Navigation – Plan du site
Commentaires sportifs

Sport et press online : la relativité du temps et de l’espace

L’exemple du tennis
Laura Guidobaldi
p. 399-411

Résumés

Être au cœur d’un grand événement, en connaître les rouages et les acteurs : aujourd’hui c’est possible de différentes manières, grâce aux nouvelles technologies journalistiques de communication, en particulier avec Internet. Il s’agit d’un constat que l’on peut faire dans de nombreux domaines, et tout particulièrement dans celui du sport où, bien souvent, l’actualité a une portée qui ne se limite pas à une seule journée. Elle s’inscrit généralement dans un contexte de compétition qui s’étale sur plusieurs jours, voire sur plusieurs semaines. D’où la nécessité d’une constante mise à jour de l’information, à même de répondre à l’assiduité avec laquelle les lecteurs, aussi bien amateurs que professionnels, consultent les sites concernés. Une semblable démarche n’est pas sans conséquences sur la perception que l’on peut avoir du temps et de l’espace. Sur le web l’espace n’est plus géographique, les distances sont abolies et, de même, les schémas traditionnels du temps sont remis en question. C’est ce que notre article s’efforcera de démontrer à partir de l’exemple du journalisme de tennis.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique:

Italie

Index chronologique:

XXIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les tournois du Grand Chelem (Australian Open, Roland Garros, Wimbledon et US Open), ainsi que le (...)

1Dans l’extrême complexité que représente le réseau des liens qui unissent l’événement sportif, l’information qui en rend compte et leur réception par les internautes, le web joue le rôle d’un formidable modérateur. Non seulement il abolit, ou tout au moins, relativise les distances et le temps, mais en outre il se prête à une interaction avec le public par le biais des social forums et de l’information en direct à travers les réseaux sociaux. Il faut rappeler qu’aujourd’hui les sites d’information (dans le sport comme dans les autres domaines), disposent d’une page Facebook et d’un compte Twitter, voire d’un compte Instagram (plus particulièrement dédié à l’image). Parmi les nombreux exemples possibles, nous évoquerons celui que nous connaissons le mieux, par expérience personnelle, à savoir le tennis à son niveau le plus élevé, celui des grands tournois internationaux1.

Écrire, écrire... et écrire encore

  • 2 Du reste, à l’heure actuelle, pour survivre, les grands journaux ont dû créer aussi leur version (...)

2Accomplir aujourd’hui la tâche de journaliste pour le web, cela implique une fréquence de l’écriture particulièrement intense, fébrile, presque ininterrompue ; un site web doit être constamment à jour, il doit fournir pratiquement en temps réel toutes les dernières nouvelles qui, aussi vite qu’elles paraissent, cèdent la place à d’autres toujours plus actualisées, pour ne pas dire immédiates. Il s’agit non seulement d’une écriture qui ne s’accorde pas de répit, mais aussi d’une écriture hétérogène, variée et composite. Cela est aussi valable, bien évidemment, pour un site sportif informatique : qu’il s’occupe du sport en général ou d’un sport en particulier, il met en œuvre toute une gamme de registres, de codes de communication, de styles et de discours toujours en mouvement, différents mais en même temps complémentaires. Il s’agit de satisfaire un public de lecteurs de plus en plus vaste, mais surtout qui s’avère être, lui aussi, très hétérogène. Le public qui s’intéresse au sport sur le web forme un tout très disparate, dont les attentes sont multiples et variées. Si l’on prend pour critère l’âge des internautes, on s’aperçoit qu’ils sont souvent jeunes, pour la plupart, mais cela n’empêche pas que toutes les classes d’âge soient plus ou moins représentées. C’est un constat qu’en revanche on ne peut plus faire en ce qui concerne la presse papier, dont les magazines et les journaux sont nettement moins fréquentés par les classes les plus jeunes. À cela s’ajoutent les difficultés contextuelles que rencontre aujourd’hui la presse écrite, en raison notamment de la crise économique, mais aussi de l’omniprésence des outils connectés consultables à tout moment (tablettes et smartphones). La possibilité, moyennant un simple abonnement, de disposer à la demande d’un journal en version numérique, attire davantage un public qui se situe dans une tranche d’âge relativement jeune. Et ceux pour qui le coût d’un abonnement reste un obstacle, ont la possibilité de télécharger gratuitement l’application du journal, qui donne accès à une large part de l’information (nous pensons à des quotidiens sportifs comme La Gazzetta dello Sport, en Italie, ou L’Équipe, en France2).

  • 3 Peter Bodo (1949) est un journaliste sportif américain, principal éditeur de Tennis Magazine et d (...)
  • 4 Fabio Severo, Scrivere di tennis, un mestiere dai mille volti, 10 mars 2013, www.ubitennis.com

3À la lumière de ces différents paramètres d’approche, nous désirons orienter notre réflexion en direction du journalisme du tennis, que nous pratiquons personnellement depuis bientôt dix ans. Le premier constat que nous formulerons est que de grandes signatures du journalisme sportif, qui ont marqué l’histoire du tennis au sein de la presse écrite “traditionnelle”, mettent aujourd’hui leur savoir-faire et leurs compétences au service d’Internet (comme, par exemple, les Américains Peter Bodo et Steve Flink, ou les Italiens Ubaldo Scanagatta et Daniele Azzolini, pour ne citer que quelques noms particulièrement représentatifs3). Un journaliste italien a écrit que l’on a « d’un côté un secteur en crise, celui de la presse écrite papier ; et de l’autre, un secteur en constante expansion et mutation, celui de l’information diffusée sur le web. C’est dans la distance toujours plus “dramatique” qui sépare ces deux domaines, que l’on mesure aujourd’hui la nature complexe du métier de journaliste sportif4 ».

4Écrire sur le web requiert d’indéniables facultés d’adaptation : vitesse, concision, interaction constante, souplesse, connaissances informatiques car, très souvent, l’on insère soi-même dans le système sa propre production journalistique, qu’il s’agisse de textes, de photos, de documents audio ou vidéo. Mais que veut dire écrire sur le tennis aujourd’hui ?

5En Europe le tennis est le deuxième sport le plus suivi après le football. C’est une réalité très positive si l’on pense que le tennis est une discipline individuelle et non pas un sport collectif. En effet, les autres sports individuels (comme la Formule 1, le golf, la boxe, etc.) ne bénéficient pas d’une telle assiduité de la part du public. Dans l’univers sportif mondial, le tennis est omniprésent, avec un circuit international très intense, un nombre important de tournois et de compétions sous différentes formes, dont les plus spectaculaires sont les tournois du Grand Chelem, masculins et féminins, les Masters 1000 pour les hommes et les tournois Mandatory pour les femmes. Sans oublier les Championnats par équipes masculins et féminins (Coupe Davis et Fed Cup), les Masters de fin d’année avec les huit meilleurs joueurs et joueuses de l’année, ainsi que d’autres tournois d’un rang inférieur mais non moins suivis et populaires. C’est pourquoi le tennis attire toujours les journalistes professionnels et les nombreuses structures d’information qui les emploient : les télés, les radios, les agences de presse, les journaux et les sites web.

L’éternité de l’éphémère

6Comme dans la presse papier, sur un site Internet on peut distinguer différentes catégories de textes. L’“opérateur” sportif peut, bien sûr, consacrer son texte à une simple chronique dans laquelle il se contente de relater les faits avec précision, un style concis qui ne nuit pas pour autant à la richesse des détails. Il s’agit là d’un journalisme factuel et c’est précisément ce qui en fait, dans ce contexte, un journalisme efficace. Si nous devons suivre un match, nous parlons strictement de ce match, une sorte de compte rendu qui va à l’essentiel. Le temps y est condensé et résumé. L’ordre chronologique est rigoureusement observé au rythme des événements qui s’enchaînent. Jeu après jeu, le journaliste rapporte à ses lecteurs les faits marquants qui se produisent sur le court et modifient ou entretiennent la physionomie du match. Cela répond aux attentes des lecteurs (surtout ceux qui ne sont pas devant leur écran de télévision), et le chroniqueur se met en quelque sorte en retrait pour laisser place à l’événement qui devient le véritable “protagoniste” de l’article. S’il s’agit d’une rencontre particulièrement significative comme, par exemple, une finale, il est utile de fournir d’abord un sommaire étoffé qui puisse résumer le déroulement du match. Le lecteur est ainsi à même de se faire une idée du contexte, des étapes et faits marquants. Voici un exemple extrait de notre compte rendu de la finale du Masters 1000 de Montecarlo (2019), qui a vu triompher le joueur italien Fabio Fognini (actuellement n° 10 mondial) :

7On trouve ensuite le véritable corps de l’article, à savoir la description de la rencontre avec les moments saillants et l’épilogue. Il ne s’agit pas, là encore, de tout préciser, point par point, mais bien de rendre compte des étapes déterminantes du match, ses éventuels revirements, ses coups de théâtre, etc. En somme, si le journaliste doit être précis (avec une attention particulière aux détails techniques et tactiques), il doit aussi faire preuve de concision :

8Même s’il s’agit d’un texte principalement consacré au déroulement du match, il est utile de compléter ces informations par quelques déclarations des joueurs qui rencontrent l’ensemble des journalistes dans le cadre des conférences de presse d’après-match. L’espace illimité d’une page web, permet également de réaliser un article complémentaire avec seulement les déclarations des joueurs en conférence de presse. Une solution qui, en revanche, n’est pas toujours possible dans la presse papier en raison des limites typographiques imposées par la page du journal. Un article destiné à paraître dans la presse écrite est, en effet, soumis à certaines contraintes, comme le nombre exact de caractères et d’espaces, et une sélection rigoureuse des thèmes à traiter. Voici, toujours dans le cadre du Masters 1000 de Montecarlo (2019), notre article sur la demi-finale, rédigé pour la presse écrite, avec un nombre de caractères limité à 2.500 :

«QS - Quotidiano Sportivo», domenica 21 aprile 2019, p. 15

9Quant au temps disponible pour rédiger ces articles, il est aussi différent selon que l’on écrit pour le web ou pour la presse papier. Ainsi, pour l’article du web consacré à la finale, nous disposions de très peu de temps (15 à 20 minutes), car sur internet l’actualité sportive doit paraître très vite ; en revanche, pour le texte de la presse écrite, le temps dont nous disposions était de 2 à 3 heures. Une fois le match terminé, le journal communique au rédacteur de l’article les attentes relatives à la teneur du texte et au nombre de caractères. Le texte doit parvenir à la rédaction en fin d’après-midi ou en début de soirée, pour que l’on puisse ensuite procéder au titrage, à la mise en page et, bien sûr, à l’impression, afin que le journal soit disponible et mis en vente tôt, le lendemain matin.

  • 5 Cela s’explique également par le grand nombre de matchs, d’événements et de conférences de presse (...)

10Les articles d’information sont, certes, les plus éphémères : sans cesse de nouveaux textes viennent remplacer les précédents5. Mais, grâce au web, ils ne disparaissent pas totalement, puisqu’ils demeurent en mémoire dans les bases de données informatiques qui constituent, en quelque sorte, l’éternité du world wide web.

  • 6 Le lien peut avoir deux natures différentes : le surface linking (la page d’accueil) et le deep l (...)

11Une autre modalité de la durabilité numérique de ces articles éphémères, est représentée par la présence éventuelle d’un ou de plusieurs liens (les links) qui renvoient à des textes périphériques, et qui servent de rappels, de références, d’approfondissements, comme autant de tiroirs informatifs que l’on ouvre et que l’on referme successivement, chose bien sûr inenvisageable dans la presse papier traditionnelle6.

12À coté de ce genre de communication, il en existe un autre qui fait appel à une concision encore plus grande :

13Il s’agit de l’article-flash, sorte de brève - dernières nouvelles, coups de théâtre, curiosités diverses, etc.7 - pour laquelle le journaliste dispose d’une dizaine de minutes de rédaction, veillant à la mise à jour constante du site pour lequel il travaille, dans une démarche alternative avec ses collègues. Cette démarche assure au site un renouvellement régulier et systématique de l’information (autre grande différence avec la presse papier). Les flashes peuvent être considérés comme des pièces d’une mosaïque, un patchwork de l’information quotidienne qui permet au site de se maintenir à un niveau de compétitivité nécessaire à sa survie dans l’univers mouvant et versatile des blogs et des websites.

14Mais ce qui enrichit encore l’impact d’un site web, c’est que dans le même temps, le même auteur peut se consacrer à un autre genre de texte, qui va figurer à côté du texte factuel. En l’espace de quelques minutes, le chroniqueur de tennis concis et neutre se transforme en narrateur prolixe et impliqué, et il devient à la fois “scénariste” et acteur d’une projection hypothétique ou extrapolation de l’information. Il fonde toujours sa démarche sur la réalité, sur des événements réels concernant tel ou tel joueur, mais il peut tout aussi promptement construire une réflexion personnelle sur un événement, une compétition ou un champion. Il peut avancer des hypothèses, imaginer plusieurs scénarios. Il est fréquent, que les articles soient consacrés à la biographie d’un champion qui a contribué à l’histoire du sport, avec des bilans sur sa vie, ses victoires, ses défaites et des hypothèses sur ce qu’il aurait fait avec, par exemple, des choix techniques différents, un autre entraîneur, une meilleure condition physique, etc. Ce sont des articles d’approfondissement, rédigés à la faveur d’un élément déclencheur qui conduit le journaliste à en dire plus, à élargir son point de vue, à réfléchir et à dresser un bilan. Ils peuvent également obéir à d’autres motivations, comme le besoin de développer un sujet, de faire connaître un personnage, d’analyser et commenter l’actualité ou l’évolution des tournois :

  • 8 Nicolas Pelissier, Le journalisme narratif : vecteur privilégié du storytelling ou antidote à ses (...)

15Sur le web, on le sait, l’espace et le temps sont annulés, seule compte l’actualité. Le temps n’est ni aujourd’hui ni demain, mais le présent, c’est-à-dire le temps que dure la connexion. Dans un tel contexte, les éditoriaux et les articles d’analyse élargissent l’espace et dilatent le temps : ils occupent une place privilégiée dans la configuration de la home page, où ils sont visibles plus longtemps, susceptibles de rester d’actualité pendant plusieurs jours. Cela peut aller jusqu’à une forme très avancée de l’appropriation de l’événement par l’écriture où la frontière entre chronique et texte d’approfondissement s’efface pour laisser place à une évocation très subjective et personnalisée, in situ, non seulement de l’événement sportif mais aussi de l’espace-temps dans lequel il se déroule. Nous pensons ici, en particulier, à ces chroniques-bilans dans lesquelles le journaliste écrit aussi sur soi, manifeste de plus en plus sa présence8, raconte ses émotions, ses sensations, ses déconvenues éventuelles. Et toutes les techniques de la narration y trouvent leur place : les interjections, les questions rhétoriques, l’humour, l’ironie, la polémique, etc.

Du texte à l’image : une autre approche de l’espace et du temps

  • 9 C’est le problème qui se pose lorsque le media n’a pas un photographe sur place. Parfois, les cor (...)

16L’écriture journalistique pour le web offre en outre une grande facilité et souplesse d’utilisation des images, à condition, bien sûr, de s’en tenir aux règles de la déontologie comme celle du respect des droits d’auteur. Sur un site Internet chaque texte peut être agrémenté d’une ou de plusieurs images, l’image d’ouverture mais aussi celles que l’on peut ajouter directement dans le corps du texte. Une modalité extrême de l’utilisation de l’image consiste en un récit entièrement iconographique, d’où le texte est pratiquement aboli (la gallery). Le journaliste rend compte de l’événement par une succession de photos sans limite de quantité, éventuellement accompagnées de brèves didascalies. Nous sommes là dans un cadre remarquable d’effacement des distances et du temps, car ces photos sont généralement insérées sur le moment par le journaliste et très vite vues par les internautes qui ont ainsi, d’une certaine manière, l’illusion réaliste de se trouver parmi le public et au cœur de l’événement. Du reste, le choix de la ou des photos à l’appui du texte dépend rigoureusement de leur actualité, qui doit être conforme à celle de l’événement : si, par exemple, l’on relate le douzième titre de Rafael Nadal à Roland Garros (remporté en juin 2019), on ne doit pas recourir à une photo trop ancienne ou prise dans un cadre totalement différent de ce tournoi9. L’illusion est encore plus forte lorsque les images se présentent sous la forme de séquences vidéo - quand les règles du tournoi le permettent - qui actualisent l’espace et le temps. C’est une façon, pour le correspondant sur place, de partager spontanément la proximité de l’événement avec ses lecteurs, mieux que ne sauraient le faire la médiation d’un simple texte ou la fixité des photographies. Mais le journaliste peut aussi utiliser des documents audio qui correspondent, par exemple, à des interviews qu’il a obtenues de joueurs, d’entraîneurs ou d’autres personnalités présentes dans le tournoi.

17L’internaute qui n’a eu accès aux matchs et aux reportages sous aucune autre forme, peut bénéficier d’une information substantielle et complète, non seulement grâce aux textes qu’il peut lire, et qui sont susceptibles d’être encore mis à jour au moment où il en prend connaissance, mais également grâce aux documents audio et vidéo qui accompagnent le texte, dressent un bilan de la journée et, encore une fois, contribuent à relativiser sa perception de l’espace et du temps, en lui faisant revivre l’événement avec une forte sensation ou illusion d’actualité. C’est un pas important vers une forme de communication interactive et socialisée qui trouvera toute sa mesure dans la mise en œuvre des réseaux sociaux.

La contribution des réseaux sociaux

18Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, le journalisme adopte une démarche dialectique pour devenir un espace de confrontation en temps réel. Prenons, par exemple, le tournoi par équipes de la Coupe Davis. Lorsque les joueurs italiens sont en train de disputer un match décisif au Canada, Internet permet d’ouvrir et de nourrir en temps réel un débat sur les réseaux sociaux, notamment Twitter ou Facebook, où s’instaurent un dialogue à distance et une interaction constante, une sorte de match dans le match qui allie ou oppose les internautes connectés, journalistes, joueurs, simples lecteurs, dans un discours à charge et à décharge, très souvent vif et polémique. Les réponses, que l’on se trouve au Canada, en Italie ou au Kazakhstan, concernent les mêmes sujets. La barrière du décalage horaire est effacée, n’existe plus, la dimension spatiale non plus. Il se crée une nouvelle dimension spatio-temporelle, sorte de temps zéro.

19Même lorsque les journalistes sont géographiquement éloignés, l’immédiateté de la communication par le biais du web permet d’instaurer un débat avec, entre autres, des éléments très techniques comme les statistiques et les scores en direct, dans un véritable fourmillement numérique.

  • 10 Un autre avantage des sites Internet de journalisme est de permettre un retour quasi instantané d (...)

20Ces dernières années ont vu également se développer les diffusions en direct sur Facebook : des journalistes, au cœur de l’événement, s’adressent en direct aux lecteurs à partir de la page Facebook du site. Ils peuvent ainsi interagir avec eux, répondre à leurs questions et échanger des opinions. Il s’agit d’une autre facette de la presse online, axée sur l’échange et l’interactivité10, un moyen de fidéliser le public qui attend son rendez-vous quotidien pendant toute la durée du tournoi. Facebook n’est pas le seul moyen d’atteindre ce but, d’autres réseaux sociaux y contribuent comme Twitter et Instagram, avec des modalités propres à chaque support.

21Enfin, si sa mission première sur le net reste bien celle d’informer, et d’informer autant que possible en temps réel, le journalisme sportif peut aller plus loin dans son exploitation de cet outil informatique. Il peut proposer aux internautes, un cadre fictionnel d’information sous une forme à la fois sportive et ludique. S’agissant de tennis, cette approche novatrice de l’événement sportif porte le nom de Fantatennis. Sur la base des règles et des structures authentiques fixées par l’organisme responsable des événements internationaux, le site propose un jeu pour permettre aux internautes passionnés de participer virtuellement à l’événement sportif. Le jeu est essentiellement basé sur un concours de pronostics sur les résultats des matchs qui vont réellement se disputer le jour même. Les gagnants remportent des points qui reproduisent ceux que, dans la réalité des matchs, remportent les joueurs, vainqueurs des différentes phases d’un tournoi. La finalité du jeu consiste à donner à l’internaute l’illusion d’être dans la situation du joueur et de progresser à son rythme dans le tournoi en connaissant les mêmes succès ou les mêmes défaites. Mais au delà, l’objectif visé est la création d’un forum d’échanges entre différentes nationalités, classes d’âges et milieux sociaux, amplifié notamment par les réseaux sociaux. Un groupe très disparate qui peut aller de l’adolescent de 13 ans, rompu à l’outil informatique, au sexagénaire missionnaire en Guinée-Bissau, passionné de tennis.

Conclusion

22Pour conclure, rappelons que, bien entendu, l’information est en perpétuel mouvement et en évolution constante. Et il s’agit d’une évolution qui se fait parallèlement à celle de l’outil technologique qui la véhicule. On est donc probablement encore très loin d’imaginer jusqu’où cela pourrait conduire, et l’on peut légitimement se demander à quelle vitesse et sous quelles formes nous parviendront, dans l’avenir, les informations sportives ou autres. Qui peut dire si, un jour, nos confortables ancrages de l’information dans le passé et le présent ne seront pas tout bonnement remis en question par une information en provenance du futur et donc plus rapide que l’événement-même ?

Haut de page

Notes

1 Les tournois du Grand Chelem (Australian Open, Roland Garros, Wimbledon et US Open), ainsi que les championnats de Coupe Davis et Fed Cup, et quelques autres événements majeurs dépendant de l’ATP World Tour (circuit international du tennis masculin) et du WTA Tour (circuit international du tennis féminin).

2 Du reste, à l’heure actuelle, pour survivre, les grands journaux ont dû créer aussi leur version numérique, ainsi que les applications pour tablettes et smartphones.

3 Peter Bodo (1949) est un journaliste sportif américain, principal éditeur de Tennis Magazine et de Tennis.com. Il collabore également avec le New York Times. Il a été récompensé deux fois comme «Best Writer of the Year» par le WTA Tour (Women Tennis Association). Steve Flink est également un journaliste américain et un historien. Il a été correspondant pour World Tennis Magazine et Tennis Week, commentateur pour CBS, NBC, ESPN. Il collabore avec Tennis.com et, depuis 2007, travaille comme éditorialiste pour le journal en ligne Tennis Channel. Depuis 2017, il fait partie de la International Tennis Hall of Fame, reconnaissance suprême pour les joueurs, les coaches et les journalistes de tennis. Ubaldo Scanagatta (1949) est un ancien joueur de tennis italien de niveau national. Devenu journaliste, il a travaillé longtemps pour le quotidien La Nazione dont il était aussi correspondant dans les grands tournois de tennis. Il a couvert 150 Grands Chelems (ainsi que de nombreux autres grands événements). Il a aussi été commentateur à la télévision pour Tele+, La 7 et Sky Italia. En 2008 il a fondé Ubitennis.com, le site de tennis le plus consulté en Italie et en Europe. En janvier 2019, Ubitennis a été classé troisième lors de la remise des AIPS Sport Media Award, à Lausanne. Daniele Azzolini, romain, est journaliste et écrivain. Ancien collaborateur de Il Tempo et Epoca, depuis 2002 il dirige Matchpoint Tennis Magazine, rebaptisé Tennis Match en 2016. Azzolini a couvert plus de 100 tournois du Grand Chelem ; il a créé, en 2012, le site de tennis www.oktennis.it

4 Fabio Severo, Scrivere di tennis, un mestiere dai mille volti, 10 mars 2013, www.ubitennis.com

5 Cela s’explique également par le grand nombre de matchs, d’événements et de conférences de presse qui caractérisent ces compétitions.

6 Le lien peut avoir deux natures différentes : le surface linking (la page d’accueil) et le deep linking (page spécialisée). Cf. Ilaria Guidi, Dal cartaceo al web: l’evoluzione del giornale, www.compassunibo.wordpress.com

7 https://www.ubitennis.com/blog/2019/05/30/kiki-mladenovic-stizzita-con-un-giornalista-francese-ma-lei-sa-che-siamo-in-finale-di-fed-cup/

8 Nicolas Pelissier, Le journalisme narratif : vecteur privilégié du storytelling ou antidote à ses dérives ? in Du storytelling à la mise en récit des mondes sociaux : la révolution narrative a-t-elle eu lieu ? Paris, L’Harmattan, 2012, p. 117-134.

9 C’est le problème qui se pose lorsque le media n’a pas un photographe sur place. Parfois, les correspondants accrédités, si la charte du tournoi le permet, peuvent prendre des photos pour ensuite les mettre en ligne. Mais ce n’est pas toujours le cas et le site a alors recours à des photos soit payantes soit libres de droits, disponibles sur le net.

10 Un autre avantage des sites Internet de journalisme est de permettre un retour quasi instantané de la part des lecteurs (le feedback), qui peut trouver place également à la suite d’un article, dans la section des commentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Guidobaldi, « Sport et press online : la relativité du temps et de l’espace »Italies, 23 | 2019, 399-411.

Référence électronique

Laura Guidobaldi, « Sport et press online : la relativité du temps et de l’espace »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/italies/7724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7724

Haut de page

Auteur

Laura Guidobaldi

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals