Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Comptes rendusGabriele d’Annunzio, Alcyone, edi...

Comptes rendus

Gabriele d’Annunzio, Alcyone, edizione critica a cura di Pietro Gibellini, Letteratura universale Marsilio

Venezia, 2018, 925 pages.
Yannick Gouchan
p. 444-447
Référence(s) :

Gabriele d’Annunzio, Alcyone, edizione critica a cura di Pietro Gibellini, Letteratura universale Marsilio, Venezia, 2018, 925 pages.

Texte intégral

1Le volume publié par Marsilio en 2018 constitue une nouvelle édition critique du troisième livre des Laudi del cielo del mare della terra e degli eroi de d’Annunzio, terminé en novembre 1903 et paru en décembre de la même année. Il reprend, en la confirmant et en la complétant, une première édition critique d’Alcyone établie il y a trente ans par le même Pietro Gibellini chez Mondadori, en 1988.

2Le livre Alcione (nom d’une des sept Pléiades, avec un i selon l’orthographe italienne) a été publié la première fois chez l’éditeur Treves en décembre 1903 (édition princeps datée de 1904, élégamment illustrée par des xylographies de Giuseppe Cellini), dans un volume qui comprenait également Elettra, deuxième livre du projet des Laudi. Treves le réédite en 1908, puis c’est d’Annunzio qui participe au travail de l’édition nationale en 1927, suivie d’une édition chez Oleandro en 1931 (une édition importante pour l’orthographe du titre, puisque c’est à ce moment-là que la forme hellénisée Alcyone s’impose), et pour finir une édition des Laudi en 1934. D’Annunzio meurt en 1938, commence alors l’histoire des republications posthumes du recueil.

3L’édition critique que propose Marsilio s’inscrit dans la collection « Classici italiani » et dans le travail d’édition nationale des œuvres de d’Annunzio dont Pietro Gibellini, philologue et interprète de textes, assure la présidence du comité scientifique. Cette édition nationale se veut fidèle à la précédente, établie en 1927 selon les choix de l’auteur lui-même. Aux côtés de Pietro Gibellini, le volume de Marsilio 2018 doit aussi sa création à une équipe formée par Giulia Belletti, Sara Campardo et Enrica Gambin – pour la rédaction des commentaires de poèmes – et à Gianfranca Lavezzi – pour les remarques métriques. L’équipe des chercheurs a travaillé grâce à la contribution du Département des Humanités à l’Université Ca’ Foscari de Venise. La préface et l’introduction de l’édition, écrites par Pietro Gibellini, comportent une cinquantaine de pages. Elles retracent le parcours éditorial du livre dannunzien, sa place dans le macrotexte des Laudi et la signification complexe de sa temporalité diaristique et mythique.

4Le lecteur trouve ensuite une note générale permettant de justifier la parution d’une nouvelle édition critique et retraçant les étapes de la genèse textuelle du recueil. Ainsi, apprend-on que l’apparition d’un nombre important de documents autographes dannunziens depuis les trente dernières années a permis aux chercheurs de reconsidérer et d’ajuster certaines interprétations. L’apparition de nouveaux besoins interprétatifs, rendus nécessaires par la mise à disposition de nouveaux documents de la main du poète, explique le fait de présenter une nouvelle édition critique aujourd’hui. En effet, vingt-et-un brouillons et huit rédactions autographes concernant une trentaine de poèmes sont apparus depuis 1988, ce qui entraîne, d’une part, une légère révision de l’appareil critique, d’autre part, une reconsidération des critères pour signaler les variantes. Les principales nouveautés instaurées par l’édition critique Marsilio 2018 concernent la méthode adoptée par Gibellini pour présenter les variantes. Cette méthode – expliquée entre les pages 48 et 53 – se résume de la manière suivante : 1/ les corrections apportées par d’Annunzio à ses textes sont retranscrites selon des critères chronologiques et non topographiques ; 2/ la préhistoire des textes – ou critique génétique – est déplacée dans l’Appendice (à partir de la p. 419), tandis que l’histoire des textes et de leurs variantes est donnée en bas de page pour chaque poème ; 3/ les variantes “évolutives” (varianti evolutive) sont différenciées des variantes “substitutives” (varianti sostitutive). Les premières concernent les reprises d’écriture qui interviennent après l’interruption de l’écriture entre des manuscrits différents ; les secondes signifient que l’auteur a décidé de procéder à une modification en corrigeant directement le texte. Voici un exemple de variante “évolutive” dans Il fanciullo : « come la luce, o foglio ­| come la luce sempre | come la luce ovunque tocca l’ombra ». Voici un exemple de variante “substitutive” dans La sera fiesolana : « Dolci sien le mie parole ne la sera / come il fresco fruscìo che fan le foglie → Fresche le mie parole ne la sera / ti sien come il fruscìo che fan le foglie ». La première variante donne chronologiquement les leçons successives entrecoupées d’interruptions (rendues par le signe |), alors que la seconde donne chronologiquement la substitution intervenue dans une leçon ou entre les leçons des textes non interrompus (rendue par le signe →).

5Un catalogue de quarante pages égraine les différents éléments constitutifs des premières sources dans lesquelles figurent les documents destinés à former le futur recueil (Catalogo dei testimoni). Ce catalogue regroupe les références des carnets, des listes de titres de poèmes autographes, les références des leçons de poèmes (Stampe ; Manoscritti) et les supports qui ont accueilli la première version publiée des poèmes avant le volume Treves de décembre 1903 (Periodici, estratti, opuscoli), en prenant soin de décrire avec minutie les nouveaux testimoni pris en considération durant l’intervalle qui sépare la précédente édition critique (1988) et celle-ci (2018).

6Le texte des poèmes proprement dit débute à la page 99 avec La tregua et se termine par Il commiato à la page 418. Chaque poème est présenté de la manière suivante : le texte intégral assorti de notes de bas de page qui mentionnent : en premier lieu la liste des documents autographes où figure le poème (ou liste des testimoni chronologiquement situés entre les Taccuini et l’édition Treves de 1908) ; puis les variantes “substitutives” et les variantes “évolutives” ; enfin les variantes figurant entre la leçon ne varietur et les différentes leçons (par exemple dans La sera fiesolana, v. 16 : « 16 Sera] sera AC », ce qui signifie que le mot ne comporte pas sa majuscule dans un brouillon et dans l’autographe des textes donnés à Eleonora Duse).

7Les auteurs soulignent que l’édition critique met en évidence le travail particulièrement élaboré du poète pour parvenir à la forme définitive du recueil de poèmes qui finit par devenir un grand poema des expériences vécues et des sensations ressenties lors du séjour estival dans une Versilia toscane mythifiée et fortement hellénisée. Si la volonté « poématique » de d’Annunzio (p. 17 et 23) se confirme en étudiant l’organisation des poèmes d’Alcyone et leur insertion dans un projet plus vaste qui concerne les autres Laudi, le séjour toscan qui constitue la matière du livre, censé se dérouler entièrement durant le seul été 1902, apparaît désormais, grâce à l’étude de la genèse des manuscrits datés, comme une série de plusieurs étés durant lesquels le poète a composé ses textes, dès 1899. Pietro Gibellini parle malicieusement d’un « quasi-diario quasi-lirico di una quasi-estate » (p. 23), ce qui est confirmé par le fait que le recueil offre un « sentiment circulaire du temps », propice à une « expérience mythique et cognitive » (p. 26 et 33). Ainsi, les poèmes les plus anciens, La sera fiesolana et La tenzone, voient-ils le jour entre juin et juillet 1899, tandis qu’à l’autre bout de la chronologie des manuscrits Undulna et Il commiato sont écrits en novembre 1903, soit quelques semaines avant la publication d’Alcyone chez Treves. Ajoutons que de nombreux poèmes ont connu une première publication dans des périodiques tels que Nuova Antologia, Il Marzocco ou Leonardo, avant 1903.

8L’Appendice proposé par les auteurs du volume permet de repérer les listes de titres des poèmes suivant les éditions (p. 419), puis des listes lexicales et des notes botaniques de la main de l’auteur (p. 428), suivies par des ébauches et des notes thématiques (p. 436), elles aussi de la main du poète. Ces notes sont complétées par des passages tirés des carnets de d’Annunzio (en particulier les Taccuini rédigés entre les années 1881 et 1903), à partir de la page 450 du volume, qui mentionnent des descriptions multiples ayant contribué à l’écriture des poèmes, à la façon d’un carnet de croquis destinés à nourrir une composition à venir. Ces carnets, définis comme un « arrière-pays précieux qui renferme la préhistoire textuelle des poèmes » (p. 26-27), montrent comment l’auteur est passé de la phase des notes primitives et occasionnelles à la composition structurée des poèmes. L’exemple de La sera fiesolana est parlant : les extraits des Taccuini prouvent que d’Annunzio a commencé à écrire des vers près d’Assise, pour les transposer et les compléter en Toscane, à Fiesole puis dans la Versilia qui abritera l’expérience poïétique estivale du recueil définitif.

9Le très riche commentaire que les auteurs du volume proposent (p. 479-862) reprend un par un chaque poème dans l’ordre de l’édition critique et fournit des informations essentielles sur la fonction du poème dans le macrotexte, sur les interprétations critiques existantes, des notes lexicales, sémantiques, étymologiques, des notes pour la compréhension du sens de certaines formules, des références intratextuelles et intertextuelles – notamment les sources d’inspiration, bien entendu, mais aussi l’écho que le lexique dannunzien a fait retentir dans la poésie italienne de la première moitié du XXe siècle. La première vertu de ces notes réside dans la possibilité de faciliter l’accès aux poèmes d’Alcyone même à ceux qui ne sont pas familiers du texte, tout en garantissant des informations précises et érudites utiles au chercheur.

10À partir de la page 863 des fiches de métrique caractérisent la forme de chaque poème en définissant le type de strophe ou de forme fixe, le type de vers, les particularités des rimes et des échos sonores (les assonances, notamment). Il en ressort une richesse de solutions formelles retenues par d’Annunzio tout à fait exceptionnelle, à l’instar de l’autre grand métricien de l’époque, Pascoli. Le dernier poème d’Alcyone (Il commiato) témoigne précisément de l’estime et de l’admiration de d’Annunzio pour le poète de Castelvecchio, « dernier fils de Virgile », malgré leurs choix d’écriture divergents : « Altro è il Monte invisibile ch’ei sale / e che tu sali per l’opposta balza » (v. 181-182).

11Une bibliographie générale (p. 885-901) rassemble toutes les sources citées et utilisées dans l’édition critique, y compris les recueils des poètes postérieurs à d’Annunzio qui ont puisé dans le répertoire d’Alcyone. Le volume se clôt par la table des titres de poèmes et des incipit de chaque poème dans l’ordre alphabétique, puis par l’index des noms de personnes, de lieux et d’éléments naturels – réels ou imaginaires – figurant dans les poèmes.

12Les lecteurs de la poésie dannunzienne avaient déjà à leur disposition le volume « Meridiano » dirigé par Luciano Anceschi et préparé par Annamaria Andreoli et Niva Lorenzini (Alcyone in Versi d’amore e di gloria, II, Mondadori, I Meridiani, Milano, 1984, puis 2006 pour la collection « Meridiani Collezione »), ainsi que l’édition richement commentée d’Alcyone préparée par Federico Roncoroni avec le soutien de la Fondation « Il Vittoriale degli Italiani » (Alcyone, Mondadori, Milano, 1995, puis nombreuses rééditions). Aujourd’hui, la nouvelle édition critique d’Alcyone a parfaitement atteint son but qui était d’obtenir une « osmose entre philologie et herméneutique » (cf. le revers de couverture). Le volume de l’éditeur vénitien Marsilio présente une avancée dans la restitution du texte des quatre-vingt-huit poèmes selon des critères scientifiques d’une grande rigueur. Il s’adresse aussi bien aux spécialistes de d’Annunzio et de la poésie des débuts du XXe siècle qu’aux lecteurs souhaitant approfondir leur connaissance de ce recueil fondamental, non seulement pour la langue poétique italienne contemporaine mais aussi pour la création métapoétique (« un livre de poésie sur l’écriture poétique », p. 35). À ce propos Pietro Gibellini souhaite, grâce à cette édition, « richiamare l’utilità di una visione stereoscopica per gli storici del linguaggio poetico » (p. 15). Rappelons qu’avec les Canti di Castelvecchio de Pascoli, parus la même année (1903), Alcyone inaugure en quelque sorte une forme de modernité poétique en Italie que la plupart des grands poètes du XXe siècle traversera, pour mieux l’intégrer et la dépasser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Gabriele d’Annunzio, Alcyone, edizione critica a cura di Pietro Gibellini, Letteratura universale Marsilio »Italies, 23 | 2019, 444-447.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Gabriele d’Annunzio, Alcyone, edizione critica a cura di Pietro Gibellini, Letteratura universale Marsilio »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/italies/7827 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7827

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search