Skip to navigation – Site map

HomeNuméros23Comptes rendusStefano Cartei, La tradizione a s...

Comptes rendus

Stefano Cartei, La tradizione a stampa delle opere di Leon Battista Alberti, Edizione nazionale delle Opere di Leon Battista Alberti, Vol. I e II

Firenze, Polistampa, 2017, 985 pages.
Théa Picquet
p. 429-430
Bibliographical reference

Stefano Cartei, La tradizione a stampa delle opere di Leon Battista Alberti, Edizione nazionale delle Opere di Leon Battista Alberti, Vol. I e II, Firenze, Polistampa, 2017, 985 pages.

Full text

1Les deux volumes de 985 pages, qui s’inscrivent dans la collection « Strumenti » (n° 8) de l’édition nationale des œuvres de Leon Battista Alberti, comportent, outre un très riche index des lieux d’édition (p. 853-876), un autre précieux index des maisons d’édition (p. 877-904), un index chronologique des œuvres (p. 905-931), un index des Archives et des Bibliothèques (p. 932-945), un index des manuscrits et des documents d’archives (p. 946-951), un index des auteurs secondaires (p. 952-953), un index des dédicataires (p. 954-955), un index des propriétaires (p. 956-957), un index des noms propres (p. 958-977), et enfin le Plan éditorial de l’édition nationale des œuvres de Leon Battista Alberti (p. 979-981), tous indispensables à la bonne consultation de l’ouvrage.

2La démarche de Stefano Cartei est celle d’un véritable chercheur : claire, progressive et efficace. Dans son introduction (p. 67-98), il fait le point sur la fortune des publications des œuvres de l’humaniste italien et met en évidence certaines lacunes qu’il comble avec succès. Suivant les traces d’Eugenio Garin et de P. O. Kristeller, il se propose de suivre « l’itinéraire des textes ». Il part de la question suivante : « Que signifie écrire des livres ? » et avoue se heurter à deux difficultés : la première est que les livres d’Alberti s’avèrent plutôt rares, exception faite de ses traités d’art, et qu’ils ne figurent que partiellement dans les recueils ; la seconde est la multiplication des éditions et des traductions qui ont vu le jour ces dernières années. Il souligne avec raison qu’aucune édition n’a été autorisée par l’auteur lui-même. La recherche entreprise apparaît ainsi comme celle d’une « fortune posthume ». Elle dresse en fait le bilan de l’infortune d’Alberti à travers les siècles, souligne la rareté de la diffusion des manuscrits et l’absence de textes imprimés, dévoile que la production d’Alberti en langue vulgaire a été longtemps ignorée. Stefano Cartei montre enfin comment cette infortune de l’auteur entre en contradiction avec sa renommée de « génie universel », avec le succès de ses traités d’art. Le XXe siècle marque un tournant et Stefano Cartei rend hommage à Cecil Grayson et à Eugenio Garin, « redécouvreur » des Intercenales, Les propos de table. Il salue le numéro monographique de Rinascimento (composé en 1972 et publié en 1974), mais il met tout particulièrement en exergue le projet d’édition nationale des œuvres de Leon Battista Alberti, porté par Roberto Cardini ces dernières années. C’est dans le sillage de ce dernier qu’il souhaite participer à la « redécouverte définitive » de notre auteur. Il s’agit donc d’une démarche scientifique de très haut niveau, d’un chercheur qui entend marquer un point d’étape dans un travail de longue haleine.

3L’objectif que Stefano Cartei s’était fixé au départ était celui de se limiter aux éditions des XVe-XVIe siècles. Puis il l’a étendu jusqu’en 2004, année du sixième centenaire de la naissance d’Alberti. Il envisage de fournir un répertoire aux études sur Leon Battista, un répertoire ouvert qui sera amendé et amplifié au fil du temps. C’est ainsi que le grand mérite de cet ouvrage est de porter à la connaissance du lecteur un recensement tout à fait innovant des œuvres de l’auteur et de pallier ainsi l’absence de données documentaires, mais il rend surtout justice à la réputation de l’humaniste.

4Le corpus étudié est celui fixé en l’an 2000 par le Plan éditorial de l’édition nationale des œuvres d’Alberti, qui est rappelé à la fin du second volume (p. 984-985), et se divise en sept catégories : Biographica, Trattatistica d’Arte, Trattatistica morale, Opere comico-umoristiche, Scritti sull’amore e il matrimonio, Scritti linguistici, Opuscoli e frammenti. Ce qui correspond à près de quarante-sept titres. C’est dire l’ampleur du travail accompli par Stefano Cartei.

5Cette publication apporte d’inestimables informations sur l’écriture et sur la fortune de l’écrivain italien. Après la liste des abréviations et la fiche descriptive, le recensement (p. 103-850) constitue le corps de l’ouvrage et se divise en deux parties. La première se consacre aux recueils, Sillogi, (p.  105–182), enrichie d’un Appendice avec les Œuvres latines par Roberto Cardini et la recension correspondante. La seconde (p. 183-790), s’attache à l’étude œuvre par œuvre. Elle est complétée par trois Appendices : la première (p. 791) concerne les œuvres « illégitimes », celles qui ne sont pas authentifiées ; la seconde (p. 841-844), les œuvres égarées : la troisième (p. 845-850), les œuvres « fantômes », dont n’existent que quelques traces.

6Après le titre de chaque œuvre, Stefano Cartei propose une description externe, une description interne qui se développe autour du contenu, de la présence éventuelle de dédicaces, de la division en livres ou en parties, du paratexte. Les notes relatives aux différentes éditions, philologiques, critiques ou historiques, sont particulièrement bienvenues. La bibliographie affiche pour objectif la fortune de l’auteur. Les exemplaires examinés témoignent de l’ampleur du travail de recherche : sont précisés la bibliographie relative à chacun d’eux, les cotes, les mélanges, la provenance et les éventuelles annotations. La rubrique « Autres exemplaires » concerne les copies, repérées par ordre alphabétique, puis géographique : Péninsule italienne, État du Vatican, Europe et Monde ; ce qui situe la recherche sur le plan international.

7En conclusion, le caractère hautement scientifique de la démarche et la mise en lumière de textes souvent oubliés confèrent à ce livre une valeur incontestable et en font une référence indispensable pour les chercheurs : il marque un grand pas pour la redécouverte du patrimoine littéraire italien et européen.

Top of page

References

Bibliographical reference

Théa Picquet, “Stefano Cartei, La tradizione a stampa delle opere di Leon Battista Alberti, Edizione nazionale delle Opere di Leon Battista Alberti, Vol. I e II”Italies, 23 | 2019, 429-430.

Electronic reference

Théa Picquet, “Stefano Cartei, La tradizione a stampa delle opere di Leon Battista Alberti, Edizione nazionale delle Opere di Leon Battista Alberti, Vol. I e II”Italies [Online], 23 | 2019, Online since 03 March 2020, connection on 17 June 2021. URL: http://journals.openedition.org/italies/7779; DOI: https://doi.org/10.4000/italies.7779

Top of page

About the author

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER/TELEMME, Aix-en-Provence, France

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search