Skip to navigation – Site map
Les vestiaires de l'idéologie

« Potresti diventare campione nazionale »

Le corps sportif et le roman de formation dans Il lanciatore di giavellotto de Paolo Volponi
Hugo Semilly
p. 119-130

Abstracts

Dans cet article, nous nous proposons d’analyser le roman de formation Il lanciatore di giavellotto de Paolo Volponi (1981) en interrogeant le rôle du sport dans l’économie narrative du Bildungsroman. Le contexte de l’Italie fasciste des années trente est ainsi étudié comme vecteur d’un imaginaire du corps et du sport exerçant son emprise sur les esprits, qui se retrouve également dans les différentes éducations reçues par Damín Possanza, le personnage principal. Enfin, la figure du lanceur de javelot est examinée pour montrer son importance dans le parcours du personnage, comme modèle auquel s’identifier mais aussi comme figure enfermant Damín jusqu’à sa mort.

Top of page

Full text

  • 1 Paolo Volponi, Il lanciatore di giavellotto, Torino, Einaudi, 2015 [1981], désormais abrégé en IL (...)

1Publié en 1981 chez Einaudi, Il lanciatore di giavellotto1 de Paolo Volponi est un roman de formation dévoilant l’histoire douloureuse d’un jeune garçon, Damín Possanza, à la fin des années trente dans l’Italie du Duce. De l’enfance idyllique passée auprès de sa mère et de son grand-père jusqu’au meurtre de sa sœur et son propre suicide, le lecteur découvre le récit d’une jeunesse remplie de douleur et d’expériences parfois traumatisantes telles que l’adultère maternel, l’école ou la découverte des premiers émois et de la sexualité. Ce cheminement est marqué par trois grandes formations : la première, professée par le cordonnier Amilcare Occhialini, est antifasciste ; celle-ci est par la suite remplacée par l’enseignement sportif du chef fasciste Traiano Marcacci, amant de sa mère. Enfin, Damín suivra une formation artistique à l’institut d’art d’Urbino.

  • 2 Volponi explique ainsi ce choix : « Volevo richiamare l’importanza della fase di passaggio dall’a (...)
  • 3 « Come infatti già cursoriamente rilevato da alcuni critici, Il lanciatore di giavellotto non è s (...)
  • 4 « Il fascismo è la proiezione di una catastrofe interiore ». Alessandro Gaudio, Animale di deside (...)

2Alors même que le titre du roman semble appeler à un questionnement sur la pratique sportive, Damín étant devenu champion régional de lancer de javelot, la critique volponienne a délaissé cet aspect au profit d’une analyse davantage psychologique et psychanalytique. De fait, en décrivant l’évolution difficile d’un adolescent, pris entre un amour œdipien et l’impossible entrée dans l’âge adulte2, Paolo Volponi a écrit ici autant un Bildungsroman ancré dans le fascisme qu’une tragédie universelle3: la période historique devenant alors, selon certains critiques, une caisse de résonance amplifiant les différentes problématiques psychiques rattachées à Damín4, mais surtout un ancrage temporel assez lointain pour être compris comme l’allégorie de l’Histoire exerçant son emprise sur les corps. En rejetant ainsi le récit dans l’atemporel, celui-ci ne serait que l’expression de l’impuissance humaine éprouvée face aux événements historiques.

  • 5 Gloria Scarfone, art. cit., p. 164 : « Il Lanciatore è stato relegato all’interno di quello che è (...)

3Cependant, comme le remarque Gloria Scarfone, en confinant ce roman à ce que l’on a appelé la veine « lyrique » de l’auteur, la critique volponienne a évacué la problématique historico-sociale pourtant chère à l’auteur5 :

  • 6 Ibidem.

La vicenda del giovane lanciatore di giavellotto […] rappresenterebbe in tale ottica la storia di una nevrosi tutta individuale che – strano hapax in Volponi – solo surrettiziamente appare legata al contesto sociale all’interno del quale il protagonista si trova ad agire – una provincia marchigiana durante gli anni del fascismo6.

  • 7 Sur la mise en place d’une culture de masse fasciste à travers le cinéma, les fumetti et le chang (...)

4De fait, il nous semble difficile d’ignorer, compte tenu de cette remarque et au regard de la vie et de l’œuvre complète de l’auteur, l’importance que revêt le contexte dans lequel se déroule le récit. Si le rôle du fascisme a déjà été étudié7 mais en tant que simple cadre du récit, peu nombreux sont ceux qui ont exploré les rapports entretenus entre le fascisme et l’évolution de Damín dans ce roman de formation, relations créées en grande partie par le sport et les institutions qui lui sont liées. Cet article se propose d’effectuer une exploration du rôle du sport et du corps athlétique dans le Lanciatore, en partant d’un questionnement générique sur le roman de formation.

Grandir au temps du fascisme : imaginaire et politique du sport

  • 8 « Dans la plupart des cas, le roman […] ne connaît que l’image du héros tout fait. […] À côté de (...)
  • 9 Franco Moretti, Il romanzo di formazione, Torino, Einaudi, 1999.
  • 10 Pour apprécier cette évolution concernant le roman de formation italien : Maria C. Papini, Teresa (...)

5Le Bildungsroman est une fabrique du personnage dans le temps ; le protagoniste n’apparaît pas « tout fait8 » : il se construit et s’élabore au fur et à mesure de ses expériences, et la dynamique du récit induit la transformation, la malléabilité et la plasticité du corps et de l’esprit. S’il était d’abord tourné vers la question de la progression morale et intellectuelle de ses personnages, puis vers leur évolution dans la société à travers la figure du parvenu9, le roman d’éducation « contemporain » expose quant à lui les rouages du corps et ses implications dans la formation des personnages à travers des modalités très diverses : l’identité, la sexualité, la génétique ou encore les pratiques corporelles10.

  • 11 ILG, p. 84-85.
  • 12 « A casa si buttò avidamente sul cibo, evitando qualsiasi altra notazione. Ne mangiò più che poté (...)

6Damín évolue, passant de l’enfant de neuf ans au début du roman à l’adolescent musclé et fort, capable d’exploits physiques des plus impressionnants. Ainsi, lorsque des camarades lui offrent des promesses de protection contre des cigarettes et de l’argent, lui ne comprend pas car il est devenu puissant : « Come forza fisica lui avrebbe potuto batterne tre insieme, capace com’era alla sua età di sollevare un sacco da un quintale e di trasportarlo sulle spalle per almeno cinquanta metri11 ». Le corps changeant est comme un équivalent matériel, concret, de l’expérience temporelle. Il est le support visible de la transformation dans le temps, mais également celui dans lequel on peut projeter un avenir. Il est vécu comme modifiable par les personnages eux-mêmes12, créant alors l’impression d’une vie à l’œuvre, où l’organisme semble vivant par la multiplicité de ses états, subis comme souhaités.

  • 13 Concernant la place du sport dans cette rénovation : Daphné Bolz, Les arènes totalitaires : Hitle (...)
  • 14 « E se davvero tutto cambiasse, tutta l’Italia, il lavoro, il commercio, l’industria con i proget (...)
  • 15 Ibidem, p. 49.

7Cependant, cette évolution de l’enfant en athlète, en force brute, n’est pas dissociable de la période dans laquelle Damín grandit. En effet, la politique mussolinienne de rénovation de l’Italie se dessine en arrière-plan à travers l’introduction par touches éparses d’un imaginaire collectif qui se dissémine13 et influence les personnages, visible dans les dialogues entre le père et le grand-père de Damín14. Ici, l’un des points cruciaux de l’écriture volponienne réside dans l’installation d’un décor et d’un imaginaire exerçant son pouvoir d’attraction sur ses personnages, mais de manière subreptice, et ce n’est qu’à l’évocation de certains éléments que l’on peut s’apercevoir de son empire. L’un des exemples les plus marquants est celui où Damín doit écrire une rédaction à l’école sur le thème des « destini grandiosi dell’Italia sotto la nuova guida di Roma », dans laquelle il introduit, « rovesciandone del tutto il senso, le verità d’Occhialini15 » – leçons antifascistes entendues à l’atelier du cordonnier – et où il décrit le Duce arrivant à Fossombrone pour féliciter un jeune sportif de sa victoire. Mussolini est alors représenté comme un être, un athlète, à adorer, construit sur le modèle du corps de l’amant de sa mère, Marcacci :

  • 16 Ibidem, p. 50-51. Nous soulignons.

Poteva per giunta confondere Marcacci con il duce […]. Poteva infine accostarsi a quel sentimento inconfessabile di ammirazione, di emulazione e anche di voglia di essere uguale, di compenetrarsi con quel capo […].
Il duce diventava alto e bello, con tanti riccioli neri che si scuotevano sui suoi sfolgoranti pensieri. Era un atleta vigoroso vincitore nei giochi e nella piazza, nello stadio e nell’arengo della politica e della strategia16.

  • 17 Roberta Vescovi, « Children into Soldiers : Sport and Fascist Italy », in James A. Mangan, dir., (...)
  • 18 Damín lit L’Avventuroso, et se tournera vers les histoires de Cino et Franco. Pour la propagande (...)
  • 19 Andrea Bacci, Mussolini, il primo sportivo d’Italia: il duce, lo sport, il fascismo, i grandi cam (...)

8Trois niveaux peuvent être distingués dans la mise en place d’un imaginaire de masse, pouvant prendre appui sur le corps et le sport. Au premier niveau, il s’agit de voir dans l’école une institution au service du pouvoir, les professeurs prodiguant aux élèves un enseignement modelé sur les ambitions de l’état fasciste – notamment à travers l’éducation sportive17 –, et donc participant à la diffusion de cet imaginaire. Sur un second plan, nous pouvons conclure qu’une telle représentation du Duce est l’effet d’une acculturation à l’imaginaire fasciste utilisé à travers divers moyens de propagande véhiculée par le cinéma et les fumetti18 puisqu’il s’agit d’une rédaction libre de Damín. Elle renvoie aussi à la construction de la figure de Mussolini comme « il primo sportivo d’Italia », largement diffuse dans la société19, d’où découle une fascination pour le corps du chef. Enfin, au niveau du village, c’est le corps même de Marcacci qui, en tant que représentant le plus proche du fascisme, impose une certaine vision du régime et de ses valeurs par sa présence physique. L’adoration du corps sportif du Duce, calqué sur celui de Marcacci, dévoile alors l’emprise de l’imaginaire du corps orchestrée par le pouvoir, ainsi que son étendue.

« Facendo di un lavoro, come di un gioco, una battaglia20 »

  • 20 ILG, p. 208.
  • 21 Ibidem, p. 50.
  • 22 Paolo Volponi, « Il tifoso è un suddito, lo sportivo un uomo libero » in Alessandro Gaudio, dir., (...)

9Les différentes figurations du corps sportif sont centrales pour comprendre l’acculturation de masse qui se déroule en arrière-plan du récit, et dont Damín subit l’influence alors même qu’il est en formation : au moment où Damín est encore porté par les discours antifascistes du cordonnier, la compétition sportive auquel il participe au chapitre IX montre la première affiliation au mouvement fasciste. Il s’agit pour le protagoniste de son « primo viaggio verso il mondo », de « la prima volta che Damín part[e] da solo, lasciando la famiglia e la città21 », et constitue donc un moment clé dans son parcours. Cependant, loin d’être une compétition amicale et une démonstration du sport comme une « libera attività22 », ce championnat est transformé par les paroles de Marcacci en affirmation de la puissance fasciste, avec comme fonction majeure d’exposer non pas des athlètes, mais des guerriers. Dans le bus menant les sportifs au stade, Marcacci dit :

  • 23 ILG, p. 95-96.

Sono io che vi comando. Voi dovete obbedirmi in tutto. Sappiate che io voglio vincere, e che voi quindi dovete vincere per forza, per me e per il fascio metaurense. Dovete dare tutto, sputare sangue. Dovete imporvi contro quelli delle città di Pesaro e di Ancona23.

  • 24 Ibidem, p. 98.
  • 25 Ibidem, p. 103.

10L’athlète se métamorphose en soldat, sous les ordres du chef militaire : il doit obéir, vaincre, et surtout se sacrifier pour le faisceau, jusqu’à « sputare sangue ». Et cette transformation en guerrier continue durant toute la compétition : à la fin du serment proclamé par Marcacci amorçant le championnat, Damín crie en cœur avec les autres sportifs « con tutta la forza della voce24 », et après avoir réussi son incroyable lancer le faisant accéder à la première place, Marcacci lui dit seul à seul : « Hai una spallata incredibile… e il braccio muscoloso e lungo. Potresti diventare campione nazionale ; andare alle Olimpiadi a difendere l’Italia25 ». L’athlète est alors au service du pays, comme le soldat défend sa patrie. Cet imaginaire du soldat est d’ailleurs lisible dans l’exploit de Damín qui, par trois fois, est interprété comme un record ayant une portée plus globale, par l’utilisation de l’expression « campione regionale, forse nazionale » par différents personnages. De même, le choix du lancer de javelot par Volponi nous semble se rapprocher de cette analyse, dans le sens où, étant construit à partir d’un imaginaire gréco-latin sur lequel nous reviendrons, le javelot est autant une arme qu’un instrument utilisé dans le cadre de la pratique sportive.

Les modèles de formation

11Une autre dynamique qui agit directement sur le personnage principal est celle de la figure du mentor, qui a un rôle considérable dans l’économie du récit. L’étude des formations reçues par Damín permet une nouvelle fois de mettre en avant l’importance du sport et du corps dans la formation, tout en dévoilant la construction de multiples discours et modèles auxquels Damín s’identifie.

Deux mentors…

  • 26 Notamment en raison des volontés politiques. Comme le dit Mauro Candiloro en parlant de « scuola (...)

12Le mentor, dans la tradition littéraire, est au cœur de l’éducation, de l’apprentissage du jeune héros encore nouveau dans le monde. Il lui apporte des connaissances, lui prodigue des conseils et lui enseigne une philosophie, permettant à l’élève d’évoluer. Il s’agit donc de grandir par l’autre, d’être reconnu par un personnage plus expérimenté. Ainsi, hors de l’institution scolaire, l’éducation se poursuit26 : Occhialini et Marcacci vont fortement influencer Damín dans son parcours mais dans deux directions opposées, construisant ainsi une puissante tension interne chez le héros, à l’instar d’un double-bind, mais aussi dans le récit à travers deux conceptions de l’éducation et de la vie antagonistes.

  • 27 Emanuele Zinato, ILG, p. XI.
  • 28 ILG, p. 29.

13Ami du grand-père de Damín, c’est d’abord Occhialini qui prend en charge le héros, dans son atelier où les enfants se rendent après l’école, pour l’écouter parler de ses expériences passées, de ses idées politiques ou encore des femmes. Il est une des figures de « pedagoghi populari27 », essayant de développer la conscience politique des enfants, considérant qu’à l’atelier, « vedono lavorare, cosa che fa sempre bene. È piuttosto la scuola che li frega28 ». Occhialini est d’ailleurs pleinement conscient de son rôle de mentor, d’enseignant populaire :

  • 29 Ibidem.

Occhialini si animava e coloriva il racconto con qualche libertà, ma senza mai diventare vago o superficiale perché era consapevole di stare facendo scuola e su cose di primaria importanza. Tutti quei ragazzi erano nell’età in cui si comincia a riconoscere il desiderio e in cui ci si prepara a dominarlo nell’attesa del primo incontro, della fatale, miracolosa occasione della prima volta29.

  • 30 Ibidem, p. 30.

14Ce qui lui permet de tenir des discours dévoilant les mécanismes du fascisme, son antifascisme allant de pair avec un discours libertaire et égalitaire comme dans son discours sur la jouissance des femmes : « Le donne debbono godere come gli uomini, e anche di più, per giustizia sociale e per compenso del partorire30 ».

15Et il s’inquiète dès qu’il voit Damín s’éloigner et se perdre dans le fascisme par le biais du sport :

  • 31 Ibidem, p. 110.

Si sentiva infervorato, maestro ma anche antagonista di quel ragazzo : che poi quella mattina aveva fatto gli elogi del fascio un po’ proprio da fascista. E non volle risparmiare più né il tono né le parole; che fossero pure pieni di indiscrezione e di offesa; che oltre a convincere facessero pure male: un male benefico per quel giovane accanito, cieco tra la famiglia e la scuola, già voltato verso il fascio, conquistato dallo sport e dall’organizzazione31.

  • 32 Ibidem, p. 57.
  • 33 Ibidem, p. 62.
  • 34 Ibidem, p. 100.

16Cette conquête par le « sport et l’organisation » est conduite par Traiano Marcacci, qui se trouve être l’amant de Norma, la mère de Damín. Cette relation adultérine découverte par Damín encore jeune crée un véritable trouble chez l’enfant, qui va à la fois voir dans le personnage masculin un ennemi, mais aussi un père de substitution. Leur relation se fonde sur le sport : alors que Damín fuit son groupe d’amis après s’être fait traiter de « figlio di puttana32 », il se dirige vers le stade et s’empare d’un javelot, et vise alors Marcacci situé à l’autre bout du stade : « Dall’altro lato del campo apparve Marcacci a torso nudo. Allora seguitò cieco ma con una veggenza che lo riempiva fino alle dita e indirizzò l’attrezzo contro quel conquistatore33 ». Après ce lancer, Marcacci prendra sous son aile Damín. Si leur rencontre se déroule en premier lieu sous le signe d’une rage vengeresse à l’encontre de celui qui a fait de sa mère « una puttana », Damín va rapidement assimiler le hiérarque à un modèle auquel s’identifier. Si l’enrôlement dans l’appareil fasciste est produit par le sport, cela ne doit pas être ici dissocié de la profonde fascination qu’il éprouve pour Marcacci : lorsqu’il remporte le championnat, le chef l’enserre, et la répulsion qu’il a envers Marcacci s’efface rapidement : « Damín stava doro, ma dopo un momento cedette e affondò la faccia tra i tiranti e le strisce di quell’abito fino alla spalla. [...] Damín lo accolse, cosciente di non provare la repulsione che si sarebbe aspettato34 ».

... aux méthodes opposées

  • 35 Ibidem, p. 51.
  • 36 Cette image renvoie à une scène entre Norma et Marcacci que Damín a pu apercevoir. Elle redouble (...)
  • 37 Gregory Lucente, « The Play of Literary Self-Consciousness in Paolo Volponi’s Fiction: Violence a (...)
  • 38 Face à l’incompréhension de Damín qui croit que toutes les femmes doivent jouir selon les précept (...)

17De fait, Marcacci est l’opposé d’Occhialini. Contrairement aux discours libertaires sur la jouissance des femmes, Marcacci se définit quant à lui dans la domination, visible dans les rapports qu’il entretient avec Norma, que Damín retranscrit dans la rédaction déjà citée : « Il duce Marcacci teneva l’Italia per le chiome, la incitava, la guidava e la nutriva35 » ; posture du mâle dominateur où la mère est devenue l’Italie tout entière36. En cela, il incarne parfaitement le fascisme, dans sa symbolique « phallique et sanguinaire » perpétuellement actualisée37 et par la sexualité qu’il instaure : à la sortie de la compétition, il récompense les athlètes d’un « premio collettivo » en leur permettant d’aller au bordel, ce qui est interprété par Occhialini comme l’essence même du fascisme38 :

  • 39 Ibidem.

Prima la festa militare, la parata...gli atleti pronti già come militari, allineati e convinti, istruiti e addestrati a ubbidire sempre. E poi il casino, il solito premio, il solito sfogo dei sottomessi... la solita chiavata di rivincita, da prepotenti39.

18Cette sortie au bordel est à comprendre à partir des moyens de formation offerts par les deux mentors. Marcacci est un maître à agir. Il introduit dans la vie du héros une dimension corporelle différente de celle proposée par Occhialini puisqu’il investit les corps de manière directe, contrairement au cordonnier. Si, dans ses discours, Occhialini est au cœur de tout un enseignement visant la reconnaissance des corps, de la jouissance partagée, Marcacci dépasse la parole par l’action, par une fascination pour la corporéité qui s’expose sous différentes formes : la performance sportive, la virilité exacerbée et la sexualisation des corps comme manière d’exister immédiate. Par la présence du chef fasciste se produit une valorisation du corps dans l’action comme objet à admirer, dans lequel s’engager, et non pas comme un simple objet à analyser. Cette corporéité pure est d’ailleurs plus forte dans l’esprit de Damín car il est lui-même obligé d’investir son propre corps : tout se joue dans l’action, la performance et la mise en mouvement. Dès lors, ce sont bien deux éducations antagonistes qui sont proposées à Damín ; une opposition qui se traduit d’ailleurs dans une métaphore sportive où deux camps éducatifs s’affrontent et où se ressent l’impossibilité d’une conciliation :

  • 40 Ibidem, p. 196. À ce moment du récit, Damín a quitté Fossombrone pour intégrer l’institut d’art, (...)

Arrivò a rimpiangere di non aver praticato con assiduità il lancio del giavellotto. Ma lo stesso campo sportivo, perfettamente piano e largo, gli sembrava ormai ostile, impraticabile per il suo corpo e per la sua testa aggrovigliati. Di qua e di là del campo stavano Occhialini e Marcacci che gli mandava segnali contrastanti, entrambi mostrandogli cordialità. Occhialini a un certo punto se ne andava, mentre Marcacci continuava a guardarlo40.

Du lancer au lanceur

  • 41 Fabrizio Scrivano, « Il gesto nella narrativa di Paolo Volponi », in Salvatore Ritrovato, Tiziano (...)

19Fabrizio Scrivano, questionnant le geste dans l’œuvre volponienne, s’interrogeait sur le choix du javelot pour ce roman41. S’il le renvoie à une culture visuelle propre au XXe siècle, il nous semble que le passage de l’acte même du lancer vers l’identification à la figure antique du lanceur de javelot concentre et cristallise les conflits internes déployés dans le récit, offrant une forme d’être au monde dans laquelle Damín se retrouve et se consume.

  • 42 ILG, p. 79.

20De fait, le geste sportif irrigué par un réseau de significations dense à travers le discours, se transfigure rapidement : du premier lancer, de ce geste primordial, découle une nouvelle identité pour le personnage principal. C’est par ce biais que Damín souhaite être reconnu par Marcacci : « Ardeva anche dal desiderio che Marcacci si rivolgesse a lui, che si ricordasse di quel prodigioso lanciatore di giavellotto42 », mais il permet aussi la reconnaissance par autrui, notamment par l’institution fasciste. Le proviseur de l’école, habillé en bersaglier, dit ainsi :

  • 43 Ibidem, p. 117.

Primato regionale, forse nazionale. [...] L’emulazione di Omero, l’empito classico versati nel latin sangue gentile. O acontistés… così in greco è detto il lanciatore di giavellotto. O acontistés, che vuol dire anche il lanciatore di dardi, lanciatore di sguardi, lanciatore di desideri,… lanciatore di se stesso. Ecco il nostro grande acontistés43.

  • 44 Emanuele Zinato, Volponi, Palermo, Palumbo, 2001, p. 66.
  • 45 Sans oublier son utilisation dans la propagande fasciste. Voir Laura M. Bechelloni, « Le mythe de (...)
  • 46 ILG, p. 184. On reconnaît ici également une figuration d’Œdipe avec ses cicatrices. Et c’est peut (...)
  • 47 Ibidem, p. 189-190.

21Comme l’écrit Emanuele Zinato, « il titolo stesso non è solo denotativo-enunciativo ma anche connotativo-ermeneutico44 », signifiant par là-même que la figure du lanceur de javelot, une fois irriguée de sens par le discours du proviseur, scelle le destin de Damín, comme programmé par ce titre qu’on lui donne : il sera sportif, voyeur, mais surtout le lanceur de lui-même lors de son suicide. Mais le terme d’acontistés permet également d’acter l’imaginaire gréco-latin, présent depuis le début à travers les prénoms et la figure d’Œdipe inscrite en filigrane45. Il trouve d’ailleurs un écho particulier lorsque Damín est à l’institut d’art car c’est à travers le prisme antique de la figure de l’acontistés que Damín se représente dans ses dessins, comme une statue « con e senza giavellotto, ferita sul ventre e sul collo, monca di un braccio, incerta sui piedi staccati, rotti, segnata alla caviglia di una gamba e allo stinco dell’altra dalla riga di una frattura46 ». Figuration également empreinte d’une sensualité, d’un érotisme, lorsqu’il se dessine en cupidon, en éros, le javelot s’étant déjà chargé d’une portée érotique métaphorisant le sexe du héros, à l’instar des symboles phalliques fascistes : « Un grande specchio mobile, sostenuto e manovrato da un cupido, da un ragazzo... da un atleta… da un lanciatore olimpionico di giavellotto47 ».

22Enfin, il devient « o acontistés, [...] ancora più sottili e veloci del fedele giavellotto », le lanceur qui n’a plus besoin de javelot. Cette ultime transformation marque la fin de la vie de Damín qui, après avoir tué sa sœur, se suicide. C’est peut-être ici l’unique moment où le personnage ne fait qu’un avec sa propre représentation, celle-ci étant toujours dévoyée ou ne se réalisant que par l’entremise d’un autre support (le regard d’autrui ou le dessin) :

  • 48 Ibidem, p. 217.

[S]ulla strada udì il fragore grandioso del proprio impeto e ne fu rincuorato, per l’ultimo gesto. Senza mai rallentare si presentò davanti alla metà del parapetto e quando riconobbe l’angolo che il muro faceva per seguire il restringersi della strada, sopra l’arcata più alta, spiccò il salto.
Cercò anche di mettersi in equilibrio nell’impugnatura di se stesso proprio come un giavellotto, per andare a cadere quanto più in là possibile nel buio, dietro a Vitina, dietro il nastro del suo fiocco disfatto48.

  • 49 Ibidem, p. 188.
  • 50 Paolo Volponi, « Il fuoco di una certa ricerca », entretien avec Serena Di Giacinto, in AA.VV., P (...)

23Ainsi, l’acontistés devient son identité propre, elle cristallise son corps, le fige tel « una bianca statua49 » dans un imaginaire inadapté à la fois fasciste, antique et artistique, et condense les conflits internes au récit dans une poétique du geste. L’impossible conciliation entre les modèles antifasciste et sportif et l’enfermement de l’enfant dans la figure du lanceur de javelot articulent et révèlent son incapacité à être au monde : « Cioè una formazione fatta in un ambiente fascista, cattolico che non consentiva alla gente di maturarsi liberamente50 ».

Top of page

Notes

1 Paolo Volponi, Il lanciatore di giavellotto, Torino, Einaudi, 2015 [1981], désormais abrégé en ILG.

2 Volponi explique ainsi ce choix : « Volevo richiamare l’importanza della fase di passaggio dall’adolescenza alla gioventù e dalla gioventù alla cittadinanza, intesa come momento nel quale l’individuo trova e precisa le proprie intenzioni e la propria possibilità di fare progetti ». Id., « Vi racconto una storia », Scuola e Territorio Quaderni, n°20, Assessorato alla Pubblica Istruzione, Comune di Rimini, 1984, p. 136-37.

3 « Come infatti già cursoriamente rilevato da alcuni critici, Il lanciatore di giavellotto non è solamente un Bildungsroman al negativo, ma anche – e forse soprattutto – una tragedia sul dolore universale », Gloria Scarfone, « L’uscita dall’idillio primigenio. Sul “Lanciatore di giavellotto” di Paolo Volponi », Italianistica, XLV, n° 3, 2016, p. 163‑175, p. 168.

4 « Il fascismo è la proiezione di una catastrofe interiore ». Alessandro Gaudio, Animale di desiderio: silenzio, dettaglio e utopia nell’opera di Paolo Volponi, Pisa, ETS, 2008, p. 77.

5 Gloria Scarfone, art. cit., p. 164 : « Il Lanciatore è stato relegato all’interno di quello che è possibile definire il filone “lirico” della produzione volponiana, le cui opere, secondo l’opinione più diffusa nella critica, finirebbero per accordare alla tematica psicologico-esistenziale uno spazio tale da far passare in secondo piano la problematica storico-politica ».

6 Ibidem.

7 Sur la mise en place d’une culture de masse fasciste à travers le cinéma, les fumetti et le changement opéré dans le monde du travail à l’intérieur du roman, voir Emanuele Zinato, ILG, p. X. Dans une optique plus historique et économique, voir aussi Lothar Knapp, Paolo Volponi - Literatur als Spiegel der Geschichte, Bielefeld, transcript Verlag, 2014.

8 « Dans la plupart des cas, le roman […] ne connaît que l’image du héros tout fait. […] À côté de ce type prédominant et très répandu, il y a un autre type de roman [...] qui présente l’image de l’homme en devenir. L’image du héros n’est plus une unité statique mais, au contraire, une unité dynamique », Mikhaïl Bakhtine, Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984, p. 226‑227. Souligné dans le texte.

9 Franco Moretti, Il romanzo di formazione, Torino, Einaudi, 1999.

10 Pour apprécier cette évolution concernant le roman de formation italien : Maria C. Papini, Teresa Spignoli et Daniele Fioretti : Il romanzo di formazione nell’Ottocento e nel Novecento, Pisa, ETS, 2007. Le sport est partie prenante de ce processus : Pierre Charreton, dans Les Fêtes du corps : histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France 1870-1970, Saint-Étienne, CIEREC, 1985, lie l’introduction du sport dans la littérature à sa valorisation et son institutionnalisation dans la société, à la redécouverte du corps et au renouvellement de la sensibilité au XXe siècle. Si l’auteur se focalise sur la France, nous faisons l’hypothèse d’un parcours similaire pour l’Italie.

11 ILG, p. 84-85.

12 « A casa si buttò avidamente sul cibo, evitando qualsiasi altra notazione. Ne mangiò più che poté, senza distinguerlo né gustarlo, solo pensando a riempirsi per fortificarsi. », Ibidem.

13 Concernant la place du sport dans cette rénovation : Daphné Bolz, Les arènes totalitaires : Hitler, Mussolini et les jeux du stade, Paris, CNRS Éditions, 2016.

14 « E se davvero tutto cambiasse, tutta l’Italia, il lavoro, il commercio, l’industria con i progetti di Mussolini? Bonifiche, città nuove, strade asfaltate, case popolari, scuole, sport, viaggi, ospedali », ILG, p. 75.

15 Ibidem, p. 49.

16 Ibidem, p. 50-51. Nous soulignons.

17 Roberta Vescovi, « Children into Soldiers : Sport and Fascist Italy », in James A. Mangan, dir., Militarism, Sport, Europe. War Without Weapons, London, Frank Cass, 2004, p. 169‑190.

18 Damín lit L’Avventuroso, et se tournera vers les histoires de Cino et Franco. Pour la propagande utilisée dans la bande-dessinée, voir Virginia Lobrano, « Soldat et propagande fasciste dans la bande dessinée des années trente », Italies, n° 19, 2015, p. 217‑227. URL : http://journals.openedition.org/italies/5239

19 Andrea Bacci, Mussolini, il primo sportivo d’Italia: il duce, lo sport, il fascismo, i grandi campioni degli anni Trenta, Torino, Bradipolibri, 2013. De même, lors d’un concours de dessin auquel Damín participe après avoir intégré l’institut d’art, celui-ci doit représenter une scène représentant un discours du Duce, puis un paysage dans lequel il introduit un portrait de Primo Carnera, le fameux boxeur fasciste à partir duquel le pouvoir s’est incarné dans le monde du sport, à travers une assimilation entre le corps du sportif et celui du Duce. Voir Daniele Marchesini, « Corps et pouvoir dans l’Italie fasciste : Mussolini, Carnera et les Italiens » in Sport, corps et sociétés de masse, Paris, Armand Colin, 2012, p. 91-104. Ainsi, il y a un triple corps du fascisme à l’intérieur du roman, redoublé selon des modalités de superpositions imaginaires et fantasmagoriques, entre Marcacci, Mussolini et Carnera.

20 ILG, p. 208.

21 Ibidem, p. 50.

22 Paolo Volponi, « Il tifoso è un suddito, lo sportivo un uomo libero » in Alessandro Gaudio, dir., Il linguaggio sportivo e altri scritti, Pollena Trocchia, Ad Est dell’Equatore, 2016, p. 79. Distinguant le sport comme activité libre et le sport comme spectacle, Volponi écrit : « Lo sport attivo è una forma di educazione e di partecipazione a una cultura. L’altro è un potere ». p. 81. Il nous semble que cette réflexion peut également s’appliquer ici.

23 ILG, p. 95-96.

24 Ibidem, p. 98.

25 Ibidem, p. 103.

26 Notamment en raison des volontés politiques. Comme le dit Mauro Candiloro en parlant de « scuola peri-istituzionale » : « Com’è noto, in epoca fascista il perimetro dell’istituzione scolastica è assai esteso, date natura e volontà di un regime totalitario ». Pour une analyse plus poussée de l’école et de la figure de la maîtresse dans cette œuvre : Mauro Candiloro, « Da custode a educatore : l’insegnante in Paolo Volponi », in Stefano Lazzarin et Agnès Morini, dir., Maîtres, précepteurs et pédagogues. Figures de l’enseignant dans la littérature italienne, Bern, Peter Lang, p. 269‑286, p. 273.

27 Emanuele Zinato, ILG, p. XI.

28 ILG, p. 29.

29 Ibidem.

30 Ibidem, p. 30.

31 Ibidem, p. 110.

32 Ibidem, p. 57.

33 Ibidem, p. 62.

34 Ibidem, p. 100.

35 Ibidem, p. 51.

36 Cette image renvoie à une scène entre Norma et Marcacci que Damín a pu apercevoir. Elle redouble également, par l’assimilation de Norma à un espace géographique, à un passage où la mère et l’architecture de la ville d’Urbino ne font qu’un.

37 Gregory Lucente, « The Play of Literary Self-Consciousness in Paolo Volponi’s Fiction: Violence and the Power of the Symbol », World Literature Today, vol. 61, no 1, 1987, p. 22-23.

38 Face à l’incompréhension de Damín qui croit que toutes les femmes doivent jouir selon les préceptes du cordonnier, Occhialini dénonce la condition de vie des prostituées, affirmant une relation intrinsèque entre bordel et fascisme : « Se no il fascio come faceva a nascere? È proprio nato lì dentro, in quel costume di dominio e di disprezzo, di pietà e di sfruttamento, di impotenza e di fanfaronaggine. », ILG, p. 107-108.

39 Ibidem.

40 Ibidem, p. 196. À ce moment du récit, Damín a quitté Fossombrone pour intégrer l’institut d’art, il n’a plus de lien avec Marcacci et Occhialini est en exil car Damín l’a trahi en lui tendant un piège, ne pouvant plus supporter ses « vérités » antifascistes.

41 Fabrizio Scrivano, « Il gesto nella narrativa di Paolo Volponi », in Salvatore Ritrovato, Tiziano Toracca et Emiliano Alessandroni (dir.), Volponi estremo, Pesaro, Metauro, 2015, p. 321-339, p. 331.

42 ILG, p. 79.

43 Ibidem, p. 117.

44 Emanuele Zinato, Volponi, Palermo, Palumbo, 2001, p. 66.

45 Sans oublier son utilisation dans la propagande fasciste. Voir Laura M. Bechelloni, « Le mythe de la romanité et la politique de l’image dans l’Italie fasciste », Vingtième Siècle, vol. 78, no 2, 2003, p. 111-120.

46 ILG, p. 184. On reconnaît ici également une figuration d’Œdipe avec ses cicatrices. Et c’est peut-être aussi une volonté de la part de l’auteur de créer une sorte de continuum imaginaire entre antiquité et présent : la plupart des représentations antiques du lancer de javelot sont des peintures sur amphores et vases, ce qui n’est pas sans lien avec l’art de la poterie, maîtrisé par le grand-père, et la métaphore perpétuellement renouvelée dans le récit du corps comme vase duquel Damín ne peut pas sortir.

47 Ibidem, p. 189-190.

48 Ibidem, p. 217.

49 Ibidem, p. 188.

50 Paolo Volponi, « Il fuoco di una certa ricerca », entretien avec Serena Di Giacinto, in AA.VV., Paolo Volponi : scrittura come contraddizione, Milano, Franco Angeli, 1995, p. 77.

Top of page

References

Bibliographical reference

Hugo Semilly, « « Potresti diventare campione nazionale » »Italies, 23 | 2019, 119-130.

Electronic reference

Hugo Semilly, « « Potresti diventare campione nazionale » »Italies [Online], 23 | 2019, Online since 03 March 2020, connection on 12 August 2020. URL: http://journals.openedition.org/italies/7084 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7084

Top of page

About the author

Hugo Semilly

Université de Poitiers, FoReLLIS EA 3816

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals