Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Commentaires sportifsChronique des Jeux Olympiques par...

Commentaires sportifs

Chronique des Jeux Olympiques par Pasolini et Calvino

Sandrine Granat-Robert
p. 331-361

Résumés

Que veut dire sport en Italie dans les années du milieu du xxe siècle et, plus précisément pour des Italiens comme Calvino et Pasolini ? Les textes écrits par chacun à l’occasion des JO d’été, à deux olympiades de distance, peuvent nous éclairer sur la représentation que se fait du sport la littérature, en la personne de chacun de ces deux letterati et écrivains dont la carrière s’affirme peu à peu au cours des années 50-60. Ce travail a pour but d’examiner quelle place a été réservée à l’Italie et comment sont articulées littérature, politique, et réflexions sur le sport, dans ces articles de circonstance publiés au sein d’une presse idéologique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Richard Bloch, Destin du siècle, [1931], Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1996, p. 135.
  • 2 Nous écartons les textes romanesques des deux écrivains qui n’ont pas dédaigné les scènes sportiv (...)
  • 3 D’après Maria Antonietta Macciocchi, directrice de la revue, interviewée plus tard à ce sujet. L’ (...)

1« Sport, en anglais, veut dire jeu », a déclaré Jean-Richard Bloch dans sa « Note additive » intitulée « Sport et jeu1 », reprenant ainsi l’étymologie qui fait dériver le substantif anglais de l’ancien anglais disport et desport, eux-mêmes venant de l’ancien français déport qui avait le sens de plaisir, amusement. Si Bloch continue sa réflexion en développant ce que signifie sport en français dans les années 30, nous pourrions pour notre part nous demander ce que signifie sport pour les Italiens dans la deuxième partie du xxe siècle, au travers de deux écrivains italiens ayant écrit sur les JO modernes2 : Calvino et Pasolini. Le premier est parti à Helsinki en juillet 1952 pour le quotidien communiste l’Unità, le second acceptait avec enthousiasme3 de parler des JO de Rome en septembre-octobre 1960 pour Vie Nuove, une revue liée au PCI.

2Dans cet exercice imposé de chroniqueur, bien plus que de journaliste sportif au sens propre du terme qui rend compte par le menu de résultats chiffrés, comment s’en sont sortis les deux écrivains ? Quelle représentation ont du sport ces deux hommes de lettres ? À quelques 10-15 ans après le deuxième conflit mondial qui a vu se déchirer les nations et a meurtri les corps autant que les esprits, quel effet ont ces Jeux sur ces deux écrivains témoins d’un spectacle sportif mondial, avec son organisation particulière et ses résultats internationaux qui font se confronter les pays sur un autre plan que celui de la guerre : quelles réflexions en tirent-ils ? Que veut dire « sport » pour un homme de lettres, italien précisément, qui est au début de sa carrière et n’est pas particulièrement sportif comme Calvino, ou bien, au contraire, quand il l’est comme Pasolini ? Plus âgé que Calvino au moment où il écrit ses textes de circonstance, sur invitation (et non plus vraiment sur commande comme cela semble avoir été le cas pour Calvino), que dit Pasolini de l’événement mondial que constituent les JO de Rome et du sport, de sa relation à cette activité privilégiant a priori le corps et non l’esprit, huit ans après ceux d’Helsinki ? Bref, nous allons essayer de déterminer ce qu’avaient de particulier, les interventions de Calvino et Pasolini dans le monde du journalisme sportif.

3Commençons par faire un état des lieux de la présence de l’Italie ou des Italiens, dans les 10 articles écrits par les deux écrivains sur lesquels nous avons pu travailler, car le sport a été et est encore, en dépit des recommandations du baron de Coubertin, un domaine où s’affrontent les nations.

  • 4 Cf. note 1 de la lettre du 20/7/52 à Eva Mameli Calvino : à la fin de la citation d’une lettre à (...)

4Pour Calvino, sur dix articles annoncés dans une note de l’éditeur des Lettere, 1945-19854, nous n’avons pu travailler que sur sept articles parus sur les fameuses Terze pagine du célèbre journal communiste, fondé par Antonio Gramsci en 1924, consacrées à la culture et dont voici les titres : « Primo sguardo a Helsinki capitale delle Olimpiadi » (l’Unità, 19/07/1952 n. 187 p. 3), « Ritratto di Paavo Nurmi eroe dello sport e camiciaio » (l’Unità, 24/07/1952 n. 192 p. 3), « Numero fuori programma con la ragazza biancovestita » (l’Unità, 25/07/1952 n. 193 p. 3), « La fatica dei marciatori sulle strade d’ogni giorno » (l’Unità, 27/07/1952 n. 195 p. 3), « Il cuoco Guerino eroe senza gloria » (l’Unità, 29/07/1952 n. 197 p. 3), « Gli atleti sovietici e il segreto del successo » (l’Unità, 30/07/1952 n. 198 p. 3), « Salutiamo a malincuore il microcosmo di Helsinki » (l’Unità, dimanche 03/08/1952 n. 202 p. 3).

  • 5 Pier Paolo Pasolini, Racconti e Romanzi I (RR I), Milano, Mondadori, [1998] 2010, p. 1527-1541.
  • 6 Vie Nuove, 3 settembre 1960, puis in Pier Paolo Pasolini, op. cit, p. 1527-1531 ; Vie Nuove, 17 s (...)

5Les trois articles de Pasolini, d’abord parus dans la Revue Vie Nuove, ont été ensuite publiés dans le premier volume Romanzi e Racconti5, sous les titres : « Un mondo pieno di futuro », « Dramma sul filo », « Tradì i pattini per la bicicletta6 ».

  • 7 Dans une lettre à Eva Mameli, sa mère, du 25/7/52, Calvino se plaint du temps nuageux, quand il n (...)
  • 8 Pour 1908, Rome avait été choisie pour l’organisation de la IVe édition des JO d’été : elle décli (...)

6Après examen des titres, on ne peut pas dire que Calvino et Pasolini font la part belle à l’Italie : à part le nom du cuisinier de l’équipe olympique d’Italie auquel Calvino rend hommage, Guerino, il n’y a rien qui fasse penser à l’Italie ou aux Italiens. Ce seul hommage patriotique concerne non pas le sport mais la cuisine servie aux athlètes italiens. Ce choix nous fait voir les Jeux par le petit bout de la lorgnette. Outre le pittoresque du reportage, étendu à une incursion dans les services culinaires d’autres pays, on reconnaît là une méthode toute calvinienne : celle de l’ironie dans le regard, car le portrait du cuisinier, « eroe senza gloria », permet de remettre à l’honneur l’ordinaire (il faut bien manger) au service de l’extraordinaire (les futures performances des athlètes) ‒ veine qu’un article précédent sur l’athlète multi médaillé du pays hôte, Paavo Nürmi, « eroe dello sport e camiciaio », avait aussi exploité. On s’aperçoit que l’enthousiasme de Calvino est à l’opposé du chauvinisme et du « divismo » qu’entretiennent en général auprès de leur public les articles ou commentaires qui découlent de ces spectacles sportifs. Calvino, qui a dû se déplacer jusqu’en Finlande, ne fait montre d’aucune fierté italienne, même si par ailleurs il ne peut s’empêcher d’avouer ses difficultés à s’adapter au climat7. Pour ce qui est de Pasolini, rien de tel car les JO de 1960 se passent à Rome, sa ville d’adoption : on aurait pu s’attendre à quelques signes de fierté ‒ étant donné que ce sont les premiers JO d’été qui se passent en Italie8 ‒, et pourtant, les titres ne soulignent pas davantage un désir quelconque d’en tirer gloire.

  • 9 Ercole Gallegati, lutteur italien de 41 ans aux JO de 1952, (spécialiste de lutte gréco-romaine).
  • 10 Edoardo Mangiarotti, médaille d’or à l’épée, aux JO de 1952, cité dans l’article du 3/8/52 pour l (...)
  • 11 Francesco Musso, le boxeur médaille d’or des poids plumes, aux JO de 1960, cité dans la chronique (...)
  • 12 Ercole Baldini, cycliste sur route, vainqueur des JO de Melbourne en 1956, devant Kapitonov, le c (...)
  • 13 « A dire il vero, mi aspettavo, lungo i viali che portano allo Stadio Olimpico, il caos delle par (...)
  • 14 La seule marque d’antipathie que Pasolini laisse transparaître est dirigée contre les Allemands, (...)
  • 15 Par exemple « lo stadio Olimpico », la pizzeria « Marranella » dans la deuxième chronique, un éta (...)

7L’Italie et les Italiens occupent-ils une place plus importante dans les articles et chroniques des deux écrivains ? La réponse est négative : à part Dordoni, le marcheur, champion olympique des 50 kms, et unique figure italienne à laquelle est consacrée une grande partie de l’article de Calvino « La fatica dei marciatori sulle strade d’ogni giorno », les références à l’Italie et aux Italiens ne dépassent pas quelques mots ou quelques lignes. De maigres allusions à quelques autres noms de champions italiens comme Gallegati9, ou Mangiarotti10 pour Calvino ou, chez Pasolini, à Musso11, à quelques noms de très jeunes footballeurs fraîchement entrés à la nazionale italiana (Rivera et Rossano), et à Baldini12. Pasolini écrit d’ailleurs une première chronique dans laquelle prédomine son étonnement en entrant au Stadio Olimpico : habitué des stades de foot italiens, il ne retrouve pas l’ambiance populaire et chaotique des derbies fratricides Roma-Lazio par exemple, et note aussi l’étrangeté de cette situation, inédite pour lui. Il est un spectateur romain, perdu au milieu d’une foule internationale dans un stade romain : en clair, il se sent étranger parmi un public d’étrangers au sein d’un lieu qui ne lui est pas étranger. C’est un dépaysement qu’il ressent fortement et nous communique avec une pointe de regret concernant le manque de spontanéité de ce public international et trop huppé à son goût13. On aurait tort de prendre les annotations pasoliniennes sur la nature du public, très international et éduqué, propre aux JO, pour des manifestations hostiles aux étrangers accourus des quatre coins de la planète. Pas de dénigrement à l’endroit de ce public, mais bien plutôt l’expression d’une sympathie14, outre l’étonnement sincère et amusé de la part du tifoso, passionné de sport et non moins expert dans l’observation de certains milieux clos ou bien délimités15. Plus qu’une analyse, cette description des gens du stade se présente comme un diario, dans lequel le narrateur conduit une sorte d’autoanalyse: la personne même de Pasolini se retrouve, au centre, et à l’origine de chaque chronique qui commence par une phrase à la première personne. L’événement sportif est prétexte à une introspection avant de se transformer en questionnement et réflexion sur le sport.

  • 16 Pasolini parle même de « municipalismo ». Le « provincialismo » est un mal assez typiquement ital (...)

8Pour revenir à la question du chauvinisme, une fois bien analysé son sentiment de dépaysement dans la première chronique, la description émerveillée de la cérémonie d’ouverture et l’allusion peu flatteuse au discours de bienvenue du ministre Andreotti, (décevant aussi bien l’écrivain qu’une partie des spectateurs présents, par son provincialisme16), ôtent tout soupçon à l’égard de ce dernier. Il en va de même des deux autres chroniques qui ne sont pas le prétexte à des discours centrés sur les performances sportives italiennes, comme nous le vérifierons.

  • 17 Cette expression du serment olympique, écrit par le baron de Coubertin, sera remplacée en 1964 pa (...)

9Comment peut-on si bien échapper à une tendance chauviniste et au fanatisme sportif, assez typiques des journalistes, concernant les athlètes de son propre pays ? Comment expliquer cette omission, ou ce silence ? Est-ce le signe d’un manque de patriotisme de la part de ces écrivains italiens ? N’oublions pas que, jusqu’en 1960, le serment olympique comprenait l’expression « pour l’honneur de nos pays » qui ne choquait personne et confortait même dans l’idée que les JO étaient un moyen de faire s’affronter les nations dans le stade, lieu sacré, au lieu de le faire sur le terrain réel de la guerre17. Calvino et Pasolini, se sont très peu réjouis publiquement des performances italiennes, alors que l’Italie termine 5e des JO de 1952, et 3e de ceux de 1960, derrière les États Unis et l’Urss. Si l’Italie n’est pas mise à l’honneur dans leurs articles, qu’est-ce que cela signifie : cela a-t-il profité à quelque autre pays ? Nous pouvons répondre sans hésiter : oui. Cela a profité à l’Urss, même si la plupart des titres n’en témoigne pas à première vue.

  • 18 Dans le serment de l’athlète, prononcé pour la première fois en 1920, « l’esprit de sportivité » (...)
  • 19 Calvino termine son premier article du 19/7/52, en rapportant, en style télégraphique, quelques n (...)
  • 20 « Il regolamento delle Olimpiadi non ammette classifiche ufficiali per nazioni: è l’uomo che cont (...)

10Plusieurs raisons peuvent l’expliquer. Tout d’abord, il y a le fait que l’esprit olympique prône une attention aux valeurs du sport, véhiculées par sa pratique, et à la valeur de l’individu en lui-même, et non à celle de la nation à laquelle il appartient18. Calvino s’y réfère au moins à deux reprises, quand il affirme dans les conclusions de ses deux premiers articles, la valeur éducative universelle des JO19. Toutefois, avec le temps, Calvino ne peut s’empêcher de passer outre ces idéaux de partage et de fraternité entre les peuples, de modestie et de sagesse individuelles, en établissant des distinctions et des hiérarchies en faveur de certains pays, surtout dans ses deux derniers articles : si le règlement olympique désavoue les classements qui font apparaître la supériorité d’une nation sur une autre, comme le rappelle Calvino pour se dédouaner, la plupart des journaux établissent des classements par nations20. Et Calvino de s’intéresser même, et avant tout, à certains individus plus qu’à d’autres, issus en majorité des Démocraties populaires ; puis, les victoires de celles-ci l’y aidant, il ne se prive pas de vanter la supériorité des nations de l’Est, en omettant les résultats sportifs italiens. Il en va de même des figures de sportifs auxquelles il s’intéresse.

  • 21 Des lutteurs soviétiques, comme nous le précise lui-même Calvino dans son premier article du 19/7 (...)
  • 22 Adolfo Consolini, célèbre discobole italien, médaille d’or aux JO de Londres de 1948, et médaille (...)
  • 23 Dans le dernier article trouvé, du 3/8/52, Calvino répète l’aveu de son inexpérience en matière d (...)
  • 24 Article de l’Unità, du 19/7/52.

11Ce tropisme apparaît subrepticement, dès le premier article, avec le rapide portrait de l’athlète russe, spécialiste du lancer du disque, Nina Dumbadze, suivi de l’évocation de deux autres figures : Mazur et Iguridze21. Calvino interviewe l’athlète soviétique Nina Dumbadze sans même savoir qui elle est et c’est elle qui parle de Consolini22, son homologue masculin, italien, cité donc en passant, dans cette chronique où le pittoresque est alimenté par l’étonnement ‒ le noviciat de l’écrivain dans le monde journalistique et sportif est avoué par Calvino sans complexe23. Ainsi, remarquons que si fierté et enthousiasme patriotiques il y a, ces sentiments passent par les mots de l’athlète soviétique qui rend hommage à un Italien : « Dire “Italia” in ambiente olimpionico e sentirsi rispondere: “Ah, Consolini” è quasi normale; ma diventa entusiasmante se ce lo dice la Dumbadze, nota lanciatrice come lui24 ».

  • 25 De Coubertin affirme dans son Discours prononcé en Sorbonne, en présence de Raymond Poincaré, à l (...)

12Le portrait du coureur finlandais de fond, Paavo Nurmi, dans la deuxième chronique, offre à Calvino une belle occasion de croquer un personnage hors de l’Union soviétique ‒ la Finlande est indépendante de la Russie depuis 1917, et neutre après la Seconde Guerre Mondiale. Si Calvino adopte le même ton que celui consacré au portrait de Nina Dumbadze, c’est pour souligner les valeurs universelles du sport déjà préconisées de Coubertin, lesquelles sont à mettre sous le signe de la santé et de l’équilibre entre le corps et l’esprit, ou plus précisément le corps et la morale dans une vie en société harmonieuse25. À la gloire du héros retourné dans l’anonymat au moment de sa retraite sportive, après ses nombreuses victoires dans les années 20, ce second article de Calvino fait l’éloge d’un athlète de légende qui redevient un homme ordinaire, commerçant de chemises, comme Calvino le souligne : après avoir enflammé la vasque olympique, le héros sportif, sorte de demi-dieu pour les Finlandais, s’en va en gravissant de petits escaliers longeant les tribunes, se fondant dans la masse. L’évocation du tour de piste de l’athlète de 55 ans pour aller allumer la vasque olympique s’apparente au dernier tour de piste de l’artiste, dans la communauté des humains, dans lequel Calvino voit « un insegnamento di modestia e di saggezza », comme il le dit en terminant son article, qualités que le jeune écrivain communiste s’emploie à retrouver principalement chez les sportifs issus des pays communistes.

  • 26 « A tutta prima non avevo capito che era lei. Della Dumbadze avevo visto alcune fotografie nell’a (...)
  • 27 Article de l’Unità du 19/7/52.

13Calvino avait insisté sur la simplicité et la banalité de la vie de la sportive russe, Nina Dumbadze, épouse d’un ingénieur et jeune mère au foyer. Cette normalité avait empêché, dans un premier temps, Calvino de reconnaître l’héroïne sportive ; il assume son incompétence, influencé qu’il était par le souvenir d’une statue qui la représentait « en majesté26 ». Même chose pour l’athlète finlandais qui retourne à la vie réelle, et dont Calvino connaît en revanche la vie modeste sans lien avec le sport. Les héros sportifs sont des personnes normales et humbles qui savent associer corps et esprit, corps et morale : des valeurs qu’il faut allier, comme Calvino ne cesse de le répéter. Pour lui, le sportif olympique est l’emblème d’un équilibre, d’une « eurythmie » pour reprendre le terme de Coubertin, entre corps et esprit, à savoir l’illustration de la devise mens sana in corpore sano. Omniprésente, même si elle n’est jamais citée expressément, cette devise irradie le discours calvinien qui étaie ainsi ses arguments et varie ses effets : à l’idéal d’équilibre intime, corps-esprit, de l’individu, correspond un idéal de paix entre les pays. Et l’Urss, malgré les relents de guerre froide, en est le chantre, par l’intermédiaire de ses sportifs interviewés. La conclusion déjà citée du premier article de Calvino, d’un lyrisme extrêmement convenu, a été préparée très certainement par les propos diplomatiquement mesurés de Nina Dumbadze : « Sono certa che le Olimpìadi saranno una grande manifestazione per la pace ‒ mi ha detto Nina Dumbadze ‒ e mi propongo di vincere perchè i buoni risultati consolidano concretamente la pace27 ».

  • 28 Selon le tableau final des médailles pour ces JO, l’Urss et la Hongrie, pays satellite, s’adjugen (...)

14Il serait injuste de dire que l’idée de paix et d’union passe complètement au service de l’esprit prosoviétique du jeune Calvino. Son premier article est d’un rare lyrisme sur le pacifisme inné des athlètes olympiques américains qui rendent visite à leurs homologues de l’Est et ignorent le « rideau de fer » instauré par l’organisation même des Jeux à Helsinki, qui a séparé les sportifs en deux villages selon leur appartenance à une démocratie populaire ou non : Otaniemi, pour le bloc oriental, et Kapyla, pour le bloc occidental. Les idées de paix et d’union, de coexistence harmonieuse et d’acceptation de l’adversaire, de fraternité entre athlètes de pays différents et même opposés politiquement, sont un avatar, bien commode en pleine guerre froide et au sortir de la Seconde Guerre mondiale, de l’idée de mens sana in corpore sano appliquée à l’origine à un individu : sa transposition au niveau d’une nation entière n’est sans doute pas l’exclusivité de la fédération de républiques populaires et de ses pays satellites. Mais il n’en demeure pas moins que Calvino adopte un discours d’un lyrisme très partisan et sans ambiguïté, quand il s’agit d’expliquer dans son article du 30/7/195228 les raisons du succès des athlètes soviétiques et hongrois qui s’adjugent une supériorité indiscutable sur les Américains en gymnastique. Par précaution, Calvino avertit son lecteur avant de disserter sur les secrets des victoires soviétiques et les sens du sport.

  • 29 En italien, on a deux expressions nuancées : « il dilettantismo finto » et « il dilettantismo di (...)
  • 30 Article de l’Unità du 19/7/52.
  • 31 Article de l’Unità du 30/7/52.
  • 32 Pour évoquer encore Nina Dumbadze, dépassée par une de ses compatriotes, article de l’Unità du 3/ (...)

15L’article fait allusion au phénomène de ce qu’il a été convenu d’appeler le « dilettantismo di Stato29 », ou un amateurisme subventionné par un État complice de l’athlète repéré pour représenter les couleurs de son pays. Calvino en fait l’apologie, mais sans le nommer, quand il s’agit de démontrer la supériorité du système soviétique pour fabriquer des champions, populaires et sains de corps et d’esprit ; il le critique, ou du moins le déprécie selon des arguments empruntés à la rhétorique marxiste, quand il s’agit des Américains. Ce parti-pris se cristallise dans le choix des expressions concrètes et contrastées, « dal basso in alto » et « dall’alto in basso » qui caractérisent les deux sens du sport, où se mêlent processus sportif et signification politique, selon une logique calvinienne qui emprunte à la rhétorique dialectique du langage progressiste. Face à l’élitisme capitaliste américain, Calvino oppose la massification du progrès communiste : des gymnases et stades populaires à la portée de tous les travailleurs soviétiques qui les construisent eux-mêmes et prolongent, soi-disant, leur journée de travail par des exercices physiques correspondant à la fois à la détente corporelle de l’individu, après la dure journée de travail qui met à l’épreuve son corps, et à un signe positif de productivité du pays. Images d’Épinal qui promeuvent et élèvent l’homme du peuple, favorisent son développement physique et moral, d’après la propagande du système soviétique, les expressions imagées ne manquent pas pour qualifier les ressortissants sportifs des pays de l’Est : « gigante bonaccione30 », « questi giovanottoni di tipo contadino, dalle grosse spalle [...] dallo sguardo chiaro, [...] queste bionde e ben piantate ragazze31 » ou « così signorile e dolce che ci si dimentica di aver di fronte una tale gigantessa32 ». Face à celles-ci, les qualificatifs pour les athlètes américains (issus des « collèges universitaires » qui repèrent et choisissent leurs athlètes d’exception parmi leurs étudiants les plus jeunes, et qui n’ont souvent d’étudiants que le nom, selon le système américain d’un autre modèle de « dilettantismo di stato »), font pâle figure, malgré les efforts d’impartialité de Calvino qui loue toutefois la capacité des Américains à sélectionner les meilleurs sans discrimination de couleur : plus aucune expression imagée ni aucun qualificatif sous la plume calvinienne, à part ceux qui définissent la couleur des cheveux et soulignent la caractéristique originelle des athlètes issus du melting pot américain.

  • 33 l’Unità, 30/07/52 n. 198 p. 3.

16Tout à l’éloge des sportifs de l’Est, Calvino semble ignorer que ces champions le sont parce qu’ils s’entraînent beaucoup et sont payés pour le faire. Contrairement à Pasolini, le jeune auteur passe complètement à côté du sérieux débat sur l’amateurisme-professionnalisme des athlètes qui a agité les JO dès leur re-création. C’est en lien avec la devise latine qu’il avait été décidé de créer les JO modernes : l’idéal sportif est une pratique sportive amateur, où les exercices du corps profitent à l’esprit de façon désintéressée, autrement dit où l’argent n’a pas sa place ; et donc l’athlète qui tirerait des avantages financiers, comme on le fait de tout autre profession, est banni de la compétition. Le Comité olympique eut une position discutable et hypocrite : Calvino aurait pu la discuter car même le Finlandais Nurmi en a été victime (il a été suspendu en 1932 pour amateurisme marron, comme d’autres, parmi lesquels le Français Jules Ladoumègue). Calvino ne l’a pas fait, ou il l’a fait de manière très partisane, dans son avant-dernier article « Gli atleti sovietici e il segreto del successo33 ».

  • 34 Nous renvoyons à l’article sur la clôture des JO, du 3/8/1952 : dans sa conclusion, Calvino regre (...)

17Le sport, et les Jeux Olympiques qui en sont la manifestation suprême, ne sont pas un jeu ni une distraction quelconque pour Calvino, envoyé par le directeur du journal italien communiste : ils sont le vecteur d’une morale et d’une idéologie en faveur des pays de l’Est, qu’il faut marteler. Le sport ne détourne pas de la politique : il peut être idéologique. Les fascistes et les communistes y ont vu un moyen d’enrégimenter les jeunes notamment. Et la presse révolutionnaire, comme l’Unità, trouve là un bon moyen de vendre mais surtout de répandre des idées portées par de beaux corps sains et entraînés pour la performance. Les corps massifs des sportifs soviétiques sont les soutiens d’un corps politique qui cherche à délivrer un message subliminal à ses lecteurs. Ces corps sont regardés de l’extérieur et comme intellectualisés, par le jeune écrivain qui ne pratique aucun sport mais ne cesse d’en souligner l’aspect éducatif et exemplaire ‒ « insegnamento » est un des maître-mot des conclusions calviniennes à propos des JO. Calvino a « roulé » ici très manifestement pour un parti bien plus que pour le sport et ses problématiques spécifiques34.

  • 35 De nombreux pays, et pas seulement les dictatures fascistes, nazies ou communistes, maquillent le (...)

18Pourtant l’amateurisme versus le professionnalisme des athlètes est le problème numéro un des JO qui s’est prolongé jusque dans les années 1980. On sait que presque tous les pays ont aidé et entretenu leurs athlètes, tout en les couvrant pour éviter les polémiques ou risquer les exclusions35 ; cela n’a pas été le cas de tous les pays ‒ certains athlètes en ont fait les frais. Ainsi, si les athlètes italiens ne brillent pas par leur présence dans les articles calviniens, c’est à cause d’un tropisme pro-soviétique, de bon ton quand on écrit dans l’organe de presse du parti communiste. L’internationalisme olympique se confondrait-il ici avec l’internationalisme prolétarien ? Proche du système communiste, l’idéal du sport olympique, par son esprit de partage, de solidarité et de fraternité, semble un modèle bien utile à opposer aux démocraties capitalistes occidentales tournées vers la concurrence, la compétition et l’individualisme. L’absence de sentiment patriotique chez Calvino n’est donc pas tant due au respect de l’esprit olympique, internationaliste, qu’à celui du parti auquel il appartient, et pour lequel Calvino fait ouvertement de la propagande.

  • 36 Article de l’Unità du 30/7/52.
  • 37 Cf. les verbes à l’impératif ou non : « cantate pure », « vi prego, riflettete [...] voi sapete » (...)
  • 38 Dordoni est la seule médaille d’or italienne en athlétisme.
  • 39 « Facciamo un po’ di autocritica », est-il annoncé parmi les sous-titres de l’article du 30/7/52.

19Calvino s’est d’ailleurs imaginé hélant dans les gradins des spectateurs américains auto-satisfaits qui applaudissent les exploits de leurs athlètes : « Giovanotti con l’ ‘Union Jack’ ricamata sul taschino, sorridenti ragazze sicure del vostro ‘glamour’, cantate pure con contentezza il vostro inno ogni volta che le stelle e le strisce salgono sul pennone [...]36 ». L’apostrophe est maladroite, la position de Calvino et sa transcription un peu ridicules car cela fait penser à un règlement de compte qui vire au dépit. L’écrivain termine cet avant-dernier article par un monologue partisan et moralisateur : outre les apostrophes artificielles et répétées37, le pseudo-échange, digne d’une harangue politique, indique ce qu’il faut penser, au rythme d’une abondance de déitiques (« questo/i/e »), outils de persuasion, au service d’une propagande, et servant ici à montrer où se trouvent les évidences, la seule vérité possible dont Calvino se fait le héraut ‒ lui qui vient d’écrire un apologue sur l’équilibre entre le bien et le mal, sur l’incomplétude humaine dans le Vicomte pourfendu... À la fin, Calvino revient sur le sport italien et les maigres résultats en athlétisme38, mais c’est pour proposer une « autocritique39 », méthode communiste s’il en est !

  • 40 Calvino n’avait-il pas imaginé dans un article de 1948, « La partita che non ho visto », rendre c (...)

20Quelles conclusions tirer du traitement des JO par Calvino, et du problème particulier de l’amateurisme éthique abordé avec un parti-pris certain et un lyrisme frisant parfois le ridicule ? En fait, il a regardé le sport de l’extérieur, comme un étranger qu’il était à la fois au pays et aux différentes disciplines sportives. Il a intellectualisé ce problème crucial des JO, en en faisant un vecteur de morale, communiste, car il est inféodé au parti auquel il adhère. Son travail temporaire de journaliste au quotidien l’Unità l’a conduit à écrire dans un domaine inconnu de lui : il n’est pas connu pour être sportif ni supporter40, et les critiques cherchent encore à s’expliquer cette curieuse proposition qui lui a été faite par le directeur de l’Unità. Pour toutes ces raisons, nous pouvons affirmer que Calvino perçoit le sport non comme un jeu ou une distraction mais plutôt comme un devoir et une affaire de morale en rapport avec l’idéologie à laquelle il adhère. Sa plume littéraire a été utilisée comme vecteur de propagande à la solde d’une idéologie alors en plein essor, participant ainsi du soft power que peut représenter le sport sur l’échiquier international au sortir de la Seconde Guerre mondiale, afin de vanter la primauté du bloc soviétique, tant dans ses valeurs, que dans la bonne santé de ses habitants. Le corps des sportifs, la solide santé qui s’en dégage ‒ les problèmes de dopage ne sont pas encore à l’ordre du jour ‒ est là pour servir une idéologie précise en quête de légitimité.

  • 41 Pasolini a fait du sport toute sa vie et a été un spectateur passionné de cyclisme, de boxe, de f (...)
  • 42 Pasolini a été exclu du parti pour des histoires de mœurs en 1949, mais il en demeure proche, pre (...)

21Qu’en est-il de Pasolini, qui consacre aux JO de Rome trois chroniques sur la revue Vie Nuove, et aborde également le sujet de l’amateurisme olympique dans son troisième article ? Qu’a d’original cette question essentielle quand elle est traitée par celui qui était surnommé l’écrivain-sportif41 ? Un tropisme soviétique advient-il aussi chez le sympathisant du PCI42 ? Si ce n’est pas le cas dans les deux premières chroniques, il semblerait bien que ce le soit dans la troisième : Pasolini choisit d’y évoquer une rencontre au restaurant avec des champions soviétiques, Kapitonov, le champion cycliste russe, et son entraîneur Scelesnev.

  • 43 Troisième chronique, 10/10/1960, Pier Paolo Pasolini, RR 1, op. cit., p. 1539.
  • 44 La religione del mio tempo (1961) et Poesia in forma di rosa (1964) viendront compléter le trypti (...)

22Dans cet article intitulé « Tradì i pattini per la bicicletta43 », l’écrivain raconte d’abord la fabuleuse destinée du champion russe de patins devenu champion olympique en cyclisme, puis relate leur discussion sur l’amateurisme éthique dicté par l’olympisme. S’agit-il pour autant d’un manifeste pro-soviétique comme l’avaient été les articles calviniens ? Pasolini se montre beaucoup plus mesuré dans ses propos et surtout plus inventif d’un point de vue littéraire : il fait moins d’idéologie et colle davantage à la réalité de la scène de discussion. Il se montre même percutant quant au problème de l’amateurisme puisqu’il défend une position en avance sur son temps quand il affirme que la qualité, la beauté, la passion sportive devraient être supérieures à la distinction entre dilettantisme et professionnalisme sportif. Cet esprit pénétrant et plus percutant lui vient sans doute d’une position plus indépendante vis-à-vis du PCI, dont témoigne déjà le premier volet de son tryptique de poesia civile, Le ceneri di Gramsci de 1957 44, où apparaissent son lien conflictuel avec le PCI et sa sensibilité sincère et exacerbée quant aux problèmes complexes de société contemporaine. Il provient aussi de son expérience personnelle du sport. Il est sportif et spectateur passionné : ce sont des atouts pour réfléchir davantage et en profondeur, avec des arguments plus convaincants, là où l’inexpérience et l’impréparation ont fait tomber Calvino dans le panneau de la propagande soviétique. Enfin, ce sujet sportif ne l’éloigne pas de sa manière d’écrire. Le sujet du sport et la question de l’amateurisme sont traités par Pasolini comme un événement à revivre directement à la lecture : ils sont dramatisés. Rapportée au style indirect libre qui lui permet de croquer sur le vif les attitudes de ses interlocuteurs, c’est une conversation dont les actes sont rejoués directement par les personnages, comme dans un drame, une forme mimétique du récit, où le narrateur s’efface et qui progresse en même temps que le débat. Voilà un jeu d’écriture qui permet de mêler récit et réflexion : cela donne de la légèreté et permet de rester au plus près de la vérité à la fois événementielle et intellectuelle.

  • 45 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1539.
  • 46 Une conversation dont la nature est complexe et pas toujours satisfaisante : Pasolini la qualifie (...)
  • 47 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1539. Tout le passage, d’une quinzaine de lignes, est entre par (...)

23« Ma nell’Urss non esiste nessuna forma di professionismo sportivo ?45 », enchaîne donc Pasolini après avoir retracé l’histoire de ce champion, « d’una semplicità stupefacente », un mini drame fait de coïncidences et de passion. Pasolini se montre particulièrement habile, d’un point de vue dramatique et idéologique, pour mener à bien le compte rendu de cette conversation. Le fait qu’elle se déroule avec des « camarades » et pour une revue d’obédience communiste, n’infléchit pas son discours ni son désir de vérité : comme à son habitude, Pasolini n’a peur ni de la polémique ni de la contradiction, même avec ceux dont il se sent proche. En quête d’une véritable solution au sujet de l’amateurisme éthique qui se perd et du professionnalisme inévitable, il questionne ses interlocuteurs quitte à être déçu par leur réponse formatée. Pasolini réussit à exposer son avis sans être dogmatique. Les conditionnels prudemment utilisés en attestent. C’est une pensée sincère, qui tâtonne et voudrait garder, dans sa forme écrite, la forme spontanée d’une pensée en train de se former au cours de la conversation46 : « Io penso che alle Olimpiadi dovrebbero andarci gli atleti migliori, professionisti o no. [...] la qualità, la bellezza, la passione sportiva, dovrebbero essere superiori anche a questa distinzione tra dilettantismo e professionismo47 ».

  • 48 Ibidem. Ce qui n’est pas sans rappeler la déclaration de Nina Dumbadze, glanée par Calvino dans s (...)
  • 49 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1540.
  • 50 Ibidem, p. 1539.

24Loin de prendre parti pour un camp contre l’autre ou d’ériger le système des uns en modèle de façon partisane, comme le voudrait la logique de la Guerre Froide ‒ et comme l’a fait si maladroitement Calvino huit ans auparavant ‒, Pasolini témoigne non seulement d’une certaine curiosité mais d’une conscience aiguë du système discutable qui régit le sport en Urss en matière de gratification financière. En suggérant que le professionnalisme devrait être reconnu dans le sport, il remet en question l’olympisme tel qu’il a été promu par De Coubertin, mais aussi l’olympisme tel qu’il est défendu par les Soviétiques qui ont instauré, avec le sport d’État, une logique proche de l’esprit olympique. Après avoir fait l’éloge du système soviétique qui allie fierté et modestie des vainqueurs (le Soviétique a le triomphe modeste en Italie et en Urss où l’attend seulement un bouquet de fleurs), l’écrivain sportif en fait discrètement mais sûrement la critique : il n’épargne pas de critiques sous-jacentes ce système doù l’État nivelle les bénéfices de toute activité, et se montre injuste et discriminatoire envers les sportifs. Aux propos de ses interlocuteurs, à la « vivace euforica ingenuità », en parfaite adéquation avec l’esprit olympique ‒ « lo sport deve servire solo a migliorare fisicamente, a spronare a una pacifica competizione, non altro48 » ‒, Pasolini oppose une salve de questions pressantes qui sont de fait des insinuations polémiques : « Ma allora, i grandi attori, gli scrittori stessi, non traggono guadagno dalla loro attività? E non è giusto che sia così? Perché questa discriminazione per gli sportivi?49 ». Il ne passe pas sous silence la langue de bois des Russes qui le déçoivent tant leurs réponses sont formatées, comme il ne se prive pas de le dire mais avec un certain tact : « Prima, ad altre domande, mi avevano risposto con più rigore50 ».

  • 51 Ibidem, p. 1540.
  • 52 Ibidem.

25Le débat a dû être animé. Face à la pesanteur du discours soviétique formatée par la barrière de la langue et par le conformisme politique, le choix du style indirect libre permet de rendre à cette scène de discussion un rythme rapide et léger. Preuve en est le rapide retournement de Pasolini vers la fin de la conversation, qui signe l’abandon de la polémique sur les idées et l’arrêt de la discussion sur le fond. Pasolini opère une focalisation sur un détail de l’attitude embarrassée des Soviétiques, à court d’arguments devant l’acharnement de l’écrivain ; une attitude mise en abyme par la référence littéraire aux personnages de Dostoïevski, personnages tourmentés s’il en est, pour qualifier la conscience en crise de ses interlocuteurs : « I miei amici credono che io in qualche modo prenda le parti del professionismo, e difendono il dilettantismo con un fervore degno dei personaggi di Dostoevskij [...] Io li osservo : mi piace questo loro argomentare, questa loro dialettica infuocata. Ma no, ma no, io non difendo il professionismo...51 ». Est-ce une concession de la part de Pasolini pour désamorcer une crispation de la discussion et sortir de l’impasse ? Toujours est-il qu’au détour d’une discussion serrée sur l’esprit des JO, d’une confrontation idéologique sur le nécessaire engagement physique et matériel, dépassant la tension entre amateurisme et professionnalisme, apparaît une considération plus personnelle, de l’ordre de l’émotion, et du drame scénique, forme mimétique du récit. Le conflit des personnages et de leurs idées a été évoqué directement comme pour une représentation dramatique. La tension du discours idéologique redescend, en laissant place à l’annotation d’un détail concret concernant les corps et les âmes des personnages, sorte de didascalie pour le lecteur de la chronique. Pasolini reprend sa place de narrateur, d’observateur et d’organisateur de la scène racontée : « Nei loro occhi torna la serenità e il caldo sorriso adolescente52 ».

  • 53 Nous renvoyons au premier article où Calvino visite les villages des JO, ou bien le dernier où il (...)
  • 54 Preuve en est, au début de la même chronique, le rapide portrait de Kapitonov qui ne manque pas d (...)
  • 55 « La plume et le crayon. Calvino, l’écriture, le dessin, l’image », colloque international dont l (...)

26Si le corps de l’athlète n’est souvent qu’un tout pour Calvino qui n’a pas réussi à approcher d’aussi près les sportifs ‒ des silhouettes vêtues d’un survêtement ou d’un short, aux gestes caractéristiques et regardées de l’extérieur, le plus souvent depuis les gradins53 ‒, il est chez Pasolini le lieu d’un détail émotionnel saisi au vol mais venant de l’intime. Sa représentation ressortit davantage au drame54 par son appel à la sensibilité et à l’imagination alors que la représentation calvinienne des corps relève plus simplement du coup de crayon55.

  • 56 Nous reprenons à dessein ce terme de Walter Siti sur Pasolini qui, en introduction de la collecti (...)

27Quand Calvino regrette de ne pas avoir interviewé davantage de sportifs, c’est très significatif de l’académisme journalistique dans lequel il place son travail d’écriture. Pasolini ne le regrette pas car ce n’est pas ce qu’il recherche : il privilégie plutôt les rencontres qui permettent un contact moins académique et plus vrai. Il retranscrit sans complaisance le conflit d’intérêts dans lequel se trouvent les athlètes voulant devenir des champions, dans un dialogue ni pesant ni académique. Il montre qu’il a une conscience personnelle des jeux sportifs et fait entrer en conflit, comme un dramaturge, plusieurs discours : le discours verbal des personnages qui se débattent dans leur contradiction (mystification) et celui de leur corps qui trahit leur embarras, mais ne peut induire en erreur un fin observateur comme Pasolini. Outre ses personnages-acteurs, il ne craint pas non plus de s’exposer56 lui-même : aussi bien idéologiquement qu’émotionnellement. Parallèlement à son souhait de dépasser la contradiction entre amateurisme et professionnalisme, il semble sous le charme de ces jeunes gens dont il ne partage pas les idées. Il ne taira pas davantage, dans le récit qui fait suite à cette discussion, sa fascination pour la population du sous-prolétariat, représentée par certaines borgate romaines.

28Au-delà de la fabuleuse petite histoire de Kapitonov, résumée par le titre de la troisième chronique, que tente de nous dire Pasolini, en la commençant par un simple « Non ho altro da dire che di una cena. Banale, direi [...] », et en terminant ainsi: « Ah, quante cose ci sarebbero da dire... »? Servant de cadre, ces phrases sont révélatrices d’une écriture singulière qui se place sous le signe de la sensibilité et de l’émotion et d’un besoin d’encadrer ce qui est une forme littéraire hybride, un récit dramatisé. Le clou de cette chronique ne nous semble pas être la discussion au restaurant, ni le débat idéologique et dramatisé sur l’amateurisme et le professionnalisme, mais bien la rencontre, improvisée et muette, que Pasolini provoque en répondant de façon opportuniste à une curiosité de Scelesnev qui lui demande de l’amener voir « quelque chose de Rome ». Le dernier paragraphe de l’article fait basculer la chronique dans un tout autre registre que le simple article de fond sur les JO.

  • 57 Le PCI n’a déjà pas apprécié ses deux romans, Ragazzi di vita (1955) et Una vita violenta (1959), (...)
  • 58 Scelesnev se montre curieux comme l’avait été Pasolini à propos de l’Urss et du problème du profe (...)
  • 59 Calvino reconnaît en substance cette qualité à Pasolini ; il était admiratif de sa capacité à mél (...)
  • 60 Cf. la citation donnée en note 13. L’histoire se répète : n’a-t-on pas dénoncé le même oubli des (...)

29Pasolini réussit à rapprocher, dans le silence de la nuit, les plus fêtés (des champions olympiques russes) et les plus modestes (qui vivent dans un bidonville de Rome, la Borgata Gordiani). Il provoque la rencontre des champions olympiques, représentants d’une fédération de républiques marxistes où le prolétariat a pris le pouvoir, avec les perdants du capitalisme, le sous-prolétariat de la jeune république italienne, entrée dans le néocapitalisme du miracle économique, favorisé par le plan Marshall. Petite provocation involontaire à l’égard du PCI57, ou moment de poésie brute offert par les circonstances58 ? Coïncidence et opportunisme de Pasolini qui instinctivement amène les sportifs russes dans une banlieue de Rome qu’il affectionne. L’ironie du sort est un moment intense de vérité émotionnelle brouillant les genres littéraires59, politiques et idéologiques ; Pasolini offre aux champions de rencontrer les oubliés de l’histoire italienne et de l’organisation des JO à Rome puisque, comme l’a observé Pasolini dans sa première chronique60, ils n’y ont pas assisté. C’est un moment privilégié de reconnaissance et d’admiration à deux niveaux : la population des quartiers déshérités fête le champion qu’elle reconnaît, et l’écrivain réitère sa fascination pour ce monde emarginato. Pasolini réunit des mondes différents : celui des champions et celui des borgate, ou même des « malandrini » vivant en marge des JO. C’est un moment de découverte réciproque et d’étonnement, un moment éphémère.

  • 61 « “Dormono tutti?” mi chiedono [Kapitonov e Scelesnev], come passiamo tra le infangate, miserande (...)
  • 62 « Del resto non è consolante pensare ‒ con Elsa Morante ‒ che venivano più stranieri gli anni pas (...)
  • 63 Considérant qu’une divergence de point de vue n’affaiblit pas une chronique mais l’enrichit, Paso (...)

30Le titre de la chronique résonnait déjà comme un événement dramatique annoncé par le verbe tradire ; c’est un scandale, au niveau de disciplines sportives éloignées et rarement associées. Mais à la fin de la chronique, on nous amène vers un autre mini-scandale. Un scandale au sens littéral du terme, qui éclate au beau milieu du silence des maisons misérables61 : il ébranle tous les conformismes qui auraient voulu que ce « quelque chose de Rome » à voir soit plutôt un beau monument, une belle place, une sculpture, un tableau. Un scandale idéologique, politique autant que sociologique. Pasolini a déjà évoqué, dans sa deuxième chronique, un autre monde périphérique, face à celui de l’intelligentzia bourgeoise et cultivée, représentée par Moravia et Morante cités dans la deuxième chronique62 : des gens du peuple ayant organisé à Ostie une mini compétition de tir à la corde sur la plage. Pasolini préfère ces deux tableaux vivants de gens simples aux spectacles des JO qui ont en revanche impressionné Morante novice en matière de spectacle sportif63.

  • 64 Choix en revanche de Calvino qui nous décrit par le menu, dans son article du 30/7/52, le cérémon (...)
  • 65 Dans les deux premières chroniques, il est abondamment fait référence à ce public à la fois bigar (...)

31Pasolini ne nous dit pas si la reconnaissance et le plaisir des personnages de la rencontre dans la borgata ont été réciproques mais on ne doute pas que cela ait été un moment de grande émotion pour le poète. En témoignent les points de suspension terminant la troisième chronique, qui pourraient insinuer une joie immense. L’écrivain achève sa dernière chronique par une scène originale, inouïe et très personnelle. L’hommage au champion olympique est rendu, non pas officiellement, par une levée de drapeau ou un hymne national64, les applaudissements d’un public choisi et trié sur le volet65, mais par une levée de rideau sur une scène inédite et singulière, composée de personnages hétéroclites dont l’auteur se sent proche : ces champions olympiques du jour et cette petite foule officieuse d’exclus comme sortis de nulle part dans la nuit, derrière laquelle s’efface l’auteur et metteur en scène d’Accattone ‒ le sujet de ce film est écrit cet été-là, un peu avant d’aller aux JO ‒, subjugué et secrètement fier, sans doute, du petit cataclysme anthropologique qu’il a provoqué, en donnant la possibilité à chacun de vivre un moment fort.

  • 66 Pier Paolo Pasolini, RR, 1, op. cit., p. 1540.
  • 67 Il s’agit de sa première conception des gens des borgate, la plus optimiste. Cette conception va (...)

32Comment peut-on interpréter ce choix d’amener les Russes dans un bidonville ? Pasolini sacrifie tout d’abord, en faisant l’éloge de la simplicité et de l’humilité des champions russes, à un esprit prosoviétique. Il semble se conformer à la doctrine prônant l’exemplarité du communisme qui abolit les classes, réunissant par exemple dans un moment de joie et de sympathie apparentes petites gens (« i camerieri del ristorante ») et champions olympiques. Il prête même (ironiquement) à l’ingénuité des Soviétiques une mystérieuse influence bénéfique aux garçons de café italiens : « I sovietici distruggono l’ironia, non si sa con quale potente reagente chimico della loro persona : forse ignorandola totalmente. Le facce dei camerieri, per solito pronte a ogni tipo di sorriso purché non sia ingenuo, sorridono intorno ingenuamente, come ragazzini66 ». La visite aux habitants de la Borgata Gordiani rompt l’illusion partisane : car ce sont bien eux, vus comme la voie vers le retour à la dimension sacrée de l’humanité, que Pasolini a tenu à montrer aux champions. C’est pour eux, qui ne rentrent pas vraiment dans la représentation communiste de la lutte des classes, qu’il s’enthousiasme et non pour les représentants du communisme. Situé au moment de sa crise personnelle et idéologique, existentielle et artistique, ce travail d’écriture de chroniques sportives porte les signes de sa conception particulière du monde : une conception scandaleuse, anticonformiste, sur le plan politique (puisqu’il accorde son attention aux plus humbles67) et littéraire comme nous allons le démontrer.

33Avec ce dernier texte, nous pouvons vérifier que, contrairement aux apparences, l’écriture de Pasolini n’est pas purement idéologique et prosoviétique, ni seulement réflexive ou moraliste : l’usage de la parole journalistique, chez Pasolini, adepte des polémiques, ne contribue pas à créer un discours de sage ou de philosophe, à la différence de Calvino qui relaie, sans les discuter vraiment, les principes du baron De Coubertin. Pasolini aborde les questions que soulèvent les JO mu par son besoin d’exprimer une expérience dramatique et existentielle, plus personnelle. La dernière scène a quelque chose du coup de théâtre dans la série des chroniques et fait changer brutalement d’atmosphère : de la lumière et de la joie extravertie d’une terrasse bruyante d’un restaurant de Rome à l’obscurité de sa périphérie, mystérieuse et secrète.

  • 68 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1540.
  • 69 Il y a dans les articles de Calvino un certain goût de la dramatisation, mais elle est plus super (...)

34Pasolini livre un texte qui a tout d’un drame théâtral : ses descriptions sont très souvent dramatisées en une succession de micro-scènes, la tension entre les différents personnages est palpable. Vers la fin, le contenu est émaillé de remarques de l’écrivain qui tresse un compte rendu du débat sur la question du nécessaire professionnalisme sportif : ses observations sont des sortes d’apartés qui pourraient servir de didascalies s’il s’agissait du script d’une scène au théâtre ou au cinéma. Il semble jouer de sa double dimension de personnage et d’auteur pour se détacher du contenu et confier son ressenti sur la qualité de la scène recréée sous nos yeux : « Com’è bello vederli così accesi, così impegnati, così ingenui [...] Io li osservo : mi piace questo loro argomentare, questa loro dialettica infuocata [...]68». Ainsi l’écrivain, en passe de devenir cinéaste, combine-t-il dans cette troisième chronique, avec brio et dans une écriture modérément lyrique mais surtout très observatrice des alentours69, son attention à l’atmosphère, aux personnages et une réflexion nécessaire sur le professionnalisme. Il n’hésite pas à remettre en question l’esprit olympique et l’esprit soviétique et communiste, le tout en brouillant les genres : la chronique journalistique sportive, proposant le portrait du vainqueur, se change en reportage sur la découverte par les champions d’une classe inconnue d’eux.

35Si l’activité sportive en vue de la performance s’éloigne de la gratuité pour celui qui le pratique, et donc de la notion de jeu pour se transformer en une véritable profession, quelle signification a donc le sport pour les spectateurs ? À l’ère de la société de consommation et du spectacle, il n’y a pas que le sportif qui soit concerné par le sport. La deuxième chronique pasolinienne aborde, de façon plus explicite, la question du sport sous l’angle du drame et du jeu, par l’intermédiaire du spectateur bien plus que du sportif lui-même.

  • 70 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1532, c’est nous qui soulignons. Les deux autres chroniques com (...)

36« Mi sono accorto di essere un pessimo spettatore di gare atletiche. So che questo può dispiacere. E dispiace anche a me stesso, del resto. Intendo dire che sono un pessimo spettatore di gare di atletica pura, quella ideale, quella per cui si fanno le Olimpiadi vere70 », attaque ainsi Pasolini dans sa deuxième chronique, suivant la même méthode d’autoanalyse, et à la différence de Calvino qui, dans son dernier article déclarait être devenu un « accanito appassionato » d’athlétisme. L’athlétisme est l’autre question, après l’amateurisme, clivant nos deux auteurs : quand l’un déclare en être devenu un passionné, l’autre souligne en substance n’avoir éprouvé qu’indifférence devant la course, épreuve-reine des Jeux. Cependant ne nous y trompons pas : la déclaration de Calvino n’est qu’une déclaration d’intention. La passion, même si elle s’exprime contre, est plutôt du côté de Pasolini, dans les faits comme dans l’écriture. Ce clivage sur l’apparence va révéler un clivage bien plus profond.

  • 71 « Dramma sul filo » fait précisément référence à une course des JO de Rome, le 400 mètres, disput (...)

37Au-delà de l’épisode qui rattache une victoire à l’arrachée dans une course d’athlétisme71 ayant vivement ému Pasolini, l’unité de cette chronique du point de vue de l’écriture est dans sa proposition de réflexion sur le sport comme spectacle. En quoi le spectacle du sport concerne-t-il encore le sport comme jeu, s’il ne peut être pratiqué que professionnellement ? C’est ce à quoi nous nous proposons de répondre grâce à l’analyse de la deuxième chronique. Des éléments de réponse se trouvent déjà dans le titre : le drame ne renvoie-t-il pas d’abord à l’espace théâtral et n’est-ce pas le lieu où se jouent les passions humaines que les personnages peuvent partager avec les spectateurs ? Le spectacle sportif doit procurer distraction, divertissement, plaisir, et ce, bien loin devant la question de la santé du corps comme s’attache à le montrer Pasolini. C’est le premier sens que l’écrivain met en relief dans le sport, qu’il soit pratiqué activement ou simplement regardé : le jeu et le plaisir ‒ « mi sono divertito », note Pasolini à plusieurs reprises dans son texte, que ce soit au début pour le match de boxe regardé à la télévision dans une pizzeria, ou, vers la fin, le tir à la corde opposant une équipe de femmes romaines à une équipe de femmes hongroises, sur la plage à Ostie. De là à conclure que la vision proposée par l’écrivain serait seulement hédoniste, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir, car ce serait proposer une interprétation trop superficielle de sa conception du sport.

  • 72 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1533.
  • 73 Ibidem, p. 1535. Pasolini suggère ici la folie de la volonté de l’athlète olympique qui réduit so (...)

38Si la fameuse doctrine philosophique fait de la recherche du plaisir le mobile principal de l’activité humaine, selon Pasolini le sport est un jeu et un divertissement véritable en tant qu’il implique de surcroît une vraie participation émotionnelle du spectateur aux efforts du sportif Sans jamais les expérimenter directement dans son corps, le spectateur peut directement éprouver, mentalement, la variété des instincts et passions que le spectacle des efforts d’autrui réveille en lui : « Oggi, pian piano, nulla di ciò che è fisico è necessario, dato che tutto è stato sostituito dalla macchina : e lo sport è diventato lentamente, quanto a necessità, un puro fatto igienico : e sopravvive soltanto, direi, perché sfoga certi istinti aggressivi e competitivi di predominio, che nell’uomo moderno non si sono ancora spenti72 ». Ce spectacle et la projection qui en découle rejoignent le théâtre car ils n’éveillent pas que des sensations de plaisir. Ainsi en va-t-il de « la stupenda rabbia » dont a fait preuve Kaufmann, cet athlète allemand, dans les derniers mètres de sa course, et qui ne suscite pas le plaisir ou l’admiration mais un sentiment de pitié et de répulsion chez Pasolini : « [...] il tedesco ha corso come un pazzo [...] è caduto a terra, mezzo morto, quasi che il proprio corpo gli fosse sfuggito, o gli fosse sfuggita avanti l’anima trascinandosi dietro il corpo come uno straccio, un automa. Una stupenda rabbia. Ma io pensavo ai generali tedeschi e a Erhard, e non ho potuto ammirare quel povero biondo: non l’ho potuto proprio ammirare. Quelle sua ostinata passione, quella sua furia disperata, mi hanno fatto paura73 ».

  • 74 La boxe, le cyclisme et le foot ont des origines populaires et qu’ils s’opposent à l’athlétisme, (...)

39À cette vision repoussante, dans le paragraphe suivant, l’écrivain oppose une autre image, en dehors du stade, où il fait l’éloge du sport idéal selon lui et d’une folie, paradoxalement et pour ainsi dire plus « saine », en accord avec sa perception positive des gens du peuple : la folle joie des gens de la plage d’Ostie qui ont dépensé toute leur énergie à organiser une confrontation qui n’est pas sans lui rappeler, toute proportion gardée, les JO. Cette folie et cette détermination sont différentes de celle de l’athlète olympique parce qu’elles sont liées à la joie et au plaisir spontanés d’une compétition officieuse et pratiquement improvisée. On retrouve, dans cette différence d’appréciation, les constantes de la grille de recherche et de compréhension de l’humanité chez Pasolini : la pureté dans ce qui est archaïque et primitif dans le milieu populaire, voire sous-prolétaire, face au milieu bourgeois (et olympique) qui organise, esthétise, maquille ou ignore ce qui est brut et spontané dans le monde de la campagne puis dans le monde sous-prolétaire des périphéries des grandes villes. Si cette grille est influencée en partie par une vision marxiste, nous avons vu précédemment combien l’écrivain la pousse à son paroxysme ou s’en détache en accompagnant des champions soviétiquesvoir des habitants d’un bidonville... En amont de cette rencontre, il y a donc cette autre rencontre plus colorée entre Hongrois et Italiens, ce défi sur cette « spiaggetta, tra le due file di casotti gialli e rossi », considérée comme un autre « vero palcoscenico », plus sympathique, pour Pasolini, que le spectacle figé des entrées des juges et des athlètes, sur la pelouse du Stade, ou que l’exhibition pitoyable de Kaufmann. Pasolini, fidèle à son naturel de polémiqueur, s’est déclaré incapable de reconnaître le véritable « dramma sul filo » ‒ vécu sans nul doute par cet athlète allemand. Mais a-t-il été vraiment insensible ? Non. Il nous invite à vivre les JO comme il les a vécus, en spectateur concerné par le spectacle, ressentant toutes sortes d’émotions. Cela lui permet de formuler des réserves toutes personnelles d’un point de vue intellectuel et de tracer une ligne de démarcation entre sports populaires et sports d’élite74 : Pasolini accorde au sport le sens de jeu et de vraie détente, à condition qu’il soit issu ou pratiqué dans un certain milieu.

  • 75 Pasolini convoque à côté du théâtre et de la poésie, la peinture : les allusions expresses à des (...)
  • 76 « altra più leggibile, distesa e drammatica emozione », anticipe Pasolini (in Pier Paolo Pasolini (...)
  • 77 Pasolini, considérant ce fait comme acquis, évacue la question du sport devenu spectacle en quali (...)

40La mise en avant des émotions négatives ou positives (la peur, la pitié, l’antipathie, ou la joie, la sympathie, l’admiration) que Pasolini emprunte à la sphère théâtrale, est originale : elle amplifie la réflexion sur le sport et hisse celui-ci au niveau de grands domaines artistiques75, présumés communément sans rapport avec lui. Ainsi théâtre et sport sont-ils réunis par les passions suscitées par le spectacle. Au premier sens du sport comme jeu récréatif pour la santé du corps, il faut ajouter cet autre sens commun au théâtre et au sport, comme jeu récréatif et salutaire pour l’esprit par l’intermédiaire des passions touchant les corps et les esprits des spectateurs. Pasolini puise la possibilité de cette association dans son expérience de sportif, de spectateur et d’homme de lettres. Le divertissement recherché dans le spectacle sportif suscite l’émotion cathartique du spectateur, comme au théâtre76. L’usage inflationniste de l’adjectif « stupendo », évoquant une émotion particulièrement forte, la stupeur, confirme l’intensité de l’émotion personnelle que Pasolini veut mettre en avant pour décrire le sport et ses conséquences chez le spectateur. C’est par ce biais que le spectateur d’événements sportifs rejoint le spectateur d’œuvres théâtrales, et que le sport rejoint encore la littérature. Les stades et les rings sont les nouveaux « palcoscenici » : cette comparaison n’est pas qu’un effet littéraire, c’est une substitution qui s’inscrit dans un ordre sociologique des choses, dans une mutation de la société contemporaine qu’analyse avec acuité l’écrivain-sportif. Contre toute attente, le sport devenu spectacle, et donc en quelque sorte bien de consommation, n’est absolument pas critiqué ici par Pasolini77.

  • 78 Les JO de Rome sont les premiers, après les Jeux d’hiver de Cortina, où la télévision couvre l’en (...)

41Là encore, la différence entre Pasolini et Calvino est importante et en faveur du premier. Calvino évacue une réflexion sur la question du sport-spectacle et de ses dérives en quelques phrases (celles du dernier paragraphe de l’article du 30/7/52), alors que Pasolini y consacre toute une chronique. En se fondant sur ses émotions, ses réflexions sur le sport sont bien plus profondes et nuancées que chez Calvino, car elles puisent dans son expérience directe et passionnelle d’homme de lettres autant que de sportif, elles sont nourries par son expérience de tifoso,de joueur et de letterato. Bref c’est sur son existence et ses passions qu’il construit en partie ses réflexions sur le monde. Comme le laisse entendre son surnom d’écrivain-sportif, Pasolini révèle ses compétences d’analyste et d’intellectuel sur un sujet qu’il connaît bien pour en être un adepte passionné : le sport. Là où Calvino ne voyait qu’un « enorme spettacolo » dont il reprenait certains moments saillants en esquissant quelques images inoubliables de corps d’athlètes en action, simples cartes postales des JO, Pasolini développe une véritable réflexion sur le sport en partant de la discipline reine des JO, l’athlétisme pour laquelle il n’a pas de penchant particulier. Sa pensée est construite à l’aide d’informations extérieures et objectives combinées à des données plus subjectives qu’il mélange, comme pour cette soirée devant la télévision d’une pizzeria (signe du phénomène nouveau de retransmission télévisée de la plupart des compétitions olympiques par la Rai78) où il avoue sa préférence pour les matchs de boxe ou de foot, au détriment de l’athlétisme.

42La pratique de l’athlétisme ‒ et son spectacle afférent ‒ a perdu son enjeu proprement existentiel ou vital, critère d’intérêt essentiel. Notamment parce que les enjeux d’une course d’athlétisme ont changé entre l’Antiquité et les années 1960 : une course à pied, sauf le marathon, s’inscrit dans un temps jamais très long et sans réel enjeu ; elle n’a plus de nécessité physique à l’ère de la voiture. Pasolini la compare à « una lirica più o meno breve », selon la distance parcourue ‒ sans intérêt pour le public, parce qu’une course n’est pas plus nécessaire et intéressante, selon lui, qu’une lecture de poèmes au théâtre. Pourquoi cette désaffection ? Chercherait-il à éviter la platitude d’une vie toute tracée comme une course ? Voit-il dans l’aléa du jeu, du match, de la confrontation entre deux personnes ou deux équipes, le motif déclencheur du divertissement du spectateur qui peut participer par procuration, au conflit des protagoniste ? Le rapprochement avec le théâtre a tout son sens : tout sport qui repose sur une confrontation entre deux ou plusieurs personnes, un match de boxe ou de foot par conséquent, conserve cet enjeu pour les participants comme pour les spectateurs, puisque l’issue dépend, en partie, du hasard. La comparaison avec la lirica pour représenter le désintérêt des gens devant l’athlétisme est efficace car celui-ci n’est pas plus théâtral que la lecture d’un poème sur scène selon lui. Ces références à des champs littéraires augmentent les perspectives d’explication et valorisent le travail d’écriture sur le sport. Elles sont de plus en parfait accord avec l’évolution de l’écrivain et poète qui se tourne, à partir des années 60, vers le cinéma, un art dynamique et non figé qui se déroule dans un temps assez long, et donne l’illusion d’une épaisseur temporelle propice aux péripéties.

43Dans sa chronique, Pasolini aborde le sujet du sport avec un tout autre bagage que Calvino, écrivain débutant en 1952 et novice en sport, sans oublier son inféodation au parti. Leurs approches ne pouvaient donc être que différentes : plus efficace, plus pointu, plus indépendant, Pasolini témoigne d’une compréhension fine du sport, dans laquelle la littérature vient au secours du sport pour l’expliquer. Le sport, qu’il soit regardé ou pratiqué, est un jeu qui repose sur des ressorts dramatiques comme une pièce de théâtre : il convoque les émotions de celui qui le regarde ou le pratique, outre le fait qu’il doit correspondre à une recherche de divertissement, peut-être même au sens pascalien du terme (la distraction de la conscience de notre finitude), mais très certainement en tout cas au sens de plaisir et de partage des émotions et des passions, voire défouloir de certains instincts de domination même chez l’homme moderne. On peut mesurer que Pasolini ne se contente plus de reprendre les poncifs de l’hygiénisme de Courbertinien comme s’était contenté de le faire Calvino : le peu d’inclination de l’écrivain romain pour l’athlétisme traduit sa vision peu conventionnelle des JO modernes liés d’abord à cette discipline-reine et dont l’exhibition ne l’a pas convaincu. En conclusion de sa chronique, Pasolini, sans illusions (mais narquois) recourt à un autre adage latin, moins glorieux pour qualifier les JO, « panem et circenses », la devise de la Rome antique et décadente, révélatrice du besoin de spectacle des masses ; il entérine ainsi une évolution de la signification du sport-spectacle qui endort les foules et attise leur penchant ‒ ou une involution si l’on considère un temps millénaire...

  • 79 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1531.
  • 80 L’affection de Pasolini pour les sports populaires, et le cyclisme en particulier, ne faiblit pas (...)

44Formulons maintenant quelques éléments de conclusion générale. Là où Calvino a privilégié la philosophie des JO, le jeu comme règle de vie personnelle et recherche d’harmonie entre corps et esprit, sorte de philosophie du vivre ensemble entre nations différentes, Pasolini mêle vision lyrique et regard critique, ou même anticonformiste sur les JO. La « giovanile, colorita visione del mondo riunito in una pacifica sfida, questa evocazione dei momenti storici, come staccati dal bene e dal male, quasi pronti a fare parte di una coscienza più alta e serena, quella che li giudicherà domani79 » ‒ le beau message que Pasolini veut retenir de la cérémonie d’ouverture des JO dans la conclusion de sa première chronique intitulée justement « Un mondo pieno di futuro » ‒, ne cède rien à sa conscience par ailleurs désabusée, dans la deuxième chronique, selon laquelle les JO modernes ont davantage à voir avec le peu reluisant « du pain et des jeux ». Passionné de sport, mais populaire, il taxe les JO, à travers l’athlétisme, d’une tare qu’il ne reconnaît pas aux matches de boxe ou de foot qu’il aime aller voir, sans doute parce qu’ils sont fréquentés par des gens plus simples80. Ne se dirige-t-il pas, instinctivement, dans sa troisième chronique, vers les gens de la périphérie de Rome, privés du spectacle des JO ? Dans cette étrange visite touristique de Rome by night ou dans la description de scène de tir à la corde à Ostie, il ne s’agit pas de mal interpréter la signification de ce geste ou de cette évocation. Nous avons démontré que ces scènes ne procèdent pas d’une militance communiste mais d’un esprit indépendant et anticonformiste. Pasolini ne détourne pas le sport de sa signification première de jeu et de plaisir simple. Il veut simplement en retrouver les racines primitives. Le moment de fête, à Ostie ou dans la périphérie de Rome, est généreux et spontané plus que subversif.

  • 81 Ces dernières, piquées au vif dans leur fierté à cause de la défaite de leurs hommes contre un gr (...)

45L’analyse des titres de Pasolini, plus mystérieux (et accrocheurs) que ceux de Calvino, montre l’épanouissement de la pensée pasolinienne dans un climax incontestable. Si Un mondo pieno di futuro sacrifie encore un peu à une vision conformiste du sport au JO, avec ce titre assez consensuel, Dramma sul filo est un premier coup de semonce à ce conformisme par son approche originale du sport-spectacle, tandis que Tradì i pattini per la bicicletta culmine dans une sorte d’attentat à la pudeur politique avec cette visite dans la borgata ! L’image du sport véhiculée est implicitement plus proche d’une vérité complexe, en tension, comme cela se produit directement avec les personnages au théâtre ‒ en conflit entre eux ou à l’intérieur d’eux-mêmes, et suscitant chez ceux qui les regardent des passions contraires (comme on le voit dans la fureur désespérée d’un Kaufmann souffrant qui provoque dégoût et pitié chez Pasolini, ou dans la joie communicative des hommes et des femmes sur la plage d’Ostie81). Par sa nature et son vécu, Pasolini a les outils pour appréhender le sport comme jeu et drame existentiel. Calvino ne les a pas.

  • 82 Cf. sa lettre à R. Brignetti du 11/6/53 : « Caro Brignetti, smetti subito di fare il giornalista, (...)
  • 83 C’est nous qui soulignons, dans cette lettre à Pier Paolo Pasolini du 7/2/73, in Italo Calvino, L (...)

46Ce n’est sans doute pas un hasard si le monde de l’édition a décidé de republier ces chroniques lors de la parution des œuvres complètes de Pasolini à la fin des années 1990, alors que les articles de Calvino, plus poussifs, car trop moralisateurs et prosoviétiques, ne l’ont pas été. Si, pour Pasolini, elles ont conduit à des morceaux de littérature, et même de poésie, pour Calvino, plus jeune, il est vrai, cette expérience d’écriture s’est révélée décevante, et contraire à son tempérament, à sa conception du travail d’écriture littéraire qui requiert ennui et solitude, mise à distance par rapport à soi et aux autres82. Un travail de « rat de bibliothèque » en somme, comme l’avouera Calvino lui-même dans une lettre de 1973 à Pasolini, dans laquelle il mesurait l’écart qui s’était creusé entre eux, dû à leurs modes, très différents, de fonctionner et de créer : « Sei tu che sei andato molto lontano, vuoi dire: non solo col cinema che è quel che più di lontano ci può essere dal ritmo mentale di un topo di biblioteca quale io nel frattempo sono diventato, ma perché anche il tuo uso della parola s’è adeguato a comunicare traumaticamente una presenza come proiettandola su grandi schermi: un modo di rapido intervento sull’attualità che io ho scartato in partenza83 ». Dans l’écriture de ses chroniques sportives, comme dans toutes ses œuvres, Pasolini met sa peau, pourrions-nous dire avec Céline. Calvino ne prône pas autre chose ; simplement pour lui, en 1952, c’est encore trop tôt pour affirmer son indépendance par rapport à l’idéologie communiste et de plus, pour lui, « y mettre sa peau » est le résultat d’une introversion plutôt que d’une exposition ou surexposition de soi.

47Les trois chroniques sportives de Pasolini méritaient d’être republiées pour leur valeur littéraire et intellectuelle ; les articles de Calvino sont à oublier : il n’y a aucun thème de fond traité et le style ne s’élève pas souvent au-dessus du pittoresque ! Même si ces écrits ne sont qu’anecdotiques dans leur carrière, ils ont une valeur documentaire relativement importante : ils contiennent en fait certaines caractéristiques de l’écriture de chacun. Un des traits en germe pour Calvino : l’ironie dans le regard de certaines situations, bien qu’il ne se donne pas le droit de l’exercer à l’égard du PCI. La caractéristique bien établie déjà pour Pasolini consiste en la force de sa passion pour la vie et la confrontation dans toutes ses formes et manifestations, sportives et populaires. Ayant fait de son existence le terreau de ses œuvres et le terrain de ses réflexions sur le monde, il adopte très vite une attitude plus indépendante par rapport aux organes de presse qui l’invite à collaborer. Il est donc plus percutant. Le cas de Calvino est plutôt décevant. Mais on peut dire qu’avec plus ou moins de bonheur, les deux se sont essayés au genre de la chronique sportive. Ils prouvent que sport et littérature peuvent avoir de puissantes accointances ; car, à côté du simple énoncé arithmétique des records et performances, domaine laissé soigneusement aux journalistes sportifs en titre par nos deux auteurs, n’est-ce pas pour eux l’occasion de dresser les portraits de personnages singuliers ? La plupart des articles calviniens, répondant à l’avant-titre « Personaggi dei giochi olimpici di Helsinki », le démontre, même si c’est avec moins de bonheur que les trois chroniques pasoliniennes qui n’en ont pas.

48L’intérêt pour des aventures humaines hors du commun, ancrées dans des faits réels et incarnées par des héros sportifs de chair et d’os, révèle l’intelligence du monde des deux écrivains qui n’ont pas dédaigné ce genre d’exercice réputé peu littéraire et modeste, mais il révèle surtout leur tempérament. Un tempérament tourmenté pour Calvino, attiré par les corps soumis à rude épreuve et souffrants, comme ceux des sportifs d’athlétisme : l’exploit du marcheur Dordoni nous semble le sujet-phare des comptes rendu calviniens sur les JO 52 au sens strict. Un tempérament plus explosif et tourné vers le plaisir du jeu, de la confrontation et de l’exploration de toutes les passions pour Pasolini, car même si un de sess sports préférés, le cyclisme, n’est pas exempt de corps souffrants, remarquons que l’auteur choisit d’écrire sa chronique sur le corps « au repos » du cycliste russe, laissant le strict compte rendu de l’exploit olympique à d’autres journalistes.

Haut de page

Notes

1 Jean-Richard Bloch, Destin du siècle, [1931], Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1996, p. 135.

2 Nous écartons les textes romanesques des deux écrivains qui n’ont pas dédaigné les scènes sportives dans leur prose. Nous renvoyons à Francesco Pomiato, Letteratura, sport e società in Italia nel secondo dopoguerra (1945-1960), Tesi di Laurea, anno accademico 2011-2012, Università Ca’ Foscari, Venezia.

3 D’après Maria Antonietta Macciocchi, directrice de la revue, interviewée plus tard à ce sujet. L’interview est consultable sur : http://www.letteratura.rai.it/speciale/pier-paolo-pasolini-scrittore-corsaro/1011/5783/default.aspx

4 Cf. note 1 de la lettre du 20/7/52 à Eva Mameli Calvino : à la fin de la citation d’une lettre à Michele Rago, du 12/7, in Italo Calvino, Lettere 1940-1985, Milano, Mondadori, 2000, p. 352.

5 Pier Paolo Pasolini, Racconti e Romanzi I (RR I), Milano, Mondadori, [1998] 2010, p. 1527-1541.

6 Vie Nuove, 3 settembre 1960, puis in Pier Paolo Pasolini, op. cit, p. 1527-1531 ; Vie Nuove, 17 settembre 1960, puis in op. cit., p. 1532-1536 ; Vie Nuove, 10 ottobre 1960, puis in op. cit., p. 1537-1541.

7 Dans une lettre à Eva Mameli, sa mère, du 25/7/52, Calvino se plaint du temps nuageux, quand il n’est pas pluvieux, qualifie sa vie à Helsinki de “piuttosto faticosa” et trouve ses articles peu satisfaisants ; dans une lettre à Michele Rago du 12/7, il évoque ses difficultés à se loger et se déplacer : in Italo Calvino, Lettere 1940-1985, op. cit., p. 352-353.

8 Pour 1908, Rome avait été choisie pour l’organisation de la IVe édition des JO d’été : elle décline son offre en 1906, après l’éruption du Vésuve.

9 Ercole Gallegati, lutteur italien de 41 ans aux JO de 1952, (spécialiste de lutte gréco-romaine).

10 Edoardo Mangiarotti, médaille d’or à l’épée, aux JO de 1952, cité dans l’article du 3/8/52 pour la clôture des Jeux.

11 Francesco Musso, le boxeur médaille d’or des poids plumes, aux JO de 1960, cité dans la chronique du 17/09/60 dans Vie Nuove.

12 Ercole Baldini, cycliste sur route, vainqueur des JO de Melbourne en 1956, devant Kapitonov, le cycliste russe médaille d’or des JO à Rome auquel Pasolini consacre sa troisième et dernière chronique du 10/10/60.

13 « A dire il vero, mi aspettavo, lungo i viali che portano allo Stadio Olimpico, il caos delle partite di calcio, il solito colore delle domeniche calde, con la nota passione, vivace, convenzionale e plebea. Niente, invece : intorno a me camminava con calma, e quasi silenzio, una folla del tutto nuova: i vestiti insieme più vivaci e modesti dei nostri, le facce e i corpi meno belli ma più sani, i sorrisi senza ironia e senza volgarità, ma anche un po’ senza vita. Erano quasi tutti stranieri: tra loro galleggiava la testa di qualche romano, sperduto, col sorriso un po’ spento tra le labbra, come appunto deve essere un romano all’estero, con il suo estro come fossilizzato e fatto cosciente, e perciò falso, vecchio. I gelatari gridavano “Ice-cream!”. Così, con questa folla ordinata, entro nello stadio: il grande ovale è già tutto pieno [...] Ma che pace! Che ordine! Che colore nuovo! Un colore come più secco, anestetizzato, lucido, pulito: rossi laccati, marroncini, bianchi di bucato. Sì, l’enorme maggioranza è di stranieri. Intorno a me ‒ punticino sperduto nel babelico ovale ‒ sotto il sole disperato non si sentono che parole straniere, le più inafferrabili: finlandese, israeliano...[...] », in Pier Paolo Pasolini, RR1, op. cit., p. 1527. On retrouve cette même notion d’égarement dans la 2e chronique où il reprend, pour qualifier la situation qu’il partage avec Morante et Moravia avec qui Pasolini est venu, le même adjectif : « noi tre, sperduti spettatori italiani tra decine e decine di migliaia di spettatori stranieri », in Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1534.

14 La seule marque d’antipathie que Pasolini laisse transparaître est dirigée contre les Allemands, public ou sportif qu’ils soient : un mouvement qu’il s’empresse d’analyser (et non de justifier) à l’aune des récents « tristi ricordi » de la Seconde Guerre mondiale. On retrouve cette antipathie, viscérale, dans la deuxième chronique.

15 Par exemple « lo stadio Olimpico », la pizzeria « Marranella » dans la deuxième chronique, un établissement de bain sur une petite plage (« lo stabilimento Ondina »), puis un restaurant romain et « la borgata Gordiani », dans la troisième.

16 Pasolini parle même de « municipalismo ». Le « provincialismo » est un mal assez typiquement italien, duquel veut sortir une partie des écrivains durant tout le XXe siècle pour accéder à la reconnaissance internationale, en visant un aggiornamento des milieux culturels et un souffle plus universel. Il est donc doublement malvenu d’en faire preuve pour des compétitions sportives internationales.

17 Cette expression du serment olympique, écrit par le baron de Coubertin, sera remplacée en 1964 par « pour l’honneur de nos équipes » jugée moins nationaliste.

18 Dans le serment de l’athlète, prononcé pour la première fois en 1920, « l’esprit de sportivité » et « la gloire du sport » encadrent la fameuse expression jugée trop nationaliste en 1964 (« l’honneur de nos pays »), semblant ôter toute ambiguïté sur les valeurs premières dévolues au sport et remportant ainsi l’adhésion de tous aux idéaux de paix et de partage, au moins dans les intentions.

19 Calvino termine son premier article du 19/7/52, en rapportant, en style télégraphique, quelques notes lyriques restituant bien la riche et contradictoire atmosphère des JO, due à la diversité de ses participants, empreinte d’un enthousiasme des plus harmonieux : « Confronti dei vecchi atleti, ansie dei giovani, preoccupazioni per il proprio peso, per la forma degli avversari, migliaia di turisti e di giornalisti che si agitano, che imprecano contro la organizzazione, contro i prezzi troppo alti. contro il maltempo; ma soprattutto un grande fervore di avvicinamento tra popolo e popolo, di sforzi per essere migliori, per elevarsi nella pacifica emulazione. Per questo si mette in marcia la XV Olimpiade, con la speranza che l’umanità segua davvero il suo insegnamento ». La conclusion de son deuxième article du 24/7, est tout aussi emphatique à propos de la flamme olympique qui a été rallumée par l’ancien vainqueur finlandais, incarnation de valeurs humaines universellement reconnues par tous : « Non è il caso di lasciarsi andare a sospiri di nostalgia o a sorrisi d’ironia sul tramonto degli idoli. La generazione anziana trasmette il suo fuoco ai giovani che ora si provano. L’apparizione di Nurmi contiene un insegnamento di modestia e di saggezza ».

20 « Il regolamento delle Olimpiadi non ammette classifiche ufficiali per nazioni: è l’uomo che conta, per il suo valore personale, e non dev’essere in alcun modo ostentata la superiorità di un popolo su un altro. Ma le classifiche per nazione, in via non ufficiale, vengon fatte lo stesso. E non è neanche una cosa fuori luogo: poiché ogni singolo atleta è il prodotto di un ambiente, e non solo un impasto di forze naturali; nella qualità degli atleti si riflette la situazione della struttura sportiva della nazione, e indirettamente la situazione sociale. E anche le classifiche per nazione possono offrire il destro a considerazioni interessanti », in l’Unità du 30/7/52.

21 Des lutteurs soviétiques, comme nous le précise lui-même Calvino dans son premier article du 19/7/52.

22 Adolfo Consolini, célèbre discobole italien, médaille d’or aux JO de Londres de 1948, et médaille d’argent aux JO d’Helsinki. C’est cet athlète italien qui a été choisi pour prononcer le serment olympique, mais Calvino n’en parle même pas.

23 Dans le dernier article trouvé, du 3/8/52, Calvino répète l’aveu de son inexpérience en matière de journalisme sportif avec la nouvelle médaillée d’or au lancer de disque, une autre Soviétique, Nina Romashkova, qu’il rencontre sans le savoir : « e non lo sapevo, e non sapevo nemmeno chi fosse [...] da vero novellino delle Olimpiadi qual ero ».

24 Article de l’Unità, du 19/7/52.

25 De Coubertin affirme dans son Discours prononcé en Sorbonne, en présence de Raymond Poincaré, à l’occasion du XXe anniversaire du rétablissement des Jeux Olympiques : « à certaines époques, la culture intellectuelle et la culture morale n’ont pas de meilleur serviteur que le sport, en sorte qu’il devient désirable qu’elles fassent de lui pour quelque temps le majordome de leur maison. Qu’il s’agisse de consolider entre le muscle et la pensée un équilibre toujours instable et souvent rompu, ou bien de réagir contre les conséquences des exagérations contradictoires qui alternent au sein des civilisations raffinées, il est certain que le temps présent a besoin du sport. Et je rends grâce au ciel de ce qu’ayant aperçu cette vérité, il y a trente ans [...] », in La Revue Hebdomadaire, 23e année, 20/6/1914.

26 « A tutta prima non avevo capito che era lei. Della Dumbadze avevo visto alcune fotografie nell’atto di lanciare il disco; ne avevo ricevuto l’impressione di una specie di statua neoclassica, gigantesca, staccantesi dal frontone d’un edificio pubblico con tutto il suo peso marmoreo; invece, mi trovo dinanzi ad una dolce e affabile signora bionda, graziosa e distinta, che, a parte la possente muscolatura che indovino sotto l’elegante tuta scarlatta, è completamente diversa dalla immagine fantastica che me n’ero creato. La signora Dumbadze è georgiana, vive a Tiflis col marito ingegnere ed ha un bambino piccolo. Abitualmente, bada alla casa e al figlio, e naturalmente si allena allo stadio della sua società, che è la “Dinamo” », in l’Unità du 19/7/52.

27 Article de l’Unità du 19/7/52.

28 Selon le tableau final des médailles pour ces JO, l’Urss et la Hongrie, pays satellite, s’adjugent respectivement les 2e et 3e places, après les EU.

29 En italien, on a deux expressions nuancées : « il dilettantismo finto » et « il dilettantismo di Stato ». L’amateurisme marron est l’expression française de ce phénomène engendré par les idéaux olympiques mêmes de De Coubertin qui ne voulait pas entendre parler d’athlètes professionnels et rémunérés. Le XIe Congrès Olympique en 1981 prendra en compte ce problème avec l’acceptation officielle des sportifs professionnels aux JO et l’arrêt de la sorte de chasse aux sorcières dont furent victimes certains sportifs de haut niveau.

30 Article de l’Unità du 19/7/52.

31 Article de l’Unità du 30/7/52.

32 Pour évoquer encore Nina Dumbadze, dépassée par une de ses compatriotes, article de l’Unità du 3/8/52.

33 l’Unità, 30/07/52 n. 198 p. 3.

34 Nous renvoyons à l’article sur la clôture des JO, du 3/8/1952 : dans sa conclusion, Calvino regrette avec la fin des JO, le retour aux discours de haine de la guerre froide dont sont victimes les « fratelli che prendono la via d’“oriente” e tornano alla loro vita di pacifico lavoro », comme si les athlètes provenant des pays du bloc communiste étaient seules victimes de la propagande occidentale, et qu’une propagande inverse ne pouvait avoir lieu...

35 De nombreux pays, et pas seulement les dictatures fascistes, nazies ou communistes, maquillent le professionnalisme de leurs sportifs en un amateurisme feint. Nous renvoyons à un article en ligne de l’encyclopédie Treccani, Oscar Eleni, Enciclopedia dello sport (2004), « Temi olimpici : dilettantismo e professionismo », consultable sur : http://www.treccani.it/enciclopedia/temi-olimpici-dilettantismo-e-professionismo_%28Enciclopedia-dello-Sport%29/

36 Article de l’Unità du 30/7/52.

37 Cf. les verbes à l’impératif ou non : « cantate pure », « vi prego, riflettete [...] voi sapete », « Siatene pure fieri [...] ma pensate », « Guardate, spettatori americani », in l’Unità du 30/7/1952.

38 Dordoni est la seule médaille d’or italienne en athlétisme.

39 « Facciamo un po’ di autocritica », est-il annoncé parmi les sous-titres de l’article du 30/7/52.

40 Calvino n’avait-il pas imaginé dans un article de 1948, « La partita che non ho visto », rendre compte d’un match auquel il n’avait même pas assisté ?

41 Pasolini a fait du sport toute sa vie et a été un spectateur passionné de cyclisme, de boxe, de foot. Les deux premières chroniques en témoignent au travers de remarques très précises sur ces sports. Par ailleurs, à une question d’Enzo Biagio qui lui demandait ce qu’il aurait aimé faire s’il n’avait pas été écrivain ou cinéaste, n’a-t-il pas répondu footballeur ? in « Enzo Biagi intervista Pier Paolo Pasolini », La Stampa, 4 gennaio 1973, cité dans Valerio Piccioni, Quando giocava Pasolini: calci, corse e parole di un poeta, Limina, 1996, p. 3.

42 Pasolini a été exclu du parti pour des histoires de mœurs en 1949, mais il en demeure proche, preuve en est sa collaboration avec la revue Vie Nuove.

43 Troisième chronique, 10/10/1960, Pier Paolo Pasolini, RR 1, op. cit., p. 1539.

44 La religione del mio tempo (1961) et Poesia in forma di rosa (1964) viendront compléter le tryptique de ce que les critiques ont convenu d’appeler une nouvelle poesia civile.

45 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1539.

46 Une conversation dont la nature est complexe et pas toujours satisfaisante : Pasolini la qualifie, en introduction de « arginata, compressa, incasellata dalla presenza dell’inappuntabile interprete », car il est bien conscient que la barrière de la langue fausse les rapports et sa quête de la vérité. Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1537.

47 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1539. Tout le passage, d’une quinzaine de lignes, est entre parenthèses. Monologue intérieur du chroniqueur ou développement réellement prononcé par l’écrivain-personnage au moment de la rencontre, ce passage exprime une position assez claire et nuancée face au problème de la différence inéluctable des niveaux sportifs selon que l’on est professionnel payé ou amateur. Il dénonce l’absurdité de la règle du baron. Seule la dernière phrase semble un vœu pieux de la part de Pasolini : la qualité, la beauté, la passion sportive peuvent-elles s’affranchir de la distinction entre dilettantisme et professionnalisme, si l’on trouve déjà absurde la règle selon laquelle seuls les amateurs doivent entrer en compétition, et que les performances des athlètes requièrent évidemment des entraînements à plein temps ? Au conflit des personnages présents sur la scène évoquée au restaurant s’ajoute, sans pesanteur aucune, le « conflit intérieur » de l’intellectuel en pleine réflexion et cherchant sincèrement une solution.

48 Ibidem. Ce qui n’est pas sans rappeler la déclaration de Nina Dumbadze, glanée par Calvino dans son premier article sur les JO 52.

49 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1540.

50 Ibidem, p. 1539.

51 Ibidem, p. 1540.

52 Ibidem.

53 Nous renvoyons au premier article où Calvino visite les villages des JO, ou bien le dernier où il évoque des figures sportives en quelques traits.

54 Preuve en est, au début de la même chronique, le rapide portrait de Kapitonov qui ne manque pas de complexité : « Viktor Kapitonov è un giovanotto secco, alto, caldo di energia fisica, timido. Le sue grandi mani ossute toccano con la grazia della goffaggine i piatti e i cibi del ristorante romano, e il suo sguardo è quello di un adolescente », in Pier Paolo Pasolini, RR, 1, op. cit., p. 1537.

55 « La plume et le crayon. Calvino, l’écriture, le dessin, l’image », colloque international dont les articles sont consignés dans la Revue d’études italiennes, Italies, n° 16, CAER, Université de Provence, 2012.

56 Nous reprenons à dessein ce terme de Walter Siti sur Pasolini qui, en introduction de la collection I Meridiani, intitule ainsi son deuxième essai : « Descrivere, narrare, esporsi », in Pier Paolo Pasolini, RR, 1, op. cit., p. XCV. Les trois chroniques des JO ne nous semblent pas déroger dans l’ensemble à cet ordre des choses, tout en précisant seulement que « l’exposition » de Pasolini est double car elle combine idée et émotion, caractéristique par essence de l’autoanalyse, mais encore techniques d’écriture, à savoir simple récit et drame permettant une immersion directe du lecteur dans la scène ré-évoquée.

57 Le PCI n’a déjà pas apprécié ses deux romans, Ragazzi di vita (1955) et Una vita violenta (1959), où Pasolini propose une vision autre du prolétariat, une vision qui échappe au prisme de la lutte des classes en s’intéressant au sous-prolétariat et seulement à celui-ci.

58 Scelesnev se montre curieux comme l’avait été Pasolini à propos de l’Urss et du problème du professionnalisme sportif.

59 Calvino reconnaît en substance cette qualité à Pasolini ; il était admiratif de sa capacité à mélanger les genres. On peut le vérifier dans certaines de ses lettres concernant des textes comme L’usignolo della Chiesa Cattolica, ou Una vita violenta. Cf. Italo Calvino, Lettere 1940-1985, p. 452 et p. 596.

60 Cf. la citation donnée en note 13. L’histoire se répète : n’a-t-on pas dénoncé le même oubli des plus pauvres, aux JO de 2016 à Rio ?

61 « “Dormono tutti?” mi chiedono [Kapitonov e Scelesnev], come passiamo tra le infangate, miserande casette della borgata perse nel livore della notte, mute. [...] Non dormono, no, alla borgata: se ne stanno, esclusi dalla città, come rintanati tra le loro casette. Vedendoci, un po’ alla volta vengono fuori, si raccolgono intorno, è una piccola folla: sono quasi tutti giovani, e come riconoscono Kapitonov, gli si raccolgono intorno, festosi, nei loro eleganti stracci di malandrini », Pier Paolo Pasolini, RR, 1, op. cit., p. 1540-41.

62 « Del resto non è consolante pensare ‒ con Elsa Morante ‒ che venivano più stranieri gli anni passati, al solo scopo di guardare le stanze di Rafaello o le chiese del Bernini? Insieme a tutte le persone dell’intellighentia romana ‒ un po’ maligne, a dire il vero ‒ non so rammaricarmi dell’insuccesso turistico delle Olimpiadi », Ibidem, p. 1536.

63 Considérant qu’une divergence de point de vue n’affaiblit pas une chronique mais l’enrichit, Pasolini convoque les impressions de Morante, même s’il n’est pas d’accord avec elle. Il relaie ainsi les émotions de l’écrivaine : « Elsa Morante, invece, che era alla sua prima gara sportiva della sua vita, era conquistata. Infatti, a suo modo, senza dramma, pronto per una tela di Paolo Uccello o di Dufy, il prato dell’Olimpico, sotto lo spaventoso anello della folla educata, era una cosa stupenda », Ibidem., p. 1534.

64 Choix en revanche de Calvino qui nous décrit par le menu, dans son article du 30/7/52, le cérémonial olympique de la remise des médailles.

65 Dans les deux premières chroniques, il est abondamment fait référence à ce public à la fois bigarré (parce qu’international) et policé (la « folla educata ») qui n’a pas manqué d’étonner Pasolini habitué à d’autres ambiances. Les classes moyennes ou supérieures fréquentent le stade olympique, a contrario de la masse populaire, du prolétariat ou du sous-prolétariat, qui va au bar, sur les rings et aux stades de foot.

66 Pier Paolo Pasolini, RR, 1, op. cit., p. 1540.

67 Il s’agit de sa première conception des gens des borgate, la plus optimiste. Cette conception va se transformer par la suite : d’archaïque et pur, ce monde de déshérités lui apparaîtra ensuite comme un monde sans rédemption possible, où « la haine et l’humiliation sont les seuls sentiments qui règnent », in Nico Naldini, Pier Paolo Pasolini, Paris, Gallimard, 1991, p. 238.

68 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1540.

69 Il y a dans les articles de Calvino un certain goût de la dramatisation, mais elle est plus superficielle. Nous renvoyons par exemple à l’évocation de la cérémonie d’ouverture des Jeux traitée par les deux écrivains. Les articles calviniens du 19/7, 24 et 25/7, ont beau porter sur des détails de la cérémonie d’ouverture des JO, leur restitution dramatique demeure artificielle, plus impersonnelle et mécanique : Calvino se coule dans l’habit du reporter qui observe et enregistre sans trop se mettre au premier plan, sans se démarquer des poncifs de l’esprit des Jeux, ni de celui du communisme. Pasolini en revanche, à la fin de sa première chronique par exemple, déplore puis s’amuse à noter tous les détails qui n’ont pas fonctionné, comme autant de micro-événements dans l’Événement : piètre discours du ministre Andreotti et protocole de la flamme olympique « chahutés » par la foule et les athlètes. S’alignant sur ces mouvements d’humeur et d’impatience des uns et des autres, il retrouve là encore, dans la « simpatica indisciplina » contre la « povera retorica » et le « ciarpame decadente e estetizzante » de l’organisation protocolaire de l’ouverture des Jeux, ce « caos delle partite di calcio » qu’il s’étonnait de ne pas avoir trouvé au début de sa chronique.

70 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1532, c’est nous qui soulignons. Les deux autres chroniques commencent aussi avec des marques à la première personne, caractéristiques du journal intime ou du témoignage bien plus que de l’article de journal sportif classique.

71 « Dramma sul filo » fait précisément référence à une course des JO de Rome, le 400 mètres, disputée par Davis et Kaufmann, et observée par l’écrivain depuis les gradins. L’Allemand Carl Kaufmann et l’Américain Otis Davis font descendre le record olympique en dessous des 45 secondes, à 44,9 ex-æquo. Cependant, la photo confirme que c’est le torse de l’américain qui touche en premier la ligne d’arrivée (le fil), reléguant le sprinter allemand à la 2e place. On peut revoir cette course décrite par Pasolini, en suivant ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=F_dHu-X9KtE

72 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1533.

73 Ibidem, p. 1535. Pasolini suggère ici la folie de la volonté de l’athlète olympique qui réduit son corps à l’état d’automate et de chose (chiffon) à la fin de la course. La folle passion de gagner qui se dégage de cette compétition inspire au spectateur qu’a Pasolini, des sentiments de pitié voire de répulsion car le sportif abaisse son corps à l’état de loque ambulante, peu compatible avec l’idée de santé ou même de haute valeur humaine.

74 La boxe, le cyclisme et le foot ont des origines populaires et qu’ils s’opposent à l’athlétisme, dont la pratique est plus élitiste. Ainsi peut-on mieux comprendre les goûts de Pasolini.

75 Pasolini convoque à côté du théâtre et de la poésie, la peinture : les allusions expresses à des peintres émaillent cette deuxième chronique.

76 « altra più leggibile, distesa e drammatica emozione », anticipe Pasolini (in Pier Paolo Pasolini, op. cit, p. 1535) pour introduire les récits de deux scènes qu’il veut évoquer en tant que spectateur : les courses du 400 et 1500m, et le tir à la corde sur la plage d’Ostie, pour illustrer sa méditation sur l’esprit de compétition et sur le sentiment de participation du spectateur, une fois finie sa description du Stade Olympique (son cadre, à savoir gradins, pistes et pelouses, et ses personnages, public, sportifs et juges).

77 Pasolini, considérant ce fait comme acquis, évacue la question du sport devenu spectacle en qualifiant d’inutiles le regret du passé et l’indignation.

78 Les JO de Rome sont les premiers, après les Jeux d’hiver de Cortina, où la télévision couvre l’ensemble des compétitions en Eurovision, générant beaucoup d’argent pour la télé et pour le CIO.

79 Pier Paolo Pasolini, op. cit., p. 1531.

80 L’affection de Pasolini pour les sports populaires, et le cyclisme en particulier, ne faiblit pas. Quelques années plus tard, invité par Sergio Davoli sur le plateau de l’émission culte « Processo alla tappa », il répond aux questions du cycliste Vittorio Adorni, situation inverse à celle de la 3e chronique où c’est Pasolini qui posait les questions. On peut revoir l’extrait en suivant ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=TnI5arbTZgI

81 Ces dernières, piquées au vif dans leur fierté à cause de la défaite de leurs hommes contre un groupe de Hongrois mieux bâtis, remportent la revanche au tir à la corde (autre sport populaire) grâce à leur obstination : un défi plus simple et noble que celui de l’athlète allemand, selon Pasolini.

82 Cf. sa lettre à R. Brignetti du 11/6/53 : « Caro Brignetti, smetti subito di fare il giornalista, mestiere incompatibile con quello di scrittore; o meglio in un giornale si può anche lavorare ma a patto di non scriverci; puoi fare il redattore, il cronista, ma mai l’inviato o comunque un lavoro per cui devi scrivere articoli; il giornalista è un mestiere di enorme importanza sociale, e che richiede doti eccezionali, ma che non può essere coltivato a fianco della letteratura, perché non puoi nello stesso tempo usare lo stesso strumento: il linguaggio, la scrittura, in due modi completamente diversi. Ma più importante ancora è che tu smetta subito di viaggiare: viaggiare non serve assolutamente a nulla, tranne che a divertirsi e ad impedire di scrivere. È impossibile scrivere se non di ciò che si è vissuto per anni e anni e lungi dal divertirci e dall’interessarci ci ha annoiato e fatto soffrire.Te lo dice uno che viaggia e fa il giornalista spesso e volentieri; che, anzi, non potrebbe vivere senza, ogni tanto, viaggiare e fare il giornalista; ma che non potrebbe scrivere una riga se non si proibisse per buona parte dell’anno di viaggiare e fare il giornalista. », in Italo Calvino, Lettere 1940-1985, op. cit., p. 372-3. Les chroniques journalistiques de Pasolini démentent la conception de l’écriture de Calvino car elles montrent que l’écriture littéraire peut faire bon ménage avec le journalisme. Sa première expérience journalistique date d’un an avant : La lunga strada di sabbia, (1959), elle aussi republiée dans RR1. Calvino verse dans la littérature (ses recherches le Fiabe italiane au milieu des années 50, son attrait pour la littérature expérimentale dans les années 60) : il ne renouvelle pas avant les années 70 une expérience de chroniqueur et journaliste (dans les journaux du Corriere della sera et de la Repubblica, notamment), et ce malgré un voyage aux EU en 1959-60 qui devait donner lieu à une publication chez Einaudi. Il se décidera à publier ses écrits journalistiques bien plus tard, dans les années 80 : il s’agit des livres Collezione di sabbia et Palomar.

83 C’est nous qui soulignons, dans cette lettre à Pier Paolo Pasolini du 7/2/73, in Italo Calvino, Lettere 1940-1985, op. cit., p. 1196. L’analyse calvinienne fait écho à la lettre, bien plus ancienne dans laquelle il expliquait à Raffaello Brignetti sa conception de l’écriture littéraire par rapport au journalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Granat-Robert, « Chronique des Jeux Olympiques par Pasolini et Calvino »Italies, 23 | 2019, 331-361.

Référence électronique

Sandrine Granat-Robert, « Chronique des Jeux Olympiques par Pasolini et Calvino »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/italies/7624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7624

Haut de page

Auteur

Sandrine Granat-Robert

Aix Marseille Université, docteur CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search