Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Francesco Orlando, Il soprannaturale letterario.
Storia, logica e forme

Torino, Einaudi, 2017, XXV
Martin Ringot
p. 331-333
Référence(s) :

Francesco Orlando, Il soprannaturale letterario. Storia, logica e forme, Torino, Einaudi, 2017, XXV-190 pages.

Texte intégral

1Cette étude sur l’histoire, la typologie et les formes du surnaturel littéraire est une œuvre posthume de Francesco Orlando, connu pour sa lecture psychanalytique de la littérature. Le texte et son organisation sont issus d’un ensemble d’écrits et de notes de cours que Francesco Orlando a donnés à Pise ces dernières années. Le travail d’édition de Stefano Brugnolo, Luciano Pellegrini et Valentina Sturli a donc été indispensable pour assurer la cohérence du livre qui peut surprendre du fait de la variété des œuvres citées, tant géographique que chronologique. Francesco Orlando n’hésite pas à rapprocher, dans son travail, Homère et les histoires de fantômes des xviie et XIXe siècles, ou le Tasse et Wagner. L’œuvre est un va-et-vient entre l’étude de texte et la conceptualisation théorique.

2Le premier chapitre de l’ouvrage est consacré à l’établissement d’une définition générale du surnaturel. En parcourant différents auteurs, allant de Dante à Henri Michaux en passant par Manzoni et Levis Caroll, Francesco Orlando entreprend de construire une définition du surnaturel, à partir des différents textes et en observant à quel moment il se manifeste. Ce qu’il remarque, c’est que le surnaturel se manifeste au moment où des règles sont établies, et que, par conséquent, l’existence du surnaturel dépend fortement du contexte historique et social et des règles qui le forment. Ces règles peuvent donc être établies par le contexte religieux, politique, etc. Ainsi, Francesco Orlando finit par définir le surnaturel comme suit : « una supposizione di entità, di rapporti o di eventi in contrasto con quelle leggi della realtà che sono sentite come normali o naturali in una situazione storica data » (p. 18). Mais à cette définition vient s’ajouter une précision : la règle du contexte ne suffit pas, car il faut que le surnaturel se manifeste au sein des règles établies au sein même de la fiction.

3À partir de ces études liminaires, Orlando propose dans un deuxième chapitre un panorama historique du surnaturel dans la littérature d’Occident, en partant de Rutebeuf et en allant jusqu’à la Métamorphose de Kafka. Il montre ainsi comment se manifeste le surnaturel en fonction du contexte dans lequel il s’inscrit. Si le surnaturel du Miracle de Théophile s’inscrit dans le contexte littéraire et féodal, celui du Don Quichotte de Cervantès est empreint de folie, et ce qui se joue est un surnaturel individuel, né de la perception très spéciale de la réalité par le protagoniste. De même, les différents contextes d’écriture de l’Orlando furioso et de la Gerusalemme liberata informent aussi la manière dont le surnaturel est abordé, avec légèreté et ironie pour l’un, piété et suggestion pour l’auteur de la réforme catholique. Au contraire, le surnaturel du Faust de Goethe reflète le contexte de transformation sociale et politique qui, s’il n’a rien de magique, contribue à changer le monde. En sus d’un changement proprement littéraire, le surnaturel connaît des transformations directement liées au contexte dans lequel il évolue.

4Le troisième chapitre permet de jeter un autre point de vue sur la notion elle-même. C’est un chapitre qui se concentre sur les différentes formes de surnaturel qu’Orlando a identifiées en littérature. Ces différentes formes dépendent surtout de la façon dont le narrateur et les personnages traitent le surnaturel, et de l’effet que cette approche a sur la manière dont le monde fictionnel est vu. Ainsi, Francesco Orlando établit six grands types de surnaturel qu’il regroupe dans le tableau suivant (p. 120) :

Surnaturel de

Caractérisé par

Exemples traités au chapitre 4

Dérision

Dépassement
d’une rationalité inférieure

Les Contes philosophiques de Voltaire

Indulgence

Complaisance
dans la régression irrationnelle

Les Contes de ma mère l’Oye de Charles Perrault

Ignorance

Indécision
de la rationalité supérieure

Confession du pécheur justifié de James Hogg « L’Homme au cheval blanc » de Theodor Storm

Transposition

Insuffisance partielle
de la rationalité supérieure

Le Centaure de Maurice de Guérin

Imposition

Insuffisance totale
de la rationalité supérieure

Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

Tradition

Réifications collectives
de l’imaginaire

Hamlet de Shakespeare « Hansel et Gretel » des frères Grimm

5Le quatrième et dernier chapitre est consacré à une étude appliquée de la typologie établie dans le chapitre précédent. Les œuvres étudiées, d’une structure à l’autre, ont été ajoutées au tableau ci-dessus. Cette approche permet à Orlando de passer d’une étude diachronique du chapitre 2 à une étude comparatiste qui traverse les différentes périodes. Ainsi, il dépasse la définition initiale en montrant que le surnaturel littéraire ne peut se limiter à une caractérisation en fonction de l’époque dans laquelle il s’inscrit. En effet, c’est aussi l’attitude par rapport à l’événement surnaturel lui-même qui permet de préciser la typologie de ce genre littéraire. On apprécie la manière dont Orlando nous montre comment le surnaturel et son traitement se trouvent à des endroits auxquels on ne s’attend pas, comme dans la « normalizzazione ironica » (p. 132) de Barbe-Bleue, ou le fait que Le Centaure n’est pas tant surnaturel pour l’utilisation d’une créature donnée pour surnaturelle et, de ce fait, normalisée au sein de la narration, que pour des « informazioni nuove, in larghissima misura imprevedibili, che nulla hanno a che fare con l’immagine tradizionale di questo essere mitologico » (p. 154).

6C’est donc une véritable cartographie du surnaturel occidental que Francesco Orlando a effectuée dans ses cours, dont nous retrouvons dans cet ouvrage posthume un récit convainquant, méthodique et pédagogique. De plus, le choix du prisme du surnaturel permet à Orlando de faire un pas de côté par rapport au débat sur le fantastique et le fantastico italien. Cet écart laisse plus d’espace à l’étude du texte et contribue à neutraliser une discussion théorique qui diminuerait la portée de l’étude comparatiste. L’auteur ne perd jamais son lecteur au détour d’exemples qui servent un discours toujours complexe sans être obscur. L’apport essentiel de cette étude réside dans la typologie du surnaturel que Orlando a su tester sur différents textes issus de différents époques et genres littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Ringot, « Francesco Orlando, Il soprannaturale letterario.
Storia, logica e forme
 », Italies, 22 | 2018, 331-333.

Référence électronique

Martin Ringot, « Francesco Orlando, Il soprannaturale letterario.
Storia, logica e forme
 », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6774

Haut de page

Auteur

Martin Ringot

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals