier, Jules I), plus un chapitre consacré à « La lezione del presente », l’étude de Paola Cosentino offre une analyse transparente de l’œuvre du secrétaire, non dépourvue de suggestions de lectures originales. Le volume s’adresse assurément à un large public comme l’introduction à une lecture poussée du Prince, et donne en même temps l’occasion aux spécialistes de reconsidérer des aspects débattus et fondamentaux du travail de Machiavel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessia Loiacono, « Paola Cosentino, Ritratti machiavelliani. La lezione del presente fra Legazioni e Principe  », Italies, 22 | 2018, 301-305.

Référence électronique

Alessia Loiacono, « Paola Cosentino, Ritratti machiavelliani. La lezione del presente fra Legazioni e Principe  », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6596

Haut de page

Auteur

Alessia Loiacono

Université de Strasbourg, CHER

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals