Navigation – Plan du site
Cadrages

Des femmes, des sciences et des technologies : une analyse textuelle de Bitch (2000-2016)

Of Women, Science and Technology: A Textual Analysis of Bitch (2000-2016)
Heidi Gautschi

Résumés

Le débat récurrent sur la disparité des genres dans les métiers scientifiques et techniques et le débat plus fondamental sur la définition de la science sont nos points de départ. Ces discussions deviennent de plus en plus importantes dans nos sociétés où les sciences et les technologies prennent une place prépondérante. Néanmoins, si les sciences et les technologies continuent à être définies principalement par les hommes et que les femmes continuent à être mal représentées et peu reconnues dans ces disciplines, nos sociétés risquent de souffrir de manière générale. Il devient donc primordial que les voix et les actions des femmes soient entendues et légitimées sur ces sujets. Dans le but de comprendre comment une publication féministe se retrouve dans ce débat, nous avons entrepris une analyse textuelle d’une sélection d’articles qui ont pour sujets principaux la technologie ou la science publiés dans Bitch: A Feminist Response to Pop Culture entre 2000 et 2016.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le débat récurrent sur la disparité des genres dans les métiers scientifiques et techniques et le débat plus fondamental sur la définition de la science (Harding 1986) sont nos points de départ. Ces discussions deviennent de plus en plus importantes dans nos sociétés où les sciences et les technologies prennent une place prépondérante. Néanmoins, si les sciences et les technologies continuent à être définies principalement par les hommes et que les femmes continuent à être mal représentées et peu reconnues dans ces disciplines, nos sociétés risquent de souffrir. Il devient donc primordial que les voix et les actions des femmes soient entendues et légitimées sur ces sujets.

2Le langage joue un rôle dans la manière dont les individus construisent la réalité (Hall 1993, Laswell 1960) et les représentations médiatiques ont par conséquent une influence sur cette construction (Fiske 1989, Dyer 1993). Ainsi, les représentations stéréotypées des femmes dans les médias ont une influence sur la manière dont les filles et les femmes se projettent dans le monde (Collet 2006, Previs 2016, Mattelart 2003). Dans le but de comprendre comment une publication féministe se situe dans ce débat, nous avons entrepris une analyse textuelle d’une sélection d’articles qui ont pour sujets principaux la technologie et/ou la science apparus dans Bitch entre 2000 et 2016. Notre article est organisé de la manière suivante : après avoir présenté Bitch dans une première partie, nous expliquerons nos motivations et le choix de la méthodologie. Puis, nous ferons une analyse textuelle des articles ayant pour sujet principal la technologie et ensuite ceux ayant comme sujet principal la science.

Bitch : une réponse féministe à la culture populaire

  • 1 Un zine est un magazine produit de manière non professionnelle, souvent sur des sujets non traditio (...)

3Fondé aux États-Unis en 1996 par Lisa Jervis, Andi Zeisler et Benjamin Shaykin, Bitch se revendique comme une réponse féministe à la « pop culture ». Depuis vingt ans, ce magazine décrypte les médias et offre aux femmes de divers horizons une plateforme pour s’exprimer sur des sujets aussi hétéroclites que la politique, le féminisme, la reproduction, la musique, la politique, les sciences et la technologie. Bitch a commencé comme un « zine1 », puis s’est transformé en magazine trimestriel, pour devenir ensuite Bitchmedia, une plateforme internet qui rassemble le magazine, des podcasts et des informations sur de nombreux sujets tels que l’activisme, les médias, l’art et la politique, mises à jour régulièrement.

4Bitchmedia est actuellement basé à Portland, dans l’Oregon, sur la côte ouest des États-Unis. Le zine a commencé à Berkeley, en Californie, une ville connue pour son esprit de contre-culture et l’acceptation des communautés aux marges de la société américaine. Ce n’est qu’en 2001 que les fondatrices ont pu quitter leurs emplois respectifs pour travailler à temps plein pour le magazine, Benjamin Shaykin étant parti travailler ailleurs.

5Il est important de comprendre le raisonnement du titre du magazine, puisque ce mot est à la fois provocateur et un reflet du contexte des années 1990 aux États-Unis. Les années 1990 ont vu la montée des mouvements tels que Guerilla Girls et Riot Grrrls. Ces groupes ont joué sur la provocation pour sensibiliser le public sur certains comportements jugés néfastes pour les femmes. Le mot bitch est maintenant monnaie courante en anglais de même qu’en français, mais ce n’était pas le cas à l’époque où ce zine est apparu. Andi Zeisler a expliqué la logique du choix de ce mot à Helene Biandudi Hofer dans l’émission Need to Know en avril 2014 :

  • 2 « What would it look like if we reclaimed this word? What would it look like if we took away its po (...)

À quoi ça ressemblerait si on reprenait possession de ce mot ? À quoi ça ressemblerait si on enlevait de ce mot le pouvoir de nous rendre petites […] petites parce que nous sommes des femmes ? Il y a beaucoup de mots qu’on peut utiliser pour [décrire une femme qui dit ce qu’elle pense], mais ces mots ne sont jamais utilisés. C’est toujours, toujours bitch2.

6Zeisler reconnaît que le mot le plus choquant dans le titre du magazine est, en fait, feminist car ce mot représente une identité dont beaucoup de femmes (et hommes) ont du mal à se revendiquer (Need to Know, avril 2014).

7Nous pouvons questionner l’efficacité de cette idée de « reclaiming » (reprendre possession) si le mot continue à être utilisé dans le but de dénigrer les femmes. Il y a tout de même des contre-exemples que nous pouvons voir dans la musique populaire (par exemple Nicki Minaj et Missy Elliott) et l’usage dans le langage familier (la reprise du mot par certaines féministes américaines).

8Ce choix de la part des fondatrices est important à souligner car nous retrouvons des traces de cette démarche dans l’analyse qui suit.

Motivations et méthodologie

9Les questions suivantes ont motivé l’analyse textuelle qui suit le choix du magazine. Depuis les années 1970, nous assistons à un débat sur la place des femmes dans la science et depuis les années 1980 ce débat s’est diversifié pour inclure la technologie. Les critiques ne sont pas les mêmes si nous parlons de science ou de technologie, mais le « combat » reste le même – l’inclusion sociale, la parité et la reconnaissance (Wajcman 1991, 2000, 2007, 2009 ; Harding 1986). Un des points soulevés par Harding et Wajcman est justement la manière dont ces termes sont définis. S’il y avait plus de femmes dans les sciences et les technologies, verrions-nous une évolution dans la définition de la science et de la technologie ; ce qui est considéré comme appartenant à la science et à la technologie ? Assisterions-nous aussi à une redéfinition et une revalorisation des métiers scientifiques et techniques ? Dans une publication comme Bitch, ces questions sont-elles soulevées et débattues ? Les femmes qui poursuivent ces métiers ou des activités liés à ces sujets sont-elles représentées de manière plus réaliste ? Finalement, nous avons également cherché à repérer les sujets phares qu’un magazine féministe choisirait de traiter. Y retrouverions-nous les traces des questionnements posés par l’histoire des sciences féministes et les épistémologies féministes ultérieures ? Quels nouveaux débats trouvons-nous dans ces textes ?

10Cette analyse nous a semblé pertinente étant donné la présence grandissante des sciences et surtout des technologies dans la vie quotidienne entre 2000 et 2016. De même, les débats autour de l’inclusion sociale et la présence féminine dans ces domaines se sont diversifiés pendant cette même période. Nous avons donc pensé que ces deux sujets, la science et la technologie, auraient aussi une présence grandissante dans la « pop culture » et que Bitch pourrait offrir un espace aux féministes pour débattre les questions soulevées plus haut. Une analyse d’un corpus de Bitch nous a ainsi semblé un point de départ potentiellement riche.

11Nous n’avons pas pu avoir accès aux archives du magazine dans la mesure où elles ne sont pas en libre accès. Notre analyse se porte donc sur un nombre restreint d’articles que Bitchmedia a rendus accessibles en ligne et sur les titres d’articles qui ont une connotation soit « scientifique », soit « technologique ». Nous reconnaissons que cette distinction est quelque peu artificielle et nous pouvons nous demander si oui ou non la technologie et la science sont séparables dans tous les cas, ou si nous les séparons par habitude ou par facilité.

12Le corpus se compose de quatorze articles. À notre grande surprise, nous avons identifié sept articles qui ont pour sujet principal la technologie et sept la science. Cette division très égalitaire pourrait prêter à confusion, puisque si nous regardons les titres des articles apparus dans Bitch entre 2000 et 2016, nous voyons clairement que la science domine. Sur 68 titres d’articles sur la science ou la technologie, 42 portent sur un thème scientifique et seulement 16 sur la technologie. Le peu d’articles sur la science et la technologie en seize ans pourrait nous mener à la conclusion que ces thématiques et les débats sur ces sujets ne font pas partie des préoccupations principales de Bitchmedia. Il est toutefois difficile de tirer ce genre de conclusion du fait de l’objectif principal de ce magazine – proposer une réponse féministe à la « pop culture ». Autrement dit, Bitch ne lance pas le débat sur le statu quo, mais y participe avec un but spécifique, l’inclusion de toutes les communautés dans la « pop culture ». Le magazine se revendique féministe, mais dans le contenu des articles, comme nous allons le voir, nous retrouvons une orientation intersectionnelle, c’est-à-dire plus inclusive, qui prend en compte la réalité des femmes issues des minorités (femmes de couleur, lesbiennes, trans, etc.)

La science dans Bitch

13La science et la technologie sont des sujets larges et abstraits. Il s’agit principalement ici des sciences de la vie (biologie, géologie, physique, etc.) et des systèmes de connaissances qui concernent les phénomènes associés à ces disciplines. La technologie est l’application pratique de ces systèmes de connaissances. Nous reconnaissons que la division entre science et technologie devient actuellement plus floue.

14Il est utile de regarder de plus près les thématiques récurrentes pour mieux comprendre la manière dont Bitch aborde ces sujets. Sans grande surprise, parmi les sujets scientifiques, nous retrouvons le plus souvent des articles qui concernent les femmes. En l’espèce, cela se résume à la santé des femmes. Le schéma suivant représente les thématiques et sous-thématiques qui émergent de notre analyse.

Fig. 1. Les thématiques scientifiques dans Bitch

Fig. 1. Les thématiques scientifiques dans Bitch

15Bitch répondant à la culture populaire, les médias, en particulier audiovisuels, constituent le point de départ de la majorité des articles. Cet espace médiatique est un champ de bataille et les auteures et les lectrices de Bitch semblent se voir comme étant attaquées par une culture populaire qui ne les représente pas. Le titre du magazine joue un rôle dans cette bataille. Bitch est soit une insulte, soit une revendication que les femmes ont une voix et vont l’utiliser. Bitch devient, dans ce deuxième contexte, un mot fort, un cri de bataille. Selon le point de vue de Bitch, la santé des femmes devient donc un médiateur d’opinion et d’attaque. Il y a une forte tension entre ce que Bitch revendique et ce qui est présenté dans les médias. Autrement dit, le corps appartient non aux médias, mais aux personnes qui visionnent les médias. Nous pouvons donc comprendre la dominance de la santé dans notre analyse sur la présence de la science dans ce magazine. La santé est un reflet ou une conséquence de ce qui se passe dans l’environnement externe. Le corps découle de la santé. Et des articles sur la santé des femmes vont forcément se focaliser sur des parties du corps spécifiquement féminines. Nous pouvons voir, dans cette focalisation, l’influence du slogan « Le privé est politique ».

16Dans ce contexte, le corps et l’image du corps font référence aux débats sur la morphologie, la représentation visuelle des femmes et la chirurgie esthétique, autant de thématiques récurrentes qui circulent dans les médias américains. Dans Bitch, nous observons des discours focalisés sur les images sexuées des femmes dans les publicités et les rôles féminins dans les séries télévisées et le cinéma, mais aussi des articles qui font une liaison entre la représentation des femmes et la santé physique et psychologique des filles et jeunes adultes. À l’ère de Photoshop, les images sont plus facilement retouchées et la relation entre l’image et la réalité devient de plus en plus précaire, du moins c’est l’argument que présentent Bitch et ses consœurs, tels que Bust, Ms., Lilith et le défunt Sassy. Cet argument est étayé dans divers articles : « Vulva Goldmine: Cosmetic Surgery » (no 11, hiver 2000), « Written on the Body: An Interview with Feminist Philosopher Susan Bordo » (no 21, été 2003), « Hamburger Helpers: New American Diet » (no 27, hiver 2005), « Ferocious Yoga: Feminist Theory of Exercise » (no 16, printemps 2002) et « Our Bodies, Our Hells: Why Isn’t Pain a Feminist Issue? » (no 29, été 2005). Dans l’article « Bodies of Work » (Lisa Jervis, 2003), nous voyons apparaître différents types de thèmes : ceux qui sont clairement médicaux (troubles des comportements alimentaires, la chirurgie esthétique extrême) ; ceux qui se focalisent sur les relations de pouvoir (le harcèlement, la conformité, la résistance et l’acceptation) ; ceux qui offrent une raison pour l’état actuel des choses (les corps dans les publicités, la télé-réalité, le rôle du corps médical).

17Aux États-Unis, la reproduction reste un sujet conflictuel dans le monde politique tant au niveau fédéral qu’au niveau des États. Le droit à l’avortement prend beaucoup de place dans ce débat, mais si nous changeons la perspective et regardons ce sujet d’un point de vue plus « scientifique », nous voyons apparaître des sujets disparates qui se chevauchent, tels que la menstruation, le système reproductif, l’allaitement et la santé des seins. La sous-thématique « reproduction » – « le corps » inclut les fonctions et la santé. Il s’agit donc d’une thématique large, qui regroupe des articles avec des approches différentes, tels que « Views on a Womb: Technology Is Changing the Choices Women Have About How and When to Reproduce. But Are Media and Culture Keeping Up ? » (no 40, été 2008), « A Womb of Her Own: Sperm Donor X Comes Clean about Assisted Reproduction » (no 49, hiver 2010) et « At Your Cervix: Talking Back to Merck » (no 41, automne 2008). Les deux derniers titres sont des jeux de mots, qui illustrent le lien entre le contenu du magazine, la culture populaire et le féminisme. « A womb of her own » fait référence à l’œuvre célèbre de Virginia Woolf, A Room of Her Own et « At Your Cervix » est un jeu de mot sur « at your service » qui est une expression courante.

  • 3 Cet article traite à la fois de science et de technologie, ce qui, nous le supposons, va devenir de (...)

18La menstruation est un sujet qui se trouve souvent aux marges des discours sur la reproduction, surtout aux États-Unis où les débats « pro-choice » / « pro-life » prennent beaucoup de place. Il est donc intéressant donc de constater qu’il y a aussi des articles sur ce sujet. « Better Bled than Hormone Fed: A Defense of Menstruation » (no 15, hiver 2001), « Positive Bleeding » (no 16, printemps 2002), « Control Womb: Are iPhone Apps the New Fertility Specialists? » (no 46, printemps 2010) et « Period Pieces: A Century of Menstrual-Product Advertising » (no 68, automne 2015) représentent différentes perspectives sur un même thème. Les deux premiers titres concernent ainsi les contraceptions et l’acceptation du cycle naturel de la femme, le troisième aborde les applications sur Smartphone3 et le dernier est une critique féministe des médias.

19Il est impossible de parler de reproduction dans une revue féministe sans évoquer les débats et les droits des femmes. Il y a donc des articles que nous avons placés dans la catégorie « science », qui sont hautement politisés. Il faut tout de même souligner que dans un magazine comme Bitch, il est difficile de trouver un article dépourvu de contenu politisé. Du côté des droits, nous avons des articles tels que « The Shunning of the Working Breast » (no 18, automne 2002) et « It’s Not Ova Yet: A Reproductive Rights Reading List » (no 32, été 2006). La sous-thématique « Les débats » est plus large. Les articles figurant dans cette sous-thématique abordent autant des débats plus classiques tels que le mouvement pro-choix (« Tee and Sympathy: A New Front in the Pro-Choice Battle », no 27, hiver 2005 ; « Trusting Women: After Tiller Explores the Front-Lines of Late Term Abortion Providers », no 60, automne 2013) que des débats moins courants, tels que le don d’ovocytes (« Egged On: Gender Bias in the Alternative Conception Industry », no 71, été 2016) et la surpopulation (« Litter Bugged: Choosing between Birth and Earth » (no 44, automne 2009).

20Deux articles qui représentent bien ces débats non traditionnels sont des illustrations de la l’objectif que poursuit le magazine. L’article « A Darker Shade of Blue: Depictions of Postpartum Depression Onscreen » (Moulton-Belec, 2015) est intéressant justement dans son usage d’études scientifiques pour chercher à démentir les représentations du baby blues sur le petit écran. L’article possède une double dimension ; il est à la fois une critique, comme l’indique l’extrait suivant :

  • 4 « Media portrayals of PPD actually made her believe she didn’t have the disorder and didn’t need he (...)

Les représentations médiatiques de la dépression post-partum lui ont effectivement fait croire qu’elle n’avait pas de trouble du comportement et n’avait pas besoin d’aide. […] les représentations médiatiques apprennent aux femmes que les mères souffrant de dépression postpartum sont des dangers pour la société, même s’il existe des traitements efficaces pour la maladie […]. La majorité des représentations des troubles post-partum semblent apparaître dans l’horreur et le docudrame, ce qui tend à souligner le tabou des mères qui tuent leurs enfants4.

Mais il constitue également une source d’information, comme le montre cet autre extrait :

  • 5 « What do all of these depictions add up to? First of all a lot of medical misinformation and confl (...)

Quel est le résultat de toutes ces représentations ? Tout d’abord, beaucoup de désinformation médicale et de confusion par rapport à ce qui est vraiment une gamme de maladies. […] Les femmes atteintes de dépression post-partum ne blessent personne, sauf peut-être elles-mêmes, et la plupart des femmes atteintes de psychose post-partum ne blessent personne5.

Et, comme c’est souvent le cas, l’auteur a une histoire personnelle avec le sujet :

  • 6 « A few weeks after a complicated birth, my husband, Eric, walked in on a by-then familiar scene. I (...)

Quelques semaines après une naissance compliquée, mon mari, Eric, est tombé sur une scène familière. Je gémissais et me balançais en avant et arrière sur le bord de notre lit, essayant douloureusement d’allaiter mon fils, Oscar […]. Eric voulait que j’arrête d’allaiter et semblait penser que j’avais choisi d’être si malheureuse. Eric a récemment admis qu’il avait refusé l’idée que je souffrais de dépression post-partum avant mon diagnostic, car il pensait que la maladie entraînait forcément le suicide et le meurtre – c’est l’enseignement qu’il a reçu des médias sur le sujet6.

21L’auteur décrit comment la dépression post-partum est montrée à la télévision à travers plusieurs séries et films. La tentative de noyade des bébés est un thème récurrent, de même que la séparation de la mère et du bébé. Par ailleurs, on voit aussi une résolution soudaine du problème. Les mères qui souffrent de cette pathologie deviennent des bonnes mères par elles-mêmes, sans aide. L’instinct maternel vient à leur rescousse. L’auteur souligne le caractère extrême de ces cas. La plupart des cas de problèmes psychologiques post-partum ne sont pas si extrêmes. L’auteur souligne que la manière dont le baby blues est représenté dans les médias n’encourage pas les femmes à partager leurs expériences.

22« There Will Be Blood: The Precarious Politics of Representing Abortion Onscreen » (Gretchen Sisson, 2015) est un autre exemple de débat non traditionnel. Cet article est en fait plus nuancé qu’on pourrait le croire, puisque l’auteur critique la manière dont l’avortement est représenté en général dans les médias. Soit les médias montrent une expérience violente et dangereuse, soit l’IVG est représentée comme une expérience banale, sans douleur et sans danger, comme dans la série Girls. En s’appuyant sur des études scientifiques, l’auteur démontre que l’avortement est une intervention souvent bien vécue par les patientes, mais pas sans effets physiques, tels que la douleur et les saignements. Sisson conclut l’article en s’interrogeant sur le rôle des médias en général. Sont-ils censés représenter l’avortement de manière plus réaliste, scientifique ? Ou au contraire ne cherchent-ils qu’à véhiculer des représentations irréalistes ? L’auteur estime que toutes ces représentations sont un reflet des débats politiques autour de cette intervention hautement contestée aux États-Unis :

  • 7 « Abortion is safe, but we cannot dismiss it as a bodily experience. How do we represent the corpor (...)

L’avortement est sûr, mais nous ne pouvons pas oublier que c’est aussi une expérience corporelle. Comment représentons-nous l’expérience corporelle de l’avortement […] sans basculer dans les idées violentes, horribles et sanglantes promues par la propagande anti-avortement ? Est-ce que cela devrait être un objectif de la culture populaire ? […] Nous maintenons que les médias influencent l’opinion publique, ils reflètent aussi la croyance populaire7.

23Bitch publie de nombreux articles adoptant une perspective intersectionnelle. Le magazine représente non seulement les femmes, mais aussi des populations sous-représentées dans les médias. Il y a donc une déclinaison de la mission d’origine au nom de l’inclusion sociale, reflétée par les articles sur les sujets scientifiques. Encore une fois, les articles sur un sujet scientifique qui ont une perspective intersectionnelle parlent de santé. Nous constatons que les questionnements dans ces articles ne sont pas forcément aussi développés que ceux dans les articles sans perspective intersectionnelle dominante. Les débats et les questionnements du statu quo au sein de groupes souvent oubliés dans les discours dominants sont problématisés depuis peu. Les articles sur ces communautés peu représentées dans les médias ont pour sujet la dépression chez les femmes noires, la santé des trans, des troubles du comportement alimentaire dans le mouvement de reconnaissance des femmes en surpoids, la mélanine, etc. Ces articles ont la même double fonction que tous les autres, c’est-à-dire une critique et une source d’information. Il serait intéressant d’observer si ces articles comportant une perspective intersectionnelle vont être de plus en plus présents dans le magazine, surtout avec les débats grandissants aux États-Unis à propos du racisme, des droits des trans et désormais du mouvement des « Women’s March ».

24Il est important de noter que, à part un article qui propose une perspective féministe de la science, tous les articles que nous avons identifiés comme ayant un sujet quelque peu en relation avec la science parlent de santé. Est-ce parce que le magazine a choisi de ne pas parler d’autres thématiques scientifiques, est-ce parce qu’il y a peu de représentations de la science dans les médias, ou est-ce parce que les éditrices du magazine ont décidé de se focaliser sur la santé des femmes ?

La technologie dans Bitch

25Étant donné la place prépondérante des technologies numériques dans nos vies quotidiennes et dans les médias, nous aurions pu penser que ce serait un terrain fertile pour Bitch. Cela n’est pas le cas. Il y a peu d’articles qui ont pour sujet principal la technologie. Nous avons compté dix-sept articles sur dix ans. Sans grande surprise, presque tous ces articles ont une orientation numérique. Pourtant, la technologie est bien plus vaste que l’internet et l’informatique. Ceci illustre les limites de ces débats autant dans cette publication que dans celles qui ont une orientation plus grand public, tel que le New York Times et Inc.

26Sur ces dix-sept articles, quatre ont le mot geek dans le titre. En effet, dans le contenu de ces articles, nous voyons un usage des mots stéréotypés qui peut surprendre de prime abord. Par contre, si nous prenons en compte le titre du magazine et la motivation derrière ce choix, la prolifération de terminologie stéréotypée prend du sens. Contrairement à ceux sur la science, ces articles réclament qu’on fasse de la place aux femmes dans ces univers encore très majoritairement masculins. Au lieu de changer les mots, ces articles essaient de faire de la place pour les femmes dans les communautés et les cultures que décrivent ces mots. En effet, cette démarche semble être la dominante dans la majorité des articles sur la technologie. Si l’argument dans la section précédente était de représenter les femmes de manière plus réaliste, les articles sur la technologie demandent une représentation et une reconnaissance tout court. C’est une démarche intéressante qui fonctionne au niveau du langage pour élargir les frontières de ces communautés. Tout comme le titre du magazine qui cherche à reprendre possession d’un mot à connotation négative pour les femmes, s’autoproclamer une « geek », une « nerd », une « gamer » est un moyen de montrer que les femmes sont là.

27Les articles font principalement une critique d’événements rapportés dans les actualités et non de la représentation des femmes dans les séries et les films. La structure des articles est donc différente de ceux qui ont une perspective scientifique. Au lieu d’une structure du type « critique + source d’information », ces articles décrivent l’état actuel d’une communauté ou une culture, et par conséquent démontrent les lacunes et les inégalités d’un tel statu quo. Par exemple, dans « Beyond the Valley of the Geeks: Notes on Gender and Gaming » (Lalley, 2005) le sujet principal est le contenu des jeux :

  • 8 « Women […] are more likely to play on the computer, online, on interactive tv, and on their cell p (...)

Les femmes […] sont plus susceptibles de jouer sur l’ordinateur, en ligne, sur la télévision interactive, et sur leurs téléphones portables que sur les consoles ; elles ont également tendance à choisir des jeux courts et avec des récompenses rapides […]. Il n’est pas surprenant que beaucoup s’ennuient ou soient mal à l’aise avec la violence dans de nombreux jeux populaires.
Théoriquement, il serait facile de rendre les jeux plus attrayants pour les femmes en créant différents types de personnages, de missions et de paramètres et de les tester avec le public jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs buts. […] Il coûte plus cher de créer des jeux qui sont différents8.

28Ce dernier point, le coût pour développer des jeux qui attirent des populations plus diversifiées, souligne une thématique récurrente dans les articles sur la technologie : l’articulation entre la technologie et les forces du marché. Dans les articles de la section précédente, il y avait peu de discussions sur le côté économique de la santé. Une plus forte présence de discussions critiques du rôle du marché dans la forme que prennent les technologies n’est pas inattendue. Après tout, ce sont les grandes sociétés qui commercialisent les technologies du numérique, telles que Apple, Ubisoft, EA et Google.

  • 9 « In GamerGate’s wake, Intel committed 300 million dollars to the cause of combatting online harass (...)
  • 10 « But these companies (Apple, Google, Facebook) have made billions on the hardware, software, and w (...)
  • 11 « And by encouraging frequent platform use, it provides an endless supply of data that companies ca (...)

29Même dans « Game Changer: Why Gaming Culture Allows Abuse … And How We Can Stop It » (Katherine Cross, 2016), qui a pour thème principal le cyber-harcèlement, l’argent a sa place : « À la suite de GamerGate, Intel a investi 300 millions de dollars dans la lutte contre le harcèlement en ligne et pour la diversification de ses employés9 ». La présence du marché et le poids des entreprises dans la technologie que nous utilisons sont des sujets importants dans l’article « Debugging Bias: Busting the Myth of Neutral Technology » (Felicia Montalvo, 2016). Cet article décrit les forces du marché pour identifier les faiblesses de l’argument que la technologie est neutre : « Mais ces sociétés (Apple, Google, Facebook) ont gagné des milliards sur le matériel, les logiciels et les plateformes web qui régissent tous les aspects de la vie numérique de ce public10. » Plus loin, dans une discussion sur le « habit formation model » que les sociétés high-techs utilisent pour rendre accros les usagers, l’auteur écrit : « Et en encourageant l’utilisation fréquente de la plateforme, elle fournit une quantité infinie de données que les entreprises peuvent utiliser pour que vous restiez sur la plate-forme11. » L’article « Gaming the System: Are Women Led Games D.O.A.? » (Katherine Cross, 2013) est aussi une critique du marché des jeux, mais aussi des lois du marché, celles-ci allant jusqu’à dicter le contenu du produit. Autrement dit, selon l’auteur, les sociétés de jeux ne diversifient pas leurs gammes de produits parce qu’elles proclament qu’il n’y a pas de demande de la part des femmes. Par conséquent, les femmes continuent de rester sur les marges de ce loisir.

30Une autre thématique que nous retrouvons ici est l’intersectionnalité. Il y a des articles sur les « gamers », les « geeks » noires (« black nerds »), les codeuses et les fashionistas-ingénieurs, ainsi que des déclinaisons de ces mêmes communautés au sein des articles. Ainsi, par exemple, dans l’article « Geeking Out » (Page, Willoughby, Broadnax et Junior, 2015), quatre femmes s’identifient toutes comme « nerd ». Certaines sont ainsi « gamers », membres d’équipes professionnelles, d’autres sont créatrices de jeux indépendants. Cette division très fine des communautés est peut-être plus présente dans les articles sur la technologie, puisque le sujet n’est pas la technologie même, mais l’usage des technologies.

31Le but de ces articles semble double. D’une part, ils semblent revendiquer une prise de conscience générale sur les problèmes liés aux technologies numériques et d’autre part ils visent à rendre les communautés plus ouvertes et plus sécurisantes pour les femmes.

Conclusion

32Bitch répond avant tout à la « pop culture » américaine dans le contexte américain. Ainsi, les sujets traités dans les articles sur des sujets scientifiques et techniques reflètent le paysage « pop culture » du moment. Le magazine propose de nouvelles visions et de nouvelles structures sociales en critiquant l’état actuel des choses. Le magazine ne lance pas des débats, mais y participe. Bitch est fidèle à sa mission. Le magazine offre une réponse féministe à la « pop culture ».

33Cela dit, il y a tout même beaucoup de sujets qui n’ont pas été traités dans ce magazine, mais qui pourraient l’être car ils sont d’actualité. Le changement climatique, les villes intelligentes, les voitures autoguidées, l’intelligence artificielle ; la liste est longue. Tous ces développements scientifiques et techniques ont (ou vont avoir) un impact sur la société et donc sur les femmes.

34Il n’y a pas de doute que les sujets traités dans Bitch sont d’actualité et sont pertinents pour les femmes. Si, comme nous espérons l’avoir démontré, Bitch est avant tout une plateforme de discussion sur la culture populaire, nous avons également constaté le manque de représentations de ces sujets dans la culture populaire. Le travail de Bitch est de proposer un contrepoint féministe à un paysage médiatique masculin. Que les sciences et les technologies et la représentation des femmes ne prennent pas plus de place dans ce paysage montre que les féministes ont encore beaucoup de travail à faire dans ces domaines. C’est aussi le reflet que les femmes ne sont pas encore suffisamment associées à ces domaines dans la vie active pour nécessiter une présence dans la culture populaire. Cette conclusion n’est pas nouvelle, mais elle nécessite tout de même d’être dite et répétée.

Haut de page

Bibliographie

Collet, Isabelle, 2006, L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalités, Paris, L’Harmattan.

Dyer, Richard, 1993, The Matter of Images: Essays on Representations, Londres, New York, Routledge.

Fiske, John, 1989, Reading the Popular, Sydney, Unwin Hyman.

Hall, Stuart, 1993, « Encoding/Decoding », dans S. During (dir.), The Cultural Studies Reader, Londres, Routledge, p. 90-103.

Harding, Sandra, 1986, The Science Question in Feminism, Ithaca, NY, Cornell University Press.

Laswell, Harold, 1960, « The Structure and Function of Communication in Society », dans L. Bryson (dir.), The Communication of Ideas, New York, Institute for Religious and Social Studies.

Mattelart, Michèle, 2003, « Femmes et médias : retour sur une problématique », Réseaux, no 120, p. 23-51.

Previs, Kathy, 2016, « Gender and Race Representations of Scientists in Highlights for Children: A Content Analysis », Science Communication, vol. 38, no 3, p. 303-327.

Wajcman, Judy, 1991, Feminism Confronts Technology, Cambridge, Polity Press.

Wajcman, Judy, 2000, « Reflections on Gender and Technology Studies: In What State Is the Art ? », Social Studies of Science, vol. 30, no 3, p. 447-464.
DOI : 10.1177/030631200030003005.

Wajcman, Judy, 2007, « From Women and Technology to Gendered Technoscience », Information, Communication & Society, vol. 10, no 3, p. 287-298.
DOI : 10.1080/13691180701409770.

Wajcman, Judy, 2009, « Feminist Theories of Technology », Cambridge Journal of Economics, vol. 34, no 1, p. 143-152.
DOI : 10.1093/cje/ben057.

Corpus

Cross, Katherine, 2013, « Gaming the System: Are Women Led Games D.O.A.? », Bitch Micro/Macro, no 59, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/gaming-the-system-female-video-game-characters.

Cross, Katherine, 2013, « Game Changer: Why Gaming Culture Allows Abuse … And How We Can Stop It », Bitch, Habit{at}, no 57, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/game-changer-0.

Glen, Lily-Rygh, 2008, « Big Trouble: Are eating disorders the Lavender Menace of the fat acceptance movement? », Bitch, Lost & Found, no 38, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/big-trouble.

Jarvis, Lisa, 2003, « Bodies of Work: Lisa Jervis talks to philosopher Susan Bordo », Bitch, Maturity & Immaturity, no 21, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/bodies-of-work.

Junior, Nyasha, 2015, « Don’t We Hurt Like You?: Examining the lack of portayals of African American women and mental health », Bitch, Blue, no 67, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/dont-we-hurt-like-you-black-women-mental-health-depression-representations.

Kessler, Bree, 2010, « Control Womb: Are iPhone apps the new fertility specialists? », Bitch, Old, no 46, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/control-womb.

Lalley, Jacqueline, 2005, « Beyond the Valley of the Geeks: Notes on Gender and Gaming », Bitch, Fun & Games, no 30, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/gender-gaming.

Montalvo, Felicia L., 2016, « Debugging Bias: Busting the Myth of Neutral Technology », Bitch, Money, no 71, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/debugging-bias-busting-myth-neutral-technology.

Moulton-Belec, Hannah, 2015, « A Darker Shade of Blue: Depictions of Postpartum Depression Onscreen », Bitch, Blue, no 67, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/a-darker-shade-of-blue-postpartum-depression-representations.

Page, Stephani, Willoughby, Vanessa, Broadnax, Jamie, Junior, Nyasha, 2016, « Geeking Out », Bitch, Nerds, no 69, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/geeking-out-black-female-nerds-stem-pop-culture-race-identity.

n.a., 2013, « Navy Steal: The military’s new interest in STEM education », Bitch, Habit{at}, no 57, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/navy-steals.

O’Grady, Cathleen, 2015, « Born This Way?: Why an evidence-based stance on sex and gender is good for science and for feminism », Bitch, (Re)vision, no 65, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/science-gender-feminism-biology-essentialism-research.

Savoie, Keely, 2012, « Annals of Junk Science: G-Spotting », Bitch, Elemental, no 56, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/annals-of-junk-science-g-spotting.

Sisson. Gretchen, 2015, « There Will Be Blood: The Precarious Politics of Representing Abortion Onscreen », Bitch, Blood & Guts, no 68, [En ligne], https://www.bitchmedia.org/article/there-will-be-blood.

Haut de page

Notes

1 Un zine est un magazine produit de manière non professionnelle, souvent sur des sujets non traditionnels. Les zines étaient assez populaires dans les années 1980 et 1990 aux États-Unis. On retrouve dans ce style de magazine l’esprit d’une radio pirate.

2 « What would it look like if we reclaimed this word? What would it look like if we took away its power to make us feel small […] small for being women? There are lots of words you can use to [describe a woman who speaks her mind], but those words are never used. It is always, always bitch. »

3 Cet article traite à la fois de science et de technologie, ce qui, nous le supposons, va devenir de plus en plus courant.

4 « Media portrayals of PPD actually made her believe she didn’t have the disorder and didn’t need help. […] media depictions teach women that mothers with PPD are dangers to society, even if the illness is treatable […]. The majority of representations of postpartum issues seem to be in horror and docudrama, which tend to emphasize the taboo of mothers killings their children. »

5 « What do all of these depictions add up to? First of all a lot of medical misinformation and conflation of what is really a range of illnesses. […] women with PPD don’t hurt anyone, except maybe themselves, and most women with postpartum psychosis don’t hurt anyone either. »

6 « A few weeks after a complicated birth, my husband, Eric, walked in on a by-then familiar scene. I was wailing and rocking back and forth on the edge of our bed, painfully trying to breastfeed my son, Oscar […] Eric wanted me to stop nursing and seemed to think that I was only as miserable as I had decided to be. Eric recently admitted that he’d resisted the idea that I had PPD leading up to my diagnosis, because he equated the illness with suicide and murder–that was the education that media had given him on the topic. »

7 « Abortion is safe, but we cannot dismiss it as a bodily experience. How do we represent the corporeal experience of abortion […] without ceding ground to the violent, gruesome and gory ideas promoted by anti-abortion propaganda? Is this—should this—even be a goal of popular culture? […] As much as we hold media up as an influencer of public opinion, it is also a reflection of popular belief. »

8 « Women […] are more likely to play on the computer, online, on interactive tv, and on their cell phones than on consoles; they also tend to choose games with short play and quick rewards […]. Not surprisingly, many are bored by or uncomfortable with the violent premises of many popular games. »

Theoretically, it would be easy to make gaming more attractive to female players by creating different kinds of characters, missions, and settings and testing them with audiences until they hit their mark […]“it costs more to make games that are different.” »

9 « In GamerGate’s wake, Intel committed 300 million dollars to the cause of combatting online harassment and diversifying its own workforce. »

10 « But these companies (Apple, Google, Facebook) have made billions on the hardware, software, and web platforms that regulate every aspect of the digital lives of that public. »

11 « And by encouraging frequent platform use, it provides an endless supply of data that companies can use to get better at keeping you there. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les thématiques scientifiques dans Bitch
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/3795/img-1.png
Fichier image/png, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Heidi Gautschi, « Des femmes, des sciences et des technologies : une analyse textuelle de Bitch (2000-2016) », Itinéraires [En ligne], 2017-2 | 2018, mis en ligne le 10 mars 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/3795 ; DOI : 10.4000/itineraires.3795

Haut de page

Auteur

Heidi Gautschi

École polytechnique fédérale de Lausanne – CDM, CSI

 

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • OpenEdition Journals