Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carlo Gozzi, La principessa filosofa o sia il controveleno. La princesse philosophe ou le contrepoison, introduction et traduction de Brigitte Urbani

Paris, Les Belles Lettres, 2017
Stefano Magni
p. 310
Référence(s) :

Carlo Gozzi, La principessa filosofa o sia il controveleno. La princesse philosophe ou le contrepoison, introduction et traduction de Brigitte Urbani, Paris, Les Belles Lettres, 2017, 170 pages.

Texte intégral

1Pour un public français, le théâtre italien du XVIIIe siècle se limite souvent aux œuvres de Carlo Goldoni. De Carlo Gozzi on ne connaît que quelques fables théâtrales, comme L’Amour des trois oranges, Le Roi-Cerf, L’oiseau Vert, Turandot. Tous ces textes ont d’ailleurs été mis en scène à l’opéra au XXe siècle, mais la seule Turandot dans la version de Puccini (1926) a obtenu un succès international. On peut dire que même à l’opéra, Gozzi est resté un auteur de niche. Or, un phénomène comparable a longtemps perduré en Italie aussi : dans le Belpaese Gozzi n’est souvent que l’auteur des Fiabe ou bien des Mémoires inutiles, un texte qui – tout en se moquant du genre autobiographique – se situe dans le sillage des mémoires que tous les auteurs du XVIIIe siècle écrivaient à propos d’eux-mêmes et parmi ceux-ci Goldoni en particulier.

2La première traduction française de La principessa filosofa o sia il controveleno permet ainsi de compléter la connaissance de son auteur et donne au public contemporain un accès à ce texte qui a remporté un succès considérable en son temps.

3Dans l’introduction de quarante pages, Brigitte Urbani nous présente de façon claire et complète le cadre historique et culturel dans lequel se situent l’auteur et son œuvre, en nous montrant de façon très convaincante les sources d’inspiration de cette pièce de théâtre. Brigitte Urbani est également l’auteur de la note qui nous explique les spécificités philologiques de la pièce.

4Dans la note sur la traduction, Brigitte Urbani – tout en tenant compte des traductions d’autres œuvres de Gozzi déjà existantes – nous explique quels ont été ses choix de traducteur.

5La traduction est d’ailleurs la partie la plus remarquable de ce texte. Brigitte Urbani a renoncé à traduire le vénitien par un patois régional français mais a cherché à actualiser la langue, ce qui rend le texte plus fluide et plus intelligible. Brigitte Urbani a ainsi suivi la leçon de ses récents précurseurs. La traduction reproduit la forme versifiée en suivant le contenu de chaque vers ainsi que le rythme du discours, mais sans prétendre à reproduire la régularité de chaque pied. Les vers originaux n’ont d’ailleurs pas une structure métrique rigide. Ce sont pour la plupart des « endecasillabi » utilisés de façon libre, avec un grand nombre d’enjambements qui donnent un effet d’écriture en prose. En outre, la traductrice a bien rendu les différentes nuances linguistiques en attribuant un registre noble aux personnages aristocrates, une langue populaire à la servante Giannetta et un langage coloré et humoristique à Giannetto. Nous remarquons en particulier la qualité de la traduction des vers de ce dernier personnage pour lequel une grande variété de boutades en français rend la langue fantaisiste qui a tous les atouts de celle grand type de Commedia dell’arte.

6Le texte se conclut avec une bibliographie essentielle de quatre pages concernant La principessa filosofa o sia il controveleno ainsi que d’autres œuvres de Gozzi, suivie d’un index des noms et des œuvres citées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefano Magni, « Carlo Gozzi, La principessa filosofa o sia il controveleno. La princesse philosophe ou le contrepoison, introduction et traduction de Brigitte Urbani », Italies, 22 | 2018, 310.

Référence électronique

Stefano Magni, « Carlo Gozzi, La principessa filosofa o sia il controveleno. La princesse philosophe ou le contrepoison, introduction et traduction de Brigitte Urbani », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6661

Haut de page

Auteur

Stefano Magni

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals