Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Un œil, une imageDans la zone, au cœur d’un chanti...

Un œil, une image

Dans la zone, au cœur d’un chantier de désamiantage

Emmanuel Roy

Texte intégral

1Ce photogramme est issu du film documentaire La Part du feu que j’ai réalisé en 2013. On y voit un ouvrier en train d’aspirer avec précaution le masque d’un second, avant de quitter la « zone », la partie la plus contaminée de leur chantier. Avec leurs collègues, ils doivent enlever le flocage amianté dégradé́, pulvérulent, qui recouvre le plafond et la structure métallique d’un gymnase voué à la destruction. C’est un travail immense – des centaines de mètres carrés de surface – et très minutieux – une fibre d’amiante mesure quelques dizaines de nanomètres. Il ne faudrait pas en laisser une. L’amiante est pathogène sans seuil : une fibre peut suffire à déclencher une maladie.

2Eux-mêmes sont les premiers exposés. Ils ont mis 15 à 20 minutes à revêtir leurs équipements de protection individuelle (EPI) : deux combinaisons étanches passées l’une sur l’autre, des gants, des bottes, un masque relié par un long tuyau à un système de filtration qui les alimente en air du dehors. Chaque jonction – poignets, tour du masque, cou – est étanchéifiée par plusieurs couches de ruban adhésif orange. Le gymnase lui-même est sous un cocon de film plastique épais et parfaitement étanche. À l’intérieur, la « zone » est isolée du reste du chantier par plusieurs sas.

3Le tournage a lieu au mois d’août, à Sanary, dans le Var. Sous la tôle du toit, malgré́ le système de ventilation, la chaleur est insoutenable. Avant d’y entrer, l’équipe me montre un tableau indiquant le temps de travail autorisé en fonction de la température. Ce jour-là̀, ils ne peuvent pas rester plus de 40 minutes.

4Alors, le temps presse. Dans cette combinaison, tels des scaphandriers, entravés par les tuyaux d’adduction d’air qui s’accrochent partout, ils grattent, cassent et remplissent aussi vite que possible des sacs et des sacs de gravats amiantés.

5Ce photogramme fixe le début du processus de sortie, lorsqu’ils se retrouvent dans un premier sas pour mutuellement s’épousseter. Ils passent ensuite dans un second sas où ils prennent une douche avec leur EPI. Dans un troisième sas, ils déchirent et jettent leurs combinaisons dans un bac étanche. Dévêtus, ils prennent une nouvelle douche, une vraie, avant de sortir faire une pause chronométrée. Puis le cycle recommence, et ils remettent leur EPI.

6Si j’ai suivi le chantier du premier au dernier jour, je ne me suis équipé qu’une seule fois comme eux, pour aller dans la « zone ». J’ai pu mesurer à quel point ces conditions étaient éprouvantes. Je n’avais pourtant à porter que ma caméra dans son caisson étanche. À la sortie de la douche, je n’avais pas à repartir à l’assaut quelques minutes plus tard, comme eux. Plusieurs m’ont dit qu’ils ne faisaient ça que pour un temps, parce que c’était bien payé. En voyant le film, un spécialiste m’a dit qu’il était rare que les protocoles soient si bien respectés. La contrainte est trop pénible, la menace trop lointaine. Les maladies de l’amiante ne se déclenchent que plusieurs années après l’exposition.

7La séquence dont est issu ce photogramme raconte, sans un mot d’explication, par la simple observation, la réalité crue du risque amiante. Elle convoque l’imaginaire du nucléaire ou de Seveso. Quand je rencontre des personnes qui ont travaillé avec de l’amiante, dans les usines de fibrociment ou les chantiers navals par exemple, ce moment déclenche souvent des réactions de colère : « Pourquoi n’avions-nous pas les mêmes protections à l’époque ? »

8Ces protections peuvent sembler démesurées. Sans doute ne sont-elles même pas suffisantes. En septembre 2021, la Direction générale du travail a décidé de suspendre l’utilisation du masque que l’on voit sur cette image et que je portais aussi pour le tournage, le modèle le plus utilisé depuis des années sur les chantiers de désamiantage. Son fabricant aurait surévalué la protection attendue par les dizaines de milliers d’ouvriers travaillant à l’éradication de l’amiante. Nous payons aujourd’hui et pour encore longtemps les choix industriels du siècle dernier. À ce jour, en France, on n’a toujours pas atteint le pic de victimes de l’amiante et ce matériau reste la première cause de maladie professionnelle.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Emmanuel Roy
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2578/img-1.png
Fichier image/png, 963k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Roy, « Dans la zone, au cœur d’un chantier de désamiantage »Images du travail, travail des images [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 16 février 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/2578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.2578

Haut de page

Auteur

Emmanuel Roy

Né en 1976, Emmanuel Roy est réalisateur et monteur de films documentaires parmi lesquels How to Make a Ken Loach Film (2016), La Part du feu (2013) ou Histoires d’œufs (2006). Il mène en parallèle différents types d’ateliers de création ou d’interventions pédagogiques au sein de l’association Anamorphose, des Ateliers Varan, à l’Université d’Aix-Marseille et d’autres structures en région Sud-PACA.

Haut de page

Droits d’auteur

Images du travail, travail des images

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search