Navigation – Plan du site

AccueilNuméros164-165Anthropologies actuellesLes armes non létales au service ...

Anthropologies actuelles

Les armes non létales au service de la répression néoliberale

Entretien avec Paul Rocher réalisé par David Puaud et Marie Rebeyrolle
Non-lethal weapons at the service of neoliberal repression
Paul Rocher, David Puaud et Marie Rebeyrolle
p. 207-219

Résumés

Dans cet entretien, Paul Rocher interroge les raisons de la recrudescence de l’usage des armes non létales dans le cadre des violences policières. Il en précise l’utilisation par les forces de l’ordre, inscrivant le recours à ces armes « défensives » de manière plus importante et plus précoce dans le cadre d’une brutalisation générale du maintien de l’ordre. Il met particulièrement en perspective le fait que ces pratiques s’inscrivent dans un continuum de mesures et discours renforçant la cuirasse d’un étatisme autoritaire au service du néolibéralisme.

Haut de page

Notes de l’auteur

Entretien réalisé le 18 février 2021.

Texte intégral

Qu’est-ce qui t’a amené à t’intéresser au sujet des armes non létales ?

Est-ce légal de tirer une balle en caoutchouc ? Est-ce nécessaire de saturer tout un espace de gaz lacrymogène ? Est-ce proportionnel de distribuer des centaines de coups de matraque ? La question des violences policières est entrée dans le débat public, mais il me semblait que l’on restait à la surface de ce phénomène, qu’il existait quelque chose en « creux » à mettre à jour, car la logique profonde qui anime cette escalade de la violence policière reste incompréhensible. Je me suis donc intéressé à l’un des outils qui sert les violences policières : les armes non létales.

Il n’existe qu’un « Que sais-je ? » paru en 2009 sur ce sujet, qui s’avère assez descriptif et porteur d’une vision apologétique, à l’opposé de ce que je défends ou plus exactement des données que j’ai recueillies. Ce livre peut d’ailleurs se résumer en une phrase qui en substance dit que si les gouvernements utilisent les armes non létales, c’est par souci éthique. Phrase que je critique, car c’est la quête des gouvernements d’un maintien de l’ordre plus efficace qui est à l’origine de ces armes, ce que je montre dans le premier chapitre de mon livre sur l’histoire de ces armes, notamment pour interroger les raisons ayant conduit les gouvernements à en acheter. J’ai également tenté de mobiliser des ressources statistiques qui n’étaient pas exploitées, en particulier les ressources du ministère de l’Intérieur sur le recours à ces armes, même si mon objectif n’était pas de produire une étude économétrique reposant sur un appareil statistique poussé. Et j’ai aussi analysé un certain nombre de rapports officiels. En ce qui concerne le sujet des statistiques, je tiens d’ailleurs à préciser d’emblée que les données produites par le ministère de l’Intérieur sur ses propres activités sont tellement biaisées et incomplètes qu’elles sous-estiment totalement l’ampleur des violences policières notamment avec les armes non létales.

Quelle place occupent les armes non létales dans l’industrie française ?

La désindustrialisation en France est incontestable, à l’exception du secteur de l’armement, notamment en lien avec celui de l’aéronautique. Ce secteur se distingue par une étroite proximité avec l’État qui n’est pas seulement client et régulateur mais aussi promoteur d’exportations. On observe d’ailleurs à ce sujet une certaine routine fonctionnelle et sémantique assez institutionnalisée. C’est par exemple le cas dans les salons internationaux où se croisent les décideurs politiques et les producteurs d’armement locaux et internationaux. Même si la demande domestique de la part de l’État est en augmentation ces dernières années, l’industrie française de l’armement non létal reste fortement orientée vers les exportations. À chaque fois que la France utilise ces armes dans le cadre du maintien de l’ordre cela fournit des arguments de vente à la poignée de producteurs français : c’est une démonstration par les faits de l’utilité de ces armes. Le secteur de l’armement non létal est par ailleurs particulièrement dynamique. Il affiche une croissance annuelle de 10 %, ce qui est très élevé par rapport à la croissance générale qui peine à atteindre les 2 %.

Quelle est l’histoire des armes non létales ?

De mon point de vue, il existe historiquement trois grands moments. Le premier se produit avant la Première Guerre mondiale. Il se caractérise par un mouvement ouvrier en consolidation et bien organisé qui peut représenter pour l’État une menace. C’est durant cette période qu’est introduit le gaz lacrymogène. Le deuxième moment correspond aux années 60-70 qui sont, elles, le temps de nouvelles mobilisations ouvrières, mais aussi étudiantes, antiracistes et antiguerres. C’est durant cette période que sont introduites l’arme électrique et les balles en caoutchouc. Enfin, le troisième moment est celui des années 90, que l’on pourrait considérer comme l’antithèse d’une contestation généralisée, car il n’y a plus de mouvements de masse organisés. Le mouvement ouvrier est assez faible, le mouvement écologiste ne décolle pas encore vraiment. Nous sommes plutôt dans une phase de triomphe du libéralisme. Mais ce qui change, c’est que l’État devient moins tolérant envers la contestation. Ce que j’associe au développement du néolibéralisme qui organise une répartition des richesses à l’envers, puisque l’on prend aux pauvres pour donner plus aux riches. C’est durant cette période que les armes non létales se sont fortement diversifiées. Elle correspond au moment où l’État se méfie de la population, même si celle-ci n’est pas fortement organisée et ne conteste pas. Il se méfie, car il sait qu’il va générer de la misère sociale et donc un possible mécontentement.

C’est dans ce cadre que l’on peut comprendre le développement des armes non létales qui se présentent comme la solution technologique miraculeuse servant à réprimer « sans faire de dégâts », du moins si l’on s’en tient à ce qui est dit.

Qu’entends-tu par « l’effet arme » ?

Simone Weil considère que pour comprendre le fonctionnement d’une arme il ne suffit pas de s’intéresser aux fins poursuivies avec ce moyen. Il faut interroger en quoi le moyen, l’arme, façonne le comportement de celui ou celle qui l’utilise. À partir de cette perspective, j’avance que c’est la disponibilité de l’arme non létale qui produit la brutalisation du maintien de l’ordre. Suggérer qu’une arme est par nature non létale, donc d’une certaine manière anodine, incite les policiers à y recourir avec plus de facilité. La panoplie d’armes dont disposent les forces de l’ordre n’a jamais été aussi grande, ce qui se traduit par une concentration ressentie des violences policières à partir des années 2014-2016, même si cette situation était déjà réelle avant les années 2000, n’attendant qu’une occasion pour nous exploser à la figure.

Les statistiques du ministère de l’Intérieur montrent d’ailleurs que la disponibilité de l’arme non létale encourage son utilisation. En effet, entre 2009 et 2018 il y a eu une multiplication par neuf du recours aux armes non létales. Pour le LBD 40 la hausse est encore plus spectaculaire : 480 fois plus de tirs entre 2009 et 2018. En 2018 les policiers ont tiré près de 20 000 fois (c’est comme si on avait tiré sur chaque habitant de Biarritz par exemple). Et pourtant, ces statistiques sont biaisées car elles ne prennent pas en compte les chiffres sur les grenades assourdissantes ou le gaz lacrymogène. Il y a donc une sous-estimation, même si les chiffres sont impressionnants, ce que corroborent l’expérience des Gilets jaunes ou celle de Notre‐Dame-des-Landes. Dans la mesure où le problème réside dans l’arme en tant que telle, il me semble ainsi improbable de diminuer les violences policières par une meilleure réglementation.

Que penses-tu de la distinction parfois faite entre policiers et gendarmes ou encore de la question de leur formation ?

Sur la question de la formation des policiers ou gendarmes, les statistiques dont je viens de parler montrent une explosion généralisée des violences policières que l’on ne peut pas mettre sur le compte de la non-formation des policiers. L’effet arme joue, autrement dit si vous donnez des armes non létales, elles vont être utilisées, et plus vous en donnez plus vous multipliez les risques de violence.

En ce qui concerne la distinction entre gendarmes et policiers, souvenons-nous que l’intervention à Sivens ayant entraîné la mort de Rémi Fraisse et l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes ont été faites par des gendarmes mobiles. De manière générale les gendarmes ne sont pas plus mesurés dans leur recours aux armes non létales, mais à certaines occasions l’État peut donner la consigne ferme de « ne pas souffler sur les braises ». Mais il me semble que cela constitue une exception et que très vite policiers ou gendarmes retrouvent leur logique, car ce sont eux qui gèrent les situations et ont l’équipement pour le faire. À certains moments l’État peut donc tenter de calmer le jeu, mais cela reste des moments exceptionnels faisant suite à une conjoncture de violences exacerbées, ce qui permet à l’État de ne pas être perçu comme systématiquement violent.

Sur le comportement de la police, la sociologie nous apprend notamment qu’un certain nombre de jeunes veulent devenir policiers en se fondant sur une vision uniquement répressive du métier. Ensuite, ils traversent un processus institutionnalisé qui marque dans leurs premières années la majorité des policiers. C’est de cette manière que s’inscrit en quelque sorte « l’esprit de corps » policier. Un corps solidaire, ce qui explique sans doute pourquoi on a si peu de lanceurs d’alerte au sein de la police. Un esprit de corps qui de fait est très inquiétant, car nombre de policiers développent des conceptions et des stéréotypes qui font varier leur niveau de violence face aux publics auxquels ils font face, en particulier en faisant une distinction entre des manifestants qu’ils qualifient de respectables et d’autres de méprisables. Ils ont ainsi du respect pour le patronat, en partie pour les agriculteurs, ou encore le monde ouvrier tant qu’il reste sur des revendications liées aux salaires. En revanche, ils méprisent la catégorie « étudiants “privilégiés”, jeunes et casseurs ». Sachant que cette bipartition stéréotypée joue énormément dans les violences, car les policiers ont la fonction de dire ce qu’est l’ordre et son contraire, ainsi que le trouble à l’ordre public qui justifie le recours à la violence. Enfin, la catégorie de « casseurs » est d’autant plus importante qu’elle est floue et permet donc de classer à peu près n’importe qui dans cette catégorie.

De quelle manière se combinent le « zéro mort » comme ligne rouge et les violences policières qui sont extrêmes ?

L’enjeu est celui de l’efficacité politique. Le mort en manifestation reste effectivement une ligne rouge. D’ailleurs le terme de non létal, quand on le lit littéralement, indique que l’on ne peut pas tuer. La définition officielle est celle d’une arme à effets limités, ni mortels ni définitivement handicapants, c’est-à-dire que ça ne tue pas et ça ne mutile pas. Alors peut-être qu’il existe un lien entre la mort de Malik Oussekine en 1986 et l’introduction du Flash-Ball en France aux débuts des années 90. Car ce qui est frappant c’est que la blessure, y compris irréversible, physique ou mentale, est devenue acceptable et que l’État peut donc blesser. Ce que constate par exemple la chercheuse américaine Jasbir Puar — dans le cadre d’un séminaire de l’université Temuco au Chili auquel j’ai participé en 2020 — qui observe que les blessures occasionnées par l’État sur la population civile sont banalisées, acceptables et ne sont même pas comptées. C’est également le cas en France. Par exemple, David Dufresne a recensé plus de 300 blessures à la tête durant les manifestations des Gilets jaunes. Sans compter les autres blessés que même la société civile ne comptabilise pas car on n’y arrive tout simplement pas. Les décomptes les plus fiables étant ceux des street medics qui ont fait des rapports et chiffré à des dizaines de milliers les personnes blessées, par exemple par le gaz lacrymogène. Sachant que ces street medics n’étaient pas dans toutes les villes ni toutes les manifestations, et que cela sous-estime donc l’ampleur du phénomène. La question des blessures est ainsi banalisée, acceptable, et les armes non létales s’inscrivent dans cette dynamique

Si nous prenons l’exemple des manifestations au Liban depuis 2019, des personnes sont mortes du fait de grenades lacrymogènes qui, projetées par un fusil, sont une arme cinétique (n’oublions pas d’ailleurs que ces armes non létales ont été vendues par la France). Ce qu’on a également vu en France avec Zineb Redouane. Dans ce cadre, la question de l’efficacité politique, à laquelle est associée la question des armes non létales, est fondamentale. L’État peut en effet difficilement se permettre d’aller devant les médias ou la population pour expliquer que telle ou telle personne est morte. L’efficacité n’est pas optimale lorsque l’on tue, en tout cas pas en France, pas pour des blancs, et pas pour des manifestants. En revanche, l’État peut blesser en masse. Il ne cherche donc pas à être plus « doux ». Il cherche l’efficacité du maintien de l’ordre qui intègre la distinction entre l’acceptation des blessures et l’inacceptabilité des morts.

Comment comprendre le deux poids deux mesures dans la façon dont sont traités les policiers et les manifestants ?

L’impunité est très largement répandue parmi les policiers. On pourrait même parler d’impunité totale. Si nous prenons les chiffres de l’IGPN, nous ne connaissons pas exactement le nombre de policiers sanctionnés à la suite d’une enquête. Nous avons une étude partielle qui indique que sur les policiers violents qui ont fait l’objet d’une plainte traitée par l’IGPN — ce qui représente une petite minorité de la totalité des policiers violents — seuls 5 % ont été sanctionnés. C’est donc très bas. Par comparaison, en Allemagne, une équipe de chercheurs a montré qu’il y a environ 12 000 cas de violences policières chaque année, alors que le chiffre officiel avancé par la police est de 2 000 — ce qui représente 6 fois plus —, avec moins de 1 % des cas sanctionnés. Si nous n’avons pas d’étude comparable en France, nous pouvons cependant supposer que nous sommes sur un ratio similaire voire pire, c’est-à-dire celui d’une impunité largement entretenue.

Si nous regardons maintenant du côté des manifestants, en 2006 contre le CPE et en 2018 avec les Gilets jaunes, il a été dit que 2006 avait été un record de répression puisqu’il y a eu environ 4 000 interpellations de manifestants, essentiellement des contrôles d’identité. Or pour les Gilets jaunes, en seulement un mois, on a eu 4 500 gardes à vue, ce qui est autrement plus fort dans la sanction immédiate, car on ne sait pas si la personne a fait quoi que ce soit, mais on l’empêche de participer ou de revenir à la manifestation. Les manifestants sont ainsi de plus en plus exposés à de la prison temporaire sans avoir été jugés. Nous avons également une augmentation des condamnations à de la prison ferme pour participation à une manifestation qui souvent ne reposent que sur la parole de policiers. Ce qui, comparé aux sanctions qu’encourent les policiers violents, quand ils sont sanctionnés — ces sanctions pouvant être un entretien avec son supérieur et restant généralement bienveillantes —, montre que l’on a bien deux poids deux mesures.

Enfin sur cette différence de traitement, notons que ce n’est pas la police qui fait son travail d’enquête, mais les victimes et les associations de victimes qui sont obligées de rassembler documents et vidéos. Cela constitue une nouvelle illustration du fait qu’on se heurte à l’esprit de corps des policiers. Ce que confirme par exemple un commentaire de Bernard Deleplace, ancien dirigeant d’un syndicat de police, précisant : « On ne va pas balancer un collègue ! Tout au plus on est neutre ». Autrement dit, tout au plus on ne fait rien, mais potentiellement on aide son collègue.

Nous serions dans la logique « si on n’en parle pas ça n’existe pas » ou encore « ne parlez pas de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un État de droit » ?

  • 5 Notéris É., 2020. Macronique. Les choses qui n’existent pas existent quand même. Paris, Éditions Ca (...)

En effet, car celui qui a la plus grande capacité de documenter dans le pays c’est l’État. Or l’État n’a aucun intérêt à produire des statistiques, il refuse de le faire. Tout au plus avons-nous des chiffres partiels sur le nombre de tirs sans savoir sur qui ces tirs ont atterri, car cela montrerait la violence que l’État fait subir à la population. En revanche, dans cette différence de traitement entre policiers et population civile, la préfecture de Paris ou le ministère de l’Intérieur savent très bien nous dire combien exactement de policiers ont été blessés, tout en maintenant un silence total sur ce qu’il en est pour la population. Ce qui peut amener à certaines contradictions dont celle que souligne par exemple Émilie Notéris : « Les violences policières n’existant pas, il est interdit de les filmer5 » !

Quand l’État veut réduire de plus en plus les possibilités de documenter ce que font les policiers, il fait le contraire de ce que font les documentations de violences policières. Non seulement il ne produit pas de statistiques, mais il veut également entraver le travail de celles et ceux qui fournissent les données permettant ensuite de faire des statistiques autonomes. L’État ne s’interroge pas sur le problème des violences policières, mais sur celui de la documentation de ces violences. C’est pourquoi le copwatching a vu sa popularité exploser ces dernières années, parce que de plus en plus spontanément les gens prennent leur portable et filment, et qu’il existe aussi des applications qui documentent et font le travail d’interroger les méthodes de la police. La question de l’image est ainsi centrale car elle est à la base de la documentation. Et dans notre société, ça compte de produire des chiffres, des statistiques, parce que dans un débat les chiffres transmettent une vérité et sont considérés comme incontestables. Bien sûr il y a un piège qui serait de croire que les chiffres sont neutres. Il n’en reste pas moins qu’ils aident à rendre tangible le phénomène de violence. Sinon on a tendance à l’oublier. On regarde une vidéo, puis on l’oublie, puis on regarde une autre vidéo, puis entretemps peut-être que des politiques vont dire que ça ne s’est pas passé comme ça… De ce point de vue, produire des connaissances est fondamental.

Toujours sur cette réduction des possibilités de documenter, il y a par exemple dans le nouveau schéma national du maintien de l’ordre, qui a été publié en septembre 2020, cette idée que les journalistes peuvent avoir leur accréditation auprès de la préfecture pour disposer de certaines informations. Ensuite, le ministère de l’Intérieur a fait savoir que les journalistes sont autant des cibles que les autres manifestants, ce qui constitue une véritable menace. Ce schéma national marque la voie, et le projet de loi sécurité globale grave en quelque sorte cela dans le marbre et donne des moyens — l’utilisation de drones, de la reconnaissance faciale, mais aussi l’interdiction de filmer les policiers —, qui matérialisent ce qui a été esquissé au moment du schéma national. Un schéma national qui traduit ce que l’État a retenu de ce qui se passe dans le pays depuis les Gilets jaunes et que l’on trouve dans sa phrase d’introduction : « L’infiltration plus systématique de casseurs au sein des cortèges a conduit les forces à adapter leur doctrine de gestion des manifestations ». Les mobilisations seraient donc de plus en plus infiltrées par des casseurs, et cette idée constitue le raisonnement de fond qui traverse tout le texte.

Que penses-tu des arguments du casseur, du manque de formation et de moyens, ou des chiffres sur l’augmentation de la violence utilisés pour légitimer les violences policières ?

La figure du casseur légitime les violences policières et plus globalement un devenir de plus en plus autoritaire du pays, car quand on équipe les policiers d’armes, on ne leur donne pas seulement un outil, on transmet le message qu’ils peuvent et qu’ils sont même encouragés à les utiliser. C’est la même chose avec la question de leur formation. Plus de formation c’est en quelque sorte améliorer leur capacité à intervenir, alors que le problème se situe ailleurs. Il me semble qu’à nouveau on raisonne à partir de statistiques biaisées. Dans le débat public on ne prend que les chiffres des effectifs policiers des années 2010 où l’on observe une stagnation. Alors que si l’on a une vision plus au moyen terme, on voit une augmentation forte dans les années 90 du nombre de policiers et gendarmes. De même que l’on a une augmentation constante des dépenses publiques pour la police qui représentent 0,9 % du PIB de manière constante depuis les années 90, alors que pour l’enseignement on était à 4,7 % du PIB dans les années 90, et l’on est retombé à 3,8 % aujourd’hui, bien qu’il y ait eu le baby-boom des années 2000.

Ces chiffres aident à cadrer le débat et montrer les priorités dans les dépenses publiques. À quoi nous pouvons ajouter des dépenses de plus en plus importantes pour l’armement de la police, alors même qu’il n’y a pas plus de violence dans la société française depuis 30 ans. Pourtant, dans le débat actuel, on fait comme si la police souffrait d’un manque d’équipement et d’effectifs, alors que quand on regarde les chiffres, on se rend compte que la place de la police a très fortement augmenté dans la société. Ce qui va de pair avec le nombre de gardes à vue, qui est en décalage total avec le nombre de condamnations. On a plus de gardes à vue mais pas plus de condamnations. Cela génère d’ailleurs chez les policiers ce sentiment d’une justice laxiste. Or c’est juste qu’ils arrêtent beaucoup plus de personnes sans réelle raison, et qu’elles doivent donc être relâchées car elles sont des citoyens innocents. Cela correspond à ce que Laurent Mucchielli a appelé la frénésie sécuritaire, qui renvoie aussi au fait que l’on considère des actes de la catégorie de la contravention comme relevant de la catégorie supérieure du délit, et ceux de la catégorie du délit comme relevant de la catégorie supérieure du crime, avec chaque fois des peines plus fortes, qui certes relèvent du judiciaire, mais dont l’input est fourni par les policiers.

De la même manière, nous avons une évolution statistique assez frappante, qui devrait être une sorte d’anomalie mais constitue la réalité. En effet, des chercheurs spécialistes de la « délinquance » ont constaté que les chiffres officiels fournis par le ministère de l’Intérieur sont des chiffres partiels. Typiquement, on y trouve rarement les violences sexistes et sexuelles car souvent les femmes ne portent pas plainte. Donc ces chercheurs ont démarré des enquêtes de victimation indépendantes avec un échantillon représentatif pour avoir aussi ces actes-là dans les statistiques, afin d’avoir une image plus fidèle à la réalité des violences en France. De sorte que, par définition, les statistiques du ministère de l’Intérieur devraient afficher des chiffres inférieurs puisqu’elles ne prennent pas en compte un certain nombre de crimes. Or au début des années 2000, les deux courbes se sont inversées. Les enquêtes de victimation affichaient une stagnation du niveau des agressions physiques, alors que les chiffres de la police en affichaient de plus en plus. L’explication de cela vient de la frénésie sécuritaire, du fait qu’il y a de plus en plus de lois sécuritaires qui pénalisent des actes qui auparavant ne l’étaient pas, et que pour les violences interpersonnelles, on comptait auparavant au moins huit jours d’ITT (Incapacité Temporaire Totale) alors que l’un des changements est de réduire à zéro jour d’ITT, ce qui automatiquement fait augmenter les statistiques. Les chiffres du ministère de l’Intérieur sur les violences interpersonnelles sont donc inutilisables. Ils ne reflètent pas une augmentation des violences mais un changement dans la manière de les compter. Si bien que les chiffres d’aujourd’hui ne sont pas comparables avec ceux des années 90, ce qui n’empêche pas qu’on les compare afin d’accréditer par exemple un soi-disant « ensauvagement » de la société.

Pris dans un esprit de corps, les policiers sont-ils soumis aux ordres ?

Dans le processus institutionnalisé de devenir policier, il y a ce qu’un sociologue appelle le phénomène de la « citadelle assiégée », terme récemment repris par une syndicaliste de la police. Cette idée consiste à dire qu’on apprend aux policiers à raisonner en termes de bloc. Ils constitueraient ainsi un bloc qui s’opposerait au reste de la société, et il n’y aurait pas d’interactions véritables possibles entre les deux parce qu’eux sont le bloc qui conserve l’ordre, de sorte qu’à partir du moment où eux font quelque chose et les autres font le contraire, ce sont ces autres qui sont fautifs. Mais cela va plus loin, puisqu’en réalité ils n’obéissent pas simplement aux ordres mais prennent aussi leurs propres initiatives. Ils ont un pouvoir discrétionnaire qui augmente dans des situations peu prévisibles, typiquement les manifestations. On a donc des exemples où les policiers n’exécutent pas seulement un ordre qui pourrait déjà être violent, mais vont plus loin dans la violence. Des exemples où le policier individuel, parce qu’il a aussi une marge de manœuvre, en profite à certaines occasions et regarde jusqu’où il peut aller. Ce qui nous conduit à revenir sur ce qu’est une institution policière, ce qu’elle fait sur les individus, et l’impression qu’elle laisse à ceux qui y travaillent, en particulier le fait que les policiers vivent le contact avec le reste de la population comme une attaque.

Quel continuum perçois-tu entre la frénésie sécuritaire et la situation sanitaire actuelle ?

Ce qui est incontestable c’est que la place de la police dans la société a fortement augmenté depuis la pandémie. On doit maintenant se contrôler soi-même avant même d’être éventuellement contrôlé par la police. De même que l’on a cette suggestion que ce que l’on fait peut être constamment une faute susceptible d’être sanctionnée par des policiers, qui d’ailleurs circulent beaucoup et distribuent des amendes.

Ce qui est également frappant c’est ce très fort mouvement contre les violences policières qui a surgi en juin 2020, après deux mois et demi de confinement. Un mouvement qui bien sûr renvoyait à la mort de George Floyd, mais aussi au contexte d’une année très particulière durant laquelle la police a joué un rôle important dans la gestion de la crise sanitaire concrétisant une vision très autoritaire et militarisée de cette gestion. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’on a un conseil de défense qui gère la crise sanitaire et non pas un conseil de santé publique. Ainsi au lieu de voir la confiance dans la police augmenter durant cette période — puisqu’elle était censée nous protéger  —, c’est une contestation très forte vis-à-vis d’elle qui s’est exprimée. Et c’est cette même année que l’on a eu la proposition de loi sécurité globale et celle de l’interdiction de filmer des policiers.

Cette situation peut se comprendre à la lumière de ce qui s’est passé les années précédentes où les violences policières ont augmenté, alors que ça n’a pas été le cas des violences du côté des manifestants. Le rapport d’ACAT (Association des chrétiens pour l’abolition de la torture) de mars 2020 le montre bien. Il repose sur des travaux de chercheurs et une enquête réalisée directement auprès de la police. Ce que dit la rapportrice, c’est que la première réponse que donnent les policiers quand on les interroge sur leur ressenti à propos des violences des manifestants c’est : « ils sont de plus en plus violents », « c’est de pire en pire ». Ensuite, et c’est là que la technique de l’entretien est intéressante, ils citent de nombreux exemples où la situation était tout aussi violente dans le passé qu’aujourd’hui. Autrement dit, il y a le discours politique régnant parmi les policiers, qui est de dire que les manifestants sont de plus en plus violents. Mais ensuite, quand on les amène à réfléchir sur leur propre expérience, ils nuancent totalement ce discours de départ. Alors que du côté de ceux qui subissent les violences policières, c’est le contraire. On conteste de plus en plus la police, même au moment où la police est censée jouer un rôle dans la gestion de la crise sanitaire, ce qui indique que la confiance est durablement ébranlée, bien que cela dépende encore des catégories de la population qui sont concernées.

Enfin, l’État a récemment passé des commandes publiques pour acheter des armes non létales, ce qui suggère qu’il s’attend à de nouvelles occasions de les utiliser. D’ailleurs un rapport du FMI sorti en décembre 2020 souligne qu’en contexte de crise sanitaire le potentiel de mobilisation sociale augmente fortement. Nous pouvons donc nous demander si l’État n’anticipe pas déjà le retour des manifestations en dehors du contexte d’état d’urgence sanitaire.

Quelle sont les marges de manœuvre du militantisme dans un État néolibéral autoritaire ?

Le recours aux armes non létales est associé à un projet politique — le néolibéralisme  — qui se caractérise par une augmentation des inégalités, donc une augmentation du potentiel de contestation. L’État est face à une situation compliquée. Il peut en effet agir de deux manières : par le consentement ou par la force. Or quand on crée de plus en plus d’inégalités, la voie du consentement a des limites, la population consentant difficilement à un ordre qui l’appauvrit. Reste la voie de la force, qui a cependant cet inconvénient de pouvoir rendre encore plus dynamiques les contestations, notamment s’il y a des morts. Nous retrouvons ici la ligne rouge.

Trouver un équilibre entre consentement et force est une première difficulté. Mais l’État doit aussi trouver un équilibre entre les différents groupes sociaux. Or le passage au néolibéralisme est la revanche de la bourgeoisie — dont les profits avaient durablement baissé au cours de la période fordiste de 1945 à 1970 —, et un renforcement de son rôle en tant qu’entité politique. Cela va de pair avec une forme d’État plus autoritaire et plus déconnectée des revendications populaires, puisque les partis politiques de masse perdent de leur importance, et que les corps intermédiaires — syndicats, associations… — sont marginalisés. Pendant ce temps, le poids de la haute administration augmente, qui fournit le contenu réel des lois cadres ensuite votées. Nous avons donc un pouvoir exécutif qui prend une place plus importante, et un changement de forme de l’État qui tend vers plus d’autoritarisme. C’est également dans cette voie que l’État s’engage pour faire face à la contestation populaire dans la rue. Il devient plus intolérant à la contestation. Il achète de plus en plus d’armes pour les policiers et les autorise à les utiliser contre la population, à quoi s’ajoutent les interdictions de participation aux manifestations, les interpellations, les gardes à vue…

De ce point de vue, la situation semble assez complexe pour le militantisme puisque la marge de manœuvre est de plus en plus réduite. Nous avons une criminalisation des militants, qui n’a pas seulement pour effet une condamnation, donc un effet individuel, mais aussi un effet plus général, un effet performatif, parce que la criminalisation des militants redessine l’espace des possibles pour tout ce qui concerne la désobéissance civile. Quand l’État intervient dans la moindre zone grise qui aurait pu être exploitée par les militants, ceux-ci sont obligés de reculer. Cette zone grise, qui fonde en quelque sorte la marge de manœuvre des militants, diminue, ce qui entraîne des possibilités réduites pour le manifestant et le militantisme.

Reste que l’on rencontre une inventivité populaire réussissant à contourner, au moins partiellement, ce resserrement, ce renforcement autoritaire. C’est de ce point de vue que l’autodéfense populaire est intéressante, car il y a effectivement des manifestants qui n’osent plus venir, mais d’autres qui viennent équipés. L’État constate alors que cela annule en partie l’effet des armes non létales. Ce qu’il n’accepte bien sûr pas, de sorte qu’il va réagir en retour, confisquer du matériel, fouiller les militants, mettre en garde à vue. Toujours est-il que le contrôle absolu est pour l’instant matériellement impossible.

Enfin, j’ajouterai qu’il faut garder à l’esprit que le néolibéralisme, y compris dans son volet autoritaire, forme un projet politique englobant, ce qui le rend vulnérable, car il peut être critiqué de plusieurs manières et sur plusieurs fronts. Typiquement, ceux qui militent sur les questions de désarmement de la police contribuent aussi à rendre possible la contestation et à remettre la police à une place plus subordonnée. Car c’est parce qu’elle dispose de toutes ces armes qu’elle se comporte comme elle le fait. Ce militantisme n’est donc pas seulement un acte dans le champ de la police, mais aussi un acte de démocratisation de la société. De même pour d’autres militantismes, par exemple les mouvements antiracistes. Tous ont en commun de viser, de là où ils sont, la mise en échec du néolibéralisme et la réalisation d’autres possibles.

Haut de page

Notes

5 Notéris É., 2020. Macronique. Les choses qui n’existent pas existent quand même. Paris, Éditions Cambourakis : 57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Rocher, David Puaud et Marie Rebeyrolle, « Les armes non létales au service de la répression néoliberale »Journal des anthropologues, 164-165 | 2021, 207-219.

Référence électronique

Paul Rocher, David Puaud et Marie Rebeyrolle, « Les armes non létales au service de la répression néoliberale »Journal des anthropologues [En ligne], 164-165 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/jda/10875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.10875

Haut de page

Auteurs

Paul Rocher

Pseudonyme choisi par l’auteur de Gazer, mutiler, soumettre. Politique de l’arme non létale. Paris, Éditions La fabrique, 2020.
Courriel : paulrocher.contact@gmail.com

David Puaud

IIAC/CNRS/EHESS
Courriel : puauddavid@yahoo.fr

Articles du même auteur

Marie Rebeyrolle

Université Paris VII Diderot
Courriel : marie.rebeyrolle@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search