Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Quand les syndicats se saisissent...

Quand les syndicats se saisissent de l’image

Sophie Béroud et David Hamelin

Texte intégral

  • 1 Il en est de même pour les images représentant le syndicalisme, avec plus ou moins de fidélité, mai (...)

1Tout au long de son histoire, ancienne ou récente, le syndicalisme, qu’il soit salarié, agricole, étudiant ou patronal, catégoriel ou interprofessionnel, local national ou international… a généré, conçu mais aussi diffusé des images du travail en nombre croissant et diversifié. Ces images sont d’autant plus difficiles à quantifier et à recenser que la structuration du syndicalisme est complexe (avec des structures professionnelles et territoriales) et que les supports (dessins, affiches, drapeaux, sculptures, peintures, photographies, films, reportages, documents numériques…) comme les techniques n’ont cessé de se diversifier. Pourtant, malgré une production des plus abondantes, l’étude des images du travail produites au sein du mouvement syndical n’a fait que très peu l’objet de travaux et analyses1. Est-il possible en l’état de nos connaissances d’identifier quelques raisons à ce faible traitement ? A minima, il est envisageable d’en avancer trois.

2La première est la relative difficulté pour la plupart des sciences sociales, à commencer par la discipline historique, de considérer d’une part l’image dans ses différentes caractérisations comme une ressource exploitable et d’autre part, à développer un appareillage critique adapté au regard de ce type de source. Ce constat peut être étendu à d’autres disciplines. La sociologie du syndicalisme et des relations professionnelles s’appuie parfois sur des images, en particulier lorsqu’il s’agit de rendre compte de grèves ou d’occupations d’entreprise. Un nombre croissant de thèses récentes intègre également des images pour prolonger la description des locaux syndicaux et des diverses formes d’activité. Mais il s’agit le plus souvent de photographies prises par le ou la chercheur·e. L’exploration de corpus d’images produits en interne dans les syndicats – comme Maxime Lescurieux (2021) l’a par exemple fait pour retracer les évolutions dans les façons de dire la cause de l’égalité femmes/hommes à la CFDT en se basant sur des tracts et des affiches – s’avère plus rare. Dans le cadre d’un dossier consacré par la revue Socio-logos aux congrès syndicaux2 comme objet d’étude, l’intérêt d’étudier leur mise en scène et l’iconographie déployée a été pointé, mais sans pour autant s’appuyer sur la masse d’images produites lors de ces assises, photos et enregistrements filmés des séances. Cela constituerait pourtant une source très riche de témoignages sur la population des délégués à différentes époques, sur leur manière de se vêtir et leur hexis corporelle lors d’un congrès, sur la disposition de ces derniers, mais aussi sur la façon dont on y témoigne de ce qui se passe dans le monde du travail.

Photographie 1 : Des délégués assistant à un congrès de la CFE-CGC dans les années 1950

Photographie 1 : Des délégués assistant à un congrès de la CFE-CGC dans les années 1950

Source : Fonds de la CFE-CGC, Archives nationales du monde du travail.

  • 3 C’est notamment le cas de figures artistiques telles que Steinlen, Jossot, Grandjouan, Luce, Léger… (...)

3La seconde raison éclairant l’intérêt encore faible pour la façon dont les syndicats se saisissent d’images et contribuent à en produire relève du découpage disciplinaire. En l’état, la désincarnation sociale, économique ou politique que certaines disciplines comme l’histoire de l’art peuvent parfois générer, participe d’une segmentation des connaissances3, morcèlement lui-même entretenu par d’autres disciplines peu enclines à considérer les apports de la recherche, hors de leur champ d’intervention. Dans le cas d’un objet aussi complexe que le syndicalisme d’une part, devenu un objet légitime d’étude par de nombreuses disciplines que depuis les années 1960 (Chambarlhac et Ubbiali, 2005) et celui de l’image d’autre part, l’interdisciplinarité avec toutes ses contraintes et exigences ne peut que s’imposer.

  • 4 Voir notamment Cadé M. (2000) ou le n° 2 de la revue Images du travail, travail des images et son d (...)
  • 5 Voir par exemple Haver G. et al. (2017).
  • 6 En 1937, par exemple, Fernand Léger expose à l’occasion de l’Exposition internationale un de ses gr (...)

4Enfin, l’étude des productions d’images ayant trait au syndicalisme apparaît avoir été prise en étau entre plusieurs approches particulièrement fécondes et dynamiques : notamment les travaux sur les images produites par les acteurs du monde ouvrier (figure emblématique, même si elle est problématique)4 ; ou encore la documentation visuelle réalisée par des acteurs du mouvement social ou des forces révolutionnaires et politiques, en premier lieu issues des partis communistes5. La CGT, principale force syndicale française parmi les salariés durant 125 ans, s’inscrit dans le réalisme socialiste des années 1920 aux années 19506. Ces approches intègrent régulièrement la question syndicale, mais sans la spécifier, et se concentrent sur le syndicalisme dit ouvrier, en ignorant ou presque, le syndicalisme patronal, le syndicalisme agricole ou encore celui de différentes catégories professionnelles, comme celle des cadres ou des fonctionnaires.

5C’est donc dans le sillage des travaux initiés depuis 2015 par la revue Images du travail, travail des images, que ce dossier souhaite apporter un éclairage nouveau, même si modeste eu égard à l’ampleur du sujet.

6Légitimés au xixe siècle, le syndicalisme et ses formes multiples utilisent une palette large d’expression (presse, tract, prise de parole, manifestation, réunion publique…). Représentant des groupes professionnels dominants ou dominés dans un objectif précis, généralement la reconnaissance et la valorisation desdits groupes, les syndicats donnent à voir une représentation spécifique du monde du travail en lien avec le substrat politico-culturel (révolutionnaire, réformiste, professionnel…) qui les structure. Dans cette optique, les images jouent un rôle déterminant, car elles permettent de mettre en valeur différents aspects du monde du travail au sein duquel le syndicalisme souhaite apporter son approche des transformations ou aménagements. Elles contribuent également à circonscrire les frontières du groupe que le syndicat entend organiser, son identification à certaines catégories professionnelles présentées comme exemplaires ou particulièrement combatives, voire la valorisation de métiers ou figures censées incarner le projet syndical. Les images peuvent représenter des travailleurs (syndiqués ou non) au travail ou mobilisés dans mouvement social par exemple. Ces images réalistes, scénarisées ou idéalisées, sont parfois le fait d’amateurs, de militants syndicaux – comme on le verra plus loin – mais aussi de figures artistiques reconnues mettant leur maîtrise au profit de la cause des travailleurs, en particulier en appui à la CGT, à l’image de l’affichiste Jules Grandjouan, du peintre Maximilien Luce, ou encore les réalisateurs tels Louis Daquin ou Jean Gremillon.

7Afin de commencer à explorer ce que la production d’images sur le monde du travail par les syndicats ou au sein des syndicats donne à voir, ce dossier combine deux axes complémentaires : il s’agit, en premier lieu, de s’intéresser à la mise en image du travail au sein des supports syndicaux (revues, documentaires réalisés pour des syndicats, films de propagande, affiches, etc.). Dans quels contextes et avec quelles intentions ces images sont-elles produites ? Comment montrent-elles les activités de travail et les pratiques professionnelles ? Comment sont-elles associées à des messages revendicatifs (comme la modernisation d’un secteur professionnel, la valorisation de savoir-faire, la défense des services publics) ? L’approche qui nous anime souhaite s’intéresser aux commandes spécifiques passées auprès des producteurs d’images (réalisateurs, photographes ou dessinateurs), entretenant ou non des proximités militantes, par des organisations syndicales.

8Un deuxième axe de réflexion porte sur la mise en image de l’activité syndicale en elle-même, c’est-à-dire du travail syndical (Gassier et Giraud, 2020). Nous nous interrogeons ici sur la façon dont le syndicalisme se donne à voir et comment celui-ci se représente tant en interne, en direction des adhérents, qu’en externe, en direction de l’ensemble des salariés, mais aussi des pouvoirs publics. Que disent en effets les images produites sur les mobilisations, les assemblées générales, mais aussi les élections professionnelles ou encore les réunions au sein des instances comme les comités d’entreprise ?

9Les articles rassemblés dans ce dossier, qui relèvent de différentes perspectives disciplinaires (histoire et sociologie principalement), permettent tout d’abord de réfléchir au processus de production des images dont se saisissent les syndicats. Ce processus peut être avant tout interne : dans le cas de la Fédération nationale des cheminots du Luxembourg (Landesverband) étudiée par Sébastien Moreau, ce sont des cheminots syndiqués, photographes amateurs, qui envoient leur production à la revue de la fédération, Le Signal. Certains d’entre eux participent à des clubs de photos liés au monde cheminot, ce qui montre d’ailleurs les fortes intrications dans cet univers entre les sociabilités professionnelles, syndicales et ludiques. Ce sont aussi des délégués syndicaux qui photographient le matériel, les installations et les lieux de travail afin d’informer la direction de la fédération de la vétusté de certains sites ferroviaires ou des logements fournis par la compagnie. La production d’images s’inscrit alors dans le quotidien du travail syndical pour renforcer les revendications et peser dans le processus de négociation. La revue du Landesverband utilise aussi, au fil de ses numéros, des images produites par des photographes professionnels, images que l’on peut retrouver dans d’autres supports de la presse nationale. Ce dernier soulève la question de la circulation d’images produites en dehors de l’univers syndical, mais que les syndicats jugent opportun de s’approprier. Un autre producteur direct d’images est le syndicat Infocom de la CGT dont parle Gabriel Rosenman au sujet des représentations des caisses de grèves. L’exemple est très parlant puisque les professionnels des techniques d’information et de communication qui sont rassemblés dans ce syndicat – anciens correcteurs et typographes – s’appuient sur leurs savoir-faire professionnels pour fabriquer des affiches qui se veulent souvent provocatrices, destinées à entraîner de fortes réactions.

10À l’autre bout du spectre des pratiques de production d’image se trouve la chambre syndicale des fabricants de gants de Grenoble étudiée par Audrey Colonel, organisation patronale qui décide de lancer au début du xxe siècle une revue technique et publicitaire, Ganterie, destinée à valoriser le secteur. La conception de la revue est complètement externalisée et confiée à un publicitaire lyonnais. Il n’y a pas ici d’entre-deux entre des images amateurs et professionnelles : les illustrations sont commandées dans le cadre d’une relation commerciale à des artistes, publicitaires et photographes.

11Entre ces deux cas opposés, ce sont plutôt des situations de coproduction d’images que donnent à voir les articles rassemblés dans le dossier. Nathalie Ponsard en fait l’objet même de son analyse en comparant comment, dans le cadre de trois conflits usiniers, les enjeux de la lutte et la combativité ouvrière sont traduits au travers des images. Les conflits renvoient à des moments historiques bien distincts (1968, 1978, 1989 et 2003), avec un contexte syndical qui s’est beaucoup modifié, mais surtout à des procédés et des choix filmiques différents. Dans le premier cas étudié, c’est un militant CGT, délégué syndical et cinéaste amateur qui filme l’occupation de l’usine durant le mouvement de mai-juin 68. Dans le deuxième cas, le film Jossermoz, usine occupée est réalisé grâce à la proximité entre un professionnel du cinéma, lui-même engagé, et les militants syndicaux de l’entreprise. Enfin, le troisième cas restitue une situation de plus forte distance au départ puisque ce sont des journalistes de FR3 Auvergne qui suivent plusieurs séquences d’un même conflit et en restituent peu à peu la trame, se sentant moralement investis par l’exigence de faire connaitre la situation et les motivations des travailleurs en lutte.

12L’enjeu de la coproduction d’images pour donner à comprendre le sens des mobilisations paysannes est également au centre de la contribution d’Édouard Lynch qui rend compte, dans les années 1970, de la rencontre entre un petit groupe de militants cinéastes du département cinéma de l’université de Vincennes et des paysans engagés dans la construction d’une gauche syndicale, en particulier dans le courant Paysans travailleurs. Édouard Lynch montre bien comment ces films ont été intégrés dans le répertoire de l’action syndicale et ont d’abord été pensés comme des supports pour donner à voir à la fois des luttes considérées comme exemplaires (comme la grève du lait…), mais aussi les formes d’un travail de représentation et de mobilisation syndical mené au plus près de la base paysanne.

13Alors que ce corpus de quatre films occupe une place singulière dans cette séquence des années 1970, moment particulièrement fort du cinéma militant, il entre aussi en résonnance avec ce que nous disent Lina Cardenas et Jordane Burnot des conditions de production, aujourd’hui, d’un film syndical sur la grève des éboueurs à Lyon. Les deux auteures, l’une doctorante en sociologie et l’autre réalisatrice, reviennent sur le processus de production d’images dans lequel elles ont été impliquées : dans le cadre d’un mouvement de grève – celui des salariés d’une entreprise sous-traitante dans la collecte des déchets à Lyon – il s’agissait de contribuer à la visibilité de ce conflit. Une grève d’éboueurs donne lieu en effet à la diffusion de clichés dans la presse locale sur les tas d’immondices qui s’accumulent. Comment donner à voir à la population une autre représentation de la lutte ? Cependant, le fait d’introduire au fil des jours une caméra sur le piquet de grève, dans les actions, ouvre d’autres possibles : les grévistes prennent peu à peu le temps de raconter leurs conditions et leurs accidents de travail, puis se saisissent eux-mêmes de la caméra pour se filmer. De plus, au sein de Solidaires Rhône, l’idée germe de rassembler toutes ces images pour construire un film de lutte, un film en quelque sorte pédagogique sur la façon de mener une grève victorieuse. Les images ainsi coproduites sont devenues le support d’un nouvel usage dans le cadre de formations syndicales. On retrouve ici la préoccupation, qui était présente au sein du courant Paysans travailleurs, de faire du syndicat un outil de contre-propagande grâce à la production de ses propres images. Il est intéressant de voir comment cette question apparaît de nouveau avec force dans l’actualité de certaines organisations alors même que la professionnalisation des services de communication dans les syndicats, mais aussi et surtout l’externalisation d’un certain nombre d’activités (à commencer par la fabrication des affiches par des agences spécialisées) tend à faire de certains d’entre eux des consommateurs parmi d’autres sur le marché de la communication institutionnelle.

14Commandées à d’autres, produites en autonomie ou coproduites, les images donnent à voir certaines dimensions de l’activité syndicale et en laissent d’autres dans l’ombre. En analysant les quatre films réalisés par le collectif Front paysan, Édouard Lynch montre bien que c’est d’abord l’action collective qui est restituée – les manifestations, les blocages –, puis l’activité syndicale plus routinière, celle des réunions et des discussions. Les lieux filmés renvoient aussi bien à l’espace public, là où se déploie la manifestation, qu’au lieu de travail, ici l’exploitation agricole, la ferme. La recension du fonds photographique de la fédération nationale des cheminots du Luxembourg permet également de saisir ce qui est mis en image : les événements (congrès syndicaux, discours de dirigeants à la tribune, manifestations…), le patrimoine ferroviaire, les cheminots au travail. Cette dernière thématique se retrouve sans doute beaucoup plus dans les fonds des fédérations professionnelles – du côté syndical, mais aussi patronal – avec parfois des frontières mouvantes entre presse professionnelle et presse syndicale.

15Activité fortement symbolique, et pourtant finalement assez exceptionnelle, la pratique des caisses de grève donne lieu à l’élaboration d’images originales. Gabriel Rosenman souligne combien cette production très spécifique d’images dans l’objectif de susciter une solidarité financière avec des grévistes entraîne de multiples réflexions et choix sur ce qu’il faut montrer de la lutte et du syndicalisme, des métiers ou des identités professionnelles menacées ou encore des enjeux de maintien des services publics. Il rend compte des affiches élaborées comme autant de dispositifs de sensibilisation qui visent un public de donateurs plus ou moins large, plus ou moins éloigné des salariés engagés dans la lutte. Gabriel Rosenman insiste sur le fait que plus la mobilisation est large et implique différents secteurs d’activité, plus sa représentation tend à devenir abstraite ou à s’incarner de façon symbolique dans la mise en scène de quelques corps de métiers considérés comme fers de lance des luttes (tels les cheminots).

16À l’appui des contributions publiées dans ce dossier, on peut aussi se demander ce qui échappe à l’œil des photographes, des cinéastes syndicaux engagés au côté des syndicats ou encore des militants qui confectionnent leurs propres affiches. La pratique des élections professionnelles semble ainsi peu documentée, si ce n’est les votes en assemblées générales lors des conflits, de même que les activités de négociation dans différents espaces (si ce n’est les clichés pris par des photographes de presse devant le perron de l’hôtel Matignon ou à l’intérieur de celui-ci lors des grandes conférences sociales). Les temps plus ordinaires de l’activité syndicale apparaissent également comme plus rares à saisir, à l’instar des tournées d’atelier ou de bureaux ou encore des réunions de section.

17Un autre intérêt du dossier présenté dans ce numéro réside dans les pistes de recherche qu’il suggère et le repérage de fonds iconographiques. Le grand entretien réalisé avec Raphaël Baumard, président adjoint des Archives nationales du monde du travail situées à Roubaix, permet de mesurer l’importance des documents visuels et audiovisuels qui y ont été recueillis (avec par exemple les enregistrements audiovisuels de congrès syndicaux). Outre les fonds déposés par des confédérations et fédérations syndicales, d’agriculteurs et de salariés, s’y trouvent aussi des fonds laissés par des comités d’entreprise. Ces derniers peuvent se révéler d’autant plus intéressants qu’ils permettent aussi d’approcher la pratique en amateur de la photographie menée notamment par des ouvriers et des employés, mais aussi les expositions réalisées par les comités d’entreprise, voire les résidences d’artistes organisées par ces derniers dans l’entreprise. Il y aurait ainsi un grand intérêt à creuser la question des images produites dans le monde du travail et sur le monde du travail par l’intermédiaire du syndicat, mais aussi des comités d’entreprise.

18De leur côté, les confédérations syndicales sont sans doute les premières conservatrices de cette catégorie de fonds. L’institut d’histoire sociale (IHS) de la CGT et ses différents instituts départementaux, régionaux ou professionnels ont entrepris depuis les années 1980 de collecter, classer et rendre accessibles ces archives produites par les différents organismes constitutifs de la CGT.

19Ainsi peut-on découvrir,, grâce au travail de l’IHS CGT de la Métallurgie, le fonds composé de 576 photographies du syndicaliste et métallurgiste Lucien Postel, appartenant au secrétariat de la fédération de la métallurgie de la CGT, couvrant les périodes 1956-19897. De son côté, l’IHS CGT des cheminots met à disposition plusieurs milliers de photographies et cartes postales, des centaines d’affiches ou de films, mais aussi de nombreuses bannières, drapeaux, étendards, ainsi que divers objets tels que des fanions, médailles, pin’s, tee-shirts, autocollants, caisse de grève…8.

20L’IHS CGT accueille dans ses locaux de Montreuil plusieurs centaines de milliers de documents relevant de la documentation visuelle. La seule photothèque de cet institut conserve plus de 600 000 pièces produites le plus souvent par des photographes professionnels, travaillant pour les diverses publications de la confédération.

21Parallèlement, la CGT a déposé ses fonds audiovisuels aux archives départementales de Seine-Saint-Denis. Ainsi le fonds Institut d’histoire sociale (CGT) pour les années 1936-2006 contient 8 104 éléments, celui du centre de formation de l’organisation syndicale (CCEO Benoît Frachon) en détient 62, et on ne dénombre pas moins de 1 149 archives visuelles au sein du fonds du secteur communication de la CGT. Les archives départementales accueillent également différents fonds privés complémentaires, et notamment ceux de Paul Seban réalisateurs de différents films militants9.

22Une démarche semblable anime les membres de la CFDT. Les fonds d’archives inventoriés permettent d’accéder à une typologie de document semblable à celle de l’IHS CGT : affiches et photographies de différentes fédérations professionnelles incluant notamment les archives de la CFTC antérieure la scission de 196410.

23La photothèque confédérale de la CFDT est divisée en deux ensembles : les supports issus des fonds personnels tels ceux des dirigeants confédéraux comme Jules Zirnheld ou Edmond Maire et les photographies issues du service presse de la confédération et illustrant l’activité syndicale (à l’instar des manifestations, des grèves, des négociations, des sessions de formation…) mais qui comportent aussi des pièces relatives au travail et à la vie quotidienne. Il est à noter le classement d’objets illustrant autrement la dynamique iconographique comme les insignes, badges et pin’s, outils, autocollants, briquets, porte-clés, textile, jeux de cartes…

24Plus largement, les différents centres de documentation et d’archives composant le collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (CODHOS)11, sans circonscrire le sujet, disposent peu ou prou dans leur collection de nombreuses archives visuelles exploitables pour saisir le fait syndical par l’image.

25Les chantiers de recherche associés à l’exploration de ces fonds sont donc nombreux et potentiellement très riches. Ils permettraient de renouveler sous des angles originaux à la fois l’histoire et la sociologie du syndicalisme, mais aussi d’apporter des éclairages inédits sur les usages des images au sein du monde du travail. Il serait ainsi intéressant d’étudier les conditions de circulation et de réception des images produites par et/ou pour les syndicats, dans des revues bien sûr, mais aussi dans des documentaires militants. Édouard Lynch rappelle que cet enjeu, c’est-à-dire la possibilité pour des agriculteurs de voir les films du Front paysan en dehors du réseau de cinéma d’art et d’essai essentiellement urbain, était fortement discuté au sein du collectif. La diffusion des documentaires militants, mais aussi des images réalisées lors des grèves et manifestations en plein conflit, a pris un autre essor avec internet et les réseaux sociaux. On assiste désormais dans le cadre de luttes locales, sectorielles, nationales à une véritable profusion d’images, lesquelles peuvent parfois servir en justice, en particulier pour dénoncer des violences policières. Ce phénomène interroge sur les possibilités de collecte, de tri et de conservation de ces images, mais aussi sur la démultiplication de leurs usages militants à une échelle plus localisée et en dehors du contrôle des structures syndicales instituées.

Haut de page

Bibliographie

1er mai. Images pour un centenaire (s.d.) Institut d’histoire de la CGT, s.l.

100 affiches du premier siècle (1995) Montreuil, VO Éditions.

Almberg N. (2011) Les Caméras du peuple. Cinéma et mouvement ouvrier à la Belle Époque. Mémoire de master de recherche en Histoire, Andrieu C. (dir.), Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po).

Almberg N. et Perron T. (2012) « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin », Mille huit cent quatre-vingt-quinze, vol. 66, no 1, p. 34-49. 

Auderset P. et Enckell M. (2014) Sous le drapeau syndical 1845-2014, Lausanne, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire.

Barré J.-L. (dir.) (1987) Le Bel héritage, Steinlen, Catalogue d’exposition, Montreuil, Musée de l’Histoire vivante.

Bettens L., Gillet F., Machiels C., Rochet B. et Roekens A. (dir.) (2015) Quand l’image (dé)mobilise. Iconographie et mouvements sociaux au xxe siècle, Namur, Presses universitaires de Namur.

Amao D., Ebner F. et Joschke C. (2018) Photographie, arme de classe. Photographie sociale et documentaire en France, 1928-1936, Paris, Centre Pompidou/Textuel.

Bertheuil B. (1998) « De l’image souvenir à l’imaginaire social : quand des cheminots filment leur grève », L’Homme et la Société, no 127-128, p. 15-27.

Cadé M. (2000) L’Écran bleu, la représentation des ouvriers dans le cinéma français, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

Cazals R. (2003) « Sur une photo de grève à la Belle Époque », Aribaud C. et Mouysset S. (dir.), Vêture et pouvoir xiii-xxsiècle, Toulouse, Framespa, p. 77-81.

Cépède F. et Lafon E. (2008) Le Monde ouvrier s’affiche. Un siècle de combat social, Paris, Codhos/Nouveau Monde.

Chambarlhac V. et Ubbiali G. (2005) Épistémologie du syndicalisme, Paris, L’Harmattan.

Collectif (2007) L’Assiette au beurre (1901-1912). L’âge d’or de la caricature, Paris, Les Nuits rouges.

Dardel A. (1970) L’Étude des dessins dans les journaux anarchistes de 1895 à 1914, mémoire de maîtrise, Droz. J. (dir.), Université Paris I.

Dardel A., Ferretti-Bocquillon M., Lecomte V. et Tillier B. (2010) Maximilien Luce néo-impressionniste. Rétrospective, Milan, Silvana Editoriale.

Delporte C. (2000) « Du renégat à l’antifrance : Léon Jouhaux dans le dessin de presse de l’entre-deux-guerres », Sociétés & Représentations, no 10, p. 337-351.

Denizeau G. (1983) Maximilien Luce : le monde du travail, Mémoire de maîtrise, Dorival B. (dir.), Paris-Sorbonne.

Dixmier E. & M. (1974) L’Assiette au beurre, revue satirique illustrée, 1901-1912, Paris, F. Maspero.

Ducreux C. (2000) Maximilien Luce, Peindre la condition humaine, Catalogue d’exposition, Paris/Mantes-la-Jolie, Somogy/Musée de l’Hôtel-Dieu.

Dumont F., Moris J. et Jouzeau M.-H. (2001) Jules Grandjouan, Créateur de l’affiche politique illustrée, Catalogue d’exposition, Paris, Somogy.

Fougeron L. (2003) « Un exemple de mise en images : le « réalisme socialiste » dans les arts plastiques en France (1947-1954) », Sociétés & Représentations, no 15, p. 195-214.

Gassier Y. et Giraud B. (2020) Le Travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Gay V. (2013) « Des films pour mémoires : la grève des OS immigrés de l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois (avril-mai 1982) dans l’œil des caméras », Flauraud V. et Ponsard N. (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au xxe siècle : enjeux et héritages, Nancy, Arbre bleu Éditions, p. 201-218.

Georgi F. (2000) « Pistes : héros ou caricatures. Des syndicalistes de papier ». Sociétés & Représentations, no 10, p. 303-307.

Gérôme N. (dir.) (1995) Archives sensibles : images et objets du monde industriel et ouvrier, Cachan, Laboratoire interdisciplinaire de recherche et d’étude en sciences sociales.

Gérôme N. (2000) « Culture de métier et symboliques ouvrières. Les mineurs et la fête de Sainte-Barbe », dans Demélas M.-D. (dir.), Militantisme et histoire, Toulouse, Presses universitaires du Midi, p. 217-230.

Haver G., Fayet J.-F., Gorin V. et Koustova E. (dir.) (2017), Le Spectacle de la Révolution. La culture visuelle des commémorations d’Octobre, Lausanne, Antipodes.

Klein A. (2004) Émile Pouget et l’image comme véhicule de l’idéologie : le Père Peinard et la Voix du peuple : 1890-1908, Mémoire de maîtrise en Histoire, M. Pigenet (dir.), Université Panthéon Sorbonne (Paris).

Klein A. (2011) Maximilien Luce (1858-1941) peintre et affichiste anarchiste, dans Le Men S. (dir.), L’Art de la caricature, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, p. 109-120.

Lefébure P. (2000) « Marc Blondel entre grotesque et allégorie dans le dessin de presse », Sociétés & Représentations, no 10, p. 353-361.

Les Cahiers de la Cinémathèque. Revue d’histoire du cinéma (2000), no 71 : « Cinéma ouvrier en France ».

Les Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier (2017) no 33 : « Monuments du mouvement ouvrier ».

Les Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier (2015) no 31 : « Emblèmes et iconographie du mouvement ouvrier ».

Le Peuple à la une (1995) Montreuil, éd. SA EPJS Le Peuple.

Lescurieux M. (2021) Le Temps de militer. Carrières syndicales et disponibilités biographiques des femmes et des hommes dans la CFDT, Thèse de sociologie, EHESS.

Mundim L.-F.-C. (2016), Le Public organisé pour la lutte : le cinéma du peuple en France et la résistance du mouvement ouvrier au cinéma commercial (1895-1914). Thèse d’Histoire, Pigenet M. et Brandalise C., Université Panthéon Sorbonne-Paris I, Universidade federal do Rio de Janeiro.

Rot G. et Vatin F. (2019) « L’art et l’usine », Artefact, no 11, p. 201-252.

Panaccione A. (dir.) (1989) The Memory of May Day, an Iconographic History of the Origins and Implanting of a Workers’Holiday, Venise, Marsilio editori.

Perron T. (1995) « “Les copains du dimanche” ou l’âge d’or des métallos », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 46, no 2, p. 125-132. 

Perron T. (1995) « “Le contrepoison est entre vos mains, camarades”. CGT et cinéma au début du siècle », Le Mouvement social, vol. 172, no 3, p. 21-38. 

Perron T. (1998) « Vie, mort, et renouveau du cinéma politique », L’Homme et la Société, no 127-128 p. 7-14.

Perron T. (2002) « Les films fédéraux ou la trilogie cégétiste du Front populaire », dans Woronoff D. (dir.), Les Images de l’industrie de 1850 à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, IGPDE, p. 81-93.

Perron T. (2010) « Le territoire des images : pratique du cinéma et luttes ouvrières en Seine-Saint-Denis (1968-1982) », Le Mouvement social, vol. 230, no 1, p. 127-143. 

Perron T. (dir.) (2018) L’Écran rouge. Syndicalisme et cinéma de Gabin à Belmondo, Paris, Éditions de l’Atelier.

Perron T. (2022) Rose Zehner et Willy Ronis, Paris, Éditions de l’Atelier.

Pigenet M. et Robert J. (2000) « Travailleurs, syndiqués et syndicats dans les dessins de La Voix du peuple (1900-1914 »), Sociétés & Représentations, no 10, p. 309-322.

Pinaud H. (2019) Les Dessinateurs du peuple. 50 ans de dessins dans la presse syndicale CFDT - CGT - CGT-FO, Paris, Le Livre d’Art Iconofolio.

Poitou J.-C. (1978) Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne.

Poggioli M. (2009) « Entre massification et innovations. La communication de la CGT durant le Front populaire ». Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, IHS CGT, Montreuil, France, hal-01368603.

Rebérioux M. (1985) « La carte postale de grève : propos sur une collection et une exposition (1985) », Le Mouvement social, no 131, p. 131-144.

Saillard I. (2007) Entre propagande et communication : la CGT dans les années 1970, Mémoire de master 2 en Histoire, Pigenet M. (dir.), Université Panthéon Sorbonne.

Steiner A. (2015) Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque », Paris, L’échappée.

Stoullig C. (1999) Steinlen et l’époque 1900, Catalogue d’exposition, Genève, Musées d’Art et d’Histoire.

Tartakowsky D. (2000) « Images du premier mai dans Le Peuple et La Vie ouvrière : 1919-1939 », Sociétés & Représentations, n10, p. 323-336.

Transbordeur photographie (2020) no 4 : « Photographie ouvrière ».

Haut de page

Notes

1 Il en est de même pour les images représentant le syndicalisme, avec plus ou moins de fidélité, mais qui ne sont pas étudiées dans le présent dossier. Une recension rapide permet d’identifier à partir de bases de données disponibles plusieurs centaines de films d’auteurs ou de documentaires mettant en exergue des figures ou des situations syndicales (exemples : La Grève [1925] de Sergei M. Eisenstein ; F.I.S.T. [1978] de Norman Jewison ; Ressources Humaines [1999] de Laurent Cantet ; Nos batailles [2018] de Guillaume Senez…), des séries telles que The Wire et en particulier sa saison 2, ou encore la bande dessinée ou le roman graphique dont on connait le succès d’estime depuis ces dernières années (exemple : Davodeau E. [2005], Les Mauvaises Gens, Paris, Delcourt ; Carle B., Lopez D. [2021] Sortie d’usine. Les GM&S, la désindustrialisation et moi, Paris, Steinkis ; Foisnon K. [2021] Gueule d’or, Brest, Association les amis de Kristen Foisnon…)

2 https://journals.openedition.org/socio-logos/3041.

3 C’est notamment le cas de figures artistiques telles que Steinlen, Jossot, Grandjouan, Luce, Léger… pleinement engagées au côté des syndicalistes de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle pour lesquelles les rétrospectives se sont essentiellement positionnées sur l’étude du style, la place dans leur mouvement pictural respectif et beaucoup moins sur les liens complexes de ces artistes au mouvement syndicaliste.

4 Voir notamment Cadé M. (2000) ou le n° 2 de la revue Images du travail, travail des images et son dossier sur Les ouvriers et la photographie : de 1945 à nos jours : https://journals.openedition.org/itti/1158.

5 Voir par exemple Haver G. et al. (2017).

6 En 1937, par exemple, Fernand Léger expose à l’occasion de l’Exposition internationale un de ses grands tableaux au Pavillon de la Solidarité, représentant « Le syndicalisme ouvrier de la CGT ». La même année, il dessine les décors pour la fête des syndicats CGT au Vélodrome d’hiver à Paris.

7 Site de l’IHS CGT de la Métallurgie : https://ftm-cgt.fr/ihs-histoire-sociale-de-la-metallurgie/

8 La bibliothèque numérique de l’IHS CGT des cheminots est accessible ici : https://archives.cheminotcgt.fr/fonds-collections/default?search=&sort=-Date,_score&perpage=10&page=1&fulltext=1&bookmarks=1&&refine%5bType%5d%5b%5d=Objet&r&sort=Date,_score

9 Voir site des AD93 : https://archives.seinesaintdenis.fr/Etat-des-fonds-off/p138/Confederation-generale-du-travail

10 Site Archives et mémoires de la CFDT : https://archives.memoires.cfdt.fr/

11 Site du collectif CODHOS : https://www.codhos.org/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Des délégués assistant à un congrès de la CFE-CGC dans les années 1950
Crédits Source : Fonds de la CFE-CGC, Archives nationales du monde du travail.
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 958k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Béroud et David Hamelin, « Quand les syndicats se saisissent de l’image »Images du travail, travail des images [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 24 février 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/2619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.2619

Haut de page

Auteurs

Sophie Béroud

Sophie Béroud est professeure de science politique à l’université Lyon 2 et membre du laboratoire Triangle. Spécialiste des évolutions contemporaines du syndicalisme et de la conflictualité au travail, elle a publié de nombreux ouvrages et articles dont Sociologie politique du syndicalisme (Armand Colin, 2018, avec Baptiste Giraud et Karel Yon). Elle s’intéresse depuis longtemps à la question des représentations du monde du travail, du syndicalisme et des syndicalistes, en particulier dans la littérature (Le Roman social, littérature, histoire et mouvement ouvrier, Éditions de l’Atelier, 2002, avec Tania Régin).

David Hamelin

David Hamelin est historien, chargé de cours à l’université de Poitiers. Il appartient par ailleurs à différents comités de rédaction (Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Dissidences et Images du travail, travail des images) et est collaborateur du Maitron, Dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier et du mouvement social. Il est l’auteur de plus de quarante articles et a coordonné une quinzaine d’ouvrages et de dossiers de revue. Ses travaux portent sur l’histoire du syndicalisme (en particulier l’histoire de la CGT et des bourses du travail), l’histoire du travail et notamment la justice du travail.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Images du travail, travail des images

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search