Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giovanni Maffei, Le apocalissi difficili. De Roberto Vittorini Pomilio Frasca

Roma, Salerno Editrice 2018, 140 pages.
Daniela Vitagliano
p. 468-470
Référence(s) :

Giovanni Maffei, Le apocalissi difficili. De Roberto Vittorini Pomilio Frasca, Roma, Salerno Editrice 2018, 140 pages.

Texte intégral

1Nous sommes l’un de ces « vingt-cinq lecteurs » pronostiqués par Giovanni Maffei dans l’introduction (p. 29) pour son Le apocalissi difficili. De Roberto Vittorini Pomilio Frasca et nous ressentons le poids d’une responsabilité importante : rendre en peu de lignes la profondeur de cette œuvre, remarquable pour la finesse du regard et l’originalité de la perspective.

2Maffei nous livre aux mains du Temps : à travers la comparaison de quatre œuvres de quatre auteurs italiens bien différents appartenant de plus à des époques distinctes, il trace le profil d’un Temps-de-la-fin, du monde – et de l’homme – contemporain. Mais c’est dans l’adjectif « difficiles » du titre que l’on peut trouver la clé de lecture utilisée par le critique pour interpréter ces œuvres – I Viceré, Uomini e no, Il cane sull’etna, Dai cancelli d’acciaio : il s’agit d’une Fin-sans-fin, une apocalypse permanente, oxymorique, à laquelle les écrivains essaient de trouver des échappatoires, des fins. C’est leur point commun, leur appartenance à la catégorie « moderniste » et à une époque « difficile », ambigüe, dont la complexité doit être soumise à questionnement.

3Le Temps. Ce qui définit l’Homme et que l’Homme essaie de maîtriser, en le concrétisant, en lui donnant un corps. À travers des noms, par exemple, en distinguant le « tick » et le « tock », deux appellatifs pour indiquer les sons de la montre qui sont, à vrai dire, tout à fait identiques. Ou à travers le récit, organisation du temps en début et fin, principe et but final.

4Le Temps qui est aussi une notion d’Espace : l’apocalypse est un lieu « perché è una meta » (p. 16), un monde « démoniaque » d’où la montée est impossible puisqu’on n’envisage même pas un ciel au-delà.

5Deux points de vue – la scansion du temps et sa connotation spatiale – que Maffei reprend des études de Frank Kermode – The Sense of an Ending (1966) – et Northrop Frye – Anatomy of Criticism (1957), les deux théoriciens et critiques littéraires qu’il utilise pour bâtir sa réflexion.

  • 1 C.R. Maturin, Melmoth ou l’homme errant (1820), trad. de Jean Cohen, Paris, G.C Hubert, 1821.
  • 2 V. Jankélévitch, Lʼironie [1936], Paris, Flammarion, 1964, pp. 131-132.

6I Viceré est une œuvre écrite par Federico De Roberto à la fin du XIXe siècle et contient donc les fractures de cette époque, la mort de Dieu qui a laissé un vide, un enfer sur terre fermé et sans issue, où domine l’ironie. Il ne s’agit pourtant pas d’un rire cathartique : « il riso, come il pianto, è una smorfia di dolore : è nato dalla caduta, erompe nell’esilio » (p. 45). Maffei entame ainsi un parallèle entre l’analyse du rire de Baudelaire appliquée au protagoniste du roman de Maturin1, Melmoth, et l’analyse du rire que De Roberto propose pour Leopardi et Flaubert. Cette étude comparée lui permet de questionner « l’essence du rire », qu’il retrouve dans I Viceré, une ironie tragi-comique qui, pour le dire avec les mots de Jankélévitch, « fait rire sans avoir envie de rire, et elle plaisante froidement sans sʼamuser ; elle est moqueuse, mais sombre. Ou mieux : elle déclenche le rire, pour immédiatement le figer »2.

7Dans le deuxième article Maffei explore la dialectique mise en œuvre par Elio Vittorini dans Uomini e no, notamment dans la première édition de 1945 qui présente maintes différences avec la dernière de 1965. Cette édition, propose et remet en même temps en question la catégorie interprétative de l’apocalypse à travers un double récit, l’un en italique et l’autre en romain. Maffei nous accompagne, à travers une analyse captivante et bien menée du double monde vittorinien, à la découverte du décor milanais qui le caractérise : un espace fermé, une sorte du purgatoire “infernal”, où l’enfer n’est pas omniprésent mais demeure la condamnation universelle de l’homme, la dialectique éternelle, l’alternance entre bien et mal (p. 73). L’écrivain est comme un fantôme qui se faufile dans les pages, passe d’un monde à l’autre, communique avec les personnages et décide de suivre le “ droit chemin ” de l’enfer vers le salut, la démarche éthique de la pietas qui est aussi expérience formatrice.

8Mario Pomilio, auteur moins connu, du moins par le public français, est au centre du troisième essai. Il appartient déjà à un autre monde, celui de la crise et de l’échec, par conséquent indicible, ses personnages sont des « larve », des « fantasmi » (p. 83), des questions sur le point de naître et jamais formulées. Il cane sull’Etna : frammenti d’una enciclopedia del dissesto, dont Maffei retrace la genèse, est un recueil de cinq récits, écrits entre 1967 et 1969 et publiés en 1978 et nous montre – selon le critique – deux intrigues qui se superposent, formant un seul tableau : la possibilité de retrouver, à travers la parole prophétique du Christ, la foi dans la “parole” de la littérature. Mais il s’agit d’une foi problématisée, ambiguë, qu’on peut apercevoir derrière la toile du cercle infernal, à travers l’apparition soudaine d’« indices métaphoriques » (p. 96).

9L’article qui clôt le recueil a été écrit, Maffei nous prévient, avant la diffusion du roman de Gabriele Frasca en version intégrale, Dai cancelli d’acciaio, sorti auparavant sous forme d’“épisodes” destinés à un nombre limité et choisi de lecteurs. Pour cette raison il est moins analytique, plus riche d’emphase, ce qui le rend peut-être aussi le plus intéressant et le plus “sincère” du recueil.

10Le critique utilise trois figures pour décrire l’univers du roman : la cathédrale, la machine, le corps. La première pour l’architecture majestueuse qui le soutient, en termes de “largeur”, de richesse encyclopédique, mais aussi de “hauteur”, de point de rencontre de la terre avec le ciel, des hommes (nous) avec l’Homme, « i suoi bisogni, le sue speranze, il suo futuro » (p. 112).

11La machine, parfaite description d’un univers, engrenage dans lequel les personnages bougent, accomplissant leur destin, recommençant toujours du même point de départ, tels des condamnés dantesques. Maffei nous montre la singularité de l’enfer frasquien, par rapport à d’autres enfers littéraires : il n’est pas séparé du monde, il occupe le même espace, au point que la visite à son intérieur ne peut qu’être qualifiée de « reportage » (p. 118), et il n’est pas organisé vers un but, il est un engrenage dans lequel tout le monde paye ses dettes.

12Le corps est la concrétisation de la voix de l’auteur, celui qui dialogue avec le lecteur, en incarnant – et interprétant – de façon fluide et flexible les différents personnages.

13Dai cancelli d’acciaio est un temoignage, ou, pour le dire avec les mots de Maffei : « Nei Cancelli non c’è un messaggio : è il messaggio » (p. 131). Il appelle les hommes à s’unir dans la révolution, en pointant du doigt la responsabilité de chaque individu, en déchirant la page, et avec la page les grilles d’acier du monde.

14Giovanni Maffei, en nous présentant cet ensemble d’essais, raconte l’ambiguïté de l’apocalypse contemporaine, une Fin-sans-fin, problématisée par quatre auteurs si divers, toutefois unis par un fil invisible. Dans la difficulté de cet apocalypse Maffei fait vivre ces auteurs, en donnant également un sens à l’opération du critique littéraire – si dépréciée de nos jours : la seule façon de résister au temps infernal qui est aussi espace infernal, monde sans espoir, c’est de l’interpréter, de sortir du texte, de lui donner une fin, qui doit être individuelle, mais surtout collective.

Haut de page

Notes

1 C.R. Maturin, Melmoth ou l’homme errant (1820), trad. de Jean Cohen, Paris, G.C Hubert, 1821.

2 V. Jankélévitch, Lʼironie [1936], Paris, Flammarion, 1964, pp. 131-132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Vitagliano, « Giovanni Maffei, Le apocalissi difficili. De Roberto Vittorini Pomilio Frasca »Italies, 23 | 2019, 468-470.

Référence électronique

Daniela Vitagliano, « Giovanni Maffei, Le apocalissi difficili. De Roberto Vittorini Pomilio Frasca »Italies [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/italies/7921

Haut de page

Auteur

Daniela Vitagliano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals