Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Comptes rendusDes plans à la finition. 50 ans d...

Comptes rendus

Des plans à la finition. 50 ans d’enseignement professionnel au Lycée du bâtiment 1966-2016, Hassina Bouchiat, Alain Gloriod, Montigny-lès-Metz, LPR du BTP, 2016, 95 p.

Stéphane Lembré
Référence(s) :

Des plans à la finition. 50 ans d’enseignement professionnel au Lycée du bâtiment 1966-2016, Hassina Bouchiat, Alain Gloriod, Montigny-lès-Metz, LPR du BTP, 2016, 95 p.

Texte intégral

Image 1. Des plans à la finition. 50 ans d’enseignement professionnel au Lycée du bâtiment 1966-2016

Image 1. Des plans à la finition. 50 ans d’enseignement professionnel au Lycée du bâtiment 1966-2016

1Sans doute n’est-il pas fréquent de rendre compte d’ouvrages comme celui qu’Hassina Bouchiat et Alain Gloriod consacrent au lycée du bâtiment de Montigny-lès-Metz. Conçu par des professeurs de cet établissement à l’occasion de son demi-siècle d’existence et de sa rénovation, destiné principalement aux personnels, usagers et anciens élèves, ce livre met en œuvre une démarche qui ne prétend sans doute pas à la rigueur scientifique mais marque l’aboutissement d’une recherche « longue, mais ô combien riche et intéressante », comme le note en conclusion Hassina Bouchiat, professeure de lettres-histoire et auteure des textes. Le livre s’avère effectivement intéressant, à plusieurs titres.

2D’abord parce que, sans prétendre écrire une histoire scientifique respectant scrupuleusement les règles du métier, il réunit une documentation pertinente qui permet de reconstituer les débuts de ce lycée. Le travail sur archives permet de retracer les incertitudes des plans, et de rappeler que les créations d’établissements d’enseignement professionnel résultent souvent d’une volonté politique, même quand elles sont officiellement justifiées par les besoins économiques locaux. En l’occurrence, le député-maire de Montigny-lès-Metz Joseph Schaff (1906-1981), sollicité par l’inspection générale et l’inspection départementale de l’enseignement technique, présente au conseil municipal en octobre 1952 un projet de centre de formation d’apprentis (CFA) des métiers du bâtiment (p. 11). Les auteurs intègrent ce projet à ceux qui concernent l’urbanisation de la commune à cette époque, en se fondant sur un document tiré des archives municipales. La concrétisation du projet renvoie aux mutations que connaît l’enseignement technique dans les années 1950 et 1960 : le CFA projeté devient un collège d’enseignement technique (CET) du bâtiment lorsqu’il est inauguré en novembre 1966, puis lycée d’enseignement professionnel (LEP) et lycée professionnel (LP). Quoique le parcours soit rapide, les auteurs signalent à juste titre certaines étapes importantes, notamment la précocité du contrôle continu qui concerne tous les élèves de l’établissement en 1984, ou encore les créations et changements des filières de BEP et de baccalauréat professionnel à partir de 1985. Il confirme l’intérêt des monographies d’établissements, pour peu que les auteurs aient eu ou se soient donné les moyens d’une exploration cohérente (Voir un exemple comparable, quoique plus étoffé, dans : Guy Brucy, Alain Carof, Raymond Chenot, 2011).

3Après un éclairage sur la vie scolaire (deuxième partie), qui retrace des projets solidaires ou partenariaux, le livre d’Hassina Bouchiat et Alain Gloriot donne une large place, dans la troisième partie, aux paroles d’anciens élèves et d’anciens professeurs. Si la représentativité de ces témoins et les modalités de recueil de leurs paroles ne sont pas interrogées, on retrouve dans ces bribes, qui survalorisent certainement les souvenirs positifs, les traces d’une « identité d’établissement », au sens que donnent à cette expression Hugues Draelants et Xavier Dumay, qui renvoie souvent à la fierté – aussi bien celle d’avoir fréquenté l’établissement et fait partie d’une communauté, que celle d’avoir grâce à la formation reçue mené une carrière professionnelle. Des figures de professeurs particulièrement marquants émergent, comme dans toute monographie scolaire écrite mobilisant des témoignages.

4Les auteurs donnent une grande place aux images. Images d’archives et photographies de l’établissement au moment de la réalisation de l’ouvrage alternent et mettent en valeur différents lieux : lieux monumentaux (façade de l’école), lieux de vie scolaire, lieux d’enseignement et d’apprentissage construisent pour le lecteur une image d’ensemble, dans laquelle on perçoit plus ou moins facilement les transformations ; le passage de documents en noir et blanc aux images en couleurs n’est pas sans effet sur le lecteur, d’autant que la communication autour du LP rénové passe par une image stylisée et colorée, tandis que la couverture du livre met en perspective le noir et le blanc encadrant, moyennant des lignes de fuite, les couleurs vives du nouveau LP.

Image 1 : Photographie du lycée professionnel du bâtiment de Montigny-lès-Metz.

Image 1 : Photographie du lycée professionnel du bâtiment de Montigny-lès-Metz.

Source : site web du rectorat de l’académie de Nancy-Metz http://www4.ac-nancy-metz.fr/​lyc-p-montigny-les-metz/​index2.phprub=1&sousrub=1&direction=1&id_page=41 (consulté le 30 juin 2019)

5Le retour sur l’histoire et la mémoire du lycée professionnel, au moment de sa rénovation, n’est pas indifférent. S’il témoigne, on l’a dit, d’une identité d’établissement, il faut noter que celle-ci est souvent sous-estimée si l’on aborde l’enseignement professionnel uniquement comme la voie de garage d’élèves en difficulté avec l’institution scolaire.

6Il manque assurément à ce livre un approfondissement historique et sociologique qu’on aurait mauvaise grâce à reprocher aux auteurs, puisque tel n’était pas le projet. En l’état, cependant, ce travail traduit la nécessité d’intégrer à l’analyse l’image de l’enseignement professionnel : cette image renvoie à une forme de représentation sociale, c’est-à-dire une construction intellectuelle partagée par un ensemble d’individus – en l’occurrence, des usagers, passés et présents –, qui donne un accès indirect à une « identité » inaccessible comme telle.

Haut de page

Bibliographie

Brucy G., Carof A., Chenot R. et al. (2011), Écoles de bâtisseurs. Felletin 1911-2011, Felletin, Association des maçons de la Creuse.

Draelants H. et Dumay X. (2011), L’identité des établissements scolaires, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Des plans à la finition. 50 ans d’enseignement professionnel au Lycée du bâtiment 1966-2016
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Image 1 : Photographie du lycée professionnel du bâtiment de Montigny-lès-Metz.
Crédits Source : site web du rectorat de l’académie de Nancy-Metz http://www4.ac-nancy-metz.fr/​lyc-p-montigny-les-metz/​index2.phprub=1&sousrub=1&direction=1&id_page=41 (consulté le 30 juin 2019)
URL http://journals.openedition.org/itti/docannexe/image/543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « Des plans à la finition. 50 ans d’enseignement professionnel au Lycée du bâtiment 1966-2016, Hassina Bouchiat, Alain Gloriod, Montigny-lès-Metz, LPR du BTP, 2016, 95 p. »Images du travail, travail des images [En ligne], 9 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/itti/543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/itti.543

Haut de page

Auteur

Stéphane Lembré

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation) et membre du laboratoire CREHS (université d’Artois). Dans le sillage d’une thèse soutenue en 2011 et qui a donné matière à un livre intitulé L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique en France 1800-1940 (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013), puis d’une synthèse publiée en 2016 (Histoire de l’enseignement technique, Paris, La Découverte, coll. « Repères »), ses travaux portent sur l’histoire de l’éducation et de la formation professionnelle aux XIXe et XXe siècles, aux échelles nationale et internationale, en prêtant attention aux acteurs (économiques, éducatifs et politiques) comme à la matérialité de l’éducation et de la formation. Dans cette perspective il aborde depuis plusieurs années les images (clichés photographiques et films documentaires) en tant que sources longtemps négligées et pourtant propices, d’une part, à une histoire des représentations, et d’autre part, à une exploration de la matérialité de l’éducation et de la formation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search