Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels clos14 | 2023 - BD et romans graphiqu...

14 | 2023 - BD et romans graphiques au travail

Date limite de réception des articles : 31 mai 2021

Dossier coordonné par Jean-Paul Géhin, Françoise F. Laot et Pierre Nocérino

Bien culturel particulièrement apprécié, la bande dessinée conduit à interroger le travail de multiples façons.

Elle permet tout d’abord de mettre le travail en image : nombre de publications décrivent aujourd’hui diverses réalités sociales, parmi lesquelles de multiples pratiques professionnelles (Géhin, 2018-2019). Ce phénomène est accentué par l’émergence de la bande dessinée documentaire, appelée aussi « bande dessinée reportage » ou encore « bande dessinée du réel », soit un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner (Lesage, 2017). La bande dessinée documentaire connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 ou plus tard le succès des albums de Joe Sacco. Au point que certaines structures éditoriales se dédient à ce type de production : outre les collections créées au sein de multiples maisons d’édition, on peut citer les journaux La revue dessinée, The nib et Topo.

  • 1 Ces collectifs peuvent prendre la forme de syndicats (à l’image du SNAC-BD créé en 2007), d’associa (...)

Mais si la bande dessinée interroge le travail, c’est aussi et surtout en tant qu’activité sociale à part entière. En effet, la production de ces récits dessinés nécessite tout un ensemble d’acteurs et d’actrices impliqué·es à différents niveaux de création et/ou d’exécution dans le process d’édition. Si les auteurs et autrices comme les éditeurs et éditrices peuvent mettre en avant le plaisir qu’ils et elles ont dans leur activité, ils et elles soulignent parallèlement les nombreuses difficultés du milieu : précarité économique, pression pour tenir les délais, sexisme omniprésent et invisibilisation du travail des femmes, manque de reconnaissance de la part du public ou de l’État, etc. Ces plaisirs et souffrances au travail des professionnel·les ont conduit à des mobilisations et à la création de collectifs1. Ils sont parfois aussi des sources d’inspiration, qu’ils soient traités frontalement (Désœuvré de Lewis Trondheim, Une vie dans les marges de Yoshihiro Tatsumi, Cases Blanches d’Olivier Martin et Sylvain Runberg…) ou indirectement (Les Ignorants d’Étienne Davodeau, Le roi des bourdons de David de Thuin, la série l’Atelier Mastodonte publiée dans le Journal de Spirou…).

Une fois encore, l’évolution du médium renforce ce phénomène. En effet, s’est développée une bande dessinée autobiographique permettant à l’auteur ou à l’autrice de mettre sa vie au cœur du récit, activant ainsi l’imagination sociologique que Charles Wright Mills (1961) appelait de ses vœux, et rendant l’individu capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États-Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du XXe siècle, que ce soit dans les fanzines ou l’édition traditionnelle en passant par les blogs BD. Ce courant a donné lieu à de nombreuses productions remarquables, notamment en Europe, comme celles de Marguerite Abouet, Antonio Altarriba, Manu Larcenet, Catherine Meurisse, Marjane Satrapi ou Riad Sattouf, parmi bien d’autres.

  • 2 Selon Jan Baetens (2012), le roman graphique se distingue par sa production (il résulte d’un auteur (...)

Ces deux tendances lourdes observées dans le secteur de la bande dessinée – souci documentaire et inspiration autobiographique – se réunissent au sein d’un genre plus large : le roman graphique. Si cette expression n’est pas sans poser problème du fait d’une définition vague et allusive2, elle permet d’insister sur la forte réflexivité développée lors de la production de ces œuvres. En effet, qu’elles soient engagées ou non, ces publications s’accompagnent souvent d’une réflexion sur la démarche et les possibilités du médium, renvoyant au développement de la littérature dite de « non-fiction » (Groensteen, 2016). Une telle démarche s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique.

Se pose dès lors la question suivante : En quoi le travail mis en images est-il affecté et orienté par l’organisation et les modalités du travail de l’ombre ?

Pour répondre, ce numéro thématique d’ITTI interrogera l’articulation entre deux dimensions complémentaires :

  • La première concerne les acteurs et les actrices du secteur, leurs caractéristiques sociales, leurs parcours professionnels, la division du travail, les rapports sociaux de production, les modalités d’apprentissage et d’insertion, les difficultés rencontrées pour faire sa place, l’existence de plafonds de verre selon l’origine sociale, culturelle ou socio-sexuelle…

  • La seconde renvoie au contenu même des productions : quelle place y tient le travail ? Quels aspects du travail contemporain et de son évolution y sont retenus, montrés et de quelle manière ? En quoi peut-on y lire la marque de celui des acteurs et des actrices du secteur ?

L’articulation entre ces deux pôles servira de fil rouge à la construction du numéro, mais devrait pouvoir également être traitée en soi, de manière centrale ou périphérique, au sein de chaque contribution.

Le numéro vise à poursuivre la réflexion en laissant la possibilité aux contributeurs et contributrices qui le souhaitent de faire des propositions d’articles sous forme de bande dessinée, notamment dans la rubrique « Images en chantier » de la revue, qui a pour vocation de publier des travaux mobilisant de manière innovante les images. L’écriture en bande dessinée des sciences sociales est effectivement un révélateur des épreuves et routines du travail des recherches, que ce soit lors du recueil, de l’analyse ou de la restitution des données (Nocérino, 2016 ; Kuttner, Sousanis et Weaver-Hightower, 2017). Outre des propositions dessinées, les chercheurs et chercheuses peuvent aussi proposer des articles revenant sur les modalités d’organisation du travail qui permettent ou, au contraire, limitent la mise en image de leur propre travail.

Les propositions de contributions peuvent être issues des différentes sciences sociales. Elles reposent sur l’analyse et/ou la production d’un corpus d’images (y compris, bien sûr, de bandes dessinées). Ces images doivent être reproduites dans l’article. Rappelons que Images du travail, Travail des images est une revue scientifique entièrement numérique, gratuite et ouverte. L’auteur doit à ce titre s’assurer de la disposition des droits d’utilisation et de diffusion. Les articles sont d’un format de 30 000 à 50 000 signes maximum. Dans un premier temps, sont attendues des propositions d’articles soit un texte d’intention de 2000 à 3000 signes en tenant compte du calendrier suivant :

  • 31 mai 2021 : date limite de réception des propositions par courriel aux adresses suivantes (ces propositions peuvent être rédigée en français comme en anglais).

  • 15 décembre 2021 : envoi des articles en vue de leur soumission au comité de rédaction de la revue (les publications devront impérativement être rédigée en français).

Contacts pour toutes informations complémentaires et pour l’envoi des documents : 

  • Jean-Paul Géhin, université de Poitiers, GRESCO : jpgehin[at]gmail.com

  • Françoise F. Laot, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, EXPERICE, francoise.laot[at]univ-paris8.fr

  • Pierre Nocérino, EHESS, LIER-FYT : pierre.nocerino[at]gmail.com

  • La revue Image du travail, Travail des images : imagesdutravail[at]gmail.com

Bibliographie

Baetens J. (2012), « Le roman graphique », dans É. Maigret et M. Stefanelli (eds.), La bande dessinée: une médiaculture, Paris, A. Colin, p. 200‑216.

Géhin J.-P. (2018-2019), « La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 1. Un regard à la fois documenté et intimiste. 2. Le point de vue des dominés 3. Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions. », Images du travail [En ligne] (url : https://itti.hypotheses.org/818 ; https://itti.Hypotheses.org/1169 ; https://itti.hypotheses.org/1218 )

Groensteen T. (2016), « Extension du domaine de la non-fiction », neuvième art 2.0 [En ligne] (url : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1091).

Kuttner, P. J., Sousanis N. et Weaver-Hightower M. B. (2017), « How to Draw Comics the Scholarly Way: Creating Comics-Based Research in the Academy » dans P. Leavy (ed.), Handbook of Arts-Based Research, New York, The Guilford Press, p. 398‑422.

Lesage S. (2017), « La bande dessinée, une nouvelle écriture de l’info », La revue des médias [En ligne] (url : https://larevuedesmedias.ina.fr/la-bande-dessinee-une-nouvelle-ecriture-de-linfo).

Mills C. W. (2006 [1961]), L’imagination sociologique, Paris, La Découverte.

Nocérino P. (2016), « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés, vol. 48, n°2, p. 169‑193.

Nocérino P. (2020), Les auteurs et autrices de bande dessinée. La formation contrariée d’un groupe social, Thèse de sociologie, sous la direction de C. Lemieux, Paris, ehess.

Haut de page

Notes

1 Ces collectifs peuvent prendre la forme de syndicats (à l’image du SNAC-BD créé en 2007), d’association (l’association Artémisia fondée en 2007 par Jeanne Puchol et Chantal Montellier pour promouvoir la visibilité du travail des femmes dans la bande dessinée) mais également de groupes informels (comme le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme créé en 2016 ou le collectif Auteurs et Autrices en Action créé en 2019). La constitution et les actions de certains de ces collectifs a fait l’objet d’une analyse dans la thèse de Pierre Nocérino (2020).

2 Selon Jan Baetens (2012), le roman graphique se distingue par sa production (il résulte d’un auteur ou une autrice, et pas d’un éditeur ou d’un producteur extérieur), son contenu (il aborde des thèmes destinés à un public adulte, avec un graphisme souvent distinct des publications destinées à la jeunesse), sa matérialité (des one-shot en noir et blanc aux paginations importantes) et sa réception (notamment via une diffusion dans le circuit traditionnel du livre littéraire).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search