Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2022-1Lieux et expositionsDe l’émotion littéraire à l’émoti...

Lieux et expositions

De l’émotion littéraire à l’émotion patrimoniale : « Flaubert dans la ville1 »

From Literary Emotion to Heritage Emotion: “Flaubert in the city”
Sandra Glatigny

Résumés

« Flaubert dans la ville », porté par le CÉRÉdI de l’université de Rouen, s’est déroulé à Rouen du 17 avril au 31 août 2015. La manifestation avait pour but de valoriser le patrimoine matériel et immatériel flaubertien par la médiation artistique et numérique. D’un point de vue scientifique, l’intérêt résidait dans l’analyse du lyrisme qui passe souvent par le dialogue entre les différentes disciplines artistiques. Il s’agissait de vérifier une hypothèse : le lyrisme, et plus largement l’expression des émotions, ne se limite pas à des procédés techniques propres à telle ou telle discipline artistique mais il résulte d’un échange intersémiotique. La transmission affective fonctionne comme un principe dynamique et transgénérique, assurant la circulation des émotions du créateur à la création, de la création à la réception. Flaubert dans la ville a montré que le processus qui va de la création à la réception s’accompagne d’une réversibilité et d’une circularité, révélatrice de l’importance de l’approche émotionnelle dans l’expérience artistique et patrimoniale. La réaction affective entraîne un mouvement réflexif qui déclenche une démarche herméneutique non seulement chez l’artiste qui crée mais chez le récepteur de l’œuvre. Si les sentiments échappent à la description rationnelle et langagière, ils se révèlent concrètement et physiquement dans l’expérience artistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette contribution reprend une partie des analyses figurant dans Flaubert dans la ville. Images et (...)

1« Flaubert dans la ville », porté par le CÉRÉdI de l’université de Rouen, s’est déroulé à Rouen du 17 avril au 31 août 2015. La manifestation avait pour but de valoriser le patrimoine matériel et immatériel flaubertien par la médiation artistique et numérique. D’un point de vue scientifique, l’intérêt résidait dans l’analyse du lyrisme qui passe souvent par le dialogue entre les différentes disciplines artistiques. Il s’agissait de vérifier une hypothèse : le lyrisme, et plus largement l’expression des émotions, ne se limite pas à des procédés techniques propres à telle ou telle discipline artistique mais il résulte d’un échange intersémiotique. La transmission affective fonctionne comme un principe dynamique et transgénérique, assurant la circulation des émotions du créateur à la création, de la création à la réception. Flaubert dans la ville l’a montré. Le dispositif a permis d’analyser les modalités de ce dialogue pour envisager le potentiel émotionnel de l’échange entre les différentes disciplines artistiques.

Un dispositif pluriel et transdisciplinaire

2Flaubert est omniprésent à Rouen : pont, lycée, places, rues portent son nom. Pour la plupart des gens, l’auteur dessine la silhouette poussiéreuse d’un écrivain rébarbatif, associé au pensum scolaire. Il s’agissait donc de modifier l’image de Flaubert, de le « défamiliariser » selon l’expression d’Yvan Leclerc : faire vivre un auteur dont les œuvres et les discours conservent toute leur actualité en l'inscrivant visuellement et concrètement dans sa ville natale.

3La configuration imaginée visait d’abord à utiliser l’image pour faire connaître et reconnaître le texte littéraire. Pour ce faire, des artistes contemporains sont intervenus sur les lieux attachés à la vie ou à l’œuvre de Flaubert. Un appel à contribution régional a été lancé par le CÉRÉdI qui a sélectionné les projets susceptibles d’interroger les Rouennais sur le rapport entre l’auteur et son ancrage local. Du 17 avril au 31 août 2015, peintres, dessinateurs, plasticiens, vidéastes et grapheurs ont installé leurs œuvres dans des endroits emblématiques. L’image est un medium plus accessible que le texte car elle ne présente pas la double facette du signe linguistique et échappe donc partiellement à la rationalité du langage. La médiation visuelle permettait de proposer une représentation synthétique de l’œuvre, de la vie ou des sentiments suscités par l’œuvre de Flaubert tout en questionnant le potentiel iconique de l’écriture. Certes, on sait la méfiance de Flaubert vis-à-vis de l’image. Mais ce rapport n’est pas aussi univoque qu’il l’affirme. De fait, des œuvres comme Salammbô, La Tentation de saint Antoine ou la correspondance relatant les voyages en Orient témoignent de l’attraction pour le potentiel figural du monde et sa représentation littéraire. Cette ambiguïté est à relier avec l’aspiration à l’impersonnalité : « Nul lyrisme, pas de réflexions, personnalité de l'auteur absente » (Flaubert 1980, Lettre à Louise Colet du 31 janvier 1852 : 40). Il pourrait paraître paradoxal de s’appuyer sur un tel patrimoine pour mettre en évidence la circulation émotionnelle. Mais, c’est justement parce que l’œuvre paraît froide et rationnelle qu’elle était susceptible de mettre en évidence la dynamique affective qui régit la relation entre création et réception. Enfin, il fallait également encourager le public à faire le lien entre art matériel et immatériel, patrimoine littéraire et patrimoine historique en générant chez lui une surprise propice à l’expérience esthétique. Le surgissement d’un élément inhabituel et graphique dans l’espace familier devait arrêter le passant.

  • 2 Né en 1963 à Athènes, il vit et travaille à Paris. Il a étudié à l’E.N.S.B.A. de Paris dans l’atel (...)

4Ce dispositif consistait aussi à faire descendre Flaubert « dans la rue ». Conçue comme une déambulation, la manifestation proposait un parcours dans Rouen, matérialisé par des cartels. Le patrimoine était relié à la pratique quotidienne de telle sorte que l’on créait toutes les conditions pour que la rencontre avec l’art et le patrimoine soit de l’ordre de l’expérience complète et physique. Suivant la philosophie pragmatiste de J. Dewey, « L’œuvre d'art développe et accentue ce qui est spécifiquement précieux dans les choses qui nous procurent quotidiennement du plaisir » (Dewey 2010 : 42). Les passants pouvaient parcourir plusieurs kilomètres pour découvrir l’installation de Jason Karaindros2, qui avait inscrit sur les quais, de part et d’autre du pont Flaubert, la célèbre citation « De la forme naît l’idée ».

« De la forme naît l'idée ! », citation transformée en deux interrogations

« De la forme naît l'idée ! », citation transformée en deux interrogations

Deux palissades sur les berges de la Seine, face à face, chacune d’environ 10 m de long avec des lettres de 80 de large et de 120 cm de haut. Inscrites sur des panneaux en contreplaqué et fixés avec le soutien du Port Autonome de Rouen sur le bord des quais.
Flaubertdanslaville©MichelFriard2015

5Le but était également d’inciter les piétons à pénétrer à l’intérieur de ces lieux patrimoniaux. Comme l’écrivait déjà Paul Valéry (1934, « Le problème des musées » : 1290-1293), trop souvent le musée est sacralisé et arrête le public qui n’ose pas entrer. Pour surmonter cet obstacle, on avait conclu des partenariats avec les musées et des expositions étaient proposées à l’intérieur. Par exemple, au Muséum d’histoire naturelle, Bénédicte Percheron avait réalisé un parcours génétique. La visite des collections et l’exposition de quelques documents permettaient de rendre compte du lien entre l’auteur, proche de G. Pennetier et de G. Pouchet, et le Muséum.

6Enfin, la manifestation devait participer à la valorisation des recherches scientifiques du centre Flaubert. Colloques et journée d’études, ateliers avec les artistes, rencontre avec des écrivains ponctuaient les quatre mois de la manifestation3. Outre ces moyens traditionnels, les nouvelles technologies étaient mises à contribution : QRcodes sur les cartels du parcours, site spécifique et documents sous Docexplore consultables sur table tactile.

  • 4 Chiffres indicateurs de la fréquentation : 24 758 personnes présentes aux manifestations et sur le (...)

7La réception d’une œuvre d’art dépend des informations collatérales dont bénéficie le spectateur : on mettait à disposition les éléments susceptibles de favoriser l’interprétation. Si la manifestation a été un succès en termes de fréquentation4, qu’en est-il de la réception ?

Une réception polymorphe et kaléidoscopique

8« Flaubert dans la ville » a généré une réception plurielle en raison de ces nombreux niveaux de lecture : la création de Flaubert et la réception de son œuvre au xixe siècle ; la réception actuelle de son œuvre ; la création et la réception contemporaine des œuvres installées en fonction des lieux patrimoniaux. Il s’agissait de rejouer, certes dans d’autres circonstances, les rapports qui se tissent entre le monde et l’œuvre, entre l’œuvre et les spectateurs pour mettre au jour les modalités de la circulation émotionnelle en s’appuyant sur les réactions physiques et verbales. Cette expérience a donné lieu à des échanges informels, des partages de textes entre artistes, chercheurs et spectateurs.

  • 5 Diplômée d’arts plastiques, Jennifer MacKay travaille sur la prise de conscience entre le réel et (...)

9Pour évaluer l’interaction entre création et réception, les intervenants étaient libres de choisir les textes et les lieux patrimoniaux. Les premiers lecteurs de Flaubert étaient donc les artistes qui se sont appropriés l’œuvre de différentes manières. Leur choix semble d’abord s’être opéré suivant une affinité émotionnelle entre les artistes et Flaubert. Par exemple, Jennifer MacKay5 est entrée dans l’œuvre par l’identification affective. Elle avait inscrit sur la vitrine de son atelier un extrait d’une lettre à George Sand :

Quelle forme faut-il prendre pour exprimer parfois son opinion sur les choses de ce monde, sans risquer de passer, plus tard, pour un imbécile ? Cela est un rude problème. Il me semble que le mieux est de les peindre, tout bonnement, ces choses qui vous exaspèrent. Disséquer est une vengeance. (Flaubert 1991, Lettre à Georges Sand du 19 décembre 1867 : 711)

10Cette propension à la colère et à la révolte, présente chez Flaubert, a généré une vive sympathie chez la plasticienne qui aurait pu faire siens ces mots :

Je sens contre la bêtise de mon époque des flots de haine qui m'étouffent. Il me monte de la merde à la bouche comme dans les hernies étranglées. Mais je veux la garder, la figer, la durcir ; j'en veux faire une pâte dont je barbouillerai le dix-neuvième siècle, comme on dore de bouse de vache les pagodes indiennes, et qui sait ? cela durera peut-être ? (Flaubert 1980, Lettre à Louis Bouilhet du 30 septembre 1855 : 600)

Sa réception de l’œuvre passait par une approche affective : elle s’est reconnue dans ce qu’elle nomme « l’hypersensibilité » de Flaubert et a passé au crible ses relations avec Louise Colet.

  • 6 Gaspard Lieb est né à Créteil en 1975, il vit et travaille en Normandie. Des études de philosophie (...)

11De même, la tendance à reproduire la posture provocatrice et polémique de l’auteur transparaît dans l’attention accordée à la Correspondance et au Dictionnaire des Idées reçues. Gaspard Lieb6 a été touché par l’inspiration romantique de jeunesse et le pessimisme flaubertien. Il a dispersé dans la ville des collages de dessins accompagnés de citations. Mais, parmi les phrases qu’il a retenues pour les citer figurent celles qui brossent le portrait d’un Flaubert provocateur : « Je m’ennuie. Je voudrais être crevé, être ivre ou être un Dieu pour faire des farces. Et merde » (Flaubert 1991 : 246). En écho à l’humour parfois un peu potache du Garçon, Jason Karaindros aurait voulu inscrire des phrases comme « le doigt de dieu se fourre partout » ou, au pied du pont Flaubert, « Érection : ne se dit qu’en parlant des monuments ». En l’absence de soutien institutionnel, cette sélection n’a pas été retenue.

12La similitude dans le rapport des artistes au monde s’est accompagnée d’un mimétisme dans l’approche technique et formelle de la représentation. C’est le cas de Jennifer Mackay qui dissèque, décompose le réel, les affects et les symboles qui y sont attachés. S’appuyant sur des ouvrages médicaux et sur des objets ayant trait à cette activité, elle s’est pleinement retrouvée dans la démarche de l’écrivain. À l’instar de Flaubert qui écrit, réécrit, corrige et rature, Jennifer MacKay procède par essais successifs : épreuves de tailles différentes, patrons, broderies sur des supports différents, souvent récupérés et réinterprétés.

  • 7 Le groupe Nice Art est né en fin 86 début 87 à Paris. Ariane, Dominique, Jean et Lily ont écumé le (...)

13Le collectif NiceArt7 était particulièrement inspiré par l’épisode consacré à la géologie dans Bouvard et Pécuchet :

Puis ils rencontrèrent des éponges, des térébratules, des arquées, et pas de crocodile ! – À son défaut, ils espéraient une vertèbre d’hippopotame ou d’ichthyosaure, n’importe quel ossement contemporain du Déluge, quand ils distinguèrent à hauteur d’homme contre la falaise, des contours qui figuraient le galbe d’un poisson gigantesque. (Flaubert 1990 : 146)

14Après le rire généré par le roman, viennent la réflexion et une démarche plus conceptuelle, et notamment un repérage précis dans les collections du Muséum. La forme choisie s’apparentait à la création flaubertienne. Ainsi, comme pour manifester la résistance des choses et du monde aux deux personnages de Bouvard et Pécuchet, NiceArt a inscrit les images dans le mur avec des reverse graffiti, c’est-à-dire des pochoirs dépolluants. Le collectif opère un léger sablage du mur ôtant la pollution urbaine pour faire apparaître l’image dessinée préalablement puis découpée pour former un pochoir. Le passage du texte à l’image a entraîné un transfert de la caractérisation des personnages vers le geste artistique. Loin d’être purement illustrative, l’intervention donne à voir l’importance du traitement structurel et matériel. Ariane Pasco et Dominique Decobecq ont travaillé sur la forme de la représentation pour donner à voir un réel qui échappe toujours aux deux cloportes. Au lieu d’ajouter de la matière, l’image est née de sa soustraction, valorisant ainsi la forme de l’objet représenté. Sur le mode du négatif photographique, les fossiles poussent le spectateur à mobiliser d’autres sens que la vue et notamment le toucher. Après avoir regardé, des passants se sont approchés pour toucher le mur. La surprise générait paradoxalement une approche sensorielle reliant perception visuelle et perception tactile, sur le mode synesthésique.

 

 

NiceArt, Pochoirs dépolluants.
Flaubertdanslaville©MichelFriard2015

 

 

NiceArt, Pochoirs dépolluants.
Flaubertdanslaville©MichelFriard2015

  • 8 Hastaire est né à Paris en 1946. Peintre, essayiste, poète et photographe, il compte plusieurs cen (...)

15Hastaire8 a choisi des couleurs extrêmement vives dans ses infographies. Son « encrier crapaud », symbole de « l’homme-plume », n’était pas sans évoquer certaines descriptions de Flaubert dans Salammbô dont Isabelle Daunais dit que « le regard perçoit la couleur et la forme avant d’identifier l’objet » (Daunais 1996 : 75).

L’encrier crapaud, Hastaire

L’encrier crapaud, Hastaire

Infographie retouchée à la peinture, installée dans la vitrine du musée des Beaux-Arts, à gauche de la fontaine Louis-Bouilhet. Dimensions : 115 x 175 cm.
Flaubertdanslaville©MichelFriard2015

16En l’occurrence, la couleur tendait à dissoudre l’objet de la représentation de telle sorte que les images imposaient un regard distancié sur le monde et sur l’objet représenté. Le grossissement du détail obligeait le spectateur à s’écarter pour percevoir l’objet, imposant ainsi une vision d’ensemble ou presbyte, pour reprendre les analyses de Bernard Vouilloux (2011 : 338-383). Cette approche ménageait une réception plus immédiate et plus affective que si l’artiste avait opté pour la netteté du trait. En outre, l’œuvre fonctionnait comme une signalétique patrimoniale : les passants ne pouvaient pas ne pas voir et étaient obligés d’interroger l’environnement architectural et l’ancrage dans le lieu.

17Certaines des œuvres étaient également marquées par le séquençage et la répétition, proches de procédés narratifs utilisés par Flaubert. Hastaire a ainsi interprété l’œuvre sur le mode sériel, reproduisant le loulou d’Un cœur simple sous plusieurs tailles et plusieurs couleurs. Comme s’il était vu dans un kaléidoscope ou un stéréoscope, le perroquet occupait les arbres de la place des Carmes en se démultipliant et en subissant des variations de taille propres à donner l’illusion de la profondeur de champ. La pluralité est venue pour ainsi dire combler l’absence textuelle car les attributs extérieurs du perroquet de Félicité sont peu décrits : « Son corps était vert, le bout de ses ailes rose, son front bleu et sa gorge dorée ». On connaît la célèbre lettre de Flaubert contre l’illustration : « Jamais, moi vivant, on ne m’illustrera, parce que : la plus belle description littéraire est dévorée par le plus piètre dessin » (Lettre du 12 juin 1862 à Ernest Duplan, Flaubert 1991 : 221). « Flaubert dans la ville » ne voulait pas défier de manière gratuite la mémoire du maître mais révéler le pouvoir émotionnel et iconique logé dans ces silences mêmes.

18Ce potentiel affectif se manifeste dans les similitudes entre la réception de l’œuvre flaubertien et celle des œuvres contemporaines. Comme lors du procès Bovary, les réactions du public ont été diamétralement opposées. Certains, scandalisés, n’y ont vu que de l’irrévérence vis-à-vis d’une figure patrimoniale académique : « Quel rapport avec Flaubert ? », « C’est ridicule ! », « Comment peut-on enlaidir un bâtiment de la sorte ? », « C’est du vandalisme ! » … D’autres se réjouissaient de voir révéler une facette sympathique et actuelle de l’auteur : « Je ne savais pas que Flaubert était un blagueur ! », « Il dit même des gros mots ! », « ça réveille un peu la ville ! »… La réception semblait résulter de l’efficacité affective de l’œuvre sélectionnée. De fait, le passage du champ littéraire aux arts visuels manifeste l’attraction pour un certain type de texte flaubertien. Salammbô, Hérodias et la Tentation de saint Antoine ont été presque totalement oubliés. Or ces trois œuvres partagent une dimension émotionnelle intense et elles suggèrent des images fortes en renvoyant notamment à l’exotisme de la peinture orientaliste. Plus le potentiel affectif et iconique du texte était fort, moins l’œuvre a suscité de pulsions créatrices et d’images matérielles. Dans l’ordre de la fiction, les artistes ont sélectionné les textes porteurs d’un fort potentiel symbolique et affectif mais qui se caractérisent par la sobriété de la technique littéraire. Dans l’ordre de la réalité, la posture polémique et la démarche de l’écrivain ont poussé les artistes à s’intéresser à la correspondance jusqu’à l’identification.

19La relation entre création et réception n’est donc pas unilatérale et passe par un dialogue émotionnel et artistique : des sentiments ressentis à la lecture de Flaubert, les artistes ont extrait une forme artistique qui, sans transposer les procédés littéraires, en est le révélateur dans la mesure où elle participe à la circulation affective en les transfigurant. Pour les passants, le parcours apparaissait comme une quête de l’œuvre mais aussi une quête des sens et de sens redoublant l’émotion suscitée par le patrimoine matériel et immatériel. De la réception créatrice à la création réceptrice, le dialogue entre les différentes disciplines artistiques apparaît comme un vecteur et un révélateur émotionnel.

Le dialogue intersémiotique comme vecteur et révélateur

20Ces interventions témoignent du pouvoir imaginal et affectif de l’œuvre flaubertien qui tend à nuancer son rapport à l’illustration. L’écriture flaubertienne s’appuie sur une approche phénoménologique du réel contenant en creux une charge affective que la réception artistique réactive par une création nouvelle. En témoignent les réactions violentes suscitées par les œuvres artistiques issues de l’œuvre littéraire.

21L’exemple le plus significatif est celui de Madame Bovary. L’attention accordée au roman, au sein duquel l’auteur a le plus refoulé son penchant lyrique, montre que l’expérience artistique laisse percer l’approche émotionnelle sous l’appréhension intellectuelle. Même si l’on constate une divergence profonde entre l’œuvre originale et l’œuvre visuelle qu’elle a inspirée, l’expressivité des émotions se trouve libérée par la création réceptrice. Un aspect du traitement artistique est révélateur : celui de la couleur. Alors que, d’après Les Goncourt, Flaubert n’aurait « eu l’idée que de rendre le ton gris, cette couleur de moisissure et d’existences de cloportes » (Flaubert 1991, Lettre des Goncourt du 17 mars 1861 : 875), Madame Bovary n’a pas inspiré la même teinte aux transpositions contemporaines, dominées par la couleur rouge. La représentation et la symbolique chromatiques sont révélatrices de la réaction passionnelle générée par le personnage d’Emma. L’œuvre a été actualisée par un nouveau filtre visuel et affectif. La réception créatrice a entraîné une appropriation du potentiel émotionnel d’origine, réactivant ces affects. La série de dessins intitulée Les sorcières, par J. MacKay, a généré dégoût pour l’exhibition macabre ou empathie pour les malheurs du personnage. Une femme est sortie affirmant qu’ils lui donnaient la nausée.

Les sorcières, Jennifer Mackay

Les sorcières, Jennifer Mackay

Fusain, huile sur toile.
Photo©JenniferMacKay/Flaubert dans la ville 2015

  • 9 Née en 1969 à Auxerre, Céline Tanguy est titulaire d’une licence d’arts plastiques, elle enseigne (...)

22Les artistes ont également créé des œuvres en trois dimensions présentant une étrange similitude : le personnage éponyme n’inspire qu’une forme creuse, vide et peu précise comme s’il était impossible de le représenter. Yvan Leclerc a souligné les fluctuations du portrait textuel. Or, les artistes n’ont pas donné à Emma de visage. Céline Tanguy9 et Jennifer MacKay lui ont affecté une sorte de masque neutre comme pour respecter le caractère de généralité du personnage flaubertien. La première est une structure d’1,5 m à partir de grillage, papier mâché, filasse et enduit hydrofuge. La seconde est une série de masques, les têtes moulées sur du tissu. A priori rien dans la réalisation qui puisse susciter la passion. Les matériaux choisis n’opèrent pas de résistance mécanique comme si le personnage était un signe que le récepteur devait s’approprier pour lui donner vie.

L’échappée belle, Céline Tanguy ; Têtes, Jennifer Mackay

L’échappée belle, Céline Tanguy ; Têtes, Jennifer Mackay

À gauche, L’échappée belle, Céline Tanguy, structure d’1,5 m à partir de grillage, papier mâché, filasse et enduit hydrofuge. À droite, Têtes, Jennifer Mackay, moulages brodés dans de vieux torchons de lin.
Photo©MichelFriard/Flaubert dans la ville 2015

23Dans les deux cas, les artistes ont voulu dénoncer la vacuité d’une existence féminine et d’une formation lacunaire qui ne produit que l’évanescence des rêves et de la fiction. Les passants ont globalement mal compris ces œuvres mais elles ne les ont pas laissés indifférents. De manière troublante, toutes les œuvres inspirées par le roman ont soulevé des réactions qui semblent excessives : les Têtes ont fait l’objet de diverses railleries au mépris de la dimension symbolique. Pourtant, elles étaient placées dans les arbres devant le Lycée Corneille, ancien collège Royal où Flaubert a suivi des études avant d’être exclu pour chahut. Quant à L’échappée belle, de Céline Tanguy, elle a subi d’importantes dégradations : extraite du Robec, rivière qui court dans la rue du même nom, elle a été piétinée jusqu’à devenir informe.

24Plus largement, les œuvres en rapport avec Madame Bovary ont été malmenées. Le Palais de Justice a refusé l’œuvre d’Hastaire, La Censure, sur ses murs et l’artiste a dû se contenter de la descente de métro, à proximité ; le Corpsetait, symbole d’une société qui opprime la femme et la conduit à la mort n’a pas été accepté par les institutions, au pied de la Cathédrale. Il s’agissait d’un corset de maintien chiné, fabriqué initialement rue Grand-Pont, reformé en cœur anatomique et brodé à partir d’une chemise de nuit couleur chair. Des fils roses fixés au cœur et s’étirant à travers une alcôve extérieure à la Cathédrale devaient le maintenir. Que dire de cette censure contemporaine d’une œuvre censurée en son temps ? Une caricature des plaideurs devant le palais de Justice ? Un corset féminin au pied d’un lieu de culte ? Il est délicat d’expliquer ces refus apparemment arbitraires en l’absence d’explication rationnelle. Dans un article consacré à Georges Perec, Maryline Heck écrit que la « violente neutralisation textuelle des émotions servirait […] d’instrument de mesure d’une puissance secrète des affects » (Heck 2013 : 161-173). La sècheresse de l’écriture flaubertienne produirait indirectement une réaction passionnelle : les artistes ont très mal vécu cet accueil de leurs œuvres dans lesquelles ils s’étaient pleinement investis ; le public a souvent appréhendé ces créations comme des provocations à l’égard de leur propre regard sur le monde et la société.

25À côté de ces réactions violentes, les œuvres ont fait naître le rire, la réflexion critique et le plaisir de redécouvrir les lieux patrimoniaux. Réalisé par Gaspard Lieb, le portrait anthropométrique de Flaubert a remporté un grand succès. Le collage a d’ailleurs résisté au temps. L’installation au Lycée Corneille a soulevé l’enthousiasme des élèves ; le portrait de Flaubert devant le pavillon de Croisset a emporté l’unanimité. L’infographie d’Hastaire sur la façade du Pavillon recréait concrètement le « gueuloir », face à la Seine, en référence à la pratique de l’écrivain qui hurlait ses phrases pour en vérifier le rythme et l’harmonie. Certains visiteurs ou cyclistes étaient émus de voir Flaubert « revenir sur les lieux de l’écriture », émergeant dans le paysage industriel. De même, les Ex-voto de Jennifer MacKay dans les arbres de la rue Eau de Robec en ont généré d’autres : mots d’amour, message d’une petite fille à sa mère, nouvelles citations, etc.

26C’est l’échange entre les différents systèmes de communication artistique qui a fait éclore et qui a matérialisé le potentiel émotionnel de l’œuvre flaubertien. Cette circulation affective s’est manifestée à plusieurs niveaux : à travers le dialogue entre le texte et l’image, entre patrimoine et création contemporaine mais également entre les artistes et leurs disciplines. Aux œuvres plastiques, le Corpssetait et le Sacré-cœur de Jennifer MacKay a répondu le dessin Un cœur (pas) simple de Gaspard Lieb, sorte de synthèse métaphorique et poétique de l’œuvre flaubertien, collé sur la façade du Musée Flaubert. Certaines œuvres sont en effet transdisciplinaires. Associant à sa statue une bande sonore, Céline Tanguy a produit un texte mis en musique par Marike Gilles. La sélection des extraits renvoyait presque systématiquement à un geste ou à des effets artistiques. La confrontation entre plusieurs modes de représentations (littéraire, picturale, plastique et sonore) manifeste la charge émotionnelle portée par l’œuvre de Flaubert. Elle se révèle dans le va-et-vient entre réception créatrice et création réceptive.

27Flaubert dans la ville voulait montrer que le processus qui va de la création à la réception s’accompagne d’une réversibilité et d’une circularité, révélatrice de l’importance de l’approche émotionnelle dans l’expérience artistique et patrimoniale. La réaction affective entraîne un mouvement réflexif qui déclenche une démarche herméneutique non seulement chez l’artiste qui crée mais chez le récepteur de l’œuvre. L’absence de signaux affectifs explicites n’est pas synonyme de neutralité émotionnelle. Bien au contraire, si les sentiments échappent à la description rationnelle et langagière, ils se révèlent concrètement et physiquement dans l’expérience artistique. Ce que Jean-Pierre Martin (2013 : 73-74) présente comme le « fugace » ou « l’infinitésimal », c’est ce que l’on peut appeler le lyrisme. Ce phénomène n’est pas réductible à un genre littéraire ou à un art spécifique. Vecteur émotionnel, plus ou moins latent, il apparaît comme un principe dynamique et transgénérique qui va de la création à la réception dans un dialogue permanent entre les différents pôles de la communication.

Haut de page

Bibliographie

Dewey, John, [1934] 2010, L’Art comme expérience, Paris, Folio.

Daunais, Isabelle, 1996, L’art de la mesure, ou l’invention de l’espace dans les récits d’Orient, Presse Universitaires de Valenciennes.

Flaubert, Gustave, 1980, Lettre à Louise Colet du 31 janvier 1852, Correspondance, t. II, Paris, Gallimard.

Flaubert, Gustave, 1991, Lettre à Georges Sand du 19 décembre 1867, Correspondance, t. III, Paris, Gallimard, p. 711.

Flaubert, Gustave, 1991, « Agonies », Novembre, Mémoires d’un fou et autres textes de jeunesse, Paris, GF.

Flaubert, Gustave, 1990, Bouvard et Pécuchet, Paris, Gallimard.

Heck, Maryline, 2013, « Les affects entre parenthèses : W ou le souvenir d’enfance, de Georges Perec », Modernités, no 34, p. 161-173.

Martin, Jean-Pierre, 2013, « Ces émotions à fleur de peau, sans nom pour les désigner », Modernités, no 34, p. 73-84.

Valéry, Paul, 1934, Pièces sur l'art, « Le problème des musées », Paris, Gallimard, La Pléiade, tome II, 1960, p. 1290-1293.

Vouilloux, Bernard, 2011, Le Tournant « artiste » de la littérature française. Écrire avec la peinture au xixe siècle, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution reprend une partie des analyses figurant dans Flaubert dans la ville. Images et textes, 2017, PURH.

2 Né en 1963 à Athènes, il vit et travaille à Paris. Il a étudié à l’E.N.S.B.A. de Paris dans l’atelier multimédia de Piotr Kowalski et il est également diplômé de l’École du Louvre où il a suivi une formation en histoire de l’art. Son intérêt pour une pratique artistique prenant largement en compte les domaines de la science et de la technologie l’a amené à travailler avec les techniques multimédias. Sculpture, dessin, installation, photographie, vidéo, son, programmation numérique etc. font partie de son langage plastique. À l’origine son intervention devait comporter dix citations de Gustave Flaubert qui « interrogent » la ville et les citoyens de Rouen : quelques-unes déjà en forme de questionnement, d'autres transformées en interrogations. La ville n’a pas donné son autorisation pour réaliser les inscriptions sur la voie publique. Dès lors, l’intervention s’est concentrée sur une seule et emblématique phrase de l’écrivain

3 Voir le programme accessible sur https://flaubert-danslaville.univ-rouen.fr/.

4 Chiffres indicateurs de la fréquentation : 24 758 personnes présentes aux manifestations et sur les lieux d’exposition ; 3 033 connexions sur le site spécifique « Flaubert dans la ville » et 149 758 sur le site principal Flaubert durant la manifestation ; 11 articles dans la presse régionale et nationale ; 7 émissions télévisuelles et radiophoniques.

5 Diplômée d’arts plastiques, Jennifer MacKay travaille sur la prise de conscience entre le réel et le rêve. Elle se livre à plusieurs expérimentations plastiques. Son processus de création est comme une bobine de fil qu’elle déroule, un détail en amenant un autre, un matériau, une nouvelle installation, à partir d’objets réinterprétés par le moulage, la broderie et le détournement.

6 Gaspard Lieb est né à Créteil en 1975, il vit et travaille en Normandie. Des études de philosophie et d’esthétique l’amènent à enseigner la philosophie et à écrire des textes et catalogues pour divers artistes. Après un passage aux beaux-arts de Rouen, il prend le nom de Gaspard Lieb et commence à coller sur les murs des figures poétiques, proposant ainsi des rencontres urbaines éphémères. L’artiste se proposait de peupler de personnages, de chimères et de textes quelques lieux emblématiques de la vie ou de l’œuvre de Flaubert. Chacune des œuvres était accompagnée d’une phrase ou d’un court texte référencé, afin de disperser des traces de littérature sur les murs

7 Le groupe Nice Art est né en fin 86 début 87 à Paris. Ariane, Dominique, Jean et Lily ont écumé les murs de Paris et de la banlieue sud avant d'aller s'essayer dans le Midi, à Nice, Toulon et Carpentras entre autres en développant la technique du pochoir à partir de photographies.

8 Hastaire est né à Paris en 1946. Peintre, essayiste, poète et photographe, il compte plusieurs centaines d'expositions personnelles et collectives en différents espaces (galeries, musées, centres d'art contemporain) en Europe, U.S.A., Canada, Japon ou en Corée. Auteur d'ouvrages sur des thèmes qui inspirent sa peinture, comme les mythologies, la poésie et la peinture elle-même, Hastaire a écrit Flaubert en ses couleurs, en 2008. Dans le cadre de « Flaubert dans la ville », les images de Flaubert ont été confrontées aux lieux de vie de l’auteur, permettant d’immerger le passant à la fois dans l’univers du peintre et dans celui de l’écrivain lui-même.

9 Née en 1969 à Auxerre, Céline Tanguy est titulaire d’une licence d’arts plastiques, elle enseigne et organise des ateliers créatifs pour personnes déficientes mentales ou personnes âgées. Parallèlement, elle travaille avec la compagnie des lumières pour laquelle elle crée plusieurs décors de théâtre. Elle a également suivi une formation en art-thérapie et développe ses projets personnels autour du modelage et de la sculpture. Elle proposait une sculpture en écho aux rêves de Charles : un portrait de femme enfermée dans sa position d’épouse passive.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « De la forme naît l'idée ! », citation transformée en deux interrogations
Crédits Deux palissades sur les berges de la Seine, face à face, chacune d’environ 10 m de long avec des lettres de 80 de large et de 120 cm de haut. Inscrites sur des panneaux en contreplaqué et fixés avec le soutien du Port Autonome de Rouen sur le bord des quais.Flaubertdanslaville©MichelFriard2015
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/11868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre  
Crédits NiceArt, Pochoirs dépolluants.Flaubertdanslaville©MichelFriard2015
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/11868/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre  
Crédits NiceArt, Pochoirs dépolluants.Flaubertdanslaville©MichelFriard2015
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/11868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre L’encrier crapaud, Hastaire
Crédits Infographie retouchée à la peinture, installée dans la vitrine du musée des Beaux-Arts, à gauche de la fontaine Louis-Bouilhet. Dimensions : 115 x 175 cm.Flaubertdanslaville©MichelFriard2015
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/11868/img-4.png
Fichier image/png, 6,9M
Titre Les sorcières, Jennifer Mackay
Crédits Fusain, huile sur toile.Photo©JenniferMacKay/Flaubert dans la ville 2015
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/11868/img-5.png
Fichier image/png, 5,9M
Titre L’échappée belle, Céline Tanguy ; Têtes, Jennifer Mackay
Crédits À gauche, L’échappée belle, Céline Tanguy, structure d’1,5 m à partir de grillage, papier mâché, filasse et enduit hydrofuge. À droite, Têtes, Jennifer Mackay, moulages brodés dans de vieux torchons de lin.Photo©MichelFriard/Flaubert dans la ville 2015
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/11868/img-6.png
Fichier image/png, 653k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Glatigny, « De l’émotion littéraire à l’émotion patrimoniale : « Flaubert dans la ville » »Itinéraires [En ligne], 2022-1 | 2022, mis en ligne le 29 novembre 2022, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/11868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itineraires.11868

Haut de page

Auteur

Sandra Glatigny

Université de Rouen-Normandie, CÉRÉdI

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search