Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Permanences dialectales et potent...Les poèmes frioulans de Pier Paol...

Permanences dialectales et potentialités artistiques contemporaines

Les poèmes frioulans de Pier Paolo Pasolini

S’opposer au fascisme par le dialecte
Justine Rabat et Manuel Esposito
p. 89-100

Résumés

Dans cet article, nous souhaitons montrer comment Pasolini accomplit un geste politique en écrivant ses poèmes de jeunesse en frioulan. Dès ses premiers poèmes, il écrit contre le fascisme par son choix même d’écrire en dialecte, langue méprisée par les fascistes et par son choix de décrire la vie paysanne. Et nous voulons montrer aussi de quelle manière son usage du dialecte ne vise à conserver une former linguistique mais bien à en créer une: Pasolini crée avec ses poèmes à Casarsa une langue poétique et pour le dire avec Deleuze et Guattari, une langue mineure.

Haut de page

Texte intégral

« Non abbiamo dimenticato le sciocche campagne fasciste contro i dialetti. »
Primo Levi, I sommersi e i salvati

  • 1 Susanna Pasolini est née à Casarsa della Delizia le 10 mars 1891.
  • 2 La mère de Pasolini ne parle pas le frioulan, mais l’intérêt du poète pour ce dialecte passe bien (...)
  • 3 La proximité avec la mère et le refus de la figure du père définit toute l’œuvre de Pasolini, com (...)

1En 1942, Pasolini publie ses premiers poèmes frioulans (Poesie a Casarsa) écrits pendant la guerre. D’une manière – déjà – provocatrice, Pasolini dédie son recueil à son père qui méprisait les dialectes. Plus important encore pour notre propos, le poète écrit dans la langue du village natal de sa mère, Susanna Pasolini1. Le lien au frioulan passe ainsi avant tout pour le poète par le lien à sa mère2. À tel point que l’italien, pour le jeune Pasolini âgé de dix-neuf ans, devient plus une langue paternelle contre laquelle écrire3. Et l’on pourrait dire que ses poèmes frioulans, Pasolini les compose dans la langue maternelle, au sens strict : dans une langue qu’il associe directement à sa mère, Susanna, mais aussi dans cette langue qui pour son œuvre devient la langue première, dans la mesure où il s’agit de la première dans laquelle il publie des poèmes. Ainsi, pourrait-on d’une manière provocatrice avancer que, d’un point de vue symbolique, la langue maternelle de Pasolini n’est pas l’italien mais le frioulan.

  • 4 Sur le devenir-femme, nous renvoyons à Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, M (...)

2Cette langue renvoie aussi à un lieu très précis, le Frioul, et à la vie paysanne. Dans son intérêt pour la langue du Frioul, Pasolini porte son regard sur des figures de la pauvreté. Il maintiendra ce même regard toute sa vie en observant la marge (des borgate romane au Yémen pendant le tournage des Mille et une nuits). On pourrait même questionner la part d’oralité et les formules de la vie paysanne insérées par Pasolini dans ses vers. En dédiant ses poèmes frioulans à son père, d’une manière tout à fait paradoxale, Pasolini chercher à renverser le fascisme – ou, toute vision fasciste du monde. En effet, le fascisme est basé sur l’hypostase de la figure du père. En choisissant une langue associée à sa mère, Pasolini réagit contre le fascisme, en opposition à la figure du père et sous le signe de la mère, qui elle-même l’a initié à l’écriture poétique. Ainsi, dès le départ, en faisant le choix de placer l’écriture sous le signe de la mère et non du père, Pasolini amorce une dynamique qui sera celle de toute son œuvre – autant en tant que poète qu’en tant que cinéaste (nous pensons ici en particulier à Anna Magnagni dans le rôle principal de Mamma Roma). L’écriture de Pasolini est dès le départ animée par un devenir-femme4 – et peut-être même par un devenir-mère – plutôt que par un devenir-père.

  • 5 Nous renvoyons ici à Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris (...)
  • 6 Nous pensons ici en particulier aux discours de Mussolini.

3Ainsi nous consacrerons-nous à l’étude des Poesie a Casarsa, et à l’usage que Pasolini fait du dialecte : dès le départ le poète fait le choix de construire son œuvre dans une langue « mineure5 » et non dans une langue « majeure », officielle ou légitime. Les Poesie a Casarsa constituent donc un moyen pour Pasolini de se construire contre l’idéologie du fascisme en passant par le dialecte, et de rompre ainsi avec un usage rhétorique et vide de l’italien6. Il s’agira avant tout pour nous de replacer les choix poétiques de Pasolini (avant le choix de la langue frioulane pour composer ses premiers poèmes) dans leur contexte historique et d’en questionner la charge politique.

Une « conscience linguistique » : le dialecte comme langage poétique

  • 7 Est-il besoin d’ajouter que c’est ce dialogue avec la jeunesse qui anime Pasolini, des années 194 (...)

4Les Poesie a Casarsa, annoncent le parcours poétique de Pasolini et son intérêt croissant pour la culture populaire comme base de réflexion et d’inspiration poétique. Encore inconnu, il publie ces poèmes sur une plaquette à petit tirage qui connaîtra une certaine fortune critique. En effet, Gianfranco Contini, critique majeur, en fait l’éloge dans un article publié dans Il corriere del Ticino. Ce recueil de poèmes traduit l’expérience poétique de Pasolini dans un village, Casarsa. Il n’est pas inutile d’ajouter qu’en parallèle de son travail d’écriture, Pasolini organise à Casarsa des cours d’été pour les plus jeunes du village. Nous retrouvons ici la démarche récurrente de Pasolini, qui part d’une expérience tangible, d’un dialogue vers la jeunesse pour écrire ses textes littéraires7. Son intérêt pour la pratique littéraire dialectale se manifeste aussi dans la création d’une revue dialectale frioulane : « Stroligut di cà da l’aga » (« Petit almanach d’en deçà de l’eau »), qui deviendra plus tard Quaderno romanzo. Cette revue rompt avec la tradition dialectale locale, dans la mesure où les participants ne se réclament pas d’un héritage régionaliste : l’intérêt est avant tout littéraire, il s’agit de penser la langue, d’adopter des règles de transcription du frioulan, de proposer une réflexion théorique sur la langue et de réfléchir à un usage littéraire du dialecte. Le dialecte devient une langue poétique qui permet au poète d’affirmer sa propre expérience du réel. Ces différentes expériences avec le dialecte donneront lieu à la création d’une Academiuta di Lenga furlana (Petite académie de la langue frioulane). Nous pouvons y voir un geste politique : celui de désacraliser la langue nationale en tant que langue littéraire, d’instaurer un autre rapport à la langue et d’imposer le dialecte comme langue poétique. Déjà, il s’agit pour Pasolini de renverser l’officiel, le majeur, le national, pour faire le choix d’une poésie « mineure », marginale. Peut-être parce que l’Histoire s’écrit, aussi – et surtout en Italie – dans les marges ?

  • 8 Nous renvoyons ici à Pier Paolo Pasolini, « Dialetto e poesia popolare», in Saggi sulla letterat (...)
  • 9 Pier Paolo Pasolini, « Dialetto e poesia popolare», in Saggi sulla letteratura e sull’arte, I, o (...)

5Pour réfléchir avec Pasolini à l’usage du dialecte dans la littérature, il semble essentiel d’en venir à la question de l’oralité qui a sans doute invité grand nombre de poètes (comme par exemple, les poètes cités par Pasolini8 : Virgilio Giotti, Edoardo Firpo, Giacomo Noventa, Delio Tessa) à écrire dans leur langue, les langues dites mineures, pour raconter une réalité, un quotidien familier, qui ne peut avoir le même sens, lorsqu’il est dit dans la langue nationale. Pasolini souligne bien la différence entre la langue nationale, langue écrite et parlée, et le dialecte, une langue de l’oralité. Dans son essai Dialetto e poesia popolare, Pasolini souligne: « […] la lingua nazionale non è parlata da nessuno : se non per convenzione e approssimazione. Il contadino che parla il suo dialetto è padrone di tutta la sua realtà: il giornalista che parla in italiano allude genericamente a una realtà sempre insicura9 ». Par ce parallèle entre deux modes de transmission, l’un oral – le paysan, l’autre écrit – le journaliste, Pasolini indique l’importance d’un usage du dialecte comme langue littéraire et poétique : raconter une réalité dans son ensemble et raconter le monde rural. L’italien du journaliste devient pour Pasolini une langue de dépossession. Peut-être faut-il ajouter aussi que d’une manière tout à fait provocatrice, pour Pasolini, le paysan construit par le dialecte un rapport beaucoup plus fort avec le réel, que le journaliste ne peut le faire avec l’italien. Avec la langue nationale, avec la langue du père, la réalité est « sempre insicura », toujours incertaine. Tandis qu’avec la langue associée à la mère, le rapport avec la réalité est plus stable, le paysan est même décrit par Pasolini comme « padrone di tutta la sua realtà. » Paradoxalement, pour être « maître » (padre/padrone) de la réalité, il faut pour Pasolini en passer par la langue associée à la mère, le frioulan. Il va de soi que ces dernières remarques concernent le rapport intime de Pasolini aux langues dans lesquelles il écrivait. Il serait bien difficile d’en tirer des conséquences politiques qui puissent dépasser l’œuvre de Pasolini : il s’agit d’un rapport singulier et peut-être unique à la langue et au dialecte.

6Pasolini s’interroge plus précisément sur l’usage du dialecte dans la poésie populaire et souligne :

  • 10 Ibid., p. 375. Nous traduisons : « Nous croyons que le dialecte peut compter sur ses moyens natur (...)

Crediamo che il dialetto possa contare sui suoi mezzi naturali per servire a una poesia popolare, solo quando il poeta abbia superato tutte le convenzioni dialettali – in altri termini il “piccolo mondo” dove il dialetto è usato – per dargli una coscienza linguistica che ne superi il colore e l’isolamento10.

  • 11 Paolo Desogus, La confusion des langues autour du style indirect libre dans l’œuvre de Pier Paolo (...)
  • 12 Pier Paolo Pasolini, « Dialetto e poesia popolare », in Saggi sulla letteratura e sull’arte, op.  (...)
  • 13 En ce sens, il est difficile de donner tort à Pasolini : toute forme de régionalisme est effectiv (...)
  • 14 Gilles Deleuze, Logique du sens, Paris, Minuit, 1969, p. 92.
  • 15 Nous renvoyons ici à Giorgio Agamben, Che cos’è il contemporaneo?, Roma, Nottetempo, 2008.

7Il est difficile en lisant ces lignes de Pasolini de ne pas penser à William Faulkner qui, à partir du Mississippi crée le comté imaginaire de Yoknapatawpha et lui donne une dimension universelle. Le dialecte, aussi singulier qu’il soit, ne vaudrait alors, à en croire Pasolini théoricien du dialecte, qu’en sa forme négative et il ne prend toute sa valeur que d’une manière paradoxale : pour Pasolini, dès lors que le frioulan devient une langue poétique, tout en étant un dialecte – c’est-à-dire la langue la plus attachée à un lieu et à un temps qu’il soit – le frioulan devient simultanément une langue universelle. Dès lors, le dialecte est déraciné. Pasolini construit donc une pensée paradoxale du dialecte : il ne vaut plus en tant qu’il serait attaché au sol – fantasme régionaliste, équivalent microscopique du nationalisme – mais justement parce qu’il s’en détache. Comme l’écrit Paolo Desogus, pour Pasolini, « afin de pouvoir être employé en littérature, le dialecte doit en effet s’opposer à lui-même, dépasser ses propres frontières, son propre monde11. » De cette manière, Pasolini propose une théorisation de l’écriture poétique dialectale. Il imagine des moyens permettant d’introduire le dialecte dans le texte littéraire en dépassant les conventions dialectales. Ainsi, le poète ne doit pas seulement restituer le langage parlé mais surtout le mener vers un langage poétique. La langue bouge, se mue, se transforme pour atteindre ce que le poète nomme : « une conscience linguistique » (una coscienza linguistica). Ainsi, pour arriver à ce résultat, pour créer un poème dialectal, Pasolini relève deux étapes : « L’operazione per giungere al riscatto di quella lingua povera che è il dialetto, è doppia: un regresso che il poeta per simpatia compirebbe nell’interno del parlante inconsapevole, e un recupero verso il livello della coscienza12. » Le mouvement de la poésie dialectale pasolinienne est paradoxal, au sens que donne Deleuze à ce mot dans Logique du sens, il va dans deux sens à la fois : il constitue à la fois une régression13 et une conscience. En effet, pour Deleuze, les paradoxes « ont pour caractère d’aller en deux sens à la fois, et de rendre impossible une identification, mettant l’accent tantôt sur l’un, tantôt sur l’autre de ces effets14. » La pensée de toute pratique poétique dialectale doit donc être, d’après Pasolini, double. Pasolini ouvre le dialecte – langue du sol et de l’archaïsme – au multiple. Le poète donne un avenir à une langue du passé. Dans un mouvement dialectique, Pasolini lie le plus archaïque et le plus contemporain15.

Le sentiment pasolinien : usage subjectif du dialecte et représentation des « formes du réel »

  • 16 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, in La nouvelle jeunesse, traduit de l’italien par Philippe (...)

8Dans Poesia a Casarsa, une figure récurrente resurgit dans ses poèmes : celle de l’éphèbe qui va vers la mort revient constamment dans son écriture, dans « Les litanies du beau garçon » (Li letanis dal biel fí) : « Je suis un beau garçon […] ah, fais-moi mourir 16. » Le jeune garçon est au centre de son œuvre poétique et explique son vif intérêt pour les figures mythologiques juvéniles : David (le septième poème des Poesia a Casarsa), et Narcisse dans le recueil Suite Frioulane. C’est bien l’éros qui invite Pasolini à écrire et à faire apparaître son regard tragique sur le désir. Dans ses premiers poèmes de jeunesse, nous découvrons les premières visions poétiques de Pasolini et sa fascination pour l’innocence qu’il peut exprimer par son usage du dialecte. Le dialecte devient donc le moyen pour Pasolini d’exprimer son désir pour les garçons : d’une langue de la terre et de la tradition, le dialecte devient la langue du désir et de la rupture par rapport aux traditions (désir des hommes, déjà, contre le désir hétéronormé – et plus encore contre la négation de toute forme de désir qu’est le fascisme).

9Les poèmes dans lesquels le poète intervient directement à la première personne rapportent l’expérience directe de l’auteur et transmettent une temporalité paysanne. Le poète a voulu saisir un moment, une sonorité, et l’enfermer dans un poème. Dans « De retour au pays » (Tornant al país), le poète décrit une temporalité rurale :

  • 17 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, op. cit., p. 27, « A fiesta a bat a glons / il me país mis (...)

Dans mon pays,
Midi carillonne, joyeusement.
Mais à travers prés, quel silence
apporte la cloche17 !

  • 18 En ce sens, Pasolini prend le contre-pied des affirmations de Marinetti et des futuristes, qui pr (...)
  • 19 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, op. cit., p. 27, « Il timp a no’l si mouf ».
  • 20 Paolo Desogus, op. cit., p. 61.
  • 21 Nous renvoyons ici à nouveau à Logique du sens de Deleuze.

10C’est le langage d’un village, de Casarsa, que Pasolini a voulu saisir dans ce poème, une musicalité, un rythme cadencé, puis un silence. Il ne s’agit pas de l’éloge de la patrie, du sentiment épique qui anime le poète : c’est au contraire le désir de transcrire les instants anodins que seul le poète peut voir. À un moment où les hommes sont détruits par l’idéologie, le militarisme, la violence, Pasolini porte un regard sur la culture rurale, sur un autre rythme18, un autre rapport au temps, il le saisit : « Le temps est immobile 19 ». L’usage du dialecte lui permet de traduire ses propres perceptions. Comme le souligne Paolo Desogus : « Le dialecte est la matière qui donne corps au sentiment pasolinien. À travers la parole dialectale, donc, l’auteur pénètre sa propre subjectivité avec les formes du réel qu’elle évoque20. » C’est bien « sa propre subjectivité » que Pasolini fait resurgir lorsqu’il traduit sa perception du temps, entre irréalité et réalisme. On notera qu’il s’agit encore d’un paradoxe (cette fois temporel) qui va dans deux sens à la fois21. Le temps qui passe et qui ne bouge pas semble être la préoccupation du poète qui décrit un moment précis, un jour d’hiver, dans « Février » (Fevràr) :

  • 22 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, op. cit., p. 36, « Adès, eco Fevràr, / sgívins, ledris, mo (...)

Voici maintenant le mois de Février, /
canaux, pianelli, mûriers…/
Je m’assieds ici sur l’herbe, /
les années se sont écoulées pour rien22.

  • 23 Pour préciser notre pensée, nous pouvons dire que l’expression « tout contre son père » peut être (...)

11Pour Pasolini, « les années se sont écoulées pour rien » (i àins son passàs par nuja), tout n’est que désolation dans ses vers. Ce sont peut-être dans les non-dits que se trouve véritablement la détresse du poète. Le sentiment qu’ailleurs quelque chose a lieu : la guerre, l’emprisonnement de son père au Kenya. Dans son recueil, il n’en est pas question. Pourtant, le poète revient incessamment sur sa perception trouble du temps : le temps immobile ou bien le temps perdu. Ainsi, le temps à Casarsa est un temps confus, que le poète peut saisir uniquement en décrivant les mouvements de la nature, le retentissement des cloches, et les chants des villageois. Peut-être faudrait-il alors insister aussi sur la dédicace faite au père – par provocation si l’on en croit le poète lui-même – et son absence du recueil. Faut-il vraiment croire Pasolini ? Et si son recueil de poèmes était, bien qu’écrit dans la langue associée à la mère, vraiment dédié au père ? Et si en écrivant dans la langue associée à la mère, Pasolini voulait vraiment rester tout contre son père23 et prendre la place de sa mère dans le désir du père ?

12Dans son recueil, Pasolini n’hésite pas à accorder une place aux chants folkloriques qui devienne poèmes. Ainsi, la chanson à danser du Frioul : « Villotta » (Vilota) est retranscrite par le poète. Elle a sa place au milieu des autres créations, c’est un air de son pays que le poète choisit de « chanter » à son tour. Retranscrire le quotidien de Casarsa devient le projet de Pasolini. Ainsi, la dimension anthropologique des poèmes a son importance dans l’ensemble du recueil : Pasolini transmet des sonorités, restitue un cadre religieux qui rythme le quotidien des villageois et se rapproche au plus près des vies des paysans et de leurs croyances. Dans « Le dimanche des rameaux » (La domènia uliva), un dialogue entre un fils et une mère s’instaure à partir d’un rituel devenant exploration poétique. Dans ce poème, il est question d’une mise en scène tragique faite de prières et de déplorations en vue de reproduire les rapports entre Pasolini et sa mère et par la même occasion, de restituer les rituels de Casarsa devenant ainsi matière poétique.

Écrire pendant la guerre : « Il fascismo non tollerava i dialetti »

  • 24 Nous pensons ici, par exemple, à l’EUR que Pasolini filmera, en particulier dans ses premiers fil (...)

13Le choix de Pasolini d’écrire, pendant la guerre, des poèmes à la fois bucoliques et tragiques en langue dialectale peut a priori susciter l’étonnement. Peut-on considérer qu’il s’agit d’un repli de l’auteur, qui oriente son regard vers le folklore et n’aborde pas directement les questions de son temps ? Si l’on pense à la posture à venir de l’intellectuel lorsqu’il arrive à Rome, on peut l’interpréter d’une manière différente et considérer que ses premiers recueils annoncent l’attitude poétique et politique de l’écrivain. S’il porte une attention particulière aux villageois dans la campagne, à la pauvreté loin des grandes villes, et écrit dans la langue frioulane, c’est aussi pour résister face à la violence du fascisme qui méprise les dialectes et qui plus que tout méprise le petit, l’infime. Le fascisme se veut « monumental24 », il se veut « grandiose », « magistral ». Le fascisme n’est en réalité tout au plus qu’une accumulation de symptômes mégalomaniaques. Au contraire, avec ses poèmes en frioulan, Pasolini fait le choix de l’infime comme il le fera tout au long de son œuvre. En écrivant en frioulan, Pasolini crée un lien avec les villageois et affirme leur existence : il impose ainsi leur présence alors que le fascisme consiste à rejeter toutes forme de différence et à rejeter la misère sociale. Le fascisme fantasme la force – alors qu’il n’est qu’impuissance. Pasolini, avec ses poèmes à Casarsa fait le choix d’écrire la vulnérabilité, la vie paysanne, la fragilité.

14Lorsque Pasolini arrive à Rome, en 1950, il est confronté aux conséquences du fascisme. Il est confronté à une capitale qui doit se reconstruire, aux ruines de la guerre. Sous le fascisme, certains quartiers du centre de Rome sont rasés et de nombreuses familles sont expulsées et doivent s’installer dans les banlieues éloignées. Ces quartiers historiques du centre sont transformés en rues sans caractère. Les plus pauvres sont tenus à l’écart, loin du centre de la ville. C’est une forme d’exclusion dont le fascisme a été le vecteur. Dans ses écrits, Pasolini raconte la vie de ce peuple pris au piège, en marge de la ville. Certains viennent du Sud de l’Italie et d’autres viennent de quartiers de Rome (Trastevere, Saint-Pierre et San Lorenzo). À Rome, Pasolini s’intéresse aux faubourgs populaires où vivent les familles rejetées par le fascisme. Ces quartiers lui rappellent les petits villages qu’il a connu dans le Frioul et ils tiennent une place importante dans son œuvre littéraire et poétique. Raconter les conséquences du fascisme, raconter la marge est bien au cœur de l’écriture de Pasolini qui ne cesse de penser la politique lorsqu’il écrit. L’écriture des poèmes frioulans a en quelque sorte préparé Pasolini à écrire la vie du sous-prolétariat romain.

  • 25 On notera que Pasolini a écrit ce poème à New York, la distance lui a sans doute permis de faire (...)

15Dans Poeta delle ceneri25 (1966), Pasolini revient sur l’écriture de ces poèmes frioulans et explicite son geste d’écriture. Dans ce poème autobiographique, il retrace son parcours littéraire, intellectuel et artistique. Il se souvient de son père à qui il avait dédié le recueil, et apporte une nouvelle compréhension de son geste d’écriture. Avec la distance – temporelle et géographique, Pasolini comprend son geste politique, un geste qui lui a permis d’affirmer une culture, un monde nié par son père. Il restitue son rapport à la langue, celle de son père et celle de sa mère, le dialecte, la langue d’un monde méprisé par le fascisme :

  • 26 Pier Paolo Pasolini, Qui je suis, traduit de l’italien par Jean-Pierre Milelli, Paris, Arléa, 199 (...)

Ce livre lui était dédié
Était écrit en dialecte frioulan !
Le dialecte de ma mère !
Le dialecte d’un monde
Petit, qu’il ne pouvait pas ne pas mépriser
– ou tout au moins accepter
Avec la patience d’un père…26

16Les conflits de Pasolini avec son père sont le point de départ de sa réflexion sur la politique de son pays, comme s’il fallait en venir à la figure du père pour réfléchir au fascisme et à la langue italienne. Dans ses premiers poèmes, il repousse l’idéologie fasciste par le choix même de porter son regard sur une langue non officielle, sur le quotidien rural. Pasolini rompt ainsi avec la littérature patriotique. Ce rejet du fascisme prend son sens dans ces vers :

  • 27 Pier Paolo Pasolini, Qui je suis, op. cit., p. 14. Poeta delle Ceneri, op. cit., p. 26 - 27 : Dev (...)

Je dois ajouter que mon père
Approuvait le fascisme.
Et voici la seconde contradiction, publique
Celle-ci :
Le fascisme ne tolérait pas les dialectes, signes
De l’unité inachevé de ce pays où je suis né,
Réalités inadmissibles et éhontés
Aux yeux des nationalistes.
C’est pourquoi mon livre ne fut pas mentionnés dans
Les revues officielles.
Et Gianfranco Contini dut envoyer sa critique
(la plus grande joie littéraire de ma vie)
À un journal de Lugano27.

17La réception de ses poèmes de jeunesse permet à Pasolini de saisir la portée politique de l’usage du dialecte dans un recueil poétique. L’écriture de ses poèmes a pour point de départ une crise familiale, mais renvoie aussi à la politique d’exclusion exercée par le fascisme qui a des conséquences sur la réception de son livre, refusé par les nationalistes, et ainsi ne figure pas dans les revues officielles. Dans ce poème autobiographique, Pasolini rappelle au lecteur que la poésie a une force insoupçonnée, et que le rejet d’un texte a aussi une signification qu’il n’est pas inutile de commenter. Dès le début de son parcours d’écrivain, nous pouvons constater que Pasolini s’intéresse aux contradictions au sein même de son pays. Ce qui explique l’importance pour lui d’adopter une pensée dialectique et de questionner en profondeur les conflits sociaux.

  • 28 Cf. Franco Fortini, « Dialetti del Novecento », in Attraverso Pasolini, Torino, Einaudi, 1993, p. (...)

18A priori, quoi de plus régressif que de se tourner vers le dialecte ? Par le seul fait d’écrire sur son désir, sur ce qui lui est le plus intime, Pasolini commence déjà à renverser le fascisme. En utilisant le dialecte, il dépasse deux interdits : celui du désir homosexuel, celui de l’amour régional. Si l’écriture dialectale n’échappe à Franco Fortini28, l’écriture du désir lui échappe totalement. Il se concentre uniquement sur l’usage du dialecte et pas assez sur ce que le dialecte lui permet de formuler : l’expression de son désir pour les garçons. Il resterait encore à questionner pourquoi Pasolini choisit la langue associée à sa mère pour questionner son propre désir. Désir qui dans un premier temps sera associé par Pasolini à la mort. Faut-il y voir une difficulté à assumer son désir, ou bien faut-il le replacer dans son contexte, la seconde guerre mondiale et la période fasciste ? On ne peut s’empêcher de faire l’association entre l’amour, la mort et le désir pour les jeunes hommes avec Le condamné à mort (1942) de Jean Genet et les Poèmes frioulans de Pasolini, écrits presque simultanément.

19Ainsi, Pasolini développe-t-il une pratique transgressive du frioulan. En effet, Pasolini pense le dialecte comme une langue poétique puisqu’elle lui permet d’exprimer son désir : chose rare, pour qui sait lire, le dialecte devient langue érotique. Ce qui pourrait être conservateur (écrire dans un dialecte), apparaît différemment, puisque le poète fait du dialecte une langue poétique, comme il le fera dans son premier roman Ragazzi di vita avec le romanesco, et plus tard dans ses films (Accattone, Mamma Roma). Avec le dialecte, Pasolini n’invite à aucun moment au repli identitaire : il parvient à écrire son désir.

Haut de page

Notes

1 Susanna Pasolini est née à Casarsa della Delizia le 10 mars 1891.

2 La mère de Pasolini ne parle pas le frioulan, mais l’intérêt du poète pour ce dialecte passe bien par sa mère, comme le précise René de Ceccatty à propos de Susanna Pasolini, in Pasolini, Paris, Gallimard, 2005, p. 22 : « […] elle lui communiqua sa langue “maternelle”, le frioulan (langue de sa province natale plus que langue parlée par elle, car elle s’exprimait en italien et en dialecte vénitien), qu’il revendiqua comme sienne. Le Frioul […], dont elle était originaire, devint alors pour Pasolini la terre première, le paysage primitif, le décor essentiel d’une nature perdue. Et la langue, la langue perdue de la réalité. » Si Susanna Pasolini ne s’exprime pas en frioulan, rappelons qu’il est encore parlé par sa mère, Giulia Zacco, comme le précise Nico Naldini, in Pier Paolo Pasolini, traduit de l’italien par René de Ceccatty, Paris, Gallimard, 1991, p. 10 : « […] elle a appris deux dialectes […] : celui de Vénétie, utilisé par la petite bourgeoisie paysanne à la maison, et le frioulan de la rive droite du Tagliamento, dans lequel on s’adresse aux clients de la distillerie [dont est propriétaire son mari, Domenico Colussi] et aux paysans qui s’occupent du battage du blé. »

3 La proximité avec la mère et le refus de la figure du père définit toute l’œuvre de Pasolini, comme il l’exprimera lui-même dans un entretien avec Jean-André Fieschi paru dans les Cahiers du cinéma au moment de la sortie d’Œdipe roi : « J’ai ressenti l’amour pour ma mère très, très profondément, et tout mon travail en a été influencé. Une influence dont l’origine est au fond de moi. Alors que tout ce qu’il y a d’idéologique, volontaire, actif, pratique dans mes activités d’écrivain dépend de mes luttes avec mon père. » (Cahiers du cinéma, no 195, cité par René de Ceccatty, Pasolini, op.cit., p. 33).

4 Sur le devenir-femme, nous renvoyons à Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, en particulier le dixième plateau, « Devenir-intense, devenir-animal, devenir-imperceptible ».

5 Nous renvoyons ici à Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, et en particulier les premières pages du chapitre 3, « Qu’est-ce qu’une littérature mineure ? », p. 29-35. On pourra aussi lire dans Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, op. cit., p. 132 : « Sur le double aspect des langues mineures, pauvreté-ellipse, surcharge-variation, on se rapportera à un certain nombre d’analyses exemplaires : celle que Wagenbach fait de l’allemand de Prague au début du xxe siècle […] ; celle de Pasolini montrant que l’italien ne s’est pas construit sur un niveau standard ou moyen, mais a explosé dans deux directions simultanées, “vers le bas et vers le haut”, matériau simplifié et exagération expressive (Pier Paolo Pasolini, L’expérience hérétique, Paris, Payot, 1976, p. 46-47) […]. »

6 Nous pensons ici en particulier aux discours de Mussolini.

7 Est-il besoin d’ajouter que c’est ce dialogue avec la jeunesse qui anime Pasolini, des années 1940 à Casarsa aux années 1970 à Rome. Dans l’un de ses derniers textes, les Lettere luterane Pasolini s’adresse directement à un jeune napolitain.

8 Nous renvoyons ici à Pier Paolo Pasolini, « Dialetto e poesia popolare», in Saggi sulla letteratura e sull’arte, I, Milano, Mondadori, 1999, p. 373-375.

9 Pier Paolo Pasolini, « Dialetto e poesia popolare», in Saggi sulla letteratura e sull’arte, I, op. cit., p. 374. Nous traduisons : « La langue nationale n’est parlée par personne : si ce n’est par convention et de manière approximative. Le paysan qui parle en dialecte est maître de sa propre réalité : le journaliste qui s’exprime en italien fait référence de manière générale à une réalité toujours incertaine. »

10 Ibid., p. 375. Nous traduisons : « Nous croyons que le dialecte peut compter sur ses moyens naturels pour servir une poésie populaire, seulement quand le poète aura dépassé toutes les conventions dialectales – en d’autres termes, le “petit monde” dans lequel le dialecte est utilisé – pour lui donner une conscience linguistique qui en dépasse les couleurs et l’isolement. »

11 Paolo Desogus, La confusion des langues autour du style indirect libre dans l’œuvre de Pier Paolo Pasolini, Sesto San Giovanni, Mimésis, 2018, p. 42

12 Pier Paolo Pasolini, « Dialetto e poesia popolare », in Saggi sulla letteratura e sull’arte, op. cit., p. 375. Nous traduisons : « L’opération pour sauver cette langue pauvre qu’est le dialecte est double : une régression que le poète, par sympathie, accomplira à l’intérieur d’un locuteur inconscient, et une récupération vers un niveau de conscience. »

13 En ce sens, il est difficile de donner tort à Pasolini : toute forme de régionalisme est effectivement régressive.

14 Gilles Deleuze, Logique du sens, Paris, Minuit, 1969, p. 92.

15 Nous renvoyons ici à Giorgio Agamben, Che cos’è il contemporaneo?, Roma, Nottetempo, 2008.

16 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, in La nouvelle jeunesse, traduit de l’italien par Philippe Di Meo, Paris, Gallimard, 2003, p. 21, « Jo i soj un biel fí […] ah fami murí ».

17 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, op. cit., p. 27, « A fiesta a bat a glons / il me país misdí. / Ma pai pras se silenso / ch’a puarta la ciampana! »

18 En ce sens, Pasolini prend le contre-pied des affirmations de Marinetti et des futuristes, qui précédent l’idéologie fasciste autant qu’ils l’annoncent.

19 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, op. cit., p. 27, « Il timp a no’l si mouf ».

20 Paolo Desogus, op. cit., p. 61.

21 Nous renvoyons ici à nouveau à Logique du sens de Deleuze.

22 Pier Paolo Pasolini, Poèmes à Casarsa, op. cit., p. 36, « Adès, eco Fevràr, / sgívins, ledris, moràrs… / Mi sinti cà ta l’erba, / i àins son passàs par nuja ».

23 Pour préciser notre pensée, nous pouvons dire que l’expression « tout contre son père » peut être entendue de deux façons, qui résument le comportement paradoxal de Pasolini face à son père : Pasolini s’élève contre son père, dans la mesure où il s’oppose à lui, notamment par sa pratique de l’écriture ; mais il reste aussi contre son père, dans le sens d’une proximité réaffirmée dès la dédicace des poèmes du recueil que nous étudions. Pasolini est « tout contre son père » dans ce geste de rejet et de recherche d’approbation, donc d’amour, qui caractérise non seulement les poèmes en frioulans mais d’autres points de son œuvre.

24 Nous pensons ici, par exemple, à l’EUR que Pasolini filmera, en particulier dans ses premiers films.

25 On notera que Pasolini a écrit ce poème à New York, la distance lui a sans doute permis de faire un retour sur lui-même.

26 Pier Paolo Pasolini, Qui je suis, traduit de l’italien par Jean-Pierre Milelli, Paris, Arléa, 1994, p. 12-13. Poeta delle Ceneri, Milano, Archinto, 2010, p. 24-25 : Quel libro dedicato a lui / Era scritto in dialetto friulano! / Il dialetto di mia madre! / Il dialetto di un mondo / Piccolo, ch’egli non poteva non disprezzare / – o comunque accettare con la pazienza di un padre…

27 Pier Paolo Pasolini, Qui je suis, op. cit., p. 14. Poeta delle Ceneri, op. cit., p. 26 - 27 : Devo aggiungere che mio padre approvava il fascismo. / E qui c’è la seconda contraddizione, quella pubblica: / Il fascismo non tollerava i dialetti, segni / Dell’irrealizzata unità di questo paese dove sono nato, / Inammissibili e spudorate realtà nel cuore dei nazionalisti. / Per questo quel mio libro non fu recensito nelle riviste ufficiali. / E Gianfranco Contini dovette inviare la sua recensione / (la gioia letteraria, quella, più grande della mia vita) / Ad un giornale di Lugano.

28 Cf. Franco Fortini, « Dialetti del Novecento », in Attraverso Pasolini, Torino, Einaudi, 1993, p. 5-9 et « Pasolini poeta », in Attraverso Pasolini, op. cit., p. 151-155.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Rabat et Manuel Esposito, « Les poèmes frioulans de Pier Paolo Pasolini »Italies, 26 | 2022, 89-100.

Référence électronique

Justine Rabat et Manuel Esposito, « Les poèmes frioulans de Pier Paolo Pasolini »Italies [En ligne], 26 | 2022, mis en ligne le 24 mars 2023, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/italies/9991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.9991

Haut de page

Auteurs

Justine Rabat

Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

Articles du même auteur

Manuel Esposito

Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search