Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Un œil, une imageLe loup dans la bergerie

Un œil, une image

Le loup dans la bergerie

Yves Gaonac’h

Texte intégral

© Yves Gaonac’h

1Un homme seul s’avance parmi des ouvriers. Corps en tension, tête relevée, regard droit, il les rattrape pour tenter d’échanger avec eux alors que, tête baissée, ils s’échappent. Cette image est extraite de mon film Tête haute, 8 mois de bagarre et date de 2011.

2Ce jour-là, après plus d’un mois de grève, les salarié·e·s des Fonderies du Poitou, entreprise de sous-traitance en automobile pour Renault installée à Châtellerault (Vienne), rendaient visite aux salarié·e·s d’une entreprise située à 100 km de distance de leur usine, à Chateauroux (Indre). Les deux appartiennent au même groupe industriel, Montupet, et travaillent pour le même donneur d’ordre, Renault. Cependant à Châtellerault, Montupet vient d’imposer des baisses de salaire allant jusqu’à − 25 % pour les ouvrières et ouvriers, qui ne l’acceptent pas et se mobilisent. Allant chercher le soutien de leurs collègues, ils et elles se confrontent à une différence de culture de luttes sociales : si les Fonderies du Poitou sont reconnues pour être un bastion syndical, avec des salarié·e·s qui défendent avec vigueur leurs conditions de travail et accords d’entreprise, à Chateauroux, les salarié·e·s ne sont pas coutumier·e·s des grèves, et leurs salaires sont, à poste équivalent, plus bas que ceux de Châtellerault ; beaucoup d’entre eux sont au Smic.

3Ce jour-là, la fédération de la CGT de la Métallurgie a organisé une manifestation nationale devant l’usine de Châteauroux. La direction de l’entreprise a prévenu ses salarié·e·s et leur a donné un jour de congé pour éviter tout contact avec les manifestant·e·s. Pour celles et ceux malgré tout resté·e·s dans l’usine, elle leur demande de quitter les ateliers, et de partir au loin en marchant vers la campagne. C’est ainsi qu’une centaine d’ouvriers se dérobent dans une allée, quand ils sont découverts par près de 300 manifestant·e·s. Tony, un des leaders syndicaux des Fonderies du Poitou, avec son badge rouge CGT sur le torse, les rattrape au pas de course. Il se mêle seul aux ouvriers qui l’évitent et leur demande de s’arrêter pour discuter et s’exprimer. Les ouvriers, en tenue de travail, sous l’œil de l’encadrement et du service de sécurité, continuent leur marche sans s’arrêter. Certains ouvriers tentent un regard furtif vers le syndicaliste, mais ils restent gênés et muets. Tony et ses camarades sont pointés comme les loups dans la bergerie. Le dialogue n’est pas possible.

4J’ai filmé ce moment à la volée. L’image est flottante. Je suis éberlué par ce que je vois et entends. Tony est grand, il a le regard franc et sa voix porte :

Est-ce que quelqu’un veut discuter avec nous au lieu de fuir ? C’est tout ce qu’on vous demande. Moi je veux bien prendre l’engagement de tenir mes troupes, mais au lieu de fuir, que quelqu’un discute !... C’est quoi ce travail ? On vous demande de discuter avec nous et vous fuyez ! Expliquez-vous, exprimez-vous un jour, là ! 

5Cette scène fera de Tony l’un des personnages du film. Derrière, on entend des manifestants avec un haut-parleur :

Les camarades de Montupet, on a des intérêts communs, ils veulent nous baisser les salaires, après ils s’attaqueront à vous. Venez avec nous, rejoignez-nous, les patrons ils vous mentent ! 

6Deux mois après cette scène, alors que les salarié·e·s de Châtellerault continuaient leur grève et le blocus de leur usine, la CGT de l’usine de Châteauroux a accepté de signer un accord de travail le samedi et le dimanche pour accroître la production le week-end. Cet accord a été ressenti comme un véritable « coup de poignard dans le dos » par les membres de la CGT de l’usine de Châtellerault. C’est ainsi que le temps long du tournage m’a permis d’observer les logiques de concurrence entre les sites de Châteauroux et Châtellerault. Ces logiques semblent anciennes : en 1980, Renault avait hésité entre les deux sites pour implanter son usine et avait finalement choisi les deux. Et des archives syndicales de l’Indre montrent qu’elles existaient au début du xxe siècle, avec déjà des menaces de délocalisation.

7Ce jour-là, en filmant Tony, j’ai compris toute la difficulté des syndicalistes pour rassembler et enrayer cette rivalité. J’ai eu l’impression d’un grand retour en arrière, d’un combat qui se rejoue et se déplace sans fin.

8D’ailleurs, à l’occasion de ce conflit social, le groupe Montupet a délocalisé une partie des machines et de la production dans une de ses usines située en Bulgarie. Et si, après huit mois de bataille, les salarié·e·s des Fonderies du Poitou ont finalement obtenu gain de cause en parvenant à décrédibiliser Montupet auprès des autorités locales et à obtenir un nouveau repreneur, à annuler (après l’intervention des différentes instances professionnelles et territoriales de la CGT) l’accord signé à Châteauroux et à maintenir leurs salaires, ils n’ont pu, en revanche, récupérer la production et les machines parties ni contacter leurs homologues bulgares pour construire une solidarité ouvrière. C’est sans doute ainsi, par cette logique de mise en concurrence entre sous-traitants entretenue par leur principal donneur d’ordre, Renault, et en dépit de leurs luttes, qu’ils perdent un peu plus à chaque fois.

9L’année suivante, Montupet fut classé par le magazine Challenges comme une des entreprises qui s’étaient le plus enrichies en France. Dans la liste figuraient de nombreux autres sous-traitants de l’automobile. Où est le loup ?

© Yves Gaonac’h

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Yves Gaonac’h
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Crédits © Yves Gaonac’h
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Gaonac’h, « Le loup dans la bergerie »Images du travail, travail des images [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 16 février 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/2563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.2563

Haut de page

Auteur

Yves Gaonac’h

Yves Gaonac’h est réalisateur de documentaires abordant souvent les questions du travail et des luttes sociales : Voix Off, portrait du journaliste et réalisateur Marcel Trillat (52’, Rouge Productions 2011), Tête haute, 8 mois de bagarre, suivi des Fondeuses et fondeurs du Poitou (58’, Rouge Productions, France 2, 2013), À l’école de la CGT, immersion au centre de formation de la CGT (55’, France TV Studio, France 3 nat., 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

Images du travail, travail des images

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search