Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Myriam Carminati (dir.), Parcours et rencontres. La traversée infinie. Pour Claudio Sensi

Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2017
Anaïs Malaise
p. 329-331
Référence(s) :

Myriam Carminati (dir.), Parcours et rencontres. La traversée infinie. Pour Claudio Sensi, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2017, 276 pages.

Texte intégral

1C’est à travers cet ouvrage que Myriam Carminati rend hommage à son collègue et ami Claudio Sensi professeur à l’université de Turin et à sa collaboration au Département d’études italiennes et roumaines à l’Université de Montpellier. Il s’agit, tout au long de cette œuvre collective, de laisser place à l’étude du voyage et des rencontres en littérature en passant par le Tasse, Cesare Pavese, Pasolini ou encore Dante pour ne citer que ces quelques noms. Les auteurs analysent le voyage et la traversée par le filtre du poétique, de l’esthétique, sans oublier la géographie, l’histoire et la culture ce que souligne Myriam Carminati dans la préface. Ainsi se reflète la volonté de restituer « l’immense culture et les multiples intérêts de Claudio Sensi qui n’hésitait pas, avec une science consommée, à entrelacer problématiques et questionnements au gré des occasions et des rencontres » (p. 13).

2Le volume s’ouvre sur deux articles de Claudio Sensi. Le premier retrace le parcours dans la sombre forêt de la Jérusalem conquise du Tasse, un paysage sylvestre inquiétant, scrupuleusement analysé afin de mettre en lumière sa construction et les références utilisées par l’auteur italien. La forêt se révèle alors être un lieu sombre et étrange, un lieu où se manifestent menaces et enchantements et où se mêlent les mythes et les croyances d’un imaginaire collectif.

3Le second article nous transporte vers la poésie de Cesare Pavese et plus précisément dans les poèmes « l’homme seul » et « la mer inutile » où s’exprime la vacuité révélatrice de la parole poétique, caractéristique de Pavese. Ce vide apparent a pourtant fait couler beaucoup d’encre car s’ensuit l’étude de Pascale Gabellone consacrée au rapport entre mythe, destin et liberté chez le même auteur. C’est à travers l’écriture du vide que se dessine l’être et la conscience qu’il a de lui-même ce qui rejoint l’article d’Angela Biancofiore qui se penche sur le cinéma et notamment sur le paysage désertique dans les films de Pasolini. Il s’agit ici d’établir le lien entre le désert et l’intériorité. C’est en effet dans ce paysage apparemment vide, quasi-lunaire et peu accueillant que l’Homme peut renaître, être tout simplement et méditer sur le rapport originaire à la Terre. D’où la réflexion qui intervient ensuite sur la Méditerranée comme berceau de la philosophie.

4L’article de Myriam Carminati introduit l’étude du mythe dans l’œuvre de Caproni Il passaggio di Enea, Énée dont le voyage est semé de mort et de destruction. Elle montre comment l’auteur illustre l’usage d’un mythe vide de sens dans un monde en transition qui se meut dans la violence. Toutefois, dans ce XXe siècle caractérisé par la souffrance, la barbarie et une crise historique évidente, le mythe se réactualise en tant qu’Énée, dans son exil, demeure notre contemporain. Cette figure mythologique chez Ungaretti retrace selon Alain Crivella les pérégrinations de l’éternel voyage mais au bout duquel demeure l’espérance d’une « terre promise ». Il fait ainsi écho à la pratique de l’écriture.

5Le voyage se poursuit avec Dante et Ulysse dont le chant IX de l’Enfer restitue une « géographie littéraire » et un parcours à cheval entre la langue d’oc et la langue d’oïl. La question du voyage vers le langage se poursuit dans l’article de Frédérique Malaval qui montre, par le biais d’une conversation littéraire imprégnée de souvenirs avec Claudio Sensi, un autre dialogue, celui de l’Homme avec l’océan, un dialogue d’éternité. Gilda Caiti-Russo nous invite à voir sous une autre perspective l’éternité, notamment dans l’au-delà que constitue le chant IX de l’Enfer de Dante. L’auteure de l’article ouvre ainsi par le voyage littéraire un dialogue entre « l’au-delà imaginé » et le monde culturel et historique qui lui était contemporain. Il s’agit ici d’établir le rapport entre le cimetière imaginé par l’auteur toscan et une nécropole bien réelle, celle des Alycamps mais aussi de faire le pont entre la culture mythique et le paysage occitan.

6S’effectue ensuite un véritable saut dans le temps puisque Riccardo Pineri nous plonge dans les voyages de James Cook en Océanie au moyen d’une nouvelle vision, celle de la longue-vue. Il expose comment à travers les âges, et grâce aux inventions de Galilée, les hommes ont pu changer leur regard vis-à-vis du monde sensible, sa conception et de ce fait, sa compréhension. L’invitation au voyage est d’autant plus forte car la longue-vue encourage l’homme à aller plus loin, au-delà des frontières déjà connues. Le voyage en question permet de confronter des cultures différentes mais aussi de montrer que le regard de l’explorateur reste imprégné de sa propre culture qui se mêle au filtre de sa nouvelle vision. D’où l’intérêt de discuter le point de vue du voyageur philosophe duquel découle la question de la compréhension de l’autre qui, selon les mots de l’auteur entre dans une « dialectique d’incompréhension et de compréhension, d’apparence et d’apparaître ».

7Les amateurs d’exotisme, quant à eux trouveront leur compte dans le récit de voyage en Perse de Giosafat Barbaro, outre les renseignements pratiques destinés aux marchands et aux ambassadeurs. Comme le stipule Sylvie Favalier, ce récit trouve sa place autant parmi les œuvres littéraires les plus dépaysantes que dans les modes d’emploi à des fins politiques et commerciales. Dès lors l’article de Constantin Angélopoulos propose d’étudier « les mutations de l’invitation au voyage en Grèce » à travers les guides touristiques. En effet, dès 1764 les gentlemen anglais sont invités au Grand Tour afin de parfaire leur éducation. La Grèce et sa civilisation apparaissaient alors toujours comme « une et immuable ». Pourtant la vision de la Grèce a évolué et les guides ont su s’adapter. S’ajoute alors dans les guides l’intérêt pour l’époque byzantine, moderne et contemporaine. La présentation de l’histoire du pays et de ses mythes avait jusqu’alors une place prépondérante dans le parcours des visiteurs. Les références aux textes anciens ou à l’archéologie ne se sont ajoutées que plus tard. Les guides sont ainsi les témoins des mutations d’un pays dans sa totalité et participent à la construction identitaire de ce dernier.

8La chronique occitane du Petit Thalamus présentée par Gérard Gouiran offre également de nouveaux horizons au lecteur car il retrace les faits du pape Urbain V mais plus qu’un simple récit de faits et gestes, il s’agit là d’un témoignage détaillé des événements vus par les Montpelliérains. Autre point de vue, celui de deux voyageurs italiens, Cesare Beccaria et Alessandro Verri qui embarquent à Milan pour Paris et Londres au XVIIIe siècle afin de rencontrer les intellectuels le plus célèbres de leur temps. Le voyage permet alors aux deux enquêteurs de se questionner quant à l’avenir de leur pays.

9Pour rejoindre l’idée de la création d’un État, l’utopie n’est-elle pas une façon privilégiée de repenser un pays, ses mœurs et ses lois ? Catherine Kirkby expose dans son article l’exemple de deux récits utopiques italiens de Ludovico Zuccolo : La Repubblica d’Evandria et La Città Felice. Entre « ailleurs fictifs et ailleurs réels », l’auteur en vient à ce que Catherine Kirkby nomme, un « entre-deux utopique ». Le récit n’est plus situé dans le réel ou dans l’imaginaire mais semble dépasser l’ici et l’ailleurs jusqu’à parvenir au « détournement systématique de tous les éléments du réel ». Le texte atteint alors un nouvel intérêt car il « oscille sans arrêt entre ressemblance et différence ».

10Dans un dernier essai, Marie Blaise interroge différentes œuvres et divers auteurs en se souciant de la réflexion sur la mélancolie du voyage chez Baudelaire, Hérédia, Melville ou encore Mallarmé. Elle en vient ainsi à penser que « le voyage est au principe de la genèse du poème pour la même raison qui soulage la mélancolie : la perspective que le déplacement dévoile, et qui lie les éléments du monde entre eux, forme, dans le même procès, la possibilité d’être au monde du mélancolique d’une part, l’auteur ou le poète de l’autre, l’œuvre enfin ».

11Ce remarquable ouvrage collectif semble avoir atteint son objectif puisqu’il invite, dans l’esprit de Claudio Sensi à qui est destiné l’hommage, à repenser le récit de voyage, les parcours en littérature et les rencontres. C’est une œuvre pleine d’amitié et de complicité à travers laquelle le lecteur voyage certes dans l’imaginaire mais aussi dans une humanité concrète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Malaise, « Myriam Carminati (dir.), Parcours et rencontres. La traversée infinie. Pour Claudio Sensi », Italies, 22 | 2018, 329-331.

Référence électronique

Anaïs Malaise, « Myriam Carminati (dir.), Parcours et rencontres. La traversée infinie. Pour Claudio Sensi », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6761

Haut de page

Auteur

Anaïs Malaise

Aix Marseille Université, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals