Navigation – Plan du site
Dialogue transatlantique

Mulheres em discurso : parcours dans une publication récente

Women in Discourse: A Journey in a Recent Publication
Raquel de Barros Pinto Miguel
Référence(s) :

Mônica Zoppi Fontana et Ana Josefina Ferrari (dir.), Mulheres em discurso : gênero, linguagem e ideologia – Volume 1 ; Mulheres em discurso : identificações de gênero e práticas de resistência – Volume 2, Campinas, Pontes Editores, 2017.

Texte intégral

  • 1 « Les femmes en discours ».

1Les femmes et le discours. Les femmes dans le discours. Les femmes en discours. Le discours sur les femmes. Le discours des femmes. Les discours pour les femmes. Les femmes discourent… Toutes ces combinaisons apparaissent dans les différents articles qui composent les deux volumes de l’ouvrage Mulheres em discurso1, dirigé par Mônica Zoppi Fontana et Ana Josefina Ferrari. Cet ouvrage est le résultat des études et des discussions réalisées au sein du groupe de recherche « Mulheres em discurso, lugares de enunciação e processos de subjetivação (MulherDis) » rattaché à l’Instituto de estudos da linguagem de l’UNICAMP (Universidade Estadual de Campinas, Brésil). Mônica Zoppi Fontana est professeure au département de linguistique de l’UNICAMP et également coordinatrice de ce groupe de recherche. Ana Josefina Ferrari est quant à elle docteure en linguistique (UNICAMP) et fait partie du même groupe de recherche. Elles sont toutes les deux reconnues dans le domaine de l’analyse du discours.

2Partant du principe que les identifications de genre et de sexualité sont issues du processus d’interpellation de l’individu en tant que sujet du discours, les directrices déclarent que les deux volumes de cet ouvrage ont, dans leur ensemble, l’intention de contribuer au développement d’un abordage discursif pour l’analyse des processus en rapport avec l’identité de genre.

3Le premier volume, « Les femmes en discours : genre, langage et idéologie », réunit onze articles signés par des étudiant·e·s en licence, en master et en doctorat, ainsi que par des professeur·e·s qui développent des recherches dans le domaine des lettres et de la linguistique au sud-est du Brésil. Parmi les auteur·e·s, on trouve une chercheuse française de l’université Paris 13 et un seul homme. Le premier volume est divisé en deux parties, la première, intitulée « Femmes, violences et sens » commençant avec le texte de Lauro Baldini qui expose le besoin d’une ouverture de la psychanalyse aux dialogues concernant les études de genre. Selon l’auteur, le concept de genre pourrait aider dans la constitution du désir comme un processus politique. Toujours sur ce thème, la façon dont la maternité est perçue par les femmes qui subissent de la violence est le sujet de l’article d’Ana Paula Peron. Elle travaille sur des témoignages des victimes de violence conjugale qui cherchent de l’aide au sein d’une institution de la ville de São Paulo. Face à ce contexte de violence, apparaissent le silence et le processus de négation qui sont traités dans deux textes : Aline Bocchi analyse des témoignages de violence pendant l’accouchement sur des sites web et des blogs féministes ; et Sílvia Nunes observe la violence sexuelle infligée aux femmes pendant la période de la dictature militaire au Brésil, en apportant des réflexions intéressantes autour de la mémoire, des témoignages et de l’oubli. Gabriela Hóllas présente ensuite un texte sur la répercussion, dans les médias, des épisodes de violence contre les femmes pendant le réveillon de nouvelle année en 2016 à Cologne en Allemagne. Son article s’intéresse aux questions de genre, d’immigration, de racisme et de xénophobie.

4La seconde partie du premier volume, sous le titre de « Femmes, sexualités, transgression », débute par le texte de Marie-Anne Paveau qui, à travers l’analyse de figures de femmes masculines, propose une discussion sur la déconstruction des stéréotypes de genre : pour l’auteure, la violence est un moyen par lequel ces femmes se dégenrent, ce qui constitue une sorte de transfert de stéréotype. L’auteure considère en effetqu’au lieu de déconstruire les stéréotypes en essayant de les éliminer, il serait plus intéressant de réfléchir à leur substitution par des stéréotypes dégenrés ou transgenres. Autre forme de dégenrage, le processus de constitution de la subjectivité trans, analysé à travers l’examen des discours produits sur les réseaux sociaux numériques, constitue la thématique abordée ensuite dans le texte de Beatriz Bagagli, qui montre combien les corps sont signifiés à travers le discours. Tyara Chaves de son côté met en évidence les changements de sens du terme vadiagem (vagabondage). Ses réflexions sont réalisées à partir d’une affiche de la Marcha das Vadias (La Marche des Putes), événement qui a eu lieu en 2014 à Rio de Janeiro dans le but de proposer des nouvelles formes discursives pour le mot pute. Toujours sur le thème du glissement de sens, Ilka Mota présente une étude d’un magazine érotique brésilien qui joue sur les formulations des éléments de la nature et du corps des femmes. Le discours observé dans ce magazine est imprégné d’une mémoire nationale associée à la colonisation et à l’exploration du pays présenté analogiquement comme un corps féminin. Enfin, la prostitution est la thématique centrale des deux derniers articles de ce premier volume : alors que Karine Ribeiro aborde les divers types de discours autour de la prostitution à partir des énoncés du livre O cortiço, d’Aluízio de Azevedo (1890), Maria Fernanda Moreira analyse les nouveaux sens attribués à la prostitution depuis la fin du xxe siècle, à partir des témoignages des prostituées elles-mêmes. Pour cela, l’auteure se sert d’un documentaire produit en 2014 par l’Associação de Mulheres Guerreiras de Campinas / São Paulo (Brésil), comme objet d’analyse.

5« Les femmes en discours : identifications de genre et pratiques de résistance » est le titre du second volume de l’ouvrage. Les douze articles qui le composent ont été écrits par des docteur·e·s, enseignant·e·s, chercheur·euse·s, écrivain·e·s et journalistes, tou·te·s lié·e·s d’une façon ou d’une autre au domaine des lettres et de la linguistique. Parmi les auteur·e·s, onze femmes et un homme, et tout comme pour le premier volume, celui-ci est partagé en deux parties, qui abordent différents genres de discours et mobilisent différents dispositifs théoriques et méthodologiques. Dans la première, « Les femmes, les médias, le marché et le travail », Raquel Noronha réfléchit d’abord sur les discours d’entreprise visant à promouvoir la participation des femmes dans l’économie. L’auteure montre que, d’après le matériel analysé, les discours sont basés sur le développement économique qui cherche le bénéfice, la logique propre au système capitaliste. La publicité est ensuite l’objectif de la discussion menée par Mônica Santos. Dans son article, elle remarque le glissement effectué entre les positions de femme-consommatrice et de femme-produit, à partir de l’analyse du discours publicitaire dédié aux femmes, en s’appuyant sur la thèse de l’image comme discours. De la publicité, on passe à la série télévisée : Valquíria Lima propose dans l’article suivant d’observer le rapport entre les femmes et la ville, dans une relation dialectique, l’une participant de la constitution de l’autre. Pour ce faire, elle a analysé trois télénovelas brésiliennes diffusées entre 2016 et 2011. Dans un autre genre de discours, le guide touristique, Gloria França se penche sur les formulations de l’identité brésilienne. Elle choisit le Guide du Routard de 2013, guide touristique français adressé aux touristes intéressés par la Coupe du Monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016, des événements qui se sont déroulés au Brésil pour y examiner la manière dont l’identité est chargée de stéréotypes de genre et de race, à partir de la notion d’intersectionnalité.. Tout comme dans l’article de Tyara Chaves, cité plus haut, l’auteure identifie la mémoire de la colonisation dans les discours propagés par le guide en question. Dans un autre domaine, la professionnalisation des infirmières au Brésil durant la Première République (1889-1930), Sóstenes Silva observe les marques discursives de genre liées au domaine de l’infirmerie dans un manuel pour les infirmiers publiés au Brésil en 1920, et met au jour également des traits stéréotypiques ayant trat au travail du soin. À la fin de la première partie de ce volume, Mônica Zoppi Fontana présente un texte autour des discours médiatiques concernant l’Emenda Constitutionnel 72 (Brésil, 2013), nommée « PEC des employées de maison ». Parmi les discours analysés, Zoppi Fontana observe une perspective patronale autour du mythe de la cordialité en exaltant une trajectoire de dépassement. L’auteure signale également que même si l’espace destiné à la voix des employées de maison est exigu, il existe et il est puissant.

6« Femmes au combat » est le titre de la seconde partie du second volume. Jéssica Balbino l’ouvre avec son texte sur la production littéraire des femmes dans les quartiers pauvres au Brésil. Pour y parvenir, elle étudie les récitals, les slams et la littérature marginale périphérique. Balbino signale en particulier que la poésie prête aux femmes une forme de combat, un espace de dénonciation de la violence, un espace de militantisme. Choisissant de travailler sur le militantisme des féministes noires, Mariana Cestari propose de réfléchir, dans son article, sur les dialogues possibles entre l’analyse de discours et un abordage réflexif, prenant en compte les analyses concernant les dimensions de genre, de classe et de race. L’auteure, à partir de ses réflexions sur le féminisme noir aux États-Unis, soutient le féminisme et l’antiracisme dans l’analyse du discours. Les quatre articles qui suivent s’intéressent aux femmes souvent réduites au silence et invisibles. Valéria Costa choisit les travailleuses rurales, mais plus particulièrement les cueilleuses de mangaba de l’état de Sergipe (Brésil) et remarque que ces femmes sont souvent réduites au silence dans les supports de recherche et de communication qui traitent du sujet. Ana Ferrari présente les discours des femmes quilombolas de la communauté de Batuva, dans l’État de Paraná (Brésil), en soulignant la relation entre le silence et la mémoire dans les processus d’identification de ces femmes. À travers l’analyse des photos de femmes indigènes de différents peuples / ethnies, la chercheuse Agueda Borges examine la relation que ces femmes établissent avec la peinture corporelle et le miroir, soulignant combien cet acte, même s’il apparaît de manière différente selon le peuple auquel il appartient, représente un espace de subjectivation qui parle de permanence, de changement, de résistance et d’appartenance. Enfin, Daniela de Paula évoque le processus d’écriture de son livre autobiographique Eu, Dommenique, dans lequel elle raconte son expérience comme Dominatrix. L’auteure avoue se sentir « doublement dans le silence », car en plus d’appartenir à une sorte de « monde souterrain », où elle n’a pas la parole, elle ne peut pas enregistrer sa voix, car, pour les autres, elle est une femme, perverse et malade. En attendant, l’émergence de cette voix féminine s’avère, selon elle, un acte de résistance.

7Parmi les articles réunis dans les deux volumes de Mulheres em discurso, la vision de l’école française de l’analyse de discours, fondée par Michel Pêcheux, s’avère prédominante. Dans ce même sens, d’autres auteur·e·s, brésilien·ne·s et étrangèr·e·s, sont cité·e·s dans les articles, comme Eni Orlandi et Jean-Jacques Courtine. Comme il s’agit d’un ouvrage qui se veut une interface entre l’analyse de discours et les études de genre, des théoriciennes de ce domaine sont souvent citées. Parmi elles, on peut citer Judith Butler, Rachel Soihet, Mary Del Priori, Margareth Rago, Adriana Piscitelli, Heleieth Saffioti, Chimamanda Adichie, bell hooks et Elsa Dorlin. Il convient de noter que la notion d’intersectionnalité est mobilisée dans un grand nombre de ces articles.

8Le contexte concernant la société brésilienne, dans lequel ces travaux ont été réalisés, se montre assez contradictoire. En même temps qu’il a été possible de suivre le développement des politiques sociales autour de la reconnaissance des droits des femmes, la mobilisation des mouvements sociaux dans le pays – notamment en raison de la visibilité des réseaux sociaux – ainsi que la présence d’une première femme présidente, on assiste au retour d’une vague conservatrice et de la pratique du coup d’État.

  • 2 Eni Orlandi et Eduardo Guimarães (dir.), Un dialogue atlantique : production des sciences du langag (...)

9En ce qui concerne spécifiquement les femmes et les questions de genre, les menaces de ce nouveau conservatisme sont dévastatrices. Face à un tel contexte, la lecture des deux volumes du livre Mulheres em discurso a l’effet d’un baume revigorant. Ce sont principalement des femmes qui parlent des femmes et pour les femmes. La diversité des thèmes nous rappelle les différentes femmes, les différents féminismes, les diverses possibilités de subjectivation à travers le discours. Plus qu’un acte académique, ce travail s’avère un acte politique et militant, soulignant que les difficultés, les invisibilités et les permanences sont nombreuses, mais que les espaces de résistance et de pouvoir coexistent et sont toujours vivants. On aimerait aussi qu’il constitue un point de renconte entre les chercheur·e·s brésilien·ne·s et français·e·s, réalisant ce « dialogue (trans)atlantique » qu’Eni Orlandi et Eduardo Guimarães appelait de leurs vœux en 20142.

Haut de page

Notes

1 « Les femmes en discours ».

2 Eni Orlandi et Eduardo Guimarães (dir.), Un dialogue atlantique : production des sciences du langage au Brésil, Lyon, ENS Éditions, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raquel de Barros Pinto Miguel, « Mulheres em discurso : parcours dans une publication récente », Itinéraires [En ligne], 2017-2 | 2018, mis en ligne le 10 mars 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/3850

Haut de page

Auteur

Raquel de Barros Pinto Miguel

Professeure à l’Universidade Federal de Santa Catarina/Brésil

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • OpenEdition Journals