Skip to navigation – Site map

HomeNuméros23Sur le terrain : les arts rencont...Poésie et football

Sur le terrain : les arts rencontrent le sport

Poésie et football

Clémence Jeannin
p. 151-164

Abstracts

Le football devient un motif de la poésie italienne à partir des années 1930-40, au moment où Umberto Saba et Vittorio Sereni lui consacrent quelques brefs poèmes qui célèbrent voire idéalisent ce sport populaire. Leurs vers expriment non seulement la beauté spectaculaire du match de football mais aussi sa puissance émotionnelle et la forte cohésion collective que celle-ci engendre, malgré la persistance, pour le sujet lyrique, d’un sentiment d’exclusion ou de vacuité. Les aspirations et angoisses existentielles qu’éveille ce spectacle tendent alors à le faire apparaître comme le reflet d’une conscience individuelle et comme l’image du sort collectif de l’humanité. En analysant les prolongements de cette question dans la poésie des années 1960, on constate cependant que la dimension irrationnelle du football conduit à une approche poétique plus critique, en particulier dans les vers de Giovanni Giudici.

Top of page

Full text

  • 1 Benedetto Croce, Storia d’Europa nel secolo Decimonono, Roma-Bari, Laterza, 1932, p. 339‑345.
  • 2 Sur le rapport du futurisme au sport, voir Pontus Hultens, Futurismo e futurismi, Milano, Bompian (...)

1Il règne une certaine méfiance à l’égard du sport dans les milieux intellectuels italiens de la première moitié du xxe siècle, largement influencés par la pensée de Benedetto Croce pour qui le sport est répréhensible en tant que jeu contraire au sérieux et exercice physique opposé aux exercices de l’esprit, mais aussi parce qu’il fait partie de ces nouveaux loisirs urbains tenus pour responsables de l’uniformisation de la culture dans la société de masse naissante1. Rappelons cependant que les artistes futuristes, à rebours de cette condamnation, promeuvent dans les années 1910 une valorisation de l’athlète et un culte de la pratique sportive2. En 1913, le peintre futuriste Umberto Boccioni, avec le tableau Dinamismo di un footballer, donne ses lettres de noblesse à une nouvelle figure d’athlète, liée à l’essor de la pratique du football en Italie à partir des années 1910. Néanmoins, hors des rangs des avant-gardes, le sport en général et le football en particulier peinent à s’affirmer comme objets légitimes de la représentation artistique et littéraire.

  • 3 Umberto Saba, « Cinque poesie per il gioco del calcio », Canzoniere, vol. III (1933-1945), Tutte (...)
  • 4 Vittorio Sereni, « Domenica sportiva », Frontiera, Poesie, Dante Isella (éd.), Milano, Mondadori, (...)

2C’est seulement au début des années 1940 que paraissent plusieurs textes en vers consacrés au football, qui restera présent dans la poésie italienne au moins jusqu’aux années 1960. En 1934, Umberto Saba, peu après avoir découvert à Trieste l’ambiance effervescente des stades de football, compose les Cinque poesie per il gioco del calcio, incluses en 1945 dans l’édition définitive du Canzoniere3. À la fin des années 1930, le jeune Vittorio Sereni, amateur de calcio et tifoso de l’Inter, rédige un poème consacré au rituel du match dominical, intitulé « Domenica sportiva » et publié en 1941 dans Frontiera, son premier recueil4.

  • 5 Giacomo Leopardi, Canti, Torino, Einaudi, 1962, p. 45-49.

3Certes, les deux poètes peuvent s’autoriser de l’illustre précédent que constitue la chanson de Leopardi A un vincitore nel pallone, dédiée en 1821 à un célèbre champion de pallone col bracciale, variante italienne du jeu de paume5. Toutefois, la prise de distance vis-à-vis de ce modèle réside non seulement, pour Saba et Sereni, dans le choix d’une nouvelle discipline sportive, mais surtout dans le renoncement à la transposition historique et à la sublimation épique qui caractérisent le texte léopardien, où le jeu de pallone est transfiguré en entreprise guerrière et où l’athlète apparaît comme une réplique du héros militaire de la Grèce antique. Dans l’hommage que rendent Saba et Sereni au football, c’est le sport lui-même qui devient sublime et poétique, sans trouver l’origine de sa grandeur dans une réalité autre, plus digne ou plus noble.

Au cœur des tribunes

  • 6 Sur la démocratisation du football en Italie après la Première Guerre mondiale, voir Pierre Lanfr (...)

4Avant d’analyser plus précisément les modalités de l’écriture et de la représentation du calcio dans le corpus cité – que nous étendrons à titre secondaire à la poésie des années 1960 –, notons d’abord que le choix de célébrer le football semble inhérent à l’affirmation d’un positionnement dans le champ culturel. Alors que l’idéologie fasciste – dans le sillage du futurisme – glorifie la prouesse individuelle, Saba et Sereni s’intéressent à un sport collectif, mettant en valeur l’idéal d’union fraternelle qu’il symbolise. Il s’agit en outre d’un sport populaire qui fait vibrer les foules : en se représentant au sein de ce public populaire, le poète tente peut-être de mettre à distance une conception élitiste de son statut socio-intellectuel. En effet, tandis qu’avant la Première Guerre mondiale le football était un loisir urbain réservé à la bourgeoisie et limité au Nord-Ouest industrialisé de l’Italie, il se démocratise rapidement au début des années 1920 jusqu’à devenir une passion de masse. La pratique du football s’étend alors aux couches populaires, notamment ouvrières, et aux adolescents. La presse se fait l’écho de la popularité nouvelle du football et c’est à cette époque qu’apparaît le terme tifoso, révélateur de l’importance croissante du public6.

  • 7 Umberto Saba, « Il borgo », Cuor morituro (1925-1930), Tutte le poesie, op. cit., p. 324.

5Il n’est donc guère étonnant qu’Umberto Saba, dont la poésie manifeste souvent une attraction pour l’humilité, la sincérité et l’intensité de la vie du peuple, ait consacré à ce sport plusieurs poèmes, comme s’il exauçait ainsi son ancien désir « di vivere la vita / di tutti / d’essere come tutti / gli uomini di tutti / i giorni7 ». Dans les vers qu’il consacre au football, il insiste sur l’harmonie et la ressemblance qui unissent la figure du poète à la foule de spectateurs, plaçant d’emblée le « Je » au sein même de la multitude des tribunes, dans un rapport d’inclusion revendiqué :

  • 8 Ibidem, « Squadra paesana », p. 440, v. 1-5.

Anch’io tra i molti vi saluto, rosso
alabardati,
sputati
dalla terra natia, da tutto un popolo
amati8.

6Cette apostrophe souligne un lien multiple qui unit d’une part le sujet lyrique à la foule des spectateurs et aux joueurs, d’autre part les joueurs de la Triestina à Trieste, la terre-mère, et à son peuple. La structure chiasmatique de la syntaxe dans la seconde strophe et les participes passés isolés mais rimant entre eux dessinent un unique mouvement qui relie le territoire, le peuple et l’équipe. Cette union spontanée et symbiotique se trouve au cœur des cinq poèmes de Saba, comme en témoignent aussi les vers suivants :

  • 9 Ibidem, « Goal », p. 444, v. 7-9.

La folla – unita ebbrezza – par trabocchi
nel campo. Intorno al vincitore stanno,
al suo collo si gettano i fratelli9.

  • 10 Le poète souligne dans les vers suivants la beauté et la rareté d’un tel moment de cohésion et d’ (...)

7La joie de la victoire rassemble ici les spectateurs et les joueurs dans un mouvement de débordement à la fois émotionnel et spatial – traduit sur le plan métrique par l’enjambement – qui tend à annuler la distance entre les tribunes et le terrain, à la faveur de l’exaltation de la fin de match. Si Saba semble idéaliser le football, c’est surtout en raison de la fièvre collective qu’il suscite, de cette « unita ebbrezza » qui produit des moments d’intense communion fraternelle10.

8Au milieu de cette foule qui abolit toute individualité, Saba arrête son attention sur la partie la plus populaire du public, décrivant l’atmosphère du stade au moment où, au début du match, les joueurs se tournent vers les tribunes pour finir par saluer les secteurs où s’amassent les tifosi :

  • 11 Ibidem, « Tre momenti », p. 441, v. 1-6.

Di corsa usciti a mezzo il campo, date
prima il saluto alle tribune. Poi,
quello che nasce poi
che all’altra parte vi volgete, a quella
che più nera s’accalca, non è cosa
da dirsi, non è cosa ch’abbia un nome11.

9Le peuple apparaît comme une masse noire informe et indéterminée, à la fois inquiétante et fascinante. Le poète définit cet instant comme une expérience indicible, littéralement innommable, de sorte que la parole poétique, après s’être réduite à un bégaiement hésitant (que l’on note la multiplicité des répétitions dans ces vers), est contrainte à avouer son insuffisance, soulignant ainsi la force de l’impression produite par ce spectacle.

10Il s’agit alors pour Saba de vibrer avec la foule, de partager pleinement cette passion supportrice qui met en échec le langage, en manifestant toutefois un degré supérieur de conscience et de compréhension, revendiqué rétrospectivement par le poète lui-même dans Storia e cronistoria del Canzoniere :

  • 12 Umberto Saba, Storia e cronistoria del Canzoniere, Milano, Mondadori, 1963, p. 251.

Appena vide i rosso alabardati uscire di corsa nel campo fra il delirante entusiasmo della folla… il poeta si sentì perduto. […] Egli si entusiasmò per le stesse ragioni per le quali si entusiasmavano gli altri ; vi mise, di suo, una più chiara coscienza di quelle ragioni12.

11Dans cette autoanalyse, l’insistance produite par le polyptote sur la notion d’enthousiasme suggère un état de ferveur intense presque mystique qui confine au ravissement. Pourtant, cette ardeur du poète perdu dans la foule des tribunes est contrebalancée par l’affirmation d’une supériorité d’ordre intellectuel, comme si l’écrivain tentait de rétablir une différence, oscillant entre l’aspiration à une véritable communion avec le peuple et le sentiment d’une persistante distinction culturelle. Cette ambivalence est particulièrement perceptible dans les derniers vers de « Squadra paesana », le poème qui ouvre la section des Cinque poesie per il gioco del calcio :

  • 13 Umberto Saba, « Squadra paesana », Tutte le poesie, op. cit., p. 440, v. 19-21.

[…] V’ama
anche per questo il poeta, dagli altri
diversamente – ugualmente commosso13.

12La figure du poète est ici mise en exergue par le recours soudain à la troisième personne : le « Je » lyrique des premiers vers du poème a laissé place à cette objectivation du sujet scripteur, désigné désormais par sa profession et sa position sociale. Dans le dernier vers, les deux adverbes antithétiques sont simplement juxtaposés, séparés typographiquement par le tiret mais unis phonétiquement par la synalèphe, comme pour souligner en même temps le contraste et la proximité entre « il poeta » et « gli altri ». Tout concourt en somme à donner cette impression d’une irrésoluble hésitation entre l’égalité et la singularité, entre l’union et la distinction.

  • 14 Ibidem, « Goal »., p. 444, v. 18.
  • 15 Toute l’œuvre poétique de Saba a pu être interprétée à la lumière de cette tension entre la « col (...)

13L’idéal d’une union collective est par ailleurs relativisé par l’attention particulière que prête Saba au personnage du gardien, isolant cette figure sur le fond indistinct que forme le reste de l’équipe. Dans « Goal », le gardien de l’équipe victorieuse reste en retrait à la fin du match, près de ses cages, ne participant que de loin à l’allégresse générale. Toute la strophe qui lui est consacrée est construite autour d’une tension entre la position isolée du gardien, physiquement à l’écart, et la joie qui le rapproche en pensée de l’équipe et du public, jusqu’au dernier vers du poème qui exprime au discours direct l’impression que suscite son attitude : « Della festa – egli dice – anch’io son parte14 ». Le poète semble projeter dans ce personnage sa propre aspiration à faire sien l’enthousiasme populaire tout en restant en marge de la fête, entre tentation d’une fusion avec la foule et retrait solitaire15.

14On pourrait ajouter que la langue poétique de Saba semble également marquée par une forme d’ambivalence – ou d’équilibre – entre un lexique de registre plutôt courant et prosaïque, et un foisonnement de procédés métriques et syntaxiques qui accentuent la poéticité de la langue, suggérant ainsi la noblesse de cette passion populaire.

Fin de match

  • 16 Umberto Saba, Storia e cronistoria del Canzoniere, op. cit., p. 252.

15Le match de football représente pour Saba l’occasion de s’abandonner à l’expérience immédiate des sens, puisque le sport lui procure avant tout un plaisir esthétique, « il piacere visivo di uno spettacolo per se stesso bellissimo16 ». La partie de football est représentée comme un jeu de lumières et de couleurs que l’on pourrait qualifier de pictural s’il n’était pas animé d’un mouvement incessant :

  • 17 Umberto Saba, « Tredicesima partita », Tutte le poesie, op. cit., p. 442, v. 3-9.

E quando
– smisurata raggiera – il sole spense
dietro una casa il suo barbaglio, il campo
schiarì il presentimento della notte.
Correvano su e giù le maglie rosse,
le maglie bianche, in una luce d’una
strana iridata trasparenza17. […]

16La description du match se dissout ici dans une luminescence opaline presque irréelle car ce qui importe pour Saba est de saisir un moment de passage, c’est-à-dire de rendre perceptible l’imminence de la fin, à travers la course des joueurs dans le crépuscule. Dans les vers suivants, l’apparition de la Fortune aux yeux bandés comme personnification allégorique du vent qui dévie le ballon rend plus explicite la valeur métaphorique du poème. La fin du match et la fin du jour sont ensuite assimilées à une fin eschatologique, comme si le sort de l’humanité se trouvait condensé dans ce groupe de spectateurs et dans cet instant précis où tout semble prendre fin:

  • 18 Ibidem, v. 12-16.

Piaceva
essere così pochi intirizziti
uniti,
come ultimi uomini su un monte,
a guardare di là l’ultima gara18.

  • 19 Ibidem, v. 1.

17L’emploi impersonnel du verbe piacere et la mise en relief de l’adjectif uniti qui forme un vers à lui seul invitent à interpréter la signification profonde que Saba prête au football comme une quête de l’universel. À travers le sort identique des joueurs rouges et blancs soumis à la même fatalité aveugle, et celui du « manipulo sparuto19 » de spectateurs qui se réchauffent mutuellement, le match de football, dans cette atmosphère de joyeuse fin du monde, devient l’expression d’une destinée fondamentalement collective. On constate ainsi que, malgré la prépondérance de la perspective contemplative et la délicatesse des sensations restituées par Saba, le football ne se réduit pas à un spectacle saisissant mais devient l’image même de la vie ou, plutôt, son reflet idéalisé.

  • 20 Le sport est également représenté comme un spectacle saisissant, sonore et multicolore, dans le p (...)

18Chez Vittorio Sereni, cette signification existentielle est au premier abord éclipsée par une écriture descriptive et une attention aiguë au détail. La tendance à réduire le sport à un spectacle semble en effet radicalisée dans le poème « Domenica sportiva ». Le poète lombard adopte, comme Saba, l’optique des tribunes, pour restituer une intense expérience perceptive, visuelle et sonore20 :

  • 21 Vittorio Sereni, « Domenica sportiva », Poesie, op. cit., p. 9 (le poème est cité dans son intégr (...)

Il verde è sommerso in neroazzurri.
Ma le zebre venute di Piemonte
sormontano riscosse a un hallalì
squillato dietro barriere di folla.
Ne fanno un reame bianconero.
La passione fiorisce fazzoletti
di colore sui petti delle donne.

Giro di meriggio canoro,
ti spezza un trillo estremo.
A porte chiuse sei silenzio d’echi
nella pioggia che tutto cancella21.

  • 22 Cette périphrase n’est pas sans rappeler le « verde tappeto » du poème de Saba, « Squadra paesana (...)

19Dès les premiers mots du poème, le terrain est évoqué au moyen de la métonymie « il verde » qui révèle le statut privilégié de la couleur dans la représentation sérénienne du football22. Les contrastes chromatiques sont ensuite traduits par les adjectifs composés qui suffisent à désigner les équipes en présence (neroazzurri pour l’Inter, bianconero pour la Juventus), ainsi que par les métaphores nominales et verbales (« le zebre venute di Piemonte », « la passione fiorisce fazzoletti / di colore »). Les étapes du match sont par ailleurs scandées par différents sons, des cris d’encouragement (« un hallalì / squillato ») aux chants de supporters (« giro di meriggio canoro »), jusqu’au coup de sifflet final (« un trillo estremo »), comme si le match de football se transmuait en une sorte de représentation lyrique.

  • 23 On remarque à ce propos que, par rapport à la langue poétique de Saba, caractérisée par de nombre (...)
  • 24 Cette disparition du « Je » s’inscrit dans les « multiples formes d’absence, de silence et d’oubl (...)

20L’indétermination de l’origine des sensations, la multiplicité des raccourcis métonymiques et des détours métaphoriques ainsi que le lexique soutenu, dépourvu de termes sportifs mais riche de mots très littéraires (riscosse, hallalì, reame, canoro), dissolvent la représentation du match dominical en une évocation oblique et obscure23. Sereni estompe en effet la réalité référentielle du football dans une nébulosité sensualiste, en contractant le déroulement temporel du jeu qui se réduit à une série de notations isolées et accumulées. Cette dissolution a aussi pour effet de fondre les spectateurs et les joueurs en une seule et même multitude bigarrée et bruyante. On retrouve ainsi chez Sereni l’indistinction de la foule déjà observée chez Saba, comme symbole d’une communauté unie et compacte (à tel point que la foule, comme réifiée par sa densité, forme ici de véritables barrières). Mais à la différence du positionnement du « Je » dans la poésie de Saba, l’inclusion du sujet lyrique dans cette foule n’est pas soulignée explicitement mais plutôt suggérée par sa disparition, par son absorption complète dans la contemplation et dans le sujet collectif que représente le public24.

  • 25 Sur le thème du vide, central dans l’œuvre de Sereni, voir notamment Pier Vincenzo Mengaldo, Per (...)
  • 26 Vittorio Sereni, « Il fantasma nerazzuro », La tentazione della prosa, a cura di Giulia Raboni, M (...)

21En dépit de l’absence de réelle narrativité, Sereni s’attache à saisir la temporalité de ce spectacle ou plus exactement à rendre perceptible son caractère éphémère. Le contraste brutal entre les bruits du match et le silence du stade vide, une fois les portes refermées, ainsi que l’image finale de la pluie qui efface tout, soulignent la précarité de ce spectacle festif et des passions qu’il suscite. En insistant sur la vacuité qui succède à l’effervescence, le poète semble dénoncer le caractère illusoire du football, emblématique de la poétique sérénienne de la disparition ou de l’absence25. Cette interprétation est étayée par la lecture d’un texte en prose de Sereni publié en 1964 dans lequel il évoque ce moment singulier où la vision bouleversante d’une foule exceptionnellement unanime disparaît tout à coup pour laisser place à « un senso amaro di vacuità e quasi di rimorso non appena le gradinate si svuotano e l’enorme catino ormai silenzioso è l’immagine stessa dello sperpero del tempo26 ». Le match de football est donc pour Sereni à la fois un étourdissant spectacle et un vain divertissement, un miracle et un mirage. L’association de l’image du stade vide et du sentiment d’une perte de temps occupe également les vers centraux du poème « Altro compleanno », publié en 1979 dans le recueil Stella variabile. Le stade y est entraperçu de l’extérieur :

  • 27 Vittorio Sereni, « Altro compleanno », Poesie, op. cit., p. 266, v. 4-7.

un qualche spicchio dello stadio assolato
quando trasecola il gran catino vuoto
a specchio del tempo sperperato e pare
che proprio lì venga a morire un anno27

22La fin du match devient le symbole d’un laps temporel beaucoup plus long, comme si le temps de la partie de football n’était qu’une métaphore du temps de l’existence, de l’irrémédiable répétition cyclique de la vie (« e non si sa che un altro anno prepari », lit-on dans le vers suivant). Si les vers que Sereni consacre au football expriment la beauté esthétique d’un sport qui est avant tout un spectacle joyeux et festif, ils en soulignent aussi la caducité, comme si ce spectacle exacerbait le sentiment de la vanité et de la vacuité de l’existence et la conscience amère du temps qui passe.

Les larmes du gardien

23À rebours de la poétique futuriste, ce ne sont ni les exploits physiques ni la compétition acharnée qui fondent, pour Saba et Sereni, la beauté du sport : seule compte l’émotion pure, qu’il s’agisse du public ou des joueurs. Dans le poème « Goal », Saba s’attarde avec une certaine emphase lyrique sur la tristesse du gardien de l’équipe vaincue, diamétralement opposée à la joie du gardien de l’équipe adverse :

  • 28 Umberto Saba, « Goal », Tutte le poesie, op. cit., p. 444, v. 1-6.

Il portiere caduto alla difesa
ultima vana, contro terra cela
la faccia, a non veder l’amara luce.
Il compagno in ginocchio che l’induce,
con parole e con mano, a rilevarsi,
scopre pieni di lacrime i suoi occhi28.

  • 29 Voir George Lachman Mosse, The image of man : The creation of modern masculinity, New-York – Oxfo (...)
  • 30 Sur le rapport entre le sport et le milieu militaire en Italie, notamment pendant la période fasc (...)

24Les larmes du gardien littéralement atterré et la sollicitude de son coéquipier soulignent l’émotivité des joueurs et leur affectueuse fraternité, qui offrent un net contraste avec le modèle de virilité martiale promu d’abord par les futuristes puis par le régime fasciste à l’époque où Saba compose ce poème29. La politique mussolinienne encourage certes la pratique sportive, mais pour valoriser la performance physique dans une perspective belliciste, en favorisant par conséquent les disciplines qui peuvent constituer une préparation à l’entraînement militaire30. Le football n’en fait pas partie et, sans interpréter son idéalisation dans la poésie de Saba comme un geste antifasciste, on peut y voir une façon de soustraire la pratique sportive à la valeur militaire que lui attribue le régime.

25Saba restitue la beauté du football sans recourir à une rhétorique guerrière, sans faire référence à la violence du combat. Il célèbre plutôt le soulagement du match nul, au moyen d’une métaphore qui moralise le jeu et ses enjeux, définissant le but marqué contre l’équipe adverse comme une offense :

  • 31 Umberto Saba, « Tre momenti », Tutte le poesie, op. cit., p. 441, v. 13-16.

Festa è nell’aria, festa in ogni via.
Se per poco, che importa?
Nessun’offesa varcava la porta,
s’incrociavano grida ch’eran razzi31.

  • 32 « La vostra gloria, undici ragazzi, / come un fiume d’amore orna Trieste », Ibidem, v. 17-18.
  • 33 Dans le cas de Saba, cette restriction du sentiment patriotique à l’échelle de la ville s’expliqu (...)

26Le poète évoque la liesse collective en précisant qu’il importe peu qu’aucun but n’ait été marqué, louant davantage le jeu défensif que l’efficacité de l’attaque. Les rares termes empruntés au lexique militaire dans ce poème (« su e giù cammina come / sentinella », « e all’erta spia ») sont significativement employés pour évoquer le rôle du gardien, poste défensif par excellence, de sorte que les analogies militaires sont dénuées d’agressivité. Insistant plus sur l’union que sur la compétition, Saba compare le triomphe des joueurs à un fleuve d’amour qui orne Trieste32. Le nom de la ville clôt le poème, comme s’il s’agissait d’un hymne à sa gloire. Soulignons à ce propos que pour Saba comme pour Sereni, la passion du football ne cristallise aucun sentiment nationaliste mais va plutôt de pair avec un attachement affectif à une ville singulière, présentée dans les poèmes de Saba sous les traits, traditionnellement attribués à la patrie, d’une figure maternelle33.

  • 34 Ibidem, v. 11.
  • 35 Alfonso Gatto, « La partita di calcio », Tutte le poesie, Milano, Mondadori, 2017, p. 618-619, v. (...)
  • 36 Giovanni Giudici, « Viani, sociologia del calcio », I versi della vita, Rodolfo Zucco, Carlo Osso (...)

27Par ailleurs, dans les vers de Saba comme dans ceux de Sereni, l’énergie et l’émotion du football apparaissent comme une forme d’irrationalité ou d’instinctivité primitive. Les diverses analogies qui animalisent les joueurs en sont le principal indice : « una giovane fiera si accovaccia34 », écrit Saba à propos du gardien, tandis que Sereni assimile les joueurs à des zèbres : il s’agit dans les deux cas de bêtes sauvages, symboles d’une vitalité indomptable. Quoique dans des registres différents, Alfonso Gatto et Giovanni Giudici emploient de semblables analogies dans les vers qu’ils consacrent au football dans les années 1960. Dans une comptine humoristique et enfantine, Gatto raconte l’histoire de Boccaccio, un gardien déplorable qu’il tourne en dérision au moyen d’une métaphore animale : « [s]tava all’erta come gallo35 ». Dans un long poème qui évoque de célèbres footballeurs italiens, Giudici cite l’attaquant José Altafini qui tire « sgroppando nel rodeo dell’area36 ». Ces figures d’animalisation soulignent la vivacité impulsive et primordiale qui trouve à s’exprimer à travers le football.

28La primitivité irrationnelle qu’associe Saba au football est également liée à la jeunesse, réelle et symbolique, des joueurs et de certains spectateurs. Le poète, alors cinquantenaire, évoque l’insouciance des athlètes « [i]gnari », dont la jeunesse est avant tout une adolescence de l’esprit :

  • 37 Umberto Saba, « Squadra paesana », Tutte le poesie, op. cit., p. 440, v. 12-14

Le angosce,
che imbiancano i capelli all’improvviso,
sono da voi sì lontane37! […]

  • 38 Ibidem, v. 18-19.

29Leur vitalité est suggérée sur le plan phonologique par la répétition de la fricative /v/ (« Giovani siete, per la madre vivi / vi porta il vento a sua difesa38 ») et sur le plan métrique par l’irrégularité des vers et la fréquence des enjambements qui produisent un discours mouvementé. Dans « Fanciulli allo stadio », l’enthousiasme passionné des enfants qui, perchés sur un muret en bordure du terrain, assistent au match, éveille dans la mémoire du sujet lyrique un souvenir indéterminé :

  • 39 Ibidem, « Fanciulli allo stadio », p. 443, v. 7-10.

cari nomi lanciavano i fanciulli,
ad uno ad uno, come frecce. Vive
in me l’immagine lieta; a un ricordo
si sposa – a sera – dei miei giorni imberbi39.

30L’image de ces très jeunes tifosi qui crient le nom de leurs idoles a un pouvoir d’évocation tel qu’elle opère, dans la conscience du « Je » lyrique, un retour à l’enfance. À travers la projection dans ces figures de jeunes athlètes ou spectateurs, le football représente ainsi pour Saba une parenthèse d’ingénuité juvénile.

  • 40 Giovanni Giudici, op. cit., p. 99, v. 10-11.
  • 41 Ibidem, p. 101, v. 72-73.

31Trois décennies plus tard, à une époque où le monde du football a bien évolué, notamment en raison des flux financiers qu’il génère et de la vaste notoriété des joueurs professionnels, Giudici porte un regard plus critique sur ce sport, tout en soulignant la vivacité des émotions qu’il suscite, définissant le terrain « luogo / di emozione tremenda40 » dans son poème « Viani, sociologia del calcio ». Ce règne de l’émotion fait taire la raison (« Applaudiamo, stiamo ai patti, / non cerchiamo di capire41 ! ») et focalise l’attention des masses sur des préoccupations inessentielles :

  • 42 Ibidem, v. 64-67.

Tutto questo parlare di calcio
per non parlare di altro
– tutto questo per non guardare
l’essenziale del mondo42.

32Or les importantes sommes d’argent dépensées pour financer le football pourraient bien servir, précisément, à détourner l’attention de la population :

  • 43 Ibidem, v. 74-77.

Tutti questi quattrini per niente
certo nessuno li dà
– allora, se paga qualcuno,
qualcosa non va43.

  • 44 Notons à ce titre que de « Domenica sportiva », rédigé avant 1940, à « Altro compleanno », rédigé (...)

33Le football semble ainsi avoir perdu l’innocence que célébraient les poèmes de Saba dans les années 1930. Une poésie lyrique qui chanterait la beauté esthétique et morale du calcio n’est plus possible, et le football devient dès lors l’objet d’une poésie « sociologique », engagée et aux accents polémiques. Les modalités de représentation poétique du football se sont donc infléchies parallèlement à l’évolution de ce sport de masse44.

34La présence du football dans la poésie italienne paraît donc caractérisée par une série d’oscillations dialectiques. Si l’union extraordinaire de la foule constitue le motif le plus récurrent du corpus étudié, on a pu observer qu’elle est parfois contrebalancée, pour le sujet lyrique, par un sentiment d’isolement ou de vide. En outre, bien que Saba et Sereni adoptent la perspective des tribunes et malgré une approche contemplative qui traduit une attention privilégiée aux sensations, le football ne se réduit pas à un pur spectacle mais se dote, à la faveur de résonnances métaphoriques, d’une profondeur existentielle. Enfin, les poèmes cités évitent toute rhétorique militaire et valorisent plutôt l’émotion et la ferveur irrationnelle que produit le football, jusqu’à le faire apparaître comme une forme de retour à l’enfance ou à un stade animal de l’humanité ; mais cet aspect irrationnel du football conduit tantôt à son idéalisation, tantôt à sa dénonciation, comme en témoigne le contraste entre la poésie lyrique de Saba et la poésie presque satirique de Giudici.

Top of page

Notes

1 Benedetto Croce, Storia d’Europa nel secolo Decimonono, Roma-Bari, Laterza, 1932, p. 339‑345.

2 Sur le rapport du futurisme au sport, voir Pontus Hultens, Futurismo e futurismi, Milano, Bompiani, 1986.

3 Umberto Saba, « Cinque poesie per il gioco del calcio », Canzoniere, vol. III (1933-1945), Tutte le poesie, Arrigo Stara et Mario Lavagetto (éd.), Milano, Mondadori, 1988, p. 440-444 (ces poèmes furent publiés pour la première fois dans Umberto Saba, Parole, Lanciano, Carabba, 1934).

4 Vittorio Sereni, « Domenica sportiva », Frontiera, Poesie, Dante Isella (éd.), Milano, Mondadori, 1995, p. 9 (le poème fut initialement publié dans Vittorio Sereni, Frontiera, Milano, Edizione di Corrente, 1941).

5 Giacomo Leopardi, Canti, Torino, Einaudi, 1962, p. 45-49.

6 Sur la démocratisation du football en Italie après la Première Guerre mondiale, voir Pierre Lanfranchi, « La Première Guerre mondiale et le développement du football en Europe : l’exemple italien », in Yvan Gastaut et al., Le football dans nos sociétés, Autrement « Mémoires/Histoire », 2006, p. 135-145.

7 Umberto Saba, « Il borgo », Cuor morituro (1925-1930), Tutte le poesie, op. cit., p. 324.

8 Ibidem, « Squadra paesana », p. 440, v. 1-5.

9 Ibidem, « Goal », p. 444, v. 7-9.

10 Le poète souligne dans les vers suivants la beauté et la rareté d’un tel moment de cohésion et d’une telle intensité émotive : « Pochi momenti come questo belli, / a quanti l’odio consuma e l’amore, / è dato, sotto il cielo, di vedere. », Ibidem. v. 10-12.

11 Ibidem, « Tre momenti », p. 441, v. 1-6.

12 Umberto Saba, Storia e cronistoria del Canzoniere, Milano, Mondadori, 1963, p. 251.

13 Umberto Saba, « Squadra paesana », Tutte le poesie, op. cit., p. 440, v. 19-21.

14 Ibidem, « Goal »., p. 444, v. 18.

15 Toute l’œuvre poétique de Saba a pu être interprétée à la lumière de cette tension entre la « collettività alla cui vita il poeta aspira a fondersi », qui lui apparaît « come massa omogenea », et le constat d’une irrémédiable solitude : « la ricerca di salvezza individuale nell’abbraccio con la totalità della Vita residua continuamente scacchi e riconoscimenti narcisistico-dolorosi di una immedicabile solitudine […] », Pier Vincenzo Mengaldo, Poeti italiani del Novecento, Milano, Mondadori, 1989 [1978], p. 193-195.

16 Umberto Saba, Storia e cronistoria del Canzoniere, op. cit., p. 252.

17 Umberto Saba, « Tredicesima partita », Tutte le poesie, op. cit., p. 442, v. 3-9.

18 Ibidem, v. 12-16.

19 Ibidem, v. 1.

20 Le sport est également représenté comme un spectacle saisissant, sonore et multicolore, dans le poème « Buffalo » de Montale, rédigé à la même époque, et fondé sur l’évocation mémorielle d’un vélodrome parisien : « Un dolce inferno a raffiche addensava / nell’ansa risonante di megafoni / turbe d’ogni colore. / […] Udii gli schianti secchi, vidi attorno / curve schiene striate mulinanti / nella pista. », Eugenio Montale, « Buffalo », Tutte le poesie, Milano, Mondadori, 1984, p. 117 (poème initialement publié en 1939 dans le recueil Le occasioni).

21 Vittorio Sereni, « Domenica sportiva », Poesie, op. cit., p. 9 (le poème est cité dans son intégralité).

22 Cette périphrase n’est pas sans rappeler le « verde tappeto » du poème de Saba, « Squadra paesana », Tutte le poesie, op. cit., p. 440, v. 10.

23 On remarque à ce propos que, par rapport à la langue poétique de Saba, caractérisée par de nombreux procédés de manipulation syntaxique, les marques de la littérarité et de la poéticité de la langue sont davantage d’ordre lexical chez Sereni. Pour les deux poètes, le choix du football comme sujet de la poésie n’entraîne pas de prosaïsation de la langue : celle-ci reste soutenue et sans écart radical par rapport à la tradition poétique.

24 Cette disparition du « Je » s’inscrit dans les « multiples formes d’absence, de silence et d’oubli du sujet lyrique » que présente l’œuvre de Vittorio Sereni et qui sont analysées par Yannick Gouchan, « L’énonciateur textuel dans l’œuvre de Vittorio Sereni », Babel, n° 34, 2016, p. 207-233, mis en ligne le 15 décembre 2016, URL : http://journals.openedition.org/babel/4674

25 Sur le thème du vide, central dans l’œuvre de Sereni, voir notamment Pier Vincenzo Mengaldo, Per Vittorio Sereni, Torino, Aragno, 2013, p. 185-196, et Enrico Testa, Per interposta persona. Lingua e poesia nel secondo Novecento, Rome, Bulzoni, 1999, p. 59.

26 Vittorio Sereni, « Il fantasma nerazzuro », La tentazione della prosa, a cura di Giulia Raboni, Milano, Mondadori, 1998, p. 82-83.

27 Vittorio Sereni, « Altro compleanno », Poesie, op. cit., p. 266, v. 4-7.

28 Umberto Saba, « Goal », Tutte le poesie, op. cit., p. 444, v. 1-6.

29 Voir George Lachman Mosse, The image of man : The creation of modern masculinity, New-York – Oxford, Oxford University Press, 1996, en particulier le chapitre 8, « The new fascist man », p. 155-180.

30 Sur le rapport entre le sport et le milieu militaire en Italie, notamment pendant la période fasciste, voir Angela Teja, « Militaires et sportifs : une longue histoire », Confluences Méditerranée, 2004/3 (n° 50), p. 121-130 ; URL : https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2004-3-page-121.html

31 Umberto Saba, « Tre momenti », Tutte le poesie, op. cit., p. 441, v. 13-16.

32 « La vostra gloria, undici ragazzi, / come un fiume d’amore orna Trieste », Ibidem, v. 17-18.

33 Dans le cas de Saba, cette restriction du sentiment patriotique à l’échelle de la ville s’explique en partie par l’histoire et la géographie de Trieste, ville-frontière et ville cosmopolite. Saba avait déjà trente-trois ans quand Trieste est devenue italienne et même après 1921, Trieste était habitée par des populations italiennes, austro-allemandes et slaves.

34 Ibidem, v. 11.

35 Alfonso Gatto, « La partita di calcio », Tutte le poesie, Milano, Mondadori, 2017, p. 618-619, v. 4 (poème initialement publié dans le recueil Vaporetto, dont la première édition date de 1963).

36 Giovanni Giudici, « Viani, sociologia del calcio », I versi della vita, Rodolfo Zucco, Carlo Ossola et Carlo Di Alesio (éd.), Milano, Mondadori, 2000, p. 99-101, v. 33 (poème rédigé en 1963 et publié en 1965 dans le recueil La vita in versi).

37 Umberto Saba, « Squadra paesana », Tutte le poesie, op. cit., p. 440, v. 12-14

38 Ibidem, v. 18-19.

39 Ibidem, « Fanciulli allo stadio », p. 443, v. 7-10.

40 Giovanni Giudici, op. cit., p. 99, v. 10-11.

41 Ibidem, p. 101, v. 72-73.

42 Ibidem, v. 64-67.

43 Ibidem, v. 74-77.

44 Notons à ce titre que de « Domenica sportiva », rédigé avant 1940, à « Altro compleanno », rédigé dans les années 1970 (voir notes 26 et 27), les réserves exprimées par Vittorio Sereni à l’encontre du football se sont précisées et accentuées : l’idée du temps gaspillé devient en effet plus explicite. De façon significative, dans le deuxième poème, le vide du stade ne vient plus seulement clore l’évocation du match mais représente le seul véritable objet des vers de Sereni, tandis que la description du match de football lui-même en est désormais exclue.

Top of page

References

Bibliographical reference

Clémence Jeannin, « Poésie et football »Italies, 23 | 2019, 151-164.

Electronic reference

Clémence Jeannin, « Poésie et football »Italies [Online], 23 | 2019, Online since 03 March 2020, connection on 21 October 2020. URL: http://journals.openedition.org/italies/7184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7184

Top of page

About the author

Clémence Jeannin

Aix Marseille Université, docteur CAER, Aix-en-Provence, France

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search