Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pietro Delcorno, Eleonora Lombardo e Lorenza Tromboni (dir.), I sermoni quaresimali: digiuno del corpo, banchetto dell’anima

Memorie Domenicane, n° 48, 2017
Jean-Marc Rivière
p. 305-308
Référence(s) :

Pietro Delcorno, Eleonora Lombardo e Lorenza Tromboni (dir.), I sermoni quaresimali: digiuno del corpo, banchetto dell’anima, Memorie Domenicane, n° 48, 2017, 484 pages.

Texte intégral

1Le volume intitulé I sermoni quaresimali: digiuno del corpo, banchetto dell’anima s’inscrit dans la continuité des travaux du Medieval Congress organisé à Leeds en juillet 2016 par l’International Medieval Sermon Studies Society. Les responsables du volume ont choisi d’aborder la problématique des sermones quadragesimales selon une perspective tout à la fois systématique, transversale et extensive : les seize articles rassemblés ici couvrent un arc chronologique large, qui s’étend du XIIe au XVIe siècle, mais également un territoire qui, quoique faisant la part belle aux aires germanique, anglaise, espagnole et surtout italienne, s’étend au monde musulman, pour une intéressante comparaison sur le lien entre mortification corporelle et élévation spirituelle dans les religions chrétienne et musulmane.

2Dans leur riche introduction, les curateurs montrent comment la prédication de Carême, née dans le courant du XIIe siècle, s’impose, dès la seconde moitié du siècle suivant, comme un moment central de l’année liturgique, dans le cadre général de la réforme de la pastorale promue par les ordres mendiants. La possibilité d’intervenir quotidiennement durant toute la période du Carême infléchit dès lors fortement le discours des prédicateurs, ouvrant la voie à deux caractéristiques structurantes de l’art de la prédication : sa construction cyclique et le jeu d’échos et de renvois sur lequel s’établit la pratique pastorale. Nutriment discursif qu’il faut rendre varié et goûteux pour inciter les fidèles, jour après jour, à revenir participer au repas métaphorique qui leur est proposé, le sermon de Carême leur ouvre également les portes d’un véritable banquet eucharistique, qui se dessine comme le pendant du jeûne et des mortifications corporelles imposées lors de la Pâques.

3Les articles compilés dans ce volume s’organisent selon deux thématiques majeures : les modalités selon lesquelles se construit, puis se diffuse la tradition de la prédication de Carême, d’une part, et, d’autre part, la signification du jeûne dans ce type de pastorale.

4Dans le premier groupe thématique s’insère l’article liminaire d’Eleonora Lombardo, qui décrit les conditions dans lesquelles est née la pastorale de Carême. On y apprend comment, entre la fin du XIIe siècle et le milieu du siècle suivant, la thématique du jeûne se trouve utilisée par certains prédicateurs franciscains (dont Antoine de Padoue), à l’occasion des sermons prononcés lors du Mercredi des Cendres, pour justifier la mortification pénitentielle imposée par l’Église durant la période précédant la Pâques. Déjà énoncée dans ce corpus, la relation fondamentale entre jeûne et pénitence devient par la suite le nœud problématique autour duquel s’articule la prédication de Carême dans ses développements ultérieurs. Durant une seconde phase, entre la seconde moitié du XIIIe et la fin du XVe siècle, se met en place une véritable tradition de la prédication quotidienne pendant la période du Carême, moment considéré comme privilégié pour l’instruction des fidèles. Il est frappant de constater combien sa diffusion se révèle être uniforme, tant dans ses développements chronologiques que dans son extension géographique. Comme le montre Jussi Hanska, ce succès rapide doit beaucoup à l’influence des Collationes de Thomas d’Aquin, premier ensemble de sermons de Carême pensés comme un cycle cohérent et destinés à une large diffusion écrite.

5De là trouve sa source le genre nouveau des sermones quadragesimales, recueils de sermons utilisés par les générations suivantes de prédicateurs. Si une étude systématique de ceux-ci reste à faire, les exemples présentés ici montrent combien se révèle cruciale la question de leur performativité : les prédicateurs y réfléchissent aux meilleurs moyens d’impliquer leurs auditeurs, afin de potentialiser le message doctrinal qu’ils entendent diffuser. Ainsi, dans son Quadragesimale peregrini, un prédicateur franciscain anonyme calque-t-il son discours sur la Divine Comédie, retraçant l’itinéraire d’un pèlerin et de son guide angélique dans un au-delà dantesque. Prolongeant ses récents travaux consacrés à la parabole de l’Enfant, Pietro Delcorno montre comment cette réécriture de Dante ouvre sur une stratégie de communication élaborée, qui permet au prédicateur, par un processus analogique puissant, d’impliquer ses auditeurs et, par là, de diffuser plus efficacement son propos. On peut lier à cette analyse celle de Stefan Visnjeva, qui étudie pour sa part les Sermones quadragesimales de legibus de Leonardo Mattei da Udine, dans lesquels le prédicateur construit lui aussi un itinéraire de purification de l’âme.

6L’implication des auditeurs peut également se fonder sur des ressorts émotionnels. Dans la continuité de ses précédents travaux consacrés à la dimension théâtrale de la prédication, Valentina Berardini porte son attention sur une série de sermons produits au XVe siècle en Angleterre à l’occasion du Vendredi Saint : dans ces textes, le rappel de la Passion a pour but de susciter chez les auditeurs une réponse émotionnelle forte, source de nutriment pour l’âme. Il ressort de ce volume que la Péninsule italienne est au cœur de la réflexion liée à la prédication de Carême. Trois contributions montrent ainsi l’importance de la production, en la matière, des prédicateurs franciscains actifs en Italie durant le XVe siècle : si Giulia Foladore étudie un cycle inédit de sermons prononcés par Bernardin de Sienne à Padoue en 1443, Francesco Nocco et Filippo Sedda présentent un projet d’édition des sermons inédits de Carême rédigés par Giacomo della Marca, tandis que, à partir de l’étude de la diffusion imprimée du Quadragesimale de poenitentia de Roberto Caracciolo, Giacomo Mariani ouvre ce volume à la question cruciale des canaux de diffusion par lesquels ces cycles de sermons sont diffusés.

7Ces divers canaux, notamment l’imprimerie, permettent à cette tradition de s’étendre au reste de l’Europe, au moyen d’un jeu d’échos complexe. Ainsi découvre-t-on, grâce à Andrea Giraudo, que la tradition des sermons de Carême est très présente au XVe siècle chez les prédicateurs vaudois, tout comme chez Johann Geiler von Kaysersberg qui, au même moment, prêchait dans la cathédrale de Strasbourg et dont les sermons sont analysés ici par Rita Voltmer.

8Un second groupe d’études s’intéresse à la manière dont, à la fin du Moyen Âge, la thématique du jeûne et, plus largement, celle de la mortification corporelle, sont placées au cœur de l’expérience religieuse. À partir de l’analyse d’un sermon de Nicolas de Cues, Coralba Colomba montre comment, du jeûne, découle un parcours de pénitence qui fonde une relation de similitude symbolique entre l’auditeur et le Christ. C’est bien parce que la mortification corporelle (dont le jeûne, considéré dans ses différents développements – alimentaire autant que sexuel – est l’un des principaux instruments) est considérée comme un élément purificateur, que ce processus analogique avec la Passion peut avoir lieu. C’est le cas, hors d’Italie, chez le dominicain espagnol Vincent Ferrier, qui place au cœur de sa pastorale la dialectique entre la nourriture et le jeûne, comme le montre Carolina Losada. Dans un tel cadre, les nombreuses métaphores alimentaires qu’on trouve dans le cycle savonarolien d’Amos et Zacharie, ici étudié par Lorenza Tromboni, contribuent à l’efficacité rhétorique de son propos et à son ouverture vers la thématique connexe du péché, autour de laquelle le Dominicain articule son projet réformateur. Ainsi la question alimentaire joue-t-elle ici une intéressante fonction d’embrayeur du discours politique.

9L’un des articles les moins attendus – mais pas le moins intéressant – du volume est l’œuvre de Linda Gale Jones : analysant plusieurs sermons prononcés au XIVe siècle par le soufi égyptien al-Shu’ayb Al-Hurayfish dans le cadre du Ramadan, elle montre comment la thématique du jeûne, dans la religion musulmane également, est liée à l’élévation spirituelle. Le parallèle entre la doctrine ascétique promue par Al-Hurayfish et la tradition pastorale européenne trouve tout son sens dans la mise en évidence, dans l’une comme dans l’autre, de la nécessité d’accompagner la privation physique d’une repentance morale sincère.

10C’est bien d’ailleurs en partie autour de la question du jeûne, et notamment de sa sincérité, que se joue, durant la première moitié du XVIe siècle, l’émergence du courant réformiste. Ainsi Michele Camaioni met-il en lumière l’importance que la prédication du Carême continue d’avoir en Italie jusqu’au Concile de Trente, tout en insistant sur son rôle central dans la structuration des idées réformistes. Le volume se clôt sur un article dans lequel Joachim Werz montre, à travers l’étude des sermons de trois prédicateurs d’inspiration luthérienne (Johannes Gigas, Josua Opitz et Jacob Heerbrand), comment la critique du jeûne, considéré comme une invention absente des textes bibliques, sert de socle théologique à la contestation du Carême et, partant, à celle de la praxis catholique.

11Ce volume, fort bien édité, rassemble des textes qui, s’ils gagneraient pour certains à se montrer moins descriptifs, forment un ensemble tout à fait cohérent, soulignant ainsi l’indéniable réussite scientifique de la démarche audacieuse promue par ses curateurs. Au-delà de la stricte question des sermones quadragesimales, c’est là un volume dont la lecture s’avère indispensable pour qui s’intéresse à l’art de la prédication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Rivière, « Pietro Delcorno, Eleonora Lombardo e Lorenza Tromboni (dir.), I sermoni quaresimali: digiuno del corpo, banchetto dell’anima », Italies, 22 | 2018, 305-308.

Référence électronique

Jean-Marc Rivière, « Pietro Delcorno, Eleonora Lombardo e Lorenza Tromboni (dir.), I sermoni quaresimali: digiuno del corpo, banchetto dell’anima », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6634

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Rivière

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals