Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Comptes rendusGiancarlo Libert, Piemontesi sul ...

Comptes rendus

Giancarlo Libert, Piemontesi sul fronte occidentale. I Morti dimenticati della Grande Guerra

Chivasso, Aquattro Edizioni, 2018, 158 pages.
Pierre-Louis Buzzi
p. 450-452
Référence(s) :

Giancarlo Libert, Piemontesi sul fronte occidentale. I Morti dimenticati della Grande Guerra, Chivasso, Aquattro Edizioni, 2018, 158 pages.

Texte intégral

  • 1 Hubert Heyriès, Les Travailleurs militaires italiens en France pendant la Grande Guerre. Héros de (...)
  • 2 Giancarlo Libert, Astigiani in Francia. L’emigrazione dal medioevo all’età moderna. La Grande Gue (...)

1Le centenaire de la Première Guerre mondiale a donné lieu à une formidable explosion littéraire sur le conflit, renouvelant ou enrichissant l’histoire de ce conflit. Toutefois, bien des choses sont encore à écrire et tout n’a pas été dit. Journaliste turinois, Giancarlo Libert a ainsi pour ambition au-travers de son dernier ouvrage, de mettre en lumière une histoire « presque inconnue », celle des soldats italiens morts en France pendant la Première Guerre mondiale. Pourtant, l’histoire de ces soldats transalpins présents en France pendant la guerre fait l’objet d’un renouveau historiographique du moins en France, essentiellement porté par H. Heyriès1. L’auteur lui-même a déjà manifesté son désir de faire connaître l’histoire de ces hommes dans un précédent ouvrage plus axé sur les migrations2. L’ouvrage de G. Libert a le mérite, à l’heure du Centenaire de la Première Guerre mondiale, d’être un ouvrage de vulgarisation et donc de faire connaître à un plus grand nombre cette histoire sans doute méconnue du grand public italien.

2L’ouvrage, dont le matériau est très agréable à tenir, se compose de deux parties. La première vise à relater l’histoire des Italiens, et plus précisément des Piémontais, région d’origine de l’auteur, qui ont combattu en France entre 1914 et 1918. Si pour le lecteur averti, le livre n’apporte pas de connaissances nouvelles, ce dernier peut toutefois se réjouir du nombre des illustrations d’époque présentes au fil des pages, ainsi que des photos actuelles des principaux lieux de mémoire italiens en France.

  • 3 Pierre-Louis Buzzi, Les immigrés italiens en Lorraine française pendant la Première Guerre mondia (...)

3L’épopée, très brève (novembre 1914 - mars 1915), des Garibaldiens est ainsi bien présente. L’auteur y rappelle les régions d’origine de ces volontaires italiens prêts à mourir pour la France alors que leur pays vient de déclarer sa neutralité dans le conflit naissant. Le Piémont est la seconde région d’origine de ces combattants (163 hommes) derrière la Lombardie (196) mais bien loin devant la troisième province, l’Emilie-Romagne (56). La raison de cette surreprésentation des régions du nord de la Péninsule n’est pourtant pas expliquée et les chiffres avancés, comme les 586 pertes de ce régiment, ne sont pas référencés (P. Milza évoquant 566 tués, blessés et disparus et H. Heyriès 5873).

  • 4 Notamment Hubert Heyriès, « Le truppe italiane all’estero », in Nicola Labanca (a cura di), Dizio (...)

4Le sort des Travailleurs Auxiliaires Italiens en France (TAIF) est présenté de manière beaucoup plus brève, l’auteur se permettant d’associer ces derniers, envoyés en France suite à un accord entre Rome et Paris en janvier 1918, aux Centuries d’ouvriers italiens (COMI) envoyées en France dès 1917 et qui, au contraire des seconds, laissent derrière elles une image d’inefficacité. Les TAIF, oubliés de l’historiographie italienne (les publications sur le sujet sont celles d’Hubert Heyriès4), sont présentés ici à juste titre comme opérants sur le front français pour solidifier les défenses.

5L’auteur évoque deux autres types de soldats italiens présents en France pendant la guerre : les volontaires italiens, au nombre de 7125, qui combattent dans la Légion étrangère mais hors de la Légion dite Garibaldienne, et les hommes du 18e Groupe de Bombardement Caproni. Mais aucune précision n’est apportée sur le sort ou le vécu de ces hommes. Le travail de G. Libert étant un travail de synthèse plus qu’un travail de recherche, on ne peut reprocher cela à l’auteur puisqu’à l’heure actuelle, aucune étude n’a été menée sur eux.

6Enfin, les soldats du IIe Corps d’Armée Italien envoyés en France à l’été 1918, qui s’illustrent notamment lors de la seconde bataille de la Marne, bénéficient du plus long développement de l’ouvrage puisqu’une vingtaine de pages leur est consacrée. G. Libert revient ainsi sur l’organisation particulière de ces troupes placées sous le commandement du général Albricci, insérant dans son propos le plan de formation du IIe Corps et de nombreuses photographies de celui-ci. Les batailles de l’Arde et de Bligny sont bien présentées comme la bataille de l’Aisne, avec l’insertion, non des moins intéressantes, d’un poème de Curzio Malaparte, commandant d’un peloton de lance-flammes en France, sur les morts de Bligny. Le retour progressif de ces hommes en Italie, dont certains passent d’abord par le nord meusien puis par la surveillance du Rhin et le défilé sur les Champs-Elysées en juillet 1919, est toujours accompagné, comme l’ensemble de l’ouvrage, de nombreuses photographies. La partie historique s’achève sur une brève étude des deux nécropoles italiennes en France (Bligny et Soupir) et par une quinzaine de pages de photographies de ces lieux de mémoire.

7La seconde partie de l’ouvrage est sans aucun doute la partie la plus intéressante et d’un apport certain pour l’étude et l’histoire des Italiens en France pendant le premier conflit mondial. Il s’agit d’une liste complète et détaillée de 79 pages des Piémontais enterrés en France. Cette liste est subdivisée par provinces (Alessandria, Asti, Biella, Cuneo, Novara, Verbano-Cusio-Ossola, Vercelli, et l’étranger). L’origine et le parcours militaire de chaque soldat inscrit dans cette liste est ainsi présenté de manière concise. On y découvre la présence de nombreux immigrés piémontais morts pour la France sous l’uniforme français, des immigrés retournés combattre en Italie avant de mourir pour l’Italie sur le sol français, ou des Piémontais morts en France pour l’Italie. Cette liste est un véritable matériau d’histoire. Mais c’est aussi la cheville ouvrière du livre ; réel apport pour l’histoire des Italiens en France et notamment des migrants, dont l’auteur se veut aussi être l’historien avec une douzaine de publications sur la question, il aurait été judicieux d’étudier cette liste en elle-même et de la compléter par exemple par une étude ou des graphiques sur l’âge, la provenance, l’arme, le régiment, ou la cause de la mort des dits soldats.

8Si le lecteur français de l’ouvrage de Giancarlo Libert s’attend à une publication scientifique rigoureuse et innovante sur le sort et le vécu des soldats italiens venus combattre en France pendant la Première Guerre mondiale, il risque d’être déçu. L’auteur n’apporte pas de nouvelles connaissances sur la question, désormais renouvelée en France par plusieurs publications. Toutefois, d’une lecture simple et rapide, doté de nombreuses photographies et d’un index des noms cités, permettant aux descendants de retrouver facilement un aïeul mort en France pendant la guerre, l’ouvrage de Giancarlo Libert constitue sans doute un beau livre pour une première approche très générale des combattants italiens en terre de France pendant la Grande Guerre. Le grand public italien, qui ne dispose pas des publications françaises sur la question, peut aisément comprendre leur histoire et la liste des Piémontais enterrés en France est particulièrement bienvenue et d’un réel intérêt, constituant une invitation à poursuivre l’histoire des Italiens en France pendant la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 Hubert Heyriès, Les Travailleurs militaires italiens en France pendant la Grande Guerre. Héros de la pelle et de la truelle au service de la victoire, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014, 276 p.

2 Giancarlo Libert, Astigiani in Francia. L’emigrazione dal medioevo all’età moderna. La Grande Guerra, Chivasso, Aquattro Edizioni, 2016.

3 Pierre-Louis Buzzi, Les immigrés italiens en Lorraine française pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), mémoire de master sous la direction de Jean-Noël Grandhomme, Université de Strasbourg, 2015, p. 79.

4 Notamment Hubert Heyriès, « Le truppe italiane all’estero », in Nicola Labanca (a cura di), Dizionario storico della prima guerra mondiale, Roma-Bari, Laterza, 2014, p. 158-167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Buzzi, « Giancarlo Libert, Piemontesi sul fronte occidentale. I Morti dimenticati della Grande Guerra »Italies, 23 | 2019, 450-452.

Référence électronique

Pierre-Louis Buzzi, « Giancarlo Libert, Piemontesi sul fronte occidentale. I Morti dimenticati della Grande Guerra »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/italies/7842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.7842

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search