Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gian Carlo Ferretti, L’editore Cesare Pavese

Torino, Einaudi, 2017
Daniela Vitagliano
p. 325-326
Référence(s) :

Gian Carlo Ferretti, L’editore Cesare Pavese, Torino, Einaudi, 2017, 223 pages.

Texte intégral

1Malgré le fait que Cesare Pavese soit mort en 1950, la critique continue à produire un discours critique autour de cette figure majeure de la littérature italienne du XXe siècle. Gian Carlo Ferretti retrace avec maîtrise et expertise, et pour la première fois, l’histoire du travail de Pavese au sein de la maison d’édition Einaudi. Spécialiste du domaine éditorial italien, ayant déjà publié Storia delll’editoria letteraria in Italia. 1945-2003 (Torino, Einaudi, 2004) et Siamo spiacenti. Controstoria dell’editoria italiana attraverso i rifiuti dal 1925 a oggi (Mondadori, Milano, 2012), Ferretti est aussi un fin connaisseur de la maison d’édition Einaudi, puisqu’il s’est occupé du travail de Calvino et de Vittorini. Cependant l’approche méthodologique choisie pour L’editore Cesare Pavese n’est pas seulement dictée par les recherches menées pendant trente ans sur le monde éditorial italien, mais aussi par un bagage personnel qui se décline suivant trois niveaux d’expérience pratique, comme on peut lire dans l’Introduction (p. XIII) : les activités de journaliste, d’enseignant universitaire et de directeur éditorial, portant notamment sur les liens entre littérature et monde éditorial.

2Ferretti met en lumière les contradictions intimes d’un écrivain très discuté comme Cesare Pavese, dont le suicide et les événements biographiques ont beaucoup influencé la critique au point d’oublier ou de mettre à l’écart l’importance de son travail de rédacteur et directeur de collection(s) chez Einaudi. Le critique entre tout de suite en matière, en encadrant le développement chronologique dans des cases thématiques de large envergure, après une description très synthétique de son propre parcours de recherche et de l’état de l’art sur le sujet, sans alourdir les premières pages tout en informant le lecteur. Les “rapports avec la politique” sont au cœur du discours sur les premiers pas de la maison d’édition et de Pavese en tant que collaborateur, bien que son attitude face à la politique se développe de façon très différente par rapport à l’engagement intellectuel très ancré à gauche de ses collègues (p. 4). Ferretti trace, en évitant tout schématisme, deux lignes parallèles, l’histoire politique de la maison d’édition et les évolutions multiples, pas toujours cohérentes, de la conception politique de Pavese.

3Dans le deuxième chapitre le critique nous montre des aspects inédits, ou, en tout cas peu étudiés, de la figure de Cesare Pavese : non seulement il décrit avec clarté et exhaustivité le rôle de l’écrivain à l’intérieur de la rédaction d’Einaudi, mais il arrive aussi à définir ce que représentait pour lui ce travail. À travers l’énorme quantité de matériel d’archives, des lettres officielles aux petits papiers de passages d’informations quotidiennes, Ferretti bâtit l’image d’une maison d’édition dans laquelle la présence de Pavese est incontournable et souvent décisive : « Le sue mansioni e i suoi compiti vanno dal coordinamento organizzativo ai processi decisionali collettivi » (p. 23). Pavese apparaît comme une figure éclectique, capable de gérer aussi bien des aspects formellement littéraires que des tâches d’ordre pratique. Il s’occupait d’un côté des collections (en premier ou en second plan), des traductions, des introductions ou directions de volumes, de la relecture, et de l’autre des contrats de travail, des embauches, des relations avec d’autres éditeurs, de la communication promotionnelle. Les lettres renvoient l’image d’un personnage sûr de lui, franc et souvent tranchant, capable de réagir aux problématiques de différents domaines, mais aussi amusant et cocasse. Le travail est pour lui un refuge, un endroit abrité pour fuir les difficultés de la vie, qui se reflètent dans son travail d’écrivain. Une fois présenté ce nouvel aspect de Cesare Pavese, Ferretti décrit les rapports à l’intérieur de la maison d’édition, notamment avec Vittorini, et sa fonction de médiateur qu’il assure tout le long de sa carrière. La comparaison entre ces deux hommes dont le travail reflète la différente conception du monde et de la littérature est très intéressante : Pavese reste ancré à la tradition einaudienne des débuts, dans l’idée de poursuivre une “politique de collection”, en laissant à l’écart les revues et les nouveautés, alors que Vittorini marche exactement dans la direction inverse.

4Après un long panorama sur les collections Einaudi, toujours axé sur le rôle que Pavese a joué dans les choix et dans les refus, Ferretti se concentre sur la seule collection que l’écrivain ait véritablement dirigée avec Ernesto De Martino, la Collezione di studi religiosi, psicologici e etnologici (également appelée Collana viola), ce qui lui permet aussi de présenter la poétique du mythe de Pavese et ses enjeux au niveau éditorial. Il s’agit d’une collection tendancieuse qui reflète un choix intellectuel personnel de Pavese, plus que de la maison d’édition. Le chapitre sur Pavese “éditeur de lui-même” est assez remarquable et sera utile pour tous les spécialistes de cet auteur qui voudront approfondir la réception de ses œuvres. Ferretti livre au lecteur des détails inédits et intéressants sur la fortune de l’écrivain turinois mais aussi sur son attitude face à la publication de ses travaux littéraires. C’est ainsi que se termine la première partie de cet ouvrage critique sur Pavese éditeur, parce que les deux derniers chapitres sont consacrés à une histoire « interne » (p. 153), reconstruite à travers les lettres privées et le journal intime, Le métier de vivre. Ferretti identifie une attitude éditoriale dans les toutes premières lettres de Pavese, comme si le travail qui l’occupera pendant vingt ans était déjà inscrit dans son destin.

5Et, pour finir, il se penche sur la question de l’amour, des femmes qui ont traversé la vie de Pavese et son difficile et contradictoire rapport avec le succès, jusqu’au choix de la mort. Ferretti dessine le portrait d’un écrivain et d’un éditeur d’exception, qui avait voulu donner une empreinte toute personnelle à la direction éditoriale d’Einaudi, non sans contrastes et problèmes avec son entourage. À travers L’editore Cesare Pavese, Gian Carlo Ferretti acquiert sans aucun doute le mérite d’avoir comblé enfin une lacune très importante de la critique sur Cesare Pavese, tout en ouvrant de nouvelles pistes de réflexion. On ne peut demander plus à un ouvrage de ce calibre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Vitagliano, « Gian Carlo Ferretti, L’editore Cesare Pavese », Italies, 22 | 2018, 325-326.

Référence électronique

Daniela Vitagliano, « Gian Carlo Ferretti, L’editore Cesare Pavese », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6742

Haut de page

Auteur

Daniela Vitagliano

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals