Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14De l’œuf et de la poule : le trav...

De l’œuf et de la poule : le travail mis au jour par le récit dessiné… et inversement

Jean-Paul Géhin, Françoise F. Laot et Pierre Nocérino

Texte intégral

1« Pour un dessinateur ou une dessinatrice, représenter une personne au travail n’est pas forcément ce qu’il y a de plus jouissif. L’imaginaire n’y trouve pas son compte », ainsi s’exprimait Chantal Montellier, interviewée pour Image du travail/Travail des images en 2019. Elle reconnaissait pourtant que le monde du travail était souvent présent, notamment dans les albums primés par l’association Artémisia. Et en effet, la bande dessinée se saisit du travail de multiples façons.

2De la manière la plus évidente, elle permet tout d’abord de mettre le travail en image : de longue date, des publications décrivent diverses réalités sociales, parmi lesquelles de multiples pratiques professionnelles, du travail manuel à celui des cadres, du travail artistique à la recherche en passant par les contraintes de l’intérim ou de la précarité (Géhin, 2018-2019). Est-ce un paradoxe ? Beaucoup de bandes dessinées montrent des situations de travail difficiles, des relations sociales dégradées, des activités dévalorisées. Pourtant, dessiner le travail se heurte souvent à un obstacle de taille : sa complexité, qui ne peut se réduire à un ensemble de gestes, de techniques et de savoir-faire mais implique de prendre en compte les rapports sociaux de production dans lesquels il est mis en œuvre ou encore les jeux d’acteurs multiples, diversifiés souvent conflictuels qu’il engendre. La vignette en couverture de ce numéro thématique, signée par Pierre Nocérino, illustre complexité et diversité du travail contemporain : de l’activité physique du cycliste, à l’activité intellectuelle et de terrain du chercheur, en passant le travail relationnel et commercial de l’éditrice ou par le travail de création des auteurs et autrices. Ainsi, toutes les situations de travail ne sont pas « graphigéniques » si l’on veut bien accepter ce néologisme, le suffixe « génique » voulant signifier ici « engendrant » : « ce qui vient bien par la photographie » nous indique le Littré pour « photogénique ».

3Pourtant, le monde du travail semble de plus en plus fréquemment interrogé, à travers les images elles-mêmes, leur succession, leur découpage et leur agencement, et à travers le récit bien sûr, depuis l’émergence de la bande dessinée documentaire, appelée aussi « bande dessinée reportage » ou encore « bande dessinée du réel », un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner (Lesage, 2017). La bande dessinée documentaire connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 et plus tard le succès des albums de Joe Sacco. Au point que certaines structures éditoriales se dédient à ce type de production : outre les collections créées au sein de multiples maisons d’édition, on peut citer des revues comme La revue dessinée, The nib, Topo, etc.

4Si la bande dessinée interroge le travail, c’est aussi en tant qu’activité sociale à part entière, et pas seulement celle de la production graphique. En effet, la production de ces récits dessinés nécessite l’action de tout un ensemble d’acteurs et d’actrices impliqué·es à différents niveaux de création et/ou d’exécution dans le processus de fabrication. Les auteurs et autrices comme les éditeurs et éditrices mettent en avant le plaisir que procure(nt) leur activité mais aussi les nombreuses difficultés et contraintes du milieu : précarité économique, multiplication des activités vivrières plus ou moins liées à la BD, pression pour tenir les délais, sexisme omniprésent et invisibilisation du travail des femmes, manque de reconnaissance de la part du public ou de l’État, etc.

  • 1 Ces collectifs peuvent prendre la forme de syndicats (à l’image du SNAC-BD créé en 2007 ou de la Li (...)

5Ces plaisirs et souffrances au travail ont conduit à des mobilisations et à la création de collectifs1. Ils sont parfois des sources d’inspiration, qu’ils soient traités frontalement (Désœuvré de Lewis Trondheim, Une vie dans les marges de Yoshihiro Tatsumi, Cases Blanches d’Olivier Martin et Sylvain Runberg…) ou indirectement (Les Ignorants d’Étienne Davodeau, Le roi des bourdons de David de Thuin, la série l’Atelier Mastodonte publiée dans le Journal de Spirou, etc.)

6L’évolution du média renforce ce phénomène. En effet, s’est développée une bande dessinée autobiographique permettant à l’auteur ou à l’autrice de mettre sa vie au cœur du récit, activant ainsi l’imagination sociologique que Charles Wright Mills (1961) appelait de ses vœux, et rendant chacun et chacune capable de situer son propre parcours de vie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États-Unis, la bande dessinée autobiographique s’est développée dès la fin du XXe siècle, que ce soit dans les fanzines ou l’édition traditionnelle ou encore dans le cadre de l’émergence et du développement des blogs BD. Ce courant a donné lieu à de nombreuses productions remarquables, notamment en Europe, comme celles de Marguerite Abouet, Antonio Altarriba, Manu Larcenet, Catherine Meurisse, Marjane Satrapi ou Riad Sattouf, parmi bien d’autres.

  • 2 Pour un historique détaillé, voir Jean-Matthieu Méon (2017).
  • 3 Selon Jan Baetens (2012), le roman graphique se distingue par sa production (il résulte d’un auteur (...)

7Ces deux tendances lourdes observées dans le secteur de la bande dessinée – souci documentaire et inspiration autobiographique – se réunissent au sein d’un genre plus large : le roman graphique2. Si cette expression n’est pas sans poser problème du fait d’une définition vague et allusive3, elle permet d’insister sur la forte réflexivité développée lors de la production de ces œuvres. En effet, ce segment éditorial ayant été créé pour réunir des œuvres sortant des standards habituels, il n’est pas étonnant que ces publications s’accompagnent souvent d’une réflexion sur la démarche et les possibilités du média, renvoyant au développement de la littérature dite de « non-fiction » (Groensteen, 2016). Une telle démarche s’alimente, explicitement ou non, de trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique.

8Contenus et production de ces contenus méritent donc d’être pensés conjointement. Autrement dit, se pose la question suivante : en quoi le travail mis en images est-il affecté et orienté par l’organisation et les modalités du travail de l’ombre ? Pour répondre, ce numéro thématique d’ITTI interroge l’articulation entre deux dimensions complémentaires :

9La première concerne les acteurs et les actrices du secteur, leurs caractéristiques sociales, leurs parcours professionnels, le contenu de leurs activités, la division du travail, les rapports sociaux de production, les modalités d’apprentissage et d’insertion, les difficultés rencontrées pour faire sa place, l’existence de plafonds de verre selon l’origine sociale, culturelle ou socio-sexuelle.

10La seconde renvoie au contenu même des productions : quelle place y tient le travail ? Quels aspects du travail contemporain et de son évolution y sont retenus, montrés et de quelle manière ? Quelles activités professionnelles sont particulièrement montrées et de quelles manières ?

11L’articulation entre ces deux pôles sert de fil rouge à ce numéro de la revue Images du Travail, Travail des Images et elle est abordée de manière centrale ou périphérique, par plusieurs contributions.

© Pierre Nocérino

Travail et organisation sociale dans le secteur

12Depuis une décennie le secteur de la bande dessinée connaît une situation apparemment contradictoire marquée par la croissance de la production des ventes comme des albums édités et simultanément par un sentiment de dégradation de la position économique de nombre d’acteurs et d’actrices entraînant montée des revendications et mouvements sociaux.

13Les études menées à l’initiative des États généraux de la BD (soit une association créée par des auteurs et autrices) ont permis d’objectiver la précarité économique de nombreux créateurs et créatrices de BD, ainsi que des inégalités conséquentes de revenus entre auteurs et autrices (EGBD, 2016). Il est pourtant difficile d’attester de la réelle dégradation de la situation des auteurs et autrices : des travaux sur l’histoire de la BD (Crépin, 2001 ; Kohn, 2022), comme ceux des sociologues (Seveau, 2013 ; Nocérino, 2020) montrent que tout au long des évolutions du métier (de dessinateur·ice de presse à l’accès au statut d’artiste, en passant par l’apparition de métiers spécifiques comme celui de scénariste ou de coloriste), ceux que l’on appellerait aujourd’hui auteurs et autrices de BD n’ont eu de cesse de se réunir pour défendre leurs intérêts, notamment en faisant appel à l’État pour prendre en charge – ou a minima lui signaler – les formes de précarités qui leur sont propres.

  • 4 Critique à laquelle on pourrait en ajouter une autre : étant donné l’inégal accès des auteurs et au (...)

14Reste que dans ces mobilisations successives, les auteurs et autrices de BD ont toujours eu des difficultés à mettre en avant ce qu’ils et elles jugeaient être la dimension centrale de leurs problèmes. Ainsi, plutôt que leurs statuts administratifs ou leurs rémunérations, leurs interlocuteurs étatiques se sont surtout intéressés à la question de la légitimité du médium lui-même, d’abord pour la remettre en cause et imposer un contrôle des publications (Crépin, 2001), puis au contraire pour faire reconnaître la BD comme un art à part entière par la création de diverses institutions. La dernière initiative du Ministère de la Culture dédiée explicitement à la BD s’inscrit pleinement dans cette tendance : alors que les auteurs et autrices alertaient l’État sur leurs difficultés depuis plusieurs années, à grand renfort d’enquêtes et actions collectives, le Ministère a annoncé la mise en place du programme « 2020, année de la BD ». Quand bien même ce programme est présenté comme destiné aux professionnel·les, il se limite principalement à des actions de communication. Certains auteurs et autrices ont ainsi dénoncé ce dispositif qui n’aide pas l’ensemble de la profession de façon structurelle, mais apporte seulement des appuis financiers ponctuels aux personnes qui souhaiteraient s’inscrire dans l’une ou l’autre des activités prévues par le programme4.

  • 5 Pour un exemple récent de l’apparition de ces questions dans les débats parlementaires, voir l’Amen (...)
  • 6 Pour prendre là encore une exemple récent : plusieurs organisations professionnelles d’auteurs (le (...)

15Les mobilisations menées par les auteurs et autrices en vue d’imposer leurs problèmes professionnels au sein des débats concernant leur milieu ne se sont pas arrêtées pour autant. Plus encore, depuis les discussions informelles entre professionnel·les du milieu jusqu’aux débats publics en passant par diverses affaires judiciaires, les auteurs et autrices parviennent progressivement à mettre à l’ordre du jour les questions qu’ils et elles estiment importantes pour la pérennité de leur activité5. Reste que de nombreux acteurs, au sein de ces différentes arènes, tentent de relativiser ces plaintes, refusant aux auteurs et autrices la capacité à définir eux-mêmes les problèmes qui les concernent6. Quatre articles abordent l’un ou l’autre aspect de cette situation sociale tendue.

16Sylvain Aquatias et Alain François étudient les modalités d’entrée dans la profession à partir des trajectoires des jeunes résidant en Charente et nés entre 1980 et 1998. Ils montrent que la professionnalisation est ardue. Elle dépend fortement des réseaux locaux, universitaires ou professionnels constitués notamment dans le cadre des études et qui sont des ressources déterminantes. Elle passe bien souvent par l’exercice d’autres activités soit proches (illustration, communication graphique, cinéma d’animation, storyboarding, etc.) soit périphériques (enseignement, animation pédagogique, librairie, etc.) ou encore sans rapport avec la BD. La transmission des savoirs professionnels passe aussi par les ateliers collectifs, lieux d’apprentissage du métier, d’échange de savoirs formels ou informels, de confrontation aux autres professionnels du secteur.

17Isabelle Rivoal avec la complicité de Marc Armspach, propose une ethnologie fine du travail d’un dessinateur, Marko, à partir d’une analyse de son activité dans son atelier. Le temps long, la précision de l’observation et de sa restitution photographique permettent de comprendre en profondeur l’organisation et la matérialité de la production graphique. Ainsi le travail de l’auteur n’est pas concentré sur la réalisation d’une seule publication, mais se répartit entre plusieurs projets menés en parallèle. Cette diversification de l’activité créatrice permet à l’auteur des moments de respiration, et donc de rompre avec une certaine routine. Elle l’aide aussi dans l’expertise de son propre travail. Il lui est ainsi plus facile d’identifier l’univers graphique qui le motive aujourd’hui et de repérer les évolutions de son trait de dessinateur, impliquant de fait une nouvelle gestuelle. La durée de l’activité créatrice sur la journée dit beaucoup par ailleurs de l’investissement en temps que représente cette activité professionnelle et les empiètements sur la vie tout entière qu’elle suppose.

18Au-delà des trajectoires individuelles, la question de la professionnalisation est un enjeu collectif pour les auteurs et autrices. Comme évoqué précédemment, ce groupe peine à faire reconnaître son expertise professionnelle face à divers interlocuteurs. Comprendre ce phénomène n’est possible qu’en s’intéressant aux difficultés que ce groupe professionnel rencontre lui-même lorsqu’il s’agit de définir ses frontières externes mais aussi internes entre les différents sous-groupes qui le composent. C’est ce que montrent les deux articles suivants, qui reviennent chacun sur les tentatives de groupes sociaux pour faire entendre et reconnaître leurs difficultés spécifiques.

19Ainsi, l’article de Marys Renné Hertiman (rubrique « Images en chantier ») rend compte de la constitution d’une communauté des coloristes de BD, à travers l’analyse des évolutions du métier. Elle montre que dans un contexte d’accroissement de la division du travail justifiant le recours à des expertises, la colorisation est interprétée tantôt comme une tâche d’exécution, tantôt comme une activité prenant pleinement part à la création. La distinction n’est pas sans conséquences : d’un côté elle permet à des coloristes d’accéder au statut d’auteur (et à la reconnaissance symbolique et matérielle qui l’accompagne), de l’autre elle peut contribuer à diviser la communauté des coloristes autour de ces différentes pratiques.

20De leur côté, Maëlys Tirehote Corbin et Léandre Ackermann s’intéressent au groupe des autrices. En effet, si la division du travail a conduit à repérer des activités spécifiques avec des enjeux propres (coloriste donc, mais aussi scénariste, dessinatrice et même parfois storyboarder, lettreuse, etc.), le simple fait d’être une femme a des effets sur l’expérience de création. Non pas du fait d’une soi-disant nature féminine qui impliquerait un rapport particulier au travail, mais du fait de croyances relatives à cette nature féminine. Elles montrent qu’aux autrices sont attribuées des places spécifiques au cours de l’histoire, du fait d’une hiérarchisation genrée des œuvres. D’abord invisibilisées, elles sont par la suite considérées comme des exceptions ou invitées à investir des segments spécifiques de la production éditoriale. Au-delà des questions relatives à la légitimité des œuvres produites, cette hiérarchisation implique des conséquences pratiques importantes pour les autrices (précarité, moindre accès à des opportunités professionnelles, etc.). L’article met en lumière les nombreuses mobilisations conduites par les autrices pour faire reconnaître les spécificités de leurs expériences.

© Pierre Nocérino

Un point de vue spécifique sur les activités professionnelles

21Au-delà de ces approches générales de l’évolution du travail dans le secteur, nombre de bandes dessinées décrivent des activités professionnelles traditionnelles ou émergentes, qui occupent une place plus ou moins centrale dans la narration. Dans une veine autobiographique, de jeunes auteurs et autrices rendent compte des situations de précarité, de chômage, d’intermittences ou de petits boulots qu’ils ou elles ont traversées, et soulignent ainsi l’imbrication souvent très forte et parfois problématique entre leur vie personnelle, familiale, professionnelle, artistique. Dans ce dossier thématique plusieurs articles étudient le regard original porté sur le travail que proposent les récits graphiques.

22Marc Loriol aborde la représentation du travail ouvrier dans les bandes dessinées en interrogeant leur capacité à saisir et à rendre compte du geste ouvrier dans ces différentes dimensions techniques, pratiques, cognitives, collectives, etc. Geste particulièrement difficile à transmettre, non seulement parce qu’il est souvent plus complexe qu’il ne paraît et aussi parce qu’il est incorporé donc peu formalisable. À partir d’extraits de cinq œuvres récentes, l’auteur souligne la capacité de la BD à rendre compte de cet ensemble d’expériences de pratiques et de savoirs qui font ce qu’on appelle dans de nombreuses professions le beau geste.

23Le travail ouvrier, et en particulier celui des migrants italiens recrutés par la sidérurgie lorraine, est aussi au centre de l’œuvre de Baru qui retrace entre autres son enfance, sa jeunesse et l’histoire de sa famille. L’entretien qu’il a accordé à Jean-Paul Géhin et Jean-Marc Leveratto montre en fait qu’au-delà de son histoire ou celle de sa famille, c’est un récit plus large et ambitieux qu’il esquisse : «  Tout mon travail, depuis quarante ans, c’est de construire un portrait de groupe, un portrait de classe, celui de la classe ouvrière. »

24C’est en historien que Nicolas Verschueren analyse la représentation de l’univers minier dans la BD, en soulignant en particulier que l’intérêt de la bande dessinée et du roman graphique pour la mine intervient tardivement, lorsque cette activité est largement en voie de disparition, en tous cas en France et en Belgique. Il montre l’originalité descriptive et narrative du 9e art pour décrire le travail de la mine par rapport aux autres pratiques artistiques comme le cinéma, le documentaire ou la littérature, qu’il a étudiés auparavant, notamment par sa capacité à articuler quête réaliste et liberté créatrice. Et aussi par son aptitude à faire de l’univers minier en voie de disparition, une métaphore du monde du travail et des relations de domination qui le traversent.

25Dans sa courte contribution dans la rubrique « Un œil, une image », Maël Rannou analyse une planche extraite de l’ouvrage La petite Russie qui retrace la colonisation d’un espace vierge au nord du Québec. Le travail est au cœur du récit : celui des bûcherons qui défrichent l’immense forêt comme celui des paysans qui souhaitent s’installer et se stabiliser. En neuf cases et quelques traits et dialogues, la planche montre avec justesse les tensions qui se développent entre la logique du bucheronnage et celle de l’installation agricole mais aussi les difficultés du travail coopératif et de la prise de décision collective.

26Bérénice Bonhomme aborde également les représentations du travail dans une activité, même si son approche s’avère doublement originale : d’une part, par le secteur professionnel concerné, le cinéma d’animation qui possède bien des proximités avec la bande dessinée ; d’autre part, par son objet, les « petits dessins », des (auto) représentations des dessinateurs et dessinatrices du cinéma d’animation qui interrogent l’organisation formelle et informelle dans cette activité. Le travail dans le secteur est ainsi mis en scène en mobilisant les codes de la BD, nous donnant à voir la fabrique de l’animation et le travail collectif qu’elle nécessite. Les « petits dessins » nous apprennent beaucoup sur les relations et les hiérarchies professionnelles et la place des individus qui disposent de marges de manœuvre pour jouer les rôles qui leur sont assignés (Goffman, 1973).

© Pierre Nocérino

Vers une bande dessinée scientifique ?

27Rendre compte du travail de création n’est pas sans susciter, chez les chercheurs et chercheuses, des sentiments de familiarité. En effet, l’activité artistique présente des points communs avec la recherche scientifique (Freidson, 1986). Outre les similitudes dans l’organisation de leurs métiers respectifs, chercheurs, chercheuses et artistes sont surtout des personnes dont l’activité consiste, d’une manière ou d’une autre, à tenir un discours sur la société (Becker, 2009). De là à envisager des formes de collaborations, il n’y a qu’un pas, que de nombreuses personnes ont déjà franchi : écritures alternatives de la science, « Art-based research », sociologie visuelle… les initiatives croisant sciences et arts sont multiples. Mais qu’en est-il de la BD ?

28Le contexte actuel, entre légitimation accrue du médium et essor de la BD documentaire, est favorable aux hybridations entre science et BD. Au-delà donc de la vulgarisation, qui existe depuis de nombreuses années, les initiatives d’écritures scientifiques se multiplient que ce soit dans des revues (par ex. Smolderen, Minguet, 2013 ; Baillon, Labarre, 2015 ; Parisi, 2017 ; Weaver-Hightower, 2017 ; Bailey, Tyler, 2019), des mémoires (Zigarán, 2018) ou des thèses (Sousanis, 2015 ; Nocérino, 2020 ; Dufour, 2021), au point même que des collections ou des revues ont été spécifiquement créées pour les accueillir (Les revues The Comics Grid et Graphic Medicine, la collection « anthropoGRAPHIC » aux University of Toronto Press). Plus encore que de restituer des résultats, ces écritures graphiques de la science sont l’occasion pour les chercheurs et chercheuses de bouleverser leurs routines de travail, au point parfois d’en tirer une réflexion sur les pratiques de recherche (Nocérino, 2016, 2022 ; Kuttner et al., 2017).

29La contribution de Claire Marc et Véréna Richardier s’inscrit dans ces réflexions : Respectivement sociologue et médiatrice scientifique, les deux autrices sont au fait de leurs attentes professionnelles respectives (la première est également dessinatrice et la seconde est océanographe de formation). Fortes de ces expertises croisées, elles procèdent à une analyse réflexive des contraintes qui pèsent sur les traductions successives nécessaires à la transformation de données scientifiques en un document graphique. Dans une mise en abime de l’analyse, elles proposent même une traduction graphique.

30La contribution de Pierre Nocérino pour la rubrique « Un Œil, une Image » est également susceptible de fournir des outils à l’analyse de l’écriture scientifique en image : à partir d’un dessin initialement utilisé pour accompagner l’appel à contribution et choisi pour figurer en une du présent numéro, il propose une analyse réflexive de la production de cette image.

31Ces réflexions permettront aux lecteurs et lectrices de relire différemment les contributions à ce dossier qui intègrent l’image comme modalité d’écriture. Ainsi, l’article de Maëlys Tirehote Corbin et de Léandre Ackermann propose à côté de l’analyse écrite plusieurs planches de BD : les lecteurs et lectrices pourront dès lors mieux juger de la pertinence des choix opérés pour représenter graphiquement la situation des autrices. De la même manière, quand bien même on s’écarte un peu du média BD, Francine Barancourt montre l’intérêt de la méthode graphique dans la démarche de recherche en réalisant des visuels de terrain permettant de visualiser la porosité de la frontière entre travail et loisirs dans le cadre de sa monographie d’un atelier de travail du cuir à domicile.

32Au total, le projet de ce numéro thématique articulant les représentations du travail dans la BD et l’organisation du travail dans ce secteur d’activité s’avère productif : non seulement nombre d’articles ont croisé ces deux points de vue, éclairant la place du travail dans cette activité artistique ; plus encore, une question non attendue tend à émerger, celle des nouvelles formes d’écritures scientifiques, de leur place et leur pertinence à côté des formes traditionnelles de restitution des recherches. Du travail de dessin aux dessins du travail, en passant par la mise en dessin du travail de recherche portant sur le travail du dessin, ce numéro aura permis d’aborder de nombreuses manières de traiter notre sujet. Aux lecteurs et lectrices de se mettre au travail donc !

© Pierre Nocérino

Haut de page

Bibliographie

Baetens J. (2012), « Le roman graphique », dans É. Maigret et M. Stefanelli (eds.), La bande dessinée: une médiaculture, Paris, A. Colin, p. 200‑216.

Bailey C. & Tyler I. (2019), « From Stigma Power to Black Power: A Graphic Essay », The Sociological Review Blog. URL : https://www.thesociologicalreview.com/blog/from-stigma-power-to-black-power-a-graphic-essay.html.

Baillon J.-F. & Labarre N. (2015), « Things are going to change: Genre hybridization in Shaun of the Dead », Angles [En ligne], n°1. URL : http://angles.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=96

Becker H. S. (2009), Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, La Découverte.

Cailloux M., Laot F. F., Monjaret A. & Montellier C. (2019) « Une femme qui fait du dessin politique ! Ou comment produire des images dangereuses. » Entretien avec Chantal Montellier, Image du travail/Travail des images, n° 6-7. URL : https://journals.openedition.org/itti/665.

Crépin T. (2001), « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, CNRS Éditions.

Dufour E. (2021), « C’est le Québec qui est né dans mon pays! »: carnet de rencontres, d’Ani Kuni à Kiuna, Montréal, Écosociété.

EGBD (2016), « Enquête Auteurs 2016. Résultats statistiques », Angoulême, États Généraux de la Bande Dessinée.

Freidson E. (1986), « Les professions artistiques comme défi à l’analyse sociologique », Revue Française de Sociologie, vol. 27, n°3, p. 431‑443.

Géhin J.-P. (2018-2019), « La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 1. Un regard à la fois documenté et intimiste. 2. Le point de vue des dominés 3. Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions. », Images du travail [En ligne] (url : https://itti.hypotheses.org/818 ; https://itti.Hypotheses.org/1169 ; https://itti.hypotheses.org/1218 )

Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne, 2 tomes, Paris, Éditions de minuit.

Groensteen T. (2016), « Extension du domaine de la non-fiction », neuvième art 2.0 [En ligne] (url : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1091).

Kohn J. (2022), Dessiner des petits Mickeys : une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968), Paris, Éditions de la Sorbonne.

Kuttner P. J., Sousanis N. & Weaver-Hightower M. B. (2017), « How to Draw Comics the Scholarly Way: Creating Comics-Based Research in the Academy » dans P. Leavy (ed.), Handbook of Arts-Based Research, New York, The Guilford Press, p. 398‑422.

Lesage, S. (2017), « La bande dessinée, une nouvelle écriture de l’info », La revue des médias [En ligne] (url : https://larevuedesmedias.ina.fr/la-bande-dessinee-une-nouvelle-ecriture-de-linfo).

Méon J. (2017), « Introduire le graphic novel, une ambition circonscrite : les premiers usages nord-américains de l’étiquette et leur péritexte », Revue française d’études américaines, n°151, p. 176-193.

Mills C. W. (2006 [1961]), L’imagination sociologique, Paris, La Découverte.

Nocérino P. (2016), « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés, vol. 48, n°2, p. 169‑193.

Nocérino P. (2020), Les auteurs et autrices de bande dessinée. La formation contrariée d’un groupe social, Thèse de sociologie, sous la direction de C. Lemieux, Paris, ehess.

Parisi M. (2017), « Le processus créatif, un regard anthropologique », Essais, revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors série n°5, p. 23‑47.

Seveau V. (2013), Mouvements et enjeux de la reconnaissance artistique et professionnelle : une typologie des modes d’engagement en bande dessinée, Thèse de sociologie sous la direction de P. Tacussel, Montpellier, Université Paul Valéry Montpellier 3.

Smolderen L. & Minguet R. (2013), « Un fil d’Ariane dans le Dendi. Ethnographie d’une technique disparue », Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, n°61, p. 304‑317.

Sousanis N. (2015), Unflattening, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press.

Weaver-Hightower M. B. (2017), « Losing Thomas & Ella: A Father’s Story (A Research Comic) », Journal of Medical Humanities, vol. 38, n°3, p. 215‑230.

Zigarán I. (2018), El monte, crianza y predación. Una historieta etnográfica sobre la relación de las familias campesinas de Apenoc con el monte en el marco de la implementación de la ley de bosques, Mémoire de Licence d’anthropologie, Córdoba, Universidad Nacional de Córdoba.

Haut de page

Notes

1 Ces collectifs peuvent prendre la forme de syndicats (à l’image du SNAC-BD créé en 2007 ou de la Ligue des auteurs professionnels devenu syndicat en 2021), d’association (l’association Artémisia fondée en 2007 par Jeanne Puchol et Chantal Montellier pour promouvoir la visibilité du travail des femmes dans la bande dessinée) mais également de groupes informels (comme le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme créé en 2016 ou le collectif Auteurs et Autrices en Action créé en 2019). La constitution et les actions de certains de ces collectifs ont fait l’objet d’une analyse dans la thèse de Pierre Nocérino (2020).

2 Pour un historique détaillé, voir Jean-Matthieu Méon (2017).

3 Selon Jan Baetens (2012), le roman graphique se distingue par sa production (il résulte d’un auteur ou une autrice, et pas d’un éditeur ou d’un producteur extérieur), son contenu (il aborde des thèmes destinés à un public adulte, avec un graphisme souvent distinct des publications destinées à la jeunesse), sa matérialité (des one-shot en noir et blanc aux paginations importantes) et sa réception (notamment via une diffusion dans le circuit traditionnel du livre littéraire).

4 Critique à laquelle on pourrait en ajouter une autre : étant donné l’inégal accès des auteurs et autrices de BD à ces activités accessoires (que ce soit du fait de leur genre ou de leur âge, mais aussi du type de travaux qu’ils ou elles réalisent), ce dispositif ne s’adressait en réalité qu’à certaines catégories de la profession.

5 Pour un exemple récent de l’apparition de ces questions dans les débats parlementaires, voir l’Amendement n°II-894 déposé à l’Assemblée nationale le 24 octobre 2022 demandant la création d’un « Plan en faveur des atistes-auteurs » de 50 millions d’euros, explicitement destiné à favoriser le dialogue social entre l’État et les représentant·es de ces professionnel·les. Côté judiciaire, le Conseil d’État, saisi par des syndicats d’artistes-auteurs, a condamné le 15 novembre 2022 (dossier N° 454477) le Ministère de la Culture suite à différentes irrégularités dans la production d’une ordonnance dans une ordonnance transposant la directive européenne sur le droit d’auteur (a notamment été reproché d’avoir évincé la mention « appropriée » là où la directive originelle exigeait de défendre une rémunération «  proportionnelle et appropriée »).

6 Pour prendre là encore une exemple récent : plusieurs organisations professionnelles d’auteurs (le Conseil permanent des écrivains et la Ligue des auteurs professionnels) ont fait part de leurs difficultés à faire entendre au Syndicat national de l’édition leurs revendications sur les rémunérations des artistes-auteurs, mettant ainsi en péril la signature d’un accord négocié depuis de long mois. Les représentant·es des auteur·ices demandent en appel ainsi à l’État, exigeant à la ministre de la Culture « qu’elle confirme si la question de la rémunération des auteurs demeure une priorité inscrite “à l’agenda politique” » (voir le communiqué commun au lien suivant : https://www.sgdl.org/sgdl-accueil/l-actualite-sgdl/4245-la-remuneration-des-auteurs-un-sujet-tabou-pour-les-editeurs).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Pierre Nocérino
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Crédits © Pierre Nocérino
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Crédits © Pierre Nocérino
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Crédits © Pierre Nocérino
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/3963/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Géhin, Françoise F. Laot et Pierre Nocérino, « De l’œuf et de la poule : le travail mis au jour par le récit dessiné… et inversement »Images du travail, travail des images [En ligne], 14 | 2023, mis en ligne le 21 décembre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/itti/3963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.3963

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Géhin

Jean-Paul Géhin est sociologue du travail, enseignant chercheur émérite à l'Université de Poitiers et membre du laboratoire GRESCO. Ses travaux de recherche portent principalement sur les formes d'articulation entre éducation et travail : formation en entreprise, éducation permanente, entrée dans la vie des jeunes, validation des acquis de l'expérience...
Il a par ailleurs participé à la conception, la mise en place et la direction de formations universitaires de documentaristes : master écriture et documentaire de création ; master documentaire animalier, nature et environnement.
De longue date intéressé par l'usage des images fixes et animées dans la recherche en sciences sociales comme par la médiation scientifique, il a fondé et longtemps présidé le festival Filmer le travail. Il a également participé à la création de la revue scientifique pluridisciplinaire Images du Travail, Travail des Images, qu’il codirige.

Articles du même auteur

Françoise F. Laot

Françoise F. Laot, socio-historienne, est professeure à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, membre du Centre de recherche interuniversitaire Expérience, ressources culturelles, éducation (EXPERICE - EA 3971) et chercheure associée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS, UMR 8070). Elle est également présidente du Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes (GEHFA). Parmi ses dernières publications, on compte notamment : Laot F. F. et Lescure E. de (dir.) (2022) Éducations militantes, formations au militantisme, Revue française de pédagogie, n° 215 ; Laot F. F. (dir.), (2021) L’éducation des femmes adultes au xxe siècle, travailleuses, épouses et mères, citoyennes, Histoire de l’éducation, n° 156 ; ainsi que l’ouvrage : Laot F. F. (2014) Un film comme source pour l’histoire de la formation des adultes hommes… et femmes. Retour à l’école ? (Nancy, 1966), PUN, Éditions universitaires de Lorraine.
Contact : francoise.laot[at]univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Pierre Nocérino

Pierre Nocérino est sociologue, chercheur postdoctoral au Lier-Fyt (UMR 8065 - CNRS/EHESS). Sa thèse, soutenue en 2020 sous la direction de C. Lemieux, était consacrée au travail et aux mobilisations des auteurs et autrices de bande dessinée en France. Ses recherches portent plus généralement sur les processus de politisation dans les milieux professionnels, en particulier au sein des industries culturelles. En parallèle de ces travaux, il s’est également investi dans l’écriture graphique de la sociologie en réalisant différentes bandes dessinées, seul ou en collaboration avec l’autrice Léa Mazé. Ces planches, alternant vulgarisation et écriture scientifique, ont été diffusées sur blog personnel («  Émile, on bande  ?  ») mais également dans divers espaces de publication (revues Sociologie et Sociétés, Ethnographiques.org ou European Sociologist  ; rapports de recherche  ; thèse  ; etc.).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search