Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Comptes rendusGirolamo Comi, Poesie, a cura di ...

Comptes rendus

Girolamo Comi, Poesie, a cura di Antonio Lucio Giannone e Simone Giorgino, « Novecento in versi e in prosa »

Musicaos, Neviano (Lecce), 2019, 346 pages.
Yannick Gouchan
p. 447-450
Référence(s) :

Girolamo Comi, Poesie, a cura di Antonio Lucio Giannone e Simone Giorgino, « Novecento in versi e in prosa », Musicaos, Neviano (Lecce), 2019, 346 pages.

Texte intégral

« E il mio canto segreto ha già il tremore
della incalzante sinfonia interiore
insita nel creato e nella creatura »
Girolamo Comi, Fra lacrime e preghiere (p. 263)

1Le premier volume de la collection Novecento in versi e in prosa. Testi, chez l’éditeur Musicaos de Lecce, rassemble les trois principaux recueils de poèmes de Girolamo Comi (1890-1968) dont l’œuvre complète n’avait pas été éditée depuis 1977 (Opera poetica, a cura di Donato Valli, Ravenna, Longo). La rareté des exemplaires disponibles dans les bibliothèques justifie cette nouvelle édition qui permettra, espérons-le, de mieux faire connaître une des voix poétiques les plus originales du Sud de l’Italie. Le volume de Musicaos, soutenu par la Région des Pouilles et par plusieurs instances officielles du Salento, présente le parcours de Comi entre les premiers poèmes composés à partir de 1912 et la période 1958-1965. L’édition des recueils est assortie d’une présentation par le Professeur Antonio Lucio Giannone (Itinerario di Girolamo Comi) suivie d’une notice biographique par Lorenzo Antonazzo. À la fin de l’ouvrage deux essais, respectivement de la main de Fabio Moliterni (Girolamo Comi: la poesia come inno) et Simone Giorgino (Un aristocratico isolamento: la fortuna critica di Comi), deux spécialistes de la poésie italienne à l’origine de la création du Centre de recherche sur la poésie contemporaine et les nouvelles écritures (PENS, Université du Salento), ajoutent une contribution remarquable à la fortune critique du poète.

2Enfant de la province de Lecce, Girolamo Comi a gardé ses distances avec les poétiques de la Péninsule depuis ses débuts. Contemporain du crépuscularisme dont il se distingue largement, dans les années 1910, il restera volontairement étranger à l’hermétisme et à la poétique de l’objet, jusqu’à sa disparition, à la moitié des années 60. Hanté par une quête de spiritualité, il a choisi de ne pas incarner la figure de l’homme de lettres, ce qui explique sans doute un penchant pour l’auto-publication confidentielle de ses livres, certainement au prix d’un déficit de notoriété. En effet Comi est pratiquement absent des grandes anthologies de la poésie du Novecento qui ont façonné les goûts des lecteurs et des exégètes depuis Anceschi, Sanguineti ou Mengaldo. Il a cherché à élaborer un langage capable d’exprimer avec une grande intensité « [l’]architettura / d’un Creato che dalla base all’apice / ondeggia come un glorioso calice » (Il fiore, tiré de Cantico del Creato, p. 112). La fortune critique de Comi, d’abord relativement fournie, bien qu’en marge des grands débats poétiques nationaux, est étudiée en détail dans l’essai de Simone Giorgino qui souligne que le poète de Lucugnano a souvent été rattaché à une ligne religieuse de la poésie contemporaine, « fuori dalle cronologie perché è senza tempo » (p. 307). Comi fut reconnu comme un poète capable de célébrer l’harmonie avec une grande et constante épure. Le volume édité chez Musicaos, cinquante ans après la disparition de l’auteur, nous donne l’occasion de renouveler le débat critique dont Giorgino retrace les grandes étapes en fournissant une précieuse bibliographie (p. 328-338).

3Après une formation scolaire dans les Pouilles puis en Suisse, le fils du baron de Lucugnano publia son premier recueil en 1912 à Lausanne à l’âge de 22 ans (Il Lampadario), empreint de l’influence antipositiviste qui avait marqué l’esthétique symboliste et décadente. Après un séjour à Paris au contact des avant-gardes et des intellectuels, il fut mobilisé dans l’armée italienne en 1915. Durant les années 20 il se réfugia dans l’isolement de l’écriture tout en rejetant les grands courants poétiques de son temps. Son deuxième recueil (Lampadario, distinct du premier qui avait presque le même titre) annonce trois autres livres jusqu’en 1927, parallèlement à des textes en prose où il affirme progressivement sa conception spirituelle et religieuse de la poésie. Une première anthologie personnelle (Poesia) qui propose le meilleur de sa production vit le jour en 1929. À cette occasion le critique Sergio Solmi parla d’une « poésie cosmique » et d’un « panisme magique » pour qualifier son écriture. En voici deux exemples : « Io mi sento tutto giacere / radice di polpe solari / in fratture d’ossami e di miniere / di smeraldi e graniti vetusti // vellutati di selve di mari […] » (tiré de Boschività sotterra, 1927) et « Elementi, semenze, plastici vigori / dell’ebbrezza e dell’essere – sapori / della natura, dei risvegli ariosi, // polle solari del tuo divenire, / salute antica e salute avvenire [...] » (tiré de Lampadario – Boschività sotterra – Smeraldi, p. 25). En effet Comi entend retrouver une forme de communion absolue entre l’individu et l’espace naturel de la création : « Se io vedessi solo alberi ed animali, / roccia avvivata d’albe, mare orlato di cieli, / velari di semenze e crescite di steli, / raggerebbero in me energie celestiali » (Liberazione, tiré de Cantico dell’argilla del sangue, p. 76). C’est pourquoi son style recourt à la figure récurrente de la synesthésie : « Sento i violini del sole / in archi-viola-di-suoni / ardere sulle corolle / ed incendiarne gli aromi… » (tiré de Lampadario – Boschività sotterra – Smeraldi, p. 13).

4Actif à Rome dans les années 30, où il collabora avec plusieurs revues et se lia avec le poète Arturo Onofri, il fut fortement influencé par la pensée mystique et palingénétique de Rudolf Steiner et finit par se convertir au catholicisme en 1933 : « Se la Tua grazia m’inonda e mi colma / il respiro mi manca, ed è allora / ch’io sento il verbo e dimentico l’ombra / della mia cupa e orgogliosa parola » (tiré de Cantico dell’argilla del sangue, p. 95). Désormais il place son écriture sous le signe du concept de « mot-Verbe » en attribuant une valeur magique à la parole pour une communion avec l’absolu : « Niente d’umano in te più resta se ti sfiora / l’alta verginità dello Spirito primo / di cui è tessuto il corpo mattuttino / dell’universo… – corpo che s’indora / del battito di un magico destino » (tiré de Nel grembo dei mattini, p. 65). La nécessité d’une transcendance, au cœur de l’écriture et de la pensée, suppose le fait que la poésie soit considérée comme une forme de connaissance supérieure : « Poetare e conoscere diventano dunque due luminosi e illuminativi sinonimi » (texte en prose intitulé Poesia e conoscenza, 1932). Une deuxième anthologie personnelle fut publiée en 1939 (Poesia), puis après la Seconde Guerre Comi se retira dans son village des Pouilles, Lucugnano, pour débuter une intense activité d’opérateur culturel. Il y fonda l’Accademia salentina, dans son palais familial, qui regroupa la fine fleur des hommes de lettres méridionaux entre 1948 et 1954. Il y créa aussi la revue « L’Albero » (1949-1966, reprise entre 1970-1985) et les éditions du même nom, faisant de la région du Salento un véritable creuset culturel. Les recueils suivants aboutirent à une troisième anthologie personnelle, Spirito d’armonia, publiée en 1954, récompensée par le prix Chianciano : « Spirito d’armonia – se t’impossessi / dell’ansia antica della mia persona / ogni fibra di me arde e risuona / della solarità dei tuoi riflessi » (p. 145).

5L’étape suivante de sa carrière poétique fut marquée par un recueil qui fait la part belle à la thématique amoureuse, si bien que Donato Valli parla de « stilnovismo novecentesco », Canto per Eva (1958) : « […] e dalla preziosa presenza / di te prende l’avvìo / il mio spirito per la conoscenza / quotidiana di Dio… » (p. 231). Canto per Eva célèbre un amour terrestre et transcendantal pour un “tu” qui nourrit l’écriture : « Motivo di poesia più che d’amore / talvolta appari: ma poesia e amore / si confondono in una visione / in fondo al cuore e dentro la ragione ». La dernière phase de la production de Comi donna lieu au recueil Fra lacrime e preghiere (1966), alors que le poète devait affronter à la fois de graves problèmes financiers et une santé fragile. Il disparut en 1968, à Lucugnano.

6C’est un voyage tout au long d’un itinéraire littéraire et spirituel que propose l’ouvrage, en dehors des grands courants qui ont marqué la production italienne contemporaine, car l’intérêt de la poésie de Comi réside précisément, comme l’affirme Antonio Lucio Giannone, dans son « inactuelle actualité » (p. xvi) : « Il tempo non passa: traspare / in inni d’eterna semenza / nei corpi e nell’iride densa / d’ogni stagione solare » (tiré de Cantico del tempo e del seme, p. 50). Fabio Moliterni estime, pour sa part, que la distance recherchée par Girolamo Comi ressortit d’une « voluta estraneità della sua scrittura nei confronti di qualsiasi compromesso di mercato o interesse commerciale » (p. 295). En effet, selon Moliterni, au sein d’une dominante élégiaque dans la poésie italienne du XXe siècle Comi témoigne plutôt d’une prédilection pour l’hymne et le chant qui s’inscrivent dans une tradition orphique et religieuse, d’où le grand nombre de canti et de cantici dans sa production : « una spinta affermativa o volontaristica di carattere trascendentale e metastorico » (p. 302), que l’on peut retrouver par exemple dans la fin d’un poème tiré de Canto per Eva : « […] si profila il fiore / della speranza vergine che intona / il cantico dell’uomo interiore » (p. 222). La tonalité de l’hymne et du chant contribue à décrire et célébrer « quell’architettura innumerevole / vivente nella vergine distesa / della geometria dell’infinito… » (tiré de Fra lacrime e preghiere, p. 273).

7L’édition des Poesie établie par Giannone et Giorgino qui rasssemble Spirito d’armonia, Canto per Eva et Fra lacrime e preghiere remet sur le devant la scène une voix poétique extrêmement libre et perpétuellement en quête d’un absolu : « […] circola una fragranza di tempo inviolato / che satura le pause del tuo fiato / d’una coscienza di perennità » (tiré de Cantico del tempo e del seme, p. 56) et « Ansietà di purezza mi sollevi / fino alle fonti dove Tu allevi / abbaglianti falangi d’Angeli... » (tiré de Spirito d’armonia, p. 143).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Girolamo Comi, Poesie, a cura di Antonio Lucio Giannone e Simone Giorgino, « Novecento in versi e in prosa » »Italies, 23 | 2019, 447-450.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Girolamo Comi, Poesie, a cura di Antonio Lucio Giannone e Simone Giorgino, « Novecento in versi e in prosa » »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/italies/7836 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7836

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search