Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16DossierReprésentations et stéréotypes de...

Dossier

Représentations et stéréotypes des métiers du sexe dans le jeu vidéo

Representation and stereotypes of sex work in videogames
Laura Goudet

Résumés

Cet article aborde les représentations des métiers du sexe dans le jeu vidéo, en ce que ces représentations disent du rapport entretenu entre créateur·ice·s de jeux et ces métiers souvent obscènes, dans des productions AAA1, indépendantes et pornographiques. Après une étude des lieux où consommer le travail du sexe (TDS), et leur lien avec la narration des jeux, l’étude se penche sur deux types d’exercice du TDS : les euphémisations mignonnes des prostituées et les robots sexuels que l’on trouve en jeu. Enfin, j’étudie les rapports de pouvoir dans les représentations genrées des travailleurs du sexe, pour finir sur les jeux développés pour et par les TDS. Aux représentations fantasmatiques de ces métiers s’adjoignent des témoignages personnels qui dépassent la dévaluation très courante de ces métiers dans le jeu vidéo.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 L’abréviation TDS désignera ici indifféremment travailleur·euse·s du sexe et travail du sexe.

1Les métiers du sexe, et en particulier, le travail du sexe2 dans le jeu vidéo (Brathwaite, 2007) est nimbé d’une aura sulfureuse dans les jeux grand public où les personnages de TDS sont confinés à des rôles auxiliaires et à une occupation dévaluée (Ruberg, 2019). De la même façon que le discours public élimine largement la parole des TDS (Amaouche et al., 2003), les jeux vidéo relèguent les métiers du sexe à des positions auxiliaires, comme éléments de décor ou de caractérisation de personnages secondaires déshumanisés (Kraus, 2019).

2Dans les jeux vidéo, le travail du sexe et particulièrement la prostitution sont présents depuis « la popularisation même du média » (Evans et Tarver, 2017). De nombreux travaux traitent de la représentation des métiers du sexe (Doezema, 2010), particulièrement dans les films (Baker, 2014) et dans le jeu vidéo (Berlatsky, 2014). L’étude présente étend celle entreprise plus tôt, sur la dimension travaillée du TDS par Lieber et al. (2010) et y adjoint la dimension fantasmatique, de l’écriture (et de la mise en scène) de ce travail du sexe à l’écran, dans le cas des jeux vidéo, en nuançant les constatations par l’adjonction de jeux développés par des TDS.

  • 3 Voir les définitions et le cadre légal en France sur le site du STRASS : https://strass-syndicat.o (...)
  • 4 L’autrice espère n’avoir aucun préjugé négatif contre les métiers du sexe et milite pour le respec (...)

3Les métiers du sexe sont définis ici comme toute activité rémunérée qui implique une transaction de contenu sexuel, quel qu’il soit3 ; c’est cette vision professionnelle, qui rompt avec la vision criminelle de la prostitution qui motive l’expression travail du sexe, depuis les années 1980. Certaines définitions des types du travail du sexe incluent la prostitution, découplée du travail d’escort, et la danse nue (Dorais et Lajeunesse, 2003). L’utilisation du mot métiers est motivée par la professionnalisation supposée ou fantasmée des personnages de jeu vidéo de mon corpus. Elle est également employée dans des entretiens (Hanselmann et Lamamra, 2002) et des articles traitant de la question (Tijou et Patouillard, 2001) ou des chapitres de livres, comme « Le travail du sexe comme métier » (Parent et al., 2010). À l’instar de Gail Pheterson, je considère que les « concepts de prostitution et de prostituée sont des instruments de contrôle social » (Pheterson, 2001). L’utilisation du terme métiers du sexe permet, en outre, de dégenrer le travail du sexe, qui concerne « tous les âges, genres, races, capacités et orientations sexuelles » (Orchard, 2019), et d’enlever le discrédit du concept de prostitution sur les éléments du corpus4, tout en élargissant la perspective de cette analyse à tous les métiers du sexe.

  • 5 Du point de vue des classifications de jeux : des références au TDS donnent lieu à une catégorisat (...)

4La presse spécialisée s’est déjà émue du traitement ludologique des métiers du sexe (Henley, 2021), dans une perspective diachronique qui ouvre les descriptions de travailleuses et travailleurs vers l’humanisation plutôt que le jugement. J’en prends pour preuve l’œuvre de Luca Miranda, qui établit dans son film intitulé Sex Worker un regard décalé sur les prostituées dans le jeu Grand Theft Auto. Ces personnages non-joueurs, d’habitude dans l’arrière-plan de jeux sont le sujet de son film, qu’il décrit comme « la poursuite prolongée d’une prostituée […], la documentation de comportements de ce type de sujets », pour explorer la façon dont les routines sont créées pendant une partie. Le plus étonnant est la position de la caméra : Miranda suit le personnage de TDS, et nous ne la voyons que de dos. De la même façon, cet article suit les positionnements des TDS en les observant, grâce, d’une part, à l’analyse de discours écrits (Fairclough, 2003), et de la façon dont les jeux les mettent en scène. Ces personnages sont fréquemment en toile de fond de jeux plutôt adultes5, mais fortement dépréciés.

5Quels aspects des métiers du sexe sont le plus souvent représentés ? Dans quelle mesure ces portraits, sont-ils des espaces de liberté fantasmagoriques pour les créateu·rice·s de jeux ? Est-ce que cette liberté est exploitée en faveur des TDS, ou les représentations sont-elles toujours caricaturales ?

  • 6 Cet article a recours au féminin neutre en tant qu’aphérèse de “instance joueuse”, qui désigne tou (...)

6Pour étudier les images des métiers du sexe, j’utilise à la fois des captures d’écran, et des vidéos mises sur YouTube par des joueuses6, dont les parties ne contiennent pas de commentaires, dans une perspective qui mêle études culturelles appliquées au jeu vidéo et analyse de discours multimodal. Les jeux étudiés dans ce corpus sont créés par de grands studios (Duke Nukem, Grand Theft Auto, etc.) ou des studios au personnel réduit (Prostitute Simulator, Die Reeperbahn Simulator, etc.), et mettent en scène des TDS. Deux jeux du corpus diffèrent des autres (He fucked the girl out of me et The Oldest Game), en ce qu’ils ont été créés en réaction à des événements réels, respectivement, l’histoire personnelle de la créatrice et l’adoption de lois au Canada visant à réguler le TDS.

7J’analyserai d’abord les lieux où les métiers du sexe s’exercent : la rue, les maisons closes et boîtes (de nuit ?), dans une moindre mesure, les lieux de consommation de la pornographie. Ces lieux sont modelés par leur usage professionnel, même si cela peut être transitoire.

8Dans un second temps, j’aborde la représentation des TDS dans les jeux : de la prostituée mignonne, dont le métier est enfermé dans une esthétique fantasmatique, je passerai à un extrême opposé, avec les robots TDS. Enfin, les perspectives de genre de ces métiers très principalement endossés par des femmes dans ces jeux donneront lieu à un dernier point sur les jeux développés par et pour les TDS.

1. Lieux d’exercice

1.1. Prostitutions de rue

9Dans les jeux où le propos est plutôt interlope, la présence de prostituées est un élément récurrent : elles s’adonnent souvent à la prostitution dans la rue ou dans des maisons closes (sujet de la seconde section). Elles ont souvent peu d’importance dialectique et les métiers du sexe sont représentés par rapport à ce qu’ils disent sur les environnements dans lesquels ces récits prennent place.

10Dans la série Grand Theft Auto (GTA) la prostitution est un élément récurrent de la série et les prostituées ont fait l’objet d’un article de Bo Ruberg sur la dévaluation de leur travail (2018). Il existe des guides pour que le protagoniste du jeu reçoive des faveurs sexuelles, comme dans GTA : San Andreas7 ou GTA V8. Il s’agit d’une simple activité dans le jeu, comparable à toute autre : les TDS (toutes des femmes) sont une catégorie de piétons qu’il s’agit de faire monter dans sa voiture, avant une relation sexuelle que l’on ne voit pas clairement (certains jeux montrent les mouvements de la voiture). Utiliser les services d’une TDS a des effets restauratifs sur la santé du protagoniste.

  • 9 Tous les opus de GTA ne prévoient pas que l’on soit dans un parking ou un endroit défini comme « i (...)

11Il est même possible de tuer les TDS une fois leurs services achevés, afin de récupérer l’argent que valent leurs prestations. C’est un jeu où « les violences faites aux femmes sont récompensées » (Dill et al., 2008). Les auteurs précisent même que « quand un personnage masculin frappe une femme prostituée, elle ne répond pas en criant ou en disant non, soit des réponses attendues dans des situations réelles, mais elle est programmée pour dire j’aime l’amour vache et rendre les coups » (Dill et al., 2008). De tels comportements sont non seulement des projections d’amour vache, mais aussi une justification des violences faites aux TDS : si elles sont dans la rue, que l’on peut disposer librement d’elles au point d’user de leurs services, de les tuer ou les deux, pourvu que l’on soit dans un endroit isolé9, afin de rester discret.

Illustration 1. Carte de GTA Online qui montre les endroits où trouver des prostituées

Illustration 1. Carte de GTA Online qui montre les endroits où trouver des prostituées

©VGFaq.com

12L’on peut voir, en regardant la carte qui recense les prostituées dans GTA V10 que les lieux où elles sont forment des groupes sur la carte (indiqués par des points jaunes) ; l’un des points de concentration est proche d’une boîte de strip-tease (ce que l’on a également dans GTA IV, où une prostituée racole devant le sex-shop) : cette répartition géographique est semblable à celle que l’on trouve hors du jeu vidéo, sur les terrains de la prostitution de rue (Deschamps, 2008). Ce qui fait que ces espaces sont exceptionnels, par rapport au temps de jeu, c’est la présence de TDS une fois la nuit tombée : les femmes prostituées performent physiquement la prostitution de rue, puisque sans elles, ces quartiers seraient tout à fait banals. Le jeu reproduit ici des comportements attendus, comme le fait que les personnes prostituées soient relativement proches les unes des autres, et y mêle des éléments externes, comme le pouvoir du protagoniste sur les TDS et les types de réactions obtenues.

Illustration 2. « Sex Worker », L. Miranda, Grand Theft Auto V

Illustration 2. « Sex Worker », L. Miranda, Grand Theft Auto V

© Luca Miranda

  • 11 Nous traduisons : « simulateur de prostituée ».

13Cette occupation des lieux minoritaire est, cantonnée à certains moments. Ça n’est pas celle des jeux où le gameplay tourne autour de la recherche de clients en sillonnant la ville. C’est le cas de Prostitute Simulator11, où la rue se parcourt à toute vitesse, en cherchant à la fois à échapper à la police et aux partenaires de la clientèle de la prostituée que l’on incarne. Surtout, le jeu revêt des allures d’ubérisation de ce métier, soit ici l’accélération de cadences de travail par le recours aux nouvelles technologies (les réservations en ligne), et la lassitude possible des clients qu’il faut atteindre dans un temps limité avant qu’ils n’annulent la mission, peut-être par recours à la concurrence. Le fait que le téléphone portable soit sans cesse visible, en bas à droite, souligne la nature particulière de ce qui est représenté. Par contraste, l’aguichage dans la rue, le fait de rester dans le même quartier ne sont pas des pratiques encouragées, contrairement au premier exemple.

Illustration 3. Prostitute Simulator : aguichage dans la rue.

Illustration 3. Prostitute Simulator : aguichage dans la rue.

© Doky

14Le fait d’aguicher un client (illustration ci-dessus) est dangereux, car cela pourrait attirer l’attention de la police sur la protagoniste. Il y a donc une dimension ubérisante, qui dévalue le travail, en partie par l’adjonction de nouvelles technologies (Leclercq, 2017), ce qui va avec la dévaluation décriée par Ruberg (2019). Les jeux qui campent les TDS dans des lieux publics les montrent parfois dans des lieux pérennes, comme les maisons closes, dont l’usage spécifique est celui de la consommation sexuelle.

1.2. Clubs et maisons closes

  • 12 Un extrait de jeu en anglais sans commentaire est disponible à cette adresse : https://www.youtube (...)
  • 13 Lieux dans de grandes villes où le commerce du sexe abonde : typiquement, on peut y trouver des se (...)

15Dans un jeu récent à l’atmosphère dystopique, Detroit : Become Human, la maison close Eden Club12 aux TDS robotiques (voir section 2.2.) est un lieu sombre, éclairé par des néons roses et violets. Cette atmosphère est proche de celle de lieux de commerce de sexe (quartier Pigalle, red districts13, etc.), mais s’éloigne de celle des maisons closes de luxe (voir la description de la maison close de Genève, Staszak, 2018). Malgré un chapitre dans une maison close, il n’y a aucune scène sexuelle à l’écran : le jeu nous présente les TDS dans le moment qui précède les passes, dans des capsules transparentes où iels peuvent être contemplé·e·s et évalué·e·s, ou en train de s’apprêter après le passage d’un client. Dans ce jeu également, à l’instar de ce qui se fait dans les boîtes de strip-tease, les représentations du travail du sexe sont invitationnelles, en ce qu’elles « mim[e]nt le désir mais sans sa satisfaction finale » (Ryan et Martin, 2001). On les voit danser, proposer une passe aux deux enquêteurs – en fait, divers moments permettent au protagoniste de faire une pause et de contempler les Traci. C’est un peu le pendant dystopique des représentations comme celle de 5 Dollars Strip.

Illustration 4. Écran de titre de 5 Dollars Strip

Illustration 4. Écran de titre de 5 Dollars Strip

© Gamcore

16La surenchère présente sur cet écran titre en dit long sur ce que l’on attend dans ce jeu, où de petites lumières s’allument et s’éteignent, comme pour simuler une boîte de strip-tease très voyante, dans des « formes esthétiques de la réclame » (Martins, 2017), à grand renfort de néons, de répétitions de motifs comme le dollar ou le mot girls. À l’intérieur de la boîte, que l’on découvre après avoir gagné assez d’argent, l’espace est assez criard, entre ambiance tamisée et petites lumières.

17L’ambiance se fait également intimiste : bien que le décor ait l’air assez grand autour de la danseuse, il n’y a aucun autre figurant et elle regarde directement la caméra, et donc, la joueuse alors qu’elle s’effeuille petit à petit, à mesure que l’on gagne de plus en plus d’argent pour poursuivre son spectacle. Le dispositif de la boîte de strip-tease est scoptophile par essence, et cela est encouragé par celui du jeu vidéo, qui offre une relative intimité entre la danseuse et la joueuse.

1.3. Environnement de consommation des métiers du sexe

18Acheter un acte de la part d’un·e TDS est une option disponible dans nombreux jeux AAA, surtout ceux qui mettent en scène des héros solitaires, parfois virils, dont Duke Nukem, dont il sera question ici. Dans le jeu Duke Nukem : Time to Kill (1998), la boîte Bootilicious est appelée « ma maison loin de la maison » par le héros, quand il y entre pour la première fois. On peut mettre une main aux fesses des danseuses. Leur seule réaction sera un gloussement. On retrouve même une petite quête de la part d’une TDS dans le jeu Duke Nukem Forever14, où la jeune femme propose qu’il lui apporte une collation, un godemichet et un préservatif en échange d’une lap dance et d’un peu de gâteau. L’euphémisme pour un rapport sexuel est tout à fait transparent (d’autant plus qu’elle dit que même avec des garçons comme lui, elle doit faire attention).

  • 15 Trou à mi-hauteur d’une cloison, qui permet de passer diverses parties de son corps afin de se liv (...)

19Le club est semblable à ce que l’on attend d’un établissement de ce style, avec lumières tamisées, publicités pour des spectacles et glory hole15 dans les toilettes (dont le héros peut se servir pour augmenter ses points d’égo). La jeune femme est réduite à ses besoins les plus biologiques : se nourrir, se divertir, rester en bonne santé, Duke Nukem est aussi « dans l’absence symbolique de l’autre réduit à son organe anatomique » (Frau-Meigs, 2005). Comme dans Duke Nukem 3D (1996) avec ses danseuses qui continuaient à danser sur fond d’invasion d’extraterrestres, la TDS continue à travailler comme si elle était déconnectée de la réalité hors de la boîte.

20Le TDS modèle les lieux où il se produit, comme la rue, qui devient soudain un lieu de prostitution, mais il produit aussi un détachement diégétique dans les lieux qui lui sont assignés. Les travailleuses de ces jeux semblent unidimensionnelles, et uniquement tournées vers le plaisir et la séduction. Leur travail s’effectue dans des lieux stéréotypés, où l’excès de froideur ou au contraire, de lumières enferme les travailleuses dans des espaces à part.

2. Quelques Clichés des TDS

21Le travail du sexe est donné à des non-humains ou à des gens qui appartiennent à deux grands archétypes : les victimes serviles ou les membres les plus roublards des milieux interlopes auxquels iels appartiennent. Dans cette partie, il sera question des stéréotypes des représentations de TDS.

2.1. La prostituée mignonne

  • 16 Le camp est un « certain degré d’esthétisme, de stylisation […] au détriment du contenu » (Sontag (...)

22L’imaginaire fantasmagorique qui pousse à jouer à des jeux qui contiennent des prostituées joue sur des ambiances particulières, symbolisées par l’aspect quasi-camp16 de ces images, dans une conflagration de couleurs acidulées et de réalités plus scabreuses.

  • 17 Une partie sans commentaire de ce jeu est disponible à cette adresse : https://www.youtube.com/wat (...)
  • 18 « Jeu de panique », littéralement, décrit un jeu rapide, voué à l’échec par l’accélération et la d (...)

23Ainsi, Prostitute Simulator17 présente un personnage principal qui sait jongler entre les diverses réalités de son métier. Aguicher une clientèle potentielle, répondre à la demande sur son téléphone portable, échapper à la police et aux femmes trompées des clients sont parmi les tâches à accomplir dans ce panic game18 influencé par l’esthétique des mangas japonais. Mamimi, le personnage principal, se prostitue pour payer une dette. Elle veut aussi donner de l’argent à la femme dont elle est secrètement amoureuse : le jeu perpétue le stéréotype de la prostituée au grand cœur, jetée dans cette activité par une contrainte extérieure. Celle-ci est incarnée ici par le personnage de Mike, qui la contraint à trouver une énorme somme d’argent en très peu de temps et lui propose de se prostituer. C’est aussi lui qui lui explique quelle application mettre sur son téléphone pour trouver des clients, en bon proxénète véreux.

  • 19 Nous traduisons : « Aujourd’hui, je te récolte ! »
  • 20 Aspect mignon de certains personnages féminins dans des jeux japonais, qui crée la séduction et in (...)

24Cette représentation des métiers du sexe fait entrer l’ubérisation de la prostitution dans le gameplay : si les gens qui requièrent les services de Mamimi attendent trop longtemps, ils se lassent et abandonnent leur requête. Les phases de racolage dans la rue rappellent les constatations sur les métiers du sexe en ligne (Rand, 2019), qui semblent avoir plus de souplesse que leurs formes plus traditionnelles, mais finissent également par aliéner les TDS. Ce mélange des genres rappelle des jeux comme Today, I’m harvesting you!19 (2023), où l’on incarne une héroïne qui doit séduire des hommes, puis récolter leurs organes, dans une parodie macabre des jeux de séduction, ou Doki Doki Literature Club où les protagonistes d’apparence innocente s’avèrent machiavéliques (Goudet, 2020). L’esthétique mignonne de l’héroïne et des décors, le gameplay enferment les métiers du sexe dans une recette stéréotypique. Elle fait appel aux codes de jeux sexualisés, dont le décalage thématique entre moe20 et des activités beaucoup plus sombres (Galbraith, 2014) qui l’inscrivent dans la veine de productions qui « soulignent la cruauté désinvolte avec laquelle on traite les autres » (Spearman, 2022).

2.2. Robotisations sexuelles

  • 21 C’est un prénom épicène.

25Les TDS des jeux vidéo sont parfois également des robots, et ce recours à des personnages déshumanisés est une option facile pour utiliser des TDS tout en niant leur existence. Dans Detroit : Become Human, la prostitution est toujours illégale. Les Traci, nom de code des TDS21 sont vu·e·s comme des androïdes aptes à servir sexuellement la population de Detroit, et iels figurent une prostitution hors de ce qu’une vraie partenaire apporterait (Kraus, 2019) puisque l’inhumanité des Traci et le fait que leur mémoire soit effacée toutes les deux heures les distancient complètement de l’expérience humaine.

  • 22 Ce chemin est double, puisque si l’on tue l’une des deux Traci, on provoque le suicide de l’autre.

26Il s’agit pourtant d’êtres intelligents, et l’enquête que l’on mène porte justement sur l’émancipation des Traci, et leur découverte des sentiments, alors que les éléments que l’on doit voir pour mener l’enquête ne font que renforcer des éléments qui nourrissent le stéréotype de la prostituée abusée. Le premier corps de TDS que l’on trouve sur la scène du meurtre de l’humain (seul jugé digne d’avoir une enquête, puisqu’elle implique qu’une Traci l’a tué) est ranimé brièvement, saigne du nez et de la bouche et semble désorientée, dans une pantomime proche des imageries d’overdose des TDS qui émaillent leurs récits et représentations (Chantepy-Touil, 2011 ; Yvorel, 2018). Cet aspect sordide est présent jusqu’à la fin de la scène, qui nous présente l’entrepôt où iels sont remisés, dans le noir. Pourtant, c’est d’une histoire d’amour dont il est question, et la seule rédemption possible consiste en reconnaître l’amour d’une Traci pour une autre, développé malgré les reformatages de mémoire. La joueuse a le choix entre reconnaître cet amour22 et les capturer pour en refaire des robots dociles : la représentation du métier passe par le contrôle complet du destin des TDS par ceux qui les observent, et non par elles-mêmes.

27La distance entre la prostitution et l’utilisation de robots sexuels permet de mesurer la distance prise par certains jeux (ou studios) connus et ce travail, qui n’est vu que sous un prisme de soumission et d’esclavagisme. Les TDS sont dans une position d’interstice, loin de l’humanité, dans une position de servage quasiment robotique. Les caractérisations plus fines de personnages prostitués insistent sur le caractère involontaire de cette prostitution : le cliché de la TDS « au grand cœur », présente dans la chanson (Papin, 2008), mais aussi dans la représentation écrite (Fortin, 2008).

3. Rapports de pouvoir

28Les rapports au réel peuvent également être entachés de problèmes divers, comme la misogynie du milieu du jeu vidéo : ainsi, la représentation des TDS comme des personnages dévalués dans leur métier (Ruberg, 2019) nourrit le cliché de la femme qui ne joue pas aux jeux vidéo, qui affecte d’aimer les jeux pour profiter des hommes. Ce discours ressemble à celui des cercles masculinistes dont la violence a été d’autant plus importante avec le harcèlement sexiste du Gamergate envers certaines femmes du milieu vidéoludique (Coville, 2019) en 2014.

3.1 Métiers du sexe et genre

29La plupart des TDS en jeu vidéo sont des personnages féminins. Cela occulte des représentations de personnages masculins. De nombreux jeux étudiés dans cet article parlent d’un rapport à la prostitution unilatéral, d’hommes qui consomment de la sexualité tarifée, quelles que soient ses expressions, et qui serait produite ou distribuée par des femmes. Parmi les jeux analysés jusqu’ici, seul Prostitute Simulator est une exception à cette configuration, car les femmes peuvent obtenir une passe de Mamimi, ce qui donne la possibilité d’une séquence lesbienne.

30Certains jeux sont fantaisistes, comme The Casting Couch23 (2018), où le but est de devenir the biggest dick, qui peut se traduire à la fois comme le plus gros salaud ou la plus grosse bite, car il s’agit de monter un empire dans les métiers du sexe, qui oscille entre produire (ou tourner) dans des productions pornographiques, devenir proxénète et avoir recours aux services de TDS. Dans la même veine, le jeu allemand Die Reeperbahn Simulator24 (du nom de la célèbre avenue hambourgeoise qui regorge de maisons closes et autres boutiques pour adultes) met en scène un homme gérant un empire sexuel. Le point commun de ces jeux est le fait que les rôles de personnages jouables et de proxénète se confondent dans ces configurations. Les personnages féminins dans des jeux sont dominés par des hommes qui sont des coquilles vides, dans des narrations teintées de pornographie.

31De la même façon, le travail du sexe des hommes peut être un ressort comique, comme c’est le cas de Fist-O25, le robot de Fallout New Vegas. Le personnage principal doit le réactiver pour l’offrir à son nouveau maître. Le robot est forcément inféodé s’il est allumé, dans une nouvelle démonstration de relations de domination.

  • 26 Toutes ces phrases figurent dans la version française du jeu.
  • 27 Associé à l’homosexualité et aux pratiques les plus extrêmes (Florêncio, 2022), ce terme désigne l (...)

32La genraison de ce robot se fait par sa voix plutôt masculine (et il est genré au masculin en français). L’incongruité de ce robot masculin rejoint en partie les constatations de la section 2.2., mais y adjoint un décalage humoristique. La non-congruence du personnage avec l’ambiance postapocalyptique qui l’entoure est soulignée par ses phrases prononcées d’une voix métallique, comme « Salutations. Fist-O est programmé pour offrir du plaisir », « Je vais avoir besoin d’une mise à niveau matérielle et logicielle pour offrir des services améliorés26. » Même le nom du personnage tranche avec les noms plus courants des TDS de New Vegas. Cette prostitution masculine, et l’existence même de robots sexuels, est en fait présentée comme jugée impossible, à la fois obscène, car Fist-O lance des phrases toutes faites à tout moment, et drôle, car il offre un soulagement comique par le grotesque de son apparence très peu humaine. Ses paroles froides, son nom qui rappelle la pratique du fist-fucking27 nourrissent à la fois la toute-puissance que l’on exerce à son encontre, car il faut le programmer et le conduire, et une sorte d’impossibilité de penser la représentation d’un TDS masculin sérieusement dans un jeu au ton léger.

3.2. Représentations par et pour les TDS

33Les jeux sur les métiers du sexe présentés ici n’ont pas été écrits par des TDS : on peut imaginer diverses raisons comme le fait que les compétences techniques pour écrire un jeu, si simple qu’il soit, sont peu compatibles avec les métiers du sexe ; ou qu’il n’y a simplement pas beaucoup de TDS qui désireraient écrire un jeu sur leur métier. Il existe cependant des exceptions : les chercheuses Sandra Gabriele et Lisa Lynch ont développé The Oldest Game (2015), un jeu d’actualité qui est sorti pour dénoncer et expliquer les conséquences des lois canadiennes sur les TDS. L’étude est ici réalisée à partir des éléments glanés en ligne : le jeu n’est plus disponible à ce jour et son site a été désactivé. La représentation plus fiable des contraintes des métiers du sexe, comme la reconnaissance des catégories auxquelles appartient la clientèle, le soin apporté à sa propre sécurité, à celles des collègues qui ont peur d’être déportées ou arrêtées est une des caractéristiques principales de ce jeu.

Illustration 5. Image de la bande-annonce de The Oldest Game

Illustration 5. Image de la bande-annonce de The Oldest Game

© S. Gabriele et L. Lynch

  • 28 Voir le site Rabble pour un traitement biaisé (contre la prostitution) mais très sourcé du jeu : h (...)

34Les témoignages autour du jeu disent qu’il n’est « pas possible de gagner28 ». Échapper à la criminalisation (et donc aux représentants des forces de l’ordre, quelles qu’elles soient) n’est possible qu’un temps. Les trois personnages féminins partagent le même modèle, comme pour montrer que l’on ne s’intéressera pas autant à leurs physiques (ou leur séduction) qu’au fait qu’elles puissent ou non payer leurs factures, ce qui est la mécanique principale du jeu. C’est un jeu d’actualité (news game) en ce qu’il profite de l’évolution des lois canadiennes pour être développé dans un cadre universitaire, et qu’il prend en compte les questions de catégorisation des clients, pour rester en sécurité. C’est une compétence à développer, décrite par divers travaux (Dorais et Lajeunesse, 2003).

  • 29 Le titre est un jeu de mots difficilement traduisible entre « he fucked [the shit] out of me » («  (...)

35Ce changement de paradigme, de TDS d’arrière-plan vers l’autonomisation et le respect est aussi perceptible dans un jeu comme He fucked the girl out of me29 (appelé HFTG), qui se présente comme un témoignage de T. McCue. Dans l’avertissement préalable au début de la partie, l’autrice écrit « ce jeu est fait de souvenirs. Ces souvenirs concernent le travail du sexe. Je les ai fictionnalisés. C’est la seule manière que j’ai trouvée de me rapprocher de la vérité sans la compliquer ».

36Après avoir expliqué les réactions de ses proches quand elle leur a dit s’être prostituée (l’excitation, le rejet, les accusations), elle décrit plusieurs moments marquants de sa pratique, ou explique le décalage entre sa réalité et les perceptions extérieures : « Beaucoup de gens dans les communautés trans voient les TDS comme des héro·ïne·s. Des rebelles qui ont du pouvoir, des expériences sexy, et qui se font plein de cash. »

  • 30 Membre plus jeune et récipiendaire d’argent, de statut social dans une relation intergénérationnel (...)

37Elle décrit également ses interactions sur un site de rencontre, qui donne à voir une classification des clients en deux grandes catégories, similaires à ce que The Oldest Game propose. « D’abord, les “gens qui veulent de toi” et “ceux qui jouent un rôle”, parce qu’ils ne veulent pas réellement embaucher les services d’un sugar baby30, mais en veulent seulement l’attention pour un temps […] Pour survivre, il fallait savoir faire la différence. »

38Ce jeu laisse peu d’agentivité à la joueuse, puisque c’est un visual novel, mais il laisse toute latitude à la description de McCue, notamment dans des scènes qui enlèvent tout érotisme aux scènes sexuelles : le premier client d’Ann est terrifiant (illustration 6a) et elle se dissocie, devenant la ventriloque de son propre corps lors de la passe (illustration 6b), dans une sorte de dédoublement (voire de dissociation) entre son corps et son esprit.

Illustrations 6a et 6b. Visage du premier client d’Ann, puis moment de dissociation.

Illustrations 6a et 6b. Visage du premier client d’Ann, puis moment de dissociation.

© Taylor McCue

39Comme un symbole de la défiguration, donc de l’annihilation de sa personnalité, Ann est représentée comme n’ayant pas de visage, mais seulement un corps, et elle explique convertir les prix des objets qu’elle achète en autant de « miniviols » depuis ses expériences.

Illustration 7. « Je souffre tant d’avoir fait du travail du sexe ».

Illustration 7. « Je souffre tant d’avoir fait du travail du sexe ».

© Taylor McCue

  • 31 « I’m a little nervous about criticizing sex work. Especially because there’s a lot of adult game (...)

40Elle exprime la tension entre son propre vécu, qui l’a durablement transformée, et les diverses allégeances qu’elle peut avoir, comme celle pour les développeur·euse·s de jeux pornographiques : « Je suis un peu embêtée de critiquer le travail du sexe. Surtout parce que beaucoup de développeur·euse·s de jeux pour adultes sont extrêmement critiqué·e·s. Ça serait tirer sur l’ambulance31. » De fait, elle ne condamne pas le TDS : son exemple est celui d’une prostitution née d’un besoin d’argent et d’une configuration personnelle qui ne semblait pas laisser le choix au personnage d’Ann. Pour autant, ce jeu n’universalise pas l’expérience d’Ann (et donc de McCue) concernant les métiers du sexe : elle précise bien que seul son point de vue est exprimé ici.

*

  • 32 Plateforme de partage et de vente de jeux indépendants.
  • 33 Nous traduisons : « Prostituée » et sa version plus informelle, nord-américaine, « hooker » est ce (...)

41On recense trois jeux sur Itch.io32 dont le titre ou les étiquettes contiendraient prostitute et dix où le mot hooker est employé33. Il n’y a pas d’œuvres qui utiliseraient sex work ou des allusions aux métiers du sexe et peu de jeux les mettent en avant. Comme d’autres activités interlopes, obscènes, ils demeurent encore beaucoup l’apanage expressif de grands studios et de développeurs qui semblent fétichiser ces emplois, entre dévoiement des TDS, regard goguenard et égrillard, et euphémisation de leurs professions qui restent à la marge. Prostitué·e·s et strip-teaseuses sont principalement montrées et les métiers du sexe masculins placent les hommes dans des positions plutôt surplombantes, entre plaisir individuel (un des aspects que je pourrais traiter dans de prochains travaux) et domination.

42Les imageries des professions du sexe s’attachent à en montrer des lieux de pratique, des actes, et des relations aux autres, personnages joueurs ou non-joueurs. Ces rapports contiennent également le mode de représentation adopté : la relation des métiers du sexe à l’autre, c’est aussi la relation entre concepteur·ice·s de jeux et joueuses. Les jeux qui mettent la joueuse dans la peau de TDS n’utilisent des éléments importants, comme fuir la police (Prostitute Simulator), que comme des mécaniques rythmant le jeu. À l’opposé, les jeux de concerné·e·s placent le bien-être et la sécurité avant tout, dans des productions qui présentent beaucoup moins la plastique des TDS, traités ici comme des êtres pleins d’états d’âme, loin des discours misérabilistes et caricaturaux. Ces jeux soulignent l’individualité des vécus intimes et personnels. Les jeux testimoniaux sur ces activités pas comme les autres sont précieux et leur format permet de comprendre les TDS en s’appropriant leurs expériences par ce média.

  • 34 J’en veux pour preuve le fait que même les TDS qui exercent en ligne sont soumis.es à des contrôle (...)
  • 35 Voir la note ajoutée par l’auteur du jeu Enslaver, qui annonce que Paypal, avec qui Itch.io travai (...)

43Aux États-Unis, où la prostitution est illégale, et où la plupart des métiers du sexe sont stigmatisés34 à tel point qu’Itch.io refuse que certains jeux au contenu sexuel soient rémunérés35, la place de ces œuvres est à la fois celle de l’exploitation de fantasmes divers (sexuels, mais aussi réifiants), et du rapport entre celles et ceux qui pratiquent les métiers du sexe. Ces visions oscillent entre mépris déshumanisant et rédemption par le grand cœur des TDS, heureusement contrebalancées par l’essor de moyens pour que les concerné·e·s puissent s’emparer du jeu pour partager leurs expériences.

Haut de page

Bibliographie

Jeux cités

Detroit : Become Human (2018), Quantic Dream

Dragon Age : Origins (2009), BioWare

Duke Nukem : Time to Kill (1998) GT Interactive, 3D Realms

Duke Nukem 3D (1996), 3D Realms, Gearbox Software

Duke Nukem Forever (2011), 3D Realms, Gearbox Software.

Fallout New Vegas (2010), Obsidian Entertainment, Bethesda.

Five Dollar Strip, (Sans date) Porngames. URL : https://porngames.games/play/5-dollars-strip

Grand Theft Auto (1997-2013), Rockstar Games.

Lynch S. & Gabriele S. (2015), The Oldest Game, Université de Concordia.

McCue T. (2020), He fucked the girl out of me, Itch.io. URL : https://taylormccue.itch.io/trauma

Prostitute Simulator (2020), Doky, Capky Games. URL : https://store.steampowered.com/agecheck/app/2076720/

Salvato D., Doki Doki Literature Club (2017), Team Salvato.

The Casting Couch (2018), Hentami.

Die Reeperbahn Simulator (2010), Media Verlagsges.

Today, I’m harvesting you! (2023), Robo Barbie.

Bibliographie

Amaouche M., Dambrine S. & Sopena A. (2003) « Une voix publique » Vacarme, vol. 4, no 25, p. 50-55.

Baker C. N. (2014) « An intersectional analysis of sex trafficking films », Meridians: Feminism, race, Transnationalism, 12(1), 208-226.

Berlatsky N. (2014) « Pixelated Prostitution: Feminist Debate Over Sex Work Bleeds Into Video Games », Reason, https://reason.com/2014/12/07/pixelated-prostitutes-feminist-debate-ov/

Brathwaite B. (2007) Sex in video games, Boston, Charles River Media.

Chantepy-Touil C. (2011) « Lili, ancienne prostituée », Le sociographe, vol. 2, no 35, p. 99-106.

Coville M., Moreau C., Thiounn S., Bouënnec C. Construire une communauté d’apprentissage des outils de conception de jeux vidéo par et pour les femmes et les personnes queers, Genre et émancipation 2e Congrès International du GIS Institut du Genre, ×GIS Institut du Genre, Aug 2019, Angers, France.

Deschamps C. (2008) « La prostitution de rue : un terrain miné ? », Journal des anthropologues, 2008/1-2, no 112-113, p. 387-408

Dill K. E., Brown B. P. & Collins M. A. (2008) « Effects of exposure to sex-stereotyped video game characters on tolerance of sexual harassment », Journal of Experimental Social Psychology, vol. 44, no 5, p. 1402-1408.

Doezema J. (2021) Sex slaves and discourse masters: the construction of trafficking, Zed Books, https://doi.org/10.5040/9781350222502

Dorais M. et Lajeunesse S. L. « Intimité à vendre : comment devient-on travailleur du sexe ? » Sociologie et sociétés, volume 35, no 2, automne 2003, p. 121–138. https://doi.org/10.7202/008526ar

Evans K. & Tarver E. (2017) « Sex workers and video games: An exploration of the relationship between sex work, gender, and violence in AAA game title », First Person Scholar [en ligne]. Consulté le 23 janvier 2023. URL : http://www.firstpersonscholar.com/sex-workers-and-video-games/

Fairclough N. (2003) Analysing Discourse: Textual Analysis for Social Research, Londres, Routledge.

Florêncio J. (2022) « “C’est Votre Choix” or, Private Identities and Public Militancy in the Second Decade of the AIDS Epidemic in France », dans Bourdeaux L. et Hunter Capps V. (dir.), Revisiting HIV/AIDS in French Culture: Raw Matters, Lanham, The Rowman & Littlefield Publishing Group, Inc.

Fortin C. (2008) Bordel. Journal d’une amoureuse et d’une putain, Montréal, Éditions voix Parallèles.

Frau-Meigs D. (2005) « La téléréalité et les féminismes. La norme d’internalité et les (en)jeux de genre et de sexe » Recherches féministes, vol. 18, no 2, p. 57-77.

Galbraith P. (2014) The Moe Manifesto: An Insider’s Look at the Worlds of Manga, Anime, and Gaming, North Clarendon, Tuttle Publishing.

Goudet L. (2020) « Peur et folie en jeu vidéo : narration(s) et remise en question du quatrième mur », Cahiers de Narratologie [en ligne], no 38. Consulté le 22 février 2023. URL : https://journals.openedition.org/narratologie/11716

Grosgeorge M. (2015) « L’argent sale », Idées économiques et sociales, vol. 182, no 4, p. 25-34.

Hanselmann M. & Lamamra N (2002) « Témoignage d’une professionnelle dans les métiers du sexe. Entretien avec Cathy, ex-prostituée et intervenante dans le bus de l’association “Fleur de Pavé” », Nouvelles Questions Féministes, vol. 21, no 2, p. 94-105.

Henley S. (2021) « Video games need to get better at their portrayal of adult industries », The Gamer. URL : https://www.thegamer.com/video-games-portrayal-adult-industries/, consulté le 15 novembre 2023

Kraus I. (2019) « Shadow women: Wives betrayed by sex buyers », Dignity: A Journal on Sexual Exploitation and Violence [en ligne], vol. 4, no 4, Art. 3. Consulté le 20 janvier 2023. URL : http://digitalcommons.uri.edu/dignity/vol4/iss4/3.

Leclercq G. (2017) « Ubérisation de la traduction : mieux la décrypter », Traduire, no 237, p. 5-7.

Lieber M., Dahinden J. & Hertz E. (dir.) (2010) Cachez ce travail que je ne saurais voir. Ethnographies du travail du sexe, Lausanne, Antipodes.

Martins S. (2017) « Apocalyptic pictures from outer space II : l’extraterrestre dans l’œuvre de Soraya Rhofir », Images Re-Vues, no 14.

Ministère de l’Action et des Comptes Publics (2020), TRACFIN 2019 – Rapport d’activité [en ligne]. Consulté le 23 janvier 2023. URL : https://www.economie.gouv.fr/files/2020-07/ra-analyse-tracfin-19-20-bat-digital.pdf

Orchard T. (2020) Sex Work and Prostitution, dans Lykins A. (eds), Encyclopedia of Sexuality and Gender, Springer, Cham. https://doi.org/10.1007/978-3-319-59531-3_15-1

Papin A. (2008) « Activités sociologiques », Sociétés, vol. 99, no 1, p. 133-146.

Parent C., Bruckert C., Corriveau P. Nengeh Mensah M. & Toupin L. (2010) Mais oui c’est un travail ! Penser le travail du sexe au-delà de la victimisation, Québec, Presses de l’université du Québec.

Pheterson G. (2001) Le prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan.

Rand H. M. (2019) « Challenging the Invisibility of Sex Work in Digital Labour Politics », Feminist Review, vol. 123, no 1, p. 40-55.

Ruberg B. (2019) « Representing sex workers in video games: feminisms, fantasies of exceptionalism, and the value of erotic labor », Feminist Media Studies, vol. 19, no 3, p. 313-330.

Ryan C. & Martin A. (2001) « Tourist and Strippers: Liminal Theater », Annals of Tourism Research, vol. 28, p. 140-163.

Sissi J. (2023) « We Played The Award-Winning Game Boy Game About Sex Work And Shame », Kotaku [en ligne]. URL : https://www.kotaku.com.au/2023/02/we-played-the-award-winning-game-boy-game-about-sex-work-and-shame/, consulté le 23 janvier 2023.

Sontag S. & Durand G. (2022) Le style camp, suivi de Culture et sensibilité d’aujourd’hui, Paris, Christian Bourgois.

Spearman P. (2022) « Doki Doki Literature Club », PARtake: The Journal of Performance as Research, vol. 5, no 1.

Staszak J.-F. (2018) « Entretien avec Madame Lisa, tenancière d’une maison close, le Vénusia, à Genève : dans les coulisses de la science », Téoros, vol. 37, no 2.

Tijou B. & Patouillard V. (2001) « Pour une pornographie féministe », Vacarme, vol. 15, no 2, p. 44-47.

Yvorel J.-J. (2018) « De la morphinée à la junkie : les visages de la droguée », Criminocorpus, [en ligne], 9 | 2018. Consulté le 21 février 2023. URL: http://journals.openedition.org/criminocorpus/3696.

Haut de page

Notes

1 Jeux produits par des studios et équipes importantes, dont le développement nécessite parfois plusieurs centaines de millions d’euros.

2 L’abréviation TDS désignera ici indifféremment travailleur·euse·s du sexe et travail du sexe.

3 Voir les définitions et le cadre légal en France sur le site du STRASS : https://strass-syndicat.org/vos-droits-en-france/ (consulté le 10 février 2023).

4 L’autrice espère n’avoir aucun préjugé négatif contre les métiers du sexe et milite pour le respect et la dignité de celles et ceux qui les exercent.

5 Du point de vue des classifications de jeux : des références au TDS donnent lieu à une catégorisation PEGI 16 en Europe, soit une interdiction aux moins de seize ans.

6 Cet article a recours au féminin neutre en tant qu’aphérèse de “instance joueuse”, qui désigne toute configuration de jeu (jeu à plusieurs, devant un public, etc. Voir Goudet, 2020). Peu de données sont disponibles sur le nombre de jeux de ce type ou leur public, que l’on ne voit que dans les plateformes spécialisées qui font la curation de ce contenu.

7 Disponible à l’adresse https://progameguides.com/gta/how-to-attract-prostitutes-in-grand-theft-auto-san-andreas-definitive-edition/

8 Disponible à l’adresse : https://www.ign.com/wikis/gta-5/Receive_a_Prostitute_Service ; voir la vidéo à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=Fdsolq264cE pour une démonstration, du moment où l’on aborde une TDS jusqu’au moment de la laisser sur le bas-côté.

9 Tous les opus de GTA ne prévoient pas que l’on soit dans un parking ou un endroit défini comme « isolé » par le jeu.

10 Carte disponible à l’adresse : https://astucejeuxps4.com/wp-content/uploads/2021/09/Tous-les-emplacements-de-prostituees-dans-GTA-Online.jpg

11 Nous traduisons : « simulateur de prostituée ».

12 Un extrait de jeu en anglais sans commentaire est disponible à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=SjVEHpg9w2o. Les éléments descriptifs de la maison close et des Traci (les robots prostitués) s’appuieront sur cette vidéo.

13 Lieux dans de grandes villes où le commerce du sexe abonde : typiquement, on peut y trouver des sex-shops, des bars (voire des bars à hotes·se·s ou des bars à strip-tease), mais aussi des TDS qui offrent leurs services (Aguilar, 2020).

14 L’intégralité de la séquence est disponible ici : https://www.youtube.com/watch?v=1uxC8TjMmI8.

15 Trou à mi-hauteur d’une cloison, qui permet de passer diverses parties de son corps afin de se livrer à des relations et attouchements sexuels sans plus de contact avec le.s partenaire.s.

16 Le camp est un « certain degré d’esthétisme, de stylisation […] au détriment du contenu » (Sontag et Durand, 2022, 13-15).

17 Une partie sans commentaire de ce jeu est disponible à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=W8eqNfCFt2Q

18 « Jeu de panique », littéralement, décrit un jeu rapide, voué à l’échec par l’accélération et la difficulté croissante des phases de jeu.

19 Nous traduisons : « Aujourd’hui, je te récolte ! »

20 Aspect mignon de certains personnages féminins dans des jeux japonais, qui crée la séduction et incite à vouloir les protéger.

21 C’est un prénom épicène.

22 Ce chemin est double, puisque si l’on tue l’une des deux Traci, on provoque le suicide de l’autre.

23 Disponible à l’adresse https://lewdzone.com/game/the-casting-couch/ ; dernière version disponible ici : https://hentami.itch.io/the-casting-couch. Dernier accès le 06/02/2023.

24 Une partie de jeu est disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=1yuTHCy93Zk&list=PLTjzyONldORsBms29xdqE98bLHPQe2NUx (les commentaires et le jeu sont en allemand)

25 Une illustration de Fisto est disponible à l’adresse : https://fallout-wiki.com/images/webp/5/5c/Fisto_nv.webp

26 Toutes ces phrases figurent dans la version française du jeu.

27 Associé à l’homosexualité et aux pratiques les plus extrêmes (Florêncio, 2022), ce terme désigne la pénétration de l’anus ou du vagin par la main (ou le poing).

28 Voir le site Rabble pour un traitement biaisé (contre la prostitution) mais très sourcé du jeu : https://rabble.ca/feminism/its-capitalist-patriarchy-stupid-academics-create-video-gam/

29 Le titre est un jeu de mots difficilement traduisible entre « he fucked [the shit] out of me » (« il m’a baisée comme une bête ») et un second sens avec la fin qui exprime le fait que l’héroïne ne se sentait plus comme une femme (« the girl out of me »), proche de : « il m’a tellement baisée que je ne suis plus une femme ». Ce sens est explicité à la fin du jeu, où le personnage raconte s’être déclaré non-binaire pour ne plus se sentir femme à cause du poids de la prostitution sur sa propre perception.

30 Membre plus jeune et récipiendaire d’argent, de statut social dans une relation intergénérationnelle où iel apporte en échange de l’attention émotionnelle et/ou sexuelle à un·e « sugar daddy/mommy ».

31 « I’m a little nervous about criticizing sex work. Especially because there’s a lot of adult game developers who get a lot of shit » dit-elle « That would be shooting down a group that’s already prosecuted. » (Sisi, 2023).

32 Plateforme de partage et de vente de jeux indépendants.

33 Nous traduisons : « Prostituée » et sa version plus informelle, nord-américaine, « hooker » est cependant moins injurieux que « pute » en français.

34 J’en veux pour preuve le fait que même les TDS qui exercent en ligne sont soumis.es à des contrôles drastiques de leur identité par les plateformes comme OnlyFans ou MYM, et qu’en France, le dispositif TRACFIN surveille scrupuleusement les mouvements d’argent suspects qui pourraient ressembler à du blanchiment, l’inquiétude des banques étant de passer pour des proxénètes (Grosgeorge, 2015 ; Ministère de l’Action et des Comptes Publics, 2020).

35 Voir la note ajoutée par l’auteur du jeu Enslaver, qui annonce que Paypal, avec qui Itch.io travaille, refuse des paiements pour des jeux qui « incluent un certain type de contenu sexuel » (https://milohaze-fetishfactory.itch.io/enslaver-the-beginning).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Carte de GTA Online qui montre les endroits où trouver des prostituées
Crédits ©VGFaq.com
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Illustration 2. « Sex Worker », L. Miranda, Grand Theft Auto V
Crédits © Luca Miranda
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Illustration 3. Prostitute Simulator : aguichage dans la rue.
Crédits © Doky
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Illustration 4. Écran de titre de 5 Dollars Strip
Crédits © Gamcore
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4808/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration 5. Image de la bande-annonce de The Oldest Game
Crédits © S. Gabriele et L. Lynch
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4808/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Illustrations 6a et 6b. Visage du premier client d’Ann, puis moment de dissociation.
Crédits © Taylor McCue
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4808/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Illustration 7. « Je souffre tant d’avoir fait du travail du sexe ».
Crédits © Taylor McCue
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4808/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Goudet, « Représentations et stéréotypes des métiers du sexe dans le jeu vidéo »Images du travail, travail des images [En ligne], 16 | 2024, mis en ligne le 12 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/itti/4808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.4808

Haut de page

Auteur

Laura Goudet

Laura Goudet est maîtresse de conférences en linguistique anglaise à ’l’université de Rouen-Normandie et membre junior de l’Institut universitaire de France. Ses travaux portent principalement sur l’analyse de discours des communautés internet, des artefacts numériques et des jeux vidéo. Elle a co-édité dans les Cahiers de Narratologie le volume « Lusor in Fabula. Jeu vidéo et nouvelles frontières du récit » paru en 2020.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search