Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Comptes rendusJean-Jacques Marchand, Studi mach...

Comptes rendus

Jean-Jacques Marchand, Studi machiavelliani, 2 tomes

Firenze, Polistampa, 2018, 2 tomes, 516 pages.
Paul Larivaille
p. 432-437
Référence(s) :

Jean-Jacques Marchand, Studi machiavelliani, Firenze, Polistampa, 2018, 2 tomes, 516 pages.

Texte intégral

1Si impressionnant que soit leur nombre, les 31 essais en 50 ans (1969-2018) annoncés dès la première ligne de l’avant-propos ne sauraient faire oublier les travaux de valeur que J.-J. Marchand avait initialement consacrés à Machiavel : sa « thèse » de licence (1968) sur César Borgia chez Machiavel et surtout l’édition des Premiers écrits politiques du Secrétaire (1499-1512). Naissance d’une pensée et d’un style, dont la publication (Padova, Antenore, 1975) devait définitivement assurer à son auteur l’accès au plus haut niveau des études machiavéliennes, au service desquelles il n’a depuis lors jamais cessé d’œuvrer.

2Des 31 essais réunis sous le titre de Studi machiaveliani, l’auteur avoue d’emblée s’être moins préoccupé de l’ordre chronologique de leur rédaction ou des occasions de leur élaboration –comme le cinq-centième anniversaire de la composition du Prince (1513-2013), ou encore la rédaction de divers articles pour l’Encyclopédie Machiavel (Enciclopedia machiavelliana) sortie en trois volumes à Rome en 2014 – que des « thèmes » dont ils traitent. Bref, après un ultime perfectionnement au contact de Fredi Chiappelli, avec qui il avait collaboré à la première édition de Legazioni. Commissarie. Scritti di Governo, J.-J. Marchand était appelé à jouer un rôle de premier plan dans la réalisation des volumes de l’Edition Nationale des Œuvres de Machiavel (Roma, Salerno Editrice, 2002-2011), tant par l’organisation à Lausanne de deux colloques (Machiavelli politico storico letterato et Machiavelli senza i Medici) que par la participation à une douzaine d’autres colloques en France et en Italie.

3Machiavel, en tant que « secrétaire général » de divers « ministères » s’étant vu confier dès 1498 de lourdes responsabilités, les premiers chapitres, logiquement, tournent autour des problèmes de langage : « Ambiguïté du langage du pouvoir » ; « Le raisonnement paradoxal dans le Prince ». Dans son second chapitre, ensuite, J.-J. Marchand, « contrairement à ce qu’habituellement on croit », en vient à affirmer une présence constante du « juste » et de l’ « injuste » au centre de la réflexion politique du Secrétaire : deux notions apparemment paradoxales, antithétiques, apparues pour la première fois dans l’Europe moderne, dans un traité théorique (id est le Prince), où elles sont conçues indépendamment du droit et de la morale, sur des critères de pragmatisme et d’efficacité, mais où « persiste toujours une certaine distinction entre le Bien et le Mal (c’est-à-dire entre le juste et l’injuste du point de vue moral) ».

4Après un chapitre iii consacré, du Prince à la Mandragore, à la prédilection de Machiavel pour le « discours paradoxal », le chapitre iv en revient aux institutions, en commençant par plusieurs pages de définitions des termes du titre : les ordini représentant « des dispositions fondamentales, écrites ou non », et les leggi, les textes d’application des ordini. Aux pages 56-57 se pose le problème du fonctionnement des institutions et en particulier des rapports entre le peuple et le pouvoir. Et se pose la possibilité d’un conflit social, comme au temps des républiques romaines antiques. Machiavel s’en tire avec un nouveau paradoxe, soutenant que ce sont les conflits sociaux qui « font progresser la démocratie » : « les bons exemples naissent de la bonne éducation, la bonne éducation des bonnes lois, et les bonnes lois de ces tumulti (émeutes) que beaucoup condamnent à tort (inconsidérément) ». À la difficulté ou l’impossibilité qu’il y a à maintenir une république dans les cités corrompues, il convient d’ajouter une autre prémisse : la ferme volonté de restaurer ou créer une république. Le raisonnement de Machiavel peut se résumer ainsi : la seule chance qu’il y ait de voir restaurer ou créer une république dans une cité corrompue est qu’apparaisse (« surga ! ») un homme décidé à le faire et qui, parvenu à ses fins, se rende maître absolu de la cité et conserve ce pouvoir absolu (« podestà quasi regia », semblable au pouvoir monarchique), aussi longtemps que la cité ne sera pas rééduquée politiquement et qu’il restera nécessaire de réprimer par la force l’insolence de certains : la principauté lui paraissant paradoxalement comme le chemin le plus sûr vers la création à terme d’une république viable.

5Jean-Jacques Marchand relève que Machiavel n’en oublie pas pour autant l’usure du temps et le déclin de la vertu romaine primitive : constatant que Florence « est parvenue à un point où elle pourrait aisément être réformée sous quelque forme de gouvernement que soit », il en vient logiquement à s’interroger dans deux écrits de 1522 (le Discursus florentinarum rerum et la Minuta di provvisione per la riforma dello Stato di Firenze) sur la possibilité de régénérer institutions et lois d’une république corrompue, en reconsidérant ce qu’il avait écrit une décennie avant aux chapitres xvi à xviii du livre i des Discours sur la première décade de Tite-Live.

6Le chapitre v aborde une problématique jusque-là affrontée « marginalement » par la critique machiavélienne : celle de la préface. L’auteur ne pouvait trouver meilleure entrée en matière que le prologue de la Mandragore, ne fût-ce que pour aussitôt employer le paragraphe suivant à évoquer habilement les précautions prises par Machiavel dès le Prince et dans toutes ses autres œuvres pour éviter des reproches susceptibles d’altérer son image.

7Les quatre derniers chapitres de la section « Problématiques générales » achèvent la présentation de Machiavel face à l’histoire ou, comme il l’écrit lui-même : « l’histoire “maîtresse de nos actions et surtout [de celles] des princes » (viii p. 122). Le chapitre vi analyse l’évolution de la “figure” de César Borgia, du premier portrait dressé de lui en juin 1502, lorsqu’il exige un changement du gouvernement florentin qui ne lui plaît pas, au récit de la capture et mise à mort à Senigallia de conjurés de Magione, puis à sa réussite irrésistible jusqu’à la mort de son père et à sa chute attribuée « à une extraordinaire extrême malignité de la fortune ». Le vii analyse les usages que fait Machiavel au chapitre xvii du Prince en particulier, de la « cruauté inhumaine » jointe à d’« infinies vertus » d’Hannibal, et surtout de la « pitié » de Scipion l’Africain : un passage où « le texte original de Tite-Live est infléchi en une démonstration dont les prémisses et les conclusions sont étrangères tant au fait historique qu’aux personnages évoqués et au contexte géopolitique » (p. 120).

8Au chapitre viii, on voit comment, dans le prolongement du chapitre xv du Prince sur la conduite des gouvernants vis-à-vis de leurs sujets, Machiavel aboutit, au paragraphe initial du chapitre xix de son traité, à une « première conclusion provisoire, selon laquelle un prince doit faire peu de cas des conjurations si le peuple lui est favorable ; mais s’il lui est ennemi et le déteste, il doit craindre tout et tout un chacun ». Pour ce qui est d’Hérodien, historien grec du IIe siècle après Jésus-Christ, traduit par le Politien et publié plusieurs fois à partir de 1493, l’usage qu’en fait Machiavel dans la seconde partie de ce même chapitre relève tantôt de la citation directe, comme il le fait avec Tite-Live dans son rapport De la façon de traiter les peuples de la Valdichiana révoltés (bien accueillis ou punis en fonction de l’opportunité politique) ; tantôt de la brève citation commentée ; tantôt d’un travail relativement développé aboutissant à un certain nombre de médaillons de personnages historiques. De Marc-Aurèle est simplement tracée l’image d’un philosophe sage et doux avec ses sujets, jamais haï ni méprisé. Pertinax, fait empereur contre l’avis des soldats, s’effondre dès ses débuts, prouvant que haine et mépris peuvent découler aussi bien de la bonté que de la cruauté. Septime Sévère fut un « très féroce lion et très malin renard », mais pour Caracalla, Commode et Maximin, il fut pernicieux de vouloir imiter Sévère sans en avoir les moyens. De sorte que, après avoir conclu sur la conduite à tenir face aux conjurations, Machiavel affirme « une nouvelle fois qu’un prince doit faire cas des grands, mais ne pas se faire haïr du peuple », et donc (conclusion du chapitre xix du Prince) désormais la conduite à suivre pour tout prince nouveau dans une principauté nouvelle est celle : « de prendre de Sévère ce qui lui est nécessaire pour fonder son État, et de Marc ce qu’il y a de glorieux et propre à conserver un État déjà bien établi et solide ».

9Les chapitres vii et viii (respectivement de 2016 et 2015) illustrent en somme le plaidoyer de Machiavel pour une lecture politique de l’histoire, étudiée au chapitre ix (de 2009) de cet ouvrage. Après les succès abnormes (août 1506) de Jules II « ce pape sans balance ni canne, qui obtient par hasard, et sans armes, ce qu’avec de l’ordre et des armes il aurait difficilement pu réussir », l’auteur relève que Machiavel glisse du « riscontro con i tempi » (« convergence de la nature du prince avec ce que lui demandent les circonstances ») vers des solutions de repli offertes par la fortune : « que chacun fasse ce que lui dicte son tempérament » et n’hésite pas à « tenter la fortune qui est amie des jeunes, et changer avec les temps qui courent ». Sans « riscontro » avec une réalité politico-militaire nouvelle, Jules II n’aurait sans doute plus remporté autant de succès anormaux.

10Les chapitres ix et x amorcent le passage de la lecture politique de l’histoire à l’écriture pour ainsi dire professionnelle, de chancellerie, fruit d’une évolution « de la diplomatie à la politique », à l’analyse de laquelle J.-J. Marchand a consacré une de ses plus denses et éloquentes études. Au cours de ce chapitre xi (p. 171-183) nous pouvons en effet suivre comment à la fin de l’été 1506, Machiavel qualifié par les optimates tantôt de « mannerino » (« mouton »), tantôt de « ribaldo » (« canaille, scélérat ») est devenu l’homme de confiance du Gonfalonier à vie Piero Soderini. Il a depuis des mois commencé à enrôler plusieurs centaines de soldats dans la milice. Le Gonfalonier le dépêche pour voir quelle tournure prend l’expédition du pape Jules II, qui vient de quitter Rome, décidé à reconquérir les terres de l’Eglise, pratiquement sans autres troupes que les cardinaux de la Curie : une mission de plusieurs mois, ponctuée de dépêches et de lettres, décisive non seulement pour la formation de Machiavel, mais pour l’élaboration de sa pensée politique, de ses Discours sur la première Décade de Tite-Live, et « plus tard du traité politique par antonomase : son Prince ». Machiavel, dans une dépêche du 5 septembre, estime que Jules II, pour s’ouvrir la voie vers Bologne, doit s’emparer de Pérouse, la ville de Giampaolo Baglioni. Mais à sa grande surprise, « le pape se rend pratiquement désarmé à Pérouse, avec toute sa cour, pour en prendre le contrôle ». Dans sa dépêche du 13 septembre il manifeste sa stupeur devant le risque couru par Jules II, craignant probablement de le voir tomber dans le même piège que celui qu’avait tendu César Borgia quatre ans plus tôt à Senigallia, aux conjurés de Magione. Mais c’est au contraire le pape qui réussit à l’emporter sur Baglioni, au désavantage de tout ce que pouvaient faire croire de tels précédents historiques. Il en résulte une forte mise en crise d’un des piliers du credo en une science de la politique : celui de l’immuabilité des sentiments et des comportements humains dans le cours de l’histoire, qu’il avait résumés en ces termes dans son opuscule De la façon de traiter… cité plus haut : « J’ai ouï dire que l’histoire est la maîtresse de nos actions, et surtout de celles des princes : et que le monde a toujours été habité d’une même manière, par des hommes qui ont toujours eu les mêmes passions ; et qu’il y a toujours eu des gens qui servent et des gens qui commandent, et des gens qui servent de mauvais gré, et des gens qui servent de bon gré, et des gens qui se révoltent et qui sont corrigés ». Machiavel au cours des jours suivants ne commente pas le succès inattendu de l’entreprise, mais il continue à manifester sa stupeur devant la façon dont le pape s’obstine à poursuivre sa campagne de reconquête de Bologne, malgré le refus de la France de lui accorder son soutien : « son entreprise apparaît à chacun téméraire, dès lors que la France n’y participe pas et que l’on veut poursuivre, et que tout un chacun a l’esprit suspendu à ce qu’il en sera ».

11Le 25 septembre, alors que l’aide de la France reste incertaine, Machiavel voit encore toute l’entreprise reposer sur l’« humeur » impétueuse du pape. Désormais, pour lui, l’expédition illogique sur le plan tant militaire que politique, relève de la dynamique d’une fuite en avant précipitée, déclenchée par une résolution sans appel prise par Jules II à son départ de la cour de Rome. Mais ce sont les soi-disant Ghiribizzi al Soderino [Élucubrations à Giovan Battista Soderini, neveu du Gonfalonier], ébauche d’une lettre privée écrite précisément pendant les jours de ces dernières dépêches (13-25 septembre 1506), qui dévoilent la gravité de la crise où sombre Machiavel devant le succès d’un comportement politique tout à fait abnorme. Comme l’indiqua en premier Mario Martelli, les Ghiribizzi sont étroitement liés aux événements que l’on vient d’évoquer. En effet, la constatation désolée de l’imprévisibilité des événements y est directement mise en rapport avec le comportement imprudent de Jules II à Pérouse et son succès inattendu. Nous sommes arrivés là au comble de la crise de confiance en la possibilité de déduire de l’histoire des règles sûres de comportement politique. Dans le mouvement pendulaire de la pensée machiavélienne, on en vient à l’expression d’un relativisme total : « D’où vient que diverses opérations sont parfois également utiles ou également nuisibles, je n’en sais rien, mais j’aimerais bien le savoir ».

12La seconde partie de la lettre introduit trois nouveaux composants : la fortune, le « riscontro con i tempi » [« concordance avec les époques »] et « l’impetuosità nell’imporsi agli eventi [« l’impétuosité qui s’impose aux événements »]. La fortune, bonne ou mauvaise, est la composante qui semble rendre vaine toute prévision humaine : selon une représentation classique, c’est elle qui avec sa roue fait monter ceux qui sont en bas et descendre ceux qui sont en haut dans un mouvement perpétuel et incompréhensible ; elle est le symbole de l’irrationnel du destin des hommes et des peuples. Dans ses écrits précédents, déjà, Machiavel avait postulé que la fortune pouvait être « connue » et apprivoisée. Dans De la façon de traiter…, il rapportait que le cardinal Francesco Soderini, frère du Gonfalonier, disait que le pape Alexandre VI et son fils César Borgia étaient considérés comme des connaisseurs de la fortune. Mais César Borgia lui aussi avait été frappé d’un manque excessif de fortune. « S’il était survenu des temps exigeant d’agir avec des égards, il s’en serait suivi la perte de ce pape, qui n’aurait jamais dévié des manières auxquelles l’incitait sa nature ». Et son exemple, au moins pour ce qui est de la « vérité effective », c’est-à-dire des faits réellement advenus, permet aussi de démontrer, sinon le contraire de tout ce qui a été affirmé, « qu’il vaut mieux être impétueux que circonspect, parce que la fortune est femme, et il est nécessaire, si on veut la soumettre, de la battre et de la rudoyer ; et on voit qu’elle se laisse vaincre par ceux qui agissent de la sorte, plutôt que par ceux qui procèdent avec froideur » (Prince, xxv, 26-27). Tandis que l’affirmation précédente rendait impossible l’action d’un prince n’agissant pas en harmonie avec son temps, l’image impétueuse de Jules II lui offre un espoir de vaincre le sentiment de la toute-puissance de la fortune qui caractérise le chapitre xxv du Prince.

13Suivent cinq essais consacrés à autant de missions diplomatiques, où l’auteur étudie la manière dont Machiavel utilise des techniques narratives proches de la nouvelle ou de la dramaturgie théâtrale pour narrer aux autorités florentines les moments saillants de ses entretiens avec les souverains et les membres les plus éminents de leur cour.

14Sans pouvoir nous attarder sur les dernières sections du second volume consacrées à l’étude des lettres privées du Chancelier, aux rapports entre son œuvre historique (Istorie fiorentine) et celle de Guichardin (Storia d’Italia), ainsi qu’à la fortune de sa pensée à travers les siècles (comme l’Anti-Machiavel du français Innocent Gentillet), nous nous concentrerons sur le chapitre xviii de cette étude. Dans cet essai inédit, l’auteur nous informe sur un événement pratiquement inconnu de l’expérience diplomatico-militaire de Machiavel. Une lettre des Dieci di libertà (l’équivalent du Ministère de l’Intérieur et de la Guerre) datée du 31 mars 1509 nous apprend en effet que les commissaires et les condottières engagés sur le front de Pise avaient élaboré le 28 mars un projet de création de trois camps autour de la ville rebelle. Toutefois, tandis qu’on se préparait à renforcer le siège, quelques personnes tramaient avec le Gonfalonier à vie un coup de force pour la conquérir par surprise. Guichardin, dans le dernier chapitre de ses Storie fiorentine en narre les circonstances, sans jamais mentionner le nom de Machiavel: « Au moment où Alessandro Nasi était devenu Commissaire à Cascina, un Pisan nommé Alfonso del Mutolo avait été capturé et retenu prisonnier de Florence. […] Alors qu’il avait passé plus d’une année dans la prison des Stinche, un certain Canaccio da Pratovecchio, officier d’ordonnance, un de ses amis […] l’avait incité à penser, si jamais il revenait à Pise, à faire en sorte que la ville redevînt propriété des Florentins : incitation à laquelle, rétif au début, il avait changé de résolution et fini par se montrer consentant ». Dans son étude, J.-J. Marchand démontre – et ceci en est la nouveauté – l’implication directe de Machiavel dans cette manœuvre secrète narrée par Guichardin : de l’accord du Gonfalonier à vie pour « faire passer le retour d’Alfonso del Mutolo à Pise pour un échange de prisonniers entre les deux cités ennemies », aux mesures – militaires entre autres – à prendre, et au véritable “faux en écriture” (« falso in atto pubblico ») de l’usage des scellés du Gonfalonier pour garantir « le financement et l’organisation d’une traîtrise » au bénéfice de la patrie florentine ; laquelle, à la veille de Pâques, se révélera un piège mortel des Pisans : orchestré par Alfonso del Mutolo, c’est-à-dire celui-là même qui avait été censé ouvrir aux Florentins l’accès victorieux à la cité rebelle.

15La leçon est dure à supporter tant pour Soderini, le Gonfalonier immature berné par un faux traître pisan, que pour son fidèle Chancelier, dont deux lettres autographes inédites démontrent l’implication : c’est une leçon que Machiavel n’oubliera pas puisque quelques années plus tard, elle illustrera l’avant-dernier chapitre de ses Discours sur la première décade de Tite-Live, intitulé : « Quand on voit un ennemi commettre une grosse erreur, il faut croire qu’il y a là-dessous une duperie ». Mais deux mois à peine après les déboires du 7 avril, la campagne militaire florentine aboutira le 6 juin 1509 à une victoire où Machiavel se trouvera des plumes pour attribuer quelques mérites à la sienne : la reconquête florentine de Pise.

16Ce chapitre xviii, placé où il est au centre de l’ouvrage, offre donc un bon exemple de la méthode très bien rodée employée par J.-J. Marchand depuis ses recherches de jeunesse sur les premiers écrits de Machiavel : une documentation sans faille, puisée aux meilleures sources, alliée à d’incontestables capacités d’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Larivaille, « Jean-Jacques Marchand, Studi machiavelliani, 2 tomes »Italies, 23 | 2019, 432-437.

Référence électronique

Paul Larivaille, « Jean-Jacques Marchand, Studi machiavelliani, 2 tomes »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/italies/7796 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7796

Haut de page

Auteur

Paul Larivaille

Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search