Navigation – Plan du site

AccueilLa revueCharte éthique

Charte éthique

1) Règles applicables aux instances de la revue

Le comité de rédaction est garant de la qualité scientifique de la revue. Il travaille à son renouvellement régulier, ainsi qu’à celui du comité de lecture et du comité scientifique, dans un souci de rigueur professionnelle et de diversité des points de vue. Dans ce but, il veille également à respecter la parité dans chacune des instances et à y intégrer de jeunes chercheuses et chercheurs, statutaires ou non.

Le comité de rédaction sélectionne les articles avec un souci d’impartialité. Il accorde une attention particulière aux articles participant au débat scientifique et ceux donnant aux images une place importante et originale dans la démonstration. Il s’appuie sur leur seul contenu intellectuel et scientifique.

Le comité de rédaction tient compte, dans ses décisions, des exigences légales en matière de diffamation, de violation du droit d’auteur ou de plagiat. Il cherche à identifier et prévenir tout comportement contraire à l’éthique de publication et s’engage à mener une enquête en cas de plainte déposée à l’encontre de la revue.

2) Règles applicables aux membres du comité de lecture

Les articles soumis à la revue sont évalués selon la modalité de révision en double aveugle. Au moins deux personnes sont chargées de l’évaluation de chaque article préalablement anonymisé, l’une appartenant au comité de rédaction, l’autre extérieure à cette instance. En cas de doute ou de divergences d’appréciation entre les évaluations, un avis complémentaire sera demandé par le comité de rédaction.

S’appuyant sur les rapports d’évaluation, le comité de rédaction prend l’une des trois décisions suivantes, dans un délai maximal de six mois après réception du manuscrit : acceptation immédiate, refus, acceptation sous réserve de modifications précisées dans les rapports d’évaluation. Dans ce dernier cas, le comité de rédaction prendra une décision définitive, positive ou négative, sur la publication d’articles remaniés en fonction de la prise en compte des suggestions et commentaires figurant dans le rapport d’évaluation.

Deux catégories d’articles échappent à l’évaluation en double aveugle : les comptes rendus critiques, qui sont évalués par les responsables des recensions et discutés avec les membres du comité de rédaction ; les propositions de contributions s’inscrivant dans la rubrique « un œil, une image », évaluées par les responsables de cette rubrique et discutées avec les membres du comité de rédaction.

Les personnes chargées de l’évaluation doivent se récuser en cas de conflit d’intérêt avec le contenu de l’article à évaluer. Les manuscrits reçus pour évaluation sont traités comme des documents confidentiels et les données présentées dans les articles soumis ne doivent pas être utilisées avant leur éventuelle publication.

3) Règles applicables aux autrices et auteurs

En soumettant un article à la revue, les auteurs et les autrices s’engagent à :

  • garantir l’originalité de leur article et ne publier aucun texte qui s’apparenterait, sous quelque forme que ce soit, à de la contrefaçon telle que celle-ci est définie par le Code de la propriété intellectuelle (un logiciel anti-plagiat peut être utilisé par la revue en cas de doute) ;

  • ne pas soumettre un article qui aurait fait l’objet d’une précédente publication dans une autre revue ;

  • ne pas soumettre leur article à plusieurs revues en même temps ;

  • identifier clairement toute citation (ou utilisation d’autres travaux) en l’accompagnant des références appropriées, présentées selon le schéma retenu par la revue ;

  • disposer, pour toutes les images fixes comme animées figurant dans leur article, des autorisations nécessaires, en remplissant le formulaire intitulé « autorisation de droit à l’image » ;

  • autoriser, lors de la soumission de leur article, la diffusion de celui-ci, une fois validé, sous format numérique en accès ouvert.

4) Écriture inclusive

La revue appelle à la vigilance des auteurs et des autrices sur l’usage d’un masculin neutre qui masque les situations de mixité sociale ou de discrimination, et encourage l’écriture inclusive.

Sans prétendre imposer des normes strictes de rédaction, le comité de rédaction fait quelques propositions :

  • décliner les termes au masculin et au féminin (les ouvrières et les ouvriers) en appliquant l’ordre alphabétique ou en variant cet ordre au fil du texte ;

  • recourir à des termes ou des formules épicènes ;

  • n’utiliser le point médian « · » qu’en dernier recours ou de manière mesurée, pour des termes qui se prononcent de la même manière au masculin et au féminin (ex. : salarié·e·s) ;

  • pour les adjectifs, appliquer la règle de la proximité (« les auteurs et les autrices sont évaluées ») ;

  • appliquer le genre correspondant, lorsqu’un groupe est très majoritairement composé d’hommes ou de femmes : par exemple caissières, soudeurs…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search