Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Compte-renduIls brillaient de pétrole sous le...

Compte-rendu

Ils brillaient de pétrole sous le soleil
Les ouvriers de Fos sur Mer
Photographies de François Lucchesi

L’Harmattan, 2021, 169 pages
Jean-Paul Géhin

Texte intégral

1Autour d’une bonne centaine de photographies d’ouvriers du port pétrolier de Fos sur Mer, ce petit ouvrage rend hommage à une œuvre originale, celle d’un ouvrier photographe qui, toute sa vie professionnelle, a saisi le travail des membres de son équipe : de jour comme de nuit, en été comme en hiver, à des moments d’activité intense comme dans des périodes de pause ou de repos. Se dessine un riche portrait de groupe, complété par plusieurs textes qui contextualisent la démarche : un historique du port pétrolier par son fondateur, Michel Peronnet, qui a vite soutenu la démarche ; la mise en perspective d’un sociologue, Jean-Pierre Durand ; un hommage rendu par le fils d’un ouvrier, emporté comme d’autres membres de l’équipe par un cancer, toujours pas reconnu comme maladie professionnelle, Laurent Quessette ; et enfin une série de textes courts proposés par le photographe sur sa démarche et la vie de l’équipe.

Figure 1 : Couverture, Quessette Guy, mars, 1985

Figure 1 : Couverture, Quessette Guy, mars, 1985

© François Lucchesi

2L’histoire de la photographie, de la révolution industrielle et de la montée de la classe ouvrière se recouvrant pour partie, les chefs d’entreprise ont vite mesuré l’intérêt de cette nouvelle technologie à la fois chimique et mécanique pour fournir une image idéologiquement contrôlée de la production industrielle et des travailleurs qui y concourent (Assegond, 2012). La photographie patronale, comme plus tard les premiers films cinématographiques, met volontiers l’accent sur les équipements et les bâtiments, les ouvriers et les ouvrières ayant une fonction de faire valoir, leur petitesse soulignant le gigantisme des machines. Parallèlement, plusieurs courants de la photographie, dits humaniste, documentaire, constructiviste ou social, se sont intéressés au travail et à la classe ouvrière (Géhin, Stevens, dir., 2016). De August Sanders à Gérald Bloncourt (Eckert, 2016), de François Kollar à Allan Sekula (Le Demazel, 2021) en passant par Dominique Delpoux (Deilhes, 2016) ou Guy Hersant (Géhin, 2016), ils ont documenté le travail ouvrier et contribué à enrichir les représentations collectives à ce sujet.

3En revanche, la photographie réalisée par des ouvriers et des ouvrières est rare, même si dans un numéro thématique de la revue Images du Travail, Travail des Images, « Les ouvriers et la photographie : de 1945 à nos jours », Xavier Nerrière (2016) met l’accent sur la notion d’autoreprésentation, « ces images, produites par les salariés eux-mêmes, sur leurs lieux de travail (en situation de travail ou lors de conflits sociaux) et de leur propre initiative » : des images nombreuses et diversifiées montrant la pénétration de la photographie dans le monde du travail et la classe ouvrière, mais qui gardent pour l’essentiel un statut privé, un peu comme les photos de famille.

Figure 2 : La coordination, juillet 1991 (en haut à gauche Gomar Jeannot, en bas à gauche Pintet Christian, en haut à droite Andrieu Paul, en bas à droite, Corsini Hervé).

Figure 2 : La coordination, juillet 1991 (en haut à gauche Gomar Jeannot, en bas à gauche Pintet Christian, en haut à droite Andrieu Paul, en bas à droite, Corsini Hervé).

© François Lucchesi

4De ce point de vue, le travail de François Lucchesi rompt avec cette tradition d’autoreprésentation ouvrière : c’est une œuvre photographique publique et publiée, singulière et homogène, collective et autonome. Ses clichés sont spécifiques. Ils portent la patte de leur auteur. Ils semblent facilement identifiables, même s’ils ont été pris durant une longue période, de 1980 à 2007, presque toute une carrière ouvrière. Il y a, il est vrai, une forte unité de lieu et d’activité : le port pétrolier de Fos-sur-Mer et le travail en trois huit des ouvriers du pétrole.

5Il y a surtout le processus de fabrication de ces images sur le long terme et l’affirmation progressive de leur légitimité et leur intérêt : des portraits de collègues quelquefois réticents, aux premières prises de vue du travail à l’insu de la maîtrise, jusqu’à l’affirmation d’une sorte de droit à la photographie ouvrière. Cela tient à la persévérance du photographe pour lequel cette activité « en marge des dures journées au milieu du pétrole a contribué à alléger (mon) quotidien d’ouvrier, chaque photo c’était comme une coupure » (p 32). Cela renvoie « à la forte présence syndicale sur le site portuaire qui permet une certaine autonomie ouvrière au travail… » (p 7).

6Cette fabrique autonome produit une photographie ouvrière originale sous bien des aspects.

7C’est d’abord une photographie profondément humaniste, à hauteur d’homme, centrée sur les ouvriers qui, la plupart du temps, nous regardent, quelquefois esquissent un sourire ou un signe de complicité (p 77 et 81). Cette centralité ne va pas de soi, compte tenu du gigantisme des installations, l’immensité des supertankers, la taille des tuyaux, des connexions, des outils… Et ceci, même lorsque saisir l’activité humaine dans ce contexte impose de vertigineuses photographies en plongée : l’ouvrier, certes plus petit, reste au cœur de l’image (p 72 et 73).

Figure 3 : Le trophée, 1981

Figure 3 : Le trophée, 1981

© François Lucchesi

8En fait, François Lucchesi photographie très différemment le travail et les installations. Concernant le port, les bateaux, les grues ou les tuyaux, ses images se font esthétisantes, saisissant les contrejours, la lumière, la matière (p 50 et 99). En revanche, ses photos d’ouvriers au travail sont beaucoup plus documentaires, montrant l’intensité de l’action et soulignant la concentration à travers les regards, les mimiques. Elles deviennent souvent narratives, notamment lorsqu’elles rendent compte du travail collectif, de la nécessaire coopération et nous décrivent ainsi l’intensité du travail dans toutes ses dimensions physiques, intellectuelles, de lutte contre les éléments, le pétrole et les risques. Le travail est mis en scène, raconté, presque découpé (p 65).

Figure 4 : Le nid, juin 1990 (Trujillo Jean)

Figure 4 : Le nid, juin 1990 (Trujillo Jean)

© François Lucchesi

9Une autre dimension spécifique est l’attention accordée aux techniques et aux outils. L’exemple le plus flagrant est la clé de 38 en bronze qui a droit à une photo en gros plan (p 60), inaugurant la série consacrée au travail de l’équipe et malicieusement intitulée « Arme au poing ». Parce que ce métal ne fait pas d’étincelles en frappant l’acier, c’est un outil précieux pour les ouvriers du pétrole. C’est un symbole fort, résumant leur activité, qui consiste souvent à raccorder des tuyauteries pour transvaser le pétrole des bateaux vers les quais et les raffineries. C’est aussi ce qui prémunit contre les incendies provoqués par les gaz de pétrole très inflammables. C’est le rappel de l’omniprésence des risques dans leur métier.

10L’analyse de la spécificité de la photographie serait incomplète si elle ne soulignait pas l’importance et la primauté du collectif qui concerne d’abord le travail, mais aussi les pauses et les récupérations, la solidarité dans les luttes et les mouvements collectifs (p 112 et 113) ou encore les moments de détente et de convivialité (p 114, 115 et 127).

11François Lucchesi nous donne à voir, avec beaucoup de sensibilité et de modestie, les différents aspects du travail des ouvriers du pétrole à la fin du XXe siècle et au tout début du XXIe : son travail et celui de son équipe. On peut se faire une idée de ce que les ergonomes appellent le travail réel, en opposition au travail prescrit par les directions d’entreprise. C’est un témoignage précieux d’une relative autonomie ouvrière, qui s’était développée dans certains espaces professionnels et syndicalisés du système productif durant les trente glorieuses. Situation sans doute de plus en plus minoritaire et en voie de disparition.

Figure 5 : Le tube, Coulon Georges (à gauche), Quessette Guy, 1982

Figure 5 : Le tube, Coulon Georges (à gauche), Quessette Guy, 1982

© François Lucchesi

Haut de page

Bibliographie

Assegond, C. (2012) « Les débuts de la photographie du travail usinier : production, représentations, usages (1870-1915) », p 87-100, Images du travail, travail des images, Rennes, PUR.

Deilhes, J. (2016) « Dominique Delpoux ou les visages du travail », Images du travail, travail des images [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 21 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/1211 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.1211

Eckert,H et Bloncourt, G (2016) « Grand entretien avec Gérald Bloncourt », Images du travail, travail des images [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 21 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/1231 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.1231

Géhin, J-P. (2016) « Baron Évelyne, Hersant Guy, Le Tirant Dominique, 2013, Pose Travail, Genk, Snoeck éditions, 280 p. », Images du travail, travail des images [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 21 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/1402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.1402

Géhin, J-P. & Stevens, H. (dir.) 2012, Images du travail, travail des images, Rennes, PUR.

Le Demazel, F. (2021) August « Allan Sekula, du charbon à la mer : matérialisme culturel et réalisme critique », Images du travail, travail des images [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 20 février 2021, consulté le 21 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/1472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.1472

Nerrière, X. (2016) « Conscience politique et conscience photographique », Images du travail, travail des images [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 21 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/itti/1180 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.1180

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Couverture, Quessette Guy, mars, 1985
Crédits © François Lucchesi
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2 : La coordination, juillet 1991 (en haut à gauche Gomar Jeannot, en bas à gauche Pintet Christian, en haut à droite Andrieu Paul, en bas à droite, Corsini Hervé).
Crédits © François Lucchesi
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 3 : Le trophée, 1981
Crédits © François Lucchesi
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 4 : Le nid, juin 1990 (Trujillo Jean)
Crédits © François Lucchesi
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Figure 5 : Le tube, Coulon Georges (à gauche), Quessette Guy, 1982
Crédits © François Lucchesi
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Géhin, « Ils brillaient de pétrole sous le soleil
Les ouvriers de Fos sur Mer
Photographies de François Lucchesi
 »
Images du travail, travail des images [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 24 septembre 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/itti/3460 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.3460

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Géhin

Jean-Paul Géhin est sociologue du travail, enseignant chercheur émérite à l'Université de Poitiers et membre du laboratoire GRESCO. Ses travaux de recherche portent principalement sur les formes d'articulation entre éducation et travail : formation en entreprise, éducation permanente, entrée dans la vie des jeunes, validation des acquis de l'expérience...
Il a par ailleurs participé à la conception, la mise en place et la direction de formations universitaires de documentaristes : master écriture et documentaire de création ; master documentaire animalier, nature et environnement.
De longue date intéressé par l'usage des images fixes et animées dans la recherche en sciences sociales comme par la médiation scientifique, il a fondé et longtemps présidé le festival Filmer le travail. Il a également participé à la création de la revue scientifique pluridisciplinaire Images du Travail, Travail des Images, qu’il codirige.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search