Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Un œil, une imageL’armement Bigouden : les débarqu...

Un œil, une image

L’armement Bigouden : les débarques de poissons en vrac

Irène Jonas

Texte intégral

 

 

© Irène Jonas – Agence révélateur

1Je réalise depuis plusieurs années des photographies sur le monde de la pêche à terre au Guilvinec dans le Finistère sud, où trois types de pêche sont pratiqués : la petite pêche, la pêche côtière et la pêche au large. Les bateaux qui partent pêcher au large sont les hauturiers. Ils restent au maximum quatorze jours en mer et conservent le poisson dans la glace jusqu’à leur retour. C’est un de ces bateaux que l’on voit sur la photo présentée ici. Il est l’un des neuf hauturiers que possède l’armement Bigouden créé en 1971, le plus important du port du Guilvinec et qui fut le premier à mettre en œuvre de bonnes conditions de travail et salariales pour ses marins, tout comme il s’est toujours efforcé de s’inscrire dans l’économie locale, notamment lors de la construction de nouveaux bateaux, réalisés avec les entreprises sur place.

2Bénéficiant de relations nouées depuis plusieurs années avec des personnes de l’entreprise, j’ai proposé, pour célébrer ses cinquante ans d’existence, de réaliser un livre combinant photographies et paroles de salariés.

3À cette fin, j’ai réalisé des entretiens avec différents acteurs de l’armement (membres du directoire, patrons-pêcheurs, mécanos, matelots et dockers en activité mais aussi à la retraite) et j’ai souhaité compléter les images déjà faites, en me rendant sur les quais de la criée lors d’une débarque nocturne. Pour saisir le travail des dockers, j’ai choisi un bateau à « cale en vrac » et non un bateau, plus moderne et mécanisé, qui stocke le poisson en containers et dans lequel, selon les dockers, le travail est bien moins fatigant et leur épargne des douleurs dans les épaules ou le dos en fin de carrière. Toutefois, d’un point de vue de photographe, ces bateaux containers font disparaître une partie des gestes traditionnels du métier et le poisson, stocké et recouvert de glace, y devient invisible. C’est pourquoi j’ai préféré réaliser les prises de vue lors de la débarque d’un bateau à « cale vrac », car dans mon travail, je cherche une forme d’intemporalité, que je construis également par un traitement de colorisation à la peinture (couleur, ou noir et blanc comme ici) pour chacune des images. Celles-ci ne sont à elles seules ni une enquête sociologique ni de simples données visuelles agrémentant l’écrit. Elles partent et parlent certes de la réalité du travail mais laissent aussi place à un imaginaire et une subjectivité qui se sont construits au fil des récits recueillis au cours des entretiens. Je souhaite que les photos réalisées dans le cadre d’une recherche sociologique fassent écho aux paroles des acteurs mais aient également un rendu qui brouille les repères entre passé et présent.

4Ce soir-là, la marée est telle que la passerelle du bateau arrive au niveau du quai. On me propose exceptionnellement, en détournant quelques règles de sécurité, de monter à bord pour faire quelques photos. Je me retrouve sur le pont et me penche vers cette ouverture carrée dont émergent les bayes remplies de poissons. Sur l’image, les diagonales de droite et de gauche permettent de ressentir la profondeur de la cale et les lignes des compartiments montrent l’exiguïté du lieu, induisant la nécessaire précision des gestes qui y sont réalisés. On distingue les compartiments sur lesquels ont été entassés les poissons, ainsi que la corde qui traverse le cliché ; elle constitue le seul lien avec l’extérieur et le travail qui s’y mènera une fois que les bayes remplies de poissons seront hissées de la cale pour être déposées sur le quai. Le calier, courbé, les pieds dans la glace et vêtu d’une cotte à bretelles étanche et de bottes, attrape les poissons à l’aide d’un croc pour les placer dans la baye en métal. Celle-ci sera ensuite remontée sur le quai par une grue pour être vidée dans une grande caisse palette en plastique. Tous les gros poissons sont attrapés par la tête ou à l’arrière de la colonne vertébrale, pour éviter de planter le croc dans la chair et de les abîmer avant la vente.

5Parmi les différents postes de la débarque (le treuil, le panneau, les trieurs et les caliers), celui de calier est considéré comme l’un des plus pénibles par les dockers :

Il y a des postes plus durs que d’autres sous la criée, je les ai tous faits. Le plus dur c’est le boulot de calier quand on sort le poisson. On est dans la glace, le poisson est collé, donc assez dur. Dans chaque compartiment il y a un plancher en inox, étanche, puis une semelle de glace, une couche de poisson, une semelle de glace, etc. Le but, en tant que calier, c’est de suivre la grue pour qu’elle ne soit pas obligée de s’arrêter, donc il faut toujours qu’une baye soit pleine. On ressort de là on est trempé…

6Cette photographie, qui s’insère dans un corpus d’une trentaine de clichés sur la vie de l’armement à terre et s’inscrit dans un projet en cours plus vaste sur la mutation du port du Guilvinec, ne donne à voir qu’une étape des activités menées sur les quais et sous criée lors des débarques, mais elle offre un aperçu de la pénibilité du travail et des contraintes gestuelles liées au contexte dans lequel il se déroule (étroitesse du lieu, froid, glace, etc.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre  
Crédits © Irène Jonas – Agence révélateur
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/4853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Jonas, « L’armement Bigouden : les débarques de poissons en vrac »Images du travail, travail des images [En ligne], 16 | 2024, mis en ligne le 12 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/itti/4853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.4853

Haut de page

Auteur

Irène Jonas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search