Navigation – Plan du site

AccueilNuméros164-165Dossier - Ethnographier la libertéBonjour Facebook ! En direct avec...

Dossier - Ethnographier la liberté

Bonjour Facebook ! En direct avec Rémy Bournoville, reporter indépendant à l’ère des Gilets jaunes

Bonjour Facebook ! Live Session With Rémy Bournoville, Independent Reporter in the Time of the Gilets Jaunes
Pascale Absi et Camille Noûs
p. 165-182

Résumés

Rémy Bournoville a couvert toutes les manifestations de Gilets jaunes en direct sur sa chaîne en ligne Reservoir Apps. Son public témoigne du divorce d’une partie de la société avec les médias traditionnels et de la tension actuelle autour de ce qu’est une « véritable » information, dans un contexte de contrôle croissant de la liberté d’expression dans les rues et sur internet.

Haut de page

Texte intégral

1Rémy Bournoville est réalisateur et diffuseur en direct (live) de contenus sur sa chaîne internet Reservoir Apps, hébergée sur Facebook, YouTube et DLive3. Depuis novembre 2018, sauf durant le confinement de mars-avril 2020, il n’a pas raté un seul samedi Gilet jaune à Paris. Semaine après semaine, il retransmet tout, sans jamais couper la caméra de son smartphone, parfois plus de cinq heures d’affilée, du rassemblement à la dispersion, alors que la plupart des médias ont déserté les cortèges. Le reste de la semaine, lorsqu’il ne couvre pas une autre mobilisation4, Rémy se filme deux heures par jour, déambulant dans les rues de Paris pendant qu’il débat en direct avec ceux et celles qu’il appelle ses « spect-acteurs/actrices ». Ces dernier·es l’interpellent et échangent depuis la colonne destinée aux discussions écrites (chat) autour du thème lancé par Rémy : « Le monde d’après », « Toujours en colère ? », « Les grosses manifs sont-elles des pièges à con ? », « Bientôt chacun sa dose ? ». Parfois, ces directs sont consacrés à des entretiens. Certains habitué·es ont même leur propre série comme le Loup — philosophe décalé qui se plait à harceler sexuellement les forces de l’ordre pris au piège de leur performance virile — ou Alain, « Trotti » — célèbre pour sa trottinette, ses pancartes poétiques et ses déguisements qui font corps avec les slogans des manifestations. Le ton est vif, jamais hargneux, et même enjoué quand les circonstances s’y prêtent. Par ailleurs, du lundi au vendredi, Rémy réalise un podcast interactif sur les nouvelles technologies #BonjourLaBase (réseaux sociaux, visio-surveillance, intelligence artificielle, vote par internet, etc.) Le billet d’humeur de son avatar en images de synthèse — le toon devenu confitoon — clôt la journée. Au total, Reservoir Apps diffuse de 4 à 5 heures de contenu, 7 jours sur 7, soit plus de 8 000 émissions réalisées en mars 2021 : une performance physique et intellectuelle pour ce reporter « à la chaîne » qui doit jongler avec le flot ininterrompu des commentaires. Iels sont souvent près de 1 000 à suivre Reservoir Apps en simultané et certaines vidéos cumulent plus de 60 000 vues. Les contenus sont en libre accès mais s’abonner permet d’être informé des transmissions. C’est gratuit, cependant les internautes peuvent aussi payer pour accéder à des contenus exclusifs ou faire des dons pour soutenir Rémy, visibles pendant les directs ou sur des cagnottes en ligne. Rémy touche aussi un pourcentage sur les publicités associées à ses vidéos.

Le boom des médias indépendants en ligne

  • 5 Parmi les autres médias indépendants les plus suivis pour leurs couvertures directes des Gilets jau (...)

2Reservoir Apps est un de ces nouveaux médias d’information indépendants en ligne qui ont surgi en marge des supports traditionnels (et des extensions en ligne des médias existants) ; un boom qui n’est pas sans rappeler l’explosion des radios libres des années 1970. À l’image de Rémy, issu du numérique, leurs fondateurs et animateurs, plutôt masculins, ne proviennent généralement pas des écoles de journalistes5. Depuis 2015 et la possibilité de retransmettre en direct depuis un smartphone (d’abord sur Twitter), ils ont peaufiné leur apprentissage sur le terrain. L’occupation des Zones à Défendre (ZAD), les Nuits debout (2016) et les grandes mobilisations depuis l’opposition à la loi Travail (2016) ont souvent été leur baptême du feu. La trajectoire de Rémy Bournoville a, quant à elle, bifurqué en croisant celle des Gilets jaunes. Lui qui, depuis mai 2016, couvrait principalement des sujets liés aux nouvelles technologies, et quelques manifestations, a mis le doigt dans l’engrenage le 17 novembre 2018, lors du premier appel à marcher sur les Champs-Élysées : « Je me suis dit : “Tiens, il va se passer quelque chose”. La semaine suivante, ça a recommencé, et depuis cela ne s’est jamais arrêté ».

3Désormais presque tout le monde peut transmettre en direct un évènement et poster une vidéo d’opinion sur internet. D’album de famille et de journal intime public, les pages Facebook sont devenues des médias d’information, de débat, de construction de l’opinion et d’organisation des mobilisations. Grâce à cet hébergeur, la première manifestation des Gilets jaunes a réuni des centaines de milliers de personnes que rien ne reliait auparavant, sur l’ensemble du territoire français. Aujourd’hui, des dizaines de smartphones filment les cortèges. Ils ont été les premiers témoins du durcissement du maintien de l’ordre, transmettant en temps réel les matraquages et les éborgnements comme celui du Gilet jaune Jérôme Rodrigues dont la page Facebook est une des plus suivie par les sympathisant·es du mouvement ; par les RG aussi. Désormais, les enregistrements permettent aux participant·es de rassurer leurs proches, de dire qu’iels vont bien, d’évaluer la dangerosité du cortège avant de le rejoindre (et savoir où le retrouver) ou de le revoir en différé — à la manière des joueurs de foot qui se repassent le match — pour comprendre le surgissement de la violence, analyser le dispositif policier et pouvoir anticiper lors manifestations suivantes.

  • 6 Créé en 2016 par des journalistes professionnels et associé avec France Télévision et France Info.

4Dans cette profusion d’images, les chaînes indépendantes comme Reservoir Apps émergent par la régularité, le calibrage des émissions, la qualité des entretiens et des images ; celles de Rémy sont particulièrement stables et les cadrages esthétiques au regard de l’imprévisibilité d’une manifestation. Leur indépendance les distingue aussi d’autres couvertures en ligne comme celles de RT‑France (Russia Today) ou de Brut6 où Rémy Buisine, « reporter Gilet jaune » a été sollicité pour interviewer Emmanuel Macron en décembre 2020. Cette indépendance signifie à la fois liberté éditoriale et précarité. La survie de Reservoir Apps dépend du bon vouloir des plateformes qui hébergent et contrôlent ses contenus et de la fidélité d’un public avec lequel Rémy a su tisser une relation particulière.

Une extension en ligne du collectif des cortèges

  • 7 Ensemble des personnes qui suivent simultanément un direct depuis la même plateforme.

5Reservoir Apps brouille la frontière entre la rue et le cyberespace. Le samedi, tandis que les manifestant·es se succèdent devant la caméra de Rémy, des internautes commentent et débattent les images filmées et les prises de paroles depuis leur domicile. Certain·es ne manifestent que par internet, d’autres s’unissent parfois aux cortèges. Iels se saluent par leurs pseudos et guettent les interventions d’habitué·es qu’iels ne connaissent souvent que par écran interposé. Le soir, les manifestant·es pourront se repasser la vidéo pour voir et écouter ce qui leur a échappé dans le cortège, mais aussi lire et répondre aux commentaires. Le reste de la semaine, tous et toutes se retrouvent dans les rooms7, pour dialoguer avec Rémy et poursuivre leurs échanges y compris une fois les transmissions terminées. Des habitué·es modèrent les dérapages écrits.

6De ces rendez-vous, pour beaucoup quotidiens, naissent une familiarité et un fort sentiment d’appartenance à un collectif de lutte et de pensée. Rémy y occupe un rôle central. Témoin lors des manifestations, il se fait éditorialiste et maître de cérémonie quand il se filme débattant avec les rooms. Une fois rapidement exposé le sujet du jour, Rémy se consacre alors à lire à voix haute les commentaires et les questions qu’il attrape au vol, et à réagir à certains d’entre eux. Ses réponses plutôt elliptiques retournent souvent un questionnement à la room. Les internautes partagent des informations glanées ici et là sur internet, d’autres ancrent le débat dans leur expérience personnelle.

7Rémy n’évoque jamais sa vie privée, mais son engagement fait de lui un interlocuteur identifié et situable, qui le différencie d’autres reporters : « Il a un ton personnel, un point de vue, c’est ça qui est intéressant. Les autres, ils ne font que tendre leur micro. On ne les connaît pas en fin de compte, ni leurs idées » souligne Mathieu, communicant (06/02/21). La lecture à voix haute des commentaires permet la parole de personnes qui n’auraient peut-être pas osé s’exprimer publiquement ailleurs. « Ce que j’aime chez Rémy — dit Laurent, thérapeute — c’est qu’il est animateur, il va réagir dans le sens de la personne. […] Rémy : il est un gens, il est avec les gens mais il n’est pas les gens. Tout en restant lui, il respecte complètement l’autre ». Évidemment, l’opinion de Rémy possède un poids particulier. En même temps, son immersion dans un débat qui met en avant les opinions communes plutôt que celles clivantes est dans la droite ligne d’un mouvement social qui a toujours veillé à limiter l’émergence de leaders et la normalisation des slogans, et mis l’accent sur ce qui fait consensus au-delà de l’hétérogénéité des personnes qui s’y reconnaissent. Elle fait également écho à l’attitude de Rémy dans les cortèges : « Il est en première ligne. Quand ça chauffe, il est là aussi. Ce qui change par rapport aux autres, c’est qu’il reste avec la manifestation, alors que d’autres ils vont peut-être aller voir les policiers, ou là où ça bouge ». L’identification est traversée par l’affection. « Ça fait du bien d’entendre quelqu’un qui a votre langage, qui pense comme nous et qui le dit — opine Marie-Hélène, employée (09/01/21) — parce que autour de nous, on est tous considérés comme des malades, des tarés ! ». « C’est quelqu’un qui me ressemble. Je le mets comme pour voir un pote » dit Laurent. Marie-Jeanne qui venait de solliciter Rémy pour qu’il la filme : « Il s’est reconnu dans la colère des Gilets jaunes et d’une certaine manière, on est devenu sa famille, comme tous les Gilets jaunes sont notre famille. C’est quasiment le reporter officiel des GJ, notre télé ».

8Reservoir Apps s’est ainsi instituée comme l’instrument d’une vision collaborative de l’information, un véritable contre-pouvoir face à la voix des médias officiels. « Les gens pensent que sur internet il n’y a que du fake. C’est faux, — s’insurge Alain, informaticien, (09/01/21) — là où il y a le plus de fake, c’est dans les médias car ils sont contrôlés. Alors que sur internet, l’information ne dépend de personne, c’est un vrai think tank, l’intelligence en réseau ». Alors que beaucoup ne se font pas d’illusion sur l’impact des cortèges clairsemés sur le gouvernement, les manifestations se sont converties en outil de communication à destination de la société. Les pancartes, les slogans, l’interpellation des badauds et les prises de parole sur Reservoir Apps servent ce que les participant·es appellent « faire de la ré-information ».

Une réponse à la défiance face aux médias traditionnels

  • 8 Jean-Marie Charon (The Conversation, 29/11/2018) identifie également les révoltes des banlieues en (...)
  • 9 Selon l’article de Divina Frau-Meigs (The Conversation, 10/02/2019), dix milliardaires du bâtiment, (...)
  • 10 Voir les enquêtes annuelles du journal La Croix consultables sur son site internet.

9Rarement un mouvement social ne se sera autant joué dans l’arène médiatique, rarement aussi le divorce entre la rue et les médias traditionnels, notamment les chaînes de télévision, n’aura été aussi flagrant. En France, la défiance du public envers le traitement des mouvements sociaux n’est pas nouvelle ; pour la période récente, elle remonte au moins aux grèves de 1995 contre la « réforme Juppé »8. Le constat de la concentration de la presse aux mains de quelques actionnaires de l’élite économique et la transformation des médias en produits financiers9 ont alimenté le soupçon d’un manque d’indépendance des journalistes face aux pressions politiques et de l’argent10. Pour les Gilets jaunes, les grands médias sont les garde‐fous des privilégiés et d’un gouvernement exécré. « On nous a fait passer pour des violents, les sans-dents, des beaufs, qui n’avaient aucune revendication réelle — explique Jean-Claude (19/12/20) —, je savais qu’il y avait une orientation médiatique, parce qu’ils [les médias] étaient gouvernés par des milliardaires et qu’ils étaient à la solde des financiers, mais cela a permis de mettre au grand jour que voilà : c’était fait pour nous faire taire, et manipuler l’opinion de la France entière ».

  • 11 Souillard, Sebbah, Loubère, Thiong-Kay & Smyrnaios, « Les Gilets jaunes, étude d’un mouvement socia (...)
  • 12 Voir articles cités en notes 8, 9 et 11.

10Des analystes ont souligné l’incompréhension initiale de la mobilisation et de ses causes et les biais idéologiques dans le traitement du mouvement (par ex. Souillard et al, 202011 ; Charon, 2018 ; Frau-Meigs, 201912). Semaine après semaine, la défiance a fait place au conflit alors que les manifestant·es expérimentaient le décalage de leur vécu avec sa représentation médiatique, notamment sur les chaînes d’information comme BFM (SFR group) et CNEWS (groupe Bolloré) : la focalisation sur les violences et les affrontements avec les forces de l’ordre au détriment des revendications, les interprétations en terme de jacquerie infra-politique et de récupération par l’extrême droite ou l’extrême gauche, les montages disqualifiant les paroles des manifestant·es alors que les experts se succédaient sur les plateaux. « Il y avait une poubelle qui brûlait dans un coin — témoigne Alain, (09/01/21) —, y’avait 2 000 GJ qui discutaient et partageaient leurs expériences et les médias, au lieu de venir nous écouter, ils étaient alignés là, à filmer la poubelle. Alors je suis allé les voir : “Venez écouter ce que disent les gens, venez discuter avec nous”. Je me suis fait insulter ! ». « J’ai déjà été interviewée — témoigne Florence infirmière (06/02/21) —, et à chaque fois, ils ont modifié mon témoignage. Ils m’ont fait passer pour une conne, en fait. Alors que j’ai parlé du RIC, de la renationalisation des banques, des grandes entreprises, tout ça, ils ont seulement gardé les trois premières secondes » ; « Si vous ne mettez pas bien le pluriel, pour banal vous dites banaux, ils se permettent de vous dire : “Parlez bien français !” » complète sa voisine.

11Dans les cortèges, des journalistes furent insulté·es, traité·es de « merdias », de « presstitués », de « collabos », et parfois agressé·es. Fin décembre 2018, des Gilets jaunes appellent à « assiéger les médias13 ». Encore aujourd’hui (mars 2021), un cortège couvert par Reservoir Apps manifeste une fois par mois dans le sud-ouest de Paris devant le siège de grands médias. Si certain·es utilisent les vidéos de Rémy pour analyser et améliorer leur communication, la plupart des Gilets jaunes refusent désormais toute interview qui ne serait pas en direct ou sur Reservoir Apps. De fait, tout dans le mode opératoire de Rémy l’oppose au traitement décrié des chaînes télévisées : les longs moments consacrés à la transmission en silence, sans commentaire ; la possibilité pour qui le souhaite de s’exprimer, sans casting préalable, ni guidage, ni hiérarchisation des intervenant·es ou de leurs revendications, assumant le risque du direct et refusant d’interrompre une parole au prétexte d’un projectile qui vole ou d’un scooter en feu. « Souvent les autres médias, ce sont des vues larges, — poursuit Florence — des vues d’ensemble où on ne voit pas la personne en elle-même, le citoyen, la personne en souffrance et pourquoi elle se bat ». L’antenne à toutes et à tous dans le respect de la multiplicité des Gilets jaunes, des expériences vécues, et des opinions défendues : Reservoir Apps est ainsi devenu un espace d’exercice de cette démocratie directe à laquelle exhorte le mouvement.

Le maintien de l’ordre sur le terrain et en ligne

  • 14 L’article 24 prévoit de pénaliser la diffusion d’une image lorsque celle-ci a pour but manifeste de (...)
  • 15 Le Parisien, 19/11/2020.
  • 16 Comme celles d’un journaliste de France 3 (17/11/2020) et de l’indépendant Gaspar Glanz (17/09/2020 (...)

12Avec sa casquette et ses deux téléphones pour seuls outils de travail, la présence de Rémy détonne avec les reporters harnachés pour la guerre. Alors que la tension est omniprésente entre les forces de l’ordre et les manifestant·es mais aussi les journalistes, la guerre des images fait rage sur les réseaux sociaux. Les filmages de l’intérieur des cortèges ont permis de contredire la version officielle de certains enchaînements de violence, débouchant sur des actions judiciaires. Désormais, les reporters sont devenus des cibles pour certains membres des forces de l’ordre. Iels le sont aussi sur le terrain législatif. Les couvertures en direct sont dans le collimateur de la loi Sécurité globale (actuellement – mars 2021 − en discussion au Sénat) qui permettra de pénaliser la diffusion d’images des forces de l’ordre14. Déjà, le nouveau schéma du maintien de l’ordre (septembre 2020) prévoit que le délit d’attroupement après sommation s’applique aux journalistes ; des journalistes auxquels Gérald Darmanin — ministre de l’Intérieur — a envisagé de demander de s’accréditer auprès de la préfecture de police15. Les gardes à vue de reporters16, indépendants ou non, durant l’automne 2020, témoignent des effets immédiats d’un arsenal législatif qui alimente le soupçon d’un journalisme ennemi de la police et de l’ordre républicain. Alors, malgré leurs réserves sur une grande partie de la profession, beaucoup de Gilets jaunes ont rejoint les cortèges contre la loi Sécurité globale, aux côtés des journalistes des grands médias.

13En ligne aussi, le maintien de l’ordre s’est organisé17. L’élargissement des fichiers de la police — aux opinions politiques, à l’appartenance syndicale, la confession religieuse et les données de santé — en décembre 202018 contraint la liberté d’expression dans la rue et sur internet. Une partie de la censure a été déléguée aux plateformes qui — on l’a vu avec la suppression du compte de Donald Trump en janvier 2020 — sont désormais érigées en police de la liberté d’expression. Rémy, lui aussi, a fait les frais des conditions de diffusion sur YouTube, relayées par des algorithmes pointilleux qui scannent ce qui est dit et écrit19 ; un contrôle qui s’est nettement accentué dans le contexte de la pandémie covid‑19.

Liberté et information au temps du covid‑19

14« Travaille, consomme et ferme ta gueule », le slogan phare des Gilets jaunes résonne aujourd’hui singulièrement. Sur fond de confinement, de couvre-feu, de fermetures d’espaces de sociabilité, de traçabilité des faits et gestes et de restrictions de l’expression sur internet, la liberté — de manifester, de se réunir, de se déplacer, de se faire ou non vacciner, et d’exprimer un point de vue contraire à la politique du gouvernement et au traitement de la pandémie par les grands médias — est devenue une revendication centrale face à ce que beaucoup de Gilets jaunes nomment désormais la « dictature sanitaire ».

15Les errements, parfois les mensonges, des politicien·nes, des expert·es et des journalistes ainsi que la guerre des chiffres ont renforcé le discrédit de la parole publique relayée par la plupart des grands médias et le soupçon que les enjeux de la gestion de la crise ne seraient pas uniquement sanitaires. C’est dans ce contexte que s’est accélérée la diffusion d’une vision libérale, voire libertaire, de l’information comme construction collective et autorégulée où ne s’exercerait idéalement aucune domination, indissociable de l’exercice radical de la liberté d’expression. Si internet est son principal instrument, elle s’est aussi beaucoup nourrie de l’expérience des Gilets jaunes dans les rues et les ronds-points relayée par Reservoir Apps.

16Avec Rémy, nous nous sommes souvent croisés en manifestation. En 2020, je suis intervenue deux fois sur Reservoir Apps pour parler des mobilisations contre la Loi de programmation de la recherche et pour la sortie du numéro « en lutte » du Journal des anthropologues20 ; mais nous n’avions jamais discuté « offline » jusqu’à nos entretiens des 21 janvier et 9 mars 2021. Je les ai édités comme un seul.

~~~

Pascale : Comment tu te définis dans ton travail ?

Rémy : Je fais un travail journalistique, je ne suis pas journaliste. Je suis reporter indépendant, réalisateur, monteur et producteur, de mes propres contenus.

Pourquoi cette précision, « pas journaliste » ?

En général, j’ai une mauvaise image des journalistes, des médias mainstream, de ceux qui sont obligés de la fermer car ils ne peuvent pas trop l’ouvrir. Enfin, il n’y a pas que des journalistes qui font mal leur boulot, mais la plupart sont dans une pensée unique, une propagande, ils ne font pas d’investigation.

Donc reporter et indépendant…

Si tu dépends d’un employeur, tu n’es pas indépendant. Après, les indépendants, il y en a, sur le terrain, qui sont soi-disant indépendants, mais qui ne le sont pas. S’ils n’ont plus la télévision pour acheter leurs images, ils ne peuvent plus rien faire. La véritable indépendance, c’est quand tu n’as pas besoin des médias pour fonctionner. C’est là que je situe l’indépendance, la mienne. On a déjà récupéré mes images, on les a même volées à la télé, mais je n’ai pas besoin des médias.

Donc indépendant en relation avec un employeur qui définirait une ligne éditoriale, mais dépendant d’un public qui donne du sens à ton travail et te soutient, y compris économiquement, grâce à ses vues ou en t’envoyant de l’argent. Aujourd’hui, tu as plus de 60 000 abonnés, entre Facebook, YouTube et DLive, comment s’est constitué ce public ?

Un peu avant les Gilets jaunes, beaucoup pendant, et beaucoup encore maintenant. Il y a des gens qui me suivent depuis le début [2016] mais évidemment, y’en a beaucoup aussi qui m’ont connu sur YouTube en 2018 avec les Gilets jaunes. Après, beaucoup de personnes qui sont venues me retrouver depuis septembre 2020.

C’est lié à la pandémie ?

Oui, il y a beaucoup de gens qui en ont marre de ce qui se passe et qui veulent s’informer, communiquer entre eux…

La pandémie a réorienté les contenus des directs où tu te filmes, mais aussi les revendications des Gilets jaunes…

En résumé, c’est toujours pareil. L’État qui veut imposer sa réflexion, sa pensée et toi qui n’as pas envie de gober ça.

C’est le même public qui suit les manifestations et celui qui te rejoint pour les discussions du soir ?

Les personnes qui sont en manif me suivent sur les manifs, et certains me retrouvent aussi sur mes lives perso. Après il y a une séparation, comme deux groupes qui ne se connaissent pas toujours. Il y a beaucoup de gens qui m’ont découvert avec les GJ mais qui ne savent pas ce que je fais en me filmant car ils ne vont pas sur la chaîne [les vidéos circulent sur internet par d’autres biais]. Et il y en a qui viennent pour les sujets du soir qui ne connaissent pas les Gilets jaunes ou qui pensent que c’est fini.

Est-ce que tes publics influencent les sujets traités ?

Non… et oui. Ça dépend. Il y a des sujets qui sont moins grand public, je les traite quand même quand comme je parle de crypto[monnaie]. Sinon oui, parce que je traite des sujets d’actu qui m’intéressent, intéressent aussi une partie de mon public qui s’intéresse à ce que je fais. Mais ça ne m’empêche pas de faire des sujets différents. Il ne faut pas toujours penser : « Est-ce que cela va plaire ? ». On n’est pas là pour être aimé de tout le monde comme à la télévision.

En même temps, certains Gilets jaunes se sont tellement appropriés ta chaîne, ils se comportent un peu comme des employeurs ! Ils te disent ce que tu devrais filmer, ou critiquent tes choix comme donner la parole à Francis Lalanne (manifestation 07/03/21)…

C’est parce que je réponds à tous les commentaires. Il y a une relation qui s’entretient. Souvent quand tu es spectateur, tu écris des commentaires et tu sais qu’on va pas les voir, on ne va pas te répondre. Moi je lis beaucoup de commentaires, je ne réponds pas à tous, mais à beaucoup et c’est apprécié. De plus, j’ai compris qu’il fallait que je me filme, que c’est beaucoup plus stratégique. Les gens aiment savoir qui leur parle, c’est le côté réseaux sociaux, tu te rapproches de quelqu’un…

Comment tu te positionnes par rapport aux autres reporters qui couvrent en direct les manifestations, ceux qui font un travail proche du tien ?

Je ne connais pas tout ce qui se fait, mais de ce que j’ai vu, il y en a qui filment juste certains moments pour vendre des images aux médias, notamment les affrontements. D’autres ne font que du direct. Ma spécificité c’est que je fais les deux, du direct et après je découpe des images pour qu’elles soient visibles en différé, en plus de me filmer chaque jour sur l’actu et pas seulement prendre la parole pour une cause. Il y en a beaucoup qui donnent la parole aux manifestants, mais ma spécificité c’est que je ne vais pas trop couper la parole, pas trop poser de questions. Je n’ai pas l’impression de faire des interviews, ce sont des personnes qui me parlent. Les gens peuvent s’exprimer, ça peut durer jusqu’à une demi-heure, je ne vais pas les interrompre, leur dire « merci », tout ça, et les couper parce qu’il se passe un truc à côté…

Récemment, (31/01/21) certains internautes t’ont d’ailleurs reproché de ne pas avoir écourté un entretien lors d’une manifestation de Gilets jaunes, pour arriver à temps, avant le couvre-feu, couvrir celle qui rejoignait la « Marche des libertés » à République…

Des personnes m’ont dit « Tu vas à République » ou « Tu vas à Nation ». Si je veux aller vers la simplicité, si je veux m’en mettre plein les fouilles, je vais là où vont les autres, je me ramène à la fin comme un corbeau et je vais filmer des séquences qui vont passer à la télévision. Filmer quand ça pète, je sais faire, j’ai fait des chiffres dessus. Mais ce n’est pas ce qui m’a intéressé quand je suis venu couvrir la première manifestation Gilets jaunes. Ce qui m’intéresse c’est de positionner de l’exclusif. En avril 2019, j’ai filmé Jérôme Rodrigues avec sa cravate jaune et la police qui lui a demandé d’enlever sa cravate. C’est le fait de saisir des actions insolites qui ont fait booster mes vues sur ma chaine YouTube. Après il y en a qui disent : « Il faut que t’aille filmer ! Ça pète ! ». Moi y’a des gens qui me parlent et bien, je les laisse parler. Ceux qui filment les affrontements, ils sont tributaires d’un truc qui n’arrivera pas forcément.

Les personnes qui m’ont parlé de ton travail ont insisté sur ta proximité avec eux, sur le fait que tu serais aussi un manifestant. Qu’est-ce que tu réponds quand on te demande si tu es Gilet jaune ?

Ma réponse c’est que je ne suis pas Gilet jaune, je couvre les manifestations, je permets aux gens de s’exprimer. En même temps, ce n’est pas un hasard si je suis dans le mouvement à filmer tous les samedis depuis deux ans, même si je ne fais pas que ça. Alors, bah oui ! Je suis avec eux quand je filme.

Ta position quand tu te filmes en train de débattre avec les internautes est très différente de celle que tu prends durant les manifestations. Là, tu parles, tu provoques le débat, tu donnes ton point de vue…

Quand je couvre des évènements, je suis plutôt neutre, le plus neutre possible. Mon rôle c’est d’écouter. Et quand je prends la parole, je le suis moins. Il y en a qui vont me dire « Mais tu es plus neutre du tout ! ». Il y a des personnes qui ne me connaissaient pas quand je fais des lives le soir, et quand elles m’ont vu, elles ont été sidérées parce que la différence est énorme entre ce que je fais quand je vais filmer des personnes et quand je me filme, moi. Il y a un tel décalage que des fois elles sont sciées. Y’en a qui disent « Bah, Rémy tu pourrais t’exprimer des fois, on ne t’entend pas ». Les gens parlent, je les écoute. Après quand je me filme, je parle. Y’en a d’autres qui m’ont même dit « Je ne t’inviterai pas à un dîner de famille, tu parleras trop ». Ils seraient surpris de la réalité.

Dans ces directs, ta position oscille entre celle d’un éditorialiste et d’un animateur. Est-ce qu’on peut aussi dire influenceur ?

Je dois proposer des idées, qui ne sont pas que les miennes, et les personnes qui me suivent retrouvent en moi quelque chose d’eux. Donc oui, influenceur.

Tu n’as pas peur de devenir une sorte de gourou…

Gourou, c’est avec des fidèles, des personnes qui ne peuvent pas broncher. Quelque part, c’est les journalistes qui font ça. Ils ont des fidèles et y’en a pas un qui doit l’ouvrir parce que sinon ça va tout casser. Ce qui est intéressant c’est la possibilité de s’exprimer.

Tant la parole des manifestants que les commentaires écrits reflètent une très grande liberté d’expression, sans filtre, ni casting… Pour toi, toutes les paroles sont audibles ?

  • 21 Ceux qui croient que la terre est plate.

Je peux écouter tout le monde, tout prendre en compte, je peux tout publier. Qu’ils soient ovnistes, platistes21... Ils ont cette possibilité de dire des choses qu’ils ne peuvent pas dire ailleurs. Je ne supporte pas ceux qui rigolent, c’est bon laissez les gens s’exprimer !

Sans limites ?

Des limites ? Non. Si les personnes ont des choses intelligentes à dire, des choses intéressantes, quelque chose qui provoque, qui fait réfléchir… Je ne me limite pas parce qu’on est toujours dans l’autocensure. Si tu viens me chercher, je te dégomme, mais des types qui ne sont pas là pour dire « J’aime pas ta tronche » mais pour proposer des idées, j’accepte. Après, je ne vais pas laisser des personnes en citer d’autres pour les insulter, les gens qui tapent sur les autres, qui agressent, les contenus racistes… Il y en a plein que j’ai basés, qui me disent « Tu supportes pas l’esprit contraire », ça n’a rien à voir. Il faut des limites. Je parle de ceux qui sont là pour le harcèlement et la diffamation, ceux qui balancent des noms…

Sinon, tu ne réagis pas lorsque tu es en désaccord ?

Si, je donne mon point de vue. Par exemple je ne suis pas forcement d’accord avec ceux qui sont un peu chauds, les appels à la violence…

Ça c’est lorsque tu débats avec les commentaires écrits des internautes. Mais dans les directs des manifestations, tu ne contrôles rien. Tu as déjà interrompu des lives ?

Non. Jamais. Par rapport à quoi ? Des questions, des paroles ? Même si je ne suis pas d’accord, je laisse dire, c’est un direct. Il faut faire la différence entre le direct et ce que je découpe quand je mets en avant [dans des extraits visibles en différé].

Dans les cortèges, les manifestants disent qu’ils font de la ré-information. Pour toi, où se situe l’information : dans le contenu, ce que les gens disent ? Ou dans le fait d’informer sur ce qu’un certain nombre de personnes considère être de l’information ?

La vraie info c’est celle qui vient des Français, de tout le monde, pas seulement de quelques personnes qui vont récupérer ce que dit l’AFP. Moi ce qui m’intéresse c’est que tout le monde peut me parler, ceux qui ont une expérience, des témoignages, des personnes qui sont là pour juger. Y’a pas un CSA. Les personnes qui sont là, si elles trouvent que tu dis n’importe quoi, elles ne vont pas continuer à te suivre.

Ce que tu dis de l’information comme le résultat d’une auto-régulation des données et des opinions est à l’origine d’une critique sur l’enfermement sur les réseaux sociaux, le consensus de l’entre-soi au détriment de l’analyse contradictoire et la vérification…

Plus que de savoir si c’est vrai ou c’est faux, ce qui m’intéresse c’est le mouvement des informations, d’où elles viennent, ce qui t’affecte et comment tu réagis, l’effet de l’information. Ce que tu fais dans la vie, pas ce que tu dis. Aujourd’hui l’information cherche à faire peur, à rendre les gens dociles, soumis…

Tu ne crains pas d’être accusé de diffuser des contenus complotistes ?

Les gens pensent que ce qui se passe sur les réseaux sociaux, c’est du complotisme. Mais les complotistes sont partout. Dans le langage courant, être complotiste, ça veut peut-être dire que le virus n’existe pas, diffuser des fausses infos sur un truc qui guérit, ou sur l’État profond, mais ça veut aussi dire que tu n’es pas d’accord avec le gouvernement. C’est parti trop loin, même quand tu dis que Big Pharma se fait des thunes sur la crise sanitaire, tu es complotiste. Dès que tu commences à sortir des trucs qui sont pas encore dans les médias, tu es traité de complotiste. Dès que tu commences à l’ouvrir pour ne pas être dans la pensée unique...

Si tu devais résumer, tu dirais que tu défends quoi dans ton travail ?

L’esprit critique ; cette possibilité de dire quelque chose que l’on pense et pas ce que pensent ces personnes qui s’adressent à des millions de personnes à la télévision. Qu’est-ce que je défends ? La liberté d’expression. Ce qui est important, ce n’est pas de filmer pour faire des vues. Ce que j’ai vécu me montre à quel point on est bloqués les uns et les autres, dans nos coins. Faut se bouger. Les personnes s’appuient sur l’information pas forcément pour s’éveiller mais pour s’endormir, elles se laissent abrutir par la télévision, la surconsommation, l’hypocrisie de dire : « oui, c’est bien ». Je combats ce qui est installé, je ne peux pas dormir sans comprendre ce qui se passe. Je n’ai pas envie de faire des choses qui font plaisir, filmer des chats, faire du divertissement pour pas réfléchir. C’est ce qui m’a valu d’être mis de côté sur YouTube, ça ne plaît pas à tout le monde. L’indépendance, la critique, c’est compliqué en ce moment…

Qu’est-ce qu’il s’est passé avec YouTube ?

J’ai eu un avertissement et une vidéo supprimée par rapport à ce qui a pu être dit sur un live. Mercredi [03/03/21], j’avais couvert une manifestation devant l’Hôtel de ville qui disait « Stop au reconfinement » par rapport à l’annonce que Paris allait être confinée le week-end. Et l’algorithme de YouTube a trouvé qu’il y avait des « données médicales incorrectes ». Mais rien à voir : moi je filme une manifestation, je ne peux pas savoir ce qu’on va me dire, tous les mots exacts. C’était un direct, il y a une différence énorme avec une vidéo. Une vidéo tu l’édites, tu sais ce que tu as mis dedans, un direct, c’est comme un chat [discussion écrite en direct], tu ne sais pas qui va écrire, qui va dire quoi…

Tu sais quelle phrase a été incriminée ?

Non et je suis toujours en relation avec YouTube pour comprendre ce qui s’est passé. Est-ce que je suis responsable de ce qu’on va me balancer comme ça en deux secondes alors que je couvre une manif ? Je n’ai pas fait une série d’interviews, c’est une manif… Ce n’est pas la première fois. Mais tu peux toujours faire appel. Des fois, ils sont revenus en arrière pour dire qu’ils se sont trompés sur la suppression. C’est l’algorithme qui pense que tu dis tel ou tel mot. Il ne faut pas critiquer la gestion de la crise sanitaire, c’est écrit dans les conditions générales d’utilisation.

Du coup, tu as titré striké [viré] et badgé le même jour !

  • 22 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, les géants du web.

J’ai été viré de YouTube et en même temps j’ai eu un badge sur DLive parce que j’avais atteint 1 000 abonnés. Voilà. Une même vidéo sur une plateforme ça passe, et sur l’autre ça se passe mal. Ça dépend où tu es, sur les Gafam ou pas sur les Gafam22. Sur DLive, on peut plus s’exprimer, se contredire. J’ai toujours été sur différentes plateformes, s’il y en a une qui pète ce n’est pas grave. Mes vidéos sont toujours quelque part. Il ne faut pas être comme ceux qui voient leur compte sauter et qui partent ailleurs tout recommencer.

C’est quoi la différence entre DLive et les Gafam ?

DLive [propriété d’un entrepreneur chinois] c’est la décentralisation, c’est enregistré sur plusieurs serveurs, c’est le système blockchain associé à une monétisation et une cryptomonnaie, Quand tu arrives avec ton téléphone, tu peux stocker une partie des données, c’est peer to peer, chacun apporte sa puissance. YouTube, même s’il y a plusieurs serveurs, c’est centralisé. C’est YouTube qui décide si tu tombes. Mais sur DLive aussi il y a des conditions car l’application est hébergée dans les boutiques Apple et Google, ils ont quand même des comptes à rendre. Après le Capitol [l’intrusion de supporters de Trump 06/01/21], [l’application] Parler s’est fait dégagé de partout. Donc eux aussi, ils font attention

Et toi ?

Je fais toujours attention à ce que je dis sur YouTube, pour ne pas dire ce qu’il ne faut pas dire, la « coco », tout ça… J’ai pas envie que ma chaîne saute. Tu as tout le temps des pièges, t’es en direct, tu peux te faire dégommer n’importe quand. Tu ne peux pas t’exprimer comme dans un comité restreint.

DLive est quand même intervenue lors de la manifestation Gilet jaune de samedi dernier (07/03/21)…

  • 23 Brigade (policière, motorisée) de répression des actions violentes.

Sur les conditions de DLive, il y a marqué « contenu imprévisible » et quand la Brav23 est arrivée, ça bougeait un peu. J’ai été signalé et ils [la modération] m’ont dit : « Mettez-vous dans la catégorie X Tag », celle des contenus violents ou pour adultes. Ils m’ont précisé que quand je filme, c’est à moi de changer de catégorie si je veux continuer à filmer. Je me mets dans la catégorie X Tag, et ceux qui ont mis dans leur choix qu’ils veulent voir ces contenus peuvent me voir.

C’est quoi « être signalé » ?

Il y a des personnes qui signalent [qui envoient un message automatique à la plateforme], quand ils n’aiment pas ta tronche, quand ils te supportent plus, ils balancent. Il y en a qui balancent à longueur de journées. Ça fait quatre ans que j’ai des personnes qui me rentrent dedans. J’ai une horde aux trousses. J’ai fait un live qui a fait beaucoup de vues sur YouTube et Facebook. C’était le même live sur Périscope [outil live de Twitter] et je me suis fait dézinguer. J’ai pensé : « J’ai dû dire un truc de travers », mais après j’ai compris : ils ont boosté [multiplier le nombre de] mes vues. Il y a des outils de piratage qui sont interdits, pour booster les vues [ce qui est sanctionné par les plateformes]. Après ils balancent, et hop ! Ils m’ont dézingué mon outil de live.

Mais qui veut faire sauter ta chaîne ? C’est politique ?

À partir du moment où tu l’ouvres, tu déranges… Les jaloux, les aigris, les déprimés. Y’en a même qui me disent : « Qu’est-ce que tu fais ? Va travailler, va chercher un travail ! ». Ce qui s’est passé pour moi sur Périscope, c’était terrible. Et ça continue toujours : harcèlement, diffamation. Un type qui est venu jusqu’à chez moi pour me péter la gueule. Dès que tu es visible, tu n’es pas protégé autant que ceux qui font de la télévision. Tout qui peut te tomber sur le coin de la tête. Mais, je ne suis pas le seul, y’a pas que ma pomme…

Il y a donc d’une part les algorithmes des plateformes qui scannent les contenus, les personnes qui signalent, et la police qui, de ce que je sais, peut demander la suppression d’une vidéo. Ça t’est déjà arrivé ?

La police ? Non.

Et sur le terrain, c’est quoi les conditions de travail d’un liver ? Est-ce que tu as noté un changement avec la loi Sécurité globale ?

La loi Sécurité globale met noir sur blanc ce qui existait déjà avant. Les forces de l’ordre peuvent toujours t’attraper pour ce qu’ils veulent. Maintenant, c’est juste devenu légal. Finalement ce que la loi veut acter, c’est ce qui se passe depuis toujours. Il y en a tellement qui se sont fait dégommer parce qu’ils ont filmé la police, ou qu’ils ont fait des choses qui plaisaient pas. Peut-être qu’après, sans carte de presse, ça va devenir compliqué. Mais de toutes façons, même avec une carte de presse, quand il y aura dispersion, tu pourras quand même te faire interpeller.

Donc tu n’as pas de carte de presse ?

Non. La carte de presse, c’est pour sortir de la nasse ou passer derrière la police mais, des fois, elle ne veut pas. J’en ai vu, des cartes de presse, se faire bloquer.

Tu n’as pas non plus la tenue de combat des autres reporters ?

  • 24 Grenade lacrymogène assourdissante et à effet de souffle.

Ils se protègent mais après ils deviennent des cibles. On a été ciblés plein de fois en tant que filmants. J’ai déjà plusieurs fois été ciblé par la police, que ce soit des LBD, des grenades, je me suis pris du Gli F424, je suis tombé, je me suis cassé les côtes… Mais je sais me placer, je sais voir quand ça dérape ou quand ça va se foutre sur la tronche.

Il y a donc à la fois les contraintes du contrôle en ligne de l’information et celles du terrain…

Ça devient de plus en plus compliqué de faire du live. Je ne suis pas le seul à sauter en ce moment. On ne peut plus rien dire. Il va falloir surveiller tous les mots. Moi, ça fait plusieurs mois que je mets moins de vidéos [éditées] car il faut que j’analyse tout. Donc, je vais en mettre beaucoup moins, et je vais gagner beaucoup moins. Depuis des mois, je vérifie sans cesse mes mails pour savoir si je n’ai pas un message de YouTube. Le tunnel se resserre, on freine, on freine… La liberté d’informer est quand même un peu réprimée. Et si on s’attaque au direct, je fais quoi ? Du divertissement grand public pour abrutir les masses ?

On peut gagner sa vie comme liver ?

C’est compliqué, mais c’est abordable, il faut travailler. C’est un travail d’artisan, il faut être là, il faut fournir. Il y en a qui me disent : « Tu fais ça pour de l’argent ». Si je le faisais pour de l’argent, je ferai autre chose. Il faut vraiment faire quelque chose déjà pour soi. Communiquer, c’est la base, pas simplement se faire connaître pour passer à la télé. Se faire connaître, c’est peut-être mal dit, mais c’est avoir des relations humaines, rencontrer des gens intéressants…

C’est un vrai travail d’endurance, plusieurs heures par jour, depuis cinq ans…

C’est spécial. C’est dur. Après, ta vie est différente. Il faut toujours avoir envie. Même quand t’es fatigué, t’es plus fatigué quand tu le fais. C’est comme chez Mickey où il y a trois représentations. Tu changes de costumes, mais il faut toujours être là… Il est quelle heure-là d’ailleurs ?

15h45. Du coup comment tu vois l’avenir de Reservoir Apps ?

L’information, l’actualité, la couverture d’évènement te font gagner des vues mais il y a d’autres sujets, la tech[nologie], la littérature, le cinéma, le jeu vidéo… Je ne pense pas que je pourrais arrêter…

Et si tu avais plus de temps ?

De l’investigation. Mais il n’y a pas le temps. Ça se n’arrêtera jamais. C’est comme les gens qui mettent des bouquins de côté en disant : « Je les lirai plus tard ». D’ailleurs, il faut que j’y aille, je vais commencer bientôt.

C’est quoi le thème de la discussion de ce soir ? (09/03/21)

J’ai titré : « La télé des nigauds s’installe chez les Gafam ». Ce qu’on avait sur la télévision, on va l’avoir sur YouTube, Facebook, partout. Ça va devenir aseptisé comme la télévision…

Haut de page

Notes

3 https://www.youtube.com/ReservoirApps ; https://dlive.tv/ReservoirLive https://www.facebook.com/reservoirapps ; https://odysee.com/@ReservoirApps:a

4 En 2021, Reservoir Apps a, entre autres, couvert celles contre la réforme des retraites, pour l’hôpital public, contre les violences policières, les rassemblements des restaurateurs pendant le confinement ou ceux contre la pédocriminalité.

5 Parmi les autres médias indépendants les plus suivis pour leurs couvertures directes des Gilets jaunes : Taranis news (depuis 2012) de Gaspar Glanz et Vécu (2016) de Gabin Formont.

6 Créé en 2016 par des journalistes professionnels et associé avec France Télévision et France Info.

7 Ensemble des personnes qui suivent simultanément un direct depuis la même plateforme.

8 Jean-Marie Charon (The Conversation, 29/11/2018) identifie également les révoltes des banlieues en 2005 et 2006 comme point d’orgue de cette mise en cause : https://theconversation.com/gilets-jaunes-et-journalistes-aux-sources-du-rejet-107901

9 Selon l’article de Divina Frau-Meigs (The Conversation, 10/02/2019), dix milliardaires du bâtiment, du luxe, de la défense et de la téléphonie se partagent 90 % de la presse nationale : https://theconversation.com/gilets-jaunes-ce-que-leur-defiance-envers-les-medias-nous-apprend-111273

10 Voir les enquêtes annuelles du journal La Croix consultables sur son site internet.

11 Souillard, Sebbah, Loubère, Thiong-Kay & Smyrnaios, « Les Gilets jaunes, étude d’un mouvement social au prisme de ses arènes médiatiques », Terminal, avril 2020 : http://journals.openedition.org/terminal/5671

12 Voir articles cités en notes 8, 9 et 11.

13 https://revolutionpermanente.fr/Acte-24-a-Paris-les-Gilets-jaunes-denoncent-le-traitement-mediatique-du-mouvement.

14 L’article 24 prévoit de pénaliser la diffusion d’une image lorsque celle-ci a pour but manifeste de porter « atteinte à [leur] son intégrité physique ou psychique ».

15 Le Parisien, 19/11/2020.

16 Comme celles d’un journaliste de France 3 (17/11/2020) et de l’indépendant Gaspar Glanz (17/09/2020).

17 Les articles de https://www.laquadrature.net/ analysent très clairement les impacts de la loi Sécurité globale et du contrôle des activités sur internet.

18https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/12/07/le-gouvernement-elargit-trois-fichiers-de-renseignement_6062511_4408996.html

19 Le règlement en ligne de YouTube prévoit des sanctions, de l’avertissement à la suppression de la chaine, suite à des contenus définis de manière large et floue comme, entre autres, l’incitation à la haine, la promotion de traitement médicaux dangereux, des contenus choquants ou complotistes.

20 https://www.cairn.info/revue-journal-des-anthropologues-2020-1-page-113.htm

21 Ceux qui croient que la terre est plate.

22 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, les géants du web.

23 Brigade (policière, motorisée) de répression des actions violentes.

24 Grenade lacrymogène assourdissante et à effet de souffle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Absi et Camille Noûs, « Bonjour Facebook ! En direct avec Rémy Bournoville, reporter indépendant à l’ère des Gilets jaunes »Journal des anthropologues, 164-165 | 2021, 165-182.

Référence électronique

Pascale Absi et Camille Noûs, « Bonjour Facebook ! En direct avec Rémy Bournoville, reporter indépendant à l’ère des Gilets jaunes »Journal des anthropologues [En ligne], 164-165 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/jda/10780 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.10780

Haut de page

Auteurs

Pascale Absi

Anthropologue IRD (CESSMA, université de Paris)
Courriel : pascale.absi@ird.fr

Articles du même auteur

Camille Noûs

http://www.cogitamus.fr/camille.html

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search