Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nerina Clerici Balmas et al. (dir.) La comédie à l’époque d’Henri III. Deuxième série, vol. 8 (1580-1589)

Florence, Leo S. Olschki, 2017
Théa Picquet
p. 308-309
Référence(s) :

Nerina Clerici Balmas et al. (dir.) La comédie à l’époque d’Henri III. Deuxième série, vol. 8 (1580-1589), Florence, Leo S. Olschki, 2017, 682 pages.

Texte intégral

1Le volume, publié chez Olschki à Florence, s’inscrit dans la collection « Théâtre français de la Renaissance » fondé par Enea Balamas et Michel Dassonvillle, et appartient à la deuxième série, qui fait suite à une première consacrée aux années 1550-1573, comportant neuf volumes : cinq sur la tragédie et quatre sur la comédie. Il s’agit ici du volume Huit de cette nouvelle série qui embrasse les années 1574 à 1589, dédié à la comédie au temps d’Henri III. Il est dirigé par Anna Bettoni, Magda Campanini, Concetta Cavallini, Rosanna Gorris Carnos, Michele Mastroianni, Mariangela Miotti

2L’objectif de l’ouvrage est l’édition et la présentation de six comédies de cette époque : L’Avare Cornu de Gabriel Chappuys, par Mariangela Miotti (p. 1-113) ; Les Napolitaines de François d’Amboise, par Jean Balsamo (p. 115-228) ; Les Contents d’Odet de Turnèbe, par Charles Mazouer (p. 229-366) ; Les Écoliers de François Perrin, par Nerina Clerici Balmas et Anne Bettoni (p. 367-480) ; L’Enfer poétique de Benoît Voron, par Concetta Cavallini (p. 481-627) et la Comédie facétieuse et très plaisante du voyage de Frère Fecisti en Provence de Jacques Bienvenu, par Eugenio Refini (p. 629-675).

3Le volume se distribue en six chapitres. Chacun d’eux respecte un plan d’une grande rigueur scientifique. La présentation de l’auteur dans son contexte, le sujet de la comédie, les critères d’édition et les éléments bibliographiques précèdent l’édition elle-même. Les notes de bas de pages explicitent le sens de certains termes aujourd’hui désuets et complètent avec bonheur les références bibliographiques.

4Les différents textes attestent comment les écrivains français se démarquent progressivement de l’influence incontestable de la littérature et de la comédie italiennes. Ainsi, l’auteur traducteur qu’est Gabriel Chappuys reconnaît notamment l’héritage des Mondi d’Anton Francesco Doni tout en revendiquant la liberté et la possibilité d’une écriture personnelle. Il emploie la métaphore de l’étoffe en déclarant utiliser la serge de Florence pour confectionner un habit non pas à l’italienne mais à la française. François d’Amboise s’inspire de la nouvelle VII 6 du Décaméron de Boccace avec l’intention de renouveler le genre de la comédie. Il situe l’action dans le Paris contemporain, marqué par des lieux précis, comme la maison des dames dans le Faubourg Saint-Germain, une chambre d’étudiant au Collège des Lombards et des allusions à la demeure du père d’un jeune homme dans la Grand Rue, c’est-à-dire la Rue Saint-Denis. Il n’entend plus imiter les Italiens en les traduisant ou en les adaptant, mais les met en scène en tant que personnages aux côtés des Français et d’un Espagnol. Sa comédie devait illustrer la supériorité française dans un domaine jusqu’alors réservé aux Italiens. Odet de Turnèbe illustre l’aboutissement de l’effort pour créer en France une « comédie nouvelle ». Comme les auteurs transalpins, il suit l’exemple latin et invente une comédie d’amours contrariés ; il acclimate cependant les mœurs à la vie parisienne du XVIe siècle. Tout en suivant le poids de l’héritage, il présente une comédie « moderne et française », miroir de la vie, selon l’expression de Cicéron, avec un cadre historique, géographique, social et temporel précis. Il dépeint ainsi un microcosme théâtral totalement nouveau. Dès le Prologue des Écoliers, François Perrin affirme qu’il ne s’est pas inspiré des modèles grecs et latins, ni de la production contemporaine étrangère ; il revendique son inspiration française : « […] n’a pas voulu prendre / L’argument vers les Étrangers… / Car les fruits lui semblent meilleurs / En [ses] propres vergers qu’ailleurs ». Ses deux étudiants évoluent donc dans la société parisienne du XVIe siècle. Benoît Voron, quant à lui, propose un poème didactique, fondé sur l’opposition entre les vices et les vertus. Les personnages sont empruntés à la littérature classique et aux Saintes Écritures, entre histoire et allégorie. La modernité de la pièce tient cependant à sa brièveté et à son caractère militant au bénéfice des catholiques. Enfin, Jacques Bienvenu propose, en seulement 532 vers et avec trois personnages, une farce anticatholique, favorable aux Huguenots. Un moine cordelier de Romans-sur-Isère, Frère Fecisti, et Nostradamus font l’objet de la satire. Le moine se rend auprès de Nostradamus, à Salon-de-Provence, pour lui demander de l’aider à retrouver les clés du Paradis et de l’Enfer égarées par le Pape. Le but polémique devient encore plus explicite avec l’introduction du troisième personnage, Jean Antoine Lombard, dit Brusquet, le fou du roi qui avait remplacé le célèbre bouffon Triboulet à la cour de François 1er. Deux figures célèbres à l’époque évoluent dans un contexte français réel, bouleversé par les conflits religieux. En somme, l’ouvrage examiné illustre bien l’apparition d’une comédie nationale.

5L’édition nouvelle de pièces théâtrales peu connues, le travail d’analyse des sources manuscrites, la présentation de comédies écrites et/ou représentées en France à l’époque d’Henri III, mais aussi l’originalité de la démarche confèrent à ce livre une grande valeur scientifique et constituent une contribution de premier plan pour les chercheurs, spécialistes du théâtre en général, de la Renaissance en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Nerina Clerici Balmas et al. (dir.) La comédie à l’époque d’Henri III. Deuxième série, vol. 8 (1580-1589) », Italies, 22 | 2018, 308-309.

Référence électronique

Théa Picquet, « Nerina Clerici Balmas et al. (dir.) La comédie à l’époque d’Henri III. Deuxième série, vol. 8 (1580-1589) », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6649

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER/TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals