Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierMine de crayon : l’univers minier...

Dossier

Mine de crayon : l’univers minier dans la bande dessinée

Coal Pencil: Coal Mining Societies in Comic Books
Nicolas Verschueren

Résumés

Entre 2008 et 2021, l’univers minier a été source d’inspiration pour de nombreux auteurs de bandes dessinées franco-belges. Cet article démontre l’originalité et les continuités narratives et figuratives du 9ème art pour observer et décrire les spécificités du monde minier par rapport aux autres formes de production artistiques. Trois approches sont principalement envisagées. La première consiste à percevoir l’univers minier comme un microcosme social, une métaphore du monde du travail, des relations entre dominants et dominés. La deuxième approche se concentre sur la quête du réalisme, lieu commun des représentations minières mais dans lesquelles les auteurs peuvent s’autoriser une liberté créatrice et un lyrisme parfois étonnant. La dernière approche vise à observer la manière dont l’univers post-charbon est conçu par certains auteurs de bandes dessinées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur tient à remercier chaleureusement les relecteurs de cet article qui par leurs commentaires (...)

1Au bout du crayon, la mine1. Au centre de la Belgique charbonnière se trouve l’école de Marcinelle du nom de la commune où Dupuis a lancé le Journal de Spirou dont le style a souvent été opposé à celui de la ligne claire chez Tintin. Le monde de la bande dessinée et l’univers minier auraient-ils une existence commune ? Au-delà du jeu de mot et des coïncidences géographiques, peut-on observer une rencontre, un dialogue entre ces deux univers, entre les pages blanches noircies et les gueules noires ? Ce monde du travail si spécifique a-t-il trouvé sa place dans le 9ème art ? Ces questions méritent d’être posées tant le travail de la mine et les communautés minières n’ont eu de cesse de susciter les intérêts artistiques multiples depuis près de 150 ans. Pour ne citer que quelques exemples dans la littérature avec Zola ou Cronin, la sculpture avec Meunier, la peinture avec Baldomero Lillo ou Jonas, la photographie avec Sieff ou Song Chao ou encore le cinéma avec Pabst ou Storck, la destinée de ces populations s’enfonçant 1000 mètres sous terre, leurs conditions de vie et leurs combats ont laissé une marque profonde dans l’histoire culturelle des régions charbonnières à travers le monde. Or, si quelques références peuvent être trouvées sur les 150 dernières années, l’univers minier n’apparaît véritablement dans la bande dessinée qu’à partir des années 2000 et même des années 2010. Dès lors, cet article a pour ambition d’observer la manière dont les auteurs et dessinateurs ont représenté et scénarisé l’univers minier au travers d’une vingtaine d’œuvres répertoriées. Plus encore, le principal objectif est d’observer les singularités apportées par cette production artistique dans la manière de montrer la mine, les mineurs, le bassin minier voire l’histoire minière au regard de ce que les autres formes artistiques ont produit.

2La représentation de la mine dans le cinéma (Perron, 1993) (Hogenkamp, 2005), la photographie (Verschueren 2018) ou la littérature (Verschueren 2012) a déjà fait l’objet d’études qui autorisent des réflexions comparatives qui, si elles ne sont pas systématiques, permettent néanmoins de percer la bulle et d’éviter une analyse trop centrée sur un certain type de sources déconnectées des autres formes de représentations culturelles. Malgré les lieux communs qui unissent bon nombre de récits miniers tels que la catastrophe minière ou la grève, ces récits peuvent présenter des variétés bien plus notables qu’il n’y paraît au premier regard (Banaré et Le Meur, 2014).

3Cette étude est construite à partir de bandes dessinées franco-belges qui utilisent l’univers minier comme cadre principal dans lequel se développe la narration et dans lequel les personnages évoluent. Il convient également de souligner que la toute grande majorité de ces œuvres ont été publiées entre 2009 et 2021 (17 bandes dessinées sur les 19 répertoriées et examinées pour cette étude). Il y a donc une singularité particulière à la bande dessinée dans la représentation de la mine par rapport aux autres arts puisque ces ouvrages ont été conçus et publiés bien après la fermeture des derniers puits de mines en France et en Belgique. Cette spécificité de la bande dessinée par rapport aux autres types de production artistiques sera en partie traitée dans la troisième partie et méritera une étude comparée davantage systématique des représentations de l’après-charbon.

4Il ne sera pas possible d’aborder tous les aspects de cette relation entre bandes dessinées et univers miniers mais des pistes d’études ultérieures seront proposées en conclusion. Dans un premier temps, cet article esquisse à gros traits quelques éléments de réflexion sur la classe ouvrière dans la bande dessinée et souligne des références relatives au monde minier. Ensuite, trois axes d’analyses sont proposés pour observer la manière dont cet univers du travail a été représenté et conçu par les auteurs de bandes dessinées. Premièrement, la mine et sa communauté sont souvent présentées comme un microcosme social où se jouent les rapports de dominations dans et hors du monde du travail. Au travers de la figure du jeune ouvrier, il invite le lecteur à se plonger non seulement dans l’histoire industrielle mais également à s’identifier à un personnage qui découvre la violence du monde du travail. Cette mise en image et en récit du caractère englobant de l’activité minière ouvre la voie à une deuxième clé d’analyse autour de la question du réalisme. Cette quête d’une représentation fidèle de la vie et du travail du mineur si prégnant dans d’autres formes artistiques est également au cœur des œuvres étudiées ici. Néanmoins, il est loisible d’observer une originalité de certains auteurs qui ont utilisé les libertés offertes par la bande dessinée pour briser une représentation convenue sans pour autant évacuer les problématiques soulevées dans la première partie. Au-delà de la bande dessinée, ce point d’observation soulève la question de la finalité d’une représentation artistique du travail du mineur oscillant entre critique sociale, pédagogie, authenticité et démarches artistiques des auteurs. L’illustration et la narration protéiforme autorisées par la bande dessinée constituent de véritables potentialités pour réinvestir un monde du travail déjà bien investi par d’autres arts. La force évocatrice de la bande dessinée ou l’alternance entre l’image fixe et la séquence dévoilent de nouvelles appropriations possibles de cet univers par la bande dessinée.

  • 2 Cinq entretiens semi-directifs d’une durée d’environ une heure chacun permettaient de comprendre l’ (...)

5Enfin, comme susmentionné, c’est dans un environnement post-charbon que ces œuvres ont été créées constituant une singularité de la bande dessinée par rapport à la littérature, le cinéma ou la peinture. Une troisième piste de réflexion portera donc sur cette singularité et sur la manière dont l’exploitation charbonnière habite encore l’univers post-charbon. Outre les bandes dessinées, six entretiens téléphoniques ont été réalisés avec des dessinateurs et scénaristes des bandes dessinées étudiées ici afin d’analyser le processus créatif derrière l’œuvre2.

1) Astérix, Spirou, Tintin, les ouvriers et les mineurs

  • 3 France culture, A voix nue, Baru, 2ème partie, 25 janvier 2011.

6Depuis une quinzaine d’années le monde du travail et notamment celui des ouvriers a fait l’objet de multiples publications dans la bande dessinée autour notamment des conflits du travail (Galandon et Vidal, 2014) (Thellier, 2014) (Inker, 2021) ou d’adaptation de récits ouvriers (Efix et Lavaray, 2019). À l’image d’une évolution de la bande dessinée qui explore des genres plus diversifiés ou plus matures, le monde du travail se suffit désormais à lui-même pour devenir un sujet à part entière comme le démontre les ouvrages d’Etienne Davodeau (Jablonka, 2014). Déjà dans les années 2000, Manu Larcenet s’était inspiré des mutations de l’industrie portuaire comme contexte social autour duquel ses personnages évoluaient (Larcenet, 2003). Néanmoins, cette centralité de l’industrie ou des ouvriers dans une œuvre de bandes dessinées est relativement récente par rapport à la production franco-belge post-1945, même dans Vaillant et Pif Gadget pourtant proche du PCF. Ce n’est donc que récemment que les auteurs de bandes dessinées ont étudié le monde du travail dans une approche documentaire et/ou dans une dimension critique (Géhin, 2018). Ainsi, lorsque Baru (Hervé Baruléa) publie Quéquettes blues dans les années 1980, il fait alors figure d’ovni dans la bande dessinée de l’époque en présentant une jeunesse immigrée dans une cité ouvrière des années 19603. Pourtant, certains chercheurs et auteurs de bandes dessinées considèrent le 9ème art comme le premier art ouvrier, conçu par et pour la classe ouvrière rappelant que nombre de lecteurs mais également d’auteurs sont issus de cette classe sociale (Nilsson, 2019) (Baru, 2008). Christian Lax, un des auteurs présents dans cette étude, explique cette indéniable proximité avec le milieu dont il est issu.

« Je mets principalement en scène les gens issus du prolétariat ou en tous cas les gens de peu. C’est un parti pris, et aussi parce que c’est là d’où je viens. Je n’ai jamais été moi-même ouvrier, mais mon père, mes oncles, mon grand-père étaient issus de ces classes populaires. J’ai une sensibilité qui me conduit à m’intéresser davantage à ces gens-là qu’à ceux d’un milieu social dont je suis éloigné » 4.

7Ces quelques mots trop brefs sur la place des ouvriers dans la bande dessinée franco-belge aident néanmoins à lier l’augmentation significative d’œuvres sur le monde minier ces dix dernières années aux transformations du lectorat et de l’édition (Groensteen, 2017). Néanmoins, il est possible de remonter quelques décennies plus tôt pour voir apparaître le mineur crayonné ou représenté en bande dessinée. Sans volonté de créer une généalogie et encore moins de viser à une exhaustivité historique sur le sujet, ce rapide parcours historique permet d’observer la représentation de la figure du mineur au travers de l’histoire de la bande dessinée pour arriver dans les années 2000.

8Parmi les images récurrentes du travail de la mine au 19ème siècle, celle des jeunes ouvriers et ouvrières, galibots (nom donné aux enfants travaillant dans les mines du Nord de la France), poussant et/ou tirant des wagonnets courbés dans une étroite galerie de mine constitue un élément récurrent dans la représentation de la classe ouvrière au travail. Selon Diana Garrisi, les représentations utilisées pour illustrer l’enquête britannique de 1842 sur le travail des enfants dans la mine ont ainsi été fréquemment reprises en fonction des objectifs politiques et ont pour longtemps marqué l’Angleterre victorienne et l’image du travail (Garrisi, 2014). Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler de bandes dessinées, on assiste ici à une des premières représentations graphiques du travail minier ayant des implications visuelles à long terme. Mais à cette image du travail se couple également une vision des conditions de travail qui ne semble être comparable à aucun autre ouvrier (Garrisi, 2014, 443). Si l’héroïsme et la bravoure du mineur accompagnent rapidement des œuvres culturelles à l’image de Kamaredschaft de Pabst en 1931, la fatalité s’accole très rapidement au destin de l’ouvrier de la mine. À la fin du 19ème dans un journal satirique liégeois, Le Frondeur, apparaît une des premières planches de bandes dessinées consacrées au mineur : « L’odyssée d’un houilleur », le 29 novembre 1884. Cette odyssée s’avère être en réalité une descente aux enfers pour ce mineur depuis la rencontre de sa femme dans la mine, à la naissance de ses huit enfants pour se terminer par son décès lors d’une catastrophe minière. Cette histoire propose une critique sociale acerbe où l’opulent patron console la veuve et les orphelins d’une piètre charité mais également regarde d’un œil grave la passivité d’un peuple qui accepte sa condition et qui dépérit par le travail (Paques, 2012, 126-128). La violence et la mort ne sont point cachés. Cette dernière pénètre dans la maison à la vue des enfants, l’ombre du chevalement se détachant dans l’encadrement de la porte. Le chevalement, dont il sera question plus loin, est la structure, souvent métallique, s’élançant vers le ciel et permettant l’extraction du charbon pour devenir par la suite le référent visuel par excellence de l’univers minier.

  • 5 À noter une certaine précision historique de Walthéry puisque les soutènements de la galerie sont f (...)

9Dans les années 1930 et dans un tout autre contexte lié à l’émergence des comics américains, une des premières aventures de Superman se déroule précisément dans une mine de charbon dans laquelle des mineurs se retrouvent bloqués à la suite des négligences du propriétaire. Un scenario finalement très traditionnel des productions culturelles relatives à la mine. Cet épisode de 1938 rappelle la présence d’une conscience de classe et d’un combat pour la justice sociale dans les premières apparitions de Superman (Andrae, 1987) et une approche de l’univers minier finalement peu éloignée des thèmes abordés par certains écrivains-mineurs des années 1930. Après 1945, la mine n’apparaît que parcimonieusement dans la bande dessinée à l’exception des aventures de Pic et Briquet publiées dans le journal des Houillères durant les années 1960 et rééditées par le Centre historique minier de Lewarde à la fin des années 1990 avec un certain succès. Mais à l’exception de cette publication inédite dans le journal de l’entreprise, la mine n’apparaît que timidement dans la bande dessinée, même en Belgique. En 1968, c’est Benoît Brisefer qui doit accomplir un de ses douze travaux en se sauvant d’une galerie de mine où il fut enseveli (Peyo et Walthéry, 1968)5. Vingt ans plus tard, François Walthéry reviendra aux galeries de mines dans la bande dessinée avec le personnage folklorique liégeois Tchantchès qui se retrouve lui aussi prisonnier dans une galerie à la suite d’un éboulement (Walthéry, 1988). En somme, l’univers minier ne fut que peu présent dans la production de bandes dessinées dans la seconde moitié du 20ème siècle. Entre 1959 et 1993, Luc Courtois dénombre la présence d’une cinquantaine de chevalements dans la bande dessinée belge et considère ce nombre comme significatif de la prégnance du monde minier dans l’imaginaire culturel belge mais sans que l’univers minier soit jamais un élément central de l’histoire (Courtois, 1994). Mais au-delà du bilan comptable qui fait de la mine un marqueur du territoire belge et plus particulièrement wallon, Luc Courtois présente une chronologie pertinente pour cette étude. Ainsi le chevalement et le paysage houiller sont assez présents dans les années 1960 pour les œuvres à dimension réaliste alors que cette présence industrielle tend à s’estomper complètement dans les années 1970 en lien avec la disparition des mines wallonnes à la même époque pour finalement réapparaître dans les années 1980 dans la bande dessinée réaliste et de fiction. Mais cette présence est surtout une évocation, un marqueur du territoire et jamais la communauté minière ne constitua le contexte central dans lequel l’action se déroule.

  • 6 Voir également la table ronde Dessine-moi les sciences sociales ? Bande dessinée et sciences social (...)

10Avec l’évolution récente de l’édition de bandes dessinées qui consacre désormais des approches documentaires, du journalisme d’investigation (Astier et Robert, 2009), de la recherche scientifique (Mandel et Pagis, 2017) voire des adaptations de livres d’histoire (Noiriel et alii, 2021)6, l’univers minier a lui aussi été approprié par la bande dessinée. Plus précisément, c’est à partir d’un corpus de 17 œuvres publiées entre 2008 et 2021 que cet article entend étudier cette appropriation qui a pris des chemins parfois bien divergents.

  • Geoffroy Deffrennes et Gaëtan Guyot, La salle du pendu, 2008

  • Loo Hui Phang et Philippe Dupuy, L’art du chevalement, 2013

  • Cyril Bonin et Laurent Galandon, Quand souffle le vent, 2009

  • Jack Domon et Gilles Zampano, Les gueules noires, 2021

  • Michel Colline, Charbon . T.1, L’espoir, 2020

  • Xavier Bétaucourt et Jean-Luc Loyer, Sortir de terre « à 198 kilomètres de la pyramide… , 2019

  • Ian De Haes et Sandrine Place, Belle-Fleur, une curieuse petite gueule noire, 2016

  • Thomas Campi et Vincent Zabus, Macaroni !, 2016

  • Christian Lax, Pain d’alouette. Première époque, 2009

  • Sergio Salma, Marcinelle 1956, 2012.

  • Lélis et Ozanam, Gueule noire, 2015

  • Romain Baudy, Souterrains, 2017.

  • Koza et Mousse, La révolte des terres, 2017

  • Jean-Luc Loyer, Faymoreau la Mine, 2010

  • Dupont et Vaccaro, Les gueules rouges, 2017

  • Frédéric Allali, Jeff Baud et Eric Stoffel, Gueules rouges. Enfant de la mine, 2018

  • Jean-Luc Loyer, Sang Noir, la catastrophe de Courrières, 2013

2) La mine, un microcosme social

11Dans l’étude de Luc Courtois mentionnée ci-dessus, l’objet d’intérêt portait sur le chevalement, véritable totem de la mine et de son univers. Cette analyse qui s’étendait sur les années 1950-1980 pourrait sans difficulté être poursuivie pour les décennies suivantes. La première case de la première planche est bien souvent pourvue de cette structure industrielle singulière. Le chevalement est la synecdoque figurative de l’univers minier, sous le châssis à molette (autre nom du chevalement) se déploie immédiatement un imaginaire minier qui nous ramène à Germinal, aux luttes sociales, au coron, à la silicose, etc. Il est au mineur ce que le tracteur est au fermier du 20ème siècle, ce que la cheminée d’usine est à l’ouvrier. Cette omniprésence se retrouve dans la plupart des bandes dessinées franco-belges des vingt dernières années. Il rappelle l’importance du décor dans la bande dessinée et particulièrement dans le contexte minier, cette configuration charbonnière du coron et du terril dépasse rapidement son rôle de décor dans lequel le lieu devient « un des acteurs narratifs du livre » pour reprendre les mots d’Etienne Davodeau (cité par Robert, 2018a, 99). Le décor devient ainsi actant et participe à la cohérence de l’univers représenté tout en formalisant le style et l’histoire (Robert, 2018a, 141). Cette approche sémiotique esquissée ici mériterait une analyse plus approfondie de l’univers industriel dans la bande dessinée permettant d’observer comment le décor « est aussi la thèse en acte » (Robert, 2018b, 121).

12Dans la première case de La salle du pendu (voir figure 1), Guyot et Deffrennes associent dès le début de l’histoire l’omniprésence charbonnière à travers le chevalement, le contexte spécifique d’un des personnages principaux d’une famille de mineurs sur plusieurs générations et une des trames narratives autour du refus du père de voir son fis devenir mineur lui-même (Guyot et Deffrennes 2008). Pour Galandon et Bonin, la première case (voir figure 2) et les suivantes proposent une série de cartes postales dessinées se rapprochant progressivement des individus en partant de la mine vers le coron et ses habitants. Les auteurs qui utilisent d’ailleurs le chevalement comme élément constitutif de la couverture cherchent à immerger instantanément le lecteur dans l’univers charbonnier.

Figure 1 : Le chevalement, totem de l’univers minier

Figure 1 : Le chevalement, totem de l’univers minier

© Guyot et Deffrennes, La Salle du pendu

Figure 2 : Le chevalement, totem de l’univers minier

Figure 2 : Le chevalement, totem de l’univers minier

© Galandon et Bonin, Quand souffle le vent

  • 7 Entretien téléphonique avec Jean-Luc Loyer, 14 janvier 2022.

13Le chevalement continue donc d’être ce point de repère visuel qui rattache les acteurs à leur environnement, véritable phare qui guide le lecteur vers ce monde minier et ses codes qui sont le plus souvent détaillés dans les planches suivantes. Le parallèle avec le phare a d’ailleurs été envisagé par Jean-Luc Loyer pour la couverture de son livre sur la catastrophe de Courrières avant d’être modifié par l’éditeur pour une couverture plus explicite7.

14Cette focalisation sur cet élément de décor sert justement à souligner l’importance de l’environnement pour les auteurs de bandes dessinées pour appréhender une réalité sociale et économique. Le chevalement qui se détache dans le ciel n’est pas un élément de décor mais le prisme à travers lequel la mine affecte l’ensemble des humains qui l’environnent. Dans un autre registre artistique, le photographe Jean-Loup Sieff utilisait dès 1959 les chevalements dans la brume ou les murs badigeonnés de slogans dans le Borinage comme une toile de fond sur laquelle se mouvaient les mineurs, les enfants et les vieillards. Il questionnait ainsi le destin d’une population dépourvue de ce décor, des activités extractives. C’est un procédé similaire qu’utilisait Paul Meyer pour décrire le bassin borain depuis un terril où les mots Borinage, charbonnage, chômage se répondaient pour finir sur une image de cimetière. Ce destin d’une population rivée à l’activité charbonnière fait du cadre géographique et industriel un élément constitutif et actif de la bande dessinée minière. Derrière le paravent du chevalement, du terril ou du coron, les interactions des personnages se forment précisément autour de l’extraction du minerai noir. Les relations sociales et familiales mais également les relations de domination qu’elles soient politiques ou économiques dépendent du roi charbon. Cette omniprésence du minerai noir est au cœur de la bande dessinée de Michel Colline qui mélange uchronie et dystopie et dans laquelle une planète suffoque de l’exploitation du charbon par un empereur-producteur despotique (Colline 2020). Ce récit qui vise principalement un jeune public et tend à une conscientisation environnementale possède néanmoins de nombreux topoï des productions culturelles sur la mine dont les relations de domination entre les propriétaires de mine peu scrupuleux et des mineurs résistants. La planète dirigée par l’empereur Toxique doit néanmoins sa richesse au charbon, « le poumon de la nation » (Colline, 2020, 26) qui asphyxie pourtant la population et annihile la végétation. D’un point de vue graphique, le noir prédomine évidemment pendant que la poussière de charbon strie les cases, l’espace (voir figure 3). Pour l’auteur, la mine est un tout qui dépasse l’activité industrielle et qui « reste fort marquée dans notre mémoire collective, par sa dureté, sa dangerosité et les luttes sociales qui en ont découlé »8.

Figure 3 : L’omniprésence du charbon dans l’univers minier

Figure 3 : L’omniprésence du charbon dans l’univers minier

© Michel Colline, Charbon, T.1, Lespoir, p. 3.

  • 9 Entretien téléphonique avec Sandrine Place, auteure de Belle-Fleur (De Haes 2016) le 9 septembre 20 (...)
  • 10 Dans le roman graphique La nuit du lièvre (Delcourt, 2001, deuxième album dans la collection encrag (...)
  • 11 Cette inexorabilité de la condition du mineur se retrouve chez Cyril Bonin et Laurent Galandon dans (...)

15Selon Sandrine Place, auteure d’un livre jeunesse pour enfants qui décrit les quatre sites charbonniers wallons, être né et avoir grandi près de cet environnement industriel pourtant disparu maintient une forme de conscience du passé, une immanence de l’exploitation du charbon et de ses implications9. Romain Baudy dont l’œuvre Souterrains sera présentée plus loin utilise plusieurs planches successives pour décrire l’environnement social dicté par le charbon. Comprendre le processus d’extraction permet d’appréhender comment cette activité industrielle contamine l’hors travail, le logement, les relations sociales jusque dans les foyers. Ceci explique sans doute l’attrait, quoique tardif, du monde minier pour les auteurs de bandes dessinées dans lesquelles la communauté minière fait office de microcosme des structures sociales construites autour d’un monde hostile empli de ténèbres. L’univers relativement codifié de la mine permet d’introduire rapidement une approche personnalisée des rapports sociaux, et notamment des formes de domination10. Le monde du travail dans la mine peut alors être perçu comme une métaphore plus large de ces rapports de domination dans l’économie capitaliste, la mécanisation ou encore la sanctification de la valeur travail. Par exemple, en utilisant la figure du jeune garçon commençant sa première journée à la mine, de nombreux auteurs amènent le lecteur à s’identifier à ce personnage pour lui faire découvrir un univers minier et un monde du travail dont les ramifications sortent du puits pour toucher à leurs destinées. Dans Pain d’alouette, Christian Lax fait mouvoir ses personnages dans le triple enfer du Nord, celui des galeries de mine, des tranchées et de Paris-Roubaix. L’analogie entre le mineur et le soldat est d’ailleurs fréquemment utilisée dans la communication politique ou les productions artistiques (Verschueren, 2016). Si l’univers cycliste constitue le terrain de prédilection de l’auteur, les conséquences de la Grande Guerre et celles du travail à la mine sont mises sur un pied d’égalité où la liberté d’action des personnages est entravée par la mort, les séquelles physiques et psychologiques mais également les formes de dominations sociales et/ou économiques (Lax, 2009). Chez Ozanam et Lelis, l’histoire débute par l’annonce de la première journée au puits de Marcel mais le devenir de ce jeune mineur le conduit à délaisser ce monde du travail à la suite d’une catastrophe minière et du décès du père. Quittant le bassin du Nord, Marcel s’en va connaître d’autres existences de travail à Paris, chez les bouchers de la Villette et en tant que portefaix aux Halles (Lelis et Ozanam, 2015). D’esclavage en esclavage, Marcel retrouve son ami d’enfance Jacek et intègre une bande de révolutionnaires anarchistes pour finalement retourner à la mine et ne pas quitter une inexorable condition misérable avant d’être appelé sous les drapeaux en 1914. Cette œuvre très sombre et pessimiste sur la condition humaine est bien loin de l’image des ouvriers mineurs prompt à la grève voire à l’insurrection. À l’instar de la plupart des bandes dessinées sur la mine, la résignation semble prendre le pas sur la révolution. La politisation et la grève si présents dans la littérature ou le cinéma sont presque systématiquement effacées, cette absence serait-elle l’écho d’une résignation liée au destin de l’activité charbonnière en Belgique et en France à partir des années 1960 ? La question mérite d’être posée car les récits héroïques ou d’une classe sociale en lutte sont très peu présents dans le corpus étudié11. Les perspectives de Marcel sont particulièrement mornes et l’impression est renforcée par le style graphique de Lelis tout en hachures et traits noirs (figure 4) comme autant d’averses sur la destinée inéluctable de pauvres diables qui « viennent des enfers » (Lelis et Ozanam, 2015, 7). La couverture de Gueule noire est très évocatrice à ce sujet puisqu’on y voit Marcel, les traits défaits, en train de pousser un wagonnet vers les ténèbres tout en s’éloignant de la lumière.

Figure 4 : Misère et résignation traduites sous les traits de Lelis

Figure 4 : Misère et résignation traduites sous les traits de Lelis

© Lelis et Ozanam, Gueule noire, p. 10

16Néanmoins, écrire que la résignation ou la résistance individuelle sont les principales manières pour représenter l’action politique des mineurs dans la bande dessinée serait faire peu de cas d’autres narrations qui mettent la lutte collective au cœur du récit. Ainsi, Koza et Mousse replace la grève des mineurs de 1941 comme la première forme de résistance collective au nazisme en France et où le manque de solidarité est perçu comme une forme de trahison (Koza et Mousse, 2017).

17Il n’est malheureusement pas possible d’aller plus en avant sur l’examen de la société minière perçue comme un tout et notamment sur la vie en dehors du travail. Cependant deux éléments méritent d’être soulignés. En premier lieu, la question de l’immigration est bien présente, notamment dans les bandes dessinées s’enracinant dans un contexte historique allant des années 1930 aux années 1970. Il est évident que les auteurs ont tenté d’illustrer le caractère bigarré de cette classe ouvrière dont les personnages ne parlent jamais d’un seul homme. La question de l’immigration dans la bande dessinée a déjà été en partie investiguée mais mériterait peut-être un focus particulier sur son lien avec le monde du travail (Bumatay, 2021) (Ollivier, 2011). En second lieu, l’ensemble de ces bandes dessinées ne laissent que peu de place aux personnages féminins qui sont principalement des appendices à un univers minier très masculin. Chez Vaccaro et Dupont, les ouvrières sont principalement présentées comme des cafus, nom donné dans le Nord aux trieuses de charbon, obsédées par les relations sexuelles et dévergondant les jeunes mineurs (Dupont et Vaccaro, 2017). Dans Macaroni !, l’histoire tourne autour d’un grand-père italien ancien mineur silicosé, son fils et son petit-fils. Les femmes sont complètement absentes du récit à l’exception de la jeune voisine qui conscientise Roméo le petit-fils aux sacrifices des mineurs. Enfin, Sergio Salma présente plusieurs figures féminines dans son roman graphique sur la catastrophe de Marcinelle mais principalement autour d’une histoire d’infidélité qui n’explore finalement pas la place des femmes dans les communautés minières (Sergio Salma, 2012). Les personnages féminins sont donc souvent évoqués mais jamais développés et restent jusqu’à présent les grands absents d’une représentation de la communauté minière.

3) La quête du réalisme et le travail dessiné

18Que montrer du travail du mineur ? Faut-il chercher une esthétique du corps en action ou une critique de ce monde du travail au risque de sombrer dans une forme de misérabilisme (Chauvaud, 2012, 84). La peinture a le plus souvent représenté des portraits de gueules noires, des sorties du puits ou encore des paysages charbonniers mais peu le travail du mineur. La photographie et le cinéma ont longtemps été confrontés aux limitations techniques ne permettant pas une restitution fidèle du travail du mineur même si l’utilisation de reconstitution de galerie de mine a offert un dérivé de réalisme. Néanmoins, la poussière, la catastrophe minière vécue de l’intérieur ou les gestes du mineur entravés par l’exiguïté de la veine de charbon ne sont que rarement mis en image. Les sculptures de mineurs, notamment les statuettes ornementales, sont sans doute le meilleur exemple d’une non-représentation du travail, le mineur existant par lui-même, par son accoutrement et ses outils. A contrario, la plupart des bandes dessinées étudiées ici consacrent de nombreuses cases et planches à expliquer, à montrer le travail du mineur dans une perspective pédagogique, documentaire et parfois critique. Il existe une véritable richesse exploratoire dans cette mise en image du travail minier qu’il s’agisse des douches (Richelle, 2021), du trajet vers et hors la mine, des repas au fond du puits qui sont fréquemment utilisés comme un moment de discussion au sein du collectif ouvrier (Raggi, 2016).

19Peut-être est-ce dans cette représentation du travail minier que la bande dessinée puise une originalité et une pertinence particulière par rapport aux autres formes culturelles. En jouant sur une approche tant documentée qu’artistique, associant réalisme et lyrisme, le trait personnel du dessinateur propose également une interprétation individuelle des effets du travail sur les corps. La case et la séquence autorisent en outre une double lecture du travail du mineur en profitant d’une part de l’arrêt sur image voulue ou suggérée par l’auteur comme lors d’une explosion et de ses effets et d’autre part de l’enchainement des cases illustrant ainsi les différentes étapes du travail. L’illustration et la narration protéiforme de la bande dessinée donnent à voir différentes facettes de la réalité du travail du mineur, mouvant la focale du point de vue des implications pour l’individu ou le collectif. Il n’est pas dans nos intentions d’entrer dans le débat sur la différence ontologique entre image fixe et image en mouvement (Groensteen, 2011, 20). Néanmoins, il convient de souligner l’apport de la bande dessinée à la représentation du travail où l’arrêt sur image fixe littéralement les traits du mineur au travail pendant que la séquence illustre le processus productif et ses implications sur l’ouvrier ou sur le collectif ouvrier. Dans Sang Noir, Jean-Luc Loyer dessine la catastrophe de Courrières en suivant le déroulé des événements et les liens de causalité menant à la mort de plus de 1.000 mineurs (Loyer, 2013). Les cases et les planches suivent les différentes étapes de ce funeste événement en croisant les points de vue des principaux protagonistes. Cette approche historique et documentaire n’empêche pas une interprétation artistique notamment en intégrant une référence à Guernica de Picasso et en quelque sorte réifiant le drame souterrain autour de quelques images fixes particulièrement illustratives de la violence et de l’horreur du travail minier dans un contexte de modernisation industrielle comme celle des dépouilles à perte de vue ou de l’agonie du cheval (figure 5). Inversement, la séquence des cases voire des planches découpe les étapes du travail et illustre un savoir-faire ouvrier comme celui du boisage avec Christian Lax (figure 6) ou de l’extraction du charbon chez Loo Hui Phang et Philippe Dupuy (Dupuy, 2013, 42). Mais à la mise en perspective d’une qualification manuelle de l’ouvrier de la mine s’ajoute également une lecture critique voire parfois misérabiliste du travail du mineur dont les illustrations rappellent les représentations du travail des enfants au milieu du 19ème à l’instar de Lelis et Ozanam dans Gueule noire (2015, 15).

Figure 5 : Fixer l'effroi dans la séquence d'une catastrophe

Figure 5 : Fixer l'effroi dans la séquence d'une catastrophe

© Jean Luc Loyer, Sang noir, p 119

Figure 6 : Pose d’une cale et savoir-faire du mineur en image ou l’apport de la bande dessinée à la représentation du travail

Figure 6 : Pose d’une cale et savoir-faire du mineur en image ou l’apport de la bande dessinée à la représentation du travail

© Christian Lax, Pain dalouette. Première époque, p. 15

20Pour Bert Hogenkamp, la recherche d’une représentation réaliste de l’univers minier constitue un des topoï des films sur la mine et les mineurs (2005). Cette spécificité n’est pas propre au cinéma et se retrouve dans la peinture et bien entendu la littérature. Dire le vrai du monde du travail et de la mine, sans idéalisme ni concession, tel était bien un des projets de la littérature prolétarienne incarné par l’écrivain et mineur belge Constant Malva. Cette quête du réalisme forme également un élément central de la bande dessinée sur la mine et n’est pas sans rappeler les tendances populistes ou misérabilistes à l’œuvre dans la recherche en sciences sociales ou en littérature (Grignon et Passeron, 1989). Certaines œuvres reproduisent des documents d’archives, des témoignages, des cartes postales ou des pièces d’identité. Mais cette authenticité historique n’est pas propre à la mine et se retrouvent dans de nombreuses bandes dessinées et romans graphiques à vocation historique ou documentaire. Dans Bella Ciao, Baru explore l’immigration italienne en France à Aigues-Mortes d’abord et dans la sidérurgie dans les années 1960 tout en accompagnant son récit de documents d’archives et d’explications historiques.

  • 12 Entretien téléphonique avec Romain Baudy, 23 septembre 2021.

21Passant du réalisme à la pédagogie, plusieurs bandes dessinées intègrent des éléments didactiques sur l’histoire de la mine ou sont conçues comme un objet pédagogique à part entière à l’instar de Faymoreau, la mine par Jean Luc Loyer (2010) ou Gueules rouges : enfant de la mine de Jeff Baud et Frédéric Allali qui, au travers de l’histoire de Jules, racontent les événements ayant marqué les 100 dernières années des mineurs de Bauxite dans le Var (2018). Au noir du charbon se substitue le rouge du minerai d’aluminium qui suit néanmoins les marqueurs de l’histoire minière française autour du Front populaire, de la résistance, du statut du mineur et de la désindustrialisation. Ce besoin ou plutôt cette indispensable recherche d’un réalisme du vécu minier est omniprésente dans deux œuvres pourtant très dissemblables en apparence : Souterrains de Romain Baudy (2017) et Sang Noir de Jean-Luc Loyer (2013). L’auteur-dessinateur Romain Baudy explore dans un style Steampunk, un genre croisant l’univers de révolution industrielle et du fantastique, la question des rapports de domination entre les êtres humains et de la servitude volontaire. Étonnamment, cet univers en partie fantastique s’appuie sur une représentation minutieuse de la mine et du travail à la mine où se croisent Zola, Tolkien et Asimov. Pour le dessinateur, le décor est essentiel afin de construire un réalisme très strict qui rapproche le lecteur des personnages, de donner une consistance qui éprouverait les souffrances de ce monde du travail12. La question de la mécanisation est au cœur de la première partie du récit où la robotisation est tour à tour vectrice d’émancipation et d’asservissement. Les bris de machine ne sont pas loin, ni les réflexions de Pierre Clastres sur les conséquences du travail exécuté pour autrui (Clastres, 1974). Le voyage au centre de la terre conduit les mineurs à rencontrer des mondes engloutis offrant plusieurs analogies relatives à l’aliénation par le travail et la sujétion aux puissants malgré la force ou le nombre. Cette seconde partie de la bande dessinée se pare de teintes bleues et vertes traditionnellement rattachées à l’univers de la fantasy. Le contraste est ainsi frappant avec la première partie très réaliste où l’on retrouve principalement des teintes industrielles du gris au rouge, du marron au jaune ambré. L’intérieur de la mine n’est ni sombre, ni noirci, il est éclairé des lumières du mineur qui obligent le lecteur à voir ce que le mineur voit (figure 7). Cette quête de réalisme est très présente dès les premières pages dans lesquelles Romain Baudy décrit et dessine avec précision tant la vie hors la mine que le travail du mineur mais également l’ensemble du processus d’extraction du charbon de la veine au terril.

Figure 7 : Le travail du mineur éclairé par sa lampe

Figure 7 : Le travail du mineur éclairé par sa lampe

© Romain Baudy, Souterrains.

22Si Romain Baudy investit l’univers de la mine de fantastique qui renvoie aux mines de falun d’Hoffmann, Jean-Luc Loyer prend le parti d’une approche plus classique pour raconter la catastrophe de Courrières en 1906. La quête de réalisme est par conséquent indissociable de la plus grande catastrophe industrielle française du 20ème siècle. L’auteur lui-même issu d’une famille de mineurs avait déjà évoqué ce contexte charbonnier dans Les mangeurs de cailloux mais entreprend ici une fresque historique et documentaire sur le contexte historique et le déroulement des événements avec une claire volonté d’authenticité, et la crainte de ne pas être fidèle aux vécus des mineurs et de leur famille13. Ici encore, l’obsession de la précision dans les éléments matériels et dans le récit des événements transparaît pour ne presque rien céder à la fiction. En d’autres mots, le drame historique ne doit rien céder à la dramaturgie et les péripéties des personnages ne doivent pas occulter la réalité des 1099 mineurs morts. L’auteur a d’ailleurs introduit au milieu de la bande dessinée la liste des noms des morts lors de la catastrophe comme un rappel que l’histoire qui était contée n’était en rien un conte, un drame romancé, que l’on n’est pas dans Jules Verne14. Comme pour Macaroni !, l’ouvrage présente une série de documents historiques visant à attester de la véracité du récit mais surtout du dessin, comme si l’authenticité du trait de crayon du dessinateur devait être confrontée à l’exposition photographique qui « ne mentirait pas ». Ce n’est donc pas tant une quête de réalisme que la recherche d’une authenticité, une volonté de ne pas trahir un passé de souffrance. La proximité de certains auteurs avec cet univers minier ou ouvrier comme c’est le cas pour Jean-Luc Loyer, Sergio Salma, Cyril Bonin, Christian Lax ou Xavier Bétaucourt joue sans doute un rôle non négligeable dans cette quête d’authenticité. Néanmoins, on retrouve cette attention particulière chez des auteurs dont l’histoire ouvrière ou minière est plus éloignée de leur histoire personnelle, l’héritage familial n’est donc pas le seul prisme explicatif de cette quête d’authenticité. Par ailleurs, la recherche d’une authenticité, une fois dépourvue d’un réalisme écrasant, ouvre la porte à certaines formes de lyrisme, de partis-pris narratifs ou graphiques parfois audacieux. Ainsi dans la même planche peuvent coïncider des éléments historiques précis et des esquisses figuratives ou métaphoriques. Tel est justement le pouvoir subversif de la bande dessinée où le réel est à la fois présent et évanescent, un réel dans lequel elle est « capable de faire passer des choses, du sens et du raisonnement, mais dans l’oubli de leur mise en scène » (Robert, 2018a, 15 et 69).

4) L’après-charbon

23En 2015, une polémique accompagne le travail du photographe Giovanni Troilo pour son photoreportage sur les effets de la désindustrialisation à Charleroi, un des principaux centres sidérurgiques et charbonniers de Belgique. Ce cœur noir de l’Europe, titre de l’œuvre du photographe, n’est pas sans rappeler une certaine pornographie post-industrielle, un voyeurisme excité par l’esthétique des bâtiments abandonnés au détriment d’une réflexion sur les implications sociales du processus de désindustrialisation (Strangleman, 2013) (High et Lewis, 2007). Néanmoins, cet intérêt visuel pour l’univers post-industriel recèle également des possibilités pour « redonner de la consistance aux espaces dévalués, à faire voir autrement les processus d’abandon » (Offenstadt, 2022, 96). Les premiers reportages photographiques dans les années 1950 consacrés aux implications du déclin charbonnier focalisaient moins sur les ruines, peu présentes il est vrai, pour se concentrer sur une esthétique axée sur les êtres humains (Verschueren, 2018). Bien qu’une impression volontairement funeste se fût emparée des clichés de Jean-Loup Sieff ou de Dolf Kruger dans le cas de la fermeture des mines du Borinage, l’avenir angoissant et incertain constituait néanmoins une ouverture potentielle à de nombreuses photographies. Quarante années plus tard, le cinéma, principalement britannique, s’est inspiré du déclin industriel pour offrir plusieurs satires sociales sur les bouleversements sociaux induits par la disparition du charbon et de l’acier dans le Nord de l’Angleterre (Bromley, 2000). Des films tels que Billy Elliot, Brassed Off, Kinky Boots ou Full Monty considérés comme des œuvres grand public proposent néanmoins des lectures critiques à plusieurs niveaux autour du New Labour, de la géographie économique britannique ou encore du déclin identitaire basé pour partie sur la fierté d’une classe ouvrière masculine.

24Cette question de l’après-charbon a également interpellé les auteurs de bandes dessinées franco-belges avec une certaine hétérogénéité de la narration mais également de l’approche visuelle et thématique. À certains égards, ce monde post-minier offre des lectures plus originales que celles s’attachant à montrer le travail des mineurs. Si Mako et Didier Daenincks utilisent les friches industrielles charbonnières comme contexte à l’enquête relative à l’assassinat d’adolescents (Daenincks et Mako, 2003), d’autres auteurs ont ciblé leur regard sur les implications sociales de la disparition des activités charbonnières. Dans Les Gueules noires, Jack Domon et Gilles Zampano (Domon et Zampano, 2021) dressent le portrait d’un ancien bassin minier où les fils de mineurs et des immigrations successives créent une équipe de football restaurant des sentiments de cohésion sociale et de fierté disparus en même temps que le travail à la mine. Face aux pères résignés, les femmes et les enfants relancent l’esprit de lutte à travers l’exploit sportif. Ce conte bon enfant est pourtant également nourri des nombreuses références au travail des mines et conséquences déstabilisatrices des relations sociales dans un ancien bassin minier. La résignation des pères n’est pas sans rappeler les personnages masculins du film Brassed Off dont les femmes s’indignaient de la perte de l’esprit combattif. Les wagonnets poussés par des enfants, la silicose, l’accident de travail, le terril ou encore la salle des pendus tous sont évoqués épisodiquement dans la narration et le dessin et perpétuent ainsi un imaginaire figuratif de l’univers minier que ne doit pas pervertir la tonalité humoristique de l’ouvrage.

25A contrario, le drame est au cœur de Macaroni ! de Thomas Campi et Vincent Zabus. Le projet porté par Vincent Zabus a navigué entre la pièce de théâtre et la bande dessinée avant qu’il ne fasse le choix de ce dernier support après la finalisation des Larmes du seigneur afghan avec le dessinateur italien. Macaroni !, qui reprend le péjoratif sobriquet affublé aux dizaines de milliers d’Italiens venus travailler dans les mines belges après 1945, s’appuie sur une base scénaristique très simple d’un enfant, Roméo, contraint de passer quelques jours de vacances chez Ottavio, son grand-père bougon, italien et ancien mineur. Si le scénario permet de croiser les différentes générations, il propose aussi une interprétation peu romancée de la mine. La mine, Ottavio, l’a rejetée dès le premier jour et n’a jamais pardonné à sa femme de lui avoir caché une lettre d’engagement aux chemins de fer italiens. Son travail à la mine l’a rongé comme la silicose lui cimente les poumons. Ses souvenirs de la mine l’empoissonnent et lui font perdre la raison, ou serait-ce le début d’un Alzheimer, la question ne sera pas résolue. Outre la pertinence du scénario, les couleurs vives, les cadres des cases et les évocations au passé minier offrent une originalité permise par la bande dessinée. En effet, les contours des cases sont noircis à gros trait comme si le charbon englobait l’ensemble de l’histoire devenant un actant de l’histoire pour le dessinateur. Ce bord noirci et forci accentue le contraste d’un traitement des couleurs chaudes presque méditerranéennes. Alors que de nombreux auteurs utilisent une palette sombre, les auteurs ont fait le choix de l’ocre, du jaune bouton d’or et des teintes de rouge et marron. Les quelques jours passés par Roméo chez son grand-père sont l’occasion pour le jeune garçon et le lecteur d’être initiés à l’histoire charbonnière et celle de l’immigration italienne. Les réminiscences du passé apparaissent sous forme d’ombre de charbon envahissant le présent, s’immiscent de manière indélébile dans le conscient quotidien comme les poussières de charbon s’incrustent dans les rides de la patte d’oie (figure 8).

Figure 8 : Cadre noir, couleurs chaudes et réminiscence du passé minier illustrent la force évocatrice de la bande dessinée

Figure 8 : Cadre noir, couleurs chaudes et réminiscence du passé minier illustrent la force évocatrice de la bande dessinée

©Thomas Campi et Vincent Zabus, Macaroni !, p. 28

  • 15 Entretien avec Xavier Bétaucourt, 14 octobre 2021.

26Au-delà des parcours individuels comme celui d’Ottavio, l’histoire de l’après-charbon est aussi celle des territoires qui fut notamment incarnée dans la bande dessinée par l’installation du Louvre-Lens. Poursuivant une approche envisagée dans Le grand A, Jean-Luc Loyer et Xavier Bétancourt ont entrepris un reportage de journalisme sous format bande dessinée à la suite d’une commande de l’association Euralens (Bétaucourt et Loyer 2019). Constitué de huit chapitres, Sortir de terre pose la question des transformations du bassin minier en général et de l’implantation de l’antenne du Louvre-Lens en particulier. La bande dessinée est tout autant conçue comme un document éducatif sur le logement ou sur le Racing Club de Lens que comme une plongée dans les transformations d’un bassin minier désormais dépourvu des liens sociaux en partie structuré autour de l’exploitation du charbon. L’histoire de la mine est omniprésente dans ce récit où les focales se multiplient pour tenter d’apporter un regard kaléidoscopique sur les héritages de l’exploitation des ressources souterraines. Pour Xavier Bétaucourt, un des grands avantages de la bande dessinée consiste à dédramatiser les entretiens et à réduire certaines suspicions auprès des témoins15. La bande dessinée n’effraie pas et autorise ainsi une fausse naïveté offrant une lisibilité à des questions pourtant difficiles ouvrant la voie à des pistes d’explorations potentielles pour les chercheurs en sciences sociales.

27C’est sous un angle très différent que Loo Hui Phang et Philippe Dupuy présentent l’ouverture de cette antenne du Louvre en créant un dialogue entre univers minier et artistique, entre le travail du mineur et celui du sculpteur ou du peintre dont les parallèles seraient plus nombreux qu’il n’y paraît au premier regard (Dupuy et Phang, 2013). De galeries de mine en galeries d’art, le mineur Orféo et son cheval Pigeon découvrent dans ce devenir inconnu qui voit s’exposer des œuvres d’art au pied du terril, une plongée dans un univers post-minier (voir figure 8). À l’ombre du chevalement, qui surgit tel un spectre, se découvre l’histoire de la mine, de la souffrance et du travail. Les rencontres du mineur avec les œuvres d’art sont autant d’occasion de remémorer un passé individuel et collectif qui ne s’efface pas derrière le musée.

Figure 9. L’après charbon et la rencontre du mineur et de l’art

Figure 9. L’après charbon et la rencontre du mineur et de l’art

© Loo Hui Phang et Philippe Dupuy

28Le dessin s’il n’est pas totalement naïf, fait penser à l’esquisse. Le monde minier est sombre, hachuré. La sortie de la mine est une libération malgré l’hommage aux mineurs et à leurs familles exprimé en préambule de l’ouvrage. Si les pyramides et terrils forment deux types de sépultures, ces tombeaux ne masquent pas les statuts sociaux diamétralement opposés. Au mineur, la caisse en bois. Au pharaon, le sarcophage. Cette découverte du Louvre-Lens ne délaisse pourtant pas la présentation des nombreux avatars de la mine : chevaux de mine, silicose, catastrophe minière, corps au travail, réalisme dans la mine, didactique et conditions de vie et du mineur. Les œuvres d’art n’éradiquent pas le passé minier, elles ne le transcendent pas non plus. En un sens, elles s’en font l’écho par l’intermédiaire du dessin d’une manière onirique qui fait vivre passé et présent, travail et art.

Conclusion

29En introduction était posée la question des liens entre bandes dessinées et univers minier. Si pendant longtemps le 9ème art n’a qu’esquissé des lieux de rencontre avec la mine, ces rendez-vous se sont multipliés depuis une quinzaine d’années. Une des spécificités de la bande dessinée concernant l’univers minier est de s’y être intéressé tardivement dans un monde où l’extraction charbonnière belge et française n’existe plus. Les conséquences de la variation des régimes d’historicité sur la narration et sur les expériences temporelles alternatives des auteurs de bandes dessinées nécessiteraient d’appréhender ce rapport au temps à l’aune des réflexions de Paul Ricoeur sur l’articulation entre temps et récit d’une part et de François Hartog sur les régimes d’historicité. En élargissant le spectre à la classe ouvrière, la bande dessinée, qui n’a investi que tardivement ce monde du travail, propose sans nul doute un nouveau regard sur ce monde disparu ou invisibilisé tout en s’appuyant sur un héritage scientifique, artistique et pictural.

30Une deuxième spécificité des œuvres de bandes dessinées franco-belges sur l’univers de la mine est d’avoir proposé des registres de représentation et de narration très variés. Du Steampunk au reportage journalistique en passant par le récit historique, les bandes dessinées se démarquent des autres productions culturelles par leur hétérogénéité même si de nombreux lieux communs persistent à l’image de la catastrophe minière qui semble être un événement incontournable de toute mise en image de l’univers minier. Pour autant, il a été possible d’observer que les formes offertes par la bande dessinée permettent de renouveler les représentations du travail à la mine. Plus encore, ces auteurs proposent des variations notables dans la narration (par l’articulation case/séquence), dans l’évocation (en utilisant des références culturelles avec Guernica par exemple ou historique avec la Guerre 14-18) ou dans l’approche documentaire. À ce sujet, si les auteurs de bandes dessinées se hasardent à des approches renouvelées, ils ne sacrifient que rarement voire jamais le contenu pédagogique ou documentaire du travail à la mine. Édulcorer ou passer sous silence les conditions de travail dans la mine semble inconvenant voire malhonnête. La décision de Jean-Luc Loyer d’introduire la liste des noms des morts de catastrophe de Courrière au milieu de sa bande dessinée est illustrative de ce respect voué aux mineurs. Imagine-t-on telle démarche dans un roman ou un film sur la mine ? Il semble évident que le lien de plusieurs auteurs avec la mine ou les régions minières implique qu’il soit inacceptable de tricher avec la mine. Pourtant, des angles aveugles persistent. Dans bien des cas, le patron de la mine est présenté sous les traits d’un être cupide dont l’inhumanité serait le reflet des conditions de travail inhumaines qu’il inflige à des milliers d’hommes. Et aux femmes ? L’absence des femmes constitue bien un point aveugle de cette représentation des communautés minières et du travail à la mine. Elles sont évidemment présentes mais ne sont jamais des actrices essentielles de l’histoire et lorsqu’elles apparaissent comme personnage principal, c’est en tant qu’actrice externe au monde la mine. En somme, l’hercheuse est oubliée et la femme semble définitivement exclue de l’univers minier. D’autres aspects n’ont en revanche pas été examiné dans ce chapitre et mériterait des prolongements. La descente dans le puits, surtout la première, constitue un rite initiatique, un lieu de passage entre les deux mondes que les auteurs de bandes dessinées envisagent avec un certain lyrisme où le dessin, le découpage des cases, la séquence et les onomatopées proposent une expérience presque physique du travail. Une approche qui viserait davantage à appréhender les rythmes narratifs offrirait sans doute d’utiles compléments à cette recherche. Centrée sur l’univers minier, cette étude pourrait également faire l’objet de comparaisons plus systématiques avec d’autres productions culturelles sur la mine ou encore sur des bandes dessinées s’appuyant sur d’autres univers industriels, notamment dans les corps au travail ou dans les conflits intergénérationnels. Quoiqu’il en soit, après la littérature, la peinture, le cinéma, la sculpture ou encore la photographie, les mineurs ont désormais conquis l’intérêt du 9ème art mais peut-être n’est-ce qu’un début.

Haut de page

Bibliographie

Allali F., Baud J. & Stoffel E. (2018) Gueules rouges. Enfant de la mine, Bezouce, Idées Plus.

Andrae T. (1987) “From Menace to Messiah: the History and Historicity of Superman”, Lazere D. (dir.) American Media and Mass Culture. Left Perspectives, Berkeley, University of California Press, p. 124-138.

Astier L. & Robert D. (2009) L’affaire des affaires, Dargaud.

Banaré E. et Le Meur P-Y. (2014) « Histoire et histoires. Politique et poétique des récits miniers dans le Pacifique Sud », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 26 avril 2022.

Baru (2008) “The Working Class and Comics: A French Cartoonist’s Perspective”, McKinney M. (dir.) History and Politics in French-Language Comics and Graphic Novels, Jackson, University Press of Mississippi, p. 239–259.

Baudy R. (2017) Souterrains, France, Casterman.

Bétaucourt X. & Loyer J. L. (2019) Sortir de terre « à 198 kilomètres de la pyramide… », Tournai, éditions de la Gouttière.

Bonin C. & Galandon L. (2009) Quand souffle le vent, Palaiseau, Dargaud.

Bromley R. (2000) “The theme that dare not speak its name: class and recent British film”, Munt S. (dir.), Cultural studies and the working class. Subject to change, Cassell, Londres, p. 51-68.

Bumatay M. (2021) “Picturing the (Silent) History of Immigration in France and in French Bandes Dessinées”, Serrano N. (dir.), Immigrants and Comics, Graphic Spaces of Remembrance, Transaction, and Mimesis, Routledge, p. 149-161.

Campi Th. & Zabus V. (2016) Macaroni !, Dupuis, 2016.

Chauvaud F. (2012) « Introduction. Le temps des images : figurer et représenter le travail », Géhin J.P. & Stevens H. (dir.), Images du travail, travail des images, Rennes, PUR.

Clastres P. (1974) La société contre l’Etat, Paris, Les éditions de Minuit.

Colline M. (2020) Charbon. Tome 1. L’espoir, s.l. Paquet.

Courtois L. (1994) « Le ’Châssis à molettes’, symbole du patrimoine industriel Wallon ... et élément d’un imaginaire Wallon ? L’exemple de la bande dessinée », Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles, n° 28, p. 1-22.

Daenincks D. & Mako (2003), Le train des oubliés, Paris, Emmanuel Proust éditions.

De Haes I. & Place S. (2016) Belle-Fleur. Une curieuse petite gueule noire, Waterloo, La Renaissance du livre.

Deffrennes G. & Guyot G. (2008) La salle du pendu, Rennes, éditions Ouest France.

Domon J. & Zampano G. (2021) Les Gueules noires, Clichy, Casa éditions.

Dupont & Vaccaro (2017), Les gueules rouges, Grenoble, Glénat.

Dupuy Ph. & Phang L. H. (2013) L’art du chevalement, Italie, Futuropolis.

Efix & Levaray J. P. (2019) Putain d’usine. La totale, Italie, petit à petit.

Galandon L. et Vidal D. (2014) Lip l’imagination au pouvoir, Italie, Dargaud.

Garrisi D. (2014) “The Victorian Press Coverage of the 1842 report on child labour. The metamorphosis of images”, Early Popular Visual Culture, vol. 15, n° 4, p. 442-478.

Géhin J. P. (2018) « La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 1. Un regard à la fois documenté et intimiste », https://itti.hypotheses.org/818, mis en ligne le 16 mai 2018, consulté le 2 août 2021.

Grignon C. et Passeron J-C. (1989) Le savant et le populaire, Paris, Seuil.

Groensteen T. (2011) Bandes dessinées et narration. Système de la bande dessinée 2, Paris, PUF.

Groensteen T. (2017) La bande dessinée au tournant, Bruxelles, Les impressions nouvelles.

High S. & Lewis D. (2007) Corporate Wasteland: The Landscape and Memory of Deindustrialization, Ithaca, NY.

Hogenkamp B. (2005) « A mining film without a disaster is like a western without a Shoot-out: Representations of Coal Mining Communities in Feature Films », Berger S., Croll A. & LaPorte N. (dir.), Towards a Comparative Coalfields Societies, Aldershot, Ashgate, p. 86-98.

Inker A. (2021), Fourmies la Rouge, Paris Sarbacanne.

Jablonka I. (2014) « Histoire et bandes dessinées », La vie des idées.fr, mis en ligne le 18 novembre 2014, consulté le 9 août 2021.

Koza & Mousse (2017) La révolte des terres, France, Casterman.

Larcenet M. (2003), Le combat ordinaire, Dargaud.

Lax C. (2009) Pain d’alouette. Première époque, Tournai, Futuropolis.

Lelis & Ozanam (2015) Gueule noire, s.l. Casterman.

Loyer J. L. (2013) Sang Noir, la catastrophe de Courrières, Futuropolis.

Loyer J. L. (2010) Faymoreau la Mine, Centre minier de Faymoreau.

Mandel L. & Pagis J. (2017), Prezidentiel, Casterman.

Nilsson M. (2019) “Working-class comics? Proletarian self-reflexiveness in Mats Källblad’s graphic novel Hundra år i samma klass”,Journal of Graphic Novels and Comics, vol. 10, n° 3, p. 368-380.

Noiriel G. & alii (2021) Une histoire populaire de la France. vol. 1. De l’Etat royal à la Commune, Delcourt.

Ollivier G. (2011) « L’immigration dans la BD française », Hommes & migrations. Revue française de référence sur les dynamiques migratoires, n° 1294, p. 120-123.

Offenstadt N. (2022) Urbex. Le phénomène de l’exploration urbaine, Paris, Albin Michel.

Pâques F. (2012), Avant Hergé. Etude des premières apparitions de bande dessinée en Belgique francophone (1830-1914), thèse de doctorat, Université de Liège.

Perron T. (1993) « Nitrate et gueules noires ou le filon minier », Positif, n° 393, p. 24-31.

Peyo et Walthéry (1968) Les douze travaux de Benoît Brisefer, s.l., Dupuis.

Raggi P. (2016) « L’alimentation des mineurs de fond en France après 1945 », Bouchet T. et alii (dir.) La gamelle et l’outil Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Arbre bleu, p.

Richelle S. (2021) « Ce que « se laver » signifie : histoire de pratiques et d’expériences », Le mouvement social, 2, p. 73-92.

Robert P. (2018a) La bande dessinée, une intelligence subversive, Presses de l’Enssib.

Robert P. (2018b) « La Première Guerre mondiale au miroir de la bande dessinée » Communication & Langages, n° 195, 1, p. 119-142.

Salma S. (2012), Marcinelle 1956, Casterman.

Strangleman T. (2013) “Smokestack Nostalgia,” “Ruin Porn” or Working-Class Obituary: The Role and Meaning of Deindustrial Representation”, International Labor and Working-Class History, vol. 84, p. 23-37.

Thellier L. (2014) Johnson m’a tuer. Journal de bord d’une usine en lutte, Italie, Futuropolis.

Verschueren N. (2012) « Le mineur dans la littérature prolétarienne belge », Aden, vol. 11, n° 2, p. 35-54.

Verschueren N. (2016) « Mineur au front, soldat au fond. La formation d’une icône de la classe ouvrière », Revue du Nord, tome 98, n° 417, p. 855-870.

Verschueren N. (2018) « Borinage 59. Expressions culturelles d’une région en déclin industriel », Cahiers Jaurès, Les mines, un terrain d’expériences. Hommage à Rolande Trempé, n° 230, p. 109-228.

Walthéry (1988) Tchantchès, s.l. Khani éditeurs.

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier chaleureusement les relecteurs de cet article qui par leurs commentaires et suggestions ont contribué à sa réalisation et à l’approfondissement de certains éléments qui n’étaient alors que des hypothèses.

2 Cinq entretiens semi-directifs d’une durée d’environ une heure chacun permettaient de comprendre l’importance de l’univers minier dans la trajectoire artistique et personnelle des auteurs à savoir Sandrine Place, Michel Colline, Xavier Bétaucourt, Romain Baudy et Jean-Luc Loyer. Malheureusement, ces entretiens n’ont pas été aussi nombreux qu’escomptés en raison de la difficulté à joindre plusieurs auteurs.

3 France culture, A voix nue, Baru, 2ème partie, 25 janvier 2011.

4 http://www.sceneario.com/interview/entretien-avec-christian-lax_CLAXP.html, consulté le 17 aout 2021.

5 À noter une certaine précision historique de Walthéry puisque les soutènements de la galerie sont formés par des soutènements par cadres métalliques sur piles de bois.

6 Voir également la table ronde Dessine-moi les sciences sociales ? Bande dessinée et sciences sociales le 27 février 2019 à l’EHESS.

7 Entretien téléphonique avec Jean-Luc Loyer, 14 janvier 2022.

8 http://www.auracan.com/Interviews/467-entretien-avec-michel-colline.html. Page consultée le 7 septembre 2021. Entretien téléphonique avec l’auteur le 23 septembre 2021.

9 Entretien téléphonique avec Sandrine Place, auteure de Belle-Fleur (De Haes 2016) le 9 septembre 2021.

10 Dans le roman graphique La nuit du lièvre (Delcourt, 2001, deuxième album dans la collection encrages après Davodeau), Georges Van Linthout et Yves Leclercq transposent l’univers minier du bassin liégeois au Nord-Ouest des Etats-Unis dans un polar où la mine est omniprésente et dont les liens avec le charbonnage du Hasard ne sont pas sans rappeler les prémices de Walthéry évoquées plus haut.

11 Cette inexorabilité de la condition du mineur se retrouve chez Cyril Bonin et Laurent Galandon dans Quand souffle le vent qui explore une histoire d’amour entre un jeune mineur et une Bohémienne. Ici encore, les mineurs sont loin d’être l’avant-garde de la révolution prolétarienne même si leur animosité envers les Tsiganes est surtout fomentée par le patron de la mine. Néanmoins, les rêves de liberté et de voyage du jeune mineur, le héros de l’histoire, sont réduits à néant à la suite d’une catastrophe minière qui annihile également tout espoir d’amour avec la belle Tsigane.

12 Entretien téléphonique avec Romain Baudy, 23 septembre 2021.

13 https://www.sudouest.fr/2013/04/06/la-mauvaise-mine-1016345-790.php?nic, consultée le 1er octobre 2021.

14 Entretien téléphonique avec Jean-Luc Loyer, 14 janvier 2022.

15 Entretien avec Xavier Bétaucourt, 14 octobre 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le chevalement, totem de l’univers minier
Crédits © Guyot et Deffrennes, La Salle du pendu
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 2 : Le chevalement, totem de l’univers minier
Crédits © Galandon et Bonin, Quand souffle le vent
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3 : L’omniprésence du charbon dans l’univers minier
Crédits © Michel Colline, Charbon, T.1, Lespoir, p. 3.
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 4 : Misère et résignation traduites sous les traits de Lelis
Crédits © Lelis et Ozanam, Gueule noire, p. 10
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 5 : Fixer l'effroi dans la séquence d'une catastrophe
Crédits © Jean Luc Loyer, Sang noir, p 119
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 6 : Pose d’une cale et savoir-faire du mineur en image ou l’apport de la bande dessinée à la représentation du travail
Crédits © Christian Lax, Pain dalouette. Première époque, p. 15
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 7 : Le travail du mineur éclairé par sa lampe
Crédits © Romain Baudy, Souterrains.
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 8 : Cadre noir, couleurs chaudes et réminiscence du passé minier illustrent la force évocatrice de la bande dessinée
Crédits ©Thomas Campi et Vincent Zabus, Macaroni !, p. 28
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 9. L’après charbon et la rencontre du mineur et de l’art
Crédits © Loo Hui Phang et Philippe Dupuy
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3600/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Verschueren, « Mine de crayon : l’univers minier dans la bande dessinée »Images du travail, travail des images [En ligne], 14 | 2023, mis en ligne le 21 décembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/itti/3600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.3600

Haut de page

Auteur

Nicolas Verschueren

Nicolas Verschueren est professeur d’histoire contemporaine à l’Université libre de Bruxelles. Il est directeur de l’Institut d’études européennes et de l’unité de recherche Mondes modernes et contemporains. Il y enseigne l’histoire du travail, l’histoire sociale et l’histoire de la construction européenne. En 2012, il a publié Fermer les mines en construisant l’Europe. Une histoire sociale de la construction européenne. Ses domaines de recherche s’articulent autour de l’histoire de la classe ouvrière, de la désindustrialisation et de la construction européenne.
Nicolas.verschueren[at]ulb.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search