Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2020-2Anthropomorphismes et zoo-anthrop...De l’animalisation à la neutralis...

Anthropomorphismes et zoo-anthroponymies

De l’animalisation à la neutralisation : fonctionnement des verbes de bruit associés aux animaux

From Animalization to Neutralization: Functioning of Sound Verbs Associated with Animals
Irina Kor Chahine

Résumés

L’article met au centre des investigations les verbes associés aux cris d’animaux et tente de démontrer, en s’appuyant sur des exemples empruntés à des langues diverses que, même si au départ il y a une part d’animalisation du lexique lorsque le domaine cible de la métaphore est l’homme, le côté animal tend à s’estomper et à se neutraliser – au point de perdre son expressivité –, lorsque le domaine cible n’est pas l’homme (partie du corps, objet, élément naturel). Ces deux voies correspondent à deux différents types de métaphorisation (métaphores de ressemblance et de corrélation). L’article met en évidence les trois composants-sources qui sont à la base de métaphorisations vers le domaine des hommes : la capacité à produire des sons, à se mouvoir et à éprouver des émotions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De nombreuses contributions du présent volume démontrent que la représentation de l’animal dans les textes est largement empreinte d’anthropomorphisme. Les animaux sont nos semblables, et les caractéristiques des hommes se transposent facilement sur les animaux. L’exemple des fables, d’Ésope à La Fontaine en passant par tout un bestiaire littéraire dans les cultures les plus variées, montre que les hommes attribuent facilement leurs propres traits aux animaux.

  • 1 Sur les échanges inter-espèces entre l’animal et l’homme voir Mondémé (2020) dans le présent volume (...)

2Peu d’études, en revanche, se penchent sur le mouvement inverse : celui de l’animalisation de l’homme. Il est vrai que s’il arrive qu’un animal, surtout un animal domestique, puisse imiter le comportement de l’homme1 dans une sorte de mimétisme – ne dit-on pas souvent qu’un chien ressemble à son maître ? –, l’homme a a priori moins d’occasions d’adopter un comportement animal. Sauf peut-être dans quelques cas bien spécifiques. Il existe, en effet, quelques témoignages de personnes qui sont amenées à côtoyer les animaux de très près. Ainsi, la cinéaste Beverly Joubert déclare : « Quand je photographie un lion, je deviens lion » (Lestel 2004 : 23). Un ressenti similaire est aussi observé chez les chasseurs :

Au cours de la chasse, le chasseur s’animalise. Il acquiert les rythmes de la « proie ». Il ne devient pas l’animal lui-même, mais il est mû par les mêmes rythmes, et il vit progressivement dans des espaces temporels et affectifs voisins de ceux de sa proie. (Lestel 2004 : 23-24)

Ces exemples d’animalisation du chasseur, lors de la chasse, et des professionnels qui travaillent avec des animaux mammifères, surtout avec des primates, semblent être les rares cas où l’homme adopte un comportement animal de façon volontaire, et ce uniquement afin d’entrer en communication avec l’animal.

  • 2 Certaines expressions anglaises, ainsi que quelques verbes de bruit associés aux animaux qui illust (...)

3En dehors de ces situations particulières, dans nos cultures occidentales, il est toujours étrange qu’un homme se comporte en animal. C’est pourtant très fréquent si l’on se penche sur la question du point de vue linguistique. Dans de nombreuses langues, les métaphores décrivant le comportement humain ayant pour source le domaine animal sont si répandues que George Lakoff et Mark Johnson les résument en une formule, « People are animals », lorsqu’ils les traitent dans leur répertoire des métaphores conceptuelles à caractère universel (Lakoff et Johnson 1980)2.

4Outre les étiquettes lexicales stéréotypées du type tu es un vrai cochon, she is a cougar, il existe dans la plupart des langues tout un répertoire d’expressions métaphoriques qui mettent en relation les hommes et les animaux. Ce sont les qualités que l’on attribue habituellement à une espèce animale qui servent ici de source de comparaison pour les hommes : fr. doux comme un agneau / ang. as gentle (meek, mild) as a lamb, fr. malin comme un singe. Dans ces expressions métaphoriques (Lafleur 1991) ou simplement courantes, il n’est toutefois pas toujours question des caractéristiques animales. Beaucoup d’idiomes emploient les noms d’animaux sans qu’il y ait un rapport quelconque avec l’animal lui-même : cf. en français chien de fusil, elle a du chien, temps de chien, chien de faïence, malade comme un chien, mais aussi copains comme cochons, poule mouillée, etc. De nombreuses études sur la métaphore explorent justement ces associations entre l’animal et l’homme, en décortiquant certains stéréotypes (par ex. la représentation de la femme comme un petit animal dans Whaley et Antonelli 1983 et Hines 1999).

  • 3 À propos du fonctionnement de cette métaphore en termes d’espaces mentaux de Fauconnier et Turner v (...)

5En plus des expressions métaphoriques attestées, on trouve aussi, dans le vocabulaire des langues, deux classes lexicales qui sont plus particulièrement associées aux animaux. D’une part, il s’agit de verbes spécifiques dénotant un comportement animal (par exemple guetter, picorer, pondre, ruminer). On dit ainsi que l’homme guette l’ennemi à la manière d’un prédateur, picore des petits fours à la manière des oiseaux3, pond une idée par association avec les poules ou rumine de mauvaises pensées par association avec les bovidés. D’autre part, il y a les lexèmes qui transmettent les sons et bruits émis par les animaux : les onomatopées (bzz, rrr, cocorico) et les verbes de bruit associés aux animaux (aboyer, miauler, pépier, rugir). Si les verbes de comportement et les onomatopées sont culturellement spécifiques et présentent peu d’intérêt linguistiquement parlant, hormis un intérêt lexicographique, en revanche, la classe lexicale des verbes de bruit associés aux animaux est intéressante aussi bien du point de vue de leur comportement sémantique que syntaxique. Les récentes études (Rakhilina et al. 2017) ont démontré que d’un point de vue sémantique, ces verbes s’organisent en un domaine lexical à part, avec une structure bien particulière et des transferts métaphoriques attestés dans de nombreuses langues. D’un point de vue syntaxique, ces verbes, en se métaphorisant, acquièrent une labilité qui leur permet de s’employer aussi bien dans des contextes intransitifs que transitifs.

6Dans le présent article, nous verrons quels sont les noms – en dehors de la classe des animaux – qui sont susceptibles d’apparaître dans des constructions avec les verbes de bruit associés aux animaux, comment ces noms, formant le domaine cible dans les transferts métaphoriques, se regroupent sémantiquement, et dans quelles conditions ces emplois paraissent expressifs. Nous considérons que c’est précisément ce caractère expressif qui produit un effet d’animalisation du sujet-émetteur. En l’absence de cette dimension expressive, la métaphore perd sa fonction première de figure de style, se neutralise et entre dans le langage courant.

  • 4 Voir le site Verba sonandi où sont répertoriés les verbes de bruit associés aux animaux dans divers (...)

7L’étude porte sur plus de 35 langues appartenant à des familles linguistiques différentes4. Prenant appui à son origine sur le répertoire des verbes associés aux animaux en français et en italien (Saffi 2008) qui a par la suite été complété, cette base de données a été constituée grâce au repérage des verbes étudiés dans des ressources linguistiques disponibles (dictionnaires, corpus informatisés, internet) pour chaque langue donnée.

1. Les verbes de bruit associés aux animaux et les domaines autres qu’humains

8Le glissement sémantique des verbes de bruit associés aux animaux vers les objets est très fréquent. Pourquoi les bruits des objets sont-ils spontanément associés aux bruits produits par les animaux ? Sans doute, parce que les objets comme les animaux font partie de la vie des hommes et qu’à la base de chaque métaphore se trouve le principe de familiarité : les uns comme les autres étant proches de l’homme (cf. la hiérarchie des éléments du monde établie par Lakoff et Johnson (1980) en note 12) sont parfaits pour jouer le rôle de source de la métaphore. L’origine de l’association entre les animaux et les objets semble être simple. Il s’agit de la métaphore par ressemblance (ressemblance metaphor), selon les termes de Joseph E. Grady (1999), dans laquelle les deux éléments sont associés en raison de leur ressemblance sonore : un objet produit un son qui par ses caractéristiques sonores se rapproche du cri émis par un animal. Ainsi, dans les langues étudiées, les avions s’associent souvent à des insectes volants (bourdonner), les véhicules à moteur à des animaux sauvages (rugir) et les mécanismes à des félins (ronronner) :

(1) Des éclatements lumineux se produisent dans le ciel, et les avions bourdonnent sans arrêt. (Berthe Auroy, Jours de guerre : Ma vie sous l’Occupation, 2008) <insectes>
(2) La voiture rugit comme le cœur de papa, et tous deux disparurent. (Jacques Lanzmann, Le Têtard, 1976) <tigre, lion>
(3) L’ordinateur ronronne, comme le frigidaire, en plus doux. (Michelle Grangaud, Jours le jour, 1994) <chat>

Le nombre d’objets pouvant apparaître à côté de ces verbes de bruit s’avère assez limité : armes, instruments et vaisselle ; instruments de musique ; mécanismes, engins, transports ; constructions, meubles ; substances et matières, et enfin vêtements et chaussures. Même si chaque catégorie contient dans chaque langue un nombre spécifique de verbes, qui peut être plus ou moins grand, on observe toutefois une tendance générale qui pousse les langues à développer plus particulièrement la catégorie qui contient des mécanismes, engins et transports. C’est justement le cas en français. En s’appuyant sur le corpus contemporain de Frantext, on relève au moins dix-neuf verbes de bruit associés aux animaux qui qualifient aussi différents mécanismes, engins et moyens de transport (par ex. vrombir <mouche> pour le moteur, blatérer <chameau> pour le bateau, couiner <souris> pour la voiture, le caddie, etc.). À titre de comparaison, le domaine des constructions et autres, lui, ne contient « que » neuf verbes en tout (piauler <albatros, poussin> pour la portière, meugler <vache> pour la porte, etc.) et celui des substances et matières, six (craqueter <cigale> pour la biscotte, gazouiller <petit oiseau> pour l’eau, etc.) :

(4) Tonio tend la main vers le contact et tourne ; il sort du véhicule. La portière piaule quand il l’ouvre […] (Emmanuelle Urien, Court, noir, sans sucre, 2010) <albatros>
(5) La biscotte craquette à peine entre les dents brossées de frais, les lèvres serrées aspirent de peu le café bouillu-café foutu. (Olivier Lebleu, L’étranger de la famille, 2014) <cigale>

Les métaphores par ressemblance qui affectent ce groupe des mécanismes, engins, transports, caractérisent également les parties du corps puisque ces objets fonctionnent en réalité comme des mécanismes complexes. Dans le domaine des organes humains, on relève généralement dans les langues étudiées des bruits comme le gargouillement du ventre (coréen kkwululuk-keli/tay-ta <coq>, grec gourgourizo <chat>, fin. urista <jaguar>, ru. určat’ <chat>) ; le sifflement des poumons (hongr. hàpog <canard>) ; le ronflement (gallois chwymu <chien>, indon. mengorok <porcelet>) ; le gémissement (hongr. nzüszit <chiot>, arménien <canard>) ; la mastication bruyante (komi-zyrien furskyny <cheval>), et quelques autres.

9On classera aussi dans cette catégorie d’autres domaines associés aux objets, comme des caractéristiques de la voix ou du discours : il est fréquent de voir les objets et la voix s’associer par les mêmes attributs (en fr. la voix/la porte grinçante). Ces sources de bruit représentent aussi un champ très riche d’un point de vue sémantique. Ainsi, les verbes de bruit associés aux animaux peuvent transmettre diverses particularités de la voix humaine. On y trouve des verbes qui « se spécialisent » dans la transmission d’une voix rauque désagréable (chinois SI <cheval>, komi-zyrien čirgyny <chiot>), très haut placée (gallois gwichian <cochon>, coréen kkwayk-kkwayk-keli/tay-ta <canard>, komi-permiak viksyny <cochon>) ou, au contraire, très basse (indon. mendesis <serpent>), ou encore une voix tremblante (fr. chevroter <brebis>). Quant aux caractéristiques du discours humain, on relève des verbes qui servent à indiquer un discours rapide (fr. jaboter <oiseau>, jacasser <pie>, indon. berkicau <pie>, ru. ščebetat’ <moineau>, srb. kukureknuti <coq>, kreketati <pie>), hésitant (ru. myčat’ <vache>), incompréhensible (fr. bourdonner <taon>, ru. murlykat’ <chat>) ou mal articulé (grec khliminthrizo <cheval>, indon. mengoceh <oiseau>). Ces verbes renvoient souvent aux différents chants d’oiseaux, mais on y trouve également d’autres catégories d’animaux (cheval, cochon, brebis, serpent).

10Enfin, les verbes de bruit associés aux animaux se métaphorisent régulièrement pour désigner les bruits produits par des éléments de la nature :

(6) La tempête hurle, la pluie nous fouette, les chevaux ruisselants bronchent. (Michel Tournier, Le Roi des Aulnes, 1970) <loup>
(7) D’habitude j’aime la pluie qui roucoule sur le toit. (Catherine Guilbourg, Le oui européen et le non français, 2006) <pigeon>
(8) Sur la mer qui brame Le bateau partit, Tout seul, tout petit, Sans voile, à la rame. (Octave Mirbeau, Combats littéraires, 2006) <cerf>

Ce procédé de transposition des verbes désignant les cris d’animaux est limité à des éléments de la nature dotés de mobilité régulière (vent, vagues, orage, feu, etc.) et qui représentent un phénomène naturel de grande ampleur (tempête, tonnerre). La métaphore ne s’applique pas à tout objet naturel. Une roche qui se détache et tombe avec fracas ou les feuilles d’arbre qui produisent du bruit, par exemple, ne sont pas, à notre connaissance, affectées par ce type de métaphore, et ce type de transfert n’a été enregistré dans aucune des langues étudiées.

  • 5 Mais il existe aussi des emplois uniques, comme des créations d’auteur, qui peuvent être sentis co (...)

11Les métaphores fondées sur le principe de ressemblance sonore que nous avons relevées dans les domaines mentionnés présentent peu d’intérêt du fait de la relative clarté dans les glissements sémantiques (voir aussi Rakhilina 2017). Les langues assimilent généralement ce type de transfert sans trop de difficulté : le verbe associé initialement à l’animal se transpose à l’objet selon le principe de proximité et d’iconicité par la mise en parallèle des deux domaines familiers à l’homme, celui des animaux et celui des objets ou éléments naturels. La portée de la métaphore se réduit à une simple association sonore, n’ayant aucune sémiotique particulière, et de ce fait la charge émotionnelle de la métaphore est neutralisée. Dans de nombreuses langues, on observe que le verbe de ce type associé à un objet n’est pas ressenti comme expressif5. De plus, le verbe en question constitue souvent le seul moyen lexical d’exprimer le bruit émis par un objet, au point qu’il devient difficile de démontrer si c’est l’objet ou si c’est l’animal qui a été à l’origine de ce verbe (les verbes français gronder ou siffler, par ex.).

2. Les verbes de bruit associés aux animaux et l’homme

  • 6 Et aussi l’analyse des verbes anglais dans Ruiz Gil et Herrero Ruiz (2005) et des verbes russes dan (...)

12C’est dans les constructions avec un émetteur humain que l’on trouve le plus de verbes de bruit associés aux animaux. Ces verbes sont employés dans le contexte du discours, et ils peuvent même introduire le discours direct (Rakhilina et al. 2017)6.

(9) Mes parents étaient carrément aux anges. – Cet isolement, c’est le meilleur truc qui te soit jamais arrivé ! a croassé ma mère. (Robin Benway, Comment je suis devenu célèbre, [Delcourt Anne] 2012) <corneille>
(10) L’escalier quatre à quatre. La concierge qui nous aboie dessus. On grimpe. On grimpe. On arrive au quatrième. (Frédéric Lasaygues, Vache noire, hannetons et autres insectes, 1985) <chien>
(11) C’est un tout autre tableau pour la torride petite sœur de la duchesse d’York, Pippa Middleton, qui roucoulait dans une rue de Londres avec son petit-ami, Alex Loudon. (www.purebreak.com, 2011) <colombe>

Néanmoins ces verbes, au regard des verba dicendi, seront sémantiquement plus chargés car tout en désignant le discours des hommes, ils vont également transmettre une certaine idée de leur comportement, toujours chargé d’émotion. En effet, lorsqu’on dit les filles gazouillaient joyeusement, aucune association directe ne peut être faite entre le chant des oiseaux et le discours des filles : les deux productions, même si elles sont d’ordre acoustique, ne sont pas similaires. Il convient donc de remonter le niveau des associations à un degré supérieur, car la métaphore ne s’appuie visiblement pas ici uniquement sur le principe de ressemblance sonore, mais aussi sur la faculté de produire des sons, faculté qui est propre aussi bien aux animaux qu’aux hommes.

  • 7 Dans certaines cultures d’Asie, on ne considère pas que ces animaux représentent des animaux de com (...)
  • 8 « J’entends encore […] hurler les chacals et les coups du vent qui secouait ma tente » (Flaubert, C (...)

13D’autre part, le comportement animal représente également une dimension importante dans la métaphorisation de ces verbes vers le domaine humain. Pour les animaux domestiques qui partagent nos vies, cela est particulièrement visible. Les langues d’Europe ont développé plus de termes pour les cris produits par le chien et le chat que ce que l’on trouve dans les langues d’Asie (le persan, le hindi, le chinois ou encore le vietnamien)7 : par exemple, en français, on dénombre au moins six verbes pour le chien (aboyer, clabauder, clatir, gronder, hurler, japper) et trois pour le chat (miauler, feuler, ronronner), et en russe, il existe huit verbes pour le chien et cinq pour le chat. Chaque verbe dénote un certain état de l’animal, qui permet à l’homme de comprendre les besoins de son compagnon : quand un chat ronronne, il est plutôt satisfait, mais lorsqu’il miaule, généralement, il quémande. De même, hurler est associé aux « cris aigus et prolongés [des loups et des chiens]. Hurler longuement, lugubrement » (TLF8), lorsque ceux-là cherchent à entrer en contact avec leurs congénères (pendant la saison des amours, de la chasse ou pour renforcer la cohésion du groupe). Là aussi, ce n’est pas le comportement animal que reproduit le verbe qui a pour sujet un être humain (un homme ne peut pas aboyer au sens animal du terme), mais l’attitude particulière de l’être humain qu’il adopte dans certaines situations : par exemple, adopter une posture agressive lorsqu’on est mécontent (ex. 10 avec aboyer) ou montrer une attitude plus câline avec son partenaire (ex. 11 avec roucouler).

14Par ailleurs, une étude plus attentive de ces transferts métaphoriques montre que les verbes de cette classe s’appliquent à l’homme exclusivement dans des contextes de discours ou de comportement où se devine une charge émotionnelle. Prenons deux exemples :

(12) La foule hurlait son enthousiasme. (Selly Giova, Chère Élise, 1984) <loup>
(13) Mais Bruno ne se réveillait pas, il beuglait et la peine sortait par ses yeux […] (Jaume Cabre, Confiteor, 2013) <vache>

En règle générale, le verbe hurler <loup> appliqué à l’homme transmet un discours empreint d’une forte émotion ; dans l’exemple (12), il s’agit d’enthousiasme, mais ce verbe n’est pas associé à une seule émotion. Comme beaucoup d’autres verbes de cette classe, hurler <loup> ne différencie pas les types d’émotion et peut aussi bien s’employer pour désigner des émotions positives (enthousiasme, excitation, joie extrême, etc.) que des émotions négatives (douleur, colère, agacement, etc.). Cette non-différentiation des émotions s’observe également dans l’exemple des verbes employés pour désigner les rires ou les pleurs, qui, comme on le sait, sont des réactions physiologiques provoquées soit par une émotion ou un état positifs (rire ou pleurer de joie, par exemple), soit par une émotion ou un état négatifs (ricaner ou pleurer de chagrin, notamment). Pour le rire, plusieurs langues possèdent des métaphores allant dans ce sens (fr. glousser <oie>, hennir <cheval> ; ru. gogotat’ <oie>, ržat’ <cheval>) et, pour les pleurs, on dénombre quelques verbes, comme en gallois swnian <chien>, moldave urla <chien>, ru. vyt’ <loup>. La source des métaphores du rire et des pleurs comprend divers animaux qu’il est difficile de classer tant ils sont variés et appartiennent à de nombreuses classes d’animaux.

  • 9 La typologie des émotions s’appuie sur le répertoire donné dans Larivey (1999-2005).

15D’autres réactions et états émotionnels, comme l’excitation, la résistance, la douleur, la tendresse, etc. y trouvent aussi de nombreux exemples. Même si les verbes s’emploient de manière non différenciée par rapport à l’expression des émotions, il est tout de même possible d’observer lequel des deux pôles – positif ou négatif – y est le plus représenté. Ainsi, dans l’étude comparative du russe et du serbe (Kor Chahine et Milosavljevic 2017), on observe que, pour le russe, les verbes de bruit associés aux animaux s’emploient moins souvent pour transmettre les émotions positives que pour désigner les émotions négatives, mais on dénombre tout de même une bonne douzaine de manifestations dans chaque catégorie9 : par exemple joie, excitation, contentement, tendresse, adoration et d’autres vs. mécontentement, confusion, douleur, chagrin, amertume, notamment. En serbe, en revanche, lorsqu’un verbe de bruit de ce type s’applique à l’homme, il transmet rarement des émotions positives (quatre émotions positives différentes seulement dénotées pour les verbes de bruit contre douze émotions négatives recensées dans la base Verba sonandi). La plupart des verbes serbes de cette classe se métaphorisent toutefois plus souvent pour désigner les bruits produits par des objets.

16Cela étant dit, les états émotionnels transmis indirectement par cette classe de verbes de bruit associés aux animaux sont culturellement motivés et varient d’une langue à l’autre. Mais là aussi, la métaphore s’appuie sur un autre principe que celui du son ou du comportement : même si les animaux et les humains perçoivent ou réagissent aux situations à leur propre manière, la comparaison semble reposer sur le principe selon lequel tous deux auraient la faculté d’éprouver des émotions.

  • 10 Les animaux sont-ils capables d’éprouver des émotions ou leur conduite est-elle exclusivement guidé (...)
  • 11 Les études sur la sémantique des verbes de cette classe ouvrent donc un volet intéressant dans les (...)

17En outre, étant donné que la comparaison – et, dans une certaine mesure, la métaphore fondée sur le principe de ressemblance – donne toujours l’exemple le plus représentatif et compréhensible de tous car il se caractérise par son universalité (clair comme le jour, dur comme fer, etc.), l’emploi de ces verbes de bruit pour transmettre des émotions humaines peut à première vue surprendre, car l’idée même du comportement émotif chez les animaux a souvent été contestée10. Pourtant, les réactions de l’animal nous sont familières. C’est ainsi que dans la sphère abstraite des émotions, on observe que le comportement des animaux a peu à peu constitué un véritable domaine de référence pour les hommes11. Comme pour la communication avec les animaux, il n’est pas toujours facile de déterminer précisément quelle émotion se cache derrière tel ou tel comportement, même si des tendances existent. Mais établir une typologie des émotions et déterminer exactement leur nature demeurent encore aujourd’hui des questions non résolues, y compris pour les études psychologiques portant sur les hommes. Le champ d’investigation reste encore à explorer dans les deux domaines.

En guise de conclusion

  • 12 Dans la hiérarchie des éléments du monde permettant de comprendre les attributs non humains en term (...)

18Comme nous l’avons observé, le champ métaphorique des verbes de bruit associés aux animaux s’étend des domaines des objets et éléments naturels, plus particulièrement les phénomènes météorologiques, au domaine des hommes. La zone couverte par les sens métaphoriques de ces verbes est donc très large, mais elle ne couvre pas le domaine des végétaux, le dernier composant du monde qui nous entoure12. L’explication pourrait être que les végétaux, n’étant pas parfaitement mobiles (mis à part les branches et les feuilles qui ont la capacité de se mouvoir et de produire des bruits), ne peuvent pas s’associer à des êtres vivants, même si certains chercheurs finissent maintenant par y trouver des similitudes à une autre échelle (Wohlleben 2017). Notons toutefois que ni l’absence de production sonore, ni l’absence de la mobilité n’empêchent certains passages vers les objets : par exemple, une pile de linge non repassé qui « bêle » en guise de reproche en direction de celui qui la regarde en serbe ou encore les cheveux qui frisent, littéralement « bourdonnent », en persan.

  • 13 Nous n’avons pas traité ici le cas de la métaphore « sémiotique », non enregistré en français (voir (...)

19Cela étant dit, dans la métaphorisation des verbes de bruit associés aux animaux, deux cas se distinguent nettement13. Comme cela a déjà été mentionné, dans le premier cas de la métaphorisation vers les domaines autres qu’humains, on a affaire à une association des caractéristiques sonores par le principe de ressemblance entre les bruits produits par des objets et les cris produits par des animaux. Le transfert métaphorique est direct et se situe au niveau acoustique. La métaphore a tendance à se neutraliser : peu d’emplois sont sentis comme expressifs.

Figure 1. Représentation unidimensionnelle de l’animal dans la métaphorisation vers les domaines autres que l’homme.

Figure 1. Représentation unidimensionnelle de l’animal dans la métaphorisation vers les domaines autres que l’homme.
  • 14 Sur les relations « métaphore-métonymie », voir Kövecses (2013).

20Dans le cas de la métaphorisation vers l’homme, le schéma métaphorique est plus complexe. Le verbe de bruit active tout un éventail de représentations associées à l’animal, éventail qui implique aussi bien ses attributs physiologiques que psychologiques. Il y a lieu de voir ici dans la métaphore conceptuelle d’un animal associée à ce type de transfert un mécanisme sous-jacent qui, par le biais de transfert métonymique, associe le son (impliqué par le verbe associé au cri de l’animal) à l’animal lui-même14. C’est dans ces cas de métaphore de corrélation (Grady 1999, Kövecses 2013) que trois composants-sources, ancrage de la métaphore, ressortent nettement : la faculté de produire un son, la faculté de se mouvoir et d’avoir un comportement particulier et la faculté d’éprouver des émotions. C’est l’assemblage de ces trois composants qui constituent le fondement pour la construction métaphorique de ce type de lexique. La métaphore a ici des effets nettement expressifs.

Figure 2. Représentation tridimensionnelle de l’animal dans la métaphorisation vers l’homme.

Figure 2. Représentation tridimensionnelle de l’animal dans la métaphorisation vers l’homme.

21Il convient d’ajouter enfin que l’emploi de ces verbes dans différentes langues n’occupe pas toujours une place égale. Si dans beaucoup de langues, il s’agit de procédés productifs pour caractériser l’homme (voir le cas du russe ou du finnois), en revanche, certaines langues y recourent moins souvent : c’est le cas du français où ce lexique a été apparemment un peu plus courant avant le début du xxe siècle (Akopova 2019). À l’heure actuelle, s’agirait-il donc d’une sorte d’autocensure lexicale en français pour éviter que l’homme ne soit ramené à l’espèce animale et, par voie de conséquence, pour éviter un effet péjoratif dû à cette « animalisation » ? Dans la culture française, sommes-nous donc maintenant plus sensibles qu’aux siècles passés à ce type de transfert ? Et cet usage est-il révélateur de notre véritable rapport aux animaux ? Toutes ces questions restent encore à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Akopova, Ekaterina, 2019, Métaphorisation des verbes de bruit associés aux animaux en français moderne, mémoire de Master en Sciences du langage, Université Côte d’Azur.

Grady, Joseph E., 1999, « A typology of motivation for conceptual metaphor: Correlation vs. Ressemblance », dans R. W. Gibbs et G. J. Steen (dir.), Metaphor in Cognitive Linguistics, Amsterdam, John Benjamins, p. 79-100.

Hines, Caitlin, 1999, « Foxy Chicks and Playboy Bunnies. A Case Study in Metaphorical Lexicalization », dans M. Hiraga, C. Sinha et S. Wilcox (dir.), Cultural, Psychological and Typological Issues in Cognitive Linguistics, Amsterdam, John Benjamins, p. 9-23.

Kor Chahine, Irina, 2017, « Les constructions russes avec les verba sonandi associés aux animaux », dans V. Beliakov et C. Bracquenier (dir.), Contribution aux études morphologiques, syntaxiques et sémantiques en russe, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, p. 103-118.

Kor Chahine, Irina et Milosavljevic, Tanja, 2017, « Verba sonandi associé aux animaux : études des constructions en russe et en serbe », dans E. V. Rakhilina, I. Kor Chahine et J.-M. Merle (dir.), Verba sonandi : Représentation linguistique des cris d’animaux, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, p. 65-85.

Kövecses Zoltán, 2013, « The Metaphor–Metonymy Relationship: Correlation Metaphors Are Based on Metonymy », Metaphor and Symbol, vol. 28, no 2, p. 75-88, [En ligne], https://doi.org/10.1080/10926488.2013.768498.

Lakoff, George et Johnson, Mark, 1980, Metaphors We Live By, Chicago, Londres, The University of Chicago Press.

Lafleur, Bruno, 1991, Dictionnaire des locutions idiomatiques françaises, 2e éd., Montréal, Éditions du Renouveau pédagogique.

Larivey, Michelle, 1999-2005, Guide des émotions, [indisponible].

Lestel, Dominique, 2004, L’Animal singulier, Paris, Seuil.

Mondémé Chloé, 2020, « Une linguistique au-delà de l’humain ? Les vertus heuristiques de la sémiosis inter-espèce », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2020-2, « Discours animal. Langages, interactions, représentations », [En ligne], https://journals.openedition.org/itineraires/8453.

Rakhilina, Ekaterina V., 2017, « Structures des transferts métaphoriques », dans E. V. Rakhilina, I. Kor Chahine et J.-M. Merle (dir.), Verba sonandi : représentation linguistique des cris d’animaux, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, p. 267-276.

Rakhilina, Ekaterina V., Kor Chahine, Irina et Merle, Jean-Marie (dir.), 2017, Verba sonandi : représentation linguistique des cris d’animaux, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence.

Ruiz Gil, Elena et Herrero Ruiz, Javier, 2005, « New perspectives on the people are animals metaphor », Interlingüística, vol. 16, no 2, p. 931-941, [En ligne], https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=3689789, consulté le 3 juillet 2020.

Saffi, Sophie, 2008, « Chants et cris d’animaux : corpus d’onomatopées et de verbes français et italien », Italies, no 12, p. 173-190, [En ligne], https://doi.org/10.4000/italies.1240.

Verba sonandi : recherches sur la lexicalisation des bruits et cris d’animaux dans les langues du monde, 2017-2019, Base de données, https://verbasonandi.univ-cotedazur.fr/ (en cours de finalisation), Université Côte d’Azur/CNRS, BCL (UMR 7320).

Whaley, Robert et Antonelli, George, 1983, « The birds and the beasts: Woman as animal », Maledicta, no 7, p. 219-229.

Wohlleben, Peter, 2017, La vie secrète des arbres. Ce qu’ils ressentent. Comment ils communiquent, Paris, Les arènes.

Wohlleben, Peter, 2018, La vie secrète des animaux : amour, deuil, compassion : un monde caché s’ouvre à nous, Paris, Les arènes.

Haut de page

Notes

1 Sur les échanges inter-espèces entre l’animal et l’homme voir Mondémé (2020) dans le présent volume. Je remercie vivement les deux relecteurs anonymes pour leurs commentaires et corrections stylistiques qui m’ont permis d’améliorer la première version de mon article.

2 Certaines expressions anglaises, ainsi que quelques verbes de bruit associés aux animaux qui illustrent cette formule, sont analysés en termes de métaphore et de métonymie dans Ruiz Gil et Herrero Ruiz (2005).

3 À propos du fonctionnement de cette métaphore en termes d’espaces mentaux de Fauconnier et Turner voir Rakhilina (2017 : 268-269).

4 Voir le site Verba sonandi où sont répertoriés les verbes de bruit associés aux animaux dans diverses langues (https://verbasonandi.univ-cotedazur.fr/, en cours de finalisation).

5 Mais il existe aussi des emplois uniques, comme des créations d’auteur, qui peuvent être sentis comme expressifs : « Dans l’immense largeur du Capricorne au Pôle Le vent beugle, rugit, siffle, râle et miaule, Et bondit à travers l’Atlantique tout blanc De bave furieuse » (Leconte de Lisle, Poèmes tragiques, 1886).

6 Et aussi l’analyse des verbes anglais dans Ruiz Gil et Herrero Ruiz (2005) et des verbes russes dans Kor Chahine (2017).

7 Dans certaines cultures d’Asie, on ne considère pas que ces animaux représentent des animaux de compagnie ; c’est donc pourquoi ces langues ont peu ou pas du tout (le vietnamien n’a par exemple aucun verbe de bruit associé au chat) de verbes associés au chien et au chat dans leur vocabulaire.

8 « J’entends encore […] hurler les chacals et les coups du vent qui secouait ma tente » (Flaubert, Correspondance, 1857).

9 La typologie des émotions s’appuie sur le répertoire donné dans Larivey (1999-2005).

10 Les animaux sont-ils capables d’éprouver des émotions ou leur conduite est-elle exclusivement guidée par leurs instincts ? L’idée du comportement émotif chez les animaux commence peu à peu à faire son chemin (Lestel 2004, Wohlleben 2018).

11 Les études sur la sémantique des verbes de cette classe ouvrent donc un volet intéressant dans les investigations des émotions, domaine jusqu’à présent réservé principalement à la sphère idiomatique. Mais quel autre domaine pourrait donner le meilleur exemple de l’expression des émotions, mis à part quelques exemples liés aux éléments de la nature (citons notamment le verbe fondre en français associé à la neige : […] elle pouvait à loisir convoiter ses formes, les trouver à son goût, fondre de tendresse et de désir pour lui […] [Anne-Marie Garat, Pense à demain, 2010]) ?

12 Dans la hiérarchie des éléments du monde permettant de comprendre les attributs non humains en termes de traits caractéristiques des humains, qui a été établie par Lakoff et Johnson en 1980, les végétaux sont placés en troisième position par rapport aux hommes : « human beings > animals > plants > complexe objects > natural physical things ».

13 Nous n’avons pas traité ici le cas de la métaphore « sémiotique », non enregistré en français (voir Rakhilina 2017 : 270).

14 Sur les relations « métaphore-métonymie », voir Kövecses (2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Représentation unidimensionnelle de l’animal dans la métaphorisation vers les domaines autres que l’homme.
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/8498/img-1.png
Fichier image/png, 168k
Titre Figure 2. Représentation tridimensionnelle de l’animal dans la métaphorisation vers l’homme.
URL http://journals.openedition.org/itineraires/docannexe/image/8498/img-2.png
Fichier image/png, 524k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irina Kor Chahine, « De l’animalisation à la neutralisation : fonctionnement des verbes de bruit associés aux animaux »Itinéraires [En ligne], 2020-2 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/8498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itineraires.8498

Haut de page

Auteur

Irina Kor Chahine

Université Côte d’Azur, CNRS, BCL (UMR 7320)

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Sorbonne Paris Nord
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search