Navigation – Plan du site
Les vestiaires de l'idéologie

Giovanna Zangrandi

Quelques réflexions sur le corps à l’épreuve de la montagne, entre Ventennio et Résistance
Estelle Ceccarini
p. 103-117

Résumés

Giovanna Zangrandi est une figure singulière de la Résistance italienne. Elle a laissé une œuvre fournie et polymorphe. Sa passion pour l’alpinisme est essentielle dans l’existence atypique de cette jeune femme androgyne. Cette pratique sportive influera sur la façon dont elle se positionne par rapport au climat politique de son temps. Elle trouve dans l’exaltation de l’exploit physique par le régime la reconnaissance d’une passion personnelle, les conditions matérielles de son développement, et une acceptation d’un aspect physique peu conforme aux normes sociales de l’époque. De façon paradoxale, si sa passion de l’alpinisme s’est trouvée confortée par la politique sportive du fascisme, cette même passion, et les aptitudes qui en découlent, sont au cœur de son expérience de résistante : sa pratique sportive sera un atout majeur pour faire face à l’effort intense lié à la Résistance en montagne. En analysant son journal de Résistance, I giorni veri1, cet article analyse comment le parcours de Giovanna Zangrandi illustre la façon dont la promotion du sport par le régime participait de l’aveuglement face à la réalité de la dictature, comment aussi cette même passion pour le sport a pu être un élément précieux pour la participation à la Résistance. Par ailleurs, la pratique de l’alpinisme dans les années qui précèdent la guerre révélant un rapport au corps féminin nouveau, et la confrontation à l’expérience de la résistance clandestine allant elle aussi dans ce sens, cet article cherche à montrer comment cette expérience a permis une exploration du corps et de ses caractéristiques de genre, interrogeant les lignes de démarcation du masculin et du féminin, dans une période centrale de l’émancipation féminine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique:

Italie

Index chronologique:

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 3 Giovanna Zangrandi sera soutenue par l’importante maison d’édition Mondadori à laquelle elle sera (...)
  • 4 Cf. Myriam Trevisan, « Nota biografica », Giovanna Zangrandi, I giorni veri, Milano, ISBN Edizion (...)

1Figure singulière de la Résistance italienne dans la région du Cadore, Giovanna Zangrandi (1910-1988) fut enseignante, journaliste et écrivaine3. Elle a laissé une œuvre fournie, composée d’écrits autobiographiques, de recueils de légendes, de nouvelles et de romans. De son vrai nom Alma Bevilacqua, elle a grandi dans la région de Bologne, ville où dans les années Trente elle suit une formation universitaire de chimie et de pharmacie. Elle quitte Bologne à vingt-sept ans pour s’installer à Cortina d’Ampezzo, poussée par sa passion pour l’alpinisme. Dès lors, cette passion qui naît de la confrontation physique avec l’univers montagnard va devenir un des éléments centraux de l’existence atypique de cette jeune femme androgyne4.

  • 5 Et ce malgré des parents socialistes.
  • 6 Gruppi Universitari Fascisti.
  • 7 Giovanna Zangrandi, I giorni veri, Milano, Mondadori, 1963.
  • 8 Pour un parcours détaillé de l’itinéraire biographique de Giovanna Zangrandi nous renvoyons aux b (...)

2En effet, cette pratique sportive modèle son rapport à la région où elle vit et influe sur la façon dont elle se positionne par rapport au climat politique de son temps. Dans un parcours qui n’est pas unique, Giovanna Zangrandi trouve d’abord dans l’exaltation de l’activité sportive et de l’exploit physique mis en avant par le régime, la reconnaissance d’une passion personnelle et les conditions matérielles du développement d’une pratique que le régime soutient. Elle y trouve aussi en tant que femme une reconnaissance de son aspect physique androgyne peu conforme aux normes sociales de l’époque. Sans afficher un soutien direct au régime, elle appartient à cette génération qui est arrivée à l’âge adulte bercée par la rhétorique fasciste, sans avoir pu développer une conscience politique critique5. Ainsi, elle adhère aux GUF6 et s’inscrit au fascio de Cortina tant pour pouvoir exercer son activité de journaliste que pour pouvoir s’investir dans sa passion pour le ski. Elle s’implique activement dans l’entraînement de l’équipe de ski féminin de Cortina et rédige de nombreux articles dans des périodiques où elle traite de thématiques chères à la propagande (la ruralité et les traditions locales par exemple). Dans les premières pages de son journal de Résistance, I giorni veri7, elle revient longuement sur cet aveuglement et sur sa prise de conscience antifasciste. De façon paradoxale, si sa passion du ski et de l’alpinisme s’est trouvée confortée par la politique sportive du fascisme, cette même passion, et les aptitudes qui en découlent, seront au cœur de son expérience de résistante. En effet, sa pratique sportive sera un atout majeur pour faire face à l’effort physique intense qui découlera de sa participation à la Résistance en tant que staffetta8.

3Il nous semble intéressant de proposer un parcours selon l’angle du rapport à l’alpinisme du journal de Résistance de Giovanna Zangrandi afin d’envisager comment cet itinéraire singulier peut apparaître comme un exemple du lien entre la promotion du sport par le régime et l’engouement de la jeunesse qui participait de l’aveuglement face à la réalité de la dictature.

4En outre, la pratique de l’alpinisme dans les années précédant la guerre révèle un rapport au corps féminin nouveau et la confrontation à l’expérience de la résistance clandestine va elle aussi dans ce sens. Ainsi esquisserons-nous une réflexion sur la façon dont l’aspect “sportif” de cette expérience physique permet une exploration du corps et de ses caractéristiques de genre, interrogeant les lignes de démarcation du masculin et du féminin et les normes sociales qui s’y rattachent, dans une période centrale de l’émancipation féminine.

Giovanna Zangrandi et la passion pour la montagne, du fascisme à la Résistance

  • 9 Ou Alma Bevilacqua, puisqu’elle n’avait pas encore adopté son pseudonyme « cadorino ». Le choix d (...)
  • 10 Après plusieurs années de dépression, son père se suicide en 1923 alors qu’elle est âgée de treiz (...)
  • 11 Bien qu’elle découvre ensuite que les choses ne sont pas si simples, en témoignent ses réflexions (...)
  • 12 Pagina del fascio, « Cortina », 1 marzo 1939, cité par Penelope Morris, op. cit., p. 62.

5L’alpinisme et le ski ont en commun de concilier plusieurs dimensions : l’effort physique en lui-même et la confrontation avec le milieu naturel, l’immersion dans une nature sauvage avec ce qu’elle implique de risques physiques et ce qu’elle suscite de méditations. Ce sont deux dimensions qui amènent Giovanna Zangrandi9 à se passionner pour les sports de montagne. Jeune femme d’un grand dynamisme, la montagne lui permet de canaliser cette vitalité. Elle découvre la montagne alors qu’elle est adolescente lors de vacances avec sa mère, dans des séjours qui lui permettent de sortir d’une atmosphère familiale pesante10. Quand elle accepte un poste d’enseignante à Cortina d’Ampezzo, ce changement de vie radical est dicté par son besoin de vivre sa passion pour la montagne, qui la fascine, tant par la beauté des paysages que par son attrait pour un milieu social jugé plus “sain” que celui dont elle provient11. Cela lui permet aussi de trouver un exutoire physique à ses tensions dans une existence déjà traversée d’inquiétudes. Par son apparence androgyne et son statut assumé de célibataire, elle se démarque de l’image socialement dominante de la féminité de l’époque et trouve dans la valorisation du sport féminin par le régime, malgré ses ambiguïtés, un cadre social reconnaissant cet aspect de sa personnalité, si bien qu’elle est nommée responsable des activités sportives du fascio local12.

6Dans son journal de Résistance, elle retrace ainsi son rapport à la haute montagne :

  • 13 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 111.

Questa zona alta (la più alta del Cadore, tra i duemila e i tremila e oltre di quota) m’è sempre stata cara e famigliare, fin dai tempi dell’adolescenza, di pazze scalate su per l’Antelao, voli fermati per miracolo, rischio e avventura ; non sapevamo di filosofie e teorie del ‘‘superuomo’’, ma tentavamo selvaggiamente d’esserlo, di vincere nella montagna oscuri complessi13.

7Ainsi, la passion du sport amène-t-elle Giovanna Zangrandi à adhérer, institutionnellement et instinctivement au moins, au régime fasciste, comme le montre la référence aux théories du surhomme vécues de façon « sauvage » sans pour autant être connues et assumées comme idéologie. Il y a là un élément biographique que l’on retrouve dans d’autres parcours existentiels de jeunes de sa génération, et qui mérite que l’on s’y arrête.

Un exemple de la séduction exercée par la promotion du sport par le fascisme sur une génération de jeunes passionnés de montagne ?

  • 14 Nuto Revelli vivra le drame de la retraite de Russie de 1943.
  • 15 Nuto Revelli, Le due guerre. Guerra fascista e guerra partigiana, Torino, Einaudi, 2003.

8Montagnard, chasseur alpin14, résistant, figure de la réflexion citoyenne de l’Italie de l’après- guerre jusqu’à sa disparition en 2004, Nuto Revelli évoque un parcours semblable dans Le due guerre. Guerra fascista e guerra partigiana15 :

  • 16 Ibidem, p. 19.

A me, in realtà, tutto questo piaceva. L’attività paramilitare mi appassionava. Studiavo poco [...] ma mi dedicavo moltissimo allo sport : ero campione provinciale di discesa libera sugli sci, di lancio del disco e del peso. Per me il fascismo e lo sport erano la stessa cosa. Il fascismo mi offriva strutture, organizzazione, la possibilità di vincere gare. Partecipavo ai campi Dux [...] Li ho poi pagati cari i miei Campi Dux, con la guerra16.

9Ce témoignage de la force du lien entre passion sportive et adhésion de la jeunesse au fascisme, qui ne sera rompu que par le traumatisme de la guerre, apparaît comme un itinéraire assez proche de celui de Zangrandi. L’importance du sport dans la propagande fasciste a été mise en lumière par des historiens, notamment par Victoria De Grazia qui a souligné la place spécifique du ski dans ce contexte :

  • 17 Organizzazione Nazionale Dopolavoro.
  • 18 Victoria De Grazia, The culture of Consent: Mass Organization of leisure in Fascist Italy, Cambri (...)

Oltre al fatto di essere una moda e privilegio delle classi più alte, lo sci godeva di una notevole considerazione mistica che gli derivava dal venire associato al coraggio e al valore delle eroiche truppe alpine durante la Grande Guerra. Motivi militari erano di fatto addottati per giustificare l’attenzione dedicata dall’OND17 all’organizzazione di gare di sci per tutti18.

  • 19 Penelope Morris, op. cit.

10Sur les liens de Zangrandi avec le régime, on note deux analyses légèrement divergentes. D’un côté, Myriam Trevisan, responsable scientifique des archives de Zangrandi, identifie chez elle un « antifascisme indéterminé », prémisse à l’engagement résistentiel dès lors que survient l’armistice de 1943. De l’autre, la chercheuse anglaise Penelope Morris, dans son étude biographique19, montre, par une analyse précise de la production journalistique de Zangrandi dans trois revues de la région de Cortina d’Ampezzo entre la fin des années trente et 1943, combien le rapport de Zangrandi au régime était complexe, et devait être envisagé en tenant compte du fait que la politique sportive du régime lui permettait de vivre sa passion pour la montagne et pour la culture du Cadore, sujet qui domine sa production journalistique des années qui précèdent la guerre. Elle en conclut que, s’il ne s’agit pas d’une adhésion idéologique, il est assez clair que son activité de journaliste et de sportive l’a conduite à adhérer au régime d’un point de vue institutionnel.

11Elle montre notamment comment sa passion sportive est un élément de convergence avec la propagande du régime :

  • 20 Giovanna Zangrandi, Sciatrici cortinesi a Bardonecchia, « Cortina », 15 febbraio 1940.
  • 21 Penelope Morris, op. cit., p. 82.

Neppure gli articoli sullo sport possono essere considerati apolitici, data la speciale attenzione dedicatagli dal regime. Ci sono molti esempi in cui la Zangrandi carica di significato più ampio un evento sportivo e ne dà un’interpretazione fascista. Riferendosi alla vittoria della squadra femminile di sci a Bardonecchia nel 194020, ne fa un resoconto piuttosto spiritoso ; però alla fine dell’articolo, viene ricordato al lettore che se quelle ragazze hanno vinto, era perché « avevano pure nei loro cuori di fanciulle la forza tenace della loro terra, lo spirito di sacrificio e di vittoria di una razza di campioni e di soldati ». Così lo sport viene interpretato come un’abilità naturale che dipende dalla razza, e come senso guerriero di sacrificio e di servizio alla nazione21.

12Cette adhésion instinctive et naïve au régime est, du reste, ce qui ressort des pages que Giovanna Zangrandi y consacre dans son journal de Résistance.

13Dans le chapitre qui ouvre son journal de Résistance, I giorni veri, Giovanni Zangrandi fait le récit d’une discussion de l’automne 1942 avec Angelo, un collègue enseignant, plus jeune, auquel elle louait une chambre et qui partage sa passion de l’alpinisme. Celui-ci, antifasciste, l’impressionne par sa maturité, ce qui l’amène à revenir sur son propre parcours, et sur son adhésion institutionnelle au fascisme. Dans le récit de son itinéraire, elle fait allusion au rôle joué par la promotion du sport par le fascisme, et à celui de l’alpinisme dans son détachement vis-à-vis des questions politiques :

  • 22 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 10.

Negli intervalli [fra le lezioni, nel liceo dove insegna] io di solito avevo qualche traffico di gare e di sport, per combinare l’allenamento delle ragazze della scuderia di sci. A mezzogiorno [mangiavo] a casa o per le piste ; a sera tarda quasi mai sentivo il suo rientrare discreto, dormivo fondo, lavoro e sport non ti danno il lusso di insonnie22.

  • 23 Ibidem, p. 11. Sur le caractère paradoxal de la politique fasciste par rapport à la question de l (...)

14Alors qu’il lui demande depuis combien de temps elle est inscrite au PNF, elle répond qu’elle a adhéré quatre ans, aux GUF, puis précise qu’elle n’a pas renouvelé sa carte au PNF. Alors qu’il lui demande si on ne le lui a pas reproché, elle répond : « niente, lo sai come è qui, tutto niente, tranne certe cose come per esempio una cristiana sugli sci23 ». Dans la petite ville de Cortina, c’est son activité sportive qui dérange, avant tout. Les préjugés sociaux semblent plus forts que les questions politiques. Elle évoque alors avec ironie sa prise de conscience :

  • 24 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 12.

Questa decantata Nazione Imperiale in cresta alla quale viviamo, lei stesa là dietro alle dipinte barriere montane, alle rocce che andavamo, io ed anche Angelo, quarti gradi e quinti, a rischiar la vita e fare importanti queste cose al posto di altre24.

15Dans ce passage, elle décrit le niveau extrême de son engagement sportif (en précisant la cotation des parois qu’ils escaladaient et le risque encouru) et elle avoue aussi l’aveuglement qui a été le sien, ainsi que l’effet dispersif ambigu de la passion sportive, perçue comme une échappatoire.

16La prise de conscience du rôle que la promotion du sport par le régime fasciste a joué dans l’adhésion de toute une génération est reprise et développée un peu plus loin :

  • 25 Ibidem, p. 28.

Dobbiamo mettere a pensare le nostre teste, riabituarle a pensare, giudicare, criticare ad autocriticare e siamo come postencefalitici. Noi giovani, noi dal « ferreo corpo vincitor di gare » « anelanti a traguardi », tentiamo a volte di attingere ai vecchi antifascisti (o ai nuovi). Naturalmente serve, ma spesso ne restiamo disorientati25.

17Giovanna Zangrandi décrit ici les jeunes de sa génération comme mentalement anesthésiés par la rhétorique sportive du régime, dans un passage aux accents ironiques d’autant plus profonds que l’on sait l’activité de journaliste de Zangrandi évoquée plus haut, et la façon dont elle-même a pu relayer cet aspect de la propagande.

  • 26 Ibidem, p. 17. 
  • 27 Ibidem, p. 107 : « una vecchia amica, facevamo assieme le gare di sci del dopolavoro ».

18Elle s’aperçoit également du caractère illusoire de la communauté sportive (qui contrastera avec la solidarité réelle, sans être sans faille, de la Résistance) : « Solitudine anche se sei spesso tra la gente, sulle piste, con le ragazze della squadra, grida, risate, campionati, vittorie, premiazioni…26 ». En effet, la communauté des passionnés de ski de Cortina est, elle aussi, traversée par la ligne de démarcation de la guerre civile, elle note tantôt ceux qui sont passés du côté du fascisme, face auxquels elle fait semblant d’être neutre, et ceux qui peuvent être un soutien27.

  • 28 Ibidem, p. 48.
  • 29 Ibidem, p. 64.
  • 30 30 Ibidem, p. 12.

19L’engagement dans la Résistance apparaît comme le passage à une action nouvelle, porteuse de sens, en comparaison avec le ski. Elle note dès l’automne 1943 :« Ci ritroviamo, certe sere a casa di Claudio, uno della ferrovia, si parla tra noi. Dopo tanti anni immemori abbiamo scoperto che c’è anche da parlare, tra noi, non solo parole di piste, pendenze, chilometri orari, porte e classifiche28 » et, un peu plus tard, en décembre 1943 : « Fuori nevica, il silenzio ovattato delle notti di neve ; ora il pensiero delle piste e degli sci è così estraneo, senza importanza29 ». L’engagement dans l’alpinisme apparaît alors comme secondaire par rapport aux questions politiques. Pourtant, Angelo justement, ce jeune antifasciste, lui avait fait valoir que son entraînement physique, son physique androgyne et sa connaissance du milieu montagnard pouvaient être un atout pour la lutte antifasciste : « - Non lamentarti – ha riso Angelo. – Almeno la tua esperienza di boscaglia, di fucili e il tuo fisico da bracconiere potranno servire, tientili cari per te e per gli altri ; se lo vuoi, potranno servire30. »

L’alpinisme, un atout de poids dans la lutte antifasciste

  • 31 Cf. Caterina Ramonda, Salire in montagna. Le zone montane come luoghi di resistenza, lotta e libe (...)
  • 32 Tout comme ils étaient perçus par le régime fasciste comme une préparation à l’engagement militai (...)

20Il apparaît parfois que la rigueur que requiert la pratique de l’alpinisme, est un élément qui a pu favoriser la prise de conscience antifasciste31, même si, comme le montrent les cas de Nuto Revelli et de Giovanna Zangrandi, il n’y a pas “d’immunité” totale au fascisme qui découlerait de la passion pour l’alpinisme. Mais il y a là une expérience qui exige effort, courage physique, rigueur, et confrontation avec le réel, celui de la paroi ou des pentes enneigées, souvent sans compromis possible et sans échappatoire. Des qualités physique et morales développées dans la pratique sportive qui sont des atouts évidents pour la participation à la Résistance32.

  • 33 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 52.
  • 34 Cortina d’Ampezzo ayant été rattachée au Reich.
  • 35 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 105.

21En effet, l’expérience d’alpinisme de Zangrandi devient vite un atout, et dès octobre 1943, elle l’éprouve de façon concrète. Ainsi, quand on lui amène deux soldats qui risquent la déportation, elle imagine pouvoir les aider à s’échapper par les cols les plus hauts de la région : « Così conciati si potrebbero far uscire di notte per i valichi, ci so fare, basta andar alto, mica controllano33 ». Ou encore quand, recherchée par les Allemands, elle entre en clandestinité pour rejoindre le Cadore34 et marche pendant plus de vingt heures en montagne pour éviter les cols surveillés35.

22De même, quand au cours de l’hiver 1944, après l’annonce du général allié Alexander de l’arrêt des opérations jusqu’au printemps, elle doit se préparer à passer l’hiver avec deux jeunes résistants, bivouaquant en montagne, son récit montre à quel point cela n’a été possible que grâce à leur expérience de sportifs :

  • 36 Ibidem, p. 175-177.

Ora devo scomparire di nuovo dalle piste dei paesi ; […] gerlo carico, pentolino, sci a bilanciere sopra. A notte ho infilata la Val Vedesana, arcaica, affondata tra selve tali da scoraggiare anche i crucki. Ghiaccio e neve che cigolano sotto le scarpe […] piedi nel buio, la troverò una tana. Abbiamo deciso di trasferirci […] all’alta roccia della Memora, abbiamo fatto una vasta ricognizione, anche con gli sci, negli altipiani : ci sono forcelle da poter valicare in Auronzo, anche vie di fuga in caso di rastrellamenti. I ragazzi sciano bene, Lepre faceva fondo e Leo discesa36.

  • 37 Ibidem, p. 182.

23Et en effet, le nom ironique qu’ils donnent à leur petit groupe fait référence à leur habileté sportive « [ci] mettiamo nome distaccamento Memora, pattuglia sci veloci37 ».

24Au-delà de la pratique de l’alpinisme, c’est à la fois la connaissance du milieu montagnard et l’entraînement physique, qui sont des atouts pendant la Résistance. On le comprend aisément, et de nombreux passages du journal de Résistance de Zangrandi soulignent l’effort physique intense que demande le travail de liaison, réalisé par les staffette, qui implique de longs trajets à vélo, exploit sportif de chaque jour, avec du dénivelé et dans des conditions matérielles précaires, tant du point de vue de l’équipement que de la nutrition:

  • 38 Ibidem, p. 141.

Adesso il nostro andare di staffette è un zigzagare per le vecchie vie militari di Loreto e del Crodiola, bicicletta in spalla per rocce e fratte a cercar passerelle, impari ad andare sui sassi, ad adoperare questo attrezzo a due ruote come un pazzo cavallo […]. Ottanta chilometri al giorno circa di media – tra bicicletta e raccordi a piedi, salite someggiate ; ecco sarebbero niente se ci fosse da mangiare normalmente […]38.

25L’expérience de la Résistance se révèle alors expérience intensément physique, qui par l’urgence que les situations imposent met les résistant(e)s face à la nécessité de puiser dans les ressources du corps, parfois jusqu’à la limite du possible. Cette expérience a des conséquences dans le rapport que l’individu entretient avec son corps, amenant même, pour les femmes, à une exploration nouvelle de leurs capacités et de ce qui définit socialement le corps comme féminin.

L’alpinisme, occasion d’une exploration du corps qui interroge l’identité de genre

Le corps et ses limites

26Malgré sa résistance physique exceptionnelle, Giovanna Zangrandi raconte aussi comment l’expérience de la clandestinité en haute montagne en plein hiver met le corps à rude épreuve, l’amenant à découvrir ses limites. Elle raconte l’épuisement causé par les longues marches, la douleur des crevasses causées par le froid, l’angoisse de ne pas arriver au bout d’itinéraires où ses limites sont presque atteintes :

  • 39 Ibidem, p. 192.

Valsalega, cinghie che tirano le spalle, pelli di foca che appesantiscono gli sci e queste gambe di piombo, che lo stomaco, insaccato di poltiglia di cavoli e strane farine, non riesce a slegare. Punte di sci che vengono avanti lente, punta uno, punta due, punta uno… devono coprire, un mezzo metro al colpo, tutta la catena che sta in mezzo, l’interminabile Pian dei Buoi. […] Il vento ha cancellato la scia di stamane, nere nuvole di bufera escono dal Ciastellin, diventano nebbia radente al nevaio, come una poltiglia densa e fa nausea, ti fa perdere l’orientamento. Ma ora la macchina dei muscoli s’è messa in moto per non morire […]. Nell’altipiano aperto la tormenta fischia, è densa, acceca, sempre quel veleno nei muscoli, ma bisogna farli andare se vorrai sopravvivere39.

  • 40 Ibidem, p. 216.

27Encore, quand elle fait le portrait d’une staffetta qui arrive épuisée d’une mission : « è arrivata da Padova l’Ada-piccola, si vede subito che sta male, ha gli occhi cerchiati ed è verde : in certi giorni, a una donna, centocinquanta chilometri a bicicletta pesano40 » ; ou quand elle doit de toute urgence amener la nouvelle d’un lancement quitte à traverser, en portant sa bicyclette, un torrent sur une passerelle de fortune :

  • 41 Ibidem, p. 224.

Si prova a passare […] bici in spalla come l’ombrellino dell’equilibrista su filo ; ti ricordi in palestra quella professoressa della Farnesina che scandiva : ‘‘un-duè, un –duè, petto in fuori, ragazze, muovetevi con grazia, tolgo un punto a chi cade dalla trave di equilibrio : avanti tu, un-dueeeeè-un !’’ Dannata bici, altro che le braccia stese con grazia, dannate gambe indurite da oltre duecento chilometri e tremano adesso, non di paura, sono troppo incosciente per questo, tremano di pedale e chilometri. E tuttavia so che c’è il fiume a circa ottanta metri sotto, è in piena e si sente41.

  • 42 Ibidem, p. 226.
  • 43 Cité plus haut.

28C’est le souvenir des entraînements de gymnastique des années du Ventennio qui lui revient alors en mémoire, en contrepoint ironique à la situation dramatique qu’elle traverse. Confrontée à l’effort extrême des courses des staffette, Zangrandi ne peut que constater la dégradation de son état physique, sans pour autant renoncer : « C’è da correre. Adesso alla dissenteria fa compagnia la scabbia, ma non si fa caso42 ». Ainsi, la participation à la Résistance la conduit-elle à mobiliser ses forces jusqu’au bout, telle une réponse ironique et grave à la propagande fasciste du « ferreo corpo vincitor di gare43 » qu’elle évoquait justement pour raconter l’effort sportif des temps de l’insouciance.

« Una vita non da donna », des limites du corps féminin ?

  • 44 Ibidem, p. 183.
  • 45 Ibidem.
  • 46 Pour plus de précisions sur cet aspect complexe de la reconfiguration de la représentation genrée (...)

29Face aux exigences physiques extrêmes de la Résistance en montagne, surgit une remarque de son commandant qui fait apparaître un autre aspect intéressant. Alors qu’elle vient de faire une longue traversée en montagne à ski, Severino, le commandant de la brigade lui déclare : « Tu non puoi continuare a fare questa vita, non è fatta per una donna, è impossibile anche per noi, ma una donna non può andare avanti così44 ». Cette évocation du fait qu’elle soit une femme, élément de son identité que sa personnalité androgyne et sa vie de Résistance l’avaient amenée à mettre de côté, la font, soudain, réagir : « Fa un certo effetto sentirsi ricordare d’essere una donna, ecco, come una nostalgia lontana d’inarrivabile infanzia […]45 ». Cette remarque la conduit à prendre conscience d’une autre conséquence de l’effort physique intense que demande la participation à la Résistance dans des conditions matérielles plus que spartiates : sortis du cadre des normes sociales de la vie civile, face à une nature rude et à un effort physique important, les résistants sont amenés à repenser leur rapport au corps, et tout particulièrement quand il s’agit de femmes. Tout comme le sport féminin promu par le fascisme, malgré ses ambiguïtés, avait pu participer à fissurer les normes sociales régissant ce que devait être le corps féminin, la Résistance devient lieu d’expérimentation d’un autre rapport au corps genré. Dans les deux cas, il s’agit d’expérimentation complexe qui suscite réactions et controverses46. Ainsi Zangrandi doit-elle, pour passer inaperçue, cacher ce corps de sportive en adoptant une apparence vestimentaire conforme à la norme de la féminité de l’époque, qui le dissimule :

  • 47 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 135. Cf. aussi Fronti e frontiere de Joyce Lussu, qui raconte so (...)

Sta attenta, ti cercano – dice il ferroviere – vedi di travestirti, cercano una dalla faccia scura, malmessa, scarpe sfondate, passo sportivo. Sta attenta, truccati. Così stamattina con le forbici mi sono fatta una frangetta e rossetto e pittura, una faccia da puttanella ; tiro fuori un vestitino pretenzioso […] e le scarpe con dodici centimetri di tacco. […] io bandituzza da quattro soldi, [trucco] le mie gambe da mangiachilometri con le scarpe coi tacchi47.

L’activité physique, lieu de reconfiguration de l’image genrée du corps féminin

30L’activité physique, dans le sport féminin promu par le fascisme comme dans la participation à la Résistance, quand celle-ci prend la forme d’une expérience nécessitant un engagement physique intense, apparaît comme source de remise en question de la définition du corps genré, de ce que le corps de l’homme ou de la femme doit être pour être reconnu comme tel dans la société dans laquelle l’individu évolue.

  • 48 Dans Racconti partigiani e no dans la nouvelle« Camera 32 », Zangrandi raconte une bagarre avec l (...)

31Si Zangrandi raconte comment, dans l’enfance, lors de jeux, elle découvrait, avec stupeur, les inégalités régissant les rapports entre hommes et femmes48, dans la Résistance, elle prend conscience de sa force physique, face à l’effort mais aussi dans la confrontation à ce dont sont ou non capables, d’un point de vue physique, les hommes. Par exemple, quand elle propose à deux soldats de les aider à fuir en les accompagnant pour passer un col, son récit ironique dit sa surprise face à leur manque de courage physique:

  • 49 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 52.

– Ma c’è da camminare a piedi?
– Be’, qualche ora – e penso che le ore saranno cinque come otto di seguito : adesso in alto c’è neve.
– Dio, dio – fa l’altro. – Camminare ? Oh, signorina, ce le faccia rivedere la mamma nostra, benedetta…”
Lasciate stare i santi e le benedizioni – dico – ma non ci sapete fare a camminare ? Si tratta della vita… siete sani, uomini.
– Ah, uomini altroché – e si drizzano con occhi lucenti49.

32En somme, ce que révèle le journal de Résistance de Zangrandi, c’est que l’effort physique permanent est, comme la tension mentale liée aux missions à accomplir, la peur et l’angoisse, un des éléments qui font voler en éclats les repères de la vie civile, dont les normes sociales du genre, poussant les individus à se dépouiller des rôles imposés par la société, dans un retour à un existence primitive qui fait émerger un rapport au corps nouveau. Ainsi quand elle raconte un moment de réflexion grave aux côté de Severino son commandant :

  • 50 Ibidem.

Forse credono che io e Severino ci strusciamo come un uomo e una donna e non sanno che in questo momento siamo ambedue come senza sesso, solo due corpi umani che hanno muscoli per uccidere, grilletti e dita sui grilletti e ciò che era un « cuore » o un cervello di essere civile è solo un’entità inafferrabile, esasperata, selvaggia…50

33L’idée de la perte de l’identité sexuée est ici paradoxalement la conséquence de l’intensité avec laquelle la corporéité est vécue, dans un rapport au corps où les différences entre féminin et masculin pourraient s’effacer, laissant place à une proximité physique qui serait l’expression extérieure de rapports humains marqués par une plus grande proximité existentielle.

34L’expérience sportive représente donc un élément central de l’itinéraire politique et existentiel de Giovanna Zangrandi. Bien plus, cet élément participe de façon fondamentale à l’originalité de la façon dont elle habite son identité de femme au milieu du XXe siècle, entre fascisme et Résistance. Après ce moment “hors normes” que fut la Résistance, Giovanna Zangrandi, comme beaucoup de résistants, vit difficilement le retour à la “normalité” de la société civile, raison pour laquelle elle choisit de tenter de s’installer en haute montagne en construisant un refuge qu’elle gèrera quelques années (et qui existe encore aujourd’hui en tant que tel51), mais qu’elle devra quitter en raison de difficultés financières, le cédant au Club Alpin italien. Or, il y avait dans ce choix de lier ses conditions de vie à la pratique de l’alpinisme, la recherche d’un monde de relations sociales différentes, avec la sincérité que l’activité physique intense dans un milieu naturel difficile génèrent dans les rapports humains, dépouillant les individus de leurs masques, non seulement de leurs masques sociaux mais aussi des masques liés à l’identité de genre, dans une proximité avec l’intensité existentielle et relationnelle qui fut celle de la Résistance.

Haut de page

Notes

1 Milano, Mondadori, 1963.

2 Milano, Mondadori, 1963.

3 Giovanna Zangrandi sera soutenue par l’importante maison d’édition Mondadori à laquelle elle sera liée par un contrat d’édition pendant douze ans. Elle obtient le prix Deledda en 1954 pour I Brusaz, et le prix Resistenza-Venezia en 1966 pour son journal de Résistance I giorni veri.

4 Cf. Myriam Trevisan, « Nota biografica », Giovanna Zangrandi, I giorni veri, Milano, ISBN Edizioni, 2012, et Myriam Trevisan, Giovanna Zangrandi. Una biografia intellettuale, Roma, Carocci editore, 2012.

5 Et ce malgré des parents socialistes.

6 Gruppi Universitari Fascisti.

7 Giovanna Zangrandi, I giorni veri, Milano, Mondadori, 1963.

8 Pour un parcours détaillé de l’itinéraire biographique de Giovanna Zangrandi nous renvoyons aux biographies qui lui ont été consacrées : Myriam Trevisan, op. cit., et Penelope Morris, Giovanna Zangrandi, una vita in romanzo, Isbrec, Belluno, Cierre Edizioni, 2000, et pour une analyse précise des différents textes dans lesquels Zangandi a raconté sa participation à la Résistance à notre ouvrage : Estelle Ceccarini, Les écrits des résistantes italiennes. L’expression plurielle de la résistance entre témoignage et quête de soi, Neuville-sur-Saône, Ed. Chemins de tr@verse, 2014.

9 Ou Alma Bevilacqua, puisqu’elle n’avait pas encore adopté son pseudonyme « cadorino ». Le choix de ce pseudonyme dans les années de l’après-guerre est une façon d’ancrer son identité dans la région du Cadore.

10 Après plusieurs années de dépression, son père se suicide en 1923 alors qu’elle est âgée de treize ans. La famille paternelle de Zangrandi avait en outre une tendance marquée à des comportements maniaques. Sur ce point, nous renvoyons aux biographies établies par M. Trevisan et P. Morris (op. cit.).

11 Bien qu’elle découvre ensuite que les choses ne sont pas si simples, en témoignent ses réflexions sur la société de Cortina au début du journal de Résistance.

12 Pagina del fascio, « Cortina », 1 marzo 1939, cité par Penelope Morris, op. cit., p. 62.

13 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 111.

14 Nuto Revelli vivra le drame de la retraite de Russie de 1943.

15 Nuto Revelli, Le due guerre. Guerra fascista e guerra partigiana, Torino, Einaudi, 2003.

16 Ibidem, p. 19.

17 Organizzazione Nazionale Dopolavoro.

18 Victoria De Grazia, The culture of Consent: Mass Organization of leisure in Fascist Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, cité in Penelope Morris, op. cit., p. 93.

19 Penelope Morris, op. cit.

20 Giovanna Zangrandi, Sciatrici cortinesi a Bardonecchia, « Cortina », 15 febbraio 1940.

21 Penelope Morris, op. cit., p. 82.

22 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 10.

23 Ibidem, p. 11. Sur le caractère paradoxal de la politique fasciste par rapport à la question de l’évolution de la place des femmes dans la société, cf. Michella De Giorgio, Le italiane dall’Unità ad oggi. Modelli culturali e comportamenti sociali, Bari, Laterza, 1992 et Victoria De Grazia, Le donne nel regime fascista, Venezia, Marsilio editore, 1993.

24 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 12.

25 Ibidem, p. 28.

26 Ibidem, p. 17. 

27 Ibidem, p. 107 : « una vecchia amica, facevamo assieme le gare di sci del dopolavoro ».

28 Ibidem, p. 48.

29 Ibidem, p. 64.

30 30 Ibidem, p. 12.

31 Cf. Caterina Ramonda, Salire in montagna. Le zone montane come luoghi di resistenza, lotta e libertà, in « Andersen », n°354, p. 26-27 : « … il senso di liberazione dalle “cosa dal basso”, del quotidiano, che si prova quando si sale su un sentiero o in parete. Non sorprende quindi che molti tra i partigiani amassero la montagna e fossero valenti alpinisti e scalatori ; quasi che la passione per il salire verso l’alto, per un rapporto scarno con la roccia e i ghiacci che costringe a essere vigili ed essenziali, andasse di pari passo alla passione civile e politica anche negli anni più bui della dittatura fascista ».

32 Tout comme ils étaient perçus par le régime fasciste comme une préparation à l’engagement militaire…

33 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 52.

34 Cortina d’Ampezzo ayant été rattachée au Reich.

35 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 105.

36 Ibidem, p. 175-177.

37 Ibidem, p. 182.

38 Ibidem, p. 141.

39 Ibidem, p. 192.

40 Ibidem, p. 216.

41 Ibidem, p. 224.

42 Ibidem, p. 226.

43 Cité plus haut.

44 Ibidem, p. 183.

45 Ibidem.

46 Pour plus de précisions sur cet aspect complexe de la reconfiguration de la représentation genrée du corps des résistantes, que nous ne pouvons, pour des raisons d’espace, détailler ici, nous renvoyons à Estelle Ceccarini, op. cit., p. 543, ainsi qu’à Estelle Ceccarini, « Les écrits des résistantes italiennes ou l’écriture comme lieu d’expression d’une symbolisation complexe de la Résistance au féminin », in Laurent Doudou, Mercedes Yusta. La Résistance à l’épreuve du genre. Hommes et femmes dans la résistance antifasciste en Europe du sud, Rennes, PUR, 2018, p. 81-98, ainsi qu’aux ouvrages suivants : Antonio Bechelloni, « Femmes et Résistance (1943-1945) en Italie : les pratiques et leurs représentations. Antécédents et postérité d’une ambivalence », in Laurent Doudou, Mercedes Yusta. La Résistance à l’épreuve du genre, op. cit., p. 175-190; Anna Bravo, Donne e uomini nelle guerre mondiali, Roma-Bari, Laterza, 1991 ; Anna Bravo, Anna Maria Bruzzone, In guerra senza armi, storie di donne 1940-1945, Roma-Bari, Laterza, 1995 ; Anna Teresa Iaccheo, Donne armate, Resistenza e terrorismo, Milano, Mursia, 1994; Elena Porciani, Le donne nella narrativa della Resistenza. Rappresentazioni del femminile e stereotipi di genere, Catania, Villaggio Maori Edizioni 2016 (dont on peut trouver ici http://www.progettoblio.com/files/1495.pdf (consulté le 19/03/2019) une longue recension, qui par ailleurs prend note du dialogue établi dans cet ouvrage avec notre propre étude.

47 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 135. Cf. aussi Fronti e frontiere de Joyce Lussu, qui raconte son arrivée à Naples, en zone libre, chez Benedetto Croce et comment, sa fille, Elena Croce, l’accueille et commente son apparence : « […] mi aprì la porta Elena Croce. […] Era altrettanto bella e elegante adesso, e io venivo a piedi dalle linee tedesche. Mi squadrò e mi disse : ‘‘sei molto sportiva, sarà il tuo sangue inglese’’. Mai frase cadde più a sproposito. » Joyce Lussu, Fronti e frontiere, [1945], Ancona-Milano, Theoria, 2000, p. 146. Les textes d’Elsa Oliva, Ragazza partigiana et Bortolina, storia di una donna sont aussi intéressants sur ce point. Pour une analyse détaillée de cette problématique : Estelle Ceccarini, op. cit.

48 Dans Racconti partigiani e no dans la nouvelle« Camera 32 », Zangrandi raconte une bagarre avec le petit chef de la bande rivale : « valutai che ero più forte di lui e mi pigliai il gusto di disarmarlo ». Alors qu’elle le ligote, il lui crie: « No, no, no, non puoi, sei una donna, tu sei prigioniera, tu, schifosa, devi, devi, ubbidisci. » et avoue comment elle restait stupéfaite: « non sapevo se fosse per quell’azione che pareva essere stato uno sbaglio o per essere io donna : allora era così inferiore l’esserlo ? ».

49 Giovanna Zangrandi, op. cit., p. 52.

50 Ibidem.

51 http://www.rifugioantelao.com/it/chi-siamo

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Ceccarini, « Giovanna Zangrandi »Italies, 23 | 2019, 103-117.

Référence électronique

Estelle Ceccarini, « Giovanna Zangrandi »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/italies/7062

Haut de page

Auteur

Estelle Ceccarini

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals