Navigation – Plan du site

AccueilLa revuePrésentation

Présentation

Cette revue entend rassembler des chercheur·e·s originaires de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales, et des professionnel·le·s de l’image et du travail, autour d’hypothèses communes. Il s’agit de rendre compte de l’actualité de la recherche et des productions dans le champ, et d’offrir un espace de débat autour de ces questions. C’est dans cet échange que s’élabore la revue Images du Travail, Travail des Images.

Argument

Nous baignons dans un flux continu d’images, fixes ou animées. Elles influent sur nos représentations, nos manières de sentir et d’agir, nos pratiques, nos vies tandis que nous participons, en retour, de plus en plus intensément, à la production d’une part d’entre elles. Depuis peu et avec beaucoup de prudence, les sciences sociales du travail tendent à mobiliser plus souvent les images dans les différentes étapes de la recherche. Il importe alors de faire le point sur ces travaux. Images du travail, travail des images ambitionne de devenir le lieu où les recherches visuelles sur le travail, indépendamment des horizons disciplinaires, sont exposées, discutées, capitalisées.

Même si l’image réfère d’abord à la vie familiale et aux loisirs, à la consommation et au spectacle, à l’actualité politique ou mondaine, le monde du travail n’est pas resté à l’écart de cette production inflationniste. Il suffit de noter la place du travail dans le cinéma contemporain, documentaire comme de fiction : depuis Les Temps modernes ou La Bête humaine, jusqu’à Ressources humaines ou Violence des échanges en milieu tempéré, depuis La sortie de l’usine Lumière à Lyon au récent Entrée du personnel, quelque chose du travail, de sa place dans nos vies, des souffrances ou des joies qu’il occasionne tente de se dire à travers l’image. Quelque chose qui a à voir avec la réalisation du travail et les conditions dans lesquelles les individus l’effectuent, leurs espérances ou leurs déceptions ; toutes réalités que photographes, artistes et cinéastes n’ont cessé de documenter, qu’ils ou elles aient montré le travail lui-même, les ateliers ou les bureaux, ou encore les quartiers populaires. Dans le même temps les parties prenantes des activités de travail, qu’il s’agisse des directions d’entreprises, des groupes professionnels, des syndicats, des individus en lutte sont de plus en plus soucieux de leur image publique.

Ces constats ne sont pas nouveaux. S’il n’est pas inutile de les rappeler, il importe de les remettre en perspectives dans le contexte actuel, marqué par la profusion des images et la spectacularisation de la vie sociale. En somme, il devient nécessaire d’interroger tant la production des images dominantes, celles qui entretiennent le spectacle marchand et l’hédonisme insouciant, que la contre-production d’images critiques, qui travaillent la réalité économique et sociale et tentent de donner à voir ce que le spectacle dominant occulte.

Les recherches qui questionnent les représentations et les pratiques des individus au travail sont peu nombreuses. Celles qui s’intéressent aux productions photographiques ou audiovisuelles sont encore plus rares. Dans un autre registre, les questionnements sur l’utilisation des images dans la recherche en sciences sociales restent sporadiques. Images du travail, travail des images se propose d’aborder l’ensemble de ces questions. Revue scientifique pluridisciplinaire, elle vise à confronter les pratiques et les recherches en sciences sociales du travail qui mobilisent ou fabriquent des images comme celles qui s’intéressent à l’analyse des images. C’est un espace électronique, gratuit et ouvert à tous bien qu’il s’adresse en priorité aux chercheurs, aux étudiants et aux professionnels de l’image.

La revue Images du travail, travail des images souhaite valoriser l’usage des images dans l’écriture scientifique. À côté de la forme écrite classique, les articles doivent intégrer des images, fixes comme animées, dans leur démonstration. La complémentarité entre texte, image et son est recherchée systématiquement.

Rubriques

Chaque numéro de la revue s’organise autour d’une thématique spécifique articulant tant que faire se peut les aspects analytiques (apports des images dans la connaissance de l’objet étudié) et les dimensions méthodologiques et réflexives. Il comporte également des articles dits varias, apportant un éclairage singulier sur un des aspects du champ, ainsi que des comptes rendus d’ouvrages ou de produits audiovisuels, et un grand entretien avec une personne jouant un rôle significatif par ses recherches ou son activité professionnelle dans la thématique abordée.

Deux rubriques, plus originales, méritent d’être présentées plus en détail car elles visent à développer les échanges entre les différentes approches disciplinaires comme entre chercheur·e·s et spécialistes des images du travail.

Un œil, une image

Cette rubrique propose de partir d’une image et d’interroger ce que cette dernière apporte à l’analyse du travail.

Elle est ouverte aux professionnel.le.s de l’image (photographe, artiste, cinéaste, archiviste…) comme aux chercheur.e.s produisant des images, quelle que soit leur discipline.

Ce texte court, d’environ une page (entre 3 000 et 5 000 signes, titre et espaces compris), cherche à articuler une présentation réflexive du contexte de production et de traitement de l’image en question et une description analytique de ce qu’elle dit du travail. Pourquoi cette image ? Comment a-t-elle été fabriquée ? Que dit-elle de l’activité ou des protagonistes, des gestes, du contexte, des relations professionnelles, etc. ?

L’image mobilisée, sans contrainte esthétique, peut être fixe (photographie, carte postale, capture d’écran, tableau, etc.) ou animée (film, vidéo, animation, etc.). Si elle est extraite d’un film ou d’un corpus plus large disponible sur le Net, les liens devront être indiqués pour permettre au lecteur d’y avoir accès.

Exceptionnellement, lorsque cela s’avère indispensable à l’analyse, une autre image peut être, en complément, envisagée.

Le texte peut se référer à un numéro thématique (cf. appels en cours) ou être une proposition libre (cf. appel permanent). Il doit être envoyé aux trois responsables éditoriaux de la rubrique :

Pour que l’article puisse être publié, il sera demandé aux auteurs de remplir un formulaire d’autorisation de droits à l’image (cf. la rubrique « Informations aux auteurs ») dans lequel ils déclarent disposer des droits sur les images figurant dans l’article et autorisent la revue à les diffuser.

Images en chantier

Cette rubrique est ouverte aux travaux de recherche en cours abordant de manière originale les images du travail, fixes comme animées, que ce soit à l’occasion de la mobilisation de corpus ou de terrains d’enquêtes spécifiques, ou dans le cadre d’expérimentation méthodologiques concernant les différentes étapes de la recherche : recueil et traitement des données, analyse et interprétation, publication et valorisation.

Ce sont des textes courts (environ 15 000 signes) visant la diffusion de pratiques innovantes, permettant un retour réflexif sur un travail de terrain et dynamisant les échanges sur les images du travail, objets d’analyse et/ou outils méthodologiques.

Comptes rendus critiques

La revue Images du Travail/Travail des images publie des notes de lecture dans sa rubrique Comptes rendus critiques. Ces notes peuvent concerner des ouvrages de sciences humaines et sociales, des films de fiction ou documentaires, des bandes dessinées, des romans graphiques, des catalogues d’expositions … abordant les images du travail et/ou le travail des images.

Le texte doit se situer dans une fourchette entre 9000 et 15000 signes, espaces et références compris. Il doit apporter un point de vue critique sur l’ouvrage et être conforme aux recommandations faites dans la rubrique Informations aux auteurs : https://journals.openedition.org/itti/1353

Le document, en format Word de préférence (pas de de PDF), est à envoyer :

Le texte sera relu par deux experts du comité de rédaction de la revue. Vous recevrez un mail en retour avec d'éventuelles demandes ou suggestions de modifications. Une fois accepté, le compte rendu sera publié dans la rubrique.

NB : la revue peut demander des ouvrages auprès des éditeurs pour les auteurs qui souhaitent en faire le compte-rendu. Dans ce cas, adressez-vous à david.hamelin@le-centre.pro. Après réception de l’ouvrage, deux mois de délai sont accordés pour lire le livre et rédiger le compte rendu.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search