Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Langue et illusionBaudelaire par Giorgio Caproni

Langue et illusion

Baudelaire par Giorgio Caproni

Une poursuite chimérique
Gianluca Leoncini
p. 117-127

Résumés

Tout traducteur se penchant sur une œuvre poétique cherche à saisir l’insaisissable dans le langage, dans les sonorités, dans le message. Giorgio Caproni n’échappe pas à ce sort et ses Fiori del male sont à considérer comme une infinie expérimentation-exploration linguistique visant à atteindre un illusoire état stable, une inaccessible excellence expressive qui ne conduit pourtant qu’à des états précaires de la traduction. Cependant, lors de cette quête, il n’y a pas de dichotomie entre les deux termes de précarité et de perfection mais plutôt une concaténation ; l’incessant remaniement de ses textes n’est effectivement qu’une astreinte incontournable, une impasse irrésolue, dans cette poursuite chimérique interrompue seulement par le destin.

Haut de page

Texte intégral

Sans cesse à mes côtés s’agite le Démon ;
Il nage autour de moi comme un air impalpable ;
Je l’avale et le sens qui brûle mon poumon
Et l’emplit d’un désir éternel et coupable.

Charles Baudelaire, « La destruction », in Les fleurs du mal,
Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1857.


Senza posa s’agita ai miei fianchi il demonio; aleggia intorno
a me come un’aria impalpabile; io lo ingoio e lo sento
bruciarmi i polmoni, empirli d’una brama eterna e colpevole.

I Fiori del Male, traduzione di Giorgio Caproni,
Roma, Curcio, 1967.


Senza posa ai miei fianchi s’agita il demonio; m’aleggia
intorno come un’aria impalpabile; lo respiro e lo sento
bruciarmi i polmoni e colmarmeli d’eterna e colpevole brama.

I Fiori del male, traduzione di Giorgio Caproni,
introduzione e commento di Luca Pietromarchi,
Venezia, Marsilio, 2008.

La précarité de la traduction

  • 1 Charles Baudelaire, Correspondance, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », vol.  (...)

1Le 28 février 1866, presque à la fin de sa vie, dans une lettre à son conseil judiciaire Narcisse Ancelle1, Charles Baudelaire évoque en ces termes son unique recueil poétique, Les Fleurs du Mal :

Dans ce livre atroce, j’ai mis toute ma pensée, tout mon cœur, toute ma religion (travestie), toute ma haine.

2Ce livre atroce connaîtra un succès extraordinaire et rapide. Comme le rappelle André Guyaux dans l’avant-propos du numéro 21 de L’Année Baudelaire, dès le dernier tiers du dix-neuvième siècle Les Fleurs du Mal font déjà l’objet de commentaires et de traductions dans de nombreux pays. L’incipit d’un article de Mario Richter témoigne notamment de cet engouement baudelairien au-delà des Alpes :

  • 2 Mario Richter, « De la difficulté de traduire Baudelaire en italien », Revue italienne d’études f (...)

Il n’est pas facile de trouver un poète français qui, plus que Baudelaire, ait suscité un aussi grand intérêt chez les traducteurs italiens2.

  • 3 Voir Christine Lombez, « Traduire en poète. Philippe Jaccottet, Armand Robin, Samuel Beckett », P (...)
  • 4 Ibid., paragraphe 44.

3En outre, un peu plus loin, l’auteur précise que parmi ces traducteurs transalpins plusieurs ont été eux-mêmes des poètes : Diego Valeri, Alessandro Parronchi, Giorgio Caproni, Attilio Bertolucci, Carlo Muscetta, Gesualdo Bufalino, Cosimo Ortesta, Mario Luzi, Giovanni Raboni. Or, en traduisant le bostonien Edgar Allan Poe, Charles Baudelaire avait pu constater que l’acte de traduire permettrait, au poète in fieri, d’épanouir son imagination, de faire évoluer ses facultés linguistiques, d’ouvrir une porte sur des suggestions et des symboles en provenance d’un autre univers. La récurrence dans l’histoire littéraire, ne serait-ce qu’à l’échelle européenne, de la figure du poète/écrivain-traducteur (Pierre de Ronsard, Christopher Marlowe, François de Malherbe, Jean de La Fontaine, Samuel Johnson, Madame de Staël, François-René de Chateaubriand, Charles Leconte de Lisle, Gérard de Nerval, Victor Hugo, Charles Baudelaire, Théophile Gautier, Stéphane Mallarmé, Paul Valéry, Guillaume Apollinaire, Paul Claudel, Samuel Beckett, Giuseppe Ungaretti, Philippe Jaccottet, Yves Bonnefoy, Vladimir Nabokov, Antonio Tabucchi...) est par ailleurs révélatrice des liens, de la concordance existant entre la création poétique personnelle et la pratique de la traduction3. La poésie et la traduction, sans doute « parce qu’elles tentent de s’approprier la même part d’immatériel ou d’insaisissable présente dans le langage4», ne pourraient se passer l’une de l’autre et participeraient donc, tout en s’enrichissant réciproquement, de la même démarche herméneutique, de la même exploration de la conscience.

4Dans Essais de linguistique générale, Roman Jakobson affirme que toute tentative de traduction poétique serait un pari impossible :

  • 5 Roman Jakobson, « Aspects linguistiques de la traduction », in Essais de linguistique générale, P (...)

[...] la poésie, par définition, est intraduisible. Seule est possible la transposition créatrice5.

  • 6 « Est-il possible de traduire [...] vers par vers, tout en respectant le numérisme syllabique du (...)
  • 7 Dante Alighieri, Convivio, a cura di Cesare Vasoli e Domenico De Robertis, in Dante Alighieri, Op (...)

5Selon le linguiste russe, traduire une poésie est finalement moins une opération de mimesis que de re-création car toute tentative de faire revivre dans la langue d’accueil l’expérience vécue par le créateur du poème exige justement que l’on recrée ses modes de pensée, d’imagination et d’expression, le traducteur ne pouvant absolument prétendre à une parfaite équivalence sémantique, à une exacte équivalence sonore6. Au traducteur d’un poème s’impose par conséquent un compromis entre la fidélité envers le texte, qui ne signifie pas du tout (Umberto Eco docet) étroite congruence, et la recherche de l’effet esthétique, la difficulté majeure consistant à rétablir cette union inséparable (et propre à toute composition versifiée) du sens et de la sonorité. Parvenir à cet objectif, d’après une auctoritas en matière de poésie telle que Dante Alighieri, s’avèrerait cependant un exploit irréalisable : Il Sommo Poeta déclare dans le Convivio qu’aucune œuvre fondée sur les règles de la métrique ne peut être transposée dans une autre langue sans que sa douceur et son harmonie en soient affectées, et c’est la raison pour laquelle Homère ne fut pas transmué du grec en latin7.

  • 8 Actes des troisièmes assises de la traduction littéraire, Arles, Actes Sud, 1986, p. 25-44.

6Dans les travaux du linguiste américain Noam Chomsky, cités dans les Actes des troisièmes assises de la traduction littéraire8, le texte poétique originel est considéré comme un état stable, où rien n’est susceptible de modification, tandis que la transcription élaborée par le traducteur constitue un état stationnaire, toujours prêt à être amendé, enrichi, amplifié par l’introduction d’éléments variables lexicaux, phonétiques, prosodiques qui visent indéfiniment à le rapprocher de l’état stable de l’original. Toute traduction, étant à chaque instant à la merci du changement, demeure de ce fait dans un état de précarité. Chacune des différentes transcriptions se révèle alors une réécriture, une version revisitée, une relecture du texte source lequel, au fil des années et en fonction du tempérament des différents traducteurs qui se succèdent, n’est jamais interprété de manière univoque. Sa stabilité originelle ne saurait néanmoins être remise en cause par l’existence de ces réinterprétations parallèles à la durée de vie éphémère.

  • 9 Luca Pietromarchi, « La prose qui viendra : les Fleurs du mal de Giorgio Caproni », Revue italien (...)

7Un parangon de cet état de précarité pourrait être la traduction des Fleurs du Mal par Giorgio Caproni, publiée aux éditions Curcio en 1962 et définie, dans un article9 de Luca Pietromarchi, comme une histoire éditoriale pleine de vicissitudes, comme une aventure poétique tourmentée. Dès sa parution, relate ledit article, Caproni ne dissimula pas son mécontentement, jusqu’à en refuser la paternité.

  • 10 Charles Baudelaire, I Fiori del male, traduzione di Giorgio Caproni, introduzione e commento di L (...)

Va in giro un Baudelaire col mio nome, il quale non è affatto mio, tant’è stato riveduto e “scorretto”, forse sul modello di più pregiate traduzioni10.

8Pietromarchi ajoute un peu plus loin :

  • 11 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 2.

Le poète fut contrarié à tel point qu’il décida, dès le lendemain de la publication du livre, d’entreprendre une deuxième traduction des Fleurs du Mal11.

  • 12 Chez Curcio la succession des poèmes calquait celle de l’édition posthume de 1868 des Fleurs du M (...)
  • 13 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 2.
  • 14 Ibid.

9Cette seconde version, qui comporte une profonde révision lexicale et syntaxique de la précédente, a été éditée par Marsilio en 200812. Or, cette traduction posthume (Caproni décéda en 1990), est loin d’être un travail achevé. Ayant pu analyser – grâce à la collaboration d’Attilio Mauro Caproni, le fils du poète – les pages du tapuscrit original, Luca Pietromarchi y a effectivement relevé des centaines de corrections manuscrites qui modifient, en soustraction et en addition, la version Curcio parue quarante-six ans auparavant13. De surcroît, sur la dernière page, griffonnée et soulignée de la main de Caproni, l’on peut lire en diagonale et prenant toute la feuille ces trois mots : Rifacimento (da rifare). Il en découle « [...] l’image d’une traduction sans fin, que Caproni a gardée ouverte sur sa table de travail jusqu’à sa mort14 », où aucune option n’est jamais définitive et où chaque choix paraît difficile et douloureux.

  • 15 « Le Reniement de Saint Pierre », « Abel et Caïn », « Les Litanies de Satan », « La Mort des aman (...)

10Pour en revenir aux tribulations de la première traduction, après avoir opté pour la prose dans les quatre sections principales des Fleurs du Mal (Spleen et idéal, Tableaux parisiens, Le vin, Fleurs du Mal), Caproni choisit une traduction métrique pour les deux dernières, Révolte et La Mort, qui comprennent neuf poèmes15. Mais

  • 16 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 2.

C’est sur ce point que se déclenche le conflit avec l’éditeur, lequel se refuse d’accepter ce changement de registre et, sans en informer le traducteur, fait remettre en prose les poèmes que Caproni avait traduits en vers16.

11Le poète, dans une interview accordée au journal Il Tempo, rappelle avec amertume cette décision d’aplatir en prose ces pièces qui étaient ondulées en vers :

  • 17 Cf. note 10.

[...] fino al punto da spianare in prosa (rifatta) anche il luogo che invece era ondulato in versi17.

12L’unique concession de l’éditeur concernera Le Voyage, le dernier poème du recueil. Caproni justifie sa volonté de recourir à la rime par le fait d’y avoir perçu en filigrane, notamment dans Le Voyage, ses propres vicissitudes biographiques :

  • 18 Giorgio Caproni, « Introduzione », in Charles Baudelaire, I Fiori del Male, Roma, Curcio, coll. « (...)

[...] a proposito del Viaggio, troppo strettamente legato a certe nostre avventure personali perché potessimo resistere alla tentazione della sirena18.

  • 19 « Un poème est une structure close dont les éléments tiennent ensemble par des règles de quantité (...)

13Giorgio Caproni, bien qu’il ait renoncé de prime abord au dessin circulaire et à la structure close19 tracés par la prosodie, cède enfin à sa fonction incantatoire.

14Traduire en vers ou pas ? Le véritable dilemme pour tout traducteur des Fleurs du mal. Certains (Riccardo Sonzogno, Paolo Buzzi, Decio Cinti, Adele Morozzo Della Rocca) embrassent la prose tandis que d’autres (Cesare Sofianopulo, Vincenzo Aloysio, Giosafatte Tedeschi, Salvatore Alonzo, Luigi De Nardis, Francesco Di Pilla) ont recours non seulement à la versification mais aussi à la rime. Chez Giorgio Caproni cette hésitation frôle l’irrésolution. Jusqu’à ses derniers jours, la traduction des Fleurs du mal est vécue comme un défi, comme une quête où aucune décision ne sera jamais définitive, où il est difficile, sinon impossible, de trancher à la fois du point de vue lexical-syntaxique et sur la forme du discours (prose ou poésie). Caproni semble courir après le mirage de la perfection dans le but de poursuivre le registre et le style les plus adaptés au ton et aux contenus du recueil baudelairien, un ouvrage capable de toucher, ainsi qu’il le déclame dans son introduction à l’édition Curcio, les hauteurs des cieux, les abîmes de l’enfer, le naturalisme, le mysticisme, la vulgarité affichée, la souffrance, la douleur, l’extase, l’abrutissement d’une vie dominée par l’intérêt et par le sexe, le blasphème, la plus profonde pitié :

  • 20 Giorgio Caproni, op. cit., p. 12.

[…] le altezze dei cieli e gli abissi dell’inferno, […] il naturalismo allora imperante, il misticismo, la volgarità plateale, la sofferenza, il dolore, l’estasi, l’abbrutimento d’una vita dominata dall’utile e dal sesso, la bestemmia e la più profonda pietà20...

15Cette poursuite échoue puisque, au fil des poèmes, l’option (lexicale, syntaxique, formelle) qui au départ paraissait la plus appropriée se métamorphose sans cesse. L’irrésolution avoisinera en ce cas la dramatique incertitude :

  • 21 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 4.

Cette oscillation du vers à la prose, et de la prose au vers, exprime de façon très éloquente la difficulté, pour Caproni, de trouver un accord entre sa propre voix de poète et le ton de la poésie baudelairienne21.

16Pourquoi traduire en prose les Fleurs ? Dans la préface de Le Spleen de Paris, en s’adressant à Arsène Houssaye (le dédicataire de ces poèmes en prose), Baudelaire lui-même ambitionne une prose poétique susceptible de se conformer aux profondeurs et à la complexité du cœur humain :

  • 22 Charles Baudelaire, « Préface », in Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris (Petits Poèmes en pros (...)

Quel est celui de nous qui n’a pas, dans ses jours d’ambition, rêvé le miracle d’une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience22 ?

  • 23 Formule pittoresque dont se sert Baudelaire pour motiver sa traduction en prose du poème « The Ra (...)

17Chercheraient-ils à atteindre le même objectif, ces traducteurs qui, à l’exemple d’Attilio Bertolucci ou de Giorgio Caproni, se refusent à une « singerie rimée23» ? Luca Pietromarchi prétend que

  • 24 Luca Pietromarchi, « Nota alla traduzione», in Charles Baudelaire, I fiori del male, traduzione (...)

Si tratta di una scelta insolita se si considera che all’inizio degli anni sessanta Caproni ha già maturato un’importante esperienza di traduttore nell’ambito della poesia francese, pubblicando numerose versioni, in metro, da Henri Thomas, Prévert, Apollinaire, Supervielle, Aragon, Eluard, e soprattutto Char, con il volume Poesia e Prosa, pubblicato da Feltrinelli nello stesso anno dei Fiori del Male24.

18Il faudrait donc se poser la question suivante :

  • 25 Ibid.

Quali dunque le motivazioni che hanno potuto indurre uno dei grandi passeurs della letteratura francese in italiano a optare per la prosa dovendo affrontare Baudelaire25 ?

  • 26 Ibid., p. 56.
  • 27 Ibid.
  • 28 Giovanni Macchia, « La poetica della malinconia » [1946], in Baudelaire e la poetica della malinc (...)
  • 29 Luca Pietromarchi, op. cit., p. 56.
  • 30 Ibid., p. 57.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 58.
  • 34 Ibid., p. 57.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid., p. 58.

19Selon son postulat, Caproni renoncerait sciemment à la précision métrique, « [al] rigore classico della forma poetica26», à cette « alleanza della geometria e della musica27» (heureuse tournure de Giovanni Macchia28 réemployée par Pietromarchi) – trois composantes qui seraient à même de gouverner les mouvements de l’âme et d’atténuer, voire de racheter, l’horreur de la réalité décrite – car il ne partagerait pas « la fiducia baudeleriana nelle virtù catartiche del classicismo29». Afin de compenser « l’azzeramento della tensione metrica30», Caproni utiliserait « un registro linguistico a forte connotazione letteraria31», dans l’intention de conférer au moins « una patina classicheggiante32» à sa traduction. Ainsi, les traces d’une « memoria classica33» seraient visibles dans le registre linguistique au lieu de l’être – attendu qu’il avait penché pour le « carattere corsivo della prosa34» – dans la forme du discours. En outre, pour pallier « la scelta riduttiva, forse dolorosa35» de sacrifier la « Musica del verso36», il s’oriente vers une prose musicale « fortemente ritmata37», fondée sur une

  • 38 Ibid., p. 57-58.

insistita ricerca di effetti allitterativi […] all’interno della struttura sintattica della frase, dove un insistente ricorso all’inversione, agli anacoluti, agli iperbati disgiunge la frase per risarcire il verso del rilievo, del movimento prosodico e degli effetti di sospensione che la traduzione in prosa ha dissipato38.

  • 39 Ibid., p. 58.
  • 40 Pietro Citati, « Alcuni scritti sulla poesia di Caproni », in Giorgio Caproni, Tutte le poesie, M (...)
  • 41 Ibid., p. 1005.
  • 42 Giovanni Raboni, L’ultimo borgo, Milano, Rizzoli, BUR, 1980.
  • 43 Giorgio Caproni, op. cit., p. 994.
  • 44 Ibid., p. 992.

20Ce faisant, Caproni aboutirait toutefois « agli antipodi della prosa dei poemetti dello Spleen de Paris, che Baudelaire voleva musicale senza ritmo39». Créer l’illusion d’un retour par le rythme était à ses yeux, dirait-on, la seule solution lui permettant de sauvegarder, en se passant de la rime, un trait distinctif de la poésie baudelairienne. La musicalité est par ailleurs une particularité de la poésie de Caproni ; le critique Gian Luigi Beccaria met en exergue la « semplicità di una quasi-prosa nei versi melodici e parlati40» qui lui octroie une capacité à « narrare e cantare insieme41». Le poète Giovanni Raboni, directeur en 1980 d’une anthologie42 consacrée à Caproni (dont il rédige lui-même l’introduction), relève que « questa musica si è fatta via via più difficile, irta, amara, dissonante43», qu’à la longue son rythme devient de plus en plus « ansioso e turbinoso, […] irto di sottili inceppamenti, décalages, dissonanze44». Cet avis est partagé par le précité Gian Luigi Beccaria :

  • 45 Ibid., p. 1007.

In effetti il suo ritmo è anche spezzatura e segmentazione artefatta, scarto fonico e ritmico, dissonanza improvvisa, dinamismo e turbine, apparenza di cantabilità e di facilità: un procedere franto ma tenuto sù da iterazioni che accumulano tensione45.

  • 46 Ibid., p. 982.
  • 47 Ibid., p. 983.

21Cette complexité syntaxique, ces inversions fréquentes, toutes ces discordances ou ces dissonances – d’après Giuseppe De Robertis tantôt « danno […] un’idea di battere e ritmare46 », tantôt « sono […] l’incrinatura, la nota amara della malinconia di Caproni47» – produisent une impression d’instabilité, de tension, peut-être même de douceur névrotique, et représentent la marque à la fois de Caproni poète et de Caproni traducteur.

Le mirage de la perfection

  • 48 Expression de Noam Chomsky, art. cit. Cf. note 8.
  • 49 Italo Calvino, « Tradurre è il vero modo di leggere un testo » [1982], in Mondo scritto e mondo n (...)

22Avec Giorgio Caproni la traduction, jamais définitive, toujours passible de correction, de modification, doit être considérée en tant qu’espace d’exploration permanente ; qui se configure premièrement comme un espace d’expérimentation et de perfectionnement linguistiques et stylistiques, afin d’atteindre un inaccessible état stable48, une utopique excellence expressive. Et ensuite comme un espace d’imprégnation poétique, dans le but de s’approprier au plus haut degré l’œuvre baudelairienne. « Tradurre è il vero modo di leggere un testo » sera le titre d’une intervention d’Italo Calvino lors d’une conférence sur la traduction qui aura lieu à Rome le 4 juin 198249 : l’idée est indéniablement intériorisée avant l’heure par Caproni.

  • 50 « Lesbos », « Léthé », « Femmes damnées », « À celle qui est trop gaie », « Les Bijoux », « Les M (...)

23Caproni aurait préféré dès le départ se référer à l’édition de 1861 des Fleurs du Mal car celle de 1868, choisie par Curcio, n’ayant pas été conçue sous la direction de Baudelaire, comptait plusieurs poèmes que l’auteur n’avait jamais englobés dans le recueil. Qui plus est en 1967, dans la seconde réédition Curcio (la première parut en 1964), les six poèmes condamnés50 avaient été supprimés. D’où la contrariété et l’agacement de Caproni, soulignés par Luca Pietromarchi :

  • 51 Luca Pietromarchi, op. cit., p. 60, note 2.

Il ripristino della disposizione del canzoniere nella sua versione del 1861 è una precisa intenzione di Caproni, che vergava sulla prima pagina del suo dattiloscritto: « Dare l’ordine di successione che è nella Pléiade e rimettere le poesie condannate51 ! »

24À l’évidence, le souci du poète de Livourne est de garantir, de rétablir

  • 52 Ibid., p. 55.

quella rigorosa omogeneità che Baudelaire aveva conferito alla seconda edizione della sua opera52.

  • 53 C’est l’objet d’un chapitre de notre thèse de doctorat en cours.

25Pour toutes ces raisons, la traduction publiée chez Marsilio en 2008 est indiscutablement la plus proche des desseins et des souhaits originels de Caproni. En mettant en regard les versions de 1962 et de 2008, il est possible de retracer, à travers leur diversité, l’éventuelle évolution de l’exégèse caproniana des Fleurs du mal. En examinant la relation entre le traducteur et l’œuvre qu’il est en train de traduire, afin de mieux en percevoir les fluctuations et les spécificités, il sera bien entendu important de discerner les passages où Caproni cherche à servir Baudelaire mais, sans conteste, il faudra s’arrêter plus longtemps sur ceux où, inversement, il le réinterprète53. Cependant, l’on ne doit jamais perdre de vue qu’il n’a pu mettre de son vivant un point final à sa traduction qui demeure donc en suspens, inachevée, affichant même un état de précarité. Nul ne sait si en poursuivant son exploration linguistique, stylistique, expressive, Caproni aurait modifié davantage ses Fiori del male. Nous nous limitons à souligner qu’il refusa la paternité d’une traduction – qui portait certes son nom mais dans laquelle ses directives avaient été trahies – et qu’en conséquence il avait entamé, dans l’intention de parvenir à une restitution pour lui plus satisfaisante du texte baudelairien, un travail de révision, de remaniement qui a hanté ses dernières années. Cet état de précarité étant la résultante d’une quête sans répit poussant le poète-traducteur à courir après le mirage de la perfection, il ne saurait y avoir aucune dichotomie, aucune antinomie entre les deux termes de précarité et de perfection ; il y aurait au contraire (et paradoxalement) une concaténation. L’extrême précarité n’est effectivement qu’une étape obligée, une contrainte incontournable, voire une impasse irrésolue, de cette poursuite chimérique interrompue seulement par le destin.

Haut de page

Notes

1 Charles Baudelaire, Correspondance, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », vol. II, 1973, p. 610.

2 Mario Richter, « De la difficulté de traduire Baudelaire en italien », Revue italienne d’études françaises [En ligne], n° 4, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, https://journals.openedition.org/rief/594

3 Voir Christine Lombez, « Traduire en poète. Philippe Jaccottet, Armand Robin, Samuel Beckett », Poétique, n° 135, 2003/3, p. 355-379.

4 Ibid., paragraphe 44.

5 Roman Jakobson, « Aspects linguistiques de la traduction », in Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit, 1986, p. 86.

6 « Est-il possible de traduire [...] vers par vers, tout en respectant le numérisme syllabique du mètre, la syntaxe rythmique, le jeu des rimes et l’union du sens et de la sonorité qui caractérise la poésie ? », Martin Momha, Prose et poésie : approche comparative de deux modalités textuelles adjacentes et antipodiques, 1.1.2.c « L’intraduisibilité de la poésie », http://martinmomha.canalblog.com/archives/2011/08/06/21743596.html

7 Dante Alighieri, Convivio, a cura di Cesare Vasoli e Domenico De Robertis, in Dante Alighieri, Opere Minori, Milano/Napoli, Ricciardi, 1988, Trattato 1, capitolo VII, p. 14-15 : « 14. E però sappia ciascuno che nulla cosa per legame musaico armonizzata si può de la sua loquela in altra transmutare, sanza rompere tutta sua dolcezza e armonia. 15. E questa è la cagione per che Omero non si mutò di greco in latino [...] », (Passage cité par Georges Mounin dans Les Belles infidèles, Paris, Cahiers du Sud, 1955, p. 28).

8 Actes des troisièmes assises de la traduction littéraire, Arles, Actes Sud, 1986, p. 25-44.

9 Luca Pietromarchi, « La prose qui viendra : les Fleurs du mal de Giorgio Caproni », Revue italienne d’études françaises [En ligne], n° 4, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, https://journals.openedition.org/rief/719 DOI : 10.4000/rief.719.

10 Charles Baudelaire, I Fiori del male, traduzione di Giorgio Caproni, introduzione e commento di Luca Pietromarchi, Venezia, Marsilio, 2008, p. 54. (Citation tirée d’Antonio Altomonte, « L’intervista: Giorgio Caproni », Il Tempo, 5 novembre 1972, p. 14).

11 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 2.

12 Chez Curcio la succession des poèmes calquait celle de l’édition posthume de 1868 des Fleurs du Mal, en revanche cette seconde traduction suit l’ordre de l’édition de 1861, la dernière sous la direction de Baudelaire.

13 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 2.

14 Ibid.

15 « Le Reniement de Saint Pierre », « Abel et Caïn », « Les Litanies de Satan », « La Mort des amants », « La Mort des pauvres », « La Mort des artistes », « La Fin de la journée », « Le Rêve d’un curieux », « Le Voyage ».

16 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 2.

17 Cf. note 10.

18 Giorgio Caproni, « Introduzione », in Charles Baudelaire, I Fiori del Male, Roma, Curcio, coll. « I Classici Illustrati », 1967, p. 12.

19 « Un poème est une structure close dont les éléments tiennent ensemble par des règles de quantité (mètre et strophe, ou formes dérivées du mètre et de la strophe), et par des règles d’ordre (congruence ou anomalies sémantiques, ces dernières étant presque toujours interprétables et donc réglables, et évidemment syntaxe). Cohésion et clôture sont plus ou moins fortes et marquées selon les types de poème, plus la structure est brève plus la cohésion et la clôture sont fortes. Ces structures correspondent à une réalisation phonique, laquelle a, à son tour, une réalisation graphique. Les manipulations du matériau sonore, et des dispositifs graphiques, sont une caractéristique supplémentaire des textes de cette nature », Lucien Victor, « Grammaire et Poésie : trois exemples », Semen [En ligne], n° 24, 2007, paragraphe 44 : Linguistique et poésie : le poème et ses réseaux, https://journals.openedition.org/semen/5953

20 Giorgio Caproni, op. cit., p. 12.

21 Luca Pietromarchi, art. cit., paragraphe 4.

22 Charles Baudelaire, « Préface », in Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris (Petits Poèmes en prose), « À Arsène Houssaye », Œuvres Complètes, éd. Claude Pichois, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, Vol. I, p. 275-276.

23 Formule pittoresque dont se sert Baudelaire pour motiver sa traduction en prose du poème « The Raven » de Poe : « Dans le moulage de la prose appliqué à la poésie, il y a nécessairement une affreuse imperfection ; mais le mal serait encore plus grand dans une singerie rimée. », dans Edgar Allan Poe, La Genèse d’un poëme, traduction par Charles Baudelaire, Histoires grotesques et sérieuses, Paris, Michel Lévy frères, 1871, p. 336.

24 Luca Pietromarchi, « Nota alla traduzione», in Charles Baudelaire, I fiori del male, traduzione di Giorgio Caproni, Venezia, Marsilio, 2008, p. 55.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 56.

27 Ibid.

28 Giovanni Macchia, « La poetica della malinconia » [1946], in Baudelaire e la poetica della malinconia, Milano, Rizzoli, 1975, p. 124.

29 Luca Pietromarchi, op. cit., p. 56.

30 Ibid., p. 57.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 58.

34 Ibid., p. 57.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid., p. 58.

38 Ibid., p. 57-58.

39 Ibid., p. 58.

40 Pietro Citati, « Alcuni scritti sulla poesia di Caproni », in Giorgio Caproni, Tutte le poesie, Milano, Garzanti, 2018, p. 1007.

41 Ibid., p. 1005.

42 Giovanni Raboni, L’ultimo borgo, Milano, Rizzoli, BUR, 1980.

43 Giorgio Caproni, op. cit., p. 994.

44 Ibid., p. 992.

45 Ibid., p. 1007.

46 Ibid., p. 982.

47 Ibid., p. 983.

48 Expression de Noam Chomsky, art. cit. Cf. note 8.

49 Italo Calvino, « Tradurre è il vero modo di leggere un testo » [1982], in Mondo scritto e mondo non scritto, Milano, Mondadori, 2002, p. 78-84.

50 « Lesbos », « Léthé », « Femmes damnées », « À celle qui est trop gaie », « Les Bijoux », « Les Métamorphoses du vampire ».

51 Luca Pietromarchi, op. cit., p. 60, note 2.

52 Ibid., p. 55.

53 C’est l’objet d’un chapitre de notre thèse de doctorat en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gianluca Leoncini, « Baudelaire par Giorgio Caproni »Italies, 24 | 2020, 117-127.

Référence électronique

Gianluca Leoncini, « Baudelaire par Giorgio Caproni »Italies [En ligne], 24 | 2020, mis en ligne le 16 mars 2021, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/italies/8259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.8259

Haut de page

Auteur

Gianluca Leoncini

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search