Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alberto Comparini, La poetica dei Dialoghi con Leucò
di Cesare Pavese

Milano, Mimesis Edizioni, 2017
Daniela Vitagliano
p. 327-328
Référence(s) :

Alberto Comparini, La poetica dei Dialoghi con Leucò di Cesare Pavese, Milano, Mimesis Edizioni, 2017, 226 pages.

Notes de l’auteur

Une autre version de ce compte rendu est parue en italien dans la Rivista di Studi Italiani, XXXV, 2 (agosto 2017) et dans Incontri. Rivista europea di studi italiani, 32 (1), p. 97-98.

Texte intégral

1La poetica dei Dialoghi con Leucò di Cesare Pavese d’Alberto Comparini est une œuvre synthétique et riche, où rien n’est laissé au hasard, pas même la page de couverture. Représentation de la problématique et de la perspective critique de Comparini – l’idée, à grands traits, que Pavese a voulu affirmer dans les Dialoghi con Leucò, c’est-à-dire la puissance du monstrueux dans le mythe –, l’image de couverture de ce livre constitue aussi une réponse, consciente ou pas, à l’image choisie pour la toute récente édition par Einaudi des Dialoghi con Leucò (2014). Si cette dernière utilise un détail de la statue des Trois Grâces d’Antonio Canova, symbole de la finesse, de l’équilibre et de la sérénité apolliniennes, la photo qui ouvre l’œuvre critique de Comparini montre la statue d’un homme, à la limite du monstrueux, vaincu mais encore en train de se débattre, cristallisé en un cri de douleur, les muscles tendus, le dos cambré, la tête renversée. Il s’agit du « doppio mostruoso » (“double monstrueux”), un concept dont Comparini fait mention seulement dans le dernier chapitre, après avoir accompagné le lecteur en périphérie, puis aux seuils et finalement au cœur des Dialoghi con Leucò.

2Le chercheur nous offre un panorama assez large d’approches critiques – génétique, biographique, comparative, etc. –, en répartissant son travail en six chapitres qui, par groupes de trois, présentent deux méthodes critiques générales : la première spécifiquement didactique, éclaircit le sujet et donne des points de repère au lecteur, la seconde, exégétique, vise à approfondir le texte pavésien en donnant des clés de lecture.

3On perçoit dans le style de Comparini un fond philosophique revendiqué par l’auteur, qui prépare un projet de recherche sur une approche interdisciplinaire entre littérature et philosophie. De plus le lecteur est confronté à une architecture herméneutique soigneusement construite, surtout dans les trois derniers chapitres, les plus innovants et intéressants.

4C’est ainsi que Comparini nous présente dans le premier chapitre (Architettura e geo-storia dei Dialoghi con Leucò), une reconstruction philologique de l’histoire éditoriale et des notes du texte, par le biais critique de Palimpsestes de Gérard Genette. Par la suite un bilan des études les plus importantes sur ces mêmes dialogues (deuxième chapitre: Wirkungsgeschichte. Il caso dei Dialoghi) se révèle nécessaire, selon l’auteur, qui fait référence au concept philosophique de Gadamer de « conscience de la détermination historique » : tout type d’interprétation n’est pas anodine, étant, au contraire, enrichie par toutes les précédentes. Le chercheur parvient ainsi, dans le troisième chapitre (Letture, fonti e auctores dei dialoghetti pavesiani), à l’analyse des sources des Dialoghi, à mener une analyse biographique-intellectuelle à la recherche des racines de l’intérêt de Pavese pour la culture classique et ethno-anthropologique.

5Le voyage dans l’univers de l’écrivain turinois nous conduit donc au cœur du discours, le quatrième chapitre (Dialogismo, simbolo e allegoria nei Dialoghi) étant particulièrement digne d’attention, par son originalité et son esprit critique. Comparini met en évidence la nature théâtrale des Dialoghi con Leucò et l’examine à travers le filtre du dialogisme polyphonique de Bakhtine : il nous guide dans l’univers des presque cinquante interlocuteurs pavésiens, en les regroupant en couples de personnages « absolus et relatifs », couples de personnages « symétriques » (qui présentent une subdivision supplémentaire en couples « hypertrophiques » et « hypotrophiques ») et couples articulés autour du concept théorisé par Auerbach de « figure-forme ». Malgré la complexité apparente, le chercheur applique avec habileté les catégories interprétatives de la théorie littéraire aux structures narratives pavésiennes, en passant aisément de Bakhtine à Testa, de Auerbach à Benjamin, pour finir avec l’identification d’un dispositif rhétorique et cognitif qui sous-tend le texte pavésien : l’allégorie historique, formulation très intéressante qui mériterait peut-être d’être approfondie davantage.

6Par le biais d’études récentes et très récentes sur le modernisme (pour citer seulement quelques auteurs : Moretti, Luperini, Tortora, Donnarumma, etc.), Comparini essaie d’encadrer Pavese dans ce courant (Pavese, Leucò e il modernismo), une étude qui lui permet d’analyser l’opération de réécriture du mythe mise en œuvre dans les Dialoghi et d’en déterminer la nature et les lignes générales. Pour finir, dans le dernier chapitre (« Tu consideri la realtà come sempre titanica ». Pavese e il “doppio mostruoso”), en utilisant la notion de « double monstrueux » forgée par René Girard dans La violence et le sacré, Comparini formule une clé de lecture des Dialoghi con Leucò, en réutilisant et en approfondissant un concept peu étudié par la critique : l’idée selon laquelle Pavese célèbre la portée éthique de la parole poétique à travers la mise en valeur du monstrueux, plus que de l’apollinien – une thèse, qui, comme on l’a déjà souligné, est suggérée aussi par l’image choisie par le critique comme effigie de son travail. La rencontre entre hommes et dieux souhaitée dans le dernier des vingt-sept dialogues qui composent l’œuvre de Pavese, devrait advenir sous l’égide de l’union entre titanesque et olympien, non pas en niant un terme pour l’autre, ni en refusant le monstrueux qui demeure dans chaque être humain, mais en le valorisant. Comparini s’insère donc parfaitement dans les nouvelles études sur le sujet (entre autres, celles de l’auteure de ces lignes) et opère, avec originalité, un travail très important de remise en contexte, jamais réalisé jusqu’à présent. Ce travail de recherche, en présentant une synthèse et une systématisation du matériau critique sur les Dialoghi con Leucò de Cesare Pavese, révèle en outre des pistes de réflexion intéressantes et stimulantes, au point d’être incontournable pour tous ceux qui voudront faire une étude de l’œuvre pavésienne en question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Vitagliano, « Alberto Comparini, La poetica dei Dialoghi con Leucò
di Cesare Pavese
 », Italies, 22 | 2018, 327-328.

Référence électronique

Daniela Vitagliano, « Alberto Comparini, La poetica dei Dialoghi con Leucò
di Cesare Pavese
 », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6749

Haut de page

Auteur

Daniela Vitagliano

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals