Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Utopies politiquesUtopies carcérales dans l’Italie ...

Utopies politiques

Utopies carcérales dans l’Italie du deuxième biennio rosso

Elisa Santalena
p. 107-121

Résumés

La réflexion sur la question carcérale voit le jour, en Italie, à la fin des années 1960 et devient un thème de débat parmi les intellectuels et dans l’ensemble de la société. Le combat que les étudiants, les ouvriers, les militants des groupes extra-parlementaires mènent contre un État dans lequel ils ne se reconnaissent plus s’élargit à cet espace paradoxalement clos et ouvert à la fois. La prison, initialement réfractaire à toute forme de nouveauté deviendra, peu à peu, un lieu de révolution à part entière, comme l’école et l’université en 1968, et l’usine en 1969 lors de l’Autunno Caldo. À travers un parcours au cœur du monde carcéral, nous voulons montrer comment les détenus parviennent à se faire une place au sein des luttes italiennes, et comment leur mouvement deviendra un élément central du rapport de force opposant la société en mouvement et l’État. Nous étudierons la tentative, qui se révélera utopique, de réformer la prison en 1975. Nous terminerons notre analyse par un tableau des essais sur la question carcérale publiés en Italie à la même époque, ainsi que sur une littérature spécialisée faite de mémoires de détenus, de brochures internes de prisons et d’études sociologiques et juridiques qui offrent un aperçu d’un mouvement peu connu de l’Italie des années de révolte.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

La situation dans les prisons est intolérable. On fait aux détenus une vie indigne d’un être humain. Les droits qu’ils ont ne sont pas respectés. Nous voulons porter ce scandale en plein jour.
                                                                                   Michel Foucault

  • 1 Par le décret royal n° 787 du 18 juin 1931, le Garde des Sceaux Alfredo Rocco signe le nouveau «  (...)

1L’année 1969 inaugure une longue période d’affrontements entre les détenus et l’État italien, période qui ne s’achève que dans les années 1980. Protestations, dénonciations, grèves de la faim, révoltes et même suicides révèlent le contexte d’extrême violence de la prison. Le mouvement de lutte se poursuit à un rythme effréné sur l’ensemble du territoire : les prisonniers y dénoncent, principalement, les conditions de vie précaires et misérables, tout comme les règlements intérieurs, qui datent de l’époque fasciste et dont le caractère est principalement répressif1. La prison, lieu de ségrégation de ceux qui doivent purger une peine commise envers la société, était depuis toujours entourée d’un mur de silence, et ce mur commence à s’écrouler grâce à l’écho des luttes estudiantines et ouvrières qui résonne aussi à l’intérieur de ce lieu clos.

2Des militants de la gauche extra-parlementaire, faisant partie du groupe Lotta Continua ou du Soccorso Rosso, recueillent les dénonciations des détenus ainsi que leurs analyses de la situation du monde carcéral et de la violence du système. Ils deviennent ainsi le lien entre le front des prisonniers et les autres fronts des luttes de classe à l’extérieur du milieu carcéral, en mettant en relief une origine culturelle unique les unissant. Il en découle une prise de conscience politique, qui permet d’étendre à la prison l’analyse du caractère violent et répressif des institutions sociales, comme les étudiants l’avaient déjà fait pour l’école et l’université, et les ouvriers pour l’usine.

  • 2 Franz Fanon, I dannati della terra, Torino, Einaudi, 1966, traduction des Damnés de la terre, par (...)

3L’ampleur de la lutte carcérale et la violence de la répression qui s’ensuit obligent également la presse à couvrir quotidiennement les événements carcéraux, ainsi qu’à promouvoir des enquêtes sur les prisons italiennes et étrangères. Elle stimule la publication d’une littérature spécialisée2 faite de mémoires de détenus, de brochures internes de prisons et d’études sociologiques et juridiques qui offrent de nombreux documents sur la réalité carcérale. Tout cela, afin de démontrer combien la question carcérale et les problèmes liés aux conditions de vie des détenus prennent de l’ampleur à cette époque jusqu’à devenir un véritable thème de débat en politique, mais aussi parmi les intellectuels et dans l’ensemble de la société.

4À travers ce court parcours au cœur du monde carcéral, nous voulons démontrer comment les détenus parviennent à se faire une place au sein des luttes italiennes, et comment leur mouvement, le plus souvent méconnu et qualifié d’utopique parce que né dans un milieu irréformable, deviendra au contraire un élément central du rapport de force opposant la société en mouvement et l’État. Le combat que les étudiants, les ouvriers, les militants des groupes extra-parlementaires mènent contre l’État s’élargit à cet espace paradoxalement clos et ouvert à la fois. La prison, initialement réfractaire à toute forme de nouveauté deviendra, peu à peu, un lieu de lutte, d’espoir et de révolution à part entière.

Une révolte utopique ? Prise de conscience et premières mutineries

  • 3 Cf. Guido Crainz, Storia del miracolo italiano: culture, identità, trasformazioni fra anni cinqua (...)
  • 4 Cf. Massimo Panvarini, « La criminalità punita », Storia d’Italia, Torino, Einaudi, p. 988.
  • 5 Cf. Luigi Ferrajoli, « Il carcere. Dal regime fascista Rocco al progetto di riforma Zagari », Bol (...)
  • 6 La circulaire n° 314/1954 du 24 février 1954.

5Dans les années 1950 et 1960, l’Italie se transforme et passe d’un pays agricole à un pays en voie d’industrialisation3 : l’expansion productive, encouragée par la croissance industrielle, est si intense que l’on parle de miracle économique. Alors que l’Italie devient une grande puissance industrielle, les données relatives à la population des détenus montrent une tendance lente et progressive à la baisse de l’incarcération4. Pourtant, les conditions internes des prisons italiennes sont, toujours, issues de ce règlement fasciste non réformé qui a survécu jusqu’alors, protégé par l’ignorance, l’indifférence et le manque d’intérêt de la part de tous5. En février 1954, le Garde des Sceaux démocrate-chrétien Michele De Pietro émet une circulaire6 où il rappelle la fonction « afflictive » de la prison qui doit, par essence, causer des souffrances aux détenus. En particulier, il prône l’interdiction de tout type de lecture à caractère politique et fait arracher des murs des cellules les images « obscènes » telles que, par exemple, la nudité « balnéaire ». Il prévoit aussi de limiter fortement l’écoute des émissions radios. Ainsi, le ministre renforce les principes qui avaient inspirés les règlements carcéraux fascistes, en consolidant le fossé entre le monde extérieur et la prison.

6Quelques années après l’entrée en vigueur de la Constitution italienne, l’Italie fait face à un paradoxe vis-à-vis de sa situation carcérale : la classe politique dirigeante de l’après-guerre aurait dû œuvrer promptement pour réformer un système dont elle connaissait l’inhumanité. Des hommes ayant connu l’exil politique et passé des années en prison comme Alcide De Gasperi, Pietro Nenni, Sandro Pertini, Giuseppe Saragat et bien d’autres semblaient avoir oublié aussi bien leur passé de détenus que l’état des prisons italiennes où ils étaient restés plusieurs années. Depuis les bancs du parlement, on ne les entendra pas critiquer, et encore moins vouloir réformer, ce lieu d’injustices qu’ils avaient pourtant si bien connu. Ces positions sont d’autant plus paradoxales que, ces mêmes années, le Parti Communiste Italien (PCI) met en avant la figure d’Antonio Gramsci comme martyr de la répression fasciste et de son système carcéral.

  • 7 Une population située socialement sous le prolétariat, du point de vue des conditions de travail (...)
  • 8 Article 27 de la Constitution italienne.

7Quelques années plus tard, vient le moment des contestations estudiantines et ouvrières du deuxième biennio rosso, où la nouvelle gauche issue de ces luttes entre en contact avec les secteurs les plus pauvres de la société, avec ceux que Marx appelait le lumpenprolétariat7. La dureté de l’affrontement social en cours dans le pays produit en particulier un fait nouveau: des centaines d’ouvriers et d’étudiants sont arrêtés suite à leur engagement militant, pénétrant ainsi dans le monde carcéral et découvrant les aspirations qui y sont cachées. Suite à cette rencontre, le fossé qui éloigne les détenus de la société en raison de leurs crimes est franchi, et les nouveaux arrivants se rendent compte de la barbarie et des abus que les prisonniers subissent, au jour le jour, dans l’institution carcérale que la Constitution italienne voudrait pourtant « humaine et tendant à la rééducation de l’individu8 ».

8Si, selon Marx, ce « prolétariat en haillons » n’a aucune conscience révolutionnaire, les militants extra-parlementaires découvrent au contraire des individus qui bouillonnent d’envie de changement, qui aspirent à un renouveau, qui éprouvent la nécessité de s’instruire et de comprendre leur situation pour la transformer. Leurs protestations ne sont pas le fruit d’un hasard, ni celui d’un projet utopique et irréalisable. Bien au contraire les détenus, conscients de leur rôle, entretiennent une dégradation générale et progressive de la discipline à l’intérieur de la prison pour obtenir des marges d’action de plus en plus étendues. Il s’agit d’une sorte de résistance spontanée, issue d’un épuisement des individus incarcérés et motivée par un changement de mentalité, surtout chez les plus jeunes.

  • 9 Cf. Irene Invernizzi, Il carcere come scuola di rivoluzione, Torino, Einaudi, 1973, p. 213-214. U (...)
  • 10 Voir les chroniques de La Stampa des 13, 14 et 15 avril 1969.
  • 11 Cf. Sante Notarnicola, L’evasione impossibile, Roma, Odradeck, 2005, p. 102 ; Irene Invernizzi, o (...)

9Tout commence véritablement à la prison Le Nuove de Turin, le 11 avril 1969 : le comité de base, constitué par des jeunes détenus qui diffusent immédiatement les revendications de la lutte, telles que la réforme pénitentiaire et judiciaire, prend la direction de la mutinerie, après que s’est répandue la nouvelle de la mort de trois prisonniers causée par deux gardiens. La nouvelle se révèle par la suite fausse, mais la rage des détenus explose et provoque la destruction d’une bonne partie de la prison9, alors que le contrôle de la situation échappe totalement à la direction. Dans des descriptions dantesques10, les journaux décrivent l’enfer de la mutinerie de presque un millier de détenus, contraints à vivre dans un établissement prévu pour en contenir cinq cents. Après plusieurs jours de lutte, l’ordre est rétabli par la répression et par le transfert massif11 des mutins dans des prisons de l’Italie du Sud et dans les îles. Contrairement à toute attente, l’effet produit est contraire à celui espéré : c’est en effet principalement grâce à ces transferts punitifs, de prison en prison, que le mouvement des détenus prend de l’ampleur dans toute la péninsule.

  • 12 La Stampa, 13, 14 et 15 avril 1969.

10Les journaux12 participent aussi à la diffusion des documents des détenus où les prisonniers dénoncent les conditions de leur détention, le problème du surpeuplement, celui de la rétribution dérisoire de leur travail, tout comme la difficulté d’une réinsertion sociale, une fois leur peine purgée.

  • 13 Cf. Giorgio Panizzari, Libero per interposto ergastolo, Milano, Kaos edizioni, 1990, p. 42.
  • 14 Ibid., p. 43.

11Ces premières mutineries de 1969, qui manifestent plus une véritable rage destructrice13 qu’une organisation revendicatrice structurée et efficace, ont surtout le mérite d’imposer à l’opinion publique la question carcérale. Hors des prisons, des étudiants, des proches des détenus, de simples curieux se regroupent et forment un étrange amalgame: une partie de la foule se désintéresse d’eux, voire les méprise, mais la plus grande partie des présents reprend les mêmes slogans scandés par les jeunes lors des manifestations étudiantes et ouvrières. Les mutins, à leur tour, bien qu’ils subissent une censure très stricte de la presse, arrivent à s’informer clandestinement grâce à des postes radios cachés ou à des quotidiens arrivés illégalement dans la prison avec l’aide des groupes extra-parlementaires. Non seulement ils sont au courant de ce qui se passe lors des manifestations, mais ils répondent à la foule par les mêmes slogans, qu’ils ne comprennent parfois qu’à peine. C’est de cette façon que se fera la première convergence entre l’extérieur et l’intérieur14.

Un processus de structuration politique

  • 15 ASF, Direzione degli Stabilimenti di Pena, B.16, f.1, prot. s.n. del Tribunale Civile e Penale di (...)

12À mesure que les mutineries se répandent, certains magistrats et directeurs de prison commencent à reconnaître leur légitimité. Il ne s’agit évidemment pas d’approuver les modalités de leur lutte mais, comme le déclare le juge Alessandro Margara du tribunal de Florence, la situation carcérale présente alors des défaillances structurelles qui, sans justifier de telles manifestations, permettent de les comprendre15. En effet, avec le temps, la situation des prisons devient explosive, même pour le personnel qui y travaille, et l’ensemble du monde politique et de l’administration pénitentiaire s’accorde sur le fait qu’il faut urgemment trouver une issue à la question carcérale.

  • 16 Circulaire n° 1862/4319 du Ministère de la Justice, 14 février 1970.

13Dans les plateformes de revendication qu’ils rédigent pendant les luttes, les détenus insèrent des requêtes spécifiques qui leur sont souvent accordées. Il s’agit, en apparence, de petites avancées telles que la possibilité de regarder la télévision, de prendre plus fréquemment des douches, d’utiliser la machine à écrire dans leur cellule ou d’utiliser des réchauds pour se préparer eux-mêmes à manger. Mais elles doivent être remises dans le contexte de privations où vivaient les détenus pour en comprendre la portée : elles représentent une avancée de taille dans leur indépendance par rapport à l’autorité carcérale. Tout cela constitue un premier pas vers la négociation ouverte entre les détenus, la hiérarchie carcérale et le Ministère de la Justice qui aboutit au consentement formel à la circulation, dans les prisons, de toute la presse politique et associative italienne16.

14Les avant-gardes du mouvement commencent ainsi à se demander, dès le début 1970, si le temps de coordonner une plateforme commune à toutes les prisons n’est pas venu, avec une analyse plus claire de la situation carcérale et de la situation du pays entier. La caractéristique décisive des luttes carcérales à cette époque réside donc dans le processus de structuration politique des détenus, par la rencontre avec le monde militant.

15La politisation est un processus complexe, une transformation de longue haleine, qui vient autant de l’acquisition d’une conscience politique de la part des individus que d’une tentative de secouer l’immobilisme du milieu carcéral, paralysé par l’organisation archaïque des clans mafieux et le désespoir des détenus qui préféraient parfois se suicider ou s’autodétruire plutôt que de lutter. Mais qui sont donc ces détenus qui enflamment les prisons pendant une décennie et qui changent l’histoire carcérale des années de l’après-guerre ?

  • 17 Cf. Franco Alasia, Danilo Montaldi, Milano, Corea, Milano, Feltrinelli, 1975.
  • 18 Cf. Nanni Balestrini, Vogliamo tutto, Milano, Mondadori, 1971.

16En se basant sur les lettres qu’Irene Invernizzi publie dans son livre Il carcere come scuola di rivoluzione, il apparaît que le profil type du détenu italien des années 1960 et 1970 est originaire du Sud17, a un passé d’extrême pauvreté et a subi une injustice. Il a souvent basculé dans la délinquance faute d’un meilleur horizon ou plus simplement parce que, rejeté par la société, il a voulu voler ce qu’on lui a constamment refusé: de l’argent pour vivre dignement. Ces individus, venus dans le Nord à la recherche d’un emploi, se heurtent à une triste réalité : non seulement ils ne peuvent pas profiter du miracle économique tant rêvé, mais, de surcroît, ils en sont les premières victimes. C’est surtout grâce à leur travail sous-payé et aux conditions misérables dans lesquelles ils sont souvent obligés de vivre, que le miracle s’opère18.

  • 19 Irene Invernizzi, op. cit., p. 51.

17Nombre d’entre eux prennent la décision de se révolter contre la société en entrant dans la petite délinquance. Souvent, ces hommes et ces femmes ont des souvenirs d’une enfance heureuse mais pauvre, jusqu’au jour où, comme le dit un détenu de la prison d’Alessandria en mai 1967 : « je m’aperçus que j’étais pauvre et méchant sans en comprendre la raison19 ».

18La rébellion est plutôt le résultat d’un contexte sociologique où l’indigence, l’ignorance et l’exploitation font de tout individu un rebelle en puissance. L’État, pour eux, est coupable de ne pas vouloir améliorer les conditions de vie des populations les plus fragiles, et de ne pas permettre à tous des conditions de vie décentes. Les seules réponses données à leur détresse, à leurs yeux, sont la répression et l’enfermement carcéral qui font d’eux des insurgés et des criminels. Cette condition, qui est celle de la large majorité des incarcérés de l’époque, facilite le contact entre la population carcérale et la gauche révolutionnaire. L’intérêt devient, d’ailleurs, réciproque: les prisonniers exploitent, d’une certaine manière, l’arrivée des étudiants politisés dans les prisons pour affiner la prise de conscience de leur situation et pour augmenter leur niveau d’instruction. Grâce à la rencontre avec ces jeunes, ils savent maintenant décrire leurs conditions, verbaliser leurs demandes et commencent à s’organiser pour lutter unis. L’étude devient alors un procédé de maturation de la prise de conscience qu’ils sont des sujets faisant partie du corps social. Ils se rendent compte que la rébellion est un point de départ, et que le seul fait de demander des changements n’est qu’une partie du processus de leur libération.

  • 20 Cf. Giorgio Panizzari, op. cit., p. 75-76.
  • 21 En 1973, le mouvement montre un plus grand degré de maturité politique, surtout à l’occasion des (...)

19Il leur faut commencer à faire partie d’un mouvement de révolte plus vaste que le leur. C’est ainsi qu’ils commencent à lire George Jackson, Malcom X, Angela Davis et les Black Panthers pour passer, dans un deuxième temps, à des textes plus ardus tels que Marx, Lénine, Staline, Mao, Che Guevara. Ils s’organisent même pour créer des comités qui produisent des fiches de lecture afin de les diffuser aussi bien à l’intérieur de leur propre prison que dans d’autres20. Ce phénomène explique aussi le niveau élevé, sur les plans linguistique et conceptuel, de beaucoup de leurs lettres, auquel on ne s’attend pas de la part d’individus issus des classes sociales les plus populaires. Le fait d’avoir pris conscience de leur situation, d’avoir étudié en prison leur permet d’affiner leurs revendications. La gauche révolutionnaire, de son côté, découvre un nouveau monde, un pan entier de la société inconnu jusque-là, qui lui donne une raison supplémentaire pour se battre contre l’injustice sociale. Ensemble, ils transforment ces lieux d’enfermement en véritables terrains de lutte commune, et les détenus passent du rôle d’accusés et condamnés au rôle d’accusateurs d’un système vétuste qu’ils subissent, d’une justice qu’ils ne sentent pas comme la leur21.

20Le travail politique à mener dans les prisons reste pourtant ardu et beaucoup de militants arrêtés ne savent pas comment l’organiser. Il est impossible d’appliquer à la lettre les expériences acquises dans les luttes étudiantes et ouvrières: dans les prisons, il n’y a ni assemblées générales, ni cortèges, ni réunions. Tout au plus peut-il y avoir des rencontres clandestines avec les compagnons de cellules et des messages envoyés furtivement à l’heure de la promenade. Pourtant, malgré les difficultés pratiques, le dialogue s’instaure et les détenus se montrent sensibles à ce qui se passe au-delà des murs d’enceinte.

  • 22 D.P.R. 22 mai 1970, n. 283.
  • 23 Rapport du projet de loi n° 2289 à la Chambre des Députés du 3 février 1970.

21La réclusion des activistes est souvent de courte durée: en les emprisonnant, le but de l’État est bien différent de celui qui dicte l’enfermement des prisonniers de droit commun. Dans le cas des militants, en effet, l’affrontement se fait sur le terrain politique: arrêter un étudiant, un ouvrier en grève sert à briser l’unité du mouvement, à le priver de ses contacts avec la société. Les arrestations visent à circonscrire et à diminuer l’intensité de la protestation collective, mais aussi à éloigner les partisans les plus tièdes qui, par crainte de subir le même sort, renoncent à la lutte dès le départ. C’est ainsi que, le 22 mai 1970 un événement vient perturber la rencontre entre ces deux mondes. Par le décret présidentiel n° 28322, l’État italien concède l’amnistie aux personnes détenues pour des délits liés à la mobilisation politique et syndicale des années précédentes23.

  • 24 Il s’agit de la dernière amnistie pour des crimes politiques adoptée dans l’histoire italienne ju (...)

22L’opportunité de l’amnistie syndicale se base sur le fait que l’opinion publique italienne pense que les délits pour lesquels sont incarcérés certains militants sont obsolètes puisqu’ils datent de l’époque fasciste et qu’il est donc temps de les changer : si le moment est venu de changer les lois fascistes dans la vie quotidienne, il est tout aussi nécessaire de réformer les codes carcéraux qui régissent la vie des détenus et donc des manifestants étant punis par l’incarcération. Pourtant, par l’approbation du texte final, le gouvernement exclut l’application de l’amnistie aux auteurs des mutineries dans les prisons24.

  • 25 Cf. « Nelle carceri lotta per l’amnistia », Lotta Continua, Anno IV, n° 2, 17 février 1972.

23Cette mesure aurait dû servir à désamorcer l’ampleur du mouvement et visait, peut-être, plus ou moins inconsciemment, à couper le lien entre les détenus de droit commun et les avant-gardes politiques qui provenaient de l’extérieur du monde carcéral, mais le but n’est pas atteint. Alors que, depuis le début de l’année 1970, le mouvement des détenus est en train de s’essouffler et que les protestations se font sporadiques, l’amnistie offre au mouvement l’opportunité de se reconstituer autour de nouvelles revendications. Le gouvernement déclenche malgré lui une nouvelle période de lutte et, au début de l’année 1972, les détenus, épaulés par les militants à l’extérieur, avancent donc une nouvelle revendication : l’amnistie générale25.

  • 26 AA.VV., Liberare tutti i dannati della terra, Torino, Edizioni Lotta Continua, 1972.
  • 27 Ce slogan apparaît aussi dans Aldo Ricci, Guido Salierno, op. cit., p. 431.
  • 28 Le lien entre les luttes carcérales et la lutte de classe est aussi présente dans la chanson poli (...)

24En surfant sur la vague de cette campagne, Lotta Continua publie le livre Liberare tutti i dannati della terra26, avec l’intention de retracer les luttes passées et de rendre publique et claire la ligne politique du groupe sur la question. L’objectif de Lotta Continua est de renverser la situation à l’intérieur des prisons, pour en faire des écoles de lutte, amener les détenus à sortir de leur individualisme, et susciter une prise de conscience politique de leur situation et des combats à mener. « Tous les détenus sont des détenus politiques27 » : voilà le slogan que les prisonniers essayent de diffuser parmi leurs compagnons de détention, comme démonstration de la nécessité d’une réhabilitation collective28.

Une collaboration utopique ?

25Les mutineries et les protestations des détenus ont, entre autres, le mérite de toucher profondément la société italienne, en l’extirpant de cette sorte d’omertà qui règne autour de la question carcérale. Maintenant que l’on ne peut plus ignorer les conditions réelles de détention des prisonniers, personne ne peut se cacher derrière un mur de silence. Si les mutineries peuvent être étouffées dans la violence de la répression par les forces de l’ordre, la critique de l’institution carcérale, quant à elle, se répand très rapidement. Par le biais de ces révoltes, cette dernière s’étend non seulement aux militants de la gauche extra-parlementaire mais touche également le milieu des intellectuels, des artistes et de certains magistrats.

  • 29 Antonio Tana, « La riforma carceraria », Rassegna di Studi Penitenziari, A. XX, n° 3, mai-juin 19 (...)

26La prison ne peut donc plus compter sur l’indifférence générale : son organisation, ses pratiques, son idéologie occupent le devant de la scène, sont mises en discussion et contestées de tous côtés. Certaines voix du monde judiciaire et pénitentiaire s’élèvent également pour donner plus de poids à cette critique. En juin 1970, la revue Rassegna di Studi Penitenziari publie un article du directeur de la prison de Ferrare, Antonio Tana29, où il parle, sans demi-mesure, de crise structurelle, mise en évidence par les protestations des détenus mais qui, en réalité, est connue depuis longtemps par les spécialistes du secteur carcéral.

  • 30 Pour l’histoire de Magistratura Democratica voir, en particulier, Giovanni Palombarini, Giudici a (...)
  • 31 Cf. « Il carcere piacevole », Quale giustizia, n° 8, mars-avril 1971, p. 213-218.
  • 32 Cf. Guido Neppi Modona, « Il carcere tra rivolta e riforme », Quale giustizia, n° 1, janvier-févr (...)

27L’application de l’article 27 de la Constitution italienne, qui précise notamment que « le pene non possono consistere in trattamenti contrari al senso di umanità e devono tendere alla rieducazione del condannato » devient l’objectif prioritaire d’un groupe de magistrats progressistes, réunis sous le nom de Magistratura Democratica30. Ces magistrats critiquent non seulement l’état des prisons et les conditions dans lesquelles vivent les détenus, mais également l’asile psychiatrique judiciaire, fruit de l’union de la criminologie, de la psychiatrie et de l’idéologie du milieu juridique. L’État, selon eux, est habile dans la répression mais pas dans les réformes31 et Guido Neppi Modona parle du caractère immuable du système pénitencier au cours des décennies, sans aucune solution de continuité avec les régimes néfastes du passé32.

28Toutes ces critiques ne peuvent pas et ne peuvent plus être ignorées : le temps est venu d’une transformation profonde, d’une réponse stratégique pour modifier les conditions structurelles du système pénitencier.

  • 33 Cf. Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, V legislatura (1968-1972), Resoconti stenografici (...)

29L’ouverture des travaux de la Commission Justice du Sénat pour établir les bases d’une réforme pénitentiaire en 1973 constitue le premier témoignage d’une profonde influence que les revendications des détenus commencent à avoir dans les débats parlementaires de l’époque. La tâche que le Parlement doit accomplir par la même occasion est aussi celle de désamorcer ces protestations33: innover dans ce domaine nécessite des approfondissements théoriques et des enquêtes spécifiques qui demandent du temps, mais les prisonniers, eux, ne peuvent plus attendre.

  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

30Durant cette même année, pour la première fois dans l’histoire italienne, un membre du Parti Socialiste Italien (PSI), Mario Zagari, devient Ministre de la Justice. Après la visite qu’il accomplit le 15 juillet à la prison Regina Cœli de Rome pour parler aux détenus qui protestent – ce qui, en soi, est déjà un acte réformateur – c’est sa participation, en novembre, à la Commission Justice du Sénat qui inaugure une discussion générale sur le projet de loi34 sur la réforme carcérale. Dans sa longue présentation, Zagari affirme qu’un double processus est en cours : d’un côté les détenus manifestent de façon éclatante et, de l’autre, on assiste à une augmentation de la sensibilité démocratique et civile de la société due à une prise de conscience du caractère et de l’urgence d’un problème autrefois considéré comme marginal35.

  • 36 Ibid.

31L’État ne peut donc plus se contenter d’adopter un comportement uniquement répressif, mais doit donner naissance à un système de défense et de prévention sociale, dans lequel la prison doit être également profondément réformée36. Le ministre parle également d’humanisation de la peine, de nécessaire individualisation de traitement, de modification structurelle des établissements pénitenciers et d’évolution de la situation également pour le personnel. Il s’agit, donc, d’une véritable intervention militante en faveur des réformes.

  • 37 Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografici de (...)
  • 38 Cf. Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografic (...)
  • 39 Ibid.

32Cela fait naître d’un côté, chez les commissaires, la sensation de nécessité absolue d’approuver rapidement une réforme illustrée par la phrase du président de la Commission « rage de conclure37 » et, de l’autre, la conscience de la nécessité de modifier fortement la situation pénitentiaire italienne de l’époque38. Entre autres, les protestations jouent un rôle fondamental dans la décision de visiter certaines prisons, aussi bien en Italie qu’à l’étranger39 afin de se rendre compte de la réelle tâche à accomplir.

  • 40 Voir « Incontro al carcere. Registrazione », Noi, gli altri, n° 1, janvier-mars 1972, p. 9-16 et (...)
  • 41 Cf. « Cause e motivazioni delle rivolte carcerarie », Noi, gli altri, n° 4, octobre-décembre 1972 (...)

33Les visites effectuées par les commissaires dans les pénitenciers italiens, unies aux informations fournies par le Ministère et aux lettres de certains détenus, fournissent aux sénateurs une vue d’ensemble de la situation carcérale italienne relativement claire. C’est dans ce contexte, par exemple, qu’est tissé un lien enrichissant et durable entre les membres de la sous-commission chargée de visiter les pénitenciers, et les détenus de la prison Santa Teresa de Florence, rédacteurs du journal Noi, gli altri. La revue comptait le juge d’application des peines Alessandro Margara dans son comité de rédaction et, au milieu de l’année 1973, elle avait traité à plusieurs reprises de la nécessité d’une réforme pénale et pénitentiaire40. Selon la rédaction, les motifs des mutineries résidaient exactement dans la non approbation de la réforme des codes et de la réforme pénitentiaire41.

  • 42 Cf. Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografic (...)
  • 43 « La Redazione, Ai lettori », Noi, gli altri, n° 7, juillet-septembre 1973.

34Le 14 septembre 1973, les sénateurs de la sous-commission se rendent au pénitencier florentin pendant trois heures42 : ils voient les cellules vétustes et inhumaines, les espaces réduits, l’obscurité des couloirs mais, en même temps, ils s’étonnent de ne pas trouver des hommes passifs ou dans la plainte. Le rédacteur du journal leur présente un document sur les réformes, « résultat de demandes formulées collectivement par tous les prisonniers43 ».

  • 44 Cf. « Riforma codice e regolamento penitenziario. Documento sulle riforme elaborato dai detenuti (...)
  • 45 Ibid., p. 22-23.
  • 46 Ibid., p. 23.
  • 47 Ibid., p. 26-28.
  • 48 Ibid., p. 3.

35Chaque article du code y est analysé dans les détails, commenté, réformé. Chaque aspect de la vie des détenus est traité de façon rigoureuse : concernant le travail, les détenus demandent le même salaire que les salariés libres44 ; ils demandent « la destruction physique de cet instrument de souffrance inutile et archaïque45 » qu’est le lit de contention. Ils dénoncent la fréquence trop importante des transferts disciplinaires46, disent être favorables à la mise en place de la probation47 tout comme de l’extension de la liberté conditionnelle. Concernant les entretiens privés, ils écrivent que « toute limitation des entretiens avec des proches isole le prisonnier du monde extérieur et fait de lui un sujet totalement institutionnalisé48 ».

  • 49 Les détenus florentins sont souvent cités dans le débat. La citation la plus significative vient (...)

36Les détenus de Florence, grâce à leur clarté d’exposition des problèmes et de leurs revendications, deviennent une référence importante pour la commission des sénateurs49 et, grâce à leur apport, le débat se fait très concret, touchant des sujets palpables et relatifs au quotidien des prisonniers.

  • 50 Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografici de (...)
  • 51 À l’aéroport de Fiumicino (Rome), un commando palestinien incendie un appareil de la Pan American (...)

37La Commission clôture ses travaux le 6 décembre 1973 avec la conviction que le texte approuvé « représente une véritable conquête pour notre société50 ». Deux semaines plus tard, le 18 décembre 1973, le projet de loi passe à l’examen du Sénat. Ici, les travaux se tiennent dans un climat politique très tendu, en raison de la survenue d’un grave attentat, lié à la situation au Moyen Orient, qui avait fait la veille de nombreux morts dans l’aéroport romain de Fiumicino51. Cet attentat, pourtant en arrière-plan, s’invite dans le débat, et finit par devenir le symbole même de la dangerosité de cette grande criminalité contre laquelle la prison reste un instrument décisif de répression.

  • 52 Cf. Elisa Santalena, « Les révoltes carcérales en 1974 : de la réponse répressive au basculement (...)

38Ce projet représente, sans doute, le point culminant du débat parlementaire concernant le règlement pénitencier des années 1969-1975. Le passage successif à la Chambre des députés, en 1974, le dénature dans ses points les plus importants, en le faisant adhérer davantage à la tendance conservatrice et répressive qui prédomine à partir de cette année-là. Dès 1974, l’histoire du mouvement des détenus aborde son deuxième tournant, qui se liera aux destins des détenus des groupes de lutte armée, notamment des Brigades rouges52.

Conclusion

39La volonté réformiste des détenus de droit commun était-elle une utopie, et leurs liens, tissés en peu de temps avec les groupes extra-parlementaires, n’étaient-il que le fruit d’une invention et d’un lien social qui en réalité n’existait pas ? Le discours politique, à son tour, avait-il créé une illusion collective, un leurre qui a pris les détenus au piège ?

  • 53 Lors d’une révolte dans la prison d’Alessandria qui fera date, les carabiniers du général Carlo A (...)
  • 54 Pour les données statistiques relatives aux délits dénoncés et pour lesquels les autorités judici (...)
  • 55 Un rappel à l’ordre est présent aussi dans les vœux présidentiels du 31 décembre du président de (...)

40Le débat qui se déroule entre 1974 et 1975 dans le Parlement italien s’entrecroise avec la question plus générale de l’accroissement de la criminalité commune et du phénomène de la lutte armée. Le passage à la vitesse supérieure accompli par les Brigades Rouges avec la séquestration du juge Mario Sossi, les événements tragiques de la prison d’Alessandria53, le massacre de Piazza della Loggia à Brescia, le 28 mai 1974, l’attentat dans le train Italicus mettent en alarme l’opinion publique. Cette dernière est surtout préoccupée par les braquages et par les séquestrations54 qui sont à l’ordre du jour. Les médias, de leur côté, font une lecture de ces événements souvent simpliste, caractérisée par un alarmisme émotif qui, assez souvent, suggère de façon plus ou moins explicite des mesures drastiques qui permettraient de ramener l’ordre55 dans la société et, encore plus fermement, dans les prisons.

41En s’appuyant sur le prétexte des évasions, de la recrudescence de la criminalité, notamment de type subversif, la politique pénitentiaire finit par être insérée dans la spirale de la politique de l’ordre public. Les détenus doivent dorénavant se référer à deux pôles diamétralement opposés: d’un côté, ceux qui ont une perspective non-violente et revendiquent les droits des détenus en cherchant le dialogue avec les institutions et, de l’autre, ceux qui se rapprochent ou font déjà partie des organisations de la gauche révolutionnaire et, notamment, de la lutte armée.

Haut de page

Notes

1 Par le décret royal n° 787 du 18 juin 1931, le Garde des Sceaux Alfredo Rocco signe le nouveau « Regolamento per gli Istituti di prevenzione e di pena », qui constitue une mise en application fidèle de l’idéologie fasciste dans le secteur pénitentiaire. Ce code reste en vigueur, pratiquement inchangé, jusqu’en 1975. Le code Rocco ajoute à la traditionnelle fonction dégradante et punitive de la prison, destinée à une population qui doit être combattue et mise à l’écart plutôt que rééduquée et resocialisée, l’idée que la peine doit être un châtiment, éventuellement destructeur pour les détenus considérés comme « incorrigibles ».

2 Franz Fanon, I dannati della terra, Torino, Einaudi, 1966, traduction des Damnés de la terre, paru en 1961 en France ; George Jackson, Fratelli di Soledad. Lettere dal carcere, Torino, Einaudi, 1970, traduction de Soledad Brother: The Prison Letters of George Jackson, paru aux États-Unis la même année.

3 Cf. Guido Crainz, Storia del miracolo italiano: culture, identità, trasformazioni fra anni cinquanta e sessanta, Roma, Donzelli editore, 2005.

4 Cf. Massimo Panvarini, « La criminalità punita », Storia d’Italia, Torino, Einaudi, p. 988.

5 Cf. Luigi Ferrajoli, « Il carcere. Dal regime fascista Rocco al progetto di riforma Zagari », Bollettino di Magistratura Democratica, n° 3, 1973.

6 La circulaire n° 314/1954 du 24 février 1954.

7 Une population située socialement sous le prolétariat, du point de vue des conditions de travail et de vie (le terme est emprunté de l’allemand où le mot « Lumpen » veut dire haillons). Ces masses urbaines marginales, vivant de manière parasitaire, seraient fondamentalement incapables d’accéder à une conscience révolutionnaire selon Marx.

8 Article 27 de la Constitution italienne.

9 Cf. Irene Invernizzi, Il carcere come scuola di rivoluzione, Torino, Einaudi, 1973, p. 213-214. Une chronique détaillée de la mutinerie de Le Nuove a été publiée aussi dans Aldo Ricci, Guido Salierno, Il carcere in Italia. Inchiesta sui carcerati, i carcerieri e l’ideologia carceraria, Torino, Einaudi, 1971, p. 409-422.

10 Voir les chroniques de La Stampa des 13, 14 et 15 avril 1969.

11 Cf. Sante Notarnicola, L’evasione impossibile, Roma, Odradeck, 2005, p. 102 ; Irene Invernizzi, op. cit., p. 215-216 ; « Si sgombrano le carceri a Torino. Rivolta anche a Milano e Genova », La Stampa, 15 avril 1969.

12 La Stampa, 13, 14 et 15 avril 1969.

13 Cf. Giorgio Panizzari, Libero per interposto ergastolo, Milano, Kaos edizioni, 1990, p. 42.

14 Ibid., p. 43.

15 ASF, Direzione degli Stabilimenti di Pena, B.16, f.1, prot. s.n. del Tribunale Civile e Penale di Firenze – Ufficio del Giudice di Sorveglianza, 9 mai 1969, ayant pour objet “Trasferimento n. 12 detenuti dal Carcere Giudiziario di Firenze (riferimento a telegramma del 6 mai 1969 del Ministro di Grazia e Giustizia)”.

16 Circulaire n° 1862/4319 du Ministère de la Justice, 14 février 1970.

17 Cf. Franco Alasia, Danilo Montaldi, Milano, Corea, Milano, Feltrinelli, 1975.

18 Cf. Nanni Balestrini, Vogliamo tutto, Milano, Mondadori, 1971.

19 Irene Invernizzi, op. cit., p. 51.

20 Cf. Giorgio Panizzari, op. cit., p. 75-76.

21 En 1973, le mouvement montre un plus grand degré de maturité politique, surtout à l’occasion des procès qui se déroulent contre les détenus responsables des mutineries des années précédentes. Cela arrive notamment pour le procès de Pescara de septembre 1973, où les avocats défendent ouvertement le droit des détenus à l’organisation politique, à l’étude, à l’information et à la lutte pour leurs droits, et réussissent à obtenir un verdict d’acquittement pour la majorité des accusés, ou à des condamnations bien plus faibles que celles initialement demandées. Il s’agit d’une victoire politique forte que les directeurs de prisons, les gardiens, mais aussi les parlementaires, qui s’occupent, à cette même époque, de la reforme pénitentiaire, ne peuvent plus ignorer.

22 D.P.R. 22 mai 1970, n. 283.

23 Rapport du projet de loi n° 2289 à la Chambre des Députés du 3 février 1970.

24 Il s’agit de la dernière amnistie pour des crimes politiques adoptée dans l’histoire italienne jusqu’à nos jours.

25 Cf. « Nelle carceri lotta per l’amnistia », Lotta Continua, Anno IV, n° 2, 17 février 1972.

26 AA.VV., Liberare tutti i dannati della terra, Torino, Edizioni Lotta Continua, 1972.

27 Ce slogan apparaît aussi dans Aldo Ricci, Guido Salierno, op. cit., p. 431.

28 Le lien entre les luttes carcérales et la lutte de classe est aussi présente dans la chanson politique de ces années-là. À ce propos, voir : Elisa Santalena, « Chanter les luttes carcérales dans l’Italie des années soixante-dix », dans Florence Belmonte, Isabelle Felici, Philippe Martel, Chanter la lutte, Lyon, Atelier de création libertaire, 2015. Le principal cantautore du monde carcéral italien en révolte est Gianni Siviero. Ses chansons ainsi que son album Del carcere (1975), peuvent être écoutées sur le site http://www.giannisiviero.it/indice/vinili/1975-del-carcere/

29 Antonio Tana, « La riforma carceraria », Rassegna di Studi Penitenziari, A. XX, n° 3, mai-juin 1970, p. 455-486.

30 Pour l’histoire de Magistratura Democratica voir, en particulier, Giovanni Palombarini, Giudici a sinistra: i 36 anni della storia di Magistratura democratica. Una proposta per una nuova politica per la giustizia, Napoli, Edizioni Scientifiche italiane, 2000.

31 Cf. « Il carcere piacevole », Quale giustizia, n° 8, mars-avril 1971, p. 213-218.

32 Cf. Guido Neppi Modona, « Il carcere tra rivolta e riforme », Quale giustizia, n° 1, janvier-février 1970, p. 105-111.

33 Cf. Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, V legislatura (1968-1972), Resoconti stenografici delle sedute della II Commissione permanente (giustizia), vol. I, séance du 12 novembre 1970, p. 702-719.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografici delle sedute della II Commissione permanente (giustizia), vol. I, Rome, Tipografia del Senato, 1976, séance du 7 novembre 1973, p. 714.

38 Cf. Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografici delle sedute della II Commissione permanente (giustizia), vol. I, séance du 4 avril 1973, p. 564.

39 Ibid.

40 Voir « Incontro al carcere. Registrazione », Noi, gli altri, n° 1, janvier-mars 1972, p. 9-16 et aussi « La Riforma dei Codici » dans Noi, gli altri, n° 4, octobre-décembre 1972, p. 1-2.

41 Cf. « Cause e motivazioni delle rivolte carcerarie », Noi, gli altri, n° 4, octobre-décembre 1972, p. 5-10.

42 Cf. Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografici delle sedute della II Commissione permanente (giustizia), vol. I, séance du 21 novembre 1973, p. 718.

43 « La Redazione, Ai lettori », Noi, gli altri, n° 7, juillet-septembre 1973.

44 Cf. « Riforma codice e regolamento penitenziario. Documento sulle riforme elaborato dai detenuti della casa penale di Firenze in occasione dell’indagine conoscitiva che la sottocommissione giustizia del senato ha deciso di effettuare in queste carceri in data 14 settembre 1973 », Noi, gli altri, n° 7, juillet-septembre 1973, p. 8-10.

45 Ibid., p. 22-23.

46 Ibid., p. 23.

47 Ibid., p. 26-28.

48 Ibid., p. 3.

49 Les détenus florentins sont souvent cités dans le débat. La citation la plus significative vient du sénateur Galante Garrone qui lit une de leurs lettres pendant la séance du 28 novembre 1973. Voir Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografici delle sedute della II Commissione permanente (giustizia), vol. I, séance du 28 novembre 1973, p. 778.

50 Atti Parlamentari, Senato della Repubblica, VI legislatura (1972-1976), Resoconti stenografici delle sedute della II Commissione permanente (giustizia), vol. I, séance du 6 décembre 1973, p. 854.

51 À l’aéroport de Fiumicino (Rome), un commando palestinien incendie un appareil de la Pan American (32 morts) et s’empare d’un Boeing 737 de la Lufthansa. Les terroristes se rendent le 19 décembre aux autorités du Koweït après avoir libéré leurs otages.

52 Cf. Elisa Santalena, « Les révoltes carcérales en 1974 : de la réponse répressive au basculement révolutionnaire », dans Christophe Mileschi, Elisa Santalena, Repenser les années 1970. Le cas italien, Écritures, n° 11, 2019.

53 Lors d’une révolte dans la prison d’Alessandria qui fera date, les carabiniers du général Carlo Alberto Dalla Chiesa font 7 morts et 14 blessés. La reconstruction de la mutinerie à la prison d’Alessandria, le 9 et 10 mai 1974 se base sur la brochure d’Avanguardia operaia, Lotta continua, PDUP (sezioni di Alessandria), La strage nel carcere, Torino, CELUD, 1974.

54 Pour les données statistiques relatives aux délits dénoncés et pour lesquels les autorités judiciaires ont entamé une action pénale, voir : Ministero di Grazia e Giustizia – dipartimento dell’amministrazione penitenziaria, Libro bianco. I dati essenziali del sistema penitenziario italiano in cifre, Roma, 1993.

55 Un rappel à l’ordre est présent aussi dans les vœux présidentiels du 31 décembre du président de la République, Leone. À ce propos, voir : « Un fermo richiamo di Leone agli italiani », La Stampa, 2 janvier 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Santalena, « Utopies carcérales dans l’Italie du deuxième biennio rosso »Italies, 25 | 2021, 107-121.

Référence électronique

Elisa Santalena, « Utopies carcérales dans l’Italie du deuxième biennio rosso »Italies [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 03 mars 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/italies/9105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.9105

Haut de page

Auteur

Elisa Santalena

LUHCIE, Université Grenoble-Alpes, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search