Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2022-2DiversificationNommer, et faire advenir, les art...

Diversification

Nommer, et faire advenir, les arts littéraires : attestation des pratiques vivantes de la littérature

Naming, and Making Happen, the Literary Arts: Attesting to the Living Practices of Literature
René Audet

Résumés

Avec la montée de pratiques variées de publication (de mise à disposition publique) de la littérature, il paraît nécessaire de mieux cadrer et définir ce que l’on appelle de plus en plus fréquemment « arts littéraires », dénomination qui renvoie à l’idée de « littérature vivante », majoritairement déployée hors du livre. Une meilleure attestation de ces pratiques suppose de les situer dans les milieux littéraires nord-américains et européens, d’examiner l’état des discours critiques à leur sujet et de réfléchir plus avant à leur saisie terminologique. Textes littéraires spectacularisés, exposés et médiatisés : sous ces trois volets se regroupe l’ensemble des arts littéraires, selon le rapport que les textes entretiennent avec le support, le public et le contexte socioculturel. Une proposition d’inventaire et de classement des pratiques actuelles est soumise à la communauté, de façon à faire exister institutionnellement ces nouvelles formes de publication de la littérature.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pensons au cas singulier du poème “Speak White”, de Michèle Lalonde, déclamé lors de la mythique « (...)

1Si Roland Barthes cernait bien la force prescriptive de l’institution lorsqu’il disait que la littérature, c’est ce qui s’enseigne (1971), la certification de la participation d’un texte au domaine de la littérature repose plus communément sur son inscription dans la sphère publique, où il devient, moyennant le respect de quelques paramètres esthétiques et génériques, un objet littéraire. La publication du texte – à entendre dans son sens élémentaire et le plus large : sa mise à disposition publique – le fait basculer de son statut d’artefact scriptural rédigé par un individu à celui d’œuvre littéraire composée par un·e auteur·rice. L’étape de la publication, seuil obligé de cette entrée dans le champ littéraire, est lourdement déterminée par les conventions et par la tradition que les derniers siècles ont cristallisées. Le véhicule, le média privilégié du texte littéraire qu’est le livre a laissé très peu de place à des voies parallèles – les publications dans des périodiques ont été associées à une sanction de moindre poids, tout comme la performance orale de certains textes poétiques, par exemple, n’assignait qu’exceptionnellement une reconnaissance à leur interprète1. La publication livresque s’impose encore aujourd’hui comme le marqueur exclusif du statut de littérature.

  • 2 Tanguy Habrand (2016) propose une lumineuse traversée des pratiques immédiatement éditoriales mais (...)

2Bien des pratiques atypiques de publication existent en parallèle de l’édition livresque2, et toutes les époques, tous les contextes les ont vues cohabiter avec le livre, médium empereur de la consécration littéraire. Relevant ici de l’avant-garde, là de la contre-culture, là encore de sous-champs relativement autonomes, ces moyens de publication bigarrés ont permis l’exploration de modalités différentes de mise à disposition, lesquelles engagent des publics ciblés et des performativités alternatives. Si ces pratiques littéraires hors du livre témoignent d’une recherche de supports variés depuis des décennies, et même depuis des siècles, leur prégnance reste néanmoins assez faible : marginales, voire souterraines, elles n’ont qu’épisodiquement réussi à s’imposer et à gagner une certaine reconnaissance.

  • 3 On renverra bien sûr, à ce sujet, à L’idée de littérature (Gefen, 2021).

3Depuis un quart de siècle, la situation semble prendre graduellement une tangente inédite. La littérature subit en effet des pressions variées, le poids symbolique qui lui était attribué de longue date semblant se négocier durement avec d’autres domaines culturels, tout aussi bien que son refuge dans un champ restreint s’effrite au profit d’une démocratisation de l’écriture et d’une diversification des critères permettant de reconnaître la littérarité des textes3. On notera également les transformations de l’espace public qui se sont opérées relativement récemment, à travers les pressions certaines des sphères médiatiques et numériques qui montent en importance (quantitative et symbolique), ce qui repousse inéluctablement les publications papier à la périphérie. C’est notamment à la faveur de cet ébranlement des assises classiques de la littérature – et corollairement de l’affaiblissement de l’étalon du livre –, que s’immisce peu à peu une variété de pratiques nouvelles (ou peu mises en valeur) pour la mise à disposition publique des textes. Poésie sonore, improvisation littéraire, fictions numériques, expositions à visée littéraire… Les modalités alternatives de diffusion de la littérature rejoignent les zones centrales de l’espace public pour mieux l’habiter et, de la sorte, offrir un visage nouveau à une pratique esthétique généralement associée à une forme d’immobilisme et de conservatisme. Leur mise en visibilité bouscule singulièrement l’image de la littérature, dans une négociation qui n’est pas sans inquiéter certain·es acteur·rices de l’institution littéraire et de la chaîne du livre, sans fragiliser certaines certitudes à son égard.

  • 4 Voir l’étude sectorielle sur les arts littéraires rendue publique en 2022 (Vinet & Gilbert, 2022).
  • 5 Le débat est ici inversé, alors que ces manifestations littéraires mises en spectacle pourraient ê (...)

4Ces nouvelles pratiques ne sont pas que des vecteurs (de publication, de diffusion) ; elles engagent, pour sûr, des gestes de création et d’écriture spécifiques, et impliquent souvent un rapport intermédial (ou transmédiatique). Du côté des artistes et praticien·nes qui expérimentent et promeuvent ces nouvelles formes, un sentiment commun s’impose avec insistance. Un sentiment commun, malgré la différence évidente qui les distingue : les enjeux quotidiens typiques de leurs pratiques subsument largement le caractère bigarré de cette communauté d’acteur·rices et des dispositifs déployés. Les similitudes touchent autant, par exemple, au manque flagrant de reconnaissance par les institutions, aux difficultés liées à la circulation et à la diffusion de leurs productions, qu’au vide administratif concernant les cachets et rétributions à prévoir pour les multiples intervenant·es de prestations scéniques4. Ces pratiques partagent également un non-lieu terminologique qui les empêche d’exister dans les discours (tant institutionnels que critiques) : ni totalement littérature, ni arts de la scène5, elles sont refoulées par les organismes subventionnaires (par incapacité à les situer) ; minuscules dans l’immense paysage des pratiques culturelles, elles sont invisibilisées de facto. Néanmoins, la masse croissante de ces acteur·rices fait en sorte que ce rapport pèse de plus en plus lourd, et leur volonté d’émerger se fait pressante.

5C’est dans ce contexte qu’une démarche conjointe de saisie et de cadrage des pratiques littéraires hors du livre a été entreprise, dont le présent article vise à rendre compte. Elle s’inscrit dans la continuité de rencontres menées au Québec au cours des dernières années, lesquelles impliquent tant des écrivain·es, des artistes, des producteur·rices que des universitaires. L’objectif était de mettre en commun les difficultés liées à leurs pratiques, de travailler conjointement à définir le secteur et de structurer le milieu. L’atteinte de cet objectif était vraisemblable, du fait de la faible taille du milieu littéraire et artistique québécois pouvant être perçu comme une « culture-laboratoire ». Cette hypothèse paraît compatible avec la conviction qu’il est possible de réfléchir et d’agir avec une large majorité des parties prenantes, au profit de changements ou de positionnements actifs favorables à toutes et à tous. C’est d’ailleurs le sentiment qui émerge au sortir de ces rencontres, lesquelles ont permis de développer un tissu de collaborations inédit au Québec et au Canada francophone. Plus encore, elles ont permis de convenir, de façon consensuelle, de nommer « arts littéraires » l’ensemble de ces manifestations littéraires se déployant hors du livre. Partant de ce terreau favorable, l’équipe du pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile » s’est attelée à la tâche de cartographier et de saisir les pratiques relevant du secteur des arts littéraires – un travail doté d’une force performative certaine, qui lie certes les champs littéraire et critique de façon étroite, mais qui a surtout le pouvoir de faire advenir un secteur totalement inédit de la culture actuelle. Après avoir évoqué quelques éléments de mise en contexte qui permettront de situer les premières manifestations de ce secteur, en Amérique du Nord comme en Europe de l’Ouest, je ferai état de la démarche terminologique et critique entreprise, depuis son cadrage initial jusqu’à sa matérialisation sous forme d’un inventaire hiérarchisé (dont une copie est jointe à cet article).

Réinventer les modalités de diffusion de la littérature

6Les racines des pratiques que l’on peut associer aux arts littéraires sont assurément anciennes, et l’objectif ici n’est pas de reconstituer cette historicité – c’est là un mandat distinct, qui reste encore à réaliser, même si l’on peut sans grande difficulté établir des liens avec certains mouvements d’avant-garde (surréalisme, dadaïsme, CoBrA, Fluxus, pour n’en citer que quatre) ou tel volet de l’histoire des pratiques culturelles. Dans un horizon somme toute contemporain, plusieurs signaux ont laissé entrevoir la percée des arts littéraires dans l’écosystème littéraire et culturel. Quelques-uns sont ici abordés, pour esquisser la configuration spontanée qui s’est mise en place.

  • 6 On pensera par exemple aux milieux d’avant-garde où les propositions se faisaient à portes closes (...)

7Alors que les pratiques performatives de la littérature, depuis longtemps, étaient la plupart du temps inscrites dans des contextes spécifiques visant un public averti6, le tournant du xxie siècle a vu poindre, dans le cadre de manifestations plus larges et grand public, une programmation événementielle littéraire peu à peu diversifiée et étonnamment visible. À côté des foires marchandes que sont les salons du livre (pourtant aussi des occasions de mettre en vitrine la littérature, mais pas uniquement elle), se sont développées des propositions festivalières où les figures d’écrivain·e sont à l’honneur, que ce soit par des rencontres, des tables rondes, des lectures de textes ou de passages d’œuvres. Très vite, toutefois, en complément à ces tribunes, des activités artistiques interdisciplinaires sont créées et diffusées dans ce cadre privilégié, au profit d’un public à la fois friand de littérature et d’événementialité. Des spectacles littéraires (adaptations d’œuvres précédemment publiées, créations scéniques originales, opéras littéraires), des rencontres compétitives (slam, improvisation, joutes) ou participatives (micros ouverts) s’insèrent dans les programmations. La littérature devient vivante, pour reprendre cette expression chère à plusieurs acteur·rices du milieu.

8En France, les Correspondances de Manosque ont su mobiliser cette énergie nouvelle dans la large palette d’activités de son événement annuel (qui existe depuis 19997). Aux côtés des écrivain·es invité·es et rendu·es disponibles aux milliers de festivalier·ères qui investissent la ville, des spectacles et performances diverses sont également proposés. Ainsi, dans son édition de 2021, on y trouve des lectures musicales et des concerts littéraires, des installations participatives, des performances et diverses modalités d’exposition. Ces propositions côtoient la fonction immédiate de prescription de l’événement (Mayer, 2018), sans toutefois y être instrumentalisées. Paris participe à cette mouvance à partir de 2017 avec le Festival Extra !, tenu au Centre Pompidou. Jean-Max Colard, directeur artistique de l’événement, signale d’une part le souhait de se placer en continuité avec la vie littéraire qu’animaient par les siècles passés les salons littéraires, d’autre part l’héritage, au xxe siècle, du mouvement Dada, de Bernard Heidsieck, Henri Chopin ou Christophe Tarkos – voyant dans le Centre Pompidou un lieu emblématique, par l’accueil fréquent de manifestations littéraires depuis les années 19708. Ces exemples, opposés dans leur historicité et dans leur centralité, mais voisins dans leur esprit, illustrent une percée étonnante de pratiques jusque-là réservées à des événements artistiques restreints et peu visibles.

9La dynamique est semblable au Québec et en Belgique. Le FIL (le Festival international de la littérature, lancé en 1994) et le Festival Métropolis Bleu (en place depuis 1999) animent annuellement la scène montréalaise et ont proposé des milliers de manifestations littéraires durant les vingt-cinq dernières années. Le FIL, en particulier, fait du développement des arts littéraires une de ses principales missions, par le soutien direct de la création et de la production de spectacles littéraires9. Une semblable vision anime le festival Québec en toutes lettres10, organisé dans la ville de Québec depuis 2010, qui s’arrime ensuite à la programmation de la Maison de la littérature11, inaugurée en 2015, et au statut de ville de littérature de l’UNESCO obtenu par la ville de Québec. L’événementialité de la littérature s’y déploie dans divers lieux et à travers le tissu urbain, de façon complémentaire au travail d’organismes culturels comme Productions Rhizome12 et le Bureau des affaires poétiques13 (comme le fait symétriquement La poésie partout14, à Montréal). Une telle intrication d’instances de diffusion de tailles diverses contribue à soutenir un réseau de créateur·rices et de producteur·rices à travers une variété de programmes et d’événements. L’organisme belge Transcultures15, spécialisé sur les cultures numériques et sonores, joue également ce rôle. Des résidences de création, des ateliers et diverses manifestations artistiques sont proposés, notamment Les Transatlantiques16, programme de résidences croisées en performance poésie et art audio, en collaboration avec les Productions Rhizome.

  • 17 Ruffel poursuit sa réflexion contextualisante (2016) en proposant d’insérer le développement de ce (...)
  • 18 Page du colloque « Penser les arts littéraires. Formes performatives, installations et technologie (...)
  • 19 Site de l’Observatoire du milieu littéraire franco-luxembourgeois, https://obslit.huma-num.fr/.

10Ces pratiques trouvent peu à peu des échos dans le discours critique qui s’approprie ce territoire inédit et prend ses marques sur des questions ou secteurs spécifiques. Les deux dossiers de la revue Littérature, dirigés par Olivia Rosenthal et Lionel Ruffel, qui portaient sur la « littérature exposée » (2010 et 2018), sont les plus cités. Ils ont en effet ouvert le jeu, à défaut d’en nommer les règles ou d’en établir précisément le spectre d’action. Les principales questions y sont posées : l’opposition entre une conception conventionnelle de la littérature et ce nouveau territoire (ce que Ruffel décrit comme le contraste entre littérature-silence et littérature-brouhaha [Ruffel, 2016]) ; le lien entre l’écriture littéraire et le contexte historique et social, le terrain d’où elle émerge17 ; la question corollaire mais obligée de l’exposition, aux sens absolu (se rendre visible et vulnérable) et appliqué (exposer le texte dans un lieu) ; le dialogue entre la littérature et d’autres disciplines artistiques. Les cinq dernières années ont été fertiles dans le développement d’un intérêt pour la littérature hors du livre et d’une pensée critique à son propos, où cette piste préliminaire a été creusée et dotée d’une heureuse ampleur. Pensons au dossier d’Itinéraires. LTC sur les littératures expérimentales (Nachtergael, 2018), l’article de Meizoz (2018) sur les « extensions du domaine de la littérature », l’ouvrage de Nachtergael (2020) sur la poésie hors du livre, le colloque tenu à Metz à l’automne 2021 sur les arts littéraires18, qui a donné lieu à un dossier d’articles (Bisenius-Penin, Audet & Gervais, 2022), et une plus récente journée d’étude sur l’enjeu de la réception de ces pratiques (Audet & Lahouste, 2022). Ces signaux, à l’instar de l’intérêt universitaire croissant pour les phénomènes qu’ils désignent (comme l’Observatoire du milieu littéraire19 et les travaux du projet « Littérature québécoise mobile », dont il sera question à l’instant), témoignent d’une problématisation plus large de cette littérature qui se détache de son identité livresque, questionnant les notions d’auteur·rice et de publication, et posant leurs enjeux critiques : pérennisation des pratiques, reconnaissance institutionnelle, négociation de la valeur symbolique en regard des publications sous forme de livre.

Saisir les arts littéraires

11Si ces pistes critiques se sont affirmées davantage en France, en Belgique et en Suisse, le milieu québécois a été le théâtre, depuis plusieurs années, d’une réflexion interne sur ce secteur de la littérature qui s’est développé tangentiellement à celui du livre. Les festivals, les résidences de création, les programmes ponctuels de soutien financier ont fourni le terreau nécessaire à alimenter ces nouvelles pratiques. Néanmoins, le sentiment commun, évoqué en introduction, d’une réalité à faire advenir occupe l’esprit des acteur·rices de cette littérature hors du livre. Cette réalité est d’abord celle de possibilités limitées pour permettre la circulation des productions spectaculaires qui naissent, souvent cantonnées au contexte initial de leur création. C’est l’argument des premières rencontres, tenues en février 2019, qui portaient le titre « Paroles vivantes » : « il n’existe pas de réseau formel favorisant la circulation de ces œuvres et de leurs auteurs au plan national. Trop souvent, des spectacles porteurs ne connaissent qu’une seule représentation ou s’exportent plus facilement à l’étranger que dans les régions du Québec20 ». Deux rencontres ont suivi (en février 2020, à Québec21, et en octobre 2021, à Gatineau), où le titre retenu, celui des « arts littéraires22 », précise déjà la cristallisation d’une certaine idée de ce collectif qui rassemble des pratiques littéraires mobilisant des supports médiatiques variés23.

12L’origine de cette appellation des « arts littéraires » reste imprécise, mais le voisinage de la langue anglaise au Québec n’est sûrement pas sans lien. Le milieu littéraire anglophone utilise depuis longtemps l’expression “literary arts” qui désigne par là une variété de pratiques créatives de la littérature. Si l’expression n’est pas formellement attestée même en anglais, son usage est répandu au Canada et aux États-Unis, par exemple dans les programmes du réputé centre de création canadien Banff Centre24, dans ceux du National Endowment for the Arts aux États-Unis25 – et même comme appellation d’un organisme culturel de la dynamique ville de Portland (Oregon) qui agit comme moteur de la présence des pratiques littéraires dans la cité26. La transposition semble naturelle en français et permet de rejoindre l’idée (courante en arts visuels) d’une production créative destinée à une certaine forme de performance in situ. Les trois rencontres tenues dans les dernières années ont permis de stabiliser une certaine conception, une certaine vision des arts littéraires, tout en leur donnant les moyens de mieux circuler, de mieux être diffusés.

13Les chercheur·ses, dont je suis, membres du projet de recherche en partenariat intitulé « Littérature québécoise mobile27 » (CRSH, 2019-2024), ont été invité·es à contribuer à la réflexion de ce collectif d’écrivain·es, d’artistes et de producteur·rices littéraires. Ce projet nous plaçait déjà dans une position attentive à l’égard des pratiques actuelles de la littérature. En nous intéressant aux points de rencontre entre pratiques littéraires contemporaines et numériques (parmi lesquels l’usage du numérique dans l’optique de soutenir la découvrabilité et la diffusion de la littérature québécoise), nous avons noué des liens privilégiés avec une variété d’acteur·rices du milieu littéraire au Québec. Une attention particulière a été portée aux événements littéraires – lancements, spectacles, micros ouverts, etc. –, jusqu’à ce que la pandémie bouleverse l’écosystème entier. Plusieurs organismes ont basculé leurs activités sur le Web, de façon à continuer de rejoindre leur public malgré le confinement. Nous avons entamé une veille de ces activités en temps de pandémie28, signal d’une inventivité et d’une résilience obligées de la part des acteur·rices du milieu littéraire.

  • 29 Remerciements, pour leur travail et leurs idées dans ce chantier, à Irma Bouchard, Alicia Chabot, (...)
  • 30 Sur cette formulation, voir Audet (2019).

14Nous étions donc déjà au cœur de la dynamique créative de la littérature, sensibilisé·es à la réalité de ce secteur des arts littéraires encore mal défini. L’équipe du pôle Québec29 du projet « Littérature québécoise mobile » a alors entrepris une démarche de cartographie des pratiques selon une approche inductive. Ayant pour objectif d’établir une nomenclature stabilisée des différentes manifestations des arts littéraires, cette initiative est tout de même vouée à évoluer, de façon à intégrer d’éventuels angles morts de cet inventaire, mais surtout à prendre en considération la transformation des formes et des usages. L’expérience a été riche en questionnements, notamment sur les critères d’inclusion ou d’exclusion de pratiques situées à la marge de la littérature. Les manifestations littéraires sont multiples et polymorphes : comment jauger de l’appartenance aux arts littéraires, par exemple, d’une table ronde d’écrivain·es discutant des enjeux des écritures actuelles ou d’un récital de contes urbains ? D’une compétition de slam ou d’une exposition à caractère littéraire ? Très rapidement s’est imposé un double paramètre : la présence d’une dimension créative, impliquant la publication d’un texte littéraire (au sens d’une mise à disposition publique30, qu’elle soit pérenne ou éphémère). Ce paramètre s’appuie notamment sur la posture des acteur·rices du milieu qui souhaitent une reconnaissance institutionnelle permettant d’obtenir des financements pour le développement de leur pratique à titre de créateur·rices (et non à titre d’agent·es du milieu littéraire). De façon conséquente, une ligne se tire ainsi entre des activités de création et des activités de promotion, de médiation ou de patrimonialisation – les arts littéraires désignent les premières. Deux observations méritent d’être notées ici. Bien sûr, plusieurs exemples se jouent de cette frontière, puisant dans les unes et dans les autres ; toutefois, l’idée d’une dominante (ou d’une posture explicitement affichée) suffit généralement à associer l’un ou l’autre cas ici aux arts littéraires, là à des pratiques de médiation. Ensuite, l’insistance de cette inscription d’une pratique créative dans une démarche de publication tend à rendre labile la distinction commune entre création et diffusion. Pourtant, la séparation nette qui les distingue relève possiblement d’un abus de langage (ou d’une idéalisation de la démarche créative) : toute création (littéraire, culturelle) prend en compte, voire se définit par le médium qui la porte. Même le roman le plus conventionnel sous-entend la forme livresque, puisque son écriture (longue, continue) s’ajuste à la continuité des centaines de pages du livre (contrairement à une histoire développée en feuilleton, pour un périodique). Les pratiques en arts littéraires, en investissant lourdement les possibilités médiatiques (entendues de la façon la plus neutre), tendent à exprimer haut et fort cette interpénétration (trop souvent minorée) du geste créatif et du vecteur de mise à disposition publique. Ainsi, l’expression « arts littéraires » ne désignerait pas tant un secteur culturel large et approximatif qu’un créneau spécifique de production de contenus culturels mettant tout particulièrement en jeu une pratique de création littéraire dialoguant avec son incarnation médiatique, son mode de publication.

  • 31 Cette démarche a été alimentée par le dépouillement des verbatims des trois rencontres sur les art (...)

15La démarche inductive31, alimentée par ce cadrage, a permis d’arriver à trois grandes catégories qu’on a voulu explicites dans leur orientation, à partir de cette conception générique de l’idée de publication. Ainsi, dans les arts littéraires, les textes peuvent être spectacularisés, exposés ou médiatisés. Ces trois volets nous semblent permettre de saisir les modalités d’existence des textes littéraires en dehors du support conventionnel du livre (lequel est, en soi, une forme de médiatisation – nous avons toutefois préféré ne pas l’inclure dans cette nomenclature, pour mieux mettre en lumière les pratiques littéraires hors du livre). De plus, ces volets permettent de jauger le rapport qu’ils développent avec leur support, leur public et le contexte socioculturel. Il faut bien percevoir ces volets comme des architextes – catégories générales définies par des traits types dont relèvent les textes singuliers (Genette, 1979). Ils constituent ainsi des orientations génériques très générales, utiles pour comprendre la dynamique d’ensemble ; ce sont néanmoins les pratiques elles-mêmes qui s’imposent dans la réalité du milieu culturel et dont il est possible d’attester l’existence. Les nommer les fait donc advenir – du point de vue institutionnel aussi bien que critique – pour les créateur·trices autant que pour les lectrices et spectateurs. Des définitions sont ici proposées pour ces trois volets.

  • 32 Il pourrait être tentant d’établir un parallèle entre cette catégorie de pratiques et la spectacul (...)
  • 33 Vidéo “Anne James Chaton & Andy Moor Casino Rabelaisien from CD ‘Tout ce que je sais’ (Unsounds 60 (...)
  • 34 Page « Salomé Kiner & Charlotte Rocchi : “Grande Couronne ”. Lecture musicale », site Les Sofalesu (...)
  • 35 Page « Le Désert Mauve de Nicole Brossard, en scène et en images », site de Productions Rhizome, h (...)

16Le texte littéraire spectacularisé32 se définit comme une présentation par une ou plusieurs personnes devant public d’un contenu à dominante littéraire (ces représentations étant souvent multidisciplinaires). Il prend la forme d’une performance, qui implique une représentation unique où se perçoit une certaine mise en danger, ou d’un spectacle, plutôt scénarisé et mis en scène. Se retrouvent ainsi dans ce volet du texte littéraire spectacularisé des spectacles de poésie sonore comme ceux d’Anne-James Chaton33, la lecture musicale « Grande Couronne » par Salomé Kiner et Charlotte Rocchi34, et la mise en spectacle du Désert mauve de Nicole Brossard35. Ils prennent tous pour ancrage une scène (plus ou moins formalisée, selon le contexte), où est offerte une mise en lecture ou une mise à l’épreuve de textes littéraires. On pourra trouver à leurs côtés des pratiques comme le conte oral, l’improvisation littéraire, le slam et le stand up littéraire.

  • 36 Sara Brosseau, « Ceci n’est pas une pub : nouvelle exposition dans Saguenay », Le Quotidien, 3 sep (...)
  • 37 Page “‘la Caixa’ Collection of Contemporary Art. Selected by Enrique Vila-Matas”, site de la White (...)
  • 38 Page « Le lieu de l’archive », site de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, https://www (...)

17Le texte littéraire exposé, qui délaisse la médiation humaine prédominante dans la catégorie précédente, désigne l’inscription de textes littéraires dans un espace institutionnalisé ou non, avec une visée artistique et littéraire. Si l’exposition littéraire est certainement la forme la plus visible et la plus notoire (oscillant entre portée documentaire et installation artistique), ce volet inclut également des modalités diverses d’inscription dans l’espace public : affichage, land art et œuvre immersive. Il rejoint également, à sa frange, le livre-objet qui expose un texte littéraire, où les visées créatives touchent autant à la littérature qu’aux arts visuels. Ceci n’est pas une pub36 illustre bien l’intervention à caractère littéraire, par l’affichage de poèmes et de bandes dessinées dans les villes de Québec, de Saguenay, de Gatineau, où ces productions littéraires se substituent à des publicités sur des panneaux publics et dans les vitrines de commerces. Le créneau des écrivain·es-commissaires remet en question la frontière des univers littéraires et muséaux (pensons au Cabinet d’amateur. An Oblique Novel d’Enrique Vila-Matas à la Whitechapel Gallery de Londres37), alors que l’exploration créative et non uniquement documentaire des fonds d’archives d’écrivain·es (comme la série « Le lieu de l’archive38 », cartes blanches données à des artistes et écrivain·es par l’IMEC) propose un rapport singulier avec les manuscrits et autres artefacts de la création littéraire.

18Le texte littéraire médiatisé ramène le texte à sa dimension de contenu qui fait l’objet d’une diffusion par un support médiatique (mais non sans être poétiquement déterminé par lui). Outre le livre, donc, des supports numériques, des fichiers audio et vidéo, des objets apparentés au format livre peuvent être des moyens pour faire circuler et rendre publics des textes littéraires. La proximité avec les réseaux professionnels et les modalités institutionnelles du livre y est la plus grande, même si, de l’intérieur, ce sont des univers perçus comme assez étanches – ainsi la littérature hypermédiatique semble bien étrangère à la production romanesque sous forme de livres. Les œuvres intégrées dans le Désordre39 de Philippe De Jonckheere figurent sous ce volet autant que les notules d’Éric Chevillard40 et des projets d’écriture collective comme oùrs.land41. Cette littérature numérique inclut tout aussi bien des récits cartographiques, des expériences de réalité virtuelle à teneur littéraire, que des livres en réalité augmentée comme la bande dessinée Modern Polaxis42 de Sutu. Les œuvres audio et vidéo désignent les livres audio popularisés dans les trois dernières années, les vidéopoèmes (comme ceux diffusés au Film and Video Poetry Symposium43 de Los Angeles ou au Fotogenia Film Poetry Festival de Mexico44) et les balados littéraires ; des variations paralivresques comme les zines et des hybridations comme des jeux vidéo à teneur littéraire ou des tarots45 illustrent aussi les formes possibles de modulation de l’idée conventionnelle du livre comme support médiatique du texte littéraire.

19Cet inventaire est bien sûr une proposition de travail, en ce qu’il est une avancée tâtonnante sur un terrain encore en friche. Le présent article en diffuse une troisième version stabilisée (2023A) ; l’avancée de ce chantier conduira à proposer d’autres versions, toujours plus fines et en phase avec les pratiques existantes46. Afin de faciliter sa compréhension et ses articulations, une synthèse graphique est ici jointe. La version la plus développée est hébergée par une instance numérique de thésaurus (Opentheso47), ouverte et consultable par le Web ou par API (afin de pouvoir l’intégrer à d’éventuels outils numériques). Y figurent les traductions en anglais des termes, ainsi que des définitions génériques pour chaque entrée – façon de contribuer à nommer, attester et cadrer ces appellations.

20C’est notamment par ce type d’intervention, nous en faisons le pari, que le secteur des arts littéraires pourra s’inscrire dans les discours critiques autant qu’institutionnels, et poursuivre son évolution, toute proposition critique étant une cristallisation, aussi temporaire soit-elle, d’une réalité mouvante. La culture littéraire contemporaine, foisonnante, trouve peut-être dans ces extensions multiples une voie de renouvellement – à tout le moins une méthode de réflexion, de remise en cause. Ce questionnement fait peut-être écho aux préoccupations ressenties par le milieu littéraire, alors qu’il est encore et toujours déchiré entre un absolu symbolique (littérarité stylistique, reconnaissance, validation) et une revendication économique par des actrices et acteurs qui cherchent leur place (et leur dû) dans un modèle éditorial industriel et néolibéral. Réduire les arts littéraires à une position refuge en marge du marché du livre, aussi parasité soit-il par des impératifs insensibles au fait culturel, paraît toutefois faire l’impasse sur les transformations médiatiques des dernières décennies, qui agissent sur l’impulsion créative des artistes d’aujourd’hui notamment marquée par une dynamique de décloisonnement, ainsi que sur une reconfiguration profonde des modalités de réception des productions culturelles, modalités conséquentes d’un espace public et d’un rôle social de l’art actualisés. Une telle remise en cause proposée par les arts littéraires pourrait plus avantageusement être perçue comme une façon de sortir la littérature de son rapport complexe, et un peu obsessif, avec l’idée de modernité (et celle, sanctifiée, du livre) qui jusqu’à hier l’avait passablement obnubilée.

Figure 1. « Nommer les arts littéraires », version 2023A, Littérature québécoise mobile/Ex situ, https://ex-situ.info/​projets/​nommer-les-arts-litteraires/​.

Figure 1. « Nommer les arts littéraires », version 2023A, Littérature québécoise mobile/Ex situ, https://ex-situ.info/​projets/​nommer-les-arts-litteraires/​.
Haut de page

Bibliographie

Audet, R. (2019). « Penser les carnets numériques d’écrivain : écritures médiatisées et réinvestissement de l’idée de publication ». Études littéraires, 48(1-2), 177-190. https://doi.org/10.7202/1057998ar.

Audet, R. (2020). « La littérature au diapason de ses incarnations contemporaines (Les arts littéraires) ». Nuit blanche, 159. https://nuitblanche.com/article/2020/08/la-litterature-au-diapason-de-ses-incarnations-contemporaines-2/.

Audet, R., & Lahouste, C. (2022). « Œuvres d’arts littéraires : comment rencontrent-elles leur public ? ». Maison de la littérature de Québec, journée d’étude, 21 octobre. https://ex-situ.info/projets/nommer-les-arts-litteraires/journee-detude-oeuvres-darts-litteraires-comment-rencontrent-elles-leur-public-21-octobre-2022/.

Barthes, R. (1971). « Réflexions sur un manuel ». In S. Doubrovsky, & T. Todorov (dir.), L’enseignement de la littérature (p. 170-177). Paris : Plon.

Bawin, J. (2021). « Rester écrivain. L’exposition d’Enrique Vila-Matas à la Whitechapel Gallery ». Captures, 6(2). http://www.revuecaptures.org/node/5274/.

Bionda, R. (2018). « Théâtre ou littérature ? Sur le fonctionnement artistique et opéral des textes de théâtre ». Atelier de théorie littéraire Fabula. https://www.fabula.org/ressources/atelier/?/ ?Theatre_ou_litterature.

Bisenius-Penin, C., Audet, R., & Gervais, B. (2022). « Les arts littéraires : transmédialité et dispositifs convergents ». Recherches & travaux, 100. https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.4655.

Gefen, A. (2021). L’idée de littérature : De l’art pour l’art aux écritures d’intervention. Paris : José Corti.

Genette, G. (1979). Introduction à l’architexte. Paris : Éditions du Seuil.

Habrand, T. (2016). « L’édition hors édition : vers un modèle dynamique. Pratiques sauvages, parallèles, sécantes et proscrites ». Mémoires du livre / Studies in Book Culture, 8(1). https://doi.org/10.7202/1038028ar.

Heinich, N. (2014). Le paradigme de l’art contemporain : Structures d’une révolution artistique. Paris : Gallimard.

Lahouste, C. (2022). « “To be a jack of all trades and a king of none!” Philippe De Jonckheere, créateur multisupports ». Montréal : Éditions Figura. http://figura.uqam.ca/parution/be-jack-all-trades-and-king-none-philippe-de-jonckheere-createur-multisupports.

Lamy, J. (2020). « Un écosystème hétéroclite et dynamique ». Nuit blanche, 159. https://nuitblanche.com/article/2020/08/les-arts-litteraires-ii-un-ecosysteme-heteroclite-et-dynamique/.

Lang, A. (2021). La conversation transatlantique – Les échanges franco-américains en poésie depuis 1968. Paris : les presses du réel.

Martens, D. (2021). « “Ouvrir une boîte comme on ouvre la bouche.” L’écrivain-commissaire dans les cartes blanches de l’IMEC ». Littérature, 203, 118-136.

Mayer, J. (2018). « Festival et prescription littéraire : L’exemple des Correspondances de Manosque ». In B. Chapelain, & S. Ducas (dir.), Prescription culturelle : Avatars et médiamorphoses (p. 221-236). Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB.

Meizoz, J. (2018). « Extensions du domaine de la littérature ». AOC, 16 mars. https://aoc.media/critique/2018/03/16/extensions-domaine-de-litterature/.

Nachtergael, M. (dir.) (2018). « Écritures expérimentales. Écrire, performer, créer à l’ère numérique ». Itinéraires. LTC, 2017-3. https://doi.org/10.4000/itineraires.3708.

Nachtergael, M. (2020). Poet Against the Machine : Une histoire technopolitique de la littérature. Marseille : Le mot et le reste.

Rosenthal, O., & Ruffel, L. (2010). « La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre ». Littérature, 160. https://www.cairn.info/revue-litterature-2010-4.htm.

Rosenthal, O., & Ruffel, L. (2018). « La littérature exposée 2 ». Littérature, 192. https://www.cairn.info/revue-litterature-2018-4.htm.

Ruffel, L. (2016). Brouhaha : Les mondes du contemporain. Lagrasse : Verdier.

Ruffel, L. (2016). « De la littérature en régime néolibéral ». In F. Cusset, T. Labica, & V. Rauline (dir.), Imaginaires du néolibéralisme (p. 271-287). Paris : La dispute.

Vinet, J., & Gilbert, B. (2022). Étude sectorielle sur les arts littéraires pour Productions Rhizome [Création et rayonnement des arts littéraires]. Sainte-Pétronille : Pôles magnétiques. https://productionsrhizome.org/fr/actualites/8599/creation-et-rayonnement-des-arts-litteraires.

Haut de page

Notes

1 Pensons au cas singulier du poème “Speak White”, de Michèle Lalonde, déclamé lors de la mythique « Nuit de la poésie » qui s’est tenue à Montréal en 1970. De façon plus large, un certain « tournant oral » se fait jour dans la deuxième moitié du xxe siècle, autour des lectures publiques, des performances poétiques observables aux États-Unis, dont la France s’inspirera peu à peu (Lang, 2021).

2 Tanguy Habrand (2016) propose une lumineuse traversée des pratiques immédiatement éditoriales mais hors du champ central de l’édition littéraire.

3 On renverra bien sûr, à ce sujet, à L’idée de littérature (Gefen, 2021).

4 Voir l’étude sectorielle sur les arts littéraires rendue publique en 2022 (Vinet & Gilbert, 2022).

5 Le débat est ici inversé, alors que ces manifestations littéraires mises en spectacle pourraient être de fait avalées par les arts de la scène. L’impérialisme littéraire a plutôt conduit, par le passé, à l’hypothèse d’une absorption du texte dramatique par la littérature, dont l’éventuelle mise en scène n’était possiblement qu’un prolongement circonstanciel du texte – affiliation que les milieux du théâtre ont lourdement contestée (voir à ce sujet la synthèse de Bionda, 2018). Sur le terrain pourtant, ce rapprochement entre les arts littéraires recourant à la scène et le théâtre est quasi inexistant, les créatrices et créateurs se réclamant d’univers différents (et s’adressant aussi à des publics distincts).

6 On pensera par exemple aux milieux d’avant-garde où les propositions se faisaient à portes closes à destination de quelques membres du groupe, sans visée d’atteindre un large public.

7 Site Les correspondances. Manosque / La poste, https://correspondances-manosque.org/.

8 Page « Festival Extra !, Lectures, rencontres, performances, 6-10 sept. 2017 », site du Centre Pompidou, https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/cdAaBnj.

9 « Lieu unique de création, d’expérimentation et de circulation de spectacles littéraires, le FIL offre en effet son soutien, à la fois artistique et financier, à de nombreux écrivains et artistes en leur permettant de travailler avec des professionnels des arts de la scène » (page « À propos du FIL. Mission et engagements », site FIL – Festival international de la littérature, https://www.festival-fil.qc.ca/a-propos-du-fil/).

10 Site de Québec en toutes lettres, https://www.quebecentouteslettres.com/.

11 Site de la Maison de la littérature de Québec, https://www.maisondelalitterature.qc.ca.

12 Site des Productions Rhizome, https://www.productionsrhizome.org.

13 Site du Bureau des affaires poétiques, http://www.affairespoetiques.ca/.

14 Site de La poésie partout, https://lapoesiepartout.com/.

15 Site Transcultures. Centre interdisciplinaire des cultures numériques & sonores, http://transcultures.be/.

16 Page « Les Transatlantiques. Performances poésie et art audio », site Transcultures, http://transcultures.be/projets/transatlantiques/.

17 Ruffel poursuit sa réflexion contextualisante (2016) en proposant d’insérer le développement de ces pratiques dans la conjoncture économique et symbolique contemporaine, laquelle serait noyautée par le néolibéralisme qui fragilise les piliers habituels du monde du livre (auteur/éditeur/public). Les littératures hors du livre seraient de la sorte une modalité de création, mais aussi de réflexion dialectique engageant ces circonstances défavorables à la pratique littéraire.

18 Page du colloque « Penser les arts littéraires. Formes performatives, installations et technologies numériques », site de l’Université de Lorraine, http://crem.univ-lorraine.fr/recherche/evenements/penser-les-arts-litteraires-formes-performatives-installations-et-technologies.

19 Site de l’Observatoire du milieu littéraire franco-luxembourgeois, https://obslit.huma-num.fr/.

20 Programme des Rencontres Paroles vivantes, 2019, https://arts-litt.org/wp-content/uploads/2020/04/Programme_1resRencontres_ParolesVivantes_2019.pdf.

21 Deux comptes rendus ont été publiés à la suite de cette édition : Audet (2020) et Lamy (2020).

22 Site Rencontres arts littéraires, https://arts-litt.org/.

23 Ce sont d’ailleurs ces rencontres de 2020 qui ont conduit à la mise en place du RAPAIL (Réseau des arts de la parole et des arts et initiatives littéraires), regroupant des producteur·rices et des diffuseur·ses spécialisé·es dans le créneau des arts littéraires : https://www.rapail.ca.

24 Page “Programs”, site du Banff Centre for Arts and Creativity, https://www.banffcentre.ca/programs/current-programs/literary-arts.

25 Page “Literary Arts”, site du National Endowment for the Arts, https://www.arts.gov/impact/literary-arts.

26 Site de l’organisme Literary Arts, https://literary-arts.org/.

27 Site du projet de recherche « Littérature québécoise mobile » : https://lqm.uqam.ca et site du Laboratoire Ex situ / pôle Québec du projet LQM : https://ex-situ.info.

28 Veille entamée sur le site du projet « Littérature québécoise mobile » : https://lqm.uqam.ca/fr/billet/initiatives-web-du-milieu-litteraire-durant-les-mesures-durgence-covid-19, puis poursuivie dans le cadre d’une initiative plus large du CRILCQ : https://crilcq.org/la-recherche/projets-de-recherche/interactions-culturelles/recensement-des-initiatives-culturelles-mises-en-oeuvre-au-temps-de-la-covid-19/.

29 Remerciements, pour leur travail et leurs idées dans ce chantier, à Irma Bouchard, Alicia Chabot, Thomas Crête-Varty, Corentin Lahouste, Claudie Létourneau, Aude Meunier-Rochon, Maëlle Morin et Océane Roberge, et à la coordonnatrice du pôle Québec, Marie-Ève Muller.

30 Sur cette formulation, voir Audet (2019).

31 Cette démarche a été alimentée par le dépouillement des verbatims des trois rencontres sur les arts littéraires tenues de 2019 à 2021, le dépouillement de programmes de festivals littéraires au Québec, au Canada, en France et en Belgique, avec quelques incursions du côté des pratiques au Canada anglais et aux États-Unis.

32 Il pourrait être tentant d’établir un parallèle entre cette catégorie de pratiques et la spectacularisation manifeste de l’art contemporain, dont témoigne notamment Nathalie Heinich dans Le paradigme de l’art contemporain (2014). Pourtant, il faut l’entendre ici dans son sens premier d’inscription dans un espace scénique, formel ou improvisé, où un rapport scène/public prédomine et où une performance est produite.

33 Vidéo “Anne James Chaton & Andy Moor Casino Rabelaisien from CD ‘Tout ce que je sais’ (Unsounds 60U)”, https://www.youtube.com/watch?v=eY3uo-aUJn4.

34 Page « Salomé Kiner & Charlotte Rocchi : “Grande Couronne ”. Lecture musicale », site Les Sofalesungen/Lectures Canap, https://sofalesungen.ch/fr/programm/archiv/2021-q4/salome-kiner.

35 Page « Le Désert Mauve de Nicole Brossard, en scène et en images », site de Productions Rhizome, https://productionsrhizome.org/portfolio/15639/le-desert-mauve.

36 Sara Brosseau, « Ceci n’est pas une pub : nouvelle exposition dans Saguenay », Le Quotidien, 3 septembre 2021, https://www.lequotidien.com/2021/09/03/ceci-nest-pas-une-pub-nouvelle-exposition-dans-saguenay-8d110d1cf2bda623de99e8fa52d4b716.

37 Page “‘la Caixa’ Collection of Contemporary Art. Selected by Enrique Vila-Matas”, site de la Whitechapel Gallery, https://www.whitechapelgallery.org/exhibitions/la-caixa-collection/ ; à ce sujet, voir Bawin (2021).

38 Page « Le lieu de l’archive », site de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, https://www.imec-archives.com/matieres-premieres/librairie/lieu-archives ; à ce sujet, voir Martens (2021).

39 Site Désordre.net : http://desordre.net/ ; à ce sujet, voir Lahouste (2022).

40 Site L’autofictif, https://autofictif.blogspot.com/.

41 Site oùrs.land, https://www.ours.land/.

42 Site The Secret Journal of Modern Polaxis, http://www.modernpolaxis.com/.

43 Page “The Film and Video Poetry Symposium”, site Festhome, https://filmmakers.festhome.com/en/festival/the-film-and-video-poetry-symposium.

44 Site Fotogenia Film Festival, https://www.fotogeniafilmfestival.org/.

45 Site Clairvoyantes | Éditions Alto, https://clairvoyantes.com/.

46 Elles seront rendues publiques sur cette page du site du Laboratoire Ex situ : https://ex-situ.info/artslitteraires.

47 Page « Arts littéraires », site Opentheso | Huma-num.fr, https://opentheso.huma-num.fr/opentheso/?idt=th282.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Nommer les arts littéraires », version 2023A, Littérature québécoise mobile/Ex situ, https://ex-situ.info/​projets/​nommer-les-arts-litteraires/​.
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/12515/img-1.png
Fichier image/png, 253k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Audet, « Nommer, et faire advenir, les arts littéraires : attestation des pratiques vivantes de la littérature »Itinéraires [En ligne], 2022-2 | 2023, mis en ligne le 23 mai 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/12515 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itineraires.12515

Haut de page

Auteur

René Audet

Centre de recherche Figura, Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search