Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Image en chantierCédric Martigny, la photographie ...

Image en chantier

Cédric Martigny, la photographie au travail

Cédric Martigny, photography at Work
Caroline Bach

Résumés

À partir de la pratique photographique de Cédric Martigny, cet article s’intéresse à la représentation du travail par la photographie. A travers plusieurs séries photographiques, j’analyserai deux modes opératoires mis en place par le photographe : la décontextualisation et la transfiguration. Ces deux procédés permettent au photographe de s’appuyer sur les tenues et les gestes du travailleur pour élaborer des mises-en-scène photographiques et parler du corps au travail. Ils me permettront plus généralement aussi d’analyser la place et le rôle du photographe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Usimages, expositions photographiques en plein air, du 24 avril au 4 juin 2017, Agglomération Creil (...)

1En 2017, lors de la biennale USIMAGES (Creil Sud Oise) à laquelle je participais moi-même en tant que photographe, j’ai rencontré Cédric Martigny, avec son exposition Ateliers1. J’ai découvert par la suite ses nombreuses séries et les différents protocoles qu’il mettait en place pour explorer le monde du travail. Sa pratique est venue interroger la mienne puisque je poursuis, depuis 2006, un cycle du travail comprenant aujourd’hui une vingtaine de séries photographiques, assumant pour ma part une « photographie documentaire créative ou nouveau documentaire » (Verneret, 2020, 57-58). Je me trouvais alors au cœur de ma recherche doctorale et mes échanges avec Cédric Martigny sont venus enrichir la question de la représentation du travail par la photographie, en particulier par le biais de la commande et de la mise en scène.

2Photographier des situations de travail, c’est-à-dire des personnes en train de travailler ou des lieux de travail, n’est pas simple, car notre présence en tant que photographe constitue toujours une perturbation. C’est pour cela qu’il n’est pas si aisé de trouver des entreprises qui nous laissent librement entrer. Par ailleurs, qui a envie d’être photographié en train de travailler ? Photographier les autres ne s’improvise pas : il faut présenter son projet, se faire connaître et bien préparer les prises de vue. Pour Cédric Martigny comme pour moi-même, la réalisation des photographies arrive dans un second temps, après cette phase préparatoire, qui est décisive.

3Cédric Martigny pratique le portrait en pied et s’intéresse au langage corporel. Il photographie le visage et le corps, ce qui lui permet de révéler la dimension théâtrale produite par la situation de travail : le travail est une construction dans lequel chacun se conforme à un rôle.

4À partir de sa pratique photographique et, en particulier, avec les trois séries « Abattoir », « Travail au corps » et « Atelier », j’interrogerai, dans un premier temps, la capacité de la photographie à représenter le travail. En analysant deux modes opératoires, la décontextualisation et la transfiguration, que le photographe a mis en place pour fabriquer ces trois séries, je verrai comment Cédric Martigny s’appuie sur ce qui est visible au travail, le corps avec les tenues et les gestes, pour élaborer ses mises-en-scène photographiques.

5Dans un second temps, je chercherai à comprendre qui met en image : quelle est la place du photographe ? Modifie-t-il l’espace de travail de celui qu’il photographie en s’y ajoutant ? L’espace de travail se forme et dépend de l’activité́ qui l’anime, en particulier des personnes qui l’occupent en travaillant. En photographiant des personnes au travail, le photographe est lui-même en train de travailler et d’être vu en train de travailler, avec ses propres gestes. Il est à la fois extérieur à la scène, initiateur de la situation photographique et présent dans la scène dans un espace de travail plus vaste, commun.

1.« L’ombre d’un geste… 2»

1.1.La décontextualisation comme mode opératoire

Photo 1 : Abattoir 2, série « Abattoir », 2013.

Photo 1 : Abattoir 2, série « Abattoir », 2013.

© Cédric Martigny

  • 3 Les photographies ont été prises à l'abattoir de Montfort-sur-Meu (entreprise La Cooperl) en 2013. (...)

6Vingt photographies noir-et-blanc qui semblent sortir d’un autre temps… les sujets, photographiés sur un fond noir, portent des tenues de travail, des bottes et une charlotte jetable blanches. Ils sont couverts de la tête aux pieds. La tenue indique ici l’industrie agroalimentaire. Les modèles adoptent des poses étranges : sur Abattoir 2, par exemple, le personnage semble tenir un objet dans la main droite ; sur Abattoir 5, l’ouvrière appuie sur un bouton absent… Ces images constituent la série « Abattoir », réalisée par Cédric Martigny3.

Photo 2 : Abattoir 5, série « Abattoir », 2013.

Photo 2 : Abattoir 5, série « Abattoir », 2013.

© Cédric Martigny

Photo 3 : Série « Abattoir », 2015. Vue de l'exposition Histoires (2016), centre d’art l’Aparté, Iffendic (35).

Photo 3 : Série « Abattoir », 2015. Vue de l'exposition Histoires (2016), centre d’art l’Aparté, Iffendic (35).

© Cédric Martigny

Photo 4 : Série « Abattoir », 2015. Vue de l'exposition Histoires (2016), centre d’art l’Aparté, Iffendic (35).

Photo 4 : Série « Abattoir », 2015. Vue de l'exposition Histoires (2016), centre d’art l’Aparté, Iffendic (35).

© Cédric Martigny

  • 4 Le collodion humide est un procédé photographique apparu en 1850 et qui consiste à enduire des plaq (...)

7Le photographe propose ici la décomposition du mouvement au travail, pour en saisir un seul geste, sorti de son contexte – sans l’espace de travail, sans les animaux. C’est comme si nous traversions le temps et revenions à l’essentiel, à ce qui est à l’origine du travail dans l’abattoir. Pour cela, Cédric Martigny a utilisé́ un procédé́ ancien, le collodion humide4. Ce procédé suppose de la lenteur : le temps de pose dure quarante secondes, ce qui fige les modèles. Le photographe raconte :

« Le procédé est le plus lent et contraignant qui soit, le résultat final hasardeux et incertain. C’est donc en studio et sous des lumières artificielles que j’ai demandé aux salariés de l’entreprise de poser, en rejouant un geste de travail devenu inconscient et automatique. Aidé de nombreuses attelles soutenant bras, jambes, dos, tête... chacun devait également conserver une immobilité́ parfaite. Le temps d’exposition de 40 à 50 secondes ne souffrait pas le moindre souffle. 5» (Cédric Martigny)

8Le procédé transforme l’habit de travail : le collodion transforme le rouge en noir, le noir et blanc absorbe le sang. Le drap noir en fond apporte une dimension picturale, la tenue est comme un costume, une bure du moyen-âge. La tenue de travail qui a pour fonction de protéger l’ouvrier.ère est détournée pour presque devenir le sujet de la photographie. Cédric Martigny fictionnalise la situation de travail et apporte une dimension esthétique à un métier plutôt jugé négativement.

Photo 5 : Abattoir 10, série « Abattoir », 2013.

Photo 5 : Abattoir 10, série « Abattoir », 2013.

© Cédric Martigny

9Travailler, c’est assimiler un certain nombre de données (les tâches à effectuer, les compétences nécessaires, les règles à suivre) et assumer la fonction, c’est à dire reproduire ce qui est demandé, au sein d’un cadre (d’une institution) qui nous dépasse. Assumer la fonction, cela signifie aussi mettre en retrait (laisser chez soi, finalement) des aspects inutiles ou qui ne correspondent pas à ce qui est demandé, et d’en valoriser d’autres. Le sujet au travail est un sujet construit : il endosse un rôle. La tenue de travail participe à la capacité à endosser des rôles professionnels. Dans certains domaines, comme l’hôtellerie, la restauration, l’armée, les transports, la justice ou la santé, la tenue, qui est parfois un uniforme, joue un rôle essentiel. Elle sert à être identifiée, à être associée à un métier (l’uniforme de gendarme, par exemple), voire à un niveau de qualification (la robe de l’avocat), et à être protégé aussi (la tenue de pompier ou de l’employé.e d’un abattoir). La tenue imposée – l’uniforme – permet l’identification à un métier et absorbe les particularités individuelles.

10Les ouvriers.ères de l’abattoir ne sont plus dans la gestuelle automatique de leur métier, mais dans une théâtralité. Le noir-et-blanc et la tenue couvrante accentuent cet effet spectaculaire :

« Le noir et blanc met en avant les vecteurs et les formes : la couleur étant réduite à la bichromie, elle distrait moins l’œil car elle est partagée entre zones d’ombres et zones lumineuses. Les détails se noient dans ces dégradés de gris allant du noir profond au blanc total qui simplifient les formes en leur donnant l’impression de grossissement, et font ressortir le trait et les lignes. L’effet final est plus direct et donc plus unificateur que la couleur, plastiquement plus intense » (Verneret, 2020, 62-63).

Photo 6 : Abattoir 17, série « Abattoir », 2013.

Photo 6 : Abattoir 17, série « Abattoir », 2013.

© Cédric Martigny

11Les modèles deviennent des personnages, ils sont impressionnants et énigmatiques. C’est le spectateur qui doit les resituer dans leur cadre de travail, l’abattoir, qui doit les imaginer dans un environnement fermé, avec les odeurs, les sons, le froid et les matières (entre autres, le sang), qui doit penser aux outils tranchants. C’est un peu comme si le spectateur remettait de la couleur.

12Le geste est un motif important chez Cédric Martigny. Il figure l’apprentissage, l’exécution précise d’une tâche et la répétition. Il indique le savoir-faire. La présence massive du corps renforcée par cette tenue blanche convoque la force musculaire nécessaire à ce métier :

  • 6 Le livre a été rédigé à partir des récits et écrits des ouvriers et des mineurs parlant du t (...)

« Dans le geste, le travail révèle sa part la plus cachée. Achevé, il ne donne pas accès au lent apprentissage dont il est le produit. Il laisse aussi en marge la part intuitive de connaissance des choses, des matières, des objets, des outils engagés dans sa réussite. Pour en saisir la richesse, il faut en détailler les phases, les rythmes ; insister sur les échecs, autant que sur les réussites ; souligner les formes de perceptions qu’il implique. Bien que fragmentaires dans les témoignages, les descriptions de gestes, de mouvements, de dispositions sensibles portent l’enjeu d’une reconnaissance de la part de création dans le travail ouvrier » (Pillon, 2012, 45)6.

13Cédric Martigny extrait les ouvriers de leur espace de travail puis il leur demande de le reconstituer à partir d’un geste. Il faut alors réfléchir aux attitudes proposées pour les comprendre et pour les replacer dans leur contexte. En décontextualisant la situation de travail, le photographe l’accentue et la théâtralise puisqu’il demande à ses modèles de poser – de rejouer le travail. La dimension esthétique apportée par le collodion n’a pas pour fonction d’enjoliver la réalité, mais bien plutôt de l’intensifier, pour capter notre attention et nous faire regarder autrement. La série « Abattoir » est emblématique de la pratique de Cédric Martigny qui décline, pour chaque projet, pour chaque résidence, un mode opératoire qui invite à s’appuyer sur les images pour reconstituer un contexte.

Photo 7 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

Photo 7 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

© Cédric Martigny

  • 7 La série « Travail au corps » comprend 20 photographies réalisées en moyen format numérique.

14Pour la série « Travail au corps », réalisée en lors d’une résidence à Labruguière d’octobre 2019 à mars 2020, Cédric Montigny a aussi déployé la décontextualition7. Il a installé un studio photo et a invité une soixantaine de personnes, issues d’une trentaine de métiers à venir se faire photographier, en sortant du travail. Il leur a demandé de mimer différents gestes du travail.

Photo 8 : vue de l’exposition L’Ombre d’un geste, du 17/11/2021 au 17/12/2021, galerie art et essai, Université Rennes 2.

Photo 8 : vue de l’exposition L’Ombre d’un geste, du 17/11/2021 au 17/12/2021, galerie art et essai, Université Rennes 2.

© Cédric Martigny

15C’est un exercice difficile que de rejouer ainsi son travail, dans ce petit espace photographique, debout, sans siège, sous le regard de quelqu’un d’autre, dans le but de fabriquer une image. Il faut d’abord être capable de s’imaginer au travail, puis de prélever un geste ou une attitude représentative pour la mettre en scène dans un espace neutre.

Photo 9 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

Photo 9 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

© Cédric Martigny

16Les modèles ont donc conservé leur tenue, laquelle est parfois identifiable, comme le gilet et le casque orange, alors que souvent elle apparait interchangeable et donne peu d’informations. De même, les postures ne sont pas toujours significatives. Nous reconnaissons bien quelques gestes : ceux d’une musicienne, liés à un clavier informatique ou évoquant le bercement d’un bébé… Il ne s’agit pas de s’amuser au mime des métiers, mais d’observer l’application déployée par ces nombreux modèles : la façon dont les bras sont mis en mouvement, par exemple, ou la concentration des visages.

Photo 10 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

Photo 10 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

© Cédric Martigny

17Il y a de la difficulté dans cet exercice de restitution de son propre métier. Le résultat peut paraître abrupt, mais il montre combien la représentation du travail par l’image n’est pas simple. En effet, il révèle qu’aujourd’hui, de nombreux métiers, ayant comme objet-outil commun l’ordinateur, se ressemblent en apparence : même tenue, mêmes objets, mêmes gestes. Auparavant, le paysan et l’ouvrier étaient des figures identifiables (Boisard, 2009).

Photo 11 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

Photo 11 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).

© Cédric Martigny

18Pour d’autres séries, Cédric Martigny utilise un autre mode opératoire, la transfiguration, avec lequel il conserve le travailleur dans son lieu de travail : il déploie alors des jeux de lumière pour intensifier l’espace.

1.2.La transfiguration comme mode opératoire

Photo 12 : Atelier 6, série « Atelier », 2014.

Photo 12 : Atelier 6, série « Atelier », 2014.

© Cédric Martigny

19Dans le clair-obscur d’un atelier, un artisan semble dompter une forme serpentine en bois. Dans un mouvement chorégraphique, le corps en entier est engagé dans la forme qui ondule, du pied gauche, dans sa grosse chaussure de chantier, en appui jusqu’au bras gauche qui se déploie pour soutenir la forme ; le tee-shirt blanc qui capte la lumière et l’absence de tête accentuent la présence de ce corps au travail.

Photo 13 : Atelier 2, série « Atelier », 2014.

Photo 13 : Atelier 2, série « Atelier », 2014.

© Cédric Martigny

  • 8 Les photographies de la série « Atelier » ont été prises dans l'entreprise Riaux, qui fabrique des (...)

20Sur une autre image, toujours dans le clair-obscur d’un atelier, c’est la forme façonnée en demi-cercle qui, au premier plan, capte magnifiquement la lumière, pour laisser apparaître dans la forme arrondie l’artisan à peine éclairé. Ces deux photographies sont extraites de la série « Atelier »8.

Photo 14 : Atelier 15, série « Atelier », 2014.

Photo 14 : Atelier 15, série « Atelier », 2014.

© Cédric Martigny

21L’univers de la menuiserie devient ainsi le lieu d’une chorégraphie mêlant corps et objet façonné, les machines et les outils servant à planter le décor. Ici, les corps bougent, ils soulèvent, ils portent, ils touchent, ils accompagnent la transformation du bois et les formes en train d’apparaître. Le clair-obscur transfigure l’espace de travail : il a pour effet de feutrer le son des machines, de lisser les matières, de concentrer le regard. La menuiserie n’est plus le lieu de la fatigue physique, du bruit et de la poussière. Elle devient une scène sur laquelle les corps se déploient et expérimentent, à leur rythme, des gestes précis et gracieux :

« J’ai ainsi mis en valeur, au travers de plusieurs séries achevées, la dimension chorégraphique du travail traditionnel, les gestes d’attention et de soin pour l’autre dans le travail social, l’expression symbolique du travail des agriculteurs, les micros-gestes et expressions à l’œuvre dans le travail administratif9. » (Cédric Martigny)

22Cette chorégraphie prend totalement forme lorsque nous enchaînons les dix images, comme pour recréer un mouvement.

23Cette transfiguration est produite par la prise de vue photographique dans laquelle le photographe reproduit un protocole précis : contraste ombre-lumière et modèle immobilisé dans une pose, qui confère une impression de temps suspendu. Elle fait référence à l’histoire de l’art, à la peinture, et plus précisément au XVIIe siècle, par le travail sur la lumière et sur la composition. Elle raconte finalement le plaisir, pour l’homme, d’être en relation avec la matière et de fabriquer soi-même des objets. C’est la jubilation de l’homo faber. L’outil devient le prolongement de la main et du corps. La production artisanale, à dimension humaine, assumant lenteur et imperfections, rend l’objet réalisé unique. Cet imaginaire de l’artisanat est essentiel. Il raconte la jubilation que peut ressentir l’homme à fabriquer quelque chose de ses propres mains, en pouvant contempler ce qui, d’abord, a été conçu, puis a pris du temps à être fabriqué, pour être ensuite transmis.

2. Le travail du photographe

24Le travail est producteur de normes : il conditionne les tenues, les gestes, la durée du temps d’activité ou les objets utilisés. Il est répétitif, il fatigue les corps. Grâce à la photographie et à différents modes opératoires, Cédric Martigny détourne les codes à l’œuvre dans le monde du travail. En jouant avec la lumière et les poses, il intensifie un détail, une posture, une attitude. Par la mise en scène, il réorganise le réel pour faire ressortir chaque modèle, accomplissant un processus d’individuation. Dans la série « Travail au corps », par exemple, nous regardons avec attention chacun des gestes proposés : les postures, les attitudes sont différentes d’une image à l’autre. En parcourant les différentes séries réalisées sur le travail, depuis 2014, se dégage, une jubilation photographique, chez Cédric Martigny, à photographier les autres et à réfléchir à la façon dont il va s’y prendre. Elle est portée par cette pratique du portrait en pied et par ce dialogue entre documentaire et fiction.

25Pour la série « Abattoir », le photographe avait utilisé un procédé ancien, le collodion humide, ce qui a nécessité un dispositif à plusieurs étapes. Il a dû installer un laboratoire photographique dans l’entreprise et a dû être aidé par deux assistants. L’image devait être révélée à la suite de la prise de vue : il fallait dix minutes environ pour enduire la plaque d’aluminium, pour réaliser la prise de vue et pour la révéler. Les employés photographiés venaient alors voir la plaque, autour de laquelle se crée un échange : l’image immédiatement visualisée apportait une dimension personnelle et sentimentale, permettant une forme de libération de la parole. Ce dispositif photographique se déploie donc sur une temporalité à trois temps : le moment de la prise de vue photographique dans laquelle les deux protagonistes (photographe / ouvrier.ère) travaillent ; la révélation de l’image ; l’échange autour du résultat.

26Il faut d’ailleurs ajouter une quatrième étape : la phase préparatoire, facilitée par la résidence dans l’entreprise et qui permet au photographe de présenter son projet, de se faire connaître auprès des ouvriers.ères et d’enclencher cette dimension participative qui constitue un fil conducteur dans la pratique photographique de Cédric Martigny : associer les modèles au projet pour créer un espace commun où chacun travaille et regarde l’autre travailler, dans une forme d’équivalence. Cette temporalité en quatre temps souligne tout d’abord la part invisible dans la fabrication d’une photographie : le moment de la prise de vue arrive après un long temps de préparation. Ensuite, elle rappelle que le photographe déploie un dispositif pour construire des images préfigurées. Au-delà de la dimension esthétique, l’emploi du collodion humide ou du clair-obscur, qui a pour effet d’enrichir le rendu, rappelle qu’une photographie est une représentation de la réalité. Elle résulte des choix effectués par le photographe, comme ici le noir-et-blanc pour la série « Abattoir » : c’est une réappropriation de la réalité.

27Enfin, il y a ce cinquième temps : le moment de monstration final, avec l’exposition ou le livre. Avec Cédric Martigny, il y a des allers-retours entre des présentations de type culturel ou évènementiel, comme à Labruguière, de type communicationnel, avec la série « Atelier » et l'entreprise Riaux, et de type artistique, lorsque les séries sont exposées dans des centres d’art, avec une scénographie qui plonge le visiteur dans l’imaginaire de l’artiste. À chaque fois, les images prennent une signification et une valeur différente.

Photo 15 : vue de l’exposition L’Ombre d’un geste, du 17/11/2021 au 17/12/2021, galerie art et essai, Université Rennes 2.

Photo 15 : vue de l’exposition L’Ombre d’un geste, du 17/11/2021 au 17/12/2021, galerie art et essai, Université Rennes 2.

© Cédric Martigny

  • 10 Dans la série « Tableaux », réalisée lors d’une résidence au sein du groupe Lamotte et composée de (...)

28En expérimentant différents dispositifs pour figurer le travail, le photographe interroge donc les possibilités de la photographie ainsi que la place du photographe. L’acte de photographier crée une perturbation. Être photographié.e peut provoquer de la gêne, faire perdre son naturel ou donner envie de se présenter à son avantage, c’est-à-dire de poser afin de donner une certaine image de soi. Cet effet perturbateur est accentué dans l’espace de travail, où le modèle est occupé par ses tâches, où il doit rester concentré et efficace. La dimension participative commune aux différents modes opératoires utilisés par Cédric Martigny vient faciliter sa présence. Le photographe n’est pas hors de la scène, comme avec un téléobjectif, par exemple. Il n’est pas non plus dans l’instantané d’une image volée. Nous pensons au dispositif employé par Walker Evans pour sa série « Subway Portraits » (1938-1941) : un appareil photographique caché à l’intérieur de son manteau lui permettant de photographier sans être vu. Il s’inscrit aussi à l’opposé de ce que nous nommerons la mythologie du reportage, qui porte l’idée d’un effacement : le photographe s’étant rendu suffisamment discret, il finit par ne plus être remarqué par ceux qu’il photographie, permettant d’une certaine façon à la réalité de redevenir plus naturelle, plus vraie. Grâce à la résidence, Cédric Martigny se déploie dans un environnement commun avec ses modèles et dans lequel il est bien visible : il affiche sa présence10. Laquelle est renforcée par l’utilisation d’un appareil photographique (argentique ou numérique) sur pied. Il est un élément qui vient s’ajouter à la scène, il est constitutif de la situation, non pas en dehors : il est un des repères de l’espace photographique, de cet espace commun au photographe et au photographié, construit par la prise de vue. L’appareil sur pied fige le cadrage et permet de se mouvoir dans la scène pour aller déplacer des modèles ou corriger une posture, par exemple. Il permet aussi aux modèles de quitter la scène pour aller voir, à l’arrière de l’appareil photographique, les contours de l’image en fabrication. Le geste photographique produit un espace de travail complexe, dans lequel les rôles ne sont pas figés.

Conclusion

29Figurer le travail par la photographie peut emprunter différents modes opératoires. Avec la décontextualisation ou la transfiguration, Cédric Martigny s’appuie sur les tenues de travail et sur les gestes, sur ce qui est visible par la photographie, pour montrer que le corps est au cœur du travail, à l’usine comme dans un bureau ou sur un chantier. C’est lui qui répète les gestes, qui se déplace et se fatigue. Mais c’est aussi lui qui sait, qui porte l’expérience et agit avec beauté. De nombreux photographes s’intéressent au travail et placent le corps au centre de leurs séries, en déployant d’autres modes opératoires. Alain Bernardini, Olivia Gay, Géraldine Millo et Valérie Couteron sont quatre photographes que Cédric Martigny évoque volontiers.

  • 11 Voir le texte de Dominique Baqué, « Résistantes », disponible dans le catalogue Envisagées édité lo (...)

30Alain Bernardini, par exemple, avec la série « Tu ne m’auras pas » (2006-2007), détourne les situations de travail, en mettant en scène les employés dans des postures décalées de leur fonction. Olivia Gay, au regard anthropologique, pour reprendre Dominique Baqué11, et Géraldine Millo, qui se revendique de la photographie documentaire critique, pratiquent également les résidences d’artiste. Les nombreuses séries photographiques d’Olivia Gay sont focalisées sur la représentation des femmes, en particulier au travail : « Les grévistes de Lisi », « Les caissières de Margon », « Les ouvrières de l’Aigle », « Les ouvrières de nuit Normpack », « Les dentellières de Calais » ou « Les dentellières d’Alençon ». Géraldine Millo s’intéresse à la formation, dans les séries « Les Vestales » ou « Agroalimentaire », par exemple. Enfin, Valérie Couteron se place au plus près des corps. « Corps oubliés - Hôtesse de caisse » (2004-2005), « Corps oubliés - Femme de chambre » (2006), « Corps oubliés - Ouvrier abattoir » (2006), « Corps oubliés - Ouvrière de confection » (2007), « Corps oubliés - Serveuse » (2007), « Corps oubliés - Brancardier » (2007) : ses différentes séries empruntent le style documentaire. Le fil conducteur du projet photographique de la photographe est énoncé : photographier ces corps oubliés, ceux de ces femmes et hommes exerçant des métiers socialement peu reconnus, aux conditions de travail souvent difficiles (horaires fractionnés ou décalés, gestes répétitifs, charges à porter et faibles rémunérations).

31Il y a des affinités entre Cédric Martigny et ces quatre photographes : la pratique de la pose – voire de la mise-en-scène – et une importance accordée à l’expérience du terrain au long cours, permettant de construire des séries dans lesquelles les modèles sont associés à la fabrication des images et qui mettent sur le devant de la scène cette vie quotidienne passée au travail.

Haut de page

Bibliographie

Ancet P. « Conflits internes aux sujets et aux organisations », Rue Descartes, n°91, 2017/1, p. 106. Disponible sur: https://doi.org/10.3917/rdes.091.0106, consulté le 5/11/2017.

Baron E., Hersant, G., Le Tirant, D. (2013) Pose Travail, Genk, Snoeck éditions.

Benedetto-Meyer M. et Cihuelo J. (dir.) (2016), « Les Espaces de travail », La Nouvelle Revue du Travail, n°9.

Bernardini A. (2009), Monuments d’images, Dijon, les presses du réel.

Boisard P. (2009) Le Nouvel Age du travail, Paris, Hachette Littératures.

Dubois P. (1990) L'Acte photographique, Paris, Nathan.

Fréger C. (2003) Bleu de travail, Paris, POC éditions.

Fréger C. (2015) Bretonnes, Arles, Actes Sud, Thames&Hudson.

Le Breton D. (2018), La Sociologie du corps, Paris, PUF/Humensis.

Lieux communs, figures singulières, exposition, Paris, Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 24 octobre -12 janvier 1992.

Pillon T. (2012) Le Corps à l’ouvrage, Paris, Stock.

Poivert M. (2018), La Photographie contemporaine, Paris, Flammarion.

Poivert M. et Verneret G. (2021), La Région humaine. Le ciel est bleu, Paris, Loco.

Verneret G. (2020), Le Discours sur la fenêtre, Paris, Éditions Loco.

Haut de page

Notes

1 Usimages, expositions photographiques en plein air, du 24 avril au 4 juin 2017, Agglomération Creil Sud Oise.

2 Titre emprunté à l’exposition qui s’est tenue à Rennes, du 17/11/2021 au 17/12/2021, à la galerie art et essai, Université Rennes 2.

3 Les photographies ont été prises à l'abattoir de Montfort-sur-Meu (entreprise La Cooperl) en 2013. La technique photographique employée est le collodion humide sur plaque aluminium au format 20 cm x 25 cm. La série est composée de 20 images et a d'abord été montrée dans les locaux de l'entreprise, puis au centre d'art l'Aparté à Iffendic. Quelques images ont été exposées dans des panneaux publicitaire dans la ville de Montort-sur-Meu.

Cédric Martigny a rassemblé une dizaine de séries, dont « Abattoir », « Travail au corps » et « Atelier », dans un projet plus vaste, L’Ombre d’un geste. Les images ont été mélangées pour donner un corpus d’une centaine de photographies, accrochées en constellations. Ce travail de reconfiguration a été menée avec Véronique Boucheron, historienne de l’art. L’Ombre d’un geste révèle la dimension expérimentale de la pratique photographique – la possibilité de revenir sur les images, de recycler la matrice d’origine (négatif ou fichier) pour affiner son regard.

4 Le collodion humide est un procédé photographique apparu en 1850 et qui consiste à enduire des plaques humides avec du collodion, solution de coton-poudre dans un mélange d’alcool et d’éther. Les plaques devaient être enduites et sensibilisées juste avant la prise de vue puis exposées et développées aussitôt après. La faible sensibilité des plaques au collodion humide imposait de très longs temps de pose, et par conséquent, des sujets immobiles et immobilisés pendant un certain temps. En 1871, l’Anglais Richard Leach Maddox a l’idée de remplacer le collodion par une émulsion composée de bromure de cadmium, de gélatine et d’eau, sensibilisée au nitrate d’argent, étendue et séchée sur une glace. Toutefois, le résultat présentait l’inconvénient d’être moins sensible que le collodion.

5 https://www.cedricmartigny.com/wordpress/?page_id=2466.

6 Le livre a été rédigé à partir des récits et écrits des ouvriers et des mineurs parlant du travail en usine ou à la mine.

7 La série « Travail au corps » comprend 20 photographies réalisées en moyen format numérique.

8 Les photographies de la série « Atelier » ont été prises dans l'entreprise Riaux, qui fabrique des escaliers sur mesure, à Bazouges-la-Pérouse. Réalisée en 2014, la série comprend 10 images. La série a tout d’abord été exposée au centre d'art Le village à Bazouges la Pérouse. L'entreprise Riaux a ensuite acheté les droits des photographies pour les exposer dans ses locaux et illustrer sa plaquette commerciale.

9 https://www.cedricmartigny.com/wordpress/?page_id=3390

10 Dans la série « Tableaux », réalisée lors d’une résidence au sein du groupe Lamotte et composée de photographies de groupes, il apparaît lui-même dans chacune des images, au milieu des employés, reconnaissable à son pull-over rouge et agissant comme photographe.

11 Voir le texte de Dominique Baqué, « Résistantes », disponible dans le catalogue Envisagées édité lors de l’exposition d’Olivia Gay, au Château d’eau (5 mai au 25 juin 2017), Toulouse, Le Château d’eau, 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Abattoir 2, série « Abattoir », 2013.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Photo 2 : Abattoir 5, série « Abattoir », 2013.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 3 : Série « Abattoir », 2015. Vue de l'exposition Histoires (2016), centre d’art l’Aparté, Iffendic (35).
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Photo 4 : Série « Abattoir », 2015. Vue de l'exposition Histoires (2016), centre d’art l’Aparté, Iffendic (35).
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-4.png
Fichier image/png, 533k
Titre Photo 5 : Abattoir 10, série « Abattoir », 2013.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Photo 6 : Abattoir 17, série « Abattoir », 2013.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 7 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Photo 8 : vue de l’exposition L’Ombre d’un geste, du 17/11/2021 au 17/12/2021, galerie art et essai, Université Rennes 2.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Photo 9 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Photo 10 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Photo 11 : vue de l’exposition Travail au corps, du 15/07 au 24/10/2020, exposition en plein air et au centre Arthur Bathut de Labruguière (81).
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Photo 12 : Atelier 6, série « Atelier », 2014.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Photo 13 : Atelier 2, série « Atelier », 2014.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Photo 14 : Atelier 15, série « Atelier », 2014.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Photo 15 : vue de l’exposition L’Ombre d’un geste, du 17/11/2021 au 17/12/2021, galerie art et essai, Université Rennes 2.
Crédits © Cédric Martigny
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/2837/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Bach, « Cédric Martigny, la photographie au travail »Images du travail, travail des images [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 11 août 2022, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/itti/2837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.2837

Haut de page

Auteur

Caroline Bach

Caroline Bach est diplômée de l’E.N.S.P. (Arles) et docteure en histoire de l’art (qualification MCF, section 18). Elle est rattachée au LIFAM (ENSAM Montpellier). « La photographie à l’épreuve du vide » est son dernier texte paru (Les Chantiers de la Création, n°13, 2021).
Par ailleurs, depuis plusieurs années, elle poursuit un travail artistique qui porte sur la façon dont le travail façonne le territoire et nos vies. L’ouvrage Dites-nous comment survivre à notre condition, sur la série éponyme, est sorti aux éditions LOCO (2015) avec un texte de Dominique Baqué « Témoigner des luttes ouvrières ».

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search