Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Comptes rendusPaolo Carta, Lottare per il dirit...

Comptes rendus

Paolo Carta, Lottare per il diritto. Ritratti di giuristi umanisti del Novecento

Vicenza, Ronzani, 2020, 248 pages
Raffaele Ruggiero
p. 404-408
Référence(s) :

Paolo Carta, Lottare per il diritto. Ritratti di giuristi umanisti del Novecento, Vicenza, Ronzani, 2020, 248 pages

Texte intégral

1L’auteur est professeur d’histoire de la pensée politique à l’Université de Trente et membre du conseil d’administration de la Columbia University : Paolo Carta est bien connu en France notamment pour ses collaborations avec les équipes de l’ENS à Lyon sur la pensée juridique de Guichardin et l’historiographie à la Renaissance, sur la fortune critique de Machiavel en Allemagne et dans l’Europe de l’Est, notamment aux XIXe et XXe siècles. Mais l’éventail de ses recherches est beaucoup plus large et couvre aussi la tradition diplomatique de la première modernité, avec une attention particulière aux nonces apostoliques, et la construction d’une politique du droit dans la culture occidentale, grâce aussi à la prise en compte d’un imaginaire (même littéraire) du droit et de ses pratiques. C’est justement à ce titre que Carta a recueilli dans un volume une série de contributions (seulement en partie déjà publiées) qui essayent de garder ensemble des différents sujets : les nouvelles perspectives des études sur « Droit et Littérature » (Law & Literature), le questionnement sur la culture humaniste du juriste, la lutte politique et notamment l’antifascisme des juristes italiens.

2Le fil rouge de la recherche naît effectivement d’une différente prise en compte de la tradition d’études sur la filière Law and Literature, inaugurée dans les Law Schools aux Etats-Unis dès les années 1920 : Carta se propose d’aller au-delà de la partition habituelle entre « droit dans la littérature » et « droit comme littérature », et de s’interroger sur la valeur ajoutée qu’une culture littéraire donne au profil du juriste. Si un point de référence dans ce domaine semble être constitué par les analyses de Martha Nussbaum (citée à plusieurs reprises par Carta dans son premier chapitre) ainsi que par la monographie The Idea of Justice d’Amartya Sen de 2009, conçue comme une réponse à la Theory of Justice de John Rawls, il me semble que le dialogue plus profitable est entamé par Carta avec les positions de Paolo Grossi contre l’absolutisme juridique étatique. En effet, je dois avouer à titre personnel d’avoir échappé à la fascination des écrits de Nussbaum et que le danger de réduire la théorie du droit à l’éthique (comme outil de la recherche du bonheur) risque de mener directement à l’État éthique et à ses conséquences, là où la technique juridique a souvent fonctionné comme une barrière intellectuelle contre l’asservissement du droit au pouvoir.

3Pendant plusieurs siècles, le juriste a été le modèle de l’intellectuel laïc en Europe : un lien entre les compétences juridiques et une culture de large horizon (et en premier lieu une culture littéraire) était évident ; il s’agissait d’une perspective acquise. À un moment donné les deux lignées se sont détachées : avant de s’interroger sur l’utilité d’une culture humaniste pour le juriste, et également sur le rôle de la jurisprudence au sein des sciences humaines, il faut repérer quand (et si possible pourquoi) ce détachement s’est déterminé. Carta a essayé de répondre à ces questions en focalisant son analyse sur la culture juridique italienne du XXe siècle, et bien évidemment il a trouvé son premier point de repère dans l’œuvre de Piero Calamandrei. Maître reconnu de la jurisprudence du procès et à ce titre chargé en plein fascisme de rédiger le nouveau code du procès civil italien, capable (pour ce qui était possible) de se retrancher dans le technicisme pour empêcher que le code soit perverti par le régime ; par la suite, après la fin de la guerre, membre du parlement italien avec le Partito d’Azione et avec le parti Socialista Democratico, fondateur de la revue Il ponte et engagé pour la reconstruction démocratique de l’Italie dans l’après-guerre, Calamandrei a été aussi un écrivain élégant, comme le témoigne son Inventaire d’une maison de campagne de 1941 (traduit en français en 2009 par Christophe Carraud pour les éditions de la revue Conférence).

4Ce fut justement dans un écrit de 1942, alors qu’il était engagé à protéger son code par les possibles interventions invasives du régime, que Calamandrei écrit : « Les juristes ne peuvent pas se payer le luxe de la fantaisie ». Cette phrase doit être lue dans le contexte politique dans lequel elle a été conçue : il s’agit d’un hommage au droit positif dans son sens le plus restrictif (Carta en discute à partir des pages 34-35 de son livre). Pour le juriste, le monde se réduit et se résume aux aspects qui relèvent pour les normes, et en particulier pour les lois, ces normes très particulières qui sont fixées par l’État dans l’exercice de plus en plus absolutiste de son pouvoir normatif. Est-ce que cette position était la vraie position de Calamandrei ? Est-ce que cette forme de réductionnisme de la réalité répondait à sa perspective de juriste ? En effet, on détecte dans cette prise de position une défense : en 1942, s’enfermer dans le technicisme a été la seule défense possible pour empêcher le régime (de plus, en pleine guerre) d’utiliser le code de procédure comme un outil de contrôle de la vie des citoyens ; à savoir empêcher d’utiliser les lois comme des moyens d’endoctrinement pour modeler les masses et établir une forme d’État éthique. D’autre part, on voit aussi un élément de vérité : éduqué par la pensée juridique des Lumières, Calamandrei sans doute était sincèrement convaincu de l’exigence d’utiliser les normes seulement et exclusivement pour le but auquel elles sont promises : à savoir déterminer la limite au-delà de laquelle l’État ne doit pas intervenir dans la libre initiative des citoyens.

5De ce fait, la plupart des activités humaines doivent rester au-delà du champ d’application des normes, et le domaine de la fantaisie reste donc le territoire de l’extra-juridique. Sauf que cette médaille aussi avait son revers : l’exclusion de l’imagination du monde du juriste empêche justement la possibilité d’arriver à résoudre les « cas difficiles », les Hard Cases dont Ronald Dworkin nous parle dans son recueil célèbre Taking Rights Seriously. C’est seulement l’élan de l’imagination qui permet au juge de créer du nouveau droit à partir des normes existantes, de s’adonner à cette interprétation créative qui lui permet d’approcher la variété du monde. Et Calamandrei le savait bien, lorsqu’il écrit, dans un de ses livres les plus connus, l’Éloge des juges écrit par un avocat (de 1935 mais réimprimé à maintes reprises dans l’après-guerre et aussi après la mort de Calamandrei) : « le prétexte de la conformité aux lois est souvent une hypocrisie pour faire passer l’injustice sous le couvert de la légalité ». Calamandrei faisait alors revenir par la fenêtre cette fantaisie qu’il avait chassée de la porte : Carta le souligne très bien en faisant référence à un article très important de Paolo Grossi, « La fantasia nel diritto » (parue dans les Quaderni fiorentini de 1986) qui commençait justement par discuter la position de Calamandrei. D’un côté Grossi revendiquait aux juristes le droit d’exprimer une position politique justement en tant que juristes et les invitait à ne pas considérer la politique comme un domaine réservé auquel les juristes ne pouvaient avoir accès qu’en sortant de leur rôle et de leur profession ; d’autre part, une fois libéré le droit de sa servitude volontaire à la politique, il fallait trouver le lien entre les normes et la courant vive des événements, la vie dans son ampleur et dans toute sa richesse. Ce lien ne pouvait qu’être l’histoire, et donc la littérature, la culture, la varia umanità (si vous voulez utiliser la formulation chère à Leopardi et à Pascoli) : cette varia umanità capable de détecter la vie des normes et, derrière les normes, la vie des hommes et leur capacité d’édifier leur futur.

6Le deuxième portrait qu’on rencontre dans le livre de Carta est celui de Salvatore Satta, le juriste originaire de la Sardaigne (Carta est lui aussi d’origine sarde) qui avait collaboré à la rédaction du code civil italien de 1942 pour la partie concernant la vie économique et qui a été l’auteur de la loi italienne sur la banqueroute (en grande partie toujours en vigueur). Satta avait publié en 1948 une réflexion amère sur la condition humaine et les équivoques du droit, le De profundis (refusé par Einaudi), mais ce fut seulement après sa mort que le tapuscrit (et par la suite le manuscrit aussi) de son roman, Il giorno del giudizio, a été découvert et publié par sa famille, en révélant un talent d’écrivain exceptionnel, qui fait revivre grâce à sa fine analyse psychologique la Nuoro de sa jeunesse, au début du XXe siècle. La recherche philologique et littéraire consacrée par Emanuele Cutinelli-Rendina à Il giorno del giudizio a largement démontré jusqu’à quel point la compréhension de la pensée juridique de Satta soit indispensable à pénétrer dans son univers littéraire, et à quel point ce dernier soit influencé par la mentalité du juriste ; Cutinelli ne manquait pas de souligner la religiosité profonde et sincère de Satta, son être authentiquement chrétien et donc sa conception ontologique du pêché, à savoir du mal qui pénètre insidieusement dans l’existence de tous les hommes (E. Cutinelli-Rendina, « Giudizio degli uomini e giudizio di Dio nell’opera narrativa di Salvatore Satta », dans Il diritto e il rovescio. La gravità della legge e la sostenibile leggerezza delle arti, actes du colloque de Bari, décembre 2010, Lecce, Pensa, 2012, p. 333-350). C’est justement à partir d’un écrit sur l’esprit religieux des Sardes, commandité par Calamandrei à Satta pour un numéro monographique de la revue Il ponte consacré à la Sardaigne, que Carta construit un double-portrait en parallèle de Satta et de Calamandrei. L’aspect qu’il faut souligner dans cette reconstruction est la façon dans laquelle Satta a remis en perspective sa vision du droit non seulement après l’expérience d’un régime totalitaire, mais aussi après les expériences non moins bouleversantes de l’après-guerre. Satta aboutit à considérer le droit comme une science morale, dans le sens qu’il oblige le juriste à un engagement moral permanent. Pourquoi ? Justement parce que le juriste ne doit seulement se payer le luxe de la fantaisie, mais il est même obligé de le faire : « À différence de n’importe quel autre homme d’études, qui peut effectivement s’isoler dans ses livres et atteindre l’excellence, obtenir une célébrité qui nous [aux juristes] est en général niée, le juriste doit vivre la vie qui se déroule et roule sous ses yeux, il doit observer les phénomènes sociaux ou pseudo-sociaux qui agitent le monde, pénétrer les instances qu’à tout moment les êtres humains soulèvent au nom de la politique, de l’art, de la religion, de la liberté, etc. ; bref, il doit lire les journaux […]. De ce fait, les positions intellectuelles du juriste n’ont pas seulement une valeur technique, comme on entend dire erronément, […] mais elles sont la vie en elle-même, saisie dans la réalité de son être » (de l’introduction de Satta aux Colloqui et soliloqui d’un giurista, citée et discutée par Carta à p. 52).

7D’autres importantes figures animent la recherche de Paolo Carta : c’est le cas d’Antonio Pigliaru, auteur de La vendetta barbaricina come ordinamento giuridico (1959). Les recherches de Pigliaru sur le banditisme en Sardaigne ont influencé les études historiques (c’est le cas d’Hobsbawm) et des anthropologues, au point que Pigliaru est identifié d’habitude comme un maître de l’école anthropologique de Cagliari : le mérite de Carta et d’avoir rendu au droit et aux doctrines politiques cette figure, en soulignant la portée de sa réflexion dans la perspective juridique et notamment des rapports entre la coutume et le droit écrit. Pour cette raison au centre de l’analyse de Carta est un article de Pigliaru de 1962 : « Struttura, soprastruttura e lotta per il diritto », qui dérive d’une communication au congrès national de philosophie du droit de l’année précédente. La lutte pour le droit est conçue par Pigliaru comme une forme de vérification permanente du bien-être de la démocratie : lorsque on constate des tentatives de dénouer la pratique du droit de son lien intrinsèque avec l’expérience historique, on assiste en vérité au dérapage de la démocratie vers la consolidation du pouvoir des élites (Carta, p. 116-117). En effet l’ensemble de l’œuvre de Pigliaru est relue par Carta, qui par exemple souligne l’attention avec laquelle Pigliaru avait détecté l’influence de Marx dans la pensée de Capograssi : la recherche sur la lutte pour le droit naissait sans doute en dialogue avec Piovani, à l’occasion de la réédition, publiée par ce dernier, de l’œuvre classique de Jhering, Der Kampf um’s Recht (Carta, p. 177 et n. 157). Le chemin emprunté par Pigliaru pour se confronter à Jhering est entièrement différent : le juriste sarde n’est pas du tout intéressé par le sujet central de Jhering, à savoir la lutte libérale pour le droit privé, mais son problème est celui dont Jhering d’une certaine façon se débarrasse dans son premier chapitre, l’aube du droit, la lutte pour le droit qui n’est pas encore tel, qui aspire à le devenir, pour une réalité qui aspire à être reconnue dans sa juridicité. C’est justement à ce niveau que Pigliaru reconnaissait le rôle de la réflexion de Jhering, là où le droit est conçu comme l’œuvre (le travail) d’un peuple dans son intégralité, et non seulement l’imposition superposée par le pouvoir de l’État (Carta, p. 184).

8Les deux derniers chapitres de Carta sont consacrés aux lectures de Machiavel et Guichardin par Silvio Trentin et Gramsci. Le cas de Trentin nous semble très significatif de la jonction entre l’expérience politique du juriste qui s’interroge sur le rôle du droit public et la perspective de la réception machiavélienne. Trentin lisait Machiavel comme l’auteur des Discours où, sur le modèle de Rome, le secrétaire florentin avait conçu l’État comme une institution entièrement immanent et voué au développement et à la sauvegarde de soi-même. Dans le sillage de Salvemini, ces positions étaient muries dans La crise du droit et de l’État (Paris-Bruxelles, L’Englatine, 1935, p. 366, passage cité par Carta, p. 195) : par conséquent le Machiavel de Trentin entrait en conflit direct avec l’interprétation du Prince de Francesco Ercole, qui appuyait sur Machiavel une apologie de la politique du régime fasciste. Dans le cas de Trentin il s’agissait d’un point d’arrivée : juriste et professeur dès 1907 (Calamandrei rappelait l’avoir rencontré à Pise, en 1910, quand il était étudiant et Trentin, plus âgé que lui seulement de quatre ans, déjà libero docente de science de l’administration), volontaire à la première guerre mondiale en 1916 (décoré avec trois croix de guerre), député au Parlement en 1919 (à l’occasion des premières élections italiennes à suffrage véritablement universelle), exilé volontaire en France depuis 1926. L’exil en France n’implique pas seulement un choix politique (il avait décidé que sa place était ailleurs parce que dans son pays il n’y avait plus de liberté), mais aussi un choix de rôle social : depuis 1926 Trentin ne sera plus jamais un « professeur ». Il vendit ses biens dans la Vénétie (à San Donà) pour acheter deux domaines à Auch ; après la faillite de son entreprise agricole, il devint typographe à Auch et par la suite libraire à Toulouse. Lussu a écrit que Trentin a connu la condition ouvrière en l’expérimentant directement, en la vivant. C’est à partir de ce point d’observation très particulier que Trentin récupère sa vocation de chercheur : entre le 1927 et le 1932 Trentin étudia tous les aspects du fascisme, mais son analyse se concentra sur la faiblesse des démocraties européennes toutes renversées par la montée du fascisme. C’est à ce moment que le constat de l’inefficacité du socialisme parlementaire conduit définitivement Trentin vers une théorie politique qui visait la nécessité historique de la révolution prolétarienne, c’est au moment de ce tournant fondamental de son expérience intellectuelle qu’il publia La crise du droit et de l’État avec sa prise de position sur Machiavel.

9Il devient donc très intéressant de lire en parallèle les deux derniers chapitres de Carta, parce que ces chapitres dessinent un voyage du libéralisme au communisme (pour Trentin) et l’élaboration d’un communisme critique (pour Gramsci), un voyage qui croise la lecture de Machiavel à un carrefour clé dans les deux expériences. La leçon de Machiavel est la realtà effettuale, à savoir son invitation à se garder des « systèmes tous prêts conçus par l’imagination littéraire » (c’est encore Trentin qui parle, cf. Carta, p. 196) : le panorama décevant de la réalité est l’écrasement du droit positif asservi au pouvoir. La conséquence qu’il faut en tirer est la nécessité de la révolution, la nécessité de s’emparer de la république corrompue pour la soigner.

10Le livre de Carta manifeste un double enjeu : d’un côté sa réflexion est un remède contre n’importe quelle tentative de confiner le droit dans une technicité dorée en le dérobant de son attachement naturel à la réalité, à l’histoire, à la politique ; de l’autre côté le lieu où cet attachement se rende visible, perceptible, là où il fructifie de la façon la plus évidente est dans son lien avec la littérature et la culture. Restituer aux juristes leur culture, redonner au juriste humaniste toute sa dimension et son rôle est un combat pour l’unité des savoirs et pour une société plus humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raffaele Ruggiero, « Paolo Carta, Lottare per il diritto. Ritratti di giuristi umanisti del Novecento »Italies, 25 | 2021, 404-408.

Référence électronique

Raffaele Ruggiero, « Paolo Carta, Lottare per il diritto. Ritratti di giuristi umanisti del Novecento »Italies [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 04 mars 2022, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/italies/9638 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.9638

Haut de page

Auteur

Raffaele Ruggiero

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search